Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

La représentation du peuple dans Voyage au bout de la nuit de Céline et dans la traduction russe par Yuriy Korneyev

Tatiana Musinova

Résumé

Notre contribution vise à mettre en exergue la mise en place de la représentation de l’image du peuple français à l’époque de l’entre-deux-guerres, à travers les faits de langage dans le premier roman de Louis-Ferdinand Céline Voyage au bout de la nuit paru en 1932 et dans sa traduction russe parue en 1994 et réalisée par le traducteur éminent Yuriy Korneyev. Pour réaliser cette analyse, dans un premier temps, nous allons étudier la manière dont s’articule la démarche de représentation du peuple par l’auteur ; dans un second temps, nous allons analyser les décalages de la valeur représentative du langage populaire russe au moment de la parution de la traduction ; enfin, en nous appuyant sur les exemples concrets, nous essayerons de mettre en lumière des mécanismes historiques et sociaux qui sont susceptibles d’être à l’origine desdits décalages langagiers dans la représentation de l’image du peuple.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction1

Traduire Céline, réputé difficile voire « intraduisible » de par ses emplois stylistiques des éléments linguistiques, est loin d’être une entreprise facile. De ce fait, la traduction en russe de son premier roman Voyage au bout de la nuit (1932) est en soi un événement dans l’histoire de la traduction russe. L’adaptation en russe réalisée par Yuriy Korneyev (1921-1995) en 19942, traducteur des célèbres Chanson des Nibelungen, Chanson de Rolland, Mémoires de Saint-Simon, a fait réellement connaître le roman et son auteur auprès du lecteur russe. Il s’agit de la retraduction3 du roman, la première version en russe par E. Triolet ayant paru en 19344. La présente contribution vise à mettre en lumière le transfert de la représentation du peuple, telle qu’elle était imaginée par Céline, vers la version traduite en langue russe. Pour réaliser cette analyse, dans un premier temps, nous allons étudier la manière dont s’articule la démarche de représentation du peuple par l’auteu...

Auteur

Université de Haute-Alsace, France
Tatiana MUSINOVA est enseignante-chercheure à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse - Colmar). Qualifiée en 7e section CNU, elle est membre de l’Institut de recherche en langues et littératures européennes (ILLE-EA 4363). Elle enseigne la traductologie, la linguistique et la stylistique française ainsi que les langues de spécialités (français, anglais). Ses travaux de recherche portent sur l’analyse des traductions des romans de Céline en russe, sur l’analyse du discours de la presse magazine féminine française et russe en matière de variation sociale, et sur la didactique des langues de spécialité.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search