Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Les images qu’imprime le quechua sur l’espagnol dans El Zorro de arriba y el zorro de abajo : traduire l’étranger dans la langue1

Rosana Orihuela

Résumé

Le dernier roman de l’auteur péruvien José MaríaArguedas intitulé El Zorro de arriba y el zorro de abajo peut se définir comme un texte « hétérolingue » (Rainier Grutman), c’est-à-dire un texte où se font entendre des langues étrangères. Ces textes qui portent ainsi déjà en eux une part d’étranger, une part d’altérité, comment réussir à les traduire ? Car ce qui est complexe dans El Zorro de arriba y el zorro de abajo c’est que la rencontre – pour ne pas dire la confrontation – entre la langue espagnole et la langue quechua est symbolique et lourde de sens historique et politique. Les personnages des migrants andins s’expriment dans un espagnol traversé par le quechua : cette poétique de frôlement d’une langue par une autre, comment la recréer en traduction ? Dans le roman d’Arguedas, l’espagnol devient l’hôte – au sens où il accueille – des contenus culturels qui lui sont étrangers, c’est-à-dire des éléments venus du monde quechua. Avec la présence de la langue quechua qui vient perturber, frôler l’espagnol, Arguedas réalise un premier transfert d’images au sein de son texte puisqu’il confère à l’espagnol une part d’étrangeté et d’étranger. Notre communication tentera de répondre à cette question : comment rendre dans une traduction cette distorsion de l’espagnol par le quechua et tout le transfert d’images culturelles que cette distorsion implique, ainsi que cette part d’étrangeté conférée à l’espagnol ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son essai La Voz y su huella, Martin Lienhard (Lienhard 2011 : 20- 21) classe l’écrivain péruvien José María Arguedas parmi les auteurs de textes alternatifs qui inscrivent les voix marginalisées d’Amérique latine dans la littérature. En effet, Arguedas a toujours donné la parole aux « autres », c’est-à-dire à ceux que le pouvoir économique et politique laissait de côté. Ces voix « autres », ce sont celles des peuples andins de la Sierra – particulièrement de la Sierra du Sud – qu’Arguedas a côtoyés depuis son plus jeune âge. Métis culturel partagé entre la culture criolla2 et serrana3, bilingue espagnol et quechua, Arguedas a, tout au long de sa vie et de son œuvre, inscrit dans ses textes romanesques, poétiques et ethnologiques, la voix des runas4. Son dernier roman, El Zorro de arriba y el zorro de abajo, n’échappe pas à cette règle. Situant son action non plus dans les Andes mais sur la côte péruvienne, Arguedas pointe du doigt les bouleversements socioéconomiques que le dé...

Auteur

Université de Caen, France
Rosana ORIHUELA est doctorante à l’Université de Caen en Littérature Comparée au sein du laboratoire LASLAR. Sa thèse porte sur la poétique du dernier roman de José María Arguedas, El Zorro de arriba y el zorro de abajo, et sur les questions de traduction que cette œuvre pose. Elle a par ailleurs déjà publié divers articles sur El Zorro de arriba y el zorro de abajo.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search