Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

L’image de la Chine dans la traduction en chinois des Tribulations d’un Chinois en Chine de Jules Verne

Xiaoshan Dantille

Résumé

Jules Verne est sans doute le romancier le plus traduit au monde. Si ses œuvres majeures sont connues des lecteurs chinois dès le début du XXe siècle, Les tribulations d’un Chinois en Chine n’a été traduit en chinois qu’en 2010. Depuis sa publication, la traduction chinoise a rencontré peu de critiques favorables, notamment à l’égard de l’image de la Chine et des Chinois créée par Jules Verne il y a presque 130 ans et reconstituée par le traducteur. Nous comparons quelques extraits du roman dans sa version d’origine et dans sa traduction chinoise, afin de comprendre les raisons pour lesquelles l’aventure fantastique de notre héros chinois n’a pas réussi à conquérir le cœur de ses compatriotes. Nous essayons aussi, à travers ces analyses, de nous interroger sur les possibilités et les limites de la traduction littéraire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jules Verne est l’un des premiers écrivains français traduits en chinois. Le Tour du monde en 80 jours a rencontré ses lecteurs chinois en 1900, juste un an après La Dame aux camélias, le premier roman français traduit en Chine. Madame Xue Shaohui (薛绍徽 : 1866-1911), aidée par son mari Monsieur Chen Shoupeng (陈寿彭 : 1855- ?), a réalisé la traduction depuis la version anglaise de George M. Towle et de N. D’Anvers. Cette traduction a connu sans doute du succès, puisqu’elle a été rééditée deux fois en 1906. Selon Guo Yanli (郭延礼 : 1937-), le critique littéraire chinois, elle est fidèle à l’œuvre originale, presque aussi parfaite que la traduction réalisée par Monsieur Sha Di (沙地 : 1923-2010) depuis le français en 1958. Mais le début du voyage de Jules Verne en Chine est plutôt chaotique. Certains de ses romans sont passés par le Japon pour arriver en Chine, tels Vingt mille lieues sous les mers traduit par Lu Jidong (卢藉东 : ? - ?), Deux ans de vacances par Liang Qichao (梁启超 : 1873-1929), L...

Auteur

Université d’Artois, France
Xiaoshan DANTILLE, docteur des Universités de Nankin et de Paris 8, est maître de conférences à l’Université d’Artois. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la traductologie : « La beauté dans l’authenticité, l’esthétique dans la traduction littéraire comparée », « L’influence linguistique sur la traduction », « La nouvelle approche de la traductologie ». Elle a traduit de nombreux romans français en chinois, tels que L’amour est très surestimé de Brigitte Giraud, Courrier sud de Saint-Exupéry, Souffrir de Chantal Thomas, La maîtresse de Brecht de Jean-Jacques Amette, Confidence pour confidence de Paule Constant. Sa traduction du Liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent a remporté le Prix Fu Lei 2015 de la traduction et de l’édition du français vers le chinois dans la catégorie littéraire.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search