Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Les images de l’ailleurs dans la traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse

Mirella Piacentini

Résumé

L’article propose une réflexion sur le traitement des référents culturels dans la traduction de la littérature de jeunesse. Naturellement porteuses d’images – et tout spécialement des images d’un « ailleurs » que le traducteur est appelé à transférer dans un « ici » plus ou moins distant par rapport à la culture de départ – les références culturelles jouent dans la traduction de la littérature de jeunesse un rôle essentiel et délicat : si d’un côté elles favorisent l’ouverture des enfants aux cultures étrangères (ouverture que la littérature de jeunesse et sa traduction revendiquent), de l’autre elles obligent le traducteur à des réflexions portant sur les questions de lisibilité et d’accessibilité du texte traduit lorsque celui-ci s’adresse à des lecteurs encore dépourvus des compétences de lecture et d’une connaissance du monde comparables à celles d’un lecteur adulte. L’article aborde donc une question qui se situe au cœur de la traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse, une question qui interpelle le traducteur littéraire de jeunesse et l’oblige à (re)définir son rôle de médiateur entre le livre et les jeunes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Le traducteur littéraire de jeunesse entre « ici » et « ailleurs » : les référents culturels

Le problème du transfert de ces images d’altérité que les référents culturels sont susceptibles d’évoquer interpelle le traducteur littéraire de jeunesse. Lorsque se pose la question de gérer la relation délicate entre les images des deux cultures qu’il met en contact, le traducteur de livres jeune(s) public(s) se trouve pris dans le conflit qui anime depuis toujours la littérature de jeunesse : bien qu’unanimement conçue comme un instrument au service de la compréhension interculturelle, supposant favoriser l’ouverture des enfants aux cultures étrangères, la littérature d’enfance et de jeunesse reste de nos jours « une littérature aux frontières poreuses » (Diament 2008 : 6), encore amplement définie en fonction de son lectorat1, souvent partagée entre la volonté d’ouvrir les jeunes aux cultures étrangères et la crainte que la présence d’éléments culturels étrangers entrave la lisibilité ...

Auteur

Université de Milan, Université de Padoue, Italie
Mirella PIACENTINI enseigne la traductologie et la traduction littéraire de jeunesse à l’Université de Milan. Traductrice de livres pour la jeunesse, elle a créé et dirige la collection de textes de théâtre jeune public « Stelle di carta. Parole in scena » pour la maison d’édition Cleup (Padoue). Sa traduction Troppa Fortuna (du roman français Trop de chance de Hélène Vignal) a été sélectionnée pour représenter l’Italie dans la Liste d’Honneur Internationale IBBY 2012, catégorie ‘Traducteur’.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search