Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

« L’Amour et le Crâne » de Baudelaire : quelques versions comparées et une traduction inédite

Andrea D’Urso

Résumé

Dans le sillage de Walter Benjamin, affirmant dans « La tâche du traducteur » que « la traduction est une forme » et qu’en tant que telle, elle se « transforme » au fur et à mesure de la « maturation posthume » de la langue de l’œuvre originale et des « douleurs d’enfantement » de la langue du traducteur, cette contribution propose une comparaison de plusieurs traductions italiennes du poème « L’Amour et le Crâne » de Baudelaire. Afin de susciter l’esprit critique du lecteur indépendamment du renom de tel ou tel traducteur, elle est présentée sous forme de « jeu » ne donnant les noms des différents auteurs des traductions qu’à la fin de l’article. Dans l’intention d’associer étude de cas et réflexion théorique, des analyses très détaillées des versions en prose ou en vers du corpus choisi feront état des difficultés communes aux trois niveaux de reproduction de la rime, du rythme et de la parole du poète. Afin de ne pas se borner à une critique théorique sur les traductions envisagées et de sortir de l’opposition stérile entre approche « scientifique » et approche « affective », l’ensemble se termine par une expérience personnelle de traduction de ce poème baudelairien sur un ton « empathique » tentant de restituer la rime, des vers brefs et la lettre de l’original.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Adriana

1. Une prémisse : critique comparée et comparaison critique

La praxis de la traduction trouve son point d’orgue dans l’unité de la théorie et de la pratique. Aussi, pour évoluer, doit-elle prendre en compte et éventuellement réviser ou refaire autrement des produits antérieurs, à la lumière de nouvelles vues sur la traduction. Point d’avancée possible dans la contemplation apologique, voire acritique, d’une œuvre du passé. La contradiction dialectique qui existe, dans le domaine de la traductologie, entre la considération due aux traducteurs réputés et la critique à laquelle ceux-ci sont exposés du fait même de leur renommée doit pourtant être reconnue et assumée comme partie prenante de la pratique traductive. Il s’ensuit que la critique comparée de la traduction ne serait rien si elle n’était aussi une comparaison critique des traductions. D’où le risque d’antipathie qui la guette régulièrement, même à se garder de toute intention polémique. C’est résolument plutôt à l’emp...

Auteur

Università del Salento – Université SHS de Lille 3
Andrea D’Urso, docteur en Littérature comparée et Traduction, enseigne comme vacataire la Langue et la Littérature françaises à l’Université du Salento (Italie). Il s’occupe principalement d’histoire et critique du surréalisme international (Théorie et écritures surréalistes, Pensa 2012, avec Andrea Calì). Par ses études et ses traductions, il a introduit en Italie la pensée de Pierre Mabille, Nicolas Calas et Vincent Bounoure, et réintroduit en France celle de Ferruccio rossi-Landi. Entre Lille 3 et la Sapienza, il prépare un nouveau travail de recherches et de traductions sur Gian Pietro Lucini.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search