Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

L’enjeu traductologique du rythme dans « Capitaine » d’Attilâ İlhan

Gökçe Ergenekon

Résumé

Cet article déploie une réflexion sur l’enjeu traductologique du rythme, illustrée par l’exemple d’un poème d’Atillâ İlhan, « Capitaine », traduit du turc en français par Engin Bezci. Dans la mesure où le rythme est une notion ambivalente qui participe à la fois de la singularité de chaque langue et d’un « universel poétique » (Henri Meschonnic), l’article propose d’examiner le parti-pris de la traduction dans la création d’un nouvel équilibre rythmique. Ce nouvel équilibre se situe alors à mi-chemin entre fidélité à la langue de départ et musicalité de la langue d’arrivée. À travers trois points qui étudient tour à tour le rythme lancinant de la mémoire, la métropole métronome et le parallèle entre rupture rythmique et rupture amoureuse, l’article cherche à analyser le rythme comme élément a priori intraduisible mais néanmoins constitutif de tout poème. Aussi, en écartant l’illusion de l’équivalence, le propos s’attache à faire de l’analogie la solution à l’impasse traductologique que constitue le rythme.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ses Cahiers, Paul Valéry (1947 : 1281) confesse : « Ce mot “rythme” ne m’est pas clair. Je ne l’emploie jamais ». Cet aveu peut paraître étonnant de la part d’un poète, d’autant plus de la part de Valéry, qui est non seulement poète mais aussi théoricien de la littérature. Cette méfiance envers le rythme, qui semble avoir une portée poétique à la fois insaisissable et capitale, trahit l’ambivalence de la notion. Le rythme est consubstantiel à la poésie, puisqu’il constitue le seul élément originaire et définitoire de tout poème : autrement dit, qu’il soit en vers ou en prose, qu’il ait une construction métrique classique ou qu’il se fonde sur l’usage du vers libre, le poème déploie toujours un rythme. Le rythme constitue, pour ainsi dire, la spécificité générique de la poésie. Or, il y a une énigme en jeu dans la notion de « rythme » : difficile à définir, encore plus à analyser ou du moins à faire entrer dans un carcan technique, le rythme fait partie de la singularité de chaq...

Auteur

École normale supérieure de Lyon
Gökçe Ergenekon, ancienne élève de l’École normale supérieure (Lyon) et agrégée de Lettres Modernes, est actuellement en doctorat de littérature française, sous la direction de Corinne Bayle-Goureau (ENS de Lyon) et chargée de cours à l’ENS de Lyon. Son travail, intitulé Le nu en poésie. Paul Éluard, René Char, propose de mettre en regard les œuvres complètes de Paul Éluard et de rené Char au prisme du motif de la nudité. En appliquant un motif pictural – le nu – à l’écriture poétique, le propos vise à explorer trois champs de ces deux poétiques sous un angle neuf : l’érotique, l’éthique et l’esthétique.
Ses domaines de recherche concernent la poésie du XXe siècle, le surréalisme et sa postérité, et les imaginaires de la nudité. Ses précédents travaux ont porté sur la perception du temps et de l’espace dans la poésie de rené Char ainsi que sur l’écriture du désir dans la poésie surréaliste.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search