Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

Neutralité subjective. Traduire « Capitaine » d’Attilâ İlhan

Engin Bezci

Résumé

Cet article propose une étude de cas sur la traduction en français, par Engin Bezci, du poème intitulé « Capitaine » écrit au début des années 1950 par le poète turc Attilâ İlhan. Dans ce cas très particulier, d’un traducteur occasionnel mû par une motivation personnelle, l’opération traduisante se révèle comme une quête intime et compensatoire qui s’opère à plusieurs niveaux et en différents sens. Au-delà des considérations purement linguistiques ou traductologiques, cette étude est plutôt le fruit d’une remémoration réflexive et critique du processus de traduction, et ce, à partir des divers états du texte en travail et des notes destinées à « un journal de traduction ». Du choix du texte à traduire aux difficultés sur le plan sémantique et rythmique que pose la traduction poétique, l’auteur tente de réfléchir sur certaines questions cruciales de la traduction à travers son expérience.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Prologue

« Capitaine » est un long poème écrit en vers libres, par le poète turc Attilâ İlhan (1925-2005) lors de son premier séjour à Paris au tout début des années 1950. Il se compose de cinq parties qui constituent dans leur ensemble (232 vers) toute une histoire, une histoire parisienne. La première partie en a été traduite et publiée dans la revue Europe en mars 2014. Avant d’évoquer un processus de traduction engageant une recherche compensatoire de soi, il n’est pas inutile de présenter ce poète (presque inconnu du public étranger en raison du manque de traductions). Sauf quelques poèmes disséminés dans des anthologies de poésie turque moderne, l’œuvre d’Attilâ İlhan n’est quasiment pas traduite en langues étrangères. Le français, par exemple, dispose d’une dizaine de poèmes traduits, dont certains seulement par fragments. Pourtant, Attilâ İlhan, surnommé également Kaptan (capitaine), est l’une des voix les plus originales de la poésie turque contemporaine, et les douze recuei...

Auteur

Université Galatasaray d’Istanbul
Engin Bezci est maître de conférences en littérature française et spécialiste d’André Malraux. Auteur de plusieurs articles, il travaille actuellement à l’Université Galatasaray d’Istanbul en tant qu’enseignant-chercheur. L’histoire des mouvements de traduction en Turquie, la traduction en turc d’œuvres françaises littéraires, plus particulièrement aux XIXe et XXe siècles, font également partie de son champ de recherche.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search