Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

Rythme et rimes dans la poésie en vers d’Arthur Rimbaud : deux cas d’étude

Ornella Tajani

Résumé

Cet article propose une analyse de traduction comparée de deux poèmes d’Arthur Rimbaud : « Sensation » et « Vénus Anadyomène », datés de 1870. Les traductions italiennes considérées seront celles d’Ivos Margoni (Feltrinelli, 1964), de Gian Piero Bona (Einaudi, 1973) et la mienne, qui paraîtra en 2017 aux éditions Marsilio. En m’appuyant sur les études sur le rythme d’Henri Meschonnic, ainsi que sur ses propositions pour une poétique de la traduction, j’essaie de circonscrire des exemples d’application pratique de ses théories. Les objets d’étude abordés seront notamment : la conservation du rythme lorsqu’il devient impossible de respecter la métrique du texte de départ ; l’opportunité de garder ou non les rimes, la ponctuation, la division en vers et l’ordre des mots du texte français ; l’élimination occasionnelle de mots fonctionnels dans le texte d’arrivée ; les choix lexicaux en regard du respect des intentions de l’auteur.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rimbaldisme est universel.
Sa phosphorescence traverse le mur des langues.
Jean Cocteau1

Introduction

Quand on s’apprête à traduire des poèmes en rime, la première question qui se pose concerne le maintien de ces rimes dans la langue d’arrivée. Cette question ne m’a pas été épargnée, alors que je travaillais à la traduction en italien des poèmes en vers d’Arthur Rimbaud (Opere complete, Marsilio, à paraître en 2017). Mais conserver le principe d’un système rimique chez Rimbaud s’est révélé bien vite une tentative inappropriée : par-delà les difficultés lexicales et métriques qu’il posait, le respect de la rime infligeait une contrainte finalement dommageable au rythme.

Selon Henri Meschonnic, le rythme est « le signifiant majeur » de tout discours ; des traités Pour la poétique II (1973), Critique du rythme (1982) et Poétique du traduire (1999), on pourrait attendre une réponse à trois questions fondamentales : Pourquoi le rythme est-il au centre de la pensée de Meschonnic ? Comment f...

Auteur

Università degli Studi eCampus
Ornella Tajani est docteur ès littérature comparée, chargée de cours de langue et traduction française à l’Université eCampus et traductrice. Elle a dirigé les publications de la pièce L’aquila a due teste de Jean Cocteau (Marchese, 2011, prix de traduction Monselice « Leone Traverso » 2012) et du roman Tiresia de Marcel Jouhandeau (Marchese, 2013). Ses intérêts de recherche portent sur la littérature française du XXe siècle et sur la traductologie ; elle travaille en ce moment à une monographie sur la traduction du pastiche.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search