Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

Berceuses, rondes et comptines… traduire le rythme des poèmes du recueil pour enfants de Cecília Meireles, Ou isto ou aquilo

Violaine Ribardière

Résumé

À partir de quelques poèmes choisis parce qu’ils illustrent la poétique musicale du recueil Ou isto ou aquilo de Cecília Meireles, il s’agira de présenter quelques exemples de traduction vers le français d’un ouvrage considéré depuis sa parution en 1964 comme un classique de la littérature brésilienne pour enfants. Traduire le rythme au sens où l’entend Henri Meschonnic implique d’être attentif à la prosodie, aux rythmiques tant syntaxique que métrique et accentuelle qui sont celles de la langue portugaise, mais aussi des genres de la littérature enfantine et du discours de la poétesse dans ses poèmes pour enfants. Comptines, chansons, berceuses, rondes rendent plus que jamais cruciale la nécessité de traduire le rythme comme élément sémantique essentiel. réputés pour leurs jeux sur les sons et le sens indissolublement liés, les poèmes de Ou isto ou aquilo imposent, quand on entend les traduire, d’aller au-delà des dichotomies traditionnelles entre sens et forme, traduisible et intraduisible, et d’être à l’écoute du continu, le traducteur devant alors accepter et revendiquer le nécessaire travail d’écriture et, conjointement, de pensée de l’écrire et du traduire, à l’œuvre dans son travail de traduction. Il doit en outre le faire dans un rapport d’écoute positif et créateur avec l’altérité de l’original, point de départ et ultime recours de la traduction.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le traducteur, dit-on parfois, est un passeur, un qui, ayant abordé aux rives bruissantes d’une autre langue, et parmi ces rives ayant élu celle ou celles qui le requéraient personnellement, s’en revient aux bords de la langue natale, l’oreille et l’esprit pleins d’un texte qui demande à vivre une seconde fois, dans une terre nouvelle, dans un champ neuf. Passeur, le traducteur ouvre sa langue à l’Étranger, qui l’irrigue d’une vigueur nouvelle et oblige à la sillonner autrement. Passeur, le traducteur permet à ceux de la langue natale de découvrir des auteurs, des poètes, des discours venus d’ailleurs.

Poète majeur du XXe siècle au Brésil, mais presque inconnue en France faute de traductions, Cecília Meireles, née en 1901, publie son premier recueil à l’âge de 18 ans et ne cesse plus d’écrire et de publier jusqu’à sa mort en 1964. Parallèlement à cette activité de poète, elle est institutrice dans la ville de rio de Janeiro et se passionne pour les questions d’éducation. En 1930 et 1...

Auteur

Professeur agrégé de Lettres Modernes
Académie de Créteil
Violaine Ribardière vit à Paris depuis 1999 et a passé un an au Brésil, pays où elle séjourne très régulièrement. Agrégée de Lettres modernes, elle enseigne au lycée dans l’Académie de Créteil et mène en parallèle une activité régulière d’écriture et de traduction, notamment du portugais vers le français.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search