Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

Traduction poétique et mémoire implicite : traduire Donata Berra

Mathilde Vischer

Résumé

Partant de l’observation que la traduction de la poésie consiste toujours en une métamorphose de la poésie, cet article explore les motivations personnelles et profondes, conscientes ou non, qui sont à l’œuvre dans les choix de traduction. Dans une première partie, le processus de traduction est abordé à partir de quatre points essentiels dont l’auteure relève l’importance dans son propre parcours de traductrice, et qui sont les lectures, les rythmes, les expériences et la « poéthique ». Si les œuvres lues constituent indéniablement la toile de fond du travail du traducteur, il est généralement difficile de comprendre comment se fait l’interaction, car elle se produit souvent dans la mémoire implicite. Quant aux rythmes, ils constituent le corps du poème, et celui-ci est nécessairement métamorphosé dans la traduction, puisque inscrit dans un espace et un temps nouveaux. Dans la deuxième partie, ces notions permettent à l’auteure d’observer ses propres traductions tirées du recueil A memoria di mare de Donata Berra, auteure italienne contemporaine vivant en Suisse. Après une présentation des spécificités des deux textes, Mallarmé s’impose comme la référence pertinente de la traduction, d’abord invoquée instinctivement puis confirmée. Le rythme et les sonorités, le passage du concret à l’abstrait (symbolique ou métaphorique), la syntaxe et les choix lexicaux sont examinés sous cet angle. La question des multiples strates de la mémoire est par ailleurs au cœur du second poème, dans la métaphore de la mer, révélatrice de la dimension éthique de la poésie et de son pouvoir de résistance.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La traduction de la poésie », écrit Monica Pavani (2012 : 152) dans un article consacré à ses traductions en italien de la poète Sylviane Dupuis, « est forcément métamorphose de la poésie »1. La métamorphose opérée par la lecture profonde d’un texte qu’est la traduction est souvent difficile à saisir. Il faut du temps pour connaître une œuvre, pour nouer avec elle un dialogue fécond. Quand la rencontre avec le texte – et parfois l’auteur – a lieu, le lien qui se tisse n’est plus seulement une expérience littéraire ou poétique, mais une expérience profonde et humaine. La question centrale qui orientera ma réflexion sur cette pratique singulière est : avec qui et avec quoi traduit-on ? Autrement dit, par qui et par quoi sommes-nous guidés, consciemment ou à notre insu, lorsque nous traduisons un texte poétique ? Je partirai dans un premier temps de mon point de vue de traductrice de poètes contemporains de langue italienne, et proposerai dans un deuxième temps une réflexion à partir d...

Auteur

Université de Genève Faculté de traduction et d’interprétation
Mathilde Vischer est traductrice littéraire et Professeure à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de Genève. Elle a traduit des auteurs contemporains, parmi lesquels Felix Philipp Ingold, Fabio Pusterla, Alberto Nessi, Pierre Lepori, Elena Jurissevich, Massimo Gezzi et Leopoldo Lonati. Elle est auteure d’articles portant sur la poésie et sur la traduction et des essais Philippe Jaccottet traducteur et poète, une esthétique de l’effacement (Lausanne, Cahiers du Centre de traduction littéraire n° 43, 2003) et La traduction, du style vers la poétique : Philippe Jaccottet et Fabio Pusterla en dialogue (éditions Kimé, Paris, 2009). Elle a également publié un livre de poèmes, Lisières (Dijon, Éditions p. i.sage intérieur, 2014 ; Prix du poème en prose Louis Guillaume 2015 et Prix Terra Nova 2015).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search