Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie II. Le traducteur poète : apologues

Le traducteur-acteur

Christine Raguet

Résumé

Traduire en poète soulève le problème de la « création ». Comment accepter qu’un « simple » traducteur puisse traduire en poète, alors que la traduction d’un poète par un autre poète, dont la nature poétique ne peut être mise en doute, sera reçue comme œuvre poétique de poète ? Quel poète d’ailleurs ? Celui de l’original ou celui de la traduction ? Ce doute naît d’une idée reçue : celle de la fixité du poème, à laquelle s’ajoutent les interrogations sur la reconnaissance des capacités poétiques du traducteur. Or, si l’on conçoit qu’une œuvre ne peut être un objet absolu, figé, que chaque lecture renouvelle, on peut admettre que toute intervention sur le texte prendra une dimension créatrice. Semblable à celle du dynamisme qu’insuffle un acteur à un texte lors du passage en bouche. Alors, son jeu donne une part active à la (re)création par le biais de la mise en œuvre de nombreux organes sensoriels qui, eux-mêmes, agiront sur les récepteurs. Ainsi le poème devient-il une œuvre vivante, ouverte à autant de performances que chaque acteur-créateur, au fil du temps et des inspirations, pourra proposer. Chacune révélant quelques facettes de l’original et suscitant des émotions renouvelées lors de chaque représentation.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Personne ne sait qu’en lisant nous revivons nos tentations d’être poète.
Bachelard (1961 : 16)

Même si Bachelard, en écrivant ces mots, y percevait un péché d’orgueil et y voyait du refoulé, il n’empêche qu’il exprime bien aussi le désir de création de tout lecteur. Car chaque lecteur, au cours de l’acte de lecture, met en branle ses organes sensoriels, ce qui le conduit à percevoir ce que les mots mettent en formes, en couleurs, en odeurs, en bruits, en matières, en goûts, et à produire dans son esprit un univers qui devient le sien tout en étant issu de l’esprit d’un autre. C’est ainsi qu’un lecteur devient non seulement créateur, mais aussi, comme le suggère Bachelard, poète.

Qu’en est-il alors du lecteur-traducteur ? Celui qui a pour fonction de transformer sa lecture en écriture ? S’il est clair que ses organes récepteurs s’activent comme ceux de tout lecteur, et qu’en outre, si la « chasse » qu’il entreprend, il la fait, à l’instar de Leiris, « toujours au présent »1, ses incursi...

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle, Paris
Christine Raguet, Professeure à la Sorbonne Nouvelle, a dirigé le centre TRACT (http://tract.univ-paris3.fr) pendant une quinzaine d’années et est rédactrice en chef de Palimpsestes (http://palimpsestes.revues.org/). Membre de comités scientifiques de plusieurs revues et collections en France et à l’étranger, elle a très largement publié en traductologie en français et en anglais, notamment sur les questions stylistiques et culturelles. Traductrice littéraire, elle a reçu le prix Baudelaire pour l’ensemble de son œuvre en 2012. Elle a créé les Cahiers de poésie bilingue aux PSN.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search