Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

Magrelli traduit de Chirico. Concordances dans les circuits du visible

Emanuela Nanni

Résumé

Les traductions des poèmes français de Giorgio De Chirico faites par Valerio Magrelli constituent le lieu d’une rencontre poétique entre la sensibilité d’un poète-traducteur fasciné par l’œil et un artiste qui désire entrer dans l’énigme solaire pour y bâtir un temple où des statues mutilées parlent des langues mystérieuses. Les vers chiriquiens s’affirment ainsi incontestablement comme l’écho de la production figurative du peintre. Le choix prépondérant de son traducteur, Valerio Magrelli, est celui d’en devenir le double poétique presque littéral. Toutefois, une comparaison systématique des deux tissus poétiques révèle que par moments, le traducteur a pris des décisions traductives courageuses, entre explicitations, archaïsmes et amplifications inattendues. Ces « figures de traductions » interviennent notamment lorsque Magrelli, tout en suivant l’expression du peintre, ne peut pas s’empêcher de laisser surgir son propre « poieîn ». C’est ainsi que l’on voit se dégager les points forts d’un dialogue entre deux auteurs et entre deux circuits du visible.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rentrer dans les plis du dialogue poétique entre un poète traducteur (Valerio Magrelli) et un poète-peintre (Giorgio De Chirico) est une opération qui relève de l’analyse et de l’intuition surgissant autour de leurs assonances et de leurs passions esthétiques. Il s’agit de reconstruire les moments et les conditions d’une rencontre virtuelle qui n’a eu lieu que sur la page et qui laisse des traces chez le traducteur, notamment quand ce dernier est également poète, comme Valerio Magrelli.

Le poète et traducteur Valerio Magrelli, dans son propre imaginaire lyrique, octroie au regard une place d’honneur et choisit souvent de traduire des auteurs charmés autant que lui par les mécanismes de l’optique et du regard. Lorsque Magrelli rencontre les poèmes français de Giorgio De Chirico, dont la diffusion est encore plutôt rare, le terrain d’entente s’instaure exactement autour de l’action du regard et de l’attention que les deux artistes portent au fonctionnement de l’œil : Magrelli entend pa...

Auteur

Université Grenoble Alpes Laboratoire GREMUTS
Emanuela Nanni a une double formation de traductrice diplômée et d’italianisante. Elle est Maître de conférences en italien à l’Université de Grenoble Alpes et membre de l’unité de recherche ILCEA4, plus particulièrement du laboratoire GREMUTS. Ses recherches portent sur la poésie contemporaine dans toutes ses perspectives, y compris les relations avec l’esthétique, ainsi que sur l’histoire de la traduction selon une approche comparatiste. Elle collabore avec l’artiste italien Nicolò Cecchella, avec lequel elle mène des recherches autour de l’image, de la poésie et de la mytho-critique, en mettant en relation le code poétique avec le code visuel.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search