Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

La fonction rythmique de la répétition lexicale : Bonnefoy traducteur de Pascoli

Simona Pollicino

Résumé

Dans le cadre du texte poétique, le procédé stylistique de la répétition lexicale semble essentiel pour des finalités d’expression et de signification. Le cas des poèmes de Giovanni Pascoli nous montre que les répétitions, les reprises et les renvois disséminés partout dans le texte constituent une sorte de régime unique qui permet au lecteur – en l’occurrence au traducteur – d’entrevoir la cohérence de fond de son œuvre, à savoir son rythme singulier, tant au niveau sémantique qu’au niveau formel. Loin de calquer le poème italien dans son système complexe d’occurrences, en particulier lexicales, la traduction française d’Yves Bonnefoy semblerait de prime abord s’éloigner de l’original. Toutefois, notre étude se propose de montrer comment le traducteur français réussit en tout cas à assurer l’effet rythmique, non seulement par le moyen de solutions compensatoires, mais aussi grâce à une nouvelle combinaison de tous ces éléments qui concourent à la construction d’ensemble du poème.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

La question fondamentale du rapport mètre / rythme en poésie, on le sait, reste très débattue. La présente étude veut montrer la centralité de la structure rythmique d’un poème en observant son devenir dans le processus traductif. Si d’un côté, la relation entre ces deux dimensions demeure le point focal de l’analyse de la poésie, leur distinction n’est pourtant pas toujours aussi nette et leur combinaison tout à fait imprévisible. En traduction, les différences prosodiques et métriques des langues concernées interviennent dans le rapport entre la dimension subjective du discours (voir Kristeva 1977 : 438) et le schéma formel du poème : principal obstacle à la traduction, ils sanctionneraient l’intraduisibilité de la poésie. Surmonter une telle impasse signifierait, à notre avis, privilégier la fonction du rythme et l’importance d’appréhender son fonctionnement dans le poème original, quel que soit son schéma métrique, dans le but de réarranger – voire de recréer – dans ...

Auteur

Université de Roma Tre
Simona Pollicino a été boursière post-doc à l’Université de Palerme et à l’Université de Padoue, où elle a travaillé autour de la traduction de la poésie. Elle est actuellement enseignant-chercheur en Langue française et traduction à l’Université de Roma Tre. Parmi ses travaux consacrés à Yves Bonnefoy et à Philippe Jaccottet poètes et traducteurs : « Bonnefoy traducteur de Yeats : le cas d’Among School Children » ; « La notion de rythme entre poésie et musique » ; « ‘Le lieu propre de l’infini’ ovvero dall’altra parte del nulla. Bonnefoy e Jaccottet all’ascolto di Leopardi » ; « Traduire le rythme de la danse ou l’expérience de l’unité : Y. Bonnefoy traduit ‘To a Child Dancing in the Wind’ de W. B. Yeats » ; « Traduire la poésie pour Philippe Jaccottet ou l’idéal de la transparence ».

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search