Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

« Os grandes encontros são sempre encontros de juventude ». Eugénio de Andrade traducteur de Federico García Lorca

Fabio Barberini

Résumé

Dans l’activité poétique d’Eugénio de Andrade, la traduction (notamment des poètes) joue un rôle très important, de sorte qu’elle a mérité une section autonome dans la collection « canonique » des œuvres de l’Auteur. À Lorca, en particulier, le poète portugais a consacré un volume monographique qui est le résultat de trente ans de travail (de la première anthologie de traductions publiée à Coimbra en 1946 jusqu’à la dernière parue à Porto en 1976). Cette contribution essaie de montrer que le dialogue d’Eugénio de Andrade avec Lorca n’est pas seulement une infatuation de jeunesse. Les traductions lorquiennes ont en effet une valeur fondatrice non seulement pour le dialogue d’Eugénio de Andrade avec la tradition lyrique espagnole (et, lato sensu, ibérique), mais surtout pour sa réflexion sur sa propre poésie (parallèlement à l’aboutissement des traductions de Lorca). L’analyse de la traduction de deux poèmes lorquiens (« Encuentro » et « La balada del agua del mar ») servira de tremplin pour vérifier que la poésie de Lorca n’est pas seulement le point de repère de matériaux à emprunter dans l’imitation intertextuelle, mais qu’elle est surtout le point de rencontre des différentes expériences poétiques (espagnoles et portugaises) qu’Eugénio de Andrade met à profit dans sa propre poésie.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cada lector es otro poeta ; cada poema, otro poema.
Octavio Paz

Avant-propos

L’influence de Federico García Lorca sur Eugénio de Andrade a souvent été mal comprise et sous-estimée. Jusqu’à la seconde moitié des années 70, elle s’est plutôt présentée comme une « légende à dissiper »1. Aujourd’hui, elle marque une simple étape de la formation poétique de l’auteur qui ne dépasserait pas le terme de la jeunesse2. Or, que Lorca ait pu influencer Eugénio de Andrade (« os grandes encontros são sempre encontros de juventude »3), les dates ne laissent aucun doute à cet égard :

  1. en 1940, Eugénio de Andrade (1968a : 27-32) découvre la poésie de Lorca ;

  2. en 1942 et en 1945, il publie Adolescente [Adolescent] et Pureza [Pureté] (tous deux reniés par la suite) ;

  3. en 1946, il traduit Lorca dans l’Antologia poética de Federico García Lorca [Anthologie poétique de Federico García Lorca]4 ;

  4. en 1948, il publie As Mãos e os Frutos [Les Mains et les Fruits]5.

De toute évidence, les traductions de Lorca ont été un ...

Auteur

CNRS / Université de Toulouse 2 « Jean Jaurès »
Fabio Barberini est titulaire d’une maîtrise en Langue et Littérature portugaises et Docteur en Philologie romane (Langue et Littérature occitanes du Moyen Âge) à l’Université de Messine (2014). Depuis 2013, il est membre du comité de rédaction de Cultura Neolatina. Ses intérêts de recherches portent sur la poésie d’Eugénio de Andrade (Formazione, evoluzione e struttura dell’Antologia Breve di Eugénio de Andrade, Roma, Aracne, 2012) et sur la tradition manuscrite des troubadours occitans et galego-portugais.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search