Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

La traduction comme « dialogue poétique » entre Gellu Naum et René Char1

Corina Bozedean

Résumé

Considéré comme l’une des figures les plus emblématiques du surréalisme roumain, Gellu Naum a été également un traducteur réputé des œuvres de plusieurs auteurs comme Diderot, Stendhal, Hugo, Dumas, Verne, Gracq, Prévert, Kafka, Beckett ou Char, sans que cette partie de ses préoccupations suscite l’intérêt des chercheurs. Pourtant, la traduction a occupé une place prépondérante dans sa vie et sa sensibilité, et sa rencontre avec une subjectivité poétique comme celle de rené Char a fait que son activité poétique en reste tributaire par endroits. Si, d’une part, Gellu Naum réinvestit le texte de Char de sa propre créativité, d’autre part, la traduction constitue une matière d’inspiration, en tant qu’elle nourrit son imaginaire créateur. Ainsi, le travail du poète-traducteur laisse lire à travers ses traductions et ses propres écrits une évidente familiarité avec l’œuvre de Char, dérivée non seulement d’une lecture et d’une interprétation attentives, mais aussi d’un même besoin de création et de compréhension du monde.
Il apparaît que la traduction a représenté pour Naum un lieu d’élucidation et d’orientation vers une voie qui lui était propre, et le travail sur Char, cet appel inconscient d’une autre voix vouée à assurer la cohérence et la continuité de sa sensibilité poétique, réduite au silence pendant les années de la censure communiste.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Considéré comme l’une des figures les plus emblématiques du surréalisme roumain, Gellu Naum a également été un traducteur réputé, sans que cette part de ses activités ait suscité jusqu’à présent l’intérêt des chercheurs. Plus qu’une parenthèse alimentaire dans sa carrière poétique, comme on l’a souvent insinué, l’activité de traduction a constitué à notre avis une étape importante dans le parcours d’affinement de son profil d’auteur, à une époque où sa voix créatrice était entravée. Le silence autour du sujet « Naum traducteur » et cette lacune dans la recherche sont d’autant plus difficiles à comprendre au regard de la reconnaissance publique qui lui a été faite en 1968 par l’attribution du Prix de l’Union des Écrivains pour la traduction.

Né à Bucarest le 1er août 1915, Gellu Naum a fait des études de philosophie à l’Université de Bucarest. Pendant cette période, en 1935, il a fait l’une des rencontres capitales de sa vie, celle du peintre Victor Brauner, qui était de retour à Buca...

Auteur

Université « Petru Maior », Tîrgu Mureş – Roumanie
Corina Bozedean est enseignant-chercheur à l’Université Petru Maior de Tîrgu Mureş (roumanie), où elle dispense des cours de langue française et de traduction, ainsi que des cours d’italien comme L3. Elle a soutenu en 2012 à l’Université de Cergy-Pontoise une thèse sur L’imaginaire du minéral dans l’œuvre d’Henry Bauchau, en cours de publication chez Honoré Champion. Elle est l’auteur de plusieurs articles et traductions parus en ouvrages ou dans des revues de spécialité.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search