Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

« Dans les coffres du texte » : les réflexions traductologiques d’Yves Bonnefoy à la lumière de sa philosophie poétique

Maria Litsardaki

Résumé

Les réflexions traductologiques, développées par Yves Bonnefoy dans des textes qui accompagnent ses traductions ou qui sont publiés séparément, dévoilent l’importance et la valeur que le poète-philosophe accorde à la traduction poétique : comme une activité proprement poétique qui vient répondre au besoin des lecteurs de partager la vérité exprimée par le créateur et de la sentir dans leur propre langue. Il y voit également l’occasion pour le traducteur de reconstruire, au moyen du langage, un moment d’authenticité et d’immédiateté de l’existence humaine que les grands poètes du moins nous transmettent par leurs œuvres poétiques. Inévitablement, la philosophie poétique de Bonnefoy, avec les notions-clés de « présence », de « plénitude », de « finitude », intervient à ce niveau et colore son activité et ses réflexions de traducteur, qui ne peuvent désormais être saisies qu’à travers sa conception du rôle que la poésie et le langage devraient jouer dans le rapport de l’homme au monde et la prise de conscience de son existence. En d’autres termes, il s’agit d’une dimension métaphysique et ontologique que Bonnefoy ajoute à l’acte traductif.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Peut-on traduire un poème ? Non. On y rencontre trop de contradictions qu’on ne peut lever, on doit faire trop d’abandons »1, affirmait Bonnefoy en 1976, lors d’une conférence intitulée « La traduction de la poésie » et donnée à l’Association des Traducteurs littéraires de France. Il se mettait alors sur les traces de Baudelaire qui considérait la traduction de la poésie comme « un rêve caressant, mais [qui] ne peut être qu’un rêve »2.

Du côté des théoriciens de la traduction, les textes qui cherchent à répondre à la question « comment traduire un texte poétique ? » ne manquent pas, ni même ceux qui proposent une typologie3, autant d’efforts qui reconnaissent sans doute les obstacles et les difficultés de la traduction poétique, mais qui ne sont pas parvenus à fournir une méthode rigoureuse et efficace. Ils nous reconduisent plutôt à celui qui a le premier parlé de la particularité du discours poétique, mettant en relief la fonction poétique du langage, roman Jakobson, et à son aff...

Auteur

Université Aristote de Thessalonique – Grèce
Maria Litsardaki est Professeure assistante au Département de Langue et de Littérature Françaises de l’Université Aristote de Thessalonique, en Grèce. Elle a participé à plusieurs colloques en Grèce et en France, a collaboré à des ouvrages collectifs et a publié des articles dans des revues françaises et grecques. Elle a publié ‘Desguisant et difformant à nouveau service’ : Itinéraires intertextuels de Montaigne à Molière ; Roman et Théâtre. Une rencontre intergénérique dans la littérature française (dir., Éditions Garnier). Elle a traduit en grec deux Essais de Montaigne et plusieurs poèmes français.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search