Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

Traduction et conversation : le modèle du dialogue à l’épreuve de Mallarmé

Pauline Galli

Résumé

Il semble facile d’assimiler la traduction à un dialogue : dialogue d’un auteur avec un autre, lien de deux subjectivités, échange fructueux dans l’intimité d’une écriture. Les traducteurs eux-mêmes emploient volontiers cette métaphore pour évoquer leur travail. Néanmoins, c’est une notion voisine que nous voudrions interroger : celle de « conversation », telle qu’elle a été théorisée par Mallarmé dans ses Notes sur le langage. Il s’agira donc tout d’abord d’exposer ce modèle tel que l’a pensé Mallarmé, pour ensuite l’appliquer au prétendu « échange » ayant lieu entre le traducteur et le poète qu’il traduit. Le dialogue entre le poète et son traducteur se révèle en effet bien plus complexe qu’il n’y paraît, traversé par d’autres voix, mais également travaillé par l’implicite et l’incompréhension mutuelle.
Paradoxalement, la traduction, qui tente de résoudre le fameux « défaut des langues », utilise un schéma de fonctionnement – celui du dialogue – qui, précisément, ne fait qu’entretenir le défaut de communication. Nous examinerons ce paradoxe en œuvre chez un poète-traducteur, Paul Claudel, qui utilise lui-même l’image de la conversation pour évoquer son expérience de traduction des psaumes bibliques. La traduction, fondée sur le dialogue et la conversation, pourrait donc être le lieu privilégié où se laisse observer le fonctionnement paradoxal du langage, entre échange et incompréhension.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il semble aller de soi de considérer la traduction comme un dialogue : dialogue du traducteur avec un auteur, lien de deux subjectivités, échange dans l’intimité d’une écriture. Les traducteurs eux-mêmes emploient volontiers cette métaphore pour évoquer leur travail.

L’échange entre le traducteur et l’auteur traduit est encore plus intense lorsque le traducteur est lui-même poète et qu’il traduit un texte poétique : se produit alors une connivence, une complicité bien spécifique. L’échange se fait intime, et l’on pourrait dire qu’il relève d’un type de dialogue bien particulier : la conversation. Le mot « dialogue », en effet, fait référence à une tradition philosophique qui implique une recherche de la vérité, évoquant donc un entretien construit sur la raison et les déductions logiques. Le terme de « conversation », lui, fait plutôt référence à une réalité moins formelle. Une conversation n’est pas orientée vers un but précis, mais elle se construit de façon aléatoire. Le mot conno...

Auteur

Pauline Galli est docteur en Littérature française. Professeur agrégée de Lettres modernes. Elle enseigne actuellement dans le secondaire. Elle a publié en 2016 aux Presses Universitaires de Vincennes : Mallarmé, Claudel et Valéry traducteurs.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search