Version classiqueVersion mobile

Traduire en poète

 | 
Geneviève Henrot Sostero
, 
Simona Pollicino

Partie I. Le poète traducteur : dialogues

Le traducteur, poète en abyme

Patrick Hersant

Résumé

Faut-il vraiment, pour traduire la poésie, être soi-même poète ? Cette injonction étant aussi ancienne que rarement argumentée, on cherchera ici à la resituer dans son contexte critique et historique. Compilant les positions de divers poètes et traducteurs, je montrerai d’abord que cette fausse évidence s’est imposée de l’Antiquité à nos jours. J’examinerai ensuite l’une de mes propres traductions (de Seamus Heaney) pour comprendre ce qui est censé distinguer un traducteur poète d’un non-poète. À la lumière d’un second ensemble de citations, je renverserai enfin l’argument : travaillant sur l’œuvre d’un autre, le poète traducteur ne risque-t-il pas de lui imposer sa propre poétique ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il n’y a pas de Muse de la traduction.
Walter Benjamin1

Faut-il être poète pour traduire en poète ? Disons-le d’emblée : en près d’un quart de siècle, j’ai moi-même traduit une vingtaine de poètes britanniques sans jamais me poser cette question. C’est qu’à mes yeux la chose allait de soi : traduisant un poème, je faisais œuvre de poésie. On ne m’a jamais cherché querelle sur ce point, ni intenté quelque déplaisant procès en légitimité. Mieux : on m’a tôt affranchi de tout embarras. Mon premier éditeur m’ayant demandé si j’étais moi-même poète, je lui ai répondu que la traduction était la seule forme d’écriture que j’entendais pratiquer ; « c’est bien, a-t-il poursuivi ; c’est peut-être même mieux ; en tout état de cause, il ne faut pas forcer sa nature »2. Ce que mon expérience personnelle m’a épargné, je l’ai découvert ailleurs, plus tard : le traducteur, et surtout le traducteur de poésie, et plus encore le traducteur non-poète, est parfois sommé de rendre des comptes et de justifi...

Auteur

TransCrit, Université Paris 8
Patrick Hersant enseigne la littérature anglaise à l’Université de Paris 8, où il travaille sur les échanges textuels entre poètes et traducteurs (influences ou collaborations) et sur la génétique textuelle des traductions. Il a publié de nombreuses traductions de poésie, notamment des recueils de Seamus Heaney, F. Scott Fitzgerald et Edward Lear. Il a récemment édité un florilège des traductions européennes d’un grand poème romantique (Coleridge : Kubla Khan, Presses Universitaires de Bordeaux, 2016).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search