Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

5. Expressions contemporaines

Les géants intertextuels de Chevillard

Isabelle Dangy

Texte intégral

1Réécriture distanciée d’un célèbre conte de Grimm, Le Vaillant petit tailleur, d’Éric Chevillard, publié en 2003 aux Éditions de Minuit, insère dans une trame narrative à la fois distendue par les digressions et relativement fidèle au canevas originel, deux épisodes développés consacrés au combat du héros contre des géants auxquels l’opposent dès le titre sa taille et son exceptionnelle audace.

  • 1 Éric Chevillard, Le Vaillant petit tailleur, Minuit, 2003, p. 19.

2Le géant n’est pas monnaie courante dans le roman contemporain et le texte de Chevillard offre l’occasion d’examiner ce qu’il advient de ce personnage à l’orée du XXIe siècle. Cela dit, les intentions de l’auteur ne sont pas faciles à cerner : elles oscillent, dans un univers où le principe de non-contradiction n’a pas cours, entre une démolition concertée du genre que constitue le conte, et l’ambition, proclamée dès les premières pages, mais sur un ton un peu trop emphatique pour n’être pas narquois, de promouvoir le héros au rang de figure mythique, comme Faust, Don Juan ou Œdipe, en lui donnant ce qui lui a manqué jusque-là, c’est-à-dire un auteur, afin d’en faire « le texte fondateur d’une épopée appelée à se développer comme un songe infini dans l’imaginaire collectif »1.

3L’évocation des géants relève de la désinvolture au bas mot, et plus souvent de la dérision. Elle prend cependant place à l’intérieur de deux systèmes porteurs de sens : au sein d’un quadrille où s’échangent les positions de l’auteur, du lecteur, du protagoniste et du géant, mais aussi dans le cadre des variations d’échelle constantes qui estampillent les créatures de Chevillard.

Géants dérisoires

  • 2 Ibidem, p. 135.
  • 3 Ibid., p. 209.

4À la suite de ceux de Grimm, les géants de Chevillard font d’abord figure d’utilités narratives. Le premier surgit sur la route du vaillant petit tailleur afin de lui permettre d’exhiber ses talents, et les deux autres lui sont assignés comme adversaires par un roi peu soucieux de lui abandonner sa fille en mariage. Le géant représente donc l’épreuve par excellence, insurmontable a priori, dérisoire après coup. Un commentaire un peu grinçant souligne parfois le caractère mécanique de leur apparition : « il semblerait, note l’écrivain, que l’imagination populaire, après l’effort fourni pour enfanter un géant, n’ait guère plus de force qu’une jeune accouchée »2. Bien que leur nombre (trois) soit modeste, le texte suscite parfois des pluriels qui suggèrent que le petit tailleur abat des géants à la chaîne, comme par une vocation qui se serait transformée peu à peu en automatisme, ainsi par exemple : « Mais le petit tailleur a vaincu trop de géants pour craindre l’ironie de celui qui raconte aujourd’hui son histoire »3.

  • 4 Ibid., p. 64.
  • 5 Ibid., p. 74.
  • 6 Ibid., p. 73.

5À cela s’ajoute le traitement caricatural que leur réserve Chevillard. Que l’on soit dans le registre de la parodie ne fait aucun doute : le géant est laid, il possède une « tignasse broussailleuse »4 et vit avec ses congénères dans une grotte lugubre et sale. Il a « une réputation de brute épaisse à défendre »5, ce qui ne l’empêche pas d’être peureux et influençable, puisque, devant la ceinture où le petit tailleur a brodé « Sept d’un coup », il tremble, et que « son imagination lui représente les plus terrifiants tableaux »6. S’il rêve la nuit, le géant songe qu’il est gobé par un oiseau-mouche. Ailleurs, d’autres géants craignent tellement pour leur vie qu’ils se dispersent en courant et sautent dans un précipice – ainsi s’expliquerait selon cette version la disparition de l’espèce. À ces thèmes, déjà présents dans le conte de Grimm, Chevillard ajoute çà et là une pointe de raillerie personnelle, notamment lorsqu’il s’interroge sur un ton pseudo factuel au sujet du mode de reproduction des géants :

  • 7 Ibid., p. 66.

La plupart des géants ont aujourd’hui disparu mais, à l’époque où s’enlise cette histoire, leur population ne cessait de croître assez inexplicablement, d’ailleurs, puisque nul auteur n’atteste l’existence de géantes – vivaient-elles terrées au fond de grottes obscures ? – ni ne signale parmi eux la présence de petits géants en bas âge. Or, même si l’on peut admettre que de telles créatures fantastiques n’aient point partagé le mode de reproduction laborieux des humains, il est non moins certain qu’elles ne poussaient pas non plus comme ça, tout d’une pièce, engendrées par la rencontre d’un courant d’air et d’un parfum7.

  • 8 Ibid., p. 65.

6Mais c’est la dimension intertextuelle des géants qui porte à son paroxysme la campagne de persiflage menée par l’auteur. Ceux-ci condensent de manière comique des traits rebattus ou sont impliqués dans des situations convenues qui font penser tantôt à Polyphème, tantôt à Gargantua, tantôt à Goliath, tantôt à ces guerriers armés nés des dents d’un dragon dont Jason vient à bout dans les Argonautiques. Cette méthode, qui consiste à insister jusqu’à l’outrance sur les attributs conventionnels des géants, a pour effet de noyer dans l’humour les interprétations également conventionnelles que la mythocritique a émises à leur sujet, qu’elles soient d’inspiration folkloriste, psychanalytique ou morale. Au fil du texte on se rend ainsi compte que le géant se rapporte inévitablement à l’archaïque et possède une incontournable dimension chtonienne, même si l’habitant des cavernes qu’il est sans conteste se comporte ici, de manière inattendue, à la russe, en jetant derrière son épaule le tonneau qu’il vient de boire au dîner. De même, comme le veut la tradition, il est lié aux thèmes de l’arbre et de la pierre, ce qui lui vaut plusieurs épisodes héroï-comiques végétaux et caillouteux. Ailleurs encore il sera copieusement employé au pastiche de mythes étiologiques, lorsque divers phénomènes géographiques et météorologiques seront présentés comme le résultat de ses mouvements : ses soupirs forment le vent, mais, que des moustiques le tourmentent, et ses gestes exaspérés engendrent cyclones et raz de marée ; ses ronflements nocturnes sont la véritable cause des orages, et ses pas retenus dans la grotte où il marche sur la pointe des pieds provoquent un léger séisme sur l’intensité duquel les villageois discuteront le lendemain. De temps à autre l’auteur sollicite explicitement notre complicité, remarquant par exemple que « le lecteur sait que ce n’est pas le vent qui emporte les toits et décorne les bœufs comme se l’imaginent sottement dans la vallée les villageois obtus »8. Mais en général la référence au stéréotype est si évidente qu’elle se passe de commentaire.

  • 9 Ibid., p. 180.

7Il est certain qu’au travers de ce tableau c’est le genre du conte tout entier que vise Chevillard, pour lui reprocher tantôt son moralisme étriqué, tantôt sa pauvreté d’invention, tantôt sa « radicale bêtise »9, tantôt pour battre en brèche les interprétations sans nuance qui lui sont parfois épinglées. La lecture psychanalytique en fait ainsi les frais, dans un passage particulièrement divertissant où l’ouvrage de Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, se voit impliqué dans une exploitation fantaisiste. Brutalement éveillé, l’un des géants s’interroge sur la signification d’un rêve qu’il vient de faire, et son acolyte lui suggère d’aller s’informer à son propre sujet dans le traité de Bettelheim. Quelques pages plus tard, c’est chose faite, le texte de Chevillard s’est annexé une assez longue citation d’où il ressort que les deux géants dormeurs ne sont autres que le ça et le surmoi d’un moi représenté par le petit tailleur en personne, voué à sortir vainqueur d’un affrontement avec les instances tyranniques qui l’étouffent. Le narrateur ne précise pas ce qu’il pense de cette interprétation, mais, poussant jusqu’au bout la logique de celle-ci, il rebaptise Ça et Surmoi les deux colosses qui ne vont pas tarder à s’entretuer. Il en résulte une surprenante gigantomachie :

  • 10 Ibid., p. 140-141.

On se tape dessus sans ménagement. Ça cogne dur. Surmoi non moins.
Le poing de Ça vise la mâchoire de Surmoi. Le genou de Surmoi vise le bas-ventre de Ça. La jambe de Ça est une fronde qui soudain se détend et lance son pied dans la poitrine de Surmoi.
Surmoi arrache un châtaignier et le brise sur le crâne de Ça.
Ça arrache un chêne et le brise sur le dos de Surmoi. […]
Entendez-vous leurs cris d’ânes morts10 ?

8Ce qui est ici visé, ce n’est pas tant la pensée de Bettelheim que l’abus dogmatique qui a pu en être fait, et le procédé illustre ainsi à la fois la méthode et l’intention de Chevillard. La méthode : mettre en évidence, par le dérapage volontaire, ce qu’il peut y avoir de figé dans la pensée comme dans le langage. L’intention : échapper à la prison constituée par les structures et les conventions. Ainsi s’explique qu’il ait choisi un conte de Grimm comme « prétexte » (au sens propre, comme il l’affirme lui-même, c’est-à-dire à la fois comme hypotexte et comme point de départ de nombreuses digressions) du récit qu’il entend construire. Tout en stigmatisant un genre où

  • 11 Ibid., p. 9.

quelques personnages archétypaux piégés dans des postures grotesques mais conformes à ce que l’on attend d’eux entretiennent les uns avec les autres des rapports prévisibles, limités en vérité par le jeu restreint des combinaisons et des échanges possibles dans cette colle épaisse, agglutinante11,

il met en scène le combat de l’écriture contre la pétrification. Or, en cette lutte, l’adversaire n’est-il pas précisément le géant, c’est-à-dire l’archétype piégé dans ses postures ? Chevillard le laisse entendre :

  • 12 Entretien Éric Chevillard Nicolas Vives (de la librairie Ombres Blanches, Toulouse), La Page des li (...)

Ce petit tailleur qui part à la conquête du vaste monde, avec pour seules armes sa ruse et son ingéniosité, m’a paru un personnage assez proche de l’écrivain. L’écrivain lui aussi est un petit héros prétentieux qui, avec ses maigres moyens, refuse de se laisser faire, défie l’ordre établi, cherche à ébranler le système des géants12.

9Ce système n’est du reste pas tellement celui des géants de la réalité extérieure, de ceux qui par exemple possèderaient le pouvoir ou domineraient le monde, mais celui des systèmes intellectuels soutenus par des codes qui sécrètent sans cesse leur propre redite et la paralysie du langage, encombrant l’espace imaginaire de leurs carcasses.

Géants et hyperboles

  • 13 Le Vaillant petit tailleur, p. 67.

10Un certain nombre d’exercices permettent à l’écrivain de briser les rigidités du langage. Celui qui nous intéressera surtout ici est l’emploi de l’hyperbole, car l’évocation de personnages gigantesques est évidemment le lieu littéraire de cette figure. Chevillard s’en donne à cœur joie pour suggérer la taille immense des personnages, usant à la fois de l’amplification et de l’accumulation. Le premier procédé est repérable dans certaines images, par exemple celle qui permet à un chamois perché sur l’échine du géant de réaliser, à la faveur d’un haussement d’épaules, le « bond rêvé par toute l’espèce »13, c’est-à-dire d’atterrir sur Mars. Cette image suggère non seulement la stature élevée du géant mais évoque aussi un être capable de se soustraire à la pesanteur, analogue à la pierre que lance le petit tailleur, et qui n’est autre qu’un oiseau, de sorte qu’elle ne retombe jamais. L’accumulation, elle, est exploitée avec effervescence lorsqu’il est question de décrire les ravages exercés par les géants

  • 14 Ibidem, p. 117-118.

qui vivent dans une forêt impénétrable, non loin du château, et désolent le pays, volant, violant, vitriolant, grillant, incendiant, massacrant, détruisant, hachant, écrasant, broyant, écorchant, glanant, déchiquetant, disséquant, pulvérisant, décapitant, écartelant, rouant, roulant, fraudant, […] vandalisant, ruant, obstruant, inondant, pinçant, ravageant.
Tout sur leur passage14.

  • 15 Ibid., p. 142.

11L’énumération démesurée opère elle aussi un décollage, car sa longueur même déconnecte les participes présents de leurs référents grammaticaux, à savoir les géants, comme de leur complément, que l’écrivain a dû reporter dans une phrase autonome (« Tout sur leur passage »). L’accumulation d’hyperboles crée un processus de surenchère qui revient à éprouver l’élasticité du langage jusqu’à ce qu’il cède et se décroche du réel, alors que le géant reste rivé au sol par son poids. Parfois cette surenchère se teinte d’une allégresse bouffonne : au cours de leur lutte fratricide les deux colosses arrachent des arbres à tour de bras pour s’estourbir réciproquement. Au début, il s’agit, on l’a vu, d’essences communes comme le chêne, le bouleau, le frêne, puis ils déracinent des baobabs, ce qui est déjà plus inattendu, et à la fin de l’épisode, le narrateur note : « Grand déboisement, douze terrains de football / minute »15. En fait, le déboisement frénétique perpétré par les géants s’oriente vers l’écriture, puisque ce passage est suivi d’une astucieuse digression au cours de laquelle l’auteur observe que les personnages fournissent eux-mêmes la pâte à papier nécessaire pour imprimer leur aventure.

Géant et altérité

12Au-delà de leur aspect intertextuel ou de leur aptitude à générer l’hyperbole libératrice, qui sont en définitive les géants du Vaillant petit tailleur ? La structure combinatoire du conte empêche toute assignation définitive. Dès les premières pages, le mot d’ordre est donné d’une toujours possible inversion des rôles, en un paragraphe lapidaire qui invite les ogres à ne pas trop modérer leur consommation, car s’ils ne font pas des prélèvements sur la multitude enfantine, ils seront eux-mêmes victimes de la surpopulation engendrée par l’épilogue des contes (ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants) et se feront dévorer par cette marmaille affamée. Dès lors que l’on peut intervertir l’ogre et l’enfant, pourquoi ne pas en faire autant avec le géant et le lecteur, le géant et le tailleur, le géant et l’auteur ? Plusieurs passages suggèrent en effet que les géants sont parmi nous, lecteurs, et même qu’ils sont des lecteurs assidus, voire boulimiques :

  • 16 Ibid., p. 70.

Pour vous débarrasser d’un géant, donnez-lui un livre. Car il en va ainsi de tous les géants, et c’est pourquoi il est si rare d’en rencontrer un, ils lisent, recroquevillés sur des livres aux formats trop petits pour eux et néanmoins capables de les absorber complètement, littéralement, ils disparaissent16.

  • 17 Voir la nouvelle intitulée Crescendo dans le recueil Le Rêve de l’escalier, R. Laffont, 1973.

13Le leitmotiv du géant disparu débouche ainsi sur son assimilation avec le simple mortel et avec le lecteur, en même temps qu’il joue avec l’absurde en suscitant l’image d’un géant qui aurait une taille normale. Mais, parallèlement, le héros de l’histoire est également un géant potentiel, il lui suffit d’attendre la rencontre avec des mouches, et son aiguille de tailleur deviendra l’épée d’un héros, en brodant sur sa ceinture la formule magique qui assurera son succès. Quant à l’auteur, il partage avec ses personnages le geste d’écraser l’adversaire minuscule, qui les met en facteur commun. Le géant utilise un madrier, le tailleur une chute de drap, l’auteur les pages de son livre roulées dans son poing. Conclusion : le géant n’est pas toujours celui qu’on pense, ou plutôt le gigantisme est potentiellement partout, car c’est l’une des variables qui assurent le déroulement du récit. En dépit de cette labilité, une association plus fréquente relie pourtant l’image du géant à celle du monde extérieur tel qu’il s’offre aux entreprises du héros, et en fait une métaphore de l’altérité. Significatif à cet égard est l’épisode inaugural de la marchande de marmelade qui vient tenter le tailleur reclus dans sa chambrette. Avec elle c’est l’appel du vaste monde qui monte jusqu’à lui et le force à devenir un sujet désirant et conquérant. Or Chevillard soumet cette marchande à un processus d’accroissement qui la transforme en véritable géante. Le temps de monter l’escalier, elle est successivement caractérisée par les expressions suivantes : « une paysanne » (p. 29), puis « cette femme un peu replète aux cheveux déjà gris » (p. 33), un peu plus tard « la grosse vieille » (p. 34), puis « l’obèse octogénaire » (p. 34) et enfin « elle hisse la masse morte de son corps de baleine » (p. 34). Peut-être y a-t-il là une réécriture fugitive de Buzzati17 ? En tout cas cette femme qui s’introduit dans l’univers du tailleur préfigure les géants ultérieurs destinés à ponctuer son itinéraire et à y représenter une altérité opaque. L’instabilité du géant n’est du reste qu’une facette du système de permutations qui affecte les instances narratives. Ainsi par exemple l’auteur ne cesse d’hésiter entre une identification presque totale avec le héros et la dénonciation injurieuse de celui-ci, au moyen de termes de plus en plus méprisants (« freluquet » (p. 81), « traîne-latte » (p. 117), « arriviste sans scrupules » (p. 212)). Car, conformément au programme indiqué plus haut, Le Vaillant petit tailleur est l’histoire d’une émergence, celle de l’auteur, qui affirme sa voix avec de plus en plus d’énergie aux dépens des personnages, de telle sorte que l’on pourrait y voir l’interférence de deux processus entrecroisés, la mort des géants et la naissance de l’auteur. Mais un autre phénomène vient compléter cette empoignade du même et de l’autre.

Changements d’échelle

  • 18 Ibid., p. 55.

14Le géant, on l’a vu, est moins une identité stable que la borne supérieure dans le champ de métamorphoses qui s’effectuent à la faveur de changements d’échelles systématiques. L’univers de Chevillard est peuplé de créatures protéennes qui mutent d’une phrase à l’autre et par conséquent changent de taille. Cette instabilité n’est que la face quantitative d’une tendance à ne jamais s’endormir dans une identité constante, et à changer d’espèce, de physique et de comportement comme si le langage était une fois pour toutes inapte à saisir la moindre essence. Dans Palafox par exemple, le personnage central est un animal indéfinissable, dont l’appartenance à telle ou telle espèce n’est suggérée que pour être aussitôt démentie. Après éclosion, il tient dans une boîte d’allumettes, mais on apprend bientôt que sa ration journalière est de cent cinquante kilos de fourrage, et un peu plus bas, que sa taille avoisine « celle d’une grosse guêpe ou d’un petit guépard »18. Il résulte de ce va-et-vient brutal entre le minuscule et l’énorme une inquiétude centrée autour du thème de la taille, de l’accroissement ou du rétrécissement. Ce mouvement irrépressible s’attaque aussi à l’espèce humaine, comme on le voit dans Les Absences du capitaine Cook, où le personnage principal est ainsi décrit :

  • 19 Les Absences du capitaine Cook, Minuit, 2001, p. 157.

Du premier, notre homme avait hérité la stature de géant qui lui eût permis de dominer tous ses adversaires s’il n’avait hérité du second la petitesse extrême qui eût favorisé l’esquive, si donc il n’était devenu, du fait de sa double ascendance, un individu de taille moyenne inapte au combat19.

15En somme l’homme provient d’une hybridation entre le nain et le géant… Dans Le Vaillant petit tailleur un malaise analogue s’exprime dans une autre définition :

  • 20 Le Vaillant petit tailleur, p. 22.

[…] plante molle qui croît dans un ventre et développe tardivement la charpente osseuse qui va la soutenir et l’articuler[…] et qui conserve à jamais de cette période où son corps levait comme une pâte susceptible d’adopter les formes les plus aberrantes de grandes dispositions pour l’effroi et ses terribles grimaces mais aussi le tourment perpétuel de l’hésitation, ce flottement dans les gestes20.

16Le face à face du freluquet et du géant, revisité par les leçons de la relativité et de l’ambiguïté, illustre ce flou. En effet, si le héros affronte des colosses, il finit toujours par être le géant de quelqu’un d’autre, il suffit pour cela que son orgueil le gonfle ou qu’il découvre les lois de la perspective. Le texte manipule sa taille en jouant sur sa relation à son environnement ; ici le procédé sert surtout à décrire un décalage perpétuel. Lorsque le tailleur prend confiance en lui, il lui semble soudain que le vaste monde devient tout petit, au point que la fourmi qui court sur sa main ne ferait qu’une bouchée, semble-t-il, des moutons qui broutent là-bas au loin. Mais les choses ne sont pas si simples, car, quelques pages plus loin, la fourmi est malade d’avoir mangé du mouton, signe que le système est en panne. Les personnages sont trop grands ou trop petits les uns par rapport aux autres, ou pour accomplir la tâche qui leur est dévolue. C’est alors l’inadaptation, la solitude, la stérilité, qu’exprime la disproportion des tailles ou leur incompatibilité.

17Dans ces conditions l’ambiguïté seule permet de survivre. C’est à travers elle que s’effectue le triomphe du héros, lequel devient alors vraiment le vaillant petit tailleur. Vaillant ou hardi selon les traductions, petit certes, mais surtout tailleur, c’est-à-dire celui qui maîtrise la taille et l’ajuste. Cette ambiguïté fonctionne par omission d’un bout à l’autre du récit, car c’est de l’absence d’un mot que le tailleur tire sa force, dans la fameuse formule « Sept d’un coup », qui maintient dans le vague le fait qu’il s’agisse de mouches et non plus de géants. Cette formule est comparée de manière significative par l’auteur au résumé d’une épopée, autrement dit à la version très courte d’un objet littéraire très grand. En somme, l’inquiétude suscitée par l’accroissement ou la diminution de taille est ici renversée en son contraire par le tailleur qui en fait une arme sur laquelle il fonde son succès.

18Toute son attitude consiste ensuite à usurper la force du géant en simulant la possession de cette dernière. Le récit lui suscite un double, inséré à l’intérieur du chapitre IV, sous forme de conte pseudo-oriental. Salem Al Ayari partage avec le tailleur l’infortune d’être désespérément petit. À son tour il s’empare des signes qui lui feront attribuer la vigueur du géant, en forgeant par la ruse des objets gigantesques. C’est donc à chaque fois en éludant la question de la taille et en la remplaçant par la question des signes qui la mesurent, que triomphent les différents héros.

19Comment interpréter en définitive cette si vive sensibilité à la disproportion ? Elle se situe au confluent de plusieurs thématiques récurrentes. L’une d’elles a trait à la naissance, à l’accouchement. À plusieurs reprises, souvent sur un mode métaphorique, surgit l’image du passage d’un objet qui se fraye un chemin à travers un orifice étroit. La marchande de marmelade finit par être si énorme qu’elle peine à entrer par la porte dans la chambre du tailleur. À cela il faut ajouter l’insertion, dans le préambule, du résumé d’un autre conte de Grimm, Hans mon hérisson, évoquant la venue au monde d’un enfant monstrueux, dans la douleur et l’épouvante. Mais c’est un autre fragment encore qui souligne le motif sous-jacent de la naissance périlleuse. Ce fragment se situe au début de l’œuvre et concerne le rire de l’écrivain, rire irrépressible et violent dont il écrit :

  • 21 Ibidem, p. 22.

il me traverse comme une trombe, comme une horde, comme un train, qui s’ouvre un passage en moi, comme un bébé naissant trop gros, trop large, qui va me déchirer, qui va me décrocher la mâchoire, qui pointe d’abord une tête hurlante, cramoisie, sans visage, puis péniblement pousse dehors son corps contrefait, plié en deux, un corps de bossu agité de tremblements et de sursauts qui me laissent rompu, pantelant, effondré21 […]

  • 22 Ibid., p. 221.
  • 23 Ibid., p. 223.

20Cette image crée un contrepoint par rapport à l’encombrante présence des géants. De même l’auteur, quand il cherche des épreuves stimulantes à proposer au héros, glisse à l’intérieur d’une liste qui ne contient pas moins de cent items, ces alléchantes propositions : « soustraire du géant un nain »22 ou bien « reprendre sa croissance »23, expressions qui tournent autour du même sujet névralgique. Elles rappellent sans doute que l’être humain ne cesse de vivre ce paradoxe d’être au sortir du ventre maternel presque trop gros pour naître, et trop petit pour vivre. À l’arrière-plan d’un tel paradoxe se profile bien entendu la relation de l’enfant et de l’adulte, motif traditionnel du conte, incarné dans la confrontation avec l’ogre ou le géant. Dans Le Vaillant petit tailleur cette relation évolue vers une conclusion inévitable qui semble relever d’une nécessité du genre : le héros s’empare du pouvoir et de la fille du roi, autre figure du géant puisque sa majesté domine son royaume. Détail non négligeable : le tailleur parvient à se faire craindre et respecter, mais non à se faire aimer, ce que manifeste la conclusion pessimiste du récit, qui nous parle à nouveau de rétrécissement :

  • 24 Ibid., p. 263.

Le vaillant petit tailleur s’est endormi. La reine grelottante se recroqueville contre son flanc. Demain, il demandera au vieux roi son sceptre, sa couronne et sa barbe24.

21Ainsi la double thématique du nain et du géant ne se contente pas, au-delà de l’effervescence parodique et intertextuelle, de présider à un travail linguistique sur le déboulonnage des structures, elle exprime aussi une expérience du monde dominée par l’angoisse de la transformation et encadrée par une double angoisse de naissance et de mort.

Notes

1 Éric Chevillard, Le Vaillant petit tailleur, Minuit, 2003, p. 19.

2 Ibidem, p. 135.

3 Ibid., p. 209.

4 Ibid., p. 64.

5 Ibid., p. 74.

6 Ibid., p. 73.

7 Ibid., p. 66.

8 Ibid., p. 65.

9 Ibid., p. 180.

10 Ibid., p. 140-141.

11 Ibid., p. 9.

12 Entretien Éric Chevillard Nicolas Vives (de la librairie Ombres Blanches, Toulouse), La Page des libraires, n° 85, nov. 2005.

13 Le Vaillant petit tailleur, p. 67.

14 Ibidem, p. 117-118.

15 Ibid., p. 142.

16 Ibid., p. 70.

17 Voir la nouvelle intitulée Crescendo dans le recueil Le Rêve de l’escalier, R. Laffont, 1973.

18 Ibid., p. 55.

19 Les Absences du capitaine Cook, Minuit, 2001, p. 157.

20 Le Vaillant petit tailleur, p. 22.

21 Ibidem, p. 22.

22 Ibid., p. 221.

23 Ibid., p. 223.

24 Ibid., p. 263.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search