Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

5. Expressions contemporaines

Géants des montagnes dans l’œuvre de Samivel

Jaël Grave

Texte intégral

  • 1 Lettre de Samivel du 7 avril 1988.

1Ala demande de l’éditeur Max Delagrave, Samivel a illustré les albums pour enfants Gargantua (1934) et Pantagruel (1935) ; « des enfants de 10 à 80 ans », selon sa fameuse formule, car « il faut qu’un texte classé « pour enfants » parvienne aussi à accrocher, amuser, un bon lecteur adulte ; au moins dans la mesure où celui-ci n’a pas perdu tout contact avec les émerveillements et les curiosités de l’enfance… »1. C’est ce lecteur, adulte mais émerveillé, qui découvre ensuite d’autres figures de géants, dans le roman Le Fou d’Edenberg (1967), dans le monumental ouvrage Hommes, cimes et dieux (1973) et dans les Contes des brillantes montagnes avant la nuit (1980). L’émerveillement y est d’abord suscité par le décor dans lequel l’auteur place ses géants : la montagne incarne excellemment la puissance ; aux énormes reliefs de l’altitude correspond une surhumanité, une gigantomachie des cimes, à l’échelle des paysages et des phénomènes.

Tour d’horizon : au pays des géants

  • 2 Hommes, cimes et dieux, Arthaud, 1973, rééd. 1984, p. 143.

Il y a dans la nature des Géants quelque chose d’informe, d’inachevé, de rugueux, de mal dégrossi, qui semble appartenir au temps fabuleux de leur naissance, où le monde émergeait à peine des chaos primordiaux, où des forces à demi aveugles, hésitantes, cherchaient leur voie à travers l’infinité des possibles. Ils ont été taillés dans la pénombre, sont de la même race que les pierres2.

  • 3 Poème cité par B. Amy, in « Samivel ou l’esthète éclectique », La Montagne, 1992, n° 4, p. 25.

2Ainsi sont-ils, géants d’Australie, du Canada ou du Pays basque, ogres de l’Oural, géants et Cyclopes de la mythologie grecque, trolls d’Islande ou des Alpes suisses et autrichiennes que présente Samivel, tandis qu’il voit en Gargantua la figure du bon géant, encombrant mais allié des hommes, œuvrant pour de justes causes, fils spirituel d’Hercule. L’auteur inventorie les traces du passage de ces géants et leurs différentes réalisations ; il suffit de citer les fameux glaciers, monts, dents ou cols du Géant dans les Alpes pour comprendre que, dans les mythologies, les corps des Grands Ancêtres se sont pétrifiés et qu’ils sont de prodigieux créateurs de montagnes. Samivel mentionne diverses légendes relatives à Gargantua et rapporte plusieurs récits étiologiques, dont celui de la formation du Cervin. Le géant agit donc sur le paysage qu’il transforme et modèle. L’un des poèmes de Samivel, chantant l’aiguille Verte – sommet dominant la vallée de Chamonix – à la manière de Mallarmé, se clôt d’ailleurs sur cette interrogation : « Quel géant t’a dressé aux bornes du futur ? »3

  • 4 Le Fou d’Edenberg, Paris, Albin Michel, 1967, p. 134-135.
  • 5 Ibidem, p. 137.
  • 6 Ibid., p. 28.

3Dès Le Fou d’Edenberg, roman dont l’action se situe au cœur du XXe siècle, la figure mythique du géant surgit, tout d’abord en la personne d’Antoine Icart, dit « Le Grand » ou encore « Le Tofrou ». « Cet Icart hors de toute mesure, au physique et au moral, dépassant d’une coudée les autres mâles, était vraiment à la taille des anciens pourfendeurs de dragons ». De fait, le village est placé sous la protection d’un certain saint Béat qui le débarrassa jadis d’une terrible vouivre qu’il pourfendit de sa lance. Or, Antoine « eût été digne de trinquer avec saint Béat lui-même et appartenait sans conteste au monde très fermé d’où s’échappe de temps à autre, on ne sait trop pourquoi, un surhomme ou un demi-dieu […]. Une sorte d’Hercule local mais doublé d’un vrai Pantagruel. Car ce personnage insolite nourrissait aussi la passion des livres, dévorant indistinctement ce qui lui tombait sous la main. Le curé Burnier racontait qu’il avait appris le latin tout seul en cinq mois d’hiver ! »4. Mais en ce mois de juin de l’an de grâce 1952, Saint-Béat se trouve confronté à un péril tout aussi redoutable que celui de la vouivre : le projet de construction d’un téléphérique ! Cernée par des esprits diaboliques, ceux du Progrès et de l’Argent, la vallée risque d’être envahie par des hordes de touristes. C’est Siméon, le fils d’Antoine, qui entre en résistance. Samivel inscrit son héros dans une lignée : la ressemblance physique entre le père et le fils est soulignée. Mais Siméon est un géant pacifique ; ce qui le caractérise, c’est que déjà bébé, il « ouvrait des yeux extasiés »5 : nous y voilà donc, à cet œil émerveillé, titre de l’une des œuvres les plus célèbres de Samivel. Face à ceux qui ferment les yeux, ou que les mirages du progrès aveuglent, Siméon se métamorphose en nouveau saint Béat pour s’opposer à la transformation du petit village en une grande station sportive, Edenberg : du saint légendaire ne disait-on pas qu’il était « un personnage de haute taille, d’une force herculéenne, barbu, fort pieux, d’un naturel doux mais qu’il ne fallait point provoquer car la vision de l’iniquité l’exaspérait »6 ? La filiation paternelle de Siméon est donc double : héritier du père et du saint.

4Comme les fameux géants évoqués dans Hommes, cimes et dieux, le grand Antoine est renommé pour ses œuvres :

  • 7 Ibid., p. 134-135.

Plusieurs de ses faits et gestes s’étaient mués en dictons et proverbes ; les anciens montraient aux générations ébahies les cailloux qu’il avait remués, les torrents qu’il avait contraints, même les troncs abattus par une hache infatigable : comme charpentier et bûcheron beaucoup de ses œuvres étayaient les maisons du village7.

5Des facéties du créateur de montagnes au constructeur de cabanes, il n’y a qu’un tout petit pas pour Samivel. Il s’agit en effet, dans les deux cas, d’une œuvre cosmogonique, sacrée, à laquelle le père initie son géant de fils et qui requiert à la fois sa force et sa techné.

  • 8 Lieu-dit où se situe l’étable.
  • 9 Le Fou d’Edenberg, op. cit, p. 115.

6Voilà pourquoi, lorsque les ouvriers détruisent par explosion la vacherie construite par le père, c’est un acte sacrilège qui est commis : toucher au Plan8 revient à profaner un lieu sacré, mythique, la propriété des ancêtres, la terre des origines, à « piétiner le bien de famille, trésor jugé inaliénable »9.

7Le géant est non seulement bâtisseur mais gardien d’un domaine sacré, mythique, qu’il a contribué à édifier.

Paradis perdu ou l’Eden des géants

8Le motif du géant gardien de trésor caché apparaît dans les Contes des brillantes montagnes avant la nuit. Découvrant une caverne, les hommes de la caravane tibétaine sont persuadés qu’elle abrite un trésor gardé par quelque dragon. En fait de trésor, il s’agit d’un géant endormi, dont la figure se confond ici avec celle de l’ermite, du saint, mystique solitaire retiré dans les cavernes. Le titre du conte « Aum ! Mani padmé Houm ! » est traduit par Samivel dans le petit lexique qu’il fait figurer en annexe par : « Oh ! le Joyau dans le lotus ! », formule qui, dit-il, désigne, entre autres, la présence divine au sein de la montagne sacrée.

La Chose, la Forme mystérieuse qui a été découverte n’est autre que l’un de ces saints qui, pour parvenir à une complète libération, à une purification, un dépouillement absolus, se sont retirés dans les entrailles de la montagne ; ils appartenaient à une antiquité fabuleuse, où les hommes étaient beaucoup plus grands.

9Le personnage de l’Abbé prend la parole, expliquant aux moines tibétains :

  • 10 Suite de siècles.
  • 11 Ermite.
  • 12 Contes des brillantes montagnes avant la nuit, Paris, Arthaud, 1980, p. 60-61.

au début de chaque période, de chaque youga10, les hommes sont beaucoup plus grands, puis ne cessent de rapetisser jusqu’à la fin.
  Ainsi ce gomtchèn11 est né il y a beaucoup de siècles. […] Désirant la paix absolue, il s’est retiré dans le sein de cette montagne, et elle s’est refermée docilement sur lui. Ainsi est-il entré dans l’extase12.

  • 13 G. Durand, « Psychanalyse de la neige », in Champs de l’imaginaire, textes réunis par D. Chauvin, U (...)

10Ramené à la vie humaine, le géant n’en disparaît pas moins à la fin du conte. Tous les éléments sont réunis pour sa complète dématérialisation et son retour à l’Un primordial : l’ascension finale, la lumière céleste, le feu qui consume, le silence de la contemplation mystique dans lequel se résolvent tous les bruits et la blancheur de la neige, « équivalent plastique du silence »13.

11Dans la lumière intense, la blancheur éclatante et le silence de ce monde minéral s’annulent les multiplicités, les différences, et l’on parvient à l’Un. La montagne est Centre mystique, espace sacré, domaine intact, non souillé, éminemment pur comme en témoignent les aquarelles de Samivel. Dégrader la montagne c’est porter atteinte à l’harmonie originelle, selon la vision orientale d’un vide initial, d’une unité primordiale. Elle constitue un autre monde que seuls peuvent comprendre et auquel seuls peuvent accéder ceux qui ont le cœur pur, les simples ou pauvres d’esprit pour reprendre les termes d’autres béatitudes… Ces êtres sont sensibles au langage des éléments, de la nature. La montagne samivélienne est un monde étrange, fantastique parfois, un univers à la fabuleuse altérité, et comment mieux signifier cette altérité qu’en choisissant comme personnage principal l’un de ces Grands Êtres auxquels l’auteur accorde une attention particulière dans Hommes, cimes et dieux ? Samivel se fait poète et son chant se nourrit des forces mêmes de la nature, notamment dans ses contes, ses poèmes et ses fables ; cette poésie des sens est aussi celle du géant dans Le Fou d’Edenberg, comme le constate Hélène Colline, jeune femme travaillant pour le CIE (Consortium international d’exploitation) mais qui va, par amour, prendre la défense du géant :

  • 14 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 255.

il s’exprimait dans une langue rugueuse mais puissamment enracinée au réel, à la terre, comme lui-même. […] Il n’était pas un individu parmi d’autres, mais plutôt l’« Homme ». En des temps lointains où ceux-ci demeuraient rares, séparés par beaucoup d’espace, méditant longuement avec eux-mêmes, pionniers au seuil des vallées nouvelles, conscients de l’alliance des choses dès qu’elles sont regardées fraternellement.
Peut-être le mot clef. Il dit :
– Le Plan ? Je l’aime comme un frère, une sœur. La source, les poutres de mélèze, la dalle du seuil. Tout. Comme si c’était en moi plutôt qu’au-dehors. Ou un autre moi. On ne vend pas son frère, vous comprenez14 ?

12Siméon se trouve en parfaite harmonie avec la pureté originelle des cimes. Lorsqu’il dit son amour de la terre, il semble bien représenter le poète lui-même qui n’a cessé de chanter pareil sentiment.

13Mais lorsque l’âge d’or se trouve menacé, que deviennent nos géants ? Samivel rapporte cette légende tyrolienne selon laquelle une immense tour rocheuse ne serait autre qu’une géante, vêtue de noir, tristement assise, la tête appuyée sur les mains, pleurant l’effondrement d’un éden montagnard qui fut détruit. Ses sanglots ressemblent à la tempête, et l’on croirait entendre les sifflements du foehn au fond des gorges, le craquement des sapins déracinés par l’ouragan. On pense à l’attitude de Siméon lorsqu’il apprend que la vacherie du Plan a été détruite pour placer sur le site un pylône :

Alors surgit une chevelure hérissée, une carrure, deux poings serrés, des jambes martelant le sol au même rythme qu’un souffle de locomotive. L’homme paraissait s’être haussé, élargi, sortir tout droit d’un vieil abîme où grouillaient jadis les ours, les boucs diaboliques, les géants…

  • 15 Ibidem, p. 251.

Il semble « habité provisoirement par un autre Être… plus primitif, plus puissant, sorte d’Ancêtre farouche de sa propre lignée »15. Le spectacle continue, le géant arrachant la tuyauterie et, finalement, s’effondrant.

  • 16 Ibid., p. 84.

14Le Fou d’Edenberg dit la fin d’un monde : certes, les Béatins ne nageaient pas en pleine béatitude avant l’arrivée du téléphérique – le nom même du village n’est pas choisi sans ironie – et la haine dressait les Raccard et les Icart les uns contre les autres. Néanmoins, c’était un monde où le sens du sacré existait. Au temps mythique, cyclique, celui des géants, succède l’ère du progrès technique, marquée par un étrange phénomène « nommé accélération de l’histoire » ; voilà que les événements se précipitent « au rythme même du siècle, c’est-à-dire un train d’enfer »16. Une scène étrange se déroule vers la fin du roman : tous les animaux semblent être soumis à Siméon, venir instinctivement vers lui, ne pas le craindre mais lui confier leurs petits, comme s’ils reconnaissaient en lui l’ancêtre des hommes, comme si se recréait le temps perdu, celui du paradis, de la communication entre les hommes et la nature.

15Alors, passéiste, Samivel ? Nostalgique d’un temps perdu, de l’ère des bons gros géants ou de ces hommes sauvages pas encore corrompus par la civilisation ? C’est Le Fou d’Edenberg qu’il faut ouvrir, une fois de plus.

Le géant : force de vie

  • 17 Ibid., p. 35.

16Un fameux gaillard, voilà ce qu’était l’Antoine. « Naturellement, les filles [en] raffolaient […] Pas une jeune qui n’eût souhaité éprouver la petite mort entre ses bras, pas une vieille qui ne regrettât l’heureux temps où elle en était capable »17. Le fils a de qui tenir et Sarah, la sorcière qui, en sa jeunesse, a succombé au père, dresse jalousement une sorte de rempart protecteur autour de Siméon ; aussi tient-elle un discours sans ambages à Hélène Colline :

  • 18 Ibid., p. 239.

la seule chose qui te tente, je la connais moi ! […] C’est qu’il te culbute, chienne ! qu’il te fasse sentir le poids de son ventre ! Tu as envie d’y goûter à un homme, un vrai, un qui en a… et du poil sur la poitrine dur comme de la fourrure de blaireau ! Rien à voir avec tes demi-mâles de la ville, ceux qui t’ont cochée, putain ! Voilà ce que tu espères18 !

  • 19 Ibid., p. 243.

17Insulte mise à part, la suite du roman ne dit pas autre chose : c’est bien la force primitive, la virilité de Siméon qui séduisent la jeune femme. Première rencontre : le géant est surpris torse nu, la barbe au vent, en plein effort, charriant le foin. La deuxième fois, c’est d’abord son dos nu, puissant, qui retient l’attention, puis son odeur. (« Qu’est-ce que ça sentait ? L’homme. Une odeur pas désagréable »19). Nouvelle rencontre, quelques pages plus loin : Hélène demande à voir l’étable, découvre les « croupes richement barbouillées » et « le parfum » des vaches. Elle se sent bien :

  • 20 Ibid., p. 248.

une sorte de… communion, au-delà des mots, des stupides vanités, des ricanements… Avec quoi ? Un souffle. Le Souffle. La Force qui s’opposait au poids, aux pierres, faisait jaillir pêle-mêle avec une superbe indifférence les petits de bêtes et les petits d’hommes, les milliards d’œufs, les forêts, les pensées. Ici même, dans cette cabane obscure, sale, puante – oui, messieurs-dames, pour vous servir – elle entendait gronder un fleuve élémentaire, irrésistible, barbare, suprêmement nuancé, tout à la fois20.

Enfin, la scène du bain révèle, dans leur beauté et leur vigueur originelles, deux corps qui s’étreignent avec violence.

  • 21 Ibid., p. 217.

18À travers l’érotisme du roman se donnent certes à lire les plus vieux mythes, mais c’est aussi un hymne à la Vie qui se fait entendre. Une Vie universelle. La force et la nature rugueuse – pierreuse – du géant sont à la mesure de l’espace dans lequel il évolue. Ces êtres sont à l’image de la nature qui les entoure, êtres élémentaires, essentiels, comme ce Siméon Icart que le « Women’s club », débarqué d’Amérique pour rencontrer le fameux fou d’Edenberg, a surnommé l’homme des neiges. Sa force est « une résurgence, l’expression d’une énergie, d’une pureté fondamentales, celles mêmes qui jadis avaient permis à la tribu de s’implanter envers et contre tout parmi les avalanches, les glaciers, les torrents hostiles »21.

19La place tenue par les vaches du fou est significative : Siméon est fromager, l’une des rencontres avec Hélène a lieu dans une étable et, dès le début du roman, le bruit que font les vaches précède immédiatement l’apparition du héros. Rappelons en outre qu’Antoine était le seigneur des fromages de la vallée, qu’il détenait les secrets d’une parfaite réussite. Or, pour lui, le fromage et les filles c’était un peu la même chose ; il suffisait de savoir s’y prendre et de connaître quelques mystères ! Du reste, la plantureuse dame qui a déniaisé une bonne partie des mâles de la vallée, au nombre desquels figurent le Tofrou et son ami Joseph (dont les plaisanteries grivoises et les jurons émaillent le roman), ne porte-t-elle pas le même nom que la vache reine de Siméon, la brave Rose qui donne des litres et des litres ? Le géant est peint en bon vivant qui se livre au bonheur des sens. Dans Le Fou d’Edenberg, un rire énorme retentit, grâce à deux personnages, Rose et, bien sûr, Siméon dont le rire, démesuré, fantastique, éclate lorsque le traître qui pactise avec les agents du Progrès, Amat Penne, vient lui proposer de jouer à l’homme sauvage pour attirer les touristes. C’est le rire qui accueille l’offre du tentateur, du corrupteur. Au risque d’être dénaturé, au risque de perte de soi, répond le rire donc la Vie ; aux arguments, à la rhétorique, à la « harangue » de Penne répond le rire gargantuesque :

  • 22 Ibid., p. 469.

Sim se plia en deux… Le gaillard tapait du pied, s’étouffait… Le rire formidable qui lui fendait la gueule d’une oreille à l’autre atteignit rapidement un paroxysme, celui des masques dont on ignore s’ils expriment la fureur ou l’extase. Puis il tâcha de récupérer son souffle, torcha des ruisseaux de larmes… et vlan, repartit de plus belle, un vrai tremblement de terre ! Une fanfare de Jéricho22.

  • 23 Ibid., p. 466.

20Remarquons que la scène se situe à la Pierre-Gargant, un fameux rocher en équilibre, témoignage du passage de Gargantua enjambant les montagnes, comme l’explique le narrateur. Or, ce « 7 juin 1955 après Jésus-Christ, une main de plus palpait distraitement ces surfaces. Elle s’identifiait à la teinte, au grenu de la roche en sorte que tout paraissait enveloppé de la même peau. L’homme auquel appartenait cette main se tenait immobile, songeur. Il ressemblait à une excroissance, une nouvelle racine de granit enfoncée dans l’alpage. Puis il remua et les choses rentrèrent dans l’ordre : bloc d’un côté, Siméon de l’autre »23.

21Homme montagne, géant de pierre, tel est-il. Aussi son rire semble-t-il se communiquer à la montagne elle-même.

  • 24 Ibid., p. 469-470.

Plus Sim riait, plus son hilarité s’amplifiait, trouvait d’échos, créait des ondes… bien au-delà du fils d’Antoine, d’un homme remué par un rire d’homme, mais à présent une multitude ! L’alpage, le Gargant en personne ! La montagne elle-même. Trois choucas plongèrent, le bec ouvert jusque-là, et la Pierre vibrait sur ses bases.
Cette énorme gaieté balayait les horizons, gagnant de proche en proche, une réaction en chaîne. Les crevasses du lointain glacier du Saint-Norbert ouvrirent des bouches édentées, les forêts de la Cape Gargas ondulèrent, et l’azur à son tour s’élargit comme un gouffre ; il en tombait des clameurs d’allégresse, une allégresse terrifiante24.

Voilà un rire cataclysmique, un rire de géant bouleversant l’ordre du monde, puisque même les objets les plus symboliques, comme le couvre-chef du redoutable Penne, échappent à leur propriétaire, entraînés qu’ils se trouvent dans un tourbillon digne des Saturnales les plus débridées.

  • 25 Nous renvoyons ici à la communication de M. B. Neiss, professeur émérite de l’Université de Strasbo (...)
  • 26 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 300.

22On peut voir en Siméon Icart l’héritier du Samson biblique25 : arrêté par les Philistins du CIE, objet de risée et de calomnies, il parvient néanmoins à leur échapper, « métamorphosé devant les témoins stupéfaits… plus grand que nature… comme crachant le feu par ses narines dilatées, comme si l’énergie d’une foudre invisible se déversait en lui »26.

23C’est un avertissement. Samson-Siméon sera exaucé in extremis par le ciel qui attirera sur ses adversaires un véritable déluge se doublant du châtiment de Sodome. L’antique mythe crétois est renversé : Icart, surpris par ses poursuivants, sort du labyrinthe d’une grotte, puis, du rocher où il se cramponne, dominant la foule décrite comme un monstre aux 600 têtes – nouvelle vouivre – il s’envole vers la lumière, réussit son ascension, devenant le grand vainqueur :

  • 27 Ibidem, p. 492.

la Lance et le Fou, toujours cramponné à sa monture, navigateur partant vers la lune, se détachaient du sol, s’envolaient à des hauteurs bouleversantes […]
Puis tout fut englouti et lui-même dans les tourbillons, le tumulte, un brouillard de Londres en novembre, tandis que les trombes d’eau s’effondraient dignes d’une mousson sous les tropiques… de vraies hallebardes, de nouvelles lances de saint Béat. Un premier éclair fendit le monde en deux suivi d’un tintamarre27.

24Pourtant, la fin du chapitre XLIV laisse comprendre que tout est ensuite rentré dans l’ordre, Amat Penne – bien que sans couvre-chef – est devenu M. le maire. La fin du roman, ce formidable pied-de-nez du fou au mirifique Edenberg, n’est qu’un joyeux mais provisoire carnaval. Après la résistance dévastatrice du géant, après l’orage, la paix revient dans cet Eden artificiel, que se sont façonné les hommes. Finie la fête des fous, fini le temps où Amat Penne se trouvait dépourvu de son couvre-chef. L’autorité officielle reprend ses droits.

  • 28 Ibid., p. 492-493.

Dans la vallée, on attribua la volatilisation du fils du Tofrou à un coup de foudre, car les corneilles sont discrètes. Par exemple celle qui le matin suivant se posa sur la courbe du col de Montmar, repeint à neuf. Cette corneille inspecta une piste peu marquée dans la couche de grésil et qui s’effaçait déjà. Elle passait de l’autre côté de la montagne. L’oiseau fit quelques tours en sautillant, émit un son enroué, s’envola28.

25Chez Samivel, les corneilles savent beaucoup de choses qui échappent aux humains, ou plutôt à ceux qui se prennent pour des hommes, car pour ce qui est des hommes – des vrais – le dernier s’en est allé, « passant la frontière » diront ceux qui cherchent une explication rationnelle, abandonnant les autres, décidément ridiculement petits, à leur sort étriqué, à leur ignorance et à leur pseudo-Eden. Ce monde n’était pas fait pour lui. Voilà qui résonne comme un avertissement : prenons garde que le nôtre reste humain, n’étouffons pas la part de géant qui est en nous, sinon le monde risque fort de se réduire à un Edenberg qui n’est un Eden que pour les rats comme Amat Penne.

26Notons que dans le conte « Aum ! Mani padmé Houm ! », le géant de pierre redevenu géant de chair n’a plus rien à faire dans ce monde des ténèbres où les hommes sont si petits, en ce quatrième âge, en cette époque décadente. Tous ceux qu’il attendait – les Bouddhas – sont venus. On peut alors s’interroger sur la disparition du géant, qui se résorbe dans le feu et la lumière. Que signifie-t-elle pour le monde ? Le condamne-t-elle aux ténèbres ? Rappelons que selon le titre, les montagnes sont brillantes mais elles le sont avant la nuit ; la disparition du géant ne signifie-t-elle pas l’avènement des ténèbres pour ce monde, la fin du rêve ?

  • 29 B. Amy, op. cit., p. 25.

27Dépouillées de leurs trésors cachés, les montagnes perdent de leur éclat, l’Edenberg de pacotille est bien terne. Nous nous heurtons ici à un paradoxe : dans une œuvre traversée par un humour irrésistible, Samivel paraît soudain inquiet et pessimiste. « Un esthète inquiet »29.

  • 30 Contes des brillantes montagnes avant la nuit, op. cit., p. 61.

28Mais choisir comme héros romanesque une sorte de géant local qui se dérobe toujours, échappant à la civilisation moderne, n’est-ce pas dire le pouvoir de l’imagination qui est surtout pour Samivel faculté de s’émerveiller ? N’est-ce pas une invitation à vivre dans un monde de prodiges, de mystères, où les choucas nous parlent à l’oreille, où les pierres frémissent, bref un monde de merveilles ? Le monde des Contes à pic ou des fables. Voir dans l’homme proche de la nature un géant, c’est plonger pour un moment dans ce « temps de l’extase », cet état où « le temps ne compte absolument plus » puisque c’est ainsi que le définissait l’Abbé dans le conte30 ; c’est avoir l’œil émerveillé, condition nécessaire pour rester des hommes justement.

  • 31 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 380.

29Ainsi, le géant est « fort à la manière des blocs, des torrents, des sapins de sa vallée, et il obéit comme eux à des règles… peut-être liées à l’architecture même de l’univers.[…] il incarne au niveau humain des forces cosmiques »31. Que ce soit un juge – donc l’un de ceux qui menacent le héros et sa liberté, et, qui plus est, un « petit juge » ! – qui définisse ainsi le grand Siméon, n’est-ce pas le meilleur des hommages ? Ce géant est le dernier des hommes, dernier d’un monde primitif que viennent ruiner les avancées de la civilisation. Malgré les efforts d’une Hélène Colline, Siméon se dérobe, retournant toujours à sa solitude. Elle n’est que « colline », comme son patronyme l’indique, lui est montagne : il est la montagne, la Nature dans toute sa force, il sait se fondre en elle, il appartient à cet univers originel. Les valeurs qu’il incarne doivent imposer le respect, car sa loi est celle de la Vie, de la liberté sans laquelle le monde court à sa perte. Par la fiction et par la figure du géant, Samivel nous invite à nous ressourcer à l’espace sacré des origines mais désamorce toute tentation de pathos par l’humour – qui est humanité.

Notes

1 Lettre de Samivel du 7 avril 1988.

2 Hommes, cimes et dieux, Arthaud, 1973, rééd. 1984, p. 143.

3 Poème cité par B. Amy, in « Samivel ou l’esthète éclectique », La Montagne, 1992, n° 4, p. 25.

4 Le Fou d’Edenberg, Paris, Albin Michel, 1967, p. 134-135.

5 Ibidem, p. 137.

6 Ibid., p. 28.

7 Ibid., p. 134-135.

8 Lieu-dit où se situe l’étable.

9 Le Fou d’Edenberg, op. cit, p. 115.

10 Suite de siècles.

11 Ermite.

12 Contes des brillantes montagnes avant la nuit, Paris, Arthaud, 1980, p. 60-61.

13 G. Durand, « Psychanalyse de la neige », in Champs de l’imaginaire, textes réunis par D. Chauvin, Université Stendhal, Grenoble, ELLUG, coll. « Ateliers de l’imaginaire », 1996, p. 14.

14 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 255.

15 Ibidem, p. 251.

16 Ibid., p. 84.

17 Ibid., p. 35.

18 Ibid., p. 239.

19 Ibid., p. 243.

20 Ibid., p. 248.

21 Ibid., p. 217.

22 Ibid., p. 469.

23 Ibid., p. 466.

24 Ibid., p. 469-470.

25 Nous renvoyons ici à la communication de M. B. Neiss, professeur émérite de l’Université de Strasbourg, intitulée « Les qualités de romancier de Samivel dans Le Fou d’Edenberg », présentée lors du colloque organisé par l’Association des amis de Samivel, à Chamonix, en juillet 2002.

26 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 300.

27 Ibidem, p. 492.

28 Ibid., p. 492-493.

29 B. Amy, op. cit., p. 25.

30 Contes des brillantes montagnes avant la nuit, op. cit., p. 61.

31 Le Fou d’Edenberg, op. cit., p. 380.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search