Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

4. La dimension politique

Quand les pygmées devinrent géants : Alexandre Dumas et la Révolution française

Julie Anselmini

Texte intégral

Il ne faut pas dire la Révolution, il faut dire la Fondation.

  • 1 Pour J. Janin, c’est « un cyclope effrayant dans sa forge allumée », « un géant [...] [qui] eût fra (...)
  • 2 Nous nous référerons à l’édition Robert Laffont des Mémoires d’un médecin en trois volumes établie (...)

1Les romans d’Alexandre Dumas père, lui-même décrit par ses contemporains comme un impressionnant colosse dont les excès de vie s’épanchent en une œuvre pléthorique1, abritent un peuple nombreux de géants, du Porthos des Trois Mousquetaires au Jean Taureau des Mohicans de Paris. Néanmoins, la majorité de ces figures mythiques se concentre dans les romans historiques peignant l’époque de la Révolution : les Mémoires d’un médecin (1846-1855), vaste cycle couvrant la période allant de 1770 à 1793, et qui comprend Joseph Balsamo, Le Collier de la reine, Ange Pitou et La Comtesse de Charny2 ; Ingénue (1854-1855), qui se passe entre 1788 et 1793 ; René Besson (1862), qui s’étend de 1789 à 1791 ; Création et Rédemption (1872), enfin, diptyque formé par Le Docteur mystérieux et La Fille du marquis, et qui commence en 1785 pour s’achever avec la mort de Robespierre, en 1794, et la mise en place du Directoire. Devant l’importance des géants dans ces romans, on est fondé à s’interroger sur le rôle joué par cette figure dans l’écriture dumasienne de la Révolution, qui est pour l’auteur « le plus important des phénomènes politiques qui se fût jamais opéré en France » (Ange Pitou, XXIV, p. 861). Afin de préciser cette articulation, j’établirai une typologie des géants dumasiens avant de m’intéresser aux conséquences génériques de leur présence, puis à leurs implications politiques ; je m’attacherai enfin au statut du géant dans la représentation dumasienne de l’histoire.

Pluralité et unité des géants dumasiens

  • 3 René Besson, un témoin de la Révolution, XVII, Paris, Éditions François Bourin, 1989, p. 179. Les r (...)
  • 4 Ingénue, III, Paris, Éditions François Bourin, 1990, p. 44. Toutes les références renverront à cett (...)
  • 5 Le Docteur mystérieux, XX, Paris-Genève, Slatkine, « Ressources », 1980, p. 233. Même édition pour (...)

2Parmi les différents types de géants présents dans les romans de la Révolution, on trouve en premier lieu des personnages historiques : Mirabeau, ce « dominateur des multitudes »3 que dévore « l’appétit de l’impossible », est « de ceux qu’on n’enterre que sous les ruines » (La Comtesse de Charny, XVIII, p. 124 et XXIX, p. 208) ; Danton, « colosse » à la « taille herculéenne »4, est « le plus puissant athlète révolutionnaire qui dût combattre et renverser la royauté »5 ; lorsqu’il empêche la fuite du roi, Jean-Baptiste Drouet devient également « un géant de dix pieds » aux yeux de René Besson (René Besson, XXVI, p. 253).

  • 6 Voir Ange Pitou, X, p. 739, V, p. 690, VIII, p. 719 et XII, p. 753.

3On trouve en deuxième lieu des personnages fictifs, dont les plus caractéristiques sont Ange Pitou et Billot, dans les Mémoires d’un médecin. Le portrait du premier, dans Ange Pitou, est dominé par l’hyperbole : les « grosses lèvres » de « sa large bouche » découvrent, « en se fendant outre mesure », « deux rangées parfaitement complètes de dents formidables » ; « au bout de ses longs bras osseux » pendent « des mains larges comme des battoirs » ; il a « des genoux gros comme des têtes d’enfant » et « des pieds immenses » (II, p. 659-660) ; sa croissance est anormalement rapide (II, p. 664), la vitesse de ses déplacements, incroyable (LXI, p. 1098), et le monstrueux appétit de « ce jeune géant » (VIII, p. 721) amène sa comparaison avec Polyphème ou Gargantua (LVIII, p. 1081 et LXII, p. 1104). Quant à Billot, c’est un « robuste fermier » à l’« encolure puissante », « aux larges épaules », à la voix tonitruante et aux « grosses mains calleuses »6.

  • 7 Les Mohicans de Paris [1854-1855], IX, Paris, Gallimard, « Quarto », 1998, p. 69.
  • 8 Ibidem, CCXCVI, p. 2275-2276.

4En dernier lieu, on trouve métaphorisée sous les traits d’un géant une entité collective, le peuple. Dans Joseph Balsamo, on voit l’homme du peuple « s’agitant comme Antée, pour retrouver cette mère commune qu’on appelle la terre » et « se fraya[nt] un chemin [...] aussi facilement que Gulliver dans les blés de Lilliput » (Joseph Balsamo, XLVIII, p. 443-444) ; il est dit ailleurs à propos du peuple : « [il] est tout le monde, c’est-à-dire géant, [il] réalise la fable antique d’Argus aux cent yeux, de Briarée aux cent bras ! »7 ; on lit enfin, au sujet de « ce grand Paris » : « on a beau le terrasser comme Antée : comme Antée, il reprend sa force lorsqu’il touche la terre ; [...] on a beau [...] l’enterrer comme Encelade : chaque fois qu’il se retourne dans sa tombe, comme Encelade il remue le monde »8.

5Au-delà de leur apparente diversité, ces géants ont des caractéristiques communes bien identifiables. La première est la force physique : Danton est « une statue de la Force » (Ingénue, III, p. 44) ; Billot est « fort comme vingt hommes » (Ange Pitou, XLII, p. 993). La dimension populaire est un autre dénominateur commun : ces géants appartiennent au peuple ou guident son action. Enfin, tous prennent part aux luttes de la Révolution, et de même que les géants de la mythologie antique menacent le ciel aussitôt nés, ils sont essentiellement définis par leur vocation polémique : « notre travail à nous s’appelle détruire et tuer », déclare Billot (Ibidem, XII, p. 756).

  • 9 Mirabeau résume 1791 (Blanche de Beaulieu, [1831], V, Paris, Mercure de France, 1996, p. 84) et Dan (...)

6On conclura de ces préliminaires que le géant est chez Dumas une personnification du peuple révolutionnaire, que des individus (eux-mêmes emblématiques9) soient métaphorisés par cette figure ou qu’une entité collective soit allégorisée par elle.

Du romanesque à l’épique

  • 10 Ce genre a pour caractéristiques de mêler les personnages fictifs aux personnages historiques et de (...)

7L’« archi-figure » du géant est pour l’œuvre un facteur d’unité. Sa récurrence crée en effet un dispositif métaphorique qui homogénéise les personnages fictifs, historiques et allégoriques ; l’écart entre l’individu d’exception et la foule en est par ailleurs diminué : en gommant les disparités entre personnages réels et personnages d’invention, entre actions individuelles et geste collective, le géant s’avère une figure-clef du roman historique10.

8Or cette unification s’opère au profit du merveilleux. Non seulement le géant colore de merveilleux le peuple et ses partisans, mais ce merveilleux contamine les autres protagonistes. La royauté devient un ogre monstrueux : « les dynasties n’ont jamais été que des races dévorantes vivant de chair humaine », déclare un personnage du Docteur mystérieux (XXIX, p. 32), tandis que Marie-Antoinette constate qu’on l’assimile à « je ne sais quelle ogresse de contes qui engloutit la fortune et le bonheur des simples citoyens » (Le Collier de la reine, LXXXIII, p. 559). Tout en correspondant aux images des pamphlets et des caricatures de l’époque, ces représentations font pendant à la « gigantisation » du peuple. Le merveilleux s’étend même au cadre de l’action : dans Ange Pitou, la Bastille, « cette masse verdâtre, pareille à ces monstres fabuleux de l’antiquité », est personnifiée en un géant de pierre (XV, p. 779 et XVII, p. 802).

9L’influence des géants sur leur environnement romanesque ne se borne pas à la mythification du décor et des personnages. L’atmosphère merveilleuse rayonnant autour de ces figures peut donner lieu à des intermèdes fantaisistes. Quand les personnages sont considérés sous l’angle de leur vie privée, on rencontre des épisodes où l’autonomisation de la figure du géant produit un effet drolatique. Au début d’Ingénue, on assiste par exemple à une entrevue de Marat et de Danton, au cours de laquelle le premier se confie au second : « ils se trouvèrent face à face [...], le géant fronçant le sourcil au nain, et le nain riant au géant. [...] le géant s’approcha du nain et lui offrit un bras de fer auquel le nain se suspendit » (III, p. 44-45). Puis, après que Marat a raconté ses chagrins amoureux à Danton : « le géant ne put garder son sérieux : il écrasa d’un coup d’œil insolent le pygmée crasseux et contrefait, frappa dans ses larges mains, et [...] [partit] d’un glorieux éclat de rire » (X, p. 124-127). Tout l’épisode repose ainsi sur le contraste comique du géant et du nain, et sur un jeu intertextuel avec le paradigme du conte populaire.

  • 11 D. Madelénat, L’Épopée, Paris, Presses universitaires de France, « Littératures modernes », 1986, p (...)
  • 12 « Tout est personnifié dans l’épopée », souligne L. Cellier (L’Épopée humanitaire et les grands myt (...)
  • 13 Voir « Le Satyre » [1859] et « Entre géants et dieux » [1877], dans La Légende des siècles.

10Cependant, l’intertexte dominant des romans n’est pas le conte, mais l’épopée. Au-delà des allusions directes, les romans se rapprochent de ce modèle par leur ampleur, par l’action collective « violente et constructive »11 qu’ils retracent et par la liaison qu’ils opèrent entre l’historique et le merveilleux. Or le géant joue un rôle déterminant dans cet infléchissement épique, d’abord parce qu’il personnifie12 le peuple, face à la monarchie incarnée depuis toujours par le roi ; ensuite parce que la gigantomachie est constamment en filigrane du récit. Comme chez Hugo13, les tyrans sont montrés face au peuple comme d’impitoyables dieux olympiens : ce sont des « idole[s] arrosée[s] des pleurs et du sang de [leurs] adorateurs », de « monstrueuses divinités » (Joseph Balsamo, Introduction, p. 58-59) ; dans le récit de cet affrontement sans merci, les allusions au combat mythique des géants et des dieux sont récurrentes. Par exemple, lors de la prise de la Bastille : « Billot faisait des prodiges de force et de mouvements [...] [et il] se relevait toujours non seulement comme Antée, plus fort qu’auparavant, mais avec une nouvelle idée » (Ange Pitou, XVII, p. 799).

11Mais la réécriture de la gigantomachie aboutit aussi à une inversion de l’épisode mythologique. Le camp des géants récupère en effet deux attributs traditionnels des Olympiens, le rire et le foudre jupitérien : un « rire universel » accueille la pendaison de Foullon, en juillet 1789 (Ange Pitou, XLI, p. 986), et les clubs des Jacobins et des Cordeliers sont les « deux antres d’où sortirent les foudres qui frappèrent la royauté » (René Besson, XVIII, p. 188). La puissance de la voix et l’éloquence, force démocratique par excellence, sont surtout assimilées aux foudres : de simples murmures de Marat ou de Danton résonnent comme les grondements du tonnerre, et la parole, que Billot, lors de la prise de la Bastille, sent « grandir et monter en lui-même à la hauteur de la situation » (Ange Pitou, XVI, p. 788), s’avère une arme essentielle du camp populaire. L’issue de la Révolution, le renversement de la monarchie, achève d’inverser l’épisode mythologique : nobles et rois sont réduits à une « poignée de pygmées » après que le peuple, ancien pygmée, s’est levé « comme un géant » (Joseph Balsamo, CIV, p. 812).

  • 14 Le Légendaire au XIXe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Perspectives littéraires » (...)

12La mythification de l’événement s’accompagne donc chez Dumas d’un retournement du mythe : la gigantomachie est distanciée et renversée en même temps qu’elle est actualisée. Ce processus à la fois créateur et destructeur signale bien, pour reprendre la distinction établie par Claude Millet14, que nous sommes non pas dans la légende, univoque et soumise au pouvoir, mais dans le légendaire, dispositif complexe et contestataire, qui suppose aussi la volonté de fédérer la communauté autour de certaines valeurs.

Géant et politique

  • 15 V. Hugo, « Entre géants et dieux », in La Légende des siècles, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de (...)
  • 16 Le Vicomte de Bragelonne [1848-1851], t. I, LXXIV, Paris, Gallimard, « folio classique », 1997, p.  (...)
  • 17 Voir A. Dumas, Mes Mémoires [1852-1854], t. I, XX : « J’adorais mon père. Peut-être, à cet âge, ce (...)

13Rhétoriquement, le gigantisme ressortit à l’amplification, à l’hyperbole. C’est donc une figure de l’exaltation. La célébration, du reste, est inhérente au genre épique, auquel nous avons vu que le roman dumasien se rattachait. Par la figure du géant, fait « de la pâte grossière / Dont est faite la terre auguste »15, Dumas glorifie d’abord les forces telluriques, la matière. Avant nos héros révolutionnaires, la figure de Porthos est un hymne à la force physique, qui, poussée à un certain point, « est presque de la divinité »16. Cette admiration pour la force vient sans doute de l’idolâtrie dont Dumas entoure le souvenir idéalisé de son père, mort alors qu’il n’avait pas cinq ans17. Mais cette valorisation est avant tout idéologique : à la délicatesse et à la pâleur aristocratiques, sont opposées la robustesse et la santé de l’homme du peuple, cet enfant de la nature dont le travail nourrit la nation, et en qui éclate une vigueur perdue par la noblesse depuis la fin de la chevalerie.

14Cet éloge renvoie donc avant tout à un idéal, la démocratie, fondée sur « la chose la plus forte », c’est-à-dire sur le peuple (Joseph Balsamo, XL, p. 535). Ardent républicain, Dumas dit éprouver pour « notre grande, [...] notre sainte, [...] notre immortelle Révolution » une « profonde vénération », et pour « la France nouvelle », une « religion »« pleine de confiance et de foi » (Le Docteur mystérieux, XXVIII, p. 22-23) : à travers la figure du géant, il chante l’émancipation du peuple et l’accession à l’âge adulte de ce « grand enfant » qu’il ne s’agissait, avant, que de caresser ; à travers la réécriture de la gigantomachie, il chante la grandeur épique de la Révolution et loue un « but splendide » – « la liberté du monde », « la fraternité entre les peuples » (Ange Pitou, XLIII, p. 999) et « l’égalité qui élève » (Joseph Balsamo, XL, p. 535). Le peuple est ainsi l’entité politique que le légendaire dumasien vise tout ensemble à célébrer et à fonder, en lui offrant « ses lettres de noblesse » (Le Docteur mystérieux, XXXVI, p. 115).

  • 18 Voir notamment Ange Pitou, XVI, p. 789.

15Cependant, « tout n’est pas rose dans les révolutions » (Ange Pitou, XLIII, p. 994), et dans l’évocation de ces luttes fratricides, la figure grandiose du géant ne demeure pas sans ambiguïté. Lorsque les émeutes populaires prennent l’aspect d’effrayants carnages, l’image de l’ogre supplante celle du bon géant dans la représentation du peuple parisien. On lit par exemple, alors que la foule déchaînée guette Foullon : « Elle sentait [...] l’odeur de la chair fraîche qui descendait l’escalier » (Ange Pitou, XLI, p. 984). La potentielle négativité du géant est également exploitée : le sans-culotte débraillé et hirsute commettant ses attentats renvoie aux sauvages à demi nus, à la chevelure et à la barbe incultes, par lesquels l’iconographie antique figure les géants ; l’image du géant anguipède, mi-homme mi-dragon, est de même à l’arrière-plan de certaines descriptions du peuple comme un gigantesque reptile18. Quant au viol tenté par Porphyrion sur Héra, ce fragment de la gigantomachie pourrait à lui seul symboliser la Révolution, qui est, constate Dumas, « fille d’une nation violée » (Ange Pitou, XIII, p. 764).

16La violence et l’impitoyable cruauté des premiers âges mythologiques se retrouvent donc dans les débordements populaires et les atrocités de la Terreur, et la complexité mythique nourrit l’ambivalence du peuple, tantôt glorieux géant, tantôt monstre reptilien ou ogre sanguinaire.

L’Histoire en marche

17La vision dumasienne de l’Histoire permet néanmoins de dépasser ces contradictions, et d’appréhender les raisons profondes du recours au mythe du géant dans l’écriture de la Révolution.

  • 19 V. Hugo, « Entre géants et dieux », in La Légende des siècles, éd. citée, p. 64.

18Constatons d’abord que la Révolution, qui « d[oit] juger les vivants et les morts » (Ange Pitou, XIII, p. 757), est conçue comme un Jugement dernier. Constituant l’expiation des péchés commis par les rois, elle s’accompagne nécessairement d’un déchaînement de violence apocalyptique. Parallèlement à cet imaginaire eschatologique, on trouve l’idée d’une palingénésie, d’une nouvelle naissance pour la France, purgée et régénérée par l’épanchement de sang : fille du régicide et du sang versé, « une génération plus qu’humaine » est destinée à surgir (René Besson, XXIII, p. 227). Mais cette France nouvelle ne peut s’ériger qu’après l’anéantissement du vieux monde : il s’agit d’abord de « foul[er] du pied les ruines de ces effrayantes prisons » (Joseph Balsamo, Introduction, p. 59). Aussi, de même que la gigantomachie est une résurgence du chaos, la Révolution est-elle un retour au désordre originel. L’image du gouffre montre l’engloutissement du passé, dans ce passage d’Ingénue où l’homme de 1788 voit s’ouvrir devant lui « un abîme obscur, profond, inconnu » (III, p. 39), et d’importants acteurs de la Révolution ont comme les géants « la difformité sublime des décombres »19 : Danton, cette « ébauche gigantesque », est « une étonnante concentration de vie, de chair, d’os, de force, d’aveuglement, d’obscurité et de vertige » (Ingénue, III, p. 42-44) ; c’est « le démon du chaos, apparaissant à la genèse d’un nouveau monde, au milieu des ruines de l’ancien » (René Besson, XIX, p. 192).

19Ce chamboulement radical personnifié par Danton est la condition d’un retour à l’ordre, mais sur de toutes nouvelles bases. L’homme sorti des ruines de l’Ancien Régime sera moins une créature divine qu’un fils de la Terre, et le monde qu’il est appelé à construire sera non plus une création dont il ne possède pas les clefs, mais ce sera sa propre œuvre, son bien : « le tiers [...] brûlait du désir de voler le feu sacré, [...] d’en animer un monde qui serait le sien et dans lequel il ferait ses affaires lui-même », lit-on dans Le Collier de la reine (XVI, p. 167). À travers la figure du géant, relayée ici par celle de Prométhée, se joue donc le passage du Ciel à la Terre et la réappropriation par l’homme de son devenir : dans Le Docteur mystérieux, Danton dit vouloir porter la Révolution « plus loin, toujours plus loin, jusqu’à ce que nous ayons fait la terre à notre image » (XLII, p. 183).

  • 20 Voir J. Michelet, L’Étudiant, 7e leçon, 27 janvier 1848, Paris, Calmann Lévy, 1899, p. 168.

20Pour Dumas comme pour Michelet, qui a exercé sur lui une influence considérable, il ne faut pas dire la Révolution, mais dire la Fondation20, d’où l’imaginaire cosmogonique et le renversement positif du mythe du géant : ce révolté, ce fauteur de troubles, devient l’instaurateur d’un ordre nouveau. Or non seulement les violences fondatrices sont incontournables, mais le peuple ne saurait en être tenu pour responsable.

21Le peuple se métamorphose en effet constamment en une force cosmique : « il marche, il pousse, il renverse, car lui-même ne connaît pas sa force ; une fois lâché, répandu, roulant, c’est une inondation ou un incendie, il noie ou il brûle » (La Comtesse de Charny, XXI, p. 145). Rappelant le bouleversement complet des éléments qui accompagne la gigantomachie, ces métaphores, tout en agrandissant l’action aux dimensions du drame épique, exonèrent le peuple de ses exactions : il n’est pas plus coupable qu’une catastrophe naturelle. À côté de l’image de l’inondation, qui exprime l’ampleur irrésistible du déferlement révolutionnaire et le nivellement auquel il aboutit, une autre image récurrente est celle du volcan (intimement liée au géant, au cœur des récits étiologiques concernant les volcans). Un géant directement responsable des éruptions révolutionnaires, Danton, est lui-même un volcan en fusion :

... le mot tumultueux convenait à merveille à ce visage [...], qui semblait celui d’une créature humaine encore inachevée, qui eût appartenu à [l’]époque de la formation du globe [...] ; c’était un tâtonnement pénible et laborieux, imparfait, mais terrible, inachevé, mais énergique, que cette face labourée, crevassée par la petite vérole. On eût dit la croûte d’un volcan encore couvert des scories de sa dernière éruption. Ces petits yeux, [...], c’était le double cratère par lequel s’élançait la combustion intérieure (René Besson, XIX, p. 192).

  • 21 La Femme au collier de velours [1849], XIV, Librio, 2001, p. 102.

22De même, Paris en 1793 a l’effervescence terrible d’un cratère : « Ce n’était plus sur le volcan, c’était dans le volcan même que l’on dansait »21.

  • 22 La Dame de Monsoreau [1846], XXXVII, Paris, Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1992, p. 881.

23À travers ces représentations, la Révolution est assimilée à un phénomène immanent aux rythmes terrestres. Ce qui a provoqué son éruption est une force sourde enfermée tel Encelade dans les profondeurs de la terre, et qui a cheminé, comme le géant hugolien de La Légende des siècles, jusqu’à sa délivrance : « dans l’intelligence et dans la matière s’organisera une ligue sourde, une opposition entêtée, tenace, incessante, qui attaquera tout, à toute heure, creusera, minera, ébranlera », prédit Balsamo dès 1770 (Joseph Balsamo, LX, p. 534). Cette force mystérieuse, c’est bien sûr le peuple, ces « entrailles de l’État » (Ibidem, CIV, p. 812), mais c’est aussi l’idée de Liberté, semée à pleine main par les philosophes des Lumières, et figurée elle aussi par le géant : « Une idée, [...] c’est un nain géant qu’il faut surveiller nuit et jour ; car l’idée qui rampait hier à vos pieds, demain dominera votre tête »22.

  • 23 V. Hugo, Préface de 1859 à La Légende des siècles, éd. citée, p. 4.
  • 24 Gaule et France, Paris, éd. Le Vasseur et Cie, 1907, p. 55.

24Ce qu’exprime la figure du géant, c’est donc, par-delà les contradictions morales, la nécessité absolue de la Révolution. Elle est une étape essentielle de la marche de l’Humanité, ce « grand individu collectif »23, vers la Liberté, l’Égalité et l’Unité ; elle est un bond en avant de l’Histoire, elle-même incarnée par le géant, en tant qu’elle est Histoire du peuple et qu’elle se dirige obstinément vers son but : « la Révolution marchait et la fuite à Varennes lui avait fait faire un pas terrible », constate René Besson (René Besson, XL, p. 371) ; « Le jour où l’on apprit la victoire de Valmy, la république fut proclamée ; le jour où l’on apprit la victoire de Jemmapes, le roi fut mis en jugement. Puis les choses marchèrent à pas de géant », résume encore le narrateur du Docteur mystérieux (XXXVI, p. 114) ; « partout où passa l’esprit de la France, la liberté fit à sa suite un pas gigantesque, jetant au vent les révolutions »24, lit-on enfin dans Gaule et France (1833), au sujet des guerres révolutionnaires.

  • 25 L’Épopée humanitaire et les grands mythes romantiques, éd. citée, p. 96.

25Le géant donne ainsi forme à une vison téléologique de l’Histoire nourrie par un providentialisme qui est, d’après Léon Cellier, « l’essence même du Romantisme épique »25 , et qui est rapporté par Dumas tantôt à Dieu, tantôt à la nature, tantôt, selon une formulation plus vague, à « une mystérieuse puissance cachée dans les profondeurs de l’éternité et devant avoir, au point de vue de notre monde, un but intelligent et humanitaire » (La Fille du marquis, II, p. 28). L’opacité du mythe, tout en donnant corps aux interrogations du romancier, lui permet finalement de ne pas trancher dogmatiquement quant aux forces inconnaissables qui dirigent l’Histoire.

  • 26 Mes Mémoires, LVI, éd. citée, p. 397.

26Pour conclure, je soulignerai le rôle décisif joué dans l’orientation épique du roman dumasien par le géant, qui, en personnifiant le Peuple et l’Humanité en marche, permet une appréhension synthétique et optimiste de la Révolution. J’ajouterai que le mythe du géant tisse non seulement la trame du récit, mais qu’il façonne aussi la représentation de son auteur, cet « éclaireur de la postérité, placé sur la limite du monde aristocratique qui tombe, et du monde démocratique qui s’élève »26. Si le géant permet, dans l’énoncé, de franchir l’abîme de la Révolution et le fleuve de sang de la Terreur, du côté de l’énonciation, il est une figure du romancier historique, qui parvient à escalader la montagne de la Révolution pour surplomber l’ancien et le nouveau monde, et à les relier l’un à l’autre par la puissance de son génie : « Les grands événements de l’histoire sont pour le romancier ce que sont les montagnes gigantesques pour le voyageur », note l’auteur de Joseph Balsamo (LXIV, p. 563), avant d’ajouter : « les imaginations riches rapprochent tout [...]. Dans l’impossible, elles trouvent le réel, elles savent jeter les ponts sur les fleuves et appliquer des échelles aux montagnes » (LXXI, p. 608-609). L’appropriation, voire l’intériorisation du mythe du géant fonde ainsi la réussite d’un projet littéraire où écriture et politique se rejoignent.

Notes

1 Pour J. Janin, c’est « un cyclope effrayant dans sa forge allumée », « un géant [...] [qui] eût franchi d’un seul bond le plus vaste abîme » (Alexandre Dumas, Paris, Librairie des bibliophiles, 1871, p. 56 et 65).

2 Nous nous référerons à l’édition Robert Laffont des Mémoires d’un médecin en trois volumes établie par Cl. Schopp (« Bouquins », 1990).

3 René Besson, un témoin de la Révolution, XVII, Paris, Éditions François Bourin, 1989, p. 179. Les références suivantes renverront à cette même édition.

4 Ingénue, III, Paris, Éditions François Bourin, 1990, p. 44. Toutes les références renverront à cette édition.

5 Le Docteur mystérieux, XX, Paris-Genève, Slatkine, « Ressources », 1980, p. 233. Même édition pour les références suivantes.

6 Voir Ange Pitou, X, p. 739, V, p. 690, VIII, p. 719 et XII, p. 753.

7 Les Mohicans de Paris [1854-1855], IX, Paris, Gallimard, « Quarto », 1998, p. 69.

8 Ibidem, CCXCVI, p. 2275-2276.

9 Mirabeau résume 1791 (Blanche de Beaulieu, [1831], V, Paris, Mercure de France, 1996, p. 84) et Danton est « la révolution faite homme » (La Fille du marquis, IX, Paris, Nelson Éditeurs, 1962, p. 141).

10 Ce genre a pour caractéristiques de mêler les personnages fictifs aux personnages historiques et de représenter, derrière les destinées individuelles, « la totalité des déterminations socio-historiques objectives » (G. Lukacs, Le Roman historique [1937], traduit de l’allemand par R. Sailley, Paris, Payot, 1965, p. 355).

11 D. Madelénat, L’Épopée, Paris, Presses universitaires de France, « Littératures modernes », 1986, p. 40.

12 « Tout est personnifié dans l’épopée », souligne L. Cellier (L’Épopée humanitaire et les grands mythes romantiques, Paris, SEDES, 1971, p. 21).

13 Voir « Le Satyre » [1859] et « Entre géants et dieux » [1877], dans La Légende des siècles.

14 Le Légendaire au XIXe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Perspectives littéraires », 1997, p. 10 et passim.

15 V. Hugo, « Entre géants et dieux », in La Légende des siècles, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1950, p. 3.

16 Le Vicomte de Bragelonne [1848-1851], t. I, LXXIV, Paris, Gallimard, « folio classique », 1997, p. 715.

17 Voir A. Dumas, Mes Mémoires [1852-1854], t. I, XX : « J’adorais mon père. Peut-être, à cet âge, ce sentiment, que j’appelle aujourd’hui de l’amour, n’était-il qu’un naïf étonnement pour cette structure herculéenne et pour cette force gigantesque que je lui avais vu déployer en plusieurs occasions » (Paris, Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1989, p. 156).

18 Voir notamment Ange Pitou, XVI, p. 789.

19 V. Hugo, « Entre géants et dieux », in La Légende des siècles, éd. citée, p. 64.

20 Voir J. Michelet, L’Étudiant, 7e leçon, 27 janvier 1848, Paris, Calmann Lévy, 1899, p. 168.

21 La Femme au collier de velours [1849], XIV, Librio, 2001, p. 102.

22 La Dame de Monsoreau [1846], XXXVII, Paris, Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1992, p. 881.

23 V. Hugo, Préface de 1859 à La Légende des siècles, éd. citée, p. 4.

24 Gaule et France, Paris, éd. Le Vasseur et Cie, 1907, p. 55.

25 L’Épopée humanitaire et les grands mythes romantiques, éd. citée, p. 96.

26 Mes Mémoires, LVI, éd. citée, p. 397.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search