Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

4. La dimension politique

Une mythologie de la violence historique. Le géant dans l’œuvre de Chateaubriand

Anne-Sophie Morel

Texte intégral

  • 1 Mémoires d’Outre-Tombe, Paris, Bordas, 1989, t. I, p. 846.
  • 2 Chez Hugo notamment.

1Œuvre monumentale retraçant « l’épopée de [leur] temps »1, il semble tout naturel pour les Mémoires d’Outre-Tombe – et plus largement pour l’ensemble de la production de Chateaubriand – d’accueillir en leur sein la figure du géant. Elle synthétise en effet en une image la grandeur du projet littéraire et de la fresque historique à retracer. Le géant occupe ainsi une place privilégiée dans le langage imagé des Mémoires. Chateaubriand le convoque pour évoquer principalement la Révolution française, les Vendéens et Napoléon Bonaparte, les autres mentions du terme relevant essentiellement du domaine esthétique. On constate d’emblée que le géant personnifie des forces historiques, des périodes historiques, ou des acteurs de l’Histoire. Parmi ces derniers, prédomine la figure de Napoléon. Pas de réelle surprise ici pour le lecteur que la fréquentation des textes romantiques ou des œuvres historiques a habitué à reconnaître en Napoléon le « géant du siècle »2. Cette assimilation d’apparence homogène cache une réalité beaucoup plus complexe. Le terme subit en effet une série de variations lexicales et sémantiques, le géant devenant colosse, Titan, Hercule, ogre ou Moloch. La complexification du géant au sein même du sujet qui semblait donner au thème son unité et sa cohérence, construit un imaginaire duel, oscillant entre positivité et négativité. C’est cet imaginaire que nous souhaiterions explorer afin de montrer la contribution de Chateaubriand à la construction de la figure de Napoléon en géant et d’étudier le développement de cette image autour de laquelle se cristallise le langage imagé de Chateaubriand. Modèle esthétique – voire ontologique –, le géant révèle, par le biais du mythe et de l’imaginaire, la conception de l’Histoire du mémorialiste.

  • 3 M.O.T., II, p. 316 ; p. 556 ; p. 700.
  • 4 De Buonaparte et des Bourbons, Paris, Vialetay, 1971, p. 220.

2La construction littéraire du géant passe tout d’abord par un travail sur la grandeur et l’énormité physique. Aussi Napoléon est-il comparé à des objets formant une ligne verticale, tels « le plus haut palmier », « la colonne de nuée et de feu » ou « un haut pin »3. Cette verticale sera d’autant plus impressionnante si elle s’élève solitaire au-dessus de son milieu. L’écriture joue ainsi d’une technique de contraste qui permet de rendre au mieux l’impression de grandeur. Les proportions sont déformées pour faire voir le monde comme un petit objet, jouet aux mains d’un être aux dimensions surhumaines. Napoléon devient alors « l’homme qui avait tenu le monde dans sa main », un monde qui finira « délivré miraculeusement de […] [ces] mains [de Napoléon] qui avaient pressé le globe ». Il est « celui qui naguère foulait le monde à ses pieds » : « tout tremblait sous ses lois, depuis les colonnes d’Hercule jusqu’au Caucase »4. L’Empereur domine le monde, régnant sur lui à l’instar d’une divinité capricieuse.

  • 5 M.O.T., II, p. 569. De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famil (...)

3Le traitement de l’espace participe de la construction d’un être gigantesque. Le désir démesuré de Napoléon imprime à son mouvement l’impétuosité qui lui permet de parcourir rapidement de vastes espaces terrestres, maritimes et même temporels. Il est « le conquérant qui enjambait la terre », celui qui « avait marché plus vite que toute une lignée : haut enjambé, dix ans lui avaient suffi pour mettre dix siècles derrière lui »5. Il est ontologiquement impossible pour Napoléon de se circonscrire à un espace borné :

  • 6 D.B.B., p. 52.

L’imagination la plus féconde peut-elle se représenter ce que serait ce monstrueux géant resserré dans d’étroites limites, n’ayant plus les trésors du monde à dévorer et le sang de l’Europe à répandre ? Peut-on se le figurer renfermé dans une cour ruinée et flétrie, exerçant sur les seuls Français sa rage, ses vengeances et son génie turbulent6 ?

  • 7 M.O.T., I, p. 241.
  • 8 M.O.T., II, p. 662.

4La captivité ne parvient pas à réduire les dimensions gigantesques du « géant enchaîné à Sainte-Hélène »7. Au contraire, l’éloignement favorise la genèse de la légende et l’agrandissement mythique du personnage. L’expérience de l’exil sur le rocher de Sainte-Hélène consacre les affinités de Napoléon avec les éléments et le cosmos. Ces « harmonies d’immensité »8 invalident toute comparaison, toute mesure selon des principes applicables aux autres mortels. Entouré d’un vaste espace et d’une perspective imposante dans le temps, le géant selon Chateaubriand est d’abord un être aux dimensions gigantesques.

5Aussi se prête-t-il remarquablement au récit épique. À une histoire hors normes qui pose un défi permanent à la représentation, le géant offre une réponse esthétique, permettant au poète de se hausser à la grandeur de ses sujets. En introduisant une nouvelle aune de mesure dans l’histoire, il donne à voir l’extraordinaire, l’impensable.

  • 9 M.O.T., I, p. 241.

À tout prendre, bien que l’énormité des événements de nos jours ait rapetissé les événements passés, bien que Rosbach, Lissa, Liegnitz, Torgau, etc., etc., ne soient plus que des escarmouches auprès des batailles de Marengo, d’Austerlitz, d’Iéna, de la Moskowa, Frédéric souffre moins que d’autres personnages de la comparaison avec le géant enchaîné à Sainte-Hélène9.

  • 10 M.O.T., II, p. 307.

6Le géant suggère aussi bien la grandeur du succès militaire et politique que la brutalité de la chute. L’ampleur des campagnes, des batailles, des conquêtes et des succès, traduite en de vastes énumérations, participe d’une geste mythique, où le gigantisme devient objet d’exaltation. En tant que modèle d’énergie et de volonté, réalisant toutes les aspirations de son moi, le surhomme aux dimensions universelles suscite l’admiration du mémorialiste et devient même le double rêvé par l’écrivain. Chateaubriand évoque ainsi cet « énorme camarade, géant courbé à [ses] côtés dans l’exil »10. Le géant participe de l’accomplissement esthétique de la geste épique. En tant que porteur de valeurs esthétiques chères au cœur de Chateaubriand, le géant est investi de positivité.

  • 11 Congrès de Vérone, in O.C., Paris, Garnier, 1861, XII, p. 366.

7« Mais s’il est bon d’avoir une force gigantesque, il peut y avoir de la tyrannie à en user comme un géant »11 met en garde le mémorialiste dans le Congrès de Vérone, qui distingue ainsi la force, source d’énergie et de création, de l’usage dévoyé qui peut en être fait. Le géant bascule alors du côté du despotisme et de la négativité, et contribue à faire de Napoléon le type même du tyran. Les variations lexicales autour de la figure du géant convoquent les comparants d’une tératologie païenne et nourrissent alors une réflexion sur l’essence de la tyrannie.

  • 12 Voir J. Tulard, L’Anti-Napoléon, la légende noire de l’Empereur, Paris, Julliard, 1965 ; Natalie Pe (...)

8Aux côtés d’Attila, de Tibère ou du Minotaure, l’on découvre la figure de l’Ogre, qui constitue l’un des axes majeurs de la légende noire qu’a contribué à forger Chateaubriand. Si le terme même n’apparaît que deux fois dans l’œuvre, force est de constater la prégnance de ce motif dans l’évocation des campagnes impériales. L’image de l’ogre naît dans De Buonaparte et des Bourbons en 1814 dans un très fort contexte polémique. Chateaubriand s’inscrit ainsi dans la veine de la caricature et des pamphlets étrangers, notamment anglais, qui stigmatisent la politique étrangère de l’Empereur en Espagne puis en Russie, dispendieuse en vies humaines. C’est Chateaubriand néanmoins qui va contribuer à donner toute sa force à cette image et à la répandre, alimentant la légende noire de l’Empereur en France12. C’est de la conscription à laquelle la répétition a bien vite ôté son caractère exceptionnel que naît la légende de l’ogre. Un ogre qui, tel le Minotaure de l’Antiquité, réclame son contingent de jeunes hommes à dévorer. Chateaubriand, en un vaste mouvement, oratoire et pathétique, dresse un véritable réquisitoire :

  • 13 D.B.B., p. 233-234.

Les générations de la France étaient mises en coupe réglée comme les arbres d’une forêt ; chaque année, 80 000 jeunes gens étaient abattus. Mais ce n’était là que la coupe régulière : souvent la conscription était doublée ou fortifiée par des levées extraordinaires ; souvent elle dévorait d’avance les futures victimes, comme un dissipateur emprunte sur le revenu à venir. On avait fini par prendre sans compter […] Des colonnes mobiles parcouraient nos provinces comme un pays ennemi, pour enlever au peuple ses derniers enfants. Si l’on se plaignait de ces ravages, on répondait que les colonnes mobiles étaient composées de beaux gendarmes qui consoleraient leurs mères et leur rendraient ce qu’elles avaient perdu. […] Des femmes grosses ont été mises à la torture, afin qu’elles révélassent le lieu où se tenait caché le premier né de leurs entrailles ; des pères ont apporté le cadavre de leur fils pour prouver qu’ils ne pouvaient fournir ce fils vivant13.

  • 14 M.O.T., I, p. 237 et II, p. 139. Sur ce point, voir notre article « Oiseaux d’outre-tombe : l’histo (...)
  • 15 M.O.T., I, p. 483.

9Si elle demeure invisible, c’est bien la figure maléfique de l’ogre enlevant les enfants à leurs parents pour en faire de la chair à canon, qui s’impose ici. Sa présence invisible renforce le mystère et la peur attachés à cet être monstrueux auquel sont sacrifiés annuellement un contingent de quatre-vingt-mille jeunes gens. La forme passive traduit l’inexorabilité d’un massacre bien réglé, à la perfection mécanique et mathématique. Point de main, semble-t-il, pour faire tomber ces jeunes générations réduites par la comparaison au statut de bien de consommation courante. Cette image des arbres coupés prend tout son sens au regard de sa place hautement signifiante dans l’imaginaire de Chateaubriand. Les arbres constituent en effet pour lui des substituts à sa famille défaillante et décimée par la Révolution. Aussi l’abattis des arbres rejoue-t-il sur le mode imagé la mise à mort des siens par la Révolution14. La mécanique bien réglée de leur disparition, la « coupe » régulière évoquent bien sûr la « mécanique sépulcrale »15, la guillotine, dont le couteau redouble ici la lame de l’épée des colonnes mobiles et des champs de bataille. L’action du couperet s’étend et se généralise jusqu’à frapper des masses humaines telles que l’indétermination l’emporte sur le décompte numérique. Grâce à un jeu subtil d’échos, ce sont donc les victimes de la Révolution française qui resurgissent et semblent s’ajouter au nombre des proies du géant sanguinaire. Ce renvoi biaisé à la Révolution et ses crimes se prolonge avec l’apparition des « pourvoyeurs de chair humaine », à savoir les colonnes mobiles. Là encore, la Révolution offre un précédent de sinistre mémoire avec les colonnes infernales de Turreau ayant mis la Vendée à feu et à sang.

  • 16 M.O.T., I, p. 487.

10Outre cet apport de l’histoire récente et de l’imaginaire qui lui est attaché, notons ici la prégnance du modèle des contes de fées. Ce sont des enfants qui font l’objet de la quête acharnée, minutieuse et implacable des satellites de l’ogre. Le Petit Poucet n’est pas loin… À l’instar des révolutionnaires sanguinaires comme Fouché, l’ogre Napoléon « haleine » ici la chair fraîche et « les futures effluves du sang »16, image que l’on trouve dans La Belle au bois dormant à propos de la reine ogresse.

  • 17 J. Milton, Le Paradis perdu, Paris, Gallimard, 1995, p. 54.
  • 18 D.B.B., p. 249.

11Le sang versé de ces jeunes gens lui est vital car il permet d’alimenter sa machine de guerre et de conserver un espace à la mesure de son être. Ces sacrifices d’enfants font alors surgir la figure du Moloch, qui complète et enrichit celle de l’Ogre. Cet « horrible roi, aspergé du sang des sacrifices humains et des larmes des pères et des mères »17 rapproche implicitement Napoléon des représentations attachées au dieu Baal, celles d’un être gigantesque, de la taille de l’Europe, se repaissant d’enfants qu’il brûle dans ses entrailles. Le motif du feu, qui double celui du sang, renvoie au feu des canons et de la mitraille, à la fournaise de la mêlée sur le champ de bataille. Cette recherche de la chair fraîche est d’autant plus scandaleuse qu’elle se double d’une folie du nombre, sa « matière première ». Aussi est-ce un cri d’indignation qui échappe à Chateaubriand : « nous ne voulons plus adorer Moloch ; tu ne dévoreras plus nos enfants18 ! »

12Le motif de la dévoration achève de transformer l’Empereur en un Ogre dont la voracité et l’insatiabilité ne connaissent pas de bornes. Il dilapide ainsi hommes et biens. Les métaphores militaire et alimentaire permettent l’extension de la guerre, des conquêtes territoriales à tous les domaines de la société.

  • 19 D.B.B., p. 230.

L’administration la plus dispendieuse engloutissait une partie des revenus de l’État. Des armées de douaniers et de receveurs dévoraient les impôts qu’ils étaient chargés de lever. […] Il a dévoré en dix ans 15 milliards d’impôts […] La dépouille du monde, 1500 millions de revenu ne lui suffisaient pas ; il n’était occupé qu’à grossir son trésor par les mesures les plus iniques. […] Enfin, on l’a vu s’emparer de l’administration des funérailles : il était digne du destructeur des Français de lever un impôt sur leurs cadavres19.

  • 20 M.O.T., II, p. 358 ; p. 400.
  • 21 Les Martyrs, Paris, P.-H. Krabbe, 1852, p. 50 ; p. 169.
  • 22 M.O.T., II, p. 465.

13L’énumération des monstruosités de l’Ogre se clôt significativement par cette confusion entre les déprédations et la dévoration des hommes à travers l’impôt levé sur les cadavres. Napoléon devient Empereur d’un royaume des morts, dont la fortune s’alimente sans cesse du nombre de ses victimes. La figure de l’Ogre participe de façon privilégiée à la dénonciation du despotisme impérial. Des images âpres et réalistes présentent Napoléon comme un maître souverain se jouant des petits habitants de la terre : « il […] écrasait [les monarques] de ses armées et faisait jaillir leur sang sous ses pieds » ; « quant aux peuples, jamais homme n’en a moins tenu compte et ne les a plus méprisés que Bonaparte : il en jetait des lambeaux à la meute des rois qu’il conduisait à la chasse, le fouet à la main »20. Les Martyrs convoquent le géant et ses avatars en les associant systématiquement à des scènes de cruauté et de despotisme. Ainsi le tyran Galérius « semble porter sur son front la marque ou plutôt la flétrissure de ses vices : c’est une espèce de géant, dont la voix est effrayante et le regard horrible. » À sa vue, le « peuple tremblait, effrayé de la taille gigantesque et de l’air furieux du nouveau Titan »21. Son portrait offrant une figuration biaisée de l’Empereur, c’est bien l’usage abusif et tyrannique de son pouvoir qui est stigmatisé par Chateaubriand. Qu’il soit « monstre », « colosse sanglant qui menaçait le continent de sa criminelle éternité »22, le géant apparaît dans ces occurrences comme un être intrinsèquement maléfique, envoyé de Satan sur terre.

14Les Mémoires d’Outre-Tombe sont loin de reprendre tous les éléments du pamphlet, mais l’image du monstre sanguinaire et tyrannique qui prévalait en 1814, n’est pas totalement oubliée. Certes, le ton a changé ; il a perdu de sa virulence et de sa passion haineuse, car Chateaubriand ne fait plus œuvre de polémiste au sens étymologique du terme : il ne s’agit plus de gagner des batailles avec sa plume et de barrer définitivement la route au despote. Néanmoins, bien des traits du Napoléon noir du libelle passent dans les Mémoires d’Outre-Tombe, où ils sont à nouveau présentés comme le legs de la période révolutionnaire, et notamment de la Terreur. Le développement de la légende impériale, le recul pris par Chateaubriand et son désir affiché d’être impartial contribuent à atténuer la noirceur de l’Ogre. Dans l’imaginaire des Mémoires, le géant des géants qu’est Napoléon oscille entre négativité et positivité. Une image, empruntée au Diable boiteux de Lesage, opère une synthèse efficace de cette nature duelle. Napoléon, tout immense qu’il est, possède la faculté de changer de taille :

  • 23 M.O.T., II, p. 528.

Il y a des hommes qui ont la faculté de monter et qui n’ont pas la faculté de descendre. Lui, Napoléon, possédait les deux facultés : comme l’ange rebelle, il pouvait raccourcir sa taille incommensurable pour la renfermer dans un espace mesuré […] Encore un moment, et vous verrez, du fond de sa dégradation, le nain relever sa tête de Briarée ; Asmodée sortira en fumée énorme du flacon où il s’était comprimé23.

  • 24 M.O.T., III, p. 452.

15Le jeu sur l’antithèse et l’alliance des contraires témoignent de l’ambivalence constitutive de sa nature. Il est ainsi « nain » et « Briarée », géant d’une grandeur énorme, aux cent bras et aux cinquante ventres. Napoléon possède à la fois le pouvoir de surplomber, de tout dominer puis de s’immiscer insidieusement au plus près. Cette ductilité revêt un caractère maléfique, souligné par l’intertexte et la comparaison avec le démon Asmodée qui dispose de cette faculté. L’hybris de Napoléon le pousse à se dresser dans un espace immense, tout comme le Démon. Mais Briarée, fils de Gaia et d’Ouranos, est aussi le symbole de l’ordre retrouvé et du désordre surmonté. Fruit d’une alliance cosmique, il fut auprès de Zeus un restaurateur de l’ordre menacé. À l’instar de Briarée, Bonaparte a mis au pas l’anarchie révolutionnaire. Il devient alors ce héros positif qui a su combattre victorieusement l’hydre révolutionnaire et restaurer l’ordre, « l’Hercule qui fut seul capable d’étouffer le monstre »24. Cette assimilation de Napoléon à la figure d’Hercule ne va cependant pas sans ambiguïté. Certes Chateaubriand reconnaît, voire célèbre, les mérites guerriers de Napoléon à travers la figure d’Hercule. Mais la ruse légendaire du héros grec sert à dénoncer la duplicité impériale. Être hybride par excellence, Napoléon sait se jouer de ses auditeurs par la dualité de sa parole, comme en témoigne notamment Le Mémorial de Sainte-Hélène.

  • 25 Polémique, in O.C., Paris, Garnier, 1861, VIII, p. 8.
  • 26 De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, p. 12.

16Traduction sur le mode allégorique des forces qui travaillent l’Histoire, le géant en propose un principe d’intelligibilité. « Buonaparte avait lutté contre la révolution comme un géant contre un géant »25. Le gigantisme traduit la lutte de deux forces historiques et permet d’expliciter le passage d’une période à l’autre. Un lien de filiation unit en effet la Révolution et Napoléon. En un enfantement formidable, la Révolution a engendré Bonaparte : « la révolution dort dans son immense tombeau, et le géant, son fils, a l’océan pour sépulture »26. Mais ce dernier devient vite un fils matricide. Dans le Dernier avis aux électeurs de 1827, Napoléon est campé comme le fils dénaturé d’une mère coupable. Chargé d’en réprimer les excès, il est allé trop loin, tuant, avec l’anarchie, la liberté, supprimant indistinctement les vices et les mérites de la Révolution, parce qu’il était emporté par son tempérament et par les circonstances. De serviteur de la Révolution, il s’en est ainsi fait le liquidateur. Héros turbulent, juvénile, élevé trop haut par une œuvre colossale, il s’est pris finalement pour son propre but, comme un personnage frappé d’hybris. Et c’est précisément cette démesure qui sauve un peu de son prestige, estompant le caractère crapuleux du matricide et l’étouffement sordide de la liberté :

  • 27 De la presse, Dernier avis aux électeurs, in O.C., Paris, Garnier, 1861, VII, p. 523.

Buonaparte n’a péri que parce qu’il a été infidèle à sa mission ; né de la république, il a tué sa mère […] Penché sur le monde, d’une main il terrassait les rois, de l’autre il abattait le géant révolutionnaire ; mais en écrasant l’anarchie, il étouffa la liberté, et finit par perdre la sienne sur son dernier champ de bataille27.

  • 28 M.O.T., II, p. 24.
  • 29 Voir M.O.T., III, p. 13 ; p. 61 ; p. 76.
  • 30 M.O.T., II, p. 490.

17Quels que soient ses griefs à l’encontre de Napoléon, Chateaubriand salue en lui cette grandeur qui constitue à ses yeux un critère d’évaluation politique, morale et esthétique des hommes et des époques historiques. Pour Chateaubriand, l’humanité se divise ainsi entre les nains et les géants. Il s’agit d’une différence de valeur, qui pourtant n’implique pas toujours un contraste moral. Il méprise les petits hommes, et s’il condamne les crimes des grands, il admire ce qui dépasse en eux la mesure commune. Ainsi dans le Paris de 1800, à son retour d’exil, Chateaubriand cherche les traces de ces « géants »28 de la Révolution, auxquels il consacre pourtant de virulents portraits. Significativement, sa quête l’amène dans un café où il se trouve pris au piège de la société de consommation qui voit le jour. Les êtres mythiques de la Révolution ont laissé place au règne du mercantilisme et du prosaïsme. La figure du géant régit cette fracture historique entre un monde de la grandeur et la chute dans l’univers terne de la demi-mesure. À l’époque des géants vendéens, jacobins, à Napoléon succèdent les pygmées, les insectes ou les cirons de la Restauration et de la Monarchie de Juillet29. La technique du contraste sert à accentuer et dramatiser la rupture entre ces deux états. La monarchie de Louis-Philippe est tout entière frappée de ce rétrécissement. En une violente déformation de traits et de proportions, Chateaubriand dépeint des êtres racornis, manquant singulièrement d’âme et de consistance. La juxtaposition de la figure impériale et l’essor de la légende dorée ne font qu’accentuer la petitesse des uns et la grandeur des autres. Bonaparte est alors pleinement investi de positivité dans ces images où il s’agit de détruire l’adversaire honni ou méprisé, tel Talleyrand, à qui « il ne resta […] qu’à clopiner aux pieds du colosse qu’il ne pouvait renverser »30

18Le géant dénonce un état de l’histoire et interroge dès lors la marche du progrès. La disparition des géants et la réduction généralisée de taille se doublent d’une déperdition morale, d’une perte d’énergie, symptômes majeurs de l’après-Napoléon. Chateaubriand explicite ce processus d’évolution historique en recourant au modèle des sciences naturelles.

  • 31 M.O.T., I, p. 392.

Les divers insectes carnivores, vus au microscope, sont des animaux formidables, ils étaient peut-être ces dragons ailés dont on retrouve les anatomies : diminués de taille à mesure que la matière diminuait d’énergie, ces hydres, griffons et autres, se trouveraient aujourd’hui à l’état d’insectes. Les géants antédiluviens sont les petits hommes d’aujourd’hui31.

  • 32 M.O.T., II, p. 700.
  • 33 M.O.T., I, p. 595-598.

19Des créatures fabuleuses, propres à nourrir et stimuler l’imagination, l’évolution aboutit à des insectes, d’une banalité, d’une platitude et d’une uniformité désespérantes. Le foisonnement fascinant des débuts est perdu. Cette « Histoire naturelle » dénonce l’appauvrissement de l’imagination et le règne du prosaïsme. Le merveilleux n’est décidément plus d’actualité. La fracture de cette évolution se situe à la Révolution que Chateaubriand compare au Déluge dans son œuvre32. Le passage des « géants antédiluviens » aux insectes se situerait à ce moment. Mais les pygmées ne sont pas l’apanage exclusif de l’après-Napoléon. Dès la Révolution, Chateaubriand établit une ligne de partage entre les « combats de géants » vendéens, paysans plein d’abnégation et de courage, et les « pygmées » de la haute émigration, êtres folâtres et dépourvus de toute lucidité politique. Le portrait du paysan vendéen33 envoyé en délégation chez les pygmées londoniens orchestre une vaste gigantomachie mettant en scène l’ultime confrontation des deux France. La dichotomie pygmée/géant nourrit la polémique visant ceux qui n’ont pas su comprendre ni l’héroïsme ni la portée historique du conflit. Les combattants, Blancs et Bleus, s’associent dans la vision d’un même passé héroïque que le mémorialiste oppose à la médiocrité des hommes du temps présent.

20La fracture entre pygmée et géant, plus que chronologique, est éthique et esthétique. Le géant, nous l’avons vu, soutient la voix épique du poète. Plus encore, il isole un temps où la grandeur – aussi bien dans le bien que dans le mal –, l’héroïsme, les hauts faits, les événements extraordinaires sont légion. Autant d’attitudes, en effet, que le langage imagé traduira au mieux avec la figure du géant. Le géant – et plus largement ici le gigantisme – semble porter la voix de l’écrivain jusqu’à en déterminer l’existence. Napoléon disparu, l’histoire s’enlise dans la médiocrité et l’écriture des Mémoires se fragmente, renonçant à proposer une vue d’ensemble de l’existence. Aussi est-ce bien un amer désenchantement qui étreint Chateaubriand dans son évocation des lendemains de l’Empire et qui salue la disparition du géant des géants.

  • 34 M.O.T., III, p. 11-12.

Retomber de Bonaparte et de l’empire à ce qui les a suivis, c’est tomber de la réalité dans le néant, du sommet d’une montagne dans un gouffre. Tout n’est-il pas terminé avec Napoléon ? […] Au commencement de ces Mémoires je n’eus à parler que de moi […] ensuite je fus environné de miracles : ces miracles soutinrent ma voix ; mais à cette heure plus de conquête d’Égypte, plus de batailles de Marengo, d’Austerlitz et d’Iéna, plus de retraite de Russie, plus d’invasion de la France, de prise de Paris, de retour de l’île d’Elbe, de bataille de Waterloo, de funérailles de Sainte-Hélène : quoi donc ? des portraits à qui le génie de Molière pourrait seul donner la gravité du comique34 !

Notes

1 Mémoires d’Outre-Tombe, Paris, Bordas, 1989, t. I, p. 846.

2 Chez Hugo notamment.

3 M.O.T., II, p. 316 ; p. 556 ; p. 700.

4 De Buonaparte et des Bourbons, Paris, Vialetay, 1971, p. 220.

5 M.O.T., II, p. 569. De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, Paris, Le Normant, 1831, p. 32.

6 D.B.B., p. 52.

7 M.O.T., I, p. 241.

8 M.O.T., II, p. 662.

9 M.O.T., I, p. 241.

10 M.O.T., II, p. 307.

11 Congrès de Vérone, in O.C., Paris, Garnier, 1861, XII, p. 366.

12 Voir J. Tulard, L’Anti-Napoléon, la légende noire de l’Empereur, Paris, Julliard, 1965 ; Natalie Petiteau, Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris, Seuil, 2004.

13 D.B.B., p. 233-234.

14 M.O.T., I, p. 237 et II, p. 139. Sur ce point, voir notre article « Oiseaux d’outre-tombe : l’histoire entre réel et imaginaire », in Les Oiseaux : de la réalité à l’imaginaire, Actes du colloque des 1er, 2 et 3 juin 2005, textes réunis par Claude Lachet et Guy Lavorel, CEDIC, Université Lyon 3, 2006, p. 337-357.

15 M.O.T., I, p. 483.

16 M.O.T., I, p. 487.

17 J. Milton, Le Paradis perdu, Paris, Gallimard, 1995, p. 54.

18 D.B.B., p. 249.

19 D.B.B., p. 230.

20 M.O.T., II, p. 358 ; p. 400.

21 Les Martyrs, Paris, P.-H. Krabbe, 1852, p. 50 ; p. 169.

22 M.O.T., II, p. 465.

23 M.O.T., II, p. 528.

24 M.O.T., III, p. 452.

25 Polémique, in O.C., Paris, Garnier, 1861, VIII, p. 8.

26 De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, p. 12.

27 De la presse, Dernier avis aux électeurs, in O.C., Paris, Garnier, 1861, VII, p. 523.

28 M.O.T., II, p. 24.

29 Voir M.O.T., III, p. 13 ; p. 61 ; p. 76.

30 M.O.T., II, p. 490.

31 M.O.T., I, p. 392.

32 M.O.T., II, p. 700.

33 M.O.T., I, p. 595-598.

34 M.O.T., III, p. 11-12.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search