Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

2. La question de l’altérité

Entre géants et chevaliers. Une famille de géants « intertextuels » dans le livre II de Perceforest

Sophie Albert

Texte intégral

  • 1 Perceforest. Deuxième partie, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, t. I, 1999, chap. XXII, p. 186-195, (...)

1Le Roman de Perceforest, rédigé entre 1337 et 1344, se présente comme une suite rétrospective du cycle du Lancelot-Graal (1215-1230) menant, par une progression rigoureusement didactique, à l’avènement de la « vraie foi » en Grande-Bretagne. Le projet, pour explicite qu’il soit, emprunte néanmoins des voies parfois tortueuses, entrelaçant les aventures de multiples chevaliers. L’une de ces voies, l’histoire de Lionel et du Géant aux Cheveux Dorés, s’étend sur plusieurs dizaines de pages1. Dans cet épisode interviennent plusieurs personnages gigantesques, Cheveux Dorés bien sûr, mais aussi son épouse, « une dame de grandeur oultrageuse et d’aaige assez ancien », et leur fille Galotine. Comme on le verra, le romancier inscrit ces figures dans une lignée à la fois familiale, sur le plan actantiel, et intertextuelle, au niveau des modèles d’écriture : les aventures de Lionel sont inspirées du Chevalier au Lion, et Cheveux Dorés du géant Harpin de la Montagne ; la descendance de Cheveux Dorés entre en résonance avec l’histoire de Galehaut dans les romans de Lancelot et de Tristan en prose. De ces jeux de réécriture, je dégagerai les implications esthétiques et anthropologiques.

  • 2 Ibidem, p. 194.
  • 3 Ibid., p. 348.

2Le jour même où il s’éprend, sans connaître son nom, de Blanchette, fille du roi d’Écosse, Lionel trouve, accroché à un chêne, un rouleau portant le message suivant : « Damp chevalier, se faisiez tant que vous eussiez le chief du Gayant aux Crins Dorez, vous verriez a plain ce que tant desirez »2. Malgré les admonestations de son écuyer Clamidès, dont le bon sens frise la couardise, Lionel part à la recherche du géant aux Cheveux Dorés. Au bout d’un an d’une quête inutÎle, les deux compagnons arrivent dans un désert ; là, ils se couvrent de poils, sont contraints de manger de la viande crue et revêtent, pour tout habit, des « peaulx de cerfz ». Le désert est le résultat des méfaits de deux lions qui ont dévasté le pays et fait fuir ses habitants. Lionel les abat ainsi que l’un de leurs petits, mais prend en pitié leur deuxième lionceau et l’adopte. Après une halte chez le seigneur de l’Étrange Marche, ravi de voir son pays délivré des deux lions, Lionel, Clamidès et le lionceau arrivent chez Nabin le Maronnier. Nabin propose à Lionel de le guider jusqu’à l’île où demeure Cheveux Dorés ; toute la compagnie embarque. Une tempête entraîne le navire vers l’Île au Serpent dont l’habitant, un dragon monstrueux, effraie tant les marins qu’ils n’osent plus s’aventurer dans les parages. Lionel le tue et, le lendemain, le navire arrive près de l’Île au Géant. Lionel et Clamidès, descendus sur le rivage, rencontrent une femme gigantesque qui leur raconte son histoire. Fille d’un riche seigneur danois, elle s’éprit dans sa jeunesse d’un chevalier qui, à cause de sa merveilleuse chevelure, était surnommé « Cheveulx Dorez ». Les deux amants s’enfuirent et accostèrent sur une île ; Cheveux Dorés en prit possession après en avoir tué le souverain. Le couple vécut heureux pendant quarante ans et engendra une fille. Celle-ci, âgée de neuf ans au moment du récit, est dotée d’une telle beauté que son père en est tombé amoureux. Il ne cesse de déclarer que lorsqu’elle aura l’âge requis, il la prendra pour femme et précipitera sa vieille épouse dans la mer. De plus, il s’est mis, « par sa vÎle luxure », à violer les filles du pays, « dont il les atourne telles que elles meurent, car elles ne sont pas de grandeur pour le recepvoir »3.

  • 4 Ibid., p. 350-351.

3La géante montre ensuite aux deux visiteurs sa fille Galotine, « qui gisoit toute nue en son lit ». Tandis que Lionel et la géante sortent converser, l’écuyer « se jouoit a Galentine la pucelle et tant y fut en pou d’heure privé [...] qu’il jeut avecques elle ». La géante, prévenue de la chose par une indiscrète « chamberiere », s’arme d’un « grant baton » pour mettre à mort Clamidès, quand Lionel intervient et promet que l’écuyer réparera ses torts4.

  • 5 Ibid., p. 363.

4Le géant arrive ; Lionel parvient sans peine à le tuer. Les habitants de l’île, enchantés de ce dénouement, lui proposent la main de Galotine et la seigneurie du royaume. Lionel refuse, tandis que Galotine déclare lui préférer « le beau jone varlet » avec lequel il est venu. Aussi Clamidès, dont on apprend à l’occasion qu’il est le fils du sire des Lointaines Terres, épousera la fille du géant et aura d’elle huit enfants, trois filles qui « furent depuis roynes de . III. ysles en mer »5 et cinq fils. L’un d’eux sera appelé Galehaut.

D’Harpin à Cheveux Dorés

  • 6 Pour une analyse précise et une discussion des rapports entre le lion de Perceforest et celui du Ch (...)

5L’histoire de Lionel apparaît comme une réécriture de la seconde partie du Chevalier au Lion, celle où Yvain, tombé dans la folie, puis guéri par un onguent magique, gravit, à l’aide d’un lion domestiqué, les degrés d’un parcours héroïque qui le réhabilite. Les correspondances s’observent à chaque étape : reprise du schème de l’isolement et de la folie quand Lionel et Clamidès, traversant le désert, prennent l’apparence de deux sauvages, mangeurs de chair crue et couverts de poils abondants ; même identification symbolique entre un chevalier et un « lion reconnaissant », explicitée par le nom du héros, Chevalier au Lion ou Lionel6 ; même fonction initiatrice dans le cheminement du chevalier, lancé dans l’aventure par sa dame. Le combat contre le géant n’échappe pas à ce jeu de réécriture : Cheveux Dorés, par la place qu’il occupe dans le parcours ascendant du héros – il couronne une série de trois épreuves visant à libérer une région d’un être monstrueux –, par sa lubricité aussi, rappelle de manière évidente Harpin de la Montagne.

  • 7 A. Aarne, The Types of the folktale : a classification and bibliography, éd. traduite et augmentée (...)
  • 8 Voir par exemple H. Bloch, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Age fran (...)
  • 9 Perceforest. Troisième partie, éd. G. Roussineau, t. III, Genève, Droz, 1993, p. 19. Pour un commen (...)

6Les deux épisodes s’apparentent à un schéma courant, qui constitue le début du conte-type 3007. Le héros arrive dans une ville en deuil : de même, quand Yvain arrive dans la famille de Gauvain, toute la maisonnée se plaint et se lamente, et Lionel trouve en pleurs la femme du géant. Il s’enquiert : la fille du roi doit servir de tribut à un monstre qui prélève chaque année une ou plusieurs personnes sur la population. Même stupeur chez Yvain et Lionel devant leurs hôtes éplorés, même ordre d’interrogations et de réponses : un géant inflige à une communauté des nuisances, avatars du motif du tribut. Dans le Chevalier au Lion, Harpin pille et brûle la terre de la sœur de Gauvain ; dans Perceforest, Cheveux Dorés enlève des filles à leurs parents, les viole et provoque leur mort. Le lien entre le motif de la terre gaste et l’interruption des fonctions reproductrices, fréquemment souligné8, explique que l’auteur de Perceforest ait pu transposer sur le plan sexuel la violence destructrice d’Harpin. C’est au demeurant dans les deux romans une menace sexuelle qui pèse sur la fille de la maison, la nièce de Gauvain dans le Chevalier au Lion, Galotine dans Perceforest. L’auteur de Perceforest fait néanmoins subir un infléchissement de taille à son intertexte, puisque le géant dévastateur est tout à la fois le père de Galotine et le seigneur de l’île. Ce premier infléchissement en appelle un second. La jeune vierge que menace Cheveux Dorés, fille de géants, est elle-même pourvue de dimensions proprement gigantesques : à neuf ans, elle est « venue a la grandeur de femme commune » ; à l’âge adulte, elle sera si grande qu’elle portera Clamidès sur son bras « comme l’en porte ung petit enffant »9. Un siècle après la rationalisation à laquelle se livrent le Lancelot, Tristan en prose et Guiron le Courtois, romans dans lesquels les géants, pour la plupart, n’ont plus de géants que le nom, Perceforest réintroduit le merveilleux, un merveilleux souvent distancié, toujours voyant – cheveux dorés du père, taille extraordinaire de la fille.

7Or, en dépit (ou à cause) de sa taille peu commune, Galotine épouse Clamidès, et cette union démarque Perceforest du Chevalier au Lion. Le héros de Chrétien de Troyes croise sur son chemin plusieurs candidates au mariage, la dame de Noroison, la nièce de Gauvain, la fille du château des deux démons surtout, que la coutume lui enjoint d’épouser ; il refuse toutes ces femmes. De même, Lionel doit décliner la proposition du Seigneur de l’Étrange Marche, qui lui offre la main de sa fille, puis rencontre sur l’île au géant une nouvelle demoiselle, future victime du géant qui, dans le conte, n’a d’autre époux que son libérateur – et qui ne manque pas d’être proposée à Lionel en mariage. Mais le héros, amoureux de Blanchette, ne saurait épouser la fille du géant. On trouve donc à Galotine un mari de substitution : le mariage est déplacé sur l’écuyer Clamidès, et l’histoire de ses amours est traitée sur le mode comique, mieux adapté à la position sociale de l’amant et à sa couardise. Moins preux que Lionel, Clamidès s’accorde à merveille avec Galotine qui, fille de géant, ne peut en aucune manière rivaliser avec Blanchette, fille de roi.

  • 10 La dimension parodique n’est sans doute pas absente de l’histoire de Lionel : le respect qu’il mani (...)

8Ce dédoublement permet à l’auteur de jouer sur plusieurs registres : registre courtois, où le respect du sexe faible est poussé à l’extrême – en tuant le géant, Lionel acquiert le maigre droit de « voir a plain » sa dame, et sera dans la suite du roman sévèrement châtié pour avoir effleuré sa main ; registre comique, parodique peut-être, de la farce ou du fabliau – à l’inverse, Clamidès et la jeune géante se précipitent sans attendre dans un lit et dans la débauche10. Jeux d’échos et jeux d’inversion, brouillage des tons et des registres, tels sont quelques-uns des procédés du Roman de Perceforest. L’histoire de Galotine et Clamidès, en cela, est représentative d’un art d’écrire fondé sur la recherche de la varietas. Elle est également représentative d’une double démarche esthétique et idéologique. Alors que Chrétien de Troyes, après la mort d’Harpin de la Montagne, abandonne à son sort la nièce de Gauvain, simple accident sur la route du héros, le projet même de Perceforest suppose de mener à son terme chaque fil narratif et chaque personnage ; l’entrelacement, repris aux romans en prose du XIIIe siècle et magistralement orchestré par l’auteur, procure à l’entreprise ses moyens narratifs. En outre, ce roman se donne pour tâche d’inventer des ancêtres aux héros arthuriens. Aussi est-il souhaitable, sinon indispensable, de donner une suite aux amours de Galotine et de son écuyer : pour perpétuer un lignage, mieux vaut une union que la stérilité, et toute femme, fût-elle une géante, est, pour servir les desseins de l’auteur, bonne à marier.

Les familles de Galehaut

  • 11 J. Frappier lui consacre deux articles, dont le premier, « Le personnage de Galehaut dans le Lancel (...)
  • 12 Le Roman de Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, Leiden, E. J. Brill, t. II, 1976, § 445-482, p. 65- (...)

9L’auteur de Perceforest fait de Galotine et de Clamidès les lointains ancêtres d’un personnage bien connu des lecteurs médiévaux. L’onomastique est un indice : le prénom « Galotine », le fait que celle-ci engendre un enfant appelé Galehaut, signale la parenté de cette lignée « issue de géants » avec l’ami de Lancelot, Galehaut, seigneur des Lointaines Îles et fils de la Belle Géante. Ce personnage, dont l’avènement littéraire remonte au Lancelot en prose, a fait couler beaucoup d’encre : encre de critiques modernes qui, depuis les années 1970, se sont emparé de cette figure11 ; encre des continuateurs médiévaux du Lancelot en prose, qui ont développé dans deux directions l’héritage de ce premier roman. L’auteur de Guiron le Courtois (ca. 1240) invente à Galehaut un quasi-homonyme, Galehaut le Brun ; inspiré du premier Galehaut, mais distinct de celui-ci, ce personnage reçoit à son tour dans les Prophéties de Merlin, rédigées à la fin du XIIIe siècle, un homonyme strict. La seconde direction, qui m’occupera maintenant, est celle du Tristan en prose12 et de Perceforest ; elle consiste à reprendre le Galehaut du Lancelot en prose et à en préciser les contours. À cet effet, les écrivains de ces deux romans ont imaginé des parcours biographiques ou généalogiques mêlant géants et chevaliers.

10Comme l’a montré la critique, Galehaut, dans le Lancelot, est marqué d’une triple altérité : biologique – fils de géante, il appartient à la race des géants –, géographique – il est le maître d’îles « estraignes » ou « lointaines » – et sociale – il défend aux chevaliers errants l’accès à ses domaines par de redoutables passages, similaires à celui par lequel Méléagant, dans le Chevalier de la Charrette, protège l’accès à son royaume. L’amour passionnel qu’il porte à Lancelot, loin de démentir cette altérité polymorphe, la teinte d’une ambiguïté sexuelle que les gender studies se plaisent régulièrement à souligner. En même temps, Galehaut est un vaillant guerrier qui, en devenant chevalier de la Table Ronde, s’intègre au monde arthurien. Du fils de la Géante au chevalier de la Reine, des Lointaines Îles à la cour, le personnage oscille entre l’altérité et l’humanité et passe, dans une certaine mesure, de l’une à l’autre.

  • 13 Sur cet épisode, voir L. Harf-Lancner, « Le géant et la fée : l’utilisation d’un schéma folklorique (...)

11Des Lointaines Îles, plurielles et mystérieuses, le Lancelot ne dévoÎle que l’Île Perdue – encore celle-ci n’est-elle pas explicitement rattachée aux royaumes de Galehaut. Un passage de Tristan, avant les cinq « ysles en mer » du Roman de Perceforest, prend pour décor l’Île du Géant, une autre de ces Lointaines Îles dont Galehaut est le seigneur. L’épisode se situe au début du roman, alors que Tristan et Yseult viennent de boire le philtre qui a déclenché leur passion13. Une tempête se lève, entraînant le navire jusqu’à l’Île du Géant. Dans l’île règne une coutume : tous les chevaliers de passage doivent être emprisonnés ; mais si l’un d’eux parvenait à vaincre au combat le seigneur du lieu, il le mettrait à mort et lui succèderait. Parallèlement, s’il se trouvait une plus belle dame que la compagne du seigneur, celle-ci serait tuée et laisserait sa place à celle-là. Tristan et Yseult surpassent respectivement en force et en beauté les maîtres de l’île, Brunor et la Belle Géante. Comme l’exige la coutume, Tristan leur coupe la tête. Galehaut, leur fils, survient pour les venger ; vaincu par Tristan, il renonce à sa vengeance et met fin à la coutume.

12Au début du passage, l’auteur raconte l’origine de la coutume. Quand Joseph d’Arimathie eut christianisé la Grande-Bretagne, il envoya des émissaires évangéliser les Lointaines Îles.

  • 14 Tristan, éd. cit., p. 71.

Et il lor avint si bien qu’il convertirent totes les ysles qui la estoient et tornerent a la loi crestiene, fors cele ysle solement que l’en apeloit l’Isle del Jaiant por ce qu’il n’i habitoit se jaianz non, qui a celi tens estoient si merveilleuses genz qu’il ne manjoient fors char crue. De cele ysle estoit uns jaianz sires qui avoit doze filz, biax bachelers et forz, et tuit estoient jaiant. Et sachiez que a celi point que Crestien arriverent en cele ysle estoit malades li sires d’une plaie que une beste sauvaige li avoit faite. Li Crestien se mirent en l’isle et alerent preschant et ennonçant le non del vrai crucefi, ensi com Joseph lor avoit enseignié. [...] Quant la terre fu convertie a la loi crestiene en tel maniere com je vos cont, et tuit li jaiant meesmes fors solement cil qui les doze filz avoit orent receü batesme, cil jaianz, qui Dialetes estoit apelez, quant il fu gariz et trespassez, et il vit que si home avoient tuit degerpi la loi paiene et furent torné a la loi crestiene, il en ot tel duel qu’il en dut estre forsenez. En maintes guises se porpense coment il porroit sa gent torner a la loi paiene, mes il ne voit coment il puist ce faire se si doze fil ne recevoient mort avant [...]. Lors ocist il une nuit ses doze filz de sa propre main la ou il estoient endormi en deus chambres14.

13Les sujets de Dialétès, craignant de subir le même sort que ses fils, retournèrent au paganisme. Dialétès, après avoir fondé un château, depuis nommé Château des Pleurs, sur le sang des chrétiens, édicta la coutume énoncée plus haut, réglant le mode de succession de l’île – succession non héréditaire. Après lui se suivirent plusieurs générations de seigneurs jusqu’aux parents de Galehaut, Brunor et la Belle Géante.

  • 15 Et pas, dans Tristan, à l’origine de la lignée de Galehaut : Dialétès n’est pas l’ancêtre de Galeha (...)
  • 16 Perceforest. Deuxième partie, éd. cit., p. 337.
  • 17 E. Baumgartner, « Géants... », art. cit., p. 11.

14À l’origine de l’organisation « politique » de l’île15 – une coutume dans Tristan, une simple souveraineté dans Perceforest –, les auteurs des deux romans placent un géant auteur de transgressions. Dialétès appartient à un peuple de géants qui « ne manjoient fors char crue ». Cheveux Dorés, selon Nabin, fait pire : il « se delicte sur toutes viandes a mengier char humaine »16. Dialétès fonde la coutume du Château des Pleurs pour venger ou commémorer la mort de ses douze fils, qu’il a tués « de sa propre main » ; il est païen et refuse vigoureusement l’enseignement des chrétiens venus évangéliser son royaume. Cheveux Dorés viole les filles du pays en attendant de pouvoir violer Galotine, ce désir incestueux se présentant comme le double inversé de l’infanticide commis par Dialétès. Ces deux personnages relèvent d’un archétype largement répandu, celui de géants qui « transgressent les interdits sur lesquels se fondent, du moins dans nos textes, une civilisation : l’inceste et l’anthropophagie »17.

  • 18 Deux occurrences, dans des discours rapportés. Au discours direct p. 350, la dame s’adressant à Lio (...)

15Une divergence toutefois se dessine entre les deux romans. Dans Tristan, Dialétès passe à l’acte, il tue effectivement ses fils ; dans Perceforest, la menace de l’inceste affleure sans être exécutée. Cette atténuation correspond à la tonalité du passage, plutôt souriant que tragique. Elle correspond aussi à la « double nature » de Cheveux Dorés. La femme de Cheveux Dorés, quand elle évoque devant Lionel la jeunesse de son époux, le décrit comme « ung chevalier [...] grant et puissant et bel a merveilles », et n’emploie pour parler de lui que les termes « chevalier » et « seigneur » : dans le récit nostalgique de ses amours passées, un temps où Cheveux Dorés possédait toutes les qualités d’un chevalier courtois, il n’est, assurément, aucun « géant ». Quand en revanche elle fait référence au personnage actuel, le mot « géant » paraît18. De même, le parchemin qui indique à Lionel l’épreuve qu’il lui faut accomplir parle du « Gayant aux Crins Dorez », et Lionel, à l’instar de ses compagnons, n’utilise jamais que l’expression « Gueant aux Cheveulx Dorez ». Ce géant est l’adversaire à éliminer, le redoutable violeur de demoiselles, qui condense toutes les valeurs contraires au code chevaleresque. Entre le « chevalier puissant » et le « gueant », le changement de dénomination signale une véritable métamorphose, un parcours entre le Même et l’Autre qui appelle d’autres parcours non plus individuels, mais généalogiques.

16Ainsi, le couple que constituent dans Tristan Brunor et la Belle Géante incarne une forme d’échange entre gigantisme et humanité. Tel est le récit de leur rencontre :

  • 19 Tristan, éd. cit., p. 73.

Tant ala de seignor en seignor que Brunor, le pere Galahot, vint [sur l’île du géant] avec autres genz d’Yrlande, bon chevalier durement ; et l’i avoit aporté aventure des le premier an qu’il fu chevaliers noviax. Il s’estoit combatuz contre le seignor qu’il i avoit trové, se l’avoit ocis ; et trova laianz la plus bele jaiante dou monde, qui n’avoit pas d’aaige plus de doze anz. Il jut avec la dame, et engendra Galahot, celi qui conquist tantes terres et tant preudomes mist en sa subjection. Galahoz retrest de corsaige a sa mere, car il fu granz de cors a merveilles, et de bonté de chevalerie retrest il auques au pere, car il fu auques bons chevaliers sanz dote19.

  • 20 Ibidem, p. 75.

17La Belle Géante, réduite dans le Lancelot à n’être qu’un complément du prénom de son fils, s’étoffe ; elle acquiert une existence autonome, reçoit une ébauche de portrait ou, plus exactement, une glose de son nom : elle est « la plus bele jaiante dou monde », « si bele qu’il n’avoit el monde tant bele de son grant ne de son aaige »20. Elle reçoit, surtout, un compagnon, Brunor, indispensable géniteur de Galehaut. De leur fils, être hybride, l’auteur disjoint soigneusement l’héritage génétique, « granz de cors » par sa mère, « auques bons chevaliers » par son père. Or Perceforest, tout en se situant plusieurs siècles en amont du récit conté dans Tristan, « imite » l’identité des parents de Galehaut. Comme Brunor, parti de son pays « des le premier an qu’il fu chevaliers noviax », Clamidès est un tout nouveau chevalier – Lionel l’adoube à l’occasion de son mariage. Il vient, comme Brunor, d’une rive étrangère, le royaume des Lointaines Terres. Cette origine explicitement marginale le prédispose, plus encore que l’Irlande pour Brunor, à épouser une géante : son royaume est l’envers terrestre des îles, ces îles « lointaines » ou « estranges » héritées du Lancelot, isolées par essence ou, plutôt, par étymologie. Enfin, sur une Île au Géant, la même ou une autre, Perceforest ne le précise pas, que celle de Tristan, Clamidès trouve une « jenne pucelle », très jeune même, puisque avec ses neuf ans, Galotine est plus jeune que la Belle Géante quand arrive Brunor.

18En devenant le maître de l’île, Clamidès la fait passer sous la domination d’un membre de la chevalerie, participant à la vaste entreprise de civilisation qui occupe l’essentiel du Roman de Perceforest. De son côté, Galehaut, dans Tristan, abolit la coutume du Château des Pleurs, mettant fin à une institution néfaste. Si les deux épisodes représentent la conquête par la chevalerie d’une terre de géants, cette évolution n’adopte pas dans chaque cas la même forme. Le récit de Perceforest est celui d’une intégration, partielle, bien entendu, puisque l’on tue tout de même le Géant aux Cheveux Dorés, qui fait entrer Galotine dans l’univers chevaleresque. On « habilite » un personnage dont la nature gigantale n’est plus perçue comme une tare discriminante. Dans Tristan, en revanche, Brunor et la Géante n’existent que pour mieux mourir. On élimine deux êtres anormaux. Après leur mort, Galehaut restera stérÎle, dernier rejeton d’une race inquiétante, bientôt tué lui-même par la passion qu’il porte à Lancelot.

Conclusion

  • 21 Ms. de Paris, BNF, fr. 348, f° 84d.
  • 22 Voir les travaux d’A. Berthelot, par exemple « Apogée et décadence : les reduplications de l’âge d’ (...)

19L’épisode « intertextuel » du Géant aux Cheveux Dorés révèle une forme très élaborée d’écriture romanesque : art du contrepoint dans la confrontation entre le grave conte de Lionel et le conte léger de Clamidès, art du décalage dans les variations par lesquelles l’auteur se distingue de ses prédécesseurs. Ces écarts, infléchissant la structure et le sens des avant-textes, éclairent certains des enjeux anthropologiques du Roman de Perceforest. Des traits perdurent : dans Perceforest comme dans Tristan, le géant est associé à un ailleurs géographique que les îles inscrivent concrètement dans l’espace romanesque ; la tempête, crise atmosphérique, permet de passer d’un univers à l’autre. Des traits ont changé : à la place de la nièce de Gauvain, trop humaine peut-être, du Chevalier au Lion, l’auteur invente le personnage de Galotine et lui fait engendrer un fils qui, selon l’un des manuscrits du roman, sera lui-même « ave au preu roy Galehot des Estranges Isles »21. La reprise du prénom de Galehaut pour l’aïeul, la reprise de la structure du couple, chevalier et Belle Géante, qui lui donne naissance, confèrent à la progression généalogique une circularité qui renvoie à la conception cyclique de l’histoire de Perceforest : les générations se suivent et se ressemblent, en un monde toujours renouvelé et toujours quasiment le même22. Adulte, Galotine devient une dame parfaite, amante raffinée et mère accomplie, dont l’humanisation inverse le parcours de Cheveux Dorés : le géant a cessé d’être un personnage nécessairement redoutable, marqué définitivement par sa nature mauvaise ; il est plutôt, comme le montrent les parcours de Cheveux Dorés et de sa fille, l’une des réalisations possibles de l’humain.

Notes

1 Perceforest. Deuxième partie, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, t. I, 1999, chap. XXII, p. 186-195, chap. XXIX, p. 279-300, et chap. XXXVII, p. 333-365.

2 Ibidem, p. 194.

3 Ibid., p. 348.

4 Ibid., p. 350-351.

5 Ibid., p. 363.

6 Pour une analyse précise et une discussion des rapports entre le lion de Perceforest et celui du Chevalier au Lion, voir C. Ferlampin-Acher, « Perceforest et Chrétien de Troyes », ‘De sens rassis’. Essays in Honor of Rupert T. Pickens, éd. K. Busby, B. Guidot et L. E. Whalen, Amsterdam, Rodopi, 2005, p. 201-217 : p. 210-216. Aux avant-textes mentionnés par l’auteur, il faut sans doute ajouter le passage du Lancelot où Lionel fait ses preuves en tuant un lion. Sur ce passage, voir E. Baumgartner, « Le lion et sa peau ou les aventures d’Yvain dans le Lancelot en prose », PRIS-MA, III/2, 1988, p. 93-102.

7 A. Aarne, The Types of the folktale : a classification and bibliography, éd. traduite et augmentée par S. Thompson, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1987 (première éd. : 1961), p. 88-90 (« The Dragon Slayer »). Le fait que le récit de Perceforest s’apparente au conte-type 300 est surtout manifeste dans la suite du roman, où apparaît le motif de la tête volée.

8 Voir par exemple H. Bloch, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Age français, Paris, Seuil, 1989 pour la trad. française (éd. originale : 1983), p. 273-277.

9 Perceforest. Troisième partie, éd. G. Roussineau, t. III, Genève, Droz, 1993, p. 19. Pour un commentaire de ce gigantisme bienveillant, voir C. Ferlampin-Acher, Fées, bestes et luitons, Paris, PUPS, 2002, p. 277-278.

10 La dimension parodique n’est sans doute pas absente de l’histoire de Lionel : le respect qu’il manifeste à Blanchette paraît bien excessif... La topique courtoise, portée à l’extrême, doit-elle être prise au sérieux ?

11 J. Frappier lui consacre deux articles, dont le premier, « Le personnage de Galehaut dans le Lancelot en prose », Amour courtois et Table Ronde, Genève, Droz, 1973, p. 181-208, pose les bases des recherches postérieures. Citons J. Roubaud, « Galehaut et l’Eros mélancolique. Une fiction rhétorique », Mezura 1, Paris, 1979 ; E. Baumgartner, « Géants et chevaliers », The spirit of the Court, éd. G. S. Burgess et R. A. Taylor, Cambridge, D.S. Brewer, 1985, p. 9-22 ; J.-R. Valette, La poétique du merveilleux dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1998, passim.

12 Le Roman de Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, Leiden, E. J. Brill, t. II, 1976, § 445-482, p. 65-91 pour l’épisode étudié, noté Tristan. Le roman, dans ses premières rédactions, est daté des années 1230-35.

13 Sur cet épisode, voir L. Harf-Lancner, « Le géant et la fée : l’utilisation d’un schéma folklorique dans le Tristan en prose », Actes du 14e congrès international arthurien. Rennes, 16-21 août 1984, Rennes, PUR, t. I, p. 302-313.

14 Tristan, éd. cit., p. 71.

15 Et pas, dans Tristan, à l’origine de la lignée de Galehaut : Dialétès n’est pas l’ancêtre de Galehaut, puisque la succession à la tête de l’île n’est pas héréditaire.

16 Perceforest. Deuxième partie, éd. cit., p. 337.

17 E. Baumgartner, « Géants... », art. cit., p. 11.

18 Deux occurrences, dans des discours rapportés. Au discours direct p. 350, la dame s’adressant à Lionel, « Or avez vous veue la fille du gueant » ; au discours indirect p. 353, la dame souhaite que Lionel la venge « du gueant qui tant de maulx luy avoit fait et piz luy promectoit ».

19 Tristan, éd. cit., p. 73.

20 Ibidem, p. 75.

21 Ms. de Paris, BNF, fr. 348, f° 84d.

22 Voir les travaux d’A. Berthelot, par exemple « Apogée et décadence : les reduplications de l’âge d’or arthurien dans le Roman de Perceforest », Apogée et déclin, éd. Cl. Thomasset et M. Zink, Paris, PUPS, 1993, p. 141-154.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search