Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

2. La question de l’altérité

Les géants sodomites dans les chroniques des Indes occidentales1

Nicolas Balutet

Texte intégral

  • 1 Nous entendons par « chroniques des Indes occidentales » l’ensemble des relations de découvertes, d (...)
  • 2 A. Pigafetta, [1525], Primer viaje alrededor del mundo, Madrid, éd. de L. Cabrero, Historia 16, Cró (...)

Après notre départ [du port et de la baie de San Julián, sur la côte argentine], nous atteignîmes le quarante-neuvième degré de l’Antarctique. Comme le froid se faisait sentir, les bateaux découvrirent un bon port pour y passer l’hiver. Nous y restâmes deux mois, sans voir personne. Un jour, de bonne heure, nous découvrîmes un homme à la stature gigantesque, qui, nu sur le rivage du port, dansait, chantait et se jetait de la poudre sur la tête. Le commandant envoya l’un des nôtres vers lui en imitant ses gestes en signe de paix afin qu’il le conduisît vers notre chef, sur une petite île. Quand le géant se trouva en sa présence, et la nôtre, il s’émerveilla beaucoup, et fit des gestes avec un doigt en l’air, croyant que nous descendions du ciel. Il était si grand, que nous ne lui arrivions pas à la ceinture, et bien fait ; il avait le visage grand, peint en rouge, et autour des yeux, en jaune, avec un cœur tracé au centre de chaque joue. Les quelques cheveux qu’il avait étaient peints en blanc ; il était vêtu de peau d’animal cousue subtilement aux extrémités2.

  • 3 A. Vespucci, [1503], Viajes de Américo Vespucio, Madrid, Espasa-Calpe, 1923, p. 87- 89.
  • 4 P. Mártir de Anglería, [1516], Décadas del Nuevo Mundo, Madrid, Ediciones Polifemo, 1989, Décade 1, (...)

1Ces quelques lignes que nous devons à Antonio Pigafetta, noble italien et chroniqueur de l’expédition américaine de Magellan, partie à la recherche d’un détroit permettant d’accéder à l’Océan Pacifique, s’inscrivent dans un processus de mythification qui a commencé à l’aube du XVIe siècle. En effet, dès 1500, Alonso de Ojeda, Juan de la Cosa et Amerigo Vespucci signalent sur l’île de Curaçao la présence d’empreintes humaines démesurées qui conduiront les trois navigateurs européens à rencontrer des hommes et des femmes à la stature si impressionnante qu’elle les remplira de stupeur3. Un an et demi après le voyage de Vespucci, Vicente Pinzón, un des premiers lieutenants de Christophe Colomb, observe sur les côtes vénézuéliennes des traces de pas deux fois plus grandes que les pieds d’un homme de taille normale4. Les récits vont se succéder et l’on rapporte des faits similaires en Floride et en Nouvelle-Espagne, l’actuel Mexique.

  • 5 J. Duvernay-Bolens, Les Géants patagons. Voyage aux origines de l’homme, Paris, Editions Michalon, (...)
  • 6 J.-P. Sánchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, Presses Universitaires de R (...)

2Ne réduisons pas les relations de ces chroniqueurs aux conséquences d’hallucinations ou d’un imaginaire exalté par des semaines de marche et de navigation. Des peuples plus grands que les premiers voyageurs, d’ailleurs principalement méditerranéens ou levantins et donc plutôt petits, ont existé sur le sol américain. Le récit de Pigafetta décrit, en fait, le peuple tehuelche qui vivait entre l’actuel détroit de Magellan et le fleuve Chubut et la région de la Pampa au Nord de ce même fleuve. Les caractéristiques des Tehuelches, qui mesuraient en moyenne 1m75 voire, dans quelques cas, 1m90, et qui étaient revêtus de solennelles capes de renard, de chat sauvage ou de guanaco qui arrivaient jusqu’au sol, ne purent que conforter les chroniqueurs dans leur idée du gigantisme de ce peuple5. Le pas décisif de la mythification des indiens était facilement franchissable, et fut d’ailleurs très rapidement franchi. Le 18 juillet 1500, dans une lettre adressée à Laurent de Médicis, Amerigo Vespucci, évoquant les hommes qu’il vient de rencontrer, affirme ainsi qu’« ils avaient une stature de géants, vu leur taille et les proportions du corps, qui étaient en rapport avec la taille : chaque femme semblait une Penthésilée et les hommes paraissaient des Antée »6

  • 7 J.-Cl. Margolin, « La dialectique du même et de l’autre à la Renaissance : identification, exclusio (...)
  • 8 H. Bresc, « Le temps des géants », Temps, Mémoire, Tradition au Moyen-Âge, Université de Provence, (...)
  • 9 M. R. Lida de Malkiel, « Para la toponimia argentina : Patagonia », Hispanic Review, Volume 20, 195 (...)

3La raison de cette rapide « monstruisation » est à chercher dans la découverte elle-même du Nouveau Monde, nouvel espace géographique complètement inconnu que n’intégrait pas l’œcoumène grec, terres qui, si elles ont parfois laissé libre cours à l’imagination débridée des chroniqueurs, ont bien souvent été réduites aux normes de ceux qui les décrivaient7. Or les géants faisaient précisément partie des bagages des premiers observateurs comme en témoignent les contributions de ce volume. Ils étaient présents, en effet, dans la culture folklorique et populaire8, dans la mythologie classique, dans la Bible et les livres de chevalerie, source fondamentale pour l’étude des chroniques des Indes : le nom même des géants de Pigafetta, Patagons, dérive d’un monstre à tête de chien dans le Libro Segundo del Emperador Palmerín qui connut un grand succès en Espagne9.

  • 10 R. de Lizárraga, [1611] Descripción breve de toda la tierra del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Ch (...)
  • 11 Nous mesurons à quel point le terme « homosexualité » est anachronique ici. Il s’agit en effet d’un (...)
  • 12 Garcilaso reprend le texte de P. Cieza de León en ne modifiant que la ponctuation. G. de la Vega, I (...)
  • 13 F. Lestringant, « La flèche du Patagon ou la preuve des lointains : sur un chapitre d’André Thévet  (...)

4Si les chroniqueurs évoquent l’existence de géants dans de multiples régions américaines, ce mythe va connaître un essor remarquable sur la côte Pacifique, à la pointe de Santa Elena, une langue de terre se trouvant au Nord du golfe de Guayaquil en Équateur. Découvert en 1525 par Francisco Pizarro, ce territoire recelait des ossements géants provenant de restes de dinosaures mais que les chroniqueurs, jusqu’à l’observation objective et la vérification mathématique des voyageurs scientifiques, considérèrent comme la preuve irréfutable de la présence en cet endroit desdits monstres10. Forts de leurs certitudes, les chroniqueurs se lancèrent donc dans des descriptions pittoresques et, peu à peu, accusèrent leurs « géants » des nombreux maux qui leur répugnaient, au nombre desquels figuraient l’anthropophagie et le « péché indicible » ou « péché contre nature » (« pecado nefando »), autrement dit ce que nous appelons aujourd’hui l’homosexualité11. Entre 1553 et 1644, douze auteurs hispanophones évoquèrent ainsi les pratiques sodomites supposées des géants de la pointe de Santa Elena, n’hésitant pas, pour certains, comme l’Inca Garcilaso de la Vega12, à reprendre voire à plagier ou plutôt à imiter leurs prédécesseurs, ce qui, par effet d’amplification et de multiplication du même épisode, ne manqua pas de renforcer la soi-disant véracité des faits évoqués13. Notre corpus est le suivant :

  1. Pedro Cieza de León, Crónica del Perú [1553], Chapitre 52.
  2. Agustín de Zárate, Historia del descubrimiento y conquista del Perú [1555].
  3. Juan López de Velasco, Geografía y descripción universal de las Indias [1574].
  4. Pedro Gutiérrez de Santa Clara, Quinqueanarios o Historia de las Guerras Civiles del Perú [1580], Livre 3, Chapitre 66.
  5. José de Acosta, Historia natural y moral de las Indias occidentales [1589].
  6. Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los Hechos de los Castellanos en las Islas y Tierra Firme del Mar Océano [1601], Décade 4, Livre 2, Chapitre 8.
  7. Gregorio García, Origen de los indios del Nuevo Mundo [1607], Livre 1, Chapitre 4.
  8. Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales de los Incas [1609], Tome 2, Livre 9, Chapitre 9.
  9. Reginaldo de Lizárraga, Descripción breve de toda la tierra del Perú [1611].
  10. Buenaventura de Salinas y Córdoba, Memorial de las historias del Nuevo Mundo [1630], Chapitre 1.
  11. Giovanni Anello Oliva, Vidas de... la Compañía de Jesús en el Perú [1631], Chapitre 3.
  12. Fernando Montesinos, Memorias antiguas, historiales y políticas del Perú [1644], Chapitre 9.
  • 14 P. de Cieza de León, [1553], op. cit., p. 232.
  • 15 A. Herrera y Tordesillas [1601], Historia general de los hechos de los castellanos en las islas y t (...)
  • 16 J. López de Velasco [1574], Geografía y descripción universal de las Indias, Madrid, Atlas, 1971, p (...)
  • 17 Ibidem.
  • 18 G. García, [1607], Origen de los indios del Nuevo Mundo, Mexico, F.C.E., 1981, Livre 1, Chapitre 4, (...)
  • 19 G. Anello Oliva, [1631], Histoire du Pérou, traduit par M. H. Ternaux Compans, Paris, P. Jannet Lib (...)
  • 20 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], Crónicas del Perú. Quinqueanarios o Historia de las guerras civ (...)
  • 21 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.
  • 22 B. de Salinas y Córdoba [1630], Memorial de las Historias del Nuevo Mundo Pirú, Lima, Universidad N (...)

5Afin de prouver l’authenticité de leurs propos, les premiers chroniqueurs affirment que les informations qu’ils rapportent proviennent des indiens eux-mêmes avec qui ils ont eu des contacts : Cieza de León commence par « et tous les habitants affirmaient »14, Herrera y Tordesillas par « les habitants racontent »15, tandis que Juan López de Velasco remarque que « parmi les Indiens de cette province le souvenir est encore vivant »16. Ils évoquent ensuite l’arrivée des géants dans cette province. Le même Juan López de Velasco explique que « dans le passé, des géants arrivèrent sur des bateaux faits de roseaux »17, une information contenue aussi chez Gregorio García18 et Anello Oliva19 ; Pedro Gutiérrez de Santa Clara ajoute qu’« ils provenaient d’îles de la Mer du Sud »20 alors que Reginaldo de Lizárraga avoue ne pas connaître leur lieu d’origine21. Enfin, pour Buenaventura de Salinas y Córdoba, les géants « arrivèrent dans les plaines [de l’actuelle Colombie] en suivant la côte depuis le détroit de Tucumán »22.

  • 23 P. Cieza de León[1553], op. cit., p. 232.
  • 24 J. López de Velasco [1574], op. cit., p. 225.
  • 25 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 258-259.
  • 26 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.
  • 27 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.
  • 28 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.
  • 29 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 258.

6Ils s’intéressent aussi aux causes de leurs pratiques sodomites qu’ils expliquent souvent par le manque de compagnes féminines ou la présence de femmes inadaptées à leur puissante virilité : Cieza de León (« comme il leur manquait des femmes et que les femmes natives ne leur convenaient pas en raison de leur grandeur »23), Juan López de Velasco (« les Indiens assurent qu’il n’y avait pas de femmes dans ces terres comme ils en avaient besoin »24), Pedro Gutiérrez de Santa Clara (« ces derniers se diabolisèrent en restant si longtemps sans femmes »25), Herrera y Tordesilllas (« ils n’avaient pas de femmes »26) et Reginaldo de Lizárraga (« ils n’avaient pas eu de femmes, et les femmes natives ne pouvaient pas les endurer »27). D’autres causes sont évoquées à l’instar de la recherche du simple plaisir, « parce que c’était sans doute un vice répandu chez eux »28, ou de l’ébriété, « ils firent une grande beuverie durant laquelle ils commencèrent à commettre le péché indicible »29.

  • 30 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.
  • 31 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.
  • 32 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.

7Certains s’offensent qu’ils n’aient pas honte d’eux ou qu’ils ne craignent pas les représailles de Dieu : « ils le commettaient publiquement et à découvert, sans crainte de Dieu et sans honte d’eux-mêmes »30 ; « ils n’étaient pas honteux et ne se souciaient pas de le commettre publiquement »31 ; « ils commettaient beaucoup le péché indicible sans honte vis-à-vis d’autrui ni crainte de Dieu »32. Tous, par contre, à travers le ton et les termes de leur discours comparent les pratiques sodomites à de l’animalité et y voient l’œuvre du démon. Il n’est donc pas étonnant de retrouver cité constamment le châtiment divin qu’ils reçoivent, châtiment qui, comme les transcriptions suivantes le montrent bien, n’est pas sans rappeler la destruction de Sodome et Gomorrhe par une pluie de feu et de soufre :

  • 33 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.
  • 34 A. Zárate [1555], Historia del descubrimiento y conquista del Perú, Madrid, BAE, 1947, Tome 26, Liv (...)
  • 35 J. López de Velasco [1574], op. cit., p. 225.
  • 36 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.
  • 37 J. de Acosta, [1589], Historia natural y moral de las Indias, ed. d’Antonio Quilis, Madrid, A.E.C.I (...)
  • 38 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.
  • 39 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.
  • 40 G. Anello Oliva [1631], op. cit., p. 29.
  • 41 F. Montesinos [1644], Memorias antiguas historiales y políticas del Perú, Madrid, Imprenta de Migue (...)

Et tous les habitants affirmaient que Dieu notre Seigneur, se refusant à dissimuler un péché si mauvais, leur envoya le châtiment conforme à la laideur du péché. Ainsi donc, on dit que, étant tous impliqués dans leur maudite sodomie, du ciel vint un feu terrible et très épouvantable qui fit beaucoup de bruit, au milieu duquel sortit un ange resplendissant, avec une épée tranchante et très resplendissante, avec laquelle d’un seul coup il les tua tous et le feu les consuma, il n’en resta que des ossements dont, en mémoire du châtiment, Dieu voulut qu’ils restassent sans être consumés par le feu33.
La justice divine les effaça de la terre en envoyant un ange à cet effet comme il est arrivé à Sodome et dans d’autres endroits34.
Ils étaient si dissolus dans le péché contre nature qu’un ange descendit du Paradis et qu’un grand feu consuma chacun d’entre eux35.
Les habitants disent qu’alors que les géants étaient un jour engagés dans certains sacrifices haineux et en train d’utiliser le péché contre nature, un très beau jeune homme vint en volant du Paradis avec un grand éclat et qu’il répandit tant de feu sur eux qu’ils brûlèrent tous vivants, mais quelques uns s’échappèrent car ils étaient sous terre36.
On raconte en outre que ces hommes qui commettaient des péchés énormes, et spécialement celui contre nature, furent embrasés et consumés par un feu tombé du ciel37.
Il [Dieu] les punit avec le feu venant du Paradis quand ils étaient tous en train de commettre ce péché, laissant seulement quelques ossements incroyables par leur grandeur que l’on peut voir aujourd’hui. Un castillan a affirmé en avoir trouvé une molaire qui pesait une demi-livre38.
Ils tombèrent dans le vice de la sodomie, que Dieu punit en leur envoyant dessus du feu du ciel et ainsi ils moururent tous. Pour ce péché contre nature, il n’y a pas d’autre remède39.
La tradition conservée par les « quipocamayus » rapporte aussi que, lors de la destruction des géants, on aperçut dans le ciel un jeune homme d’une prodigieuse beauté, qui lançait contre eux les flammes qui les détruisirent. Il est probable que c’était quelque ange du ciel40.
Mais les excès de ces géants étaient tels que la justice divine fit attention au châtiment, et les punit en un instant en leur envoyant du feu depuis le ciel qui les brûla tous soudainement41.

  • 42 J. Duvernay-Bolens, op. cit., p. 13.
  • 43 D. Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance. A Dictionary of Allegor (...)
  • 44 O. Biaggini, « Montrer par les monstres : polymorphisme d’un exemplum médiéval », Des Monstres..., (...)

8On est en droit de se demander à présent les raisons, conscientes ou non, de telles descriptions. L’existence même des géants, par leur stature, est une transgression de la loi de la nature qui, si elle reconnaît la présence d’individus de taille exceptionnelle dans chaque peuple, n’admet pas son extension à l’ensemble d’une société car elle introduit une forme néfaste d’hétérogénéité42, d’autant plus néfaste dans le cas des Géants que, selon David Brumble « les Chrétiens associent habituellement les Géants, d’une façon ou d’une autre, à la fierté. Ils sont donc une sorte de tour de Babel ou un Lucifer présomptueux et ses anges rebelles »43. C’est donc avant tout un appel à la norme, à l’homogénéité que révèle ce mythe des géants. Nous retrouvons par là l’étymologie du mot monstre qui non seulement est celui qui intervient contre l’ordre régulier de la nature mais qui est aussi, d’après le verbe latin monstrare « montrer du doigt », celui qui est désigné à la vindicte publique. En le désignant comme coupable on montre à l’inverse ce qui doit être44. L’allusion constante aux pratiques sodomites renforce l’aspect barbare et sauvage de ces géants en même temps qu’elle introduit la condamnation de ce type de sexualité, réservée à des monstres. Montrer le mal pour affirmer le bien constitue d’ailleurs une constante dans les chroniques de l’Amérique.

  • 45 J. Le Goff, « Le temps de l’exemplum (XIIIe siècle) », L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 198 (...)
  • 46 Sur l’utilisation de l’exemplum, on lira D. Dehouve, L’évangélisation des Aztèques ou le pécheur un (...)

9Il y a donc, à notre avis, dans ce mythe des géants quelque chose de similaire à l’exemplum que Jacques Le Goff définit comme un « récit bref donné comme véridique (= historique) et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »45. À la lecture du châtiment divin des géants, on ne peut que tirer une leçon de cette aventure : si des « êtres » aussi forts et puissants que les géants ont péri, a fortiori le commun des mortels ne peut y échapper46.

  • 47 Cl-Cl, Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1999, p. 259.

10Par ailleurs, il convient de ne pas écarter l’importance de la projection des fantasmes des chroniqueurs dans la figure du monstre qui constitue « une manière de voir à la fois ce qu’on ne voit pas ordinairement et ce qu’on voudrait voir »47. Les monstres sont en fait la face cachée de l’homme : à travers eux, ce dernier donne libre cours à ses pulsions les plus obscures, il exorcise ses fantasmes et défie l’ordre et l’interdit. Ces êtres malveillants suscitent donc, à la fois, répulsion et interrogation, mais aussi une véritable catharsis où se mêlent dégoût et délices.

11Enfin, il convient de souligner que les chroniqueurs de la conquête de l’Amérique du sud, et particulièrement ceux de la province des géants (Santa Elena, Puerto Viejo, Manta), s’accordent pour dire que la pratique sodomite survit chez les habitants de l’époque :

  • 48 P. de Cieza de León, [1553], op. cit., p. 224.
  • 49 P. Pizarro [1571], « Relación del descubrimiento y conquista del Perú », Los Cronistas de la Conqui (...)
  • 50 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.

Certains villages de ces Indiens ont une grande quantité d’hommes nus pleins de cendre, aussi épouvantables que ceux dont j’ai parlés précédemment pour la vallée de Lile, près de la ville de Cali. Comme ces hommes sont mauvais et vicieux, et alors même qu’il y avait parmi eux de nombreuses femmes, dont certaines fort jolies, la plupart d’entre eux commettait (selon ce qu’on m’a certifié) publiquement et à découvert le péché indicible de la sodomie, dont ils se glorifiaient énormément48.
Ceux de Puerto Viejo étaient des gens sales et scélérats dans le péché contre nature, ils adoraient les pierres, et des idoles en bois, et sur ordre de l’Inca49.
Il me semble que les Indiens de Manta que nous voyons aujourd’hui ont appris de leurs ancêtres et de ces grands géants ce diabolique et haineux vice, car de nos jours ils le commettent dans leurs rites et cérémonies et dans leur ivrognerie50.

  • 51 P. Duviols, « Les Incas sont-ils en enfer ? L’Inca Garcilaso de la Vega théologien », Enfers et dam (...)
  • 52 J.-P. Sánchez, « L’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde : le rôle de l’imaginaire », (...)

12Or, il ne faut pas oublier que la mission attribuée à l’Espagne depuis la bulle papale Inter Caetera de 1493 est l’évangélisation des Indiens et que l’Amérique « pouvait apparaître comme la Seconde évangélisation qui devait répéter et compléter celle des apôtres du Christ et notamment celle qu’avait entreprise saint Paul »51. Ces chroniques pourraient donc s’inscrire dans une volonté de peser sur les instances espagnoles afin qu’elles continuent à favoriser l’effort d’expansion et d’évangélisation52, apparemment fort nécessaire, d’autant que le processus de colonisation est encore loin d’être achevé. Ces chroniques pourraient aussi, bien entendu, servir à légitimer la conquête des peuples sud-américains, récemment découverts, spoliés et bientôt réduits à un esclavage qui ne dit pas son nom. Enfin, et c’est peut-être l’aspect le plus évident, l’épisode des géants et, plus généralement, les pratiques sodomites attribuées aux indiens relèvent du topos, quasi obligatoire, dans toute chronique à l’instar des sacrifices humains, de l’anthropophagie, etc. Terre d’utopies, l’Amérique sur laquelle reposaient de nombreux idéaux de beauté, de bonté et de félicité, se devait d’éradiquer le mal où qu’il se trouve. Les conquérants ne s’en privèrent pas...

Notes

1 Nous entendons par « chroniques des Indes occidentales » l’ensemble des relations de découvertes, de conquêtes et de voyages ainsi que les récits religieux, culturels et sociaux portant sur les peuples amérindiens. Cette source, qui constitue bien souvent la matière première pour l’étude de l’Amérique précolombienne, présente un statut ambigu dans la mesure où elle oscille entre texte littéraire et document anthropologique. Si sa vocation première est d’informer le lecteur sur le monde étranger qu’il découvre, la chronique des Indes revêt aussi les atours de la fiction, non seulement par la « littérarisation » du récit, c’est-à-dire la mise en formes des notes de voyage, mais aussi et surtout par le fait que les chroniqueurs projetèrent dans ce nouveau monde leurs fantasmes qui prirent la forme des légendes et mythes ancestraux, bien connus sur le vieux continent. Sur cette question, on lira F. Weil, « La relation de voyage : document anthropologique ou texte littéraire », Histoires de l’anthropologie : XVI-XIXe siècles, éd. de B. Rupp-Eisenreich, Paris, Klincksieck, 1984, p. 55-65.

2 A. Pigafetta, [1525], Primer viaje alrededor del mundo, Madrid, éd. de L. Cabrero, Historia 16, Crónicas de América n° 12, 1985, p. 64-65.

3 A. Vespucci, [1503], Viajes de Américo Vespucio, Madrid, Espasa-Calpe, 1923, p. 87- 89.

4 P. Mártir de Anglería, [1516], Décadas del Nuevo Mundo, Madrid, Ediciones Polifemo, 1989, Décade 1, Chapitre 9, p. 76.

5 J. Duvernay-Bolens, Les Géants patagons. Voyage aux origines de l’homme, Paris, Editions Michalon, 1995.

6 J.-P. Sánchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Tome 1, 1996, p. 152.

7 J.-Cl. Margolin, « La dialectique du même et de l’autre à la Renaissance : identification, exclusion, différenciation », L’étranger : identité et altérité au temps de la Renaissance, dir. de M.-T. Jones-Davies, Université de Paris-Sorbonne, S.I.R.I.R., Klincksieck, 1996, p. 57-78 ; et M.-A. Phalente, « Ancien et nouveau. Réflexions sur la rencontre de deux mondes », Les apports du Nouveau Monde à l’Ancien, dir. d’A. Yacou, Paris, C.E.R.C., Karthala, Festag, 1995, p. 234.

8 H. Bresc, « Le temps des géants », Temps, Mémoire, Tradition au Moyen-Âge, Université de Provence, 1983, p. 255.

9 M. R. Lida de Malkiel, « Para la toponimia argentina : Patagonia », Hispanic Review, Volume 20, 1952, p. 321-323.

10 R. de Lizárraga, [1611] Descripción breve de toda la tierra del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Chile, Madrid, Atlas, 1968, Livre 1, Chapitre 4, p. 5 ; et Pedro de Cieza de León [1553], La Crónica del Perú, éd. de M. Ballesteros Gaibrois, Madrid, Historia 16, Crónicas de América n° 4, 1984, Chapitre 51, p. 233.

11 Nous mesurons à quel point le terme « homosexualité » est anachronique ici. Il s’agit en effet d’une dénomination relativement contemporaine, créée à la fin du XIXe siècle par des psychologues allemands et qui allie, aujourd’hui, plusieurs notions d’ordre psychiatrique, psychanalytique et sociologique. Jusqu’au siècle dernier, l’idée de « sexualité » qui englobe à la fois les actes sexuels mais aussi l’attitude d’une personne face à son parcours sexuel (identité, désirs in/avoués, fantasmes concrétisés ou pas, etc.) n’existait absolument pas. Un individu n’avait pas de sexualité mais il se livrait à des pratiques. On n’était pas sexuellement, on faisait sexuellement. Sur ces questions, se reporter à J.-Cl. Féray, « Une histoire critique du mot homosexualité », Arcadie, n° 325-328, 1981, p. 35-40 ; et J. Katz, L’Invention de l’hétérosexualité, Paris, E.P.E.L., 2001.

12 Garcilaso reprend le texte de P. Cieza de León en ne modifiant que la ponctuation. G. de la Vega, Inca [1609], Comentarios Reales de los Incas, éd. de A. Miró Quesada, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1976, Tome 2, Livre 9, Chapitre 9, p. 226.

13 F. Lestringant, « La flèche du Patagon ou la preuve des lointains : sur un chapitre d’André Thévet », Voyager à la Renaissance, dir. de J. Céard et J.-Cl. Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987, p. 469.

14 P. de Cieza de León, [1553], op. cit., p. 232.

15 A. Herrera y Tordesillas [1601], Historia general de los hechos de los castellanos en las islas y tierra firme del mar océano, ed. de M. Gómez del Campillo, Madrid, 1948, Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.

16 J. López de Velasco [1574], Geografía y descripción universal de las Indias, Madrid, Atlas, 1971, p. 225.

17 Ibidem.

18 G. García, [1607], Origen de los indios del Nuevo Mundo, Mexico, F.C.E., 1981, Livre 1, Chapitre 4, p. 35.

19 G. Anello Oliva, [1631], Histoire du Pérou, traduit par M. H. Ternaux Compans, Paris, P. Jannet Libraire, 1857, p. 28.

20 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], Crónicas del Perú. Quinqueanarios o Historia de las guerras civiles del Perú, Madrid, Atlas, Livre 3, Chapitre 66, p. 257. 1963, p 257.

21 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.

22 B. de Salinas y Córdoba [1630], Memorial de las Historias del Nuevo Mundo Pirú, Lima, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 1957, p. 14.

23 P. Cieza de León[1553], op. cit., p. 232.

24 J. López de Velasco [1574], op. cit., p. 225.

25 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 258-259.

26 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.

27 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.

28 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.

29 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 258.

30 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.

31 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.

32 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.

33 P. de Cieza de León [1553], op. cit., p. 232.

34 A. Zárate [1555], Historia del descubrimiento y conquista del Perú, Madrid, BAE, 1947, Tome 26, Livre 1, Chapitre 4, p. 465.

35 J. López de Velasco [1574], op. cit., p. 225.

36 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.

37 J. de Acosta, [1589], Historia natural y moral de las Indias, ed. d’Antonio Quilis, Madrid, A.E.C.I., Livre 1, Chapitre 19, p. 66-67. Gregorio García reprendra mot pour mot le texte d’Acosta. Gregorio García, [1607], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 35.

38 A. Herrera y Tordesillas [1601], op. cit., Tome 8, Décade 4, Livre 2, Chapitre 8, p. 126.

39 R. de Lizárraga [1611], op. cit., Livre 1, Chapitre 4, p. 5.

40 G. Anello Oliva [1631], op. cit., p. 29.

41 F. Montesinos [1644], Memorias antiguas historiales y políticas del Perú, Madrid, Imprenta de Miguel Genesta, 1882, p. 54.

42 J. Duvernay-Bolens, op. cit., p. 13.

43 D. Brumble, Classical Myths and Legends in the Middle Ages and Renaissance. A Dictionary of Allegorical Meanings, London-Chicago, Fitzroy-Dearborn, 1998, p. 138.

44 O. Biaggini, « Montrer par les monstres : polymorphisme d’un exemplum médiéval », Des Monstres..., Fontenay-Saint-Cloud, E.N.S., 1994, p. 48.

45 J. Le Goff, « Le temps de l’exemplum (XIIIe siècle) », L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. 99-100.

46 Sur l’utilisation de l’exemplum, on lira D. Dehouve, L’évangélisation des Aztèques ou le pécheur universel, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

47 Cl-Cl, Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1999, p. 259.

48 P. de Cieza de León, [1553], op. cit., p. 224.

49 P. Pizarro [1571], « Relación del descubrimiento y conquista del Perú », Los Cronistas de la Conquista, ed. de H. Urteaga, Paris, Desclée de Brouwer, 1938, p. 275.

50 P. Gutiérrez de Santa Clara [1580], op. cit., Livre 3, Chapitre 66, p. 259.

51 P. Duviols, « Les Incas sont-ils en enfer ? L’Inca Garcilaso de la Vega théologien », Enfers et damnations dans le monde hispanique et hispanoaméricain, dir. de J.-P. Duviols et d’A. Molinié-Bertrand, Paris, P.U.F., « Histoires », 1996, p. 75.

52 J.-P. Sánchez, « L’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde : le rôle de l’imaginaire », Dans le sillage de Colomb. L’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde (1450-1650), dir. de J.-P. Sánchez, Presses Universitaires de Rennes, 1995, p. 260.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search