Version classiqueVersion mobile

Les Géants entre mythe et littérature

 | 
Marianne Closson
, 
Myriam White-Le Goff

1. Les sources du mythe

Les géants selon Dom Calmet

Jean Céard

Texte intégral

  • 1 J. Céard, « La querelle des Géants et la jeunesse du monde », in The Journal of Medieval and Renais (...)
  • 2 Histoire de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres, tome I, La Haye, chez la veuve d’ (...)
  • 3 R. P. Bartolocci, Bibliotheca Rabbinica, Rome, 1675, t. I, p. 65-66.
  • 4 R. Simon, Dictionnaire de la Bible, éd. Lyon, Jean Certe, 1703, t. I, p. 521-524.

1Un article, déjà ancien, intitulé « La querelle des géants et la jeunesse du monde »1, soutenait que, de l’Antiquité au XVIe siècle, les longues discussions relatives à l’existence de géants étaient liées au problème du vieillissement ou de l’éternité du monde. Si une telle explication continue à me paraître fondée, néanmoins l’article qui la présentait laissait trop croire, par sa conclusion, que, cette question de l’âge du monde une fois liquidée, celle des géants cessait du même coup de se poser. Il n’en est rien. L’Histoire de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, qui mentionne une communication de l’abbé de Tilladet sur le sujet en 1704, commence par ces mots : « La question tant de fois proposée de l’existence des géants »2. Le capucin Jacques Boulduc en traite dans son ouvrage intitulé De Ecclesia ante legem (Lyon, 1626 ; rééd. Paris, 1630), livre abondamment réfuté par Thomas Bangius en 1652 à l’Académie royale de Copenhague. La Bibliotheca Rabbinica du Père Bartolocci, publiée en 1675, s’arrête à recenser les opinions des « rabbins » sur le sujet3. Richard Simon, dans son Dictionnaire de la Bible, en 1693, consacre aux géants un article relativement long4, où il traite de la question dans sa généralité. Ces quelques exemples figurent parmi les ouvrages modernes mentionnés par Dom Augustin Calmet dans la Dissertation sur les Geans qu’il publie en 1720 et qui, moins par ses propositions que par sa méthode, me paraît un bon témoin des considérations que, de son temps, suggère la question des géants.

  • 5 Voir Fr. Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe s., Paris, Albin Michel, (...)
  • 6 Nouvelles dissertations…, Paris, Emery, Saugrain et Pierre Martin, 1720, p. 119-142. (Les renvois à (...)

2Le bénédictin lorrain Dom Calmet est surtout connu aujourd’hui par sa vaste Histoire de la Lorraine, récemment rééditée (1973), et par son Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenans de Hongrie, de Moravie..., lui aussi récemment réédité (1998). Mais Dom Calmet est d’abord un bibliste5 : avant de publier, en 1720-1721, son Dictionnaire historique, critique, chronologique, géographique et littéral de la Bible, il fait paraître de 1707 à 1716, en 26 volumes, son Commentaire littéral sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament ; et, aux dissertations qui l’accompagnent, il donne en 1720 une suite intitulée Nouvelles dissertations sur plusieurs questions importantes et curieuses qui n’ont point été traitées dans le commentaire Littéral sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament : parmi ces dissertations, celle qui se rapporte aux géants et qui compte quelque vingt grandes pages6.

3Même si la considération de l’âge du monde n’est pas complètement effacée, elle n’est plus centrale. Dom Calmet l’écarte comme impertinente : « L’on ne peut admettre le principe de quelques anciens, qui ont cru que le monde vieillissait tous les jours, et que les hommes allaient toujours en décroissant et en s’affaiblissant » (p. 122). Tant pis si Homère, Pline et l’auteur du quatrième livre d’Esdras l’ont assuré, comme aussi Lucrèce. Si l’on soutient que « c’est par un effet de la vieillesse de la nature, que les hommes d’aujourd’hui sont plus petits et plus faibles que ceux d’autrefois, il faut dire que la nature est demeurée dans un état de consistance depuis plusieurs siècles, puisqu’il y a plus de trois mille ans que les hommes ne décroissent plus, et qu’ils demeurent les mêmes » (p. 122). Voilà une difficulté rude à surmonter. En voici une autre : « Si la nature était déjà si affaiblie et si épuisée du temps de Moïse, environ 2500 ans après la création du monde, ou du temps d’Homère, environ mille ans avant Jésus-Christ, que dès lors elle ne pût plus produire des Géants, que devrait-elle être à présent que le monde est vieux de 5718 ans ? On ne devrait plus voir naître que des pygmées » (p. 123).

  • 7 Cicéron, De Senectute, 5.
  • 8 Macrobe, Sat., 1, 20.

4Faut-il donc conclure qu’il n’y a jamais eu de géants ? Ceux qui nient leur existence rendent compte allégoriquement des récits de gigantisme. On rencontre ce type d’explication à la fois chez les auteurs qui considèrent les textes sacrés et chez ceux qui examinent les fables des poètes. Parmi ces derniers, voici, par exemple, Cicéron7 qui, « parlant de la guerre des Géants contre les Dieux, la tourne en allégorie, et dit que cela signifie simplement la guerre des passions contre la raison et la nature » (p. 121). De même, Macrobe8 « croit que les Géants ne sont autre chose qu’une nation ancienne impie, ennemie des Dieux, et qui fut accusée de vouloir prendre le ciel de force et en chasser les immortels dont ils niaient l’existence » (p. 121). D’autres ont recours à l’allégorie physique, comme ces « naturalistes » qui, « ne pouvant se figurer qu’il y ait jamais eu des hommes aussi grands qu’on le dit, ont expliqué d’un effet naturel des vents souterrains tout ce que l’on conte de la guerre des Géants contre le Ciel. Des vents enfermés sous la terre font un effort pour se dégager ; ils rompent les montagnes, excitent des feux, vomissent des pierres qu’ils semblent jeter contre le Ciel. Jupiter, c’est-à-dire le ciel ou l’air, lance contre eux les foudres, fait tomber les pluies ; alors les ravages cessent, les vents tombent, les feux souterrains s’éteignent, ou ne se font plus sentir au dehors. On prend de là occasion de dire que Jupiter a terrassé les Géants, qu’il les a enfermés sous les montagnes d’Etna et du Vésuve, d’où ils font de temps en temps des efforts pour se relever et pour se venger » (p. 121). Quant aux auteurs qui considèrent les textes sacrés, un certain nombre d’entre eux font appel au même type d’explication : ainsi Flavius Josèphe, Philon, Origène, Jean Chrysostome, Cyrille d’Alexandrie. Et, selon Dom Calmet, « il a beaucoup d’apparence que les Peres que nous venons de citer, n’ont eu recours à ces explications forcées du mot de Géants que pour n’être pas obligés de reconnaître dans l’Ecriture des hommes d’une grandeur aussi prodigieuse que ceux que nous décrivent les poètes profanes » (p. 121).

  • 9 Voir J. Céard, art. cité, p. 41.
  • 10 Voir Fr. Laplanche, ouvr. cité, p. 62.

5Ces analyses appellent quelques observations : quand Annius de Viterbe, que Dom Calmet se garde bien de citer (on verra pourquoi), commentait Bérose (son pseudo-Bérose), et l’idée de l’existence d’une race de géants antédiluviens adonnés à toutes les méchancetés, il citait, pour soutenir son propos, Macrobe ; nul conflit entre l’affirmation de l’existence historique d’hommes d’une stature gigantesque et l’utilisation de l’explication allégorique9. Dom Calmet, lui, les juge visiblement incompatibles, en partisan du seul sens littéral comme le montre le titre même de son énorme commentaire de la Bible : ce sens littéral est, pour lui, « le sens vrai du texte »10 ; les « explications spirituelles » qu’on peut ensuite en donner ne sont pas proprement contenues dans le texte.

6D’autre part, si réservé que soit Dom Calmet à l’égard des fables des poètes, il ne les rejette pas comme de pures fictions. Les premières lignes de la Dissertation peuvent laisser croire que telle sera la pente de l’auteur puisqu’il accuse tout de suite les poètes d’avoir cédé au goût du merveilleux (p. 119). Mais, plus loin, Dom Calmet, qui, du reste, les a déjà plusieurs fois cités, précise : « Les poètes ne sont pas des témoins d’un grand poids, en matière de fait, mais ils servent au moins à faire connaître les premières traditions, et à découvrir quelques traits des histoires anciennes, qu’ils ont déguisées et couvertes de nuages, pour les rendre susceptibles des ornements de la poésie » (p. 132). De plus, les poètes ne sont pas seulement les témoins des croyances de leur temps, comme on serait tenté de le conclure de ces lignes. Ces croyances, en effet, ont un fondement réel : « S’il n’y avait jamais eu de géants, on ne se serait pas avisé de feindre des guerres de ces hommes contre le Ciel, à décrire les Cyclopes de Sicile et la révolte de Typhon contre les Dieux » (p. 132).

7Comment établir que les croyances de leur temps transcrivent des données historiques ? Dom Calmet approuve et reprend une thèse qui remonte aux premiers temps de l’apologétique chrétienne et que l’humanisme avait amplement reprise : les païens ont recueilli et déformé (par maladresse ou par perversité, peu importe) le savoir de la Sainte Écriture, ils ont pour ainsi dire mythologisé les faits historiques dont celle-ci témoigne. Ainsi des fables des géants : « Tout cela est fondé sur ce que l’Écriture nous apprend de l’insolence des Géants d’avant le Déluge, qui attaquèrent le Ciel par leurs crimes et par leurs affreux déréglements » (p. 132).

8Si l’on veut s’assurer de l’existence historique de géants, c’est donc l’Ecriture qu’il faut interroger. Citons encore Dom Calmet : « Moïse et les auteurs sacrés qui l’ont suivi parlent expressément des Géants, de leur force, de leurs entreprises, de la grandeur de leur taille, de leurs guerres, de leur nombre, de leur supplice dans l’Enfer : il y en avait encore plusieurs familles du temps de Moïse, de Josué et même de David. Tout cela se prouve par des monuments authentiques, anciens, incontestables : ce ne sont point des poètes, ni des auteurs nouveaux ou fabuleux, c’est Moïse, le plus ancien Écrivain dont on ait les ouvrages certains ; ce sont les auteurs sacrés qui le racontent, et c’est dans l’ancienne et constante tradition des peuples que les poètes ont puisé ce qu’ils ont pris plaisir d’exagérer et d’embellir dans leur poésie touchant les géants » (p. 125).

9Or l’Écriture nous apprend qu’il y a eu des races, des nations, des familles de Géants. La première nommée (en Gn, 6) est celle des Nephilim, nom « que l’on traduit par Gigantes », mais qui « peut signifier à la lettre ceux qui tombent, qui se jettent sur quelqu’un, qui l’attaquent, qui fondent sur lui, comme un oiseau sur sa proie, ou bien ceux qui font tomber, qui renversent, ou enfin des hommes violents, cruels, audacieux » (p. 127). Cette remarque étymologique n’empêche pas de leur reconnaître une taille gigantesque, puisque, en Nb, 13, 34, les Israélites qui ont visité la terre promise déclarent : « Nous y avons vu des Nephilim fils d’Enach du nombre des Nephilim, et comparés à eux, nous n’étions que comme des sauterelles. » On trouve ensuite mention des Rephaim, race « déjà presque éteinte du temps de Moïse », et dont alors ne subsistait qu’Og, le roi de Basan : selon le Dt, 3, 11, on montrait plusieurs années après son lit ; ses dimensions, indiquées dans le texte sacré, permettent de poser qu’« Og devait être presque aussi haut que trois hommes ordinaires ». Moïse atteste encore qu’avant son temps furent exterminés par les Moabites et les Ammonites trois peuples de géants vivant au-delà du Jourdain, les Rephaim au Nord, les Emim au midi et les Zomzomim entre les uns et les autres. En-deçà du Jourdain, il y eut aussi des Rephaim, qui « s’y maintinrent en quelques lieux jusqu’au temps de David » (p. 128). « On en remarque deux races » : les uns étaient les fils d’Enach, nommés Enacim, demeurant dans la région d’Hébron, et les autres, simplement Raphaim ; l’Écriture nomme cinq géants de cette dernière race, dont Goliath, qui, d’après les données de l’Écriture, avait « la hauteur de deux grands hommes ». Concluons : « Voilà des Géants, en voilà plusieurs familles, plusieurs dans une même ville, dans un même temps, en voilà des peuples entiers. On ne se contente pas de dire qu’ils étaient plus grands que l’ordinaire ; on nous marque leur nombre et leur force. On nous insinue qu’autrefois leur nombre était bien plus grand, puisqu’on nous en indique des familles et des nations entières d’exterminés » (p. 128) ; « après toutes ces autorités si positives tirées des Livres sacrés, il n’est plus permis, ce me semble, de révoquer en doute qu’il n’y ait eu autrefois des Géants en fort grand nombre » (p. 129).

10En outre, toutes ces données forcent à rejeter les « visions » du Père Boulduc ; il veut qu’ils aient été « des hommes d’une vertu rare, et d’une piété extraordinaire » (p. 124) : selon lui, par exemple, « le nom de Nephilim qui signifie ceux qui tombent ou qui se prosternent, fut donné à certains hommes de piété, à cause de leur assiduité à la prière. Les Enacim, ou porte-colliers, formaient un ordre de chevalerie institué par Abraham, du temps qu’il demeurait près d’Hébron, et composé de gens, d’une grandeur, d’une richesse et d’une magnificence singulière ». Dom Calmet note qu’il n’a pu voir la réfutation de cet ouvrage (celle de Thomas Bangius), mais il n’en a nul besoin pour réfuter ces thèses qui ne se tiennent pas au sens littéral.

11Que peut-on dire de l’origine de ces races ou de ces peuples de Géants ? Reprenons Gn, 5, que Dom Calmet traduit et glose ainsi : « Les hommes s’étaient multipliés sur la terre, dit Moïse, et les enfants de Dieu voyant les filles des hommes qui étaient belles, prirent pour femmes toutes celles d’entre elles qui leur plurent, et le Seigneur dit : Mon esprit ne demeurera plus dans l’homme, parce qu’il est chair, et ses jours ne seront plus que de cent vingt ans, c’est-à-dire dans 120 ans j’inonderai toute la terre par le Déluge et je les ferai tous périr. Or les Géants (l’hébreu, Nephilim) étaient sur la terre en ce temps-là, et même depuis que les enfants de Dieu s’approchèrent des filles des hommes et qu’elles en eurent des enfants. Ce sont ces Géants (Gilborim), ces hommes puissants, qui sont si anciens, ces hommes célèbres. » Dom Calmet conclut : « Il y avait donc des Nephilim, des Géants sur la terre dès avant que les enfants de Dieu, c’est-à-dire ceux de la race de Seth, s’alliassent avec les filles des hommes, c’est-à-dire avec les filles de la race de Caïn » (p. 125). De là deux commentaires, l’un sur la tradition du gigantisme, l’autre sur l’interprétation de ce texte relativement à la question de l’origine des géants.

12Sur la tradition du gigantisme, les rabbins, mais aussi certains auteurs chrétiens, à commencer par S. Jérôme, ont assuré qu’Adam était un géant, et « le plus grand des Géants ». S’appuyant sur la Bibliotheca Rabbinica du P. Bartolocci, Dom Calmet note que « les Hébreux enseignent que Dieu, voulant former le premier homme, prépara d’abord une masse de terre informe, qui était étendue depuis une extrémité du monde jusqu’à l’autre, ce qui pouvait, si on l’eût dressé, s’élever jusqu’au firmament. Lorsque Dieu eut donné la forme à cette masse et lui eut inspiré le souffle de vie, Adam se dressa sur ses pieds et les Anges, effrayés de son excessive hauteur, s’écrièrent : Seigneur Dieu de l’univers, il y a donc deux puissances souveraines dans le monde ? Alors Dieu appuyant sa main sur la tête d’Adam le réduisit à la hauteur de mille coudées, selon les uns, ou de neuf cents, selon les autres ; il y en a qui ne lui laissent que deux ou trois cents, ou même que cent coudées, et il fallait bien qu’il fût démesurément grand pour atteindre au fruit de la science du bien et du mal, dont l’arbre était, selon eux, d’une hauteur prodigieuse » (p. 125- 126). Évidemment Dom Calmet n’approuve pas ces billevesées, mais, s’il les rapporte, c’est parce qu’elles lui semblent attester la tradition, parmi les Hébreux, du gigantisme primitif, comme les fables des poètes. S’il n’y avait jamais eu de géants, les Hébreux ne se seraient jamais avisés d’inventer ces fables. Ils n’auraient pas, par exemple, raconté qu’Og, combattant contre les Israélites, prit sur sa tête une montagne pour les écraser, mais que celle-ci, percée par un vermisseau, lui tomba sur les épaules de sorte qu’il ne put plus s’en dépêtrer et fut tué par Moïse, si la Bible ne mentionnait les dimensions de son lit : il a suffi, pour autoriser ces exagérations, de considérer que les dimensions indiquées étaient celles de son berceau. Dom Calmet, on l’a dit, signale la communication de l’abbé de Tilladet à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres ; mais il ne l’approuve pas de dire « que nos premiers pères, et tous les anciens conducteurs de colonies étaient tels » (p. 139) : c’est encore une exagération, qui procède d’une extrapolation de même nature.

  • 11 Livre d’Hénoch, 7 ; Testament des douze Patriarches, Ruben, 5, 7.
  • 12 Dom Calmet renvoie à S. Augustin, La Cité de Dieu, 15, 9 ; voir aussi 15, 23.
  • 13 Virgile, En., 12, 899-900.

13Quant à la question de l’origine des géants, la traduction littérale de Gn, 6, que propose Dom Calmet ne permet pas de dire « que les Géants étaient nés des filles des hommes qui avaient eu un commerce charnel avec les Anges rebelles » (p. 129). La plupart des anciens Pères ont été trompés par l’apocryphe Livre d’Hénoch et par l’apocryphe Testament des douze Patriarches11, qui l’affirment par une interprétation de Gn, 6, que n’autorise pas son sens littéral. De ces textes apocryphes on doit seulement retenir, une fois de plus, que « l’existence des Géants n’était nullement contestée parmi ceux qui écrivaient de telles choses, ni parmi ceux qui les croyaient et les recevaient » (p. 130). Quant à ce qu’ils affirment de l’origine des Géants, le Pentateuque, seul texte autorisé, ne l’accrédite pas. Parmi les Pères qui ont admis le gigantisme primitif, le seul que Dom Calmet mentionne avec quelque détail est S. Augustin12, qui soutient, dit-il, « qu’il y eut autrefois, surtout avant le Déluge, des hommes d’une taille fort au-dessus de l’ordinaire » (p. 130). De l’analyse, assez embarrassée, de S. Augustin, Dom Calmet ne veut retenir que cette déclaration. Pour le reste, il l’approuve de citer, à cette occasion, Virgile qui peint Énée jetant sur Turnus une pierre que douze hommes ne pourraient soulever13 : « C’est, écrit Dom Calmet, une fiction poétique inventée d’Homère, qui prouve l’ancien préjugé des peuples » (p. 130).

14Dom Calmet poursuit : « Saint Augustin ajoute que rien ne montre mieux l’existence des Géants, et ne réfute plus solidement les incrédules, que les os d’une grandeur prodigieuse que le hasard ou la force de l’eau ou quelques autres accidents découvrent de temps en temps, en ouvrant les tombeaux et amenant au jour des corps qui étaient sous terre depuis plusieurs siècles » (p. 131). Outre la fameuse dent molaire trouvée sur la plage d’Utique dont parle S. Augustin, Dom Calmet cite divers exemples, dont, avec détails, un exemple, dû à Richard Simon, d’ossements découverts en 1667, alors qu’on creusait pour construire un réservoir, notamment « un os de sept pieds trois pouces de long et de deux pieds de circonférence » qui était l’os d’un bras, du coude à l’épaule (p. 130). Dom Calmet rapporte aussi au long (p. 137-138) l’histoire, plus ancienne (elle date de 1613) mais très connue, de la découverte du squelette de Teuthobochus, roi des Cimbres et des Teutons, et la polémique qui s’en est suivie.

15Mais Dom Calmet accorde encore plus de place aux récits des anciens auteurs, non tant par goût de l’antiquaille que parce qu’à la différence des découvertes archéologiques qui ne mettent guère au jour que les fragments d’un corps, ces récits autorisent la thèse selon laquelle il y a eu des peuples ou au moins des familles de géants. Ainsi Phlégon, dans son De rebus mirabilibus, rapporte que, « sous l’empire de Tibère, la Sicile ayant été ébranlée par de grands tremblements de terre, il s’éboula un grand morceau d’une montagne, qui laissa à découvert plusieurs corps humains d’une grandeur démesurée » (p. 132) ; des récits plus récents relatent de semblables découvertes en ce pays, « ce qui, écrit Dom Calmet, justifie ce que les anciens nous apprennent de la nation des Cyclopes qui demeuraient originairement dans la Sicile » (p. 133). Fable certes que cette histoire de Cyclopes, mais qui a un fondement de vérité. On peut donc interroger un auteur aussi peu sûr que Phlégon : à sa façon il est un témoin de la tradition des peuples. Cette observation permet d’interroger également, comme le fait Dom Calmet, Hérodote, Pausanias, Plutarque, Pline, Solin et Philostrate. De même pour les modernes, Saxo Grammaticus pour le Danemark, Hector Boèce pour l’Écosse, Boccace et Fazello pour la Sicile, ou Acosta pour l’Amérique. On sait par ce dernier « qu’on a vu dans l’Amérique des Géants qui étaient si grands que les hommes ordinaires ne leur allaient que jusqu’au genou. On voit encore, continue-t-il, de leurs os et de leurs ouvrages au Pérou ; et les hommes du pays disent que Dieu les extermina par le feu du Ciel, à cause de leurs crimes, et surtout à cause des crimes contre nature qu’ils commettaient « (p. 139).

16Au terme de cet examen, Dom Calmet s’estime fondé à formuler cette conclusion générale : « Après ce que nous venons de dire, il semble qu’on ne peut plus disconvenir qu’il n’y ait eu autrefois des Géants en grand nombre dans presque toutes les parties du monde ; qu’il n’y en ait eu des peuples entiers ; que leur grandeur n’ait été double ou triple de la nôtre ; que si l’on n’en voit plus communément aujourd’hui, que, d’une part, la vengeance de Dieu n’a pas voulu souffrir jusqu’à la fin leurs crimes et leurs violences, et que, de l’autre, les autres hommes, intéressés à exterminer ces ennemis du genre humain, se sont ligués contre eux et les ont fait périr » (p. 139-140).

17Voilà qui résout la question de leur relative disparition. D’autres questions trouvent en même temps leurs réponses. Inutile de faire appel à l’idée de l’épuisement progressif de la nature pour expliquer pourquoi les géants sont beaucoup plus rares aujourd’hui : s’il n’y a plus de loups en Angleterre ni de serpents venimeux à Malte ni d’hippopotames en Égypte, « si la nature ne peut plus produire tout cela dans ces lieux, ce n’est pas faute de puissance de sa part, c’est qu’on lui a ôté les moyens naturels de les produire en exterminant l’espèce » (p. 141). Il en va de même des géants. Dom Calmet ose se livrer à ce qu’il n’appelle certes pas de la génétique-fiction : « Qu’on fasse revivre les anciens Géants de la Palestine et de la Sicile, et on verra qu’ils produiront leurs semblables comme autrefois » (p. 141).

  • 14 Montaigne, Essais, 3, 6, éd. Pochothèque, 2001, p. 1423-1424.

18On pourra objecter qu’il y a encore, semble-t-il, des géants au Nouveau Monde (comme les Géants dont parlent et parleront abondamment les historiens de la Patagonie). Implicitement Dom Calmet réplique avec les arguments qui étaient ceux de Montaigne dans son chapitre « Des Coches »14 : la fécondité du monde se déplace, et, quand telle partie du monde décline, telle autre entre en vigueur. « Pourquoi donc, demande Dom Calmet, n’y aurait-il pas eu autrefois des géants dans des lieux où l’on ne voit aujourd’hui que des hommes ordinaires ? Les premières plantes et les premières graines que l’on porta d’Europe dans l’Amérique y crurent d’abord à une si grande hauteur qu’on n’avait jamais rien vu de pareil en Europe, les rats mêmes et les autres animaux y grossirent extraordinairement » (p. 141). Ainsi, s’il y a eu des géants dans les territoires dont parle l’Ecriture, c’est que c’étaient les lieux où la nature était alors dans sa vigueur.

  • 15 Voir J. Céard, art. cité, p. 74-75.

19Inutile d’imaginer que les ossements gigantesques que l’on retrouve de temps à autre soient des fossiles, au sens où certains prennent encore ce mot, c’est-à-dire des productions que fabrique l’industrieuse nature et que nous trouvons dans le sol en le creusant, comme cette pièce de viande fossile dont parle en 1599 Libavius, dans laquelle les gens du lieu taillaient des tranches et qui ne manquait pas de se reconstituer après ces prélèvements15. Cet argument avait servi dans l’affaire de Theutobochus ; le chirurgien Nicolas Habicot en faisait état dans son Antigigantologie, en réponse à la Gigantologie de Jean Riolan, textes connus de Dom Calmet (p. 137). Celui-ci se contente de le récuser comme invraisemblable en ce qui regarde les Géants : « Quoique la nature en se jouant puisse quelquefois produire dans le sein de la terre des choses qui auront quelque ressemblance à des os humains, au crâne, à l’os de la jambe ou du bras, elle ne produira jamais des corps entiers » (p. 141- 142) ; de plus, les os fossiles sont assez différents. On a pu aussi prendre des os d’éléphant ou de baleine pour des os humains. « Mais il est certain qu’on garde en plusieurs endroits des os de Géants, et par conséquent que l’existence des Géants est un fait indubitable » (p. 142).

  • 16 R. Simon, Dictionnaire de la Bible, éd. Lyon, Jean Certe, 1703, t. I, art. « Géants », p. 521-522. (...)
  • 17 Flexier de Réval [Xavier de Feller], Catéchisme philosophique, éd. Paris, 1777, p. 49.
  • 18 Ibidem, p. 47, note e.
  • 19 Ibid., p. 48 (d’après Quinte-Curce, 9, 3, 19 : « Munimenta quoque castrorum iussit extendi, cubilia (...)

20Sur cette phrase s’achève la dissertation de Dom Calmet, dont, du reste, l’essentiel se retrouve à l’article « Géants » de son Dictionnaire de la Bible. Quelle que soit sa thèse, par sa conception de la fable, par sa volonté de se tenir au sens littéral, par son rejet de la doctrine de l’épuisement progressif du monde vieillissant, elle est à la fois conforme à des thèmes classiques et ouverte aux idées nouvelles. Richard Simon, dans son Dictionnaire de la Bible, publié en 1693, s’arrêtait encore longuement, sans aucunement la contester, à l’opinion selon laquelle les géants bibliques étaient issus du commerce d’anges déchus avec des femmes ; il ne notait qu’en passant la remarque de S. Augustin et lui faisait même dire « qu’avant le mariage des enfans de Seth avec les filles de Caïn, il y avait des géans sur la terre, mais qu’après il y en eut un plus grand nombre », alors que S. Augustin dit exactement l’inverse16. Le jésuite Xavier de Feller, dans son Catéchisme philosophique (1773), qui soutient la thèse inverse de celle de Dom Calmet, ne laisse pas de s’accorder avec lui sur un point important, quitte à le retourner contre son adversaire. Il conteste, en effet, lui aussi, l’idée lucrétienne de l’épuisement de la nature : « Si depuis ce temps-là la nature était allée en décroissant, elle ne produirait aujourd’hui que des pygmées de trois pouces […]. Dom Calmet observe que cette idée de Lucrèce est propre à détruire tout ce qu’il dit en faveur des géants »17. Mais, pour ce qui est du sens littéral de la Bible, Feller ne se sent pas contraint de s’y tenir. Dans la Bible aussi il y a des fables, et les fables n’ont rien à voir avec la vérité. Et, s’il ne s’agit pas de fables, reste encore à bien interpréter : que prouve, par exemple, le lit d’Og ? « Son lit était de quinze pieds, quatre pouces et demi, sans doute qu’il y était à son aise, les rois ne se gênent pas »18. Bien plus, « les Anciens avaient la frivole ambition de vouloir passer pour géants, et laissaient à la postérité des monuments trompeurs. Alexandre fit allonger les lits de ses soldats, pour faire croire dans les siècles suivants qu’ils avaient été géants »19. Quant aux prétendus os de géants, ce sont, ou des impostures, ou des os de grands animaux.

  • 20 Valmont de Bomare, Dict. d’hist. naturelle, éd. Lyon, Bruyset, 1800, t. 6, p. 54-57.

21Même analyse dans l’article « Géant » du Dictionnaire d’histoire naturelle de Valmont de Bomare20, que, du reste, connaît Xavier de Feller. L’auteur nous invite « à prendre dans leur signification la plus naturelle les paroles du texte sacré », expression ambiguë qui semble bien ici signifier ce qui dit la suite qui encourage à « réduire les exagérations orientales ou poétiques à un sens raisonnable ». Pour finir, l’auteur renvoie à « l’excellente Gigantologie physique du chevalier Hans Sloane insérée dans les Transactions philosophiques, n° 404 », ainsi qu’à « la récente et futile Gigantologie (1756) du P. Joseph Tarrubia, Espagnol ». Le sujet est apparemment inépuisable et toujours aussi rudement discuté, quoiqu’à nouveaux frais.

22Beau thème de réflexion : les argumentations changent, mais les sujets demeurent, comme notre colloque le montre à son tour.

Notes

1 J. Céard, « La querelle des Géants et la jeunesse du monde », in The Journal of Medieval and Renaissance Studies, Spring 1978, p. 37-76.

2 Histoire de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres, tome I, La Haye, chez la veuve d’Abr. Troyel, 1718, « Sur les géants », p. 158. (L’abbé de Tilladet, pensionnaire de l’Académie depuis 1705, mourut en 1725.)

3 R. P. Bartolocci, Bibliotheca Rabbinica, Rome, 1675, t. I, p. 65-66.

4 R. Simon, Dictionnaire de la Bible, éd. Lyon, Jean Certe, 1703, t. I, p. 521-524.

5 Voir Fr. Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe s., Paris, Albin Michel, 1994.

6 Nouvelles dissertations…, Paris, Emery, Saugrain et Pierre Martin, 1720, p. 119-142. (Les renvois à cette Dissertation sont indiqués dans le texte, entre parenthèses, par le numéro de la page.)

7 Cicéron, De Senectute, 5.

8 Macrobe, Sat., 1, 20.

9 Voir J. Céard, art. cité, p. 41.

10 Voir Fr. Laplanche, ouvr. cité, p. 62.

11 Livre d’Hénoch, 7 ; Testament des douze Patriarches, Ruben, 5, 7.

12 Dom Calmet renvoie à S. Augustin, La Cité de Dieu, 15, 9 ; voir aussi 15, 23.

13 Virgile, En., 12, 899-900.

14 Montaigne, Essais, 3, 6, éd. Pochothèque, 2001, p. 1423-1424.

15 Voir J. Céard, art. cité, p. 74-75.

16 R. Simon, Dictionnaire de la Bible, éd. Lyon, Jean Certe, 1703, t. I, art. « Géants », p. 521-522. Voir S. Augustin, La Cité de Dieu, 15, 23 : « Neque enim omnes gigantes, sed magis multi utique tunc fuerunt, quam post diluuium temporibus ceteris. »

17 Flexier de Réval [Xavier de Feller], Catéchisme philosophique, éd. Paris, 1777, p. 49.

18 Ibidem, p. 47, note e.

19 Ibid., p. 48 (d’après Quinte-Curce, 9, 3, 19 : « Munimenta quoque castrorum iussit extendi, cubiliaque amplioris formae quam pro corporum habitu relinqui, ut speciem omnium augeret, posteritati fallax miraculum praeparans »).

20 Valmont de Bomare, Dict. d’hist. naturelle, éd. Lyon, Bruyset, 1800, t. 6, p. 54-57.

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search