Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Institutions, érudition, pouvoirs

Le philosophe et la bibliothèque : érudition, amour des livres et pratiques de pouvoir chez Victor Cousin

Mathilde Bombart et Dinah Ribard

Texte intégral

  • 1 Victor Cousin, Jacqueline Pascal, Didier, 1845, p. 23-24.

Accomplirai-je jamais cette idée d’une galerie des femmes du XVIIe siècle ? C’est du moins un rêve qui sert de délassement à mes travaux, de charme à ma solitude. Je rassemble sur les rayons de ma bibliothèque ce qui nous reste de ces femmes illustres, et je recueille des lambeaux de leurs correspondances inédites ou de mémoires manuscrits, qui éclairent à mes yeux et marquent plus distinctement les traits de telle figure qui m’est chère.1

  • 2 Sur cette notion, voir Roger Chartier, « Bibliothèques sans murs », Culture écrite et société. L’or (...)
  • 3 Didier, 1859. Ces volumes présentent bien les caractéristiques d’une série cohérente, notamment par (...)

1C’est ainsi qu’en 1845, au début de son livre sur Jacqueline Pascal, Victor Cousin parle de sa bibliothèque : celle, bien réelle, qu’il constitua chez lui, à la Sorbonne, au fil de sa vie et de sa carrière. Il ne sera donc pas tant question ici d’une bibliothèque imaginaire, inventée en imagination ou dans la fiction, que d’une bibliothèque investie par l’imaginaire, par la fiction et par la rêverie qui accompagnent souvent les pratiques d’érudition, et ne sont pas sans enjeux ni effets politiques et institutionnels. L’idée de bibliothèque telle qu’on la trouve chez Cousin recouvre du reste d’emblée plusieurs réalités : certes, c’est bien le lieu concret où sont rassemblés ses livres ; mais le terme renvoie aussi à la composition d’une « bibliothèque sans murs »2, soit de volumes conçus en partie par Cousin comme des recueils visant à donner à lire des textes, « lambeaux » inédits, produits dans le passé ; enfin, la bibliothèque désigne la collection, puisque Cousin mentionne explicitement dans le passage cité son projet de série d’études sur les femmes du XVIIe siècle, ouverte justement par le livre sur Jacqueline Pascal et terminée, en 1859, par son étude sur Madame de Longueville pendant la Fronde3. Ce sont ces trois rapports à la pratique de la bibliothèque, et surtout leurs interactions et leurs entrecroisements, l’effet qu’ils ont l’un sur l’autre, qu’il s’agit ici de saisir.

  • 4 Faute de véritable étude d’ensemble sur les enjeux historiques et sociaux de la bibliophilie, on po (...)

2Un premier ensemble de questions touche à la place de la bibliothèque, et même de « sa » bibliothèque, dans la réputation de Victor Cousin – ce qui renvoie plus largement à la question du statut de l’amour des livres (et de l’usage de l’amour des livres pour construire sa réputation4) dans les disciplines auxquelles on associe le plus souvent sa carrière, la philosophie et la littérature. On s’interrogera ensuite sur les pratiques de collection, de réglementation et d’institutionnalisation de sa bibliothèque personnelle mises en œuvre par Cousin, qui définissent non seulement un imaginaire de l’érudition, mais constituent encore des gestes de distinction dessinant les contours d’une identité sociale de l’érudit. Autour de la bibliothèque se jouent la mobilisation d’une puissance sociale et la démonstration d’un pouvoir dont elle est le lieu et le support.

La place ambiguë de l’objet livre dans l’imaginaire du philosophe

  • 5 Sur Victor Cousin en général, voir Patrice Vermeren, Victor Cousin. Le jeu de la philosophie et de (...)

3La place de sa bibliothèque et des activités liées à sa constitution dans la réputation de Cousin comme auteur et comme savant, telle qu’on peut l’analyser d’après les discours tenus sur lui de son vivant et dans les décennies qui ont suivi sa mort, est d’une ambiguïté qui révèle les rapports complexes de la bibliophilie à la philosophie ou, plus largement, la difficulté de faire une place aux livres comme objets dans le discours sur la philosophie et son histoire5.

4Certains éloges ou écrits biographiques accordent à cette bibliothèque une place essentielle. C’est, par exemple, le cas de Sainte-Beuve, qui en parle dans la notice nécrologique qu’il consacre à Cousin, le 18 janvier 1867, dans Le Constitutionnel :

  • 6 Sainte-Beuve, « M. Victor Cousin », Le Constitutionnel, 18 janvier 1867 ; repris dans les Nouveaux (...)

M. Cousin était bibliophile […]. De tous temps il avait eu une bibliothèque philosophique des plus complètes – la plus complète je crois bien, qui existe. Il y a joint depuis la plus belle collection littéraire d’éditions originales françaises qui se puisse voir, et des autographes aussi, et des portraits gravés, des épreuves de choix, tout ce qu’une curiosité éclairée peut rassembler de trésors utiles. Car en ce genre il accordait peu à la fantaisie, mais aussi il ne refusait rien à la passion : c’était sa seule et unique munificence.6

  • 7 Le fait, ou la légende, est rapporté(e) par Félix Chambon dans son Rapport sur la Bibliothèque de V (...)

On commencera par noter la distinction opérée, qui ne saurait être fortuite, entre « bibliothèque philosophique » et « collection littéraire », Sainte-Beuve suggérant un passage, au fil de la vie de Cousin, de la constitution d’un assortiment de livres réunis pour servir à ses travaux universitaires, à un ensemble où l’importance est donnée moins à ce que les livres contiennent qu’à leurs caractéristiques comme objets, saisis dans leur matérialité. De fait, comme le rappelle Sainte-Beuve, la bibliothèque de Cousin s’apparentait à un cabinet de curiosités et comprenait des manuscrits rares, des gravures, ou même encore, selon certains, un « morceau d’étoffe » d’une robe qui aurait appartenu à Mme de Sévigné7 − signe d’un fétichisme du passé intrinsèque aux pratiques bibliophiliques et articulé pour le cas de Cousin à l’investissement érotique innervant son travail sur les femmes du XVIIe siècle.

  • 8 Sainte-Beuve, op. cit., p. 451-452.
  • 9 Voir D. Ribard, op. cit., surtout p. 263-267, ainsi que les analyses d’Alain Cantillon sur le sens (...)

5Ce passage de la bibliothèque à la collection se superpose exactement aux deux temps selon lesquels est généralement décomposée la vie de Cousin : la philosophie tout d’abord, puis la littérature. On rappellera, en effet, qu’après avoir cumulé un nombre considérable de positions de pouvoir dans l’université (professeur de philosophie, président de l’agrégation de philosophie, directeur de l’École normale) et avoir été Ministre de l’Instruction publique, Cousin, dont toute la carrière est associée à la Monarchie de Juillet (et qui consacre une part de son œuvre à en théoriser les vertus politiques) est d’abord écarté de certaines fonctions de pouvoir à la suite de la Révolution de 1848, puis « mis à la retraite » de force en 1852 après le coup d’État de Napoléon III. À partir de là, il se serait consacré à la littérature, dans une logique du « loisir », décelable par exemple sous la plume de Sainte-Beuve, qui rapporte sa bibliophilie à ce schéma, en la mentionnant seulement à la fin de la notice biographique et après la rupture (prudemment non datée ni référée politiquement), ainsi racontée : « ici la carrière de M. Cousin se coupe en deux […] ; il tourna presque brusquement à la littérature »8. Cette représentation est en fait largement fausse, en particulier parce qu’elle néglige de considérer la dimension d’action politique des écrits sur la littérature de Cousin9. Surtout, la superposition de l’intérêt pour les livres comme objets et des travaux sur la littérature est le fruit d’un présupposé disciplinaire très actif. On reviendra sur ces points après avoir isolé une autre dimension importante du discours tenu sur Cousin et les livres, là encore exemplairement soulignée par Sainte-Beuve :

  • 10 Sainte-Beuve, op. cit., p. 453.

C’est en cette vieille maison de Sorbonne qu’il habitait depuis plus de 30 ans, c’est là dans ces vastes chambres à l’aspect sévère, toutes remplies d’admirables livres, qu’il était intéressant de l’aller voir, de l’écouter le matin, se promenant de long en large et parlant avec abondance et vivacité sur tout sujet, y mêlant une mimique et des formes dramatiques naturelles qui n’étaient qu’à lui. Un étranger, arrivant à Paris, muni d’une lettre pour M. Cousin, l’allant voir un matin et l’écoutant incontinent durant des heures, devait sortir d’un tel entretien tout enivré.10

  • 11 Cf. les cas des bibliothèques de Jacques-Auguste de Thou ou de Henri de Mesme, qui servaient de lie (...)

6Recevant et discourant au milieu de ses livres, le philosophe fait de sa bibliothèque un lieu de sociabilité, selon une composante ancienne de l’imaginaire de la bibliothèque érudite, importante notamment au XVIIe siècle11. Sainte-Beuve en donne une version légèrement moqueuse, mais le lieu commun se retrouve sous une forme sérieuse dans un éloge lu en 1869 par François Mignet à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont cet élève et disciple de Cousin était le secrétaire perpétuel :

  • 12 François Mignet, Nouveaux éloges historiques, Didier, 1877, p. 145.

C’est dans cette bibliothèque qu’il se plaisait à recevoir ses amis, et se livrait aux plus spirituels entretiens. Qui ne se souvient, après en avoir joui, de cette conversation vive, élevée, séduisante ? Une grande richesse d’idées, une variété infinie de connaissances, une forte originalité de langage et même de certains mouvements dramatiques qui en faisaient comme un spectacle, la rendaient aussi instructive qu’attachante.12

  • 13 Voir A. Lilti, op. cit., p. 162-163.

La bibliothèque est dépeinte en scène idéale d’une érudition rapportée aux normes de la distinction mondaine classique, selon les modèles mythifiés de la conversation et de l’entretien − deux termes étroitement associés à un certain imaginaire du « Grand Siècle » dans l’historiographie qui se met justement en place au cours de cette seconde moitié du XIXe siècle, et dont Cousin fut un des ardents promoteurs13.

  • 14 Nos recherches sur l’auteur, inconnu des biographies, sont pour l’instant restées infructueuses. La (...)
  • 15 Voir par exemple Xavier Lavagne, « Sur la Bibliothèque de Victor Cousin », Bulletin du bibliophile, (...)
  • 16 E. Farcy, dans F. Chambon, op. cit., p. 4.

7La cristallisation sur le philosophe d’un imaginaire de la bibliothèque comme lieu de savoir et de sociabilité est déclinée dans un dernier texte, une curieuse relation signée d’un certain E. Farcy. Intitulée « Une visite à la Sorbonne », cette pièce de quelques pages, datée de septembre 1860, fut offerte à Cousin par l’auteur ; elle est conservée à l’état manuscrit dans la bibliothèque même dont elle fait l’éloge14. La « visite » ne renvoie plus à l’univers de la conversation amicale, mais à celui de la relation de disciple à maître. Sans doute fut-elle conçue comme un hommage pour remercier le philosophe d’avoir laissé à son auteur la possibilité d’accéder à sa bibliothèque, en échange de quoi elle en loue les beautés et les raretés. C’est pour son intérêt documentaire que cet écrit est aujourd’hui mobilisé, lorsqu’il l’est15, puisqu’il rend compte de l’aspect originel, à présent disparu, de la bibliothèque de Cousin et de ses quatre pièces, précisément décrites : la première consacrée aux brochures, cartes, livres sur Paris, avec aussi des moulages et des bustes de philosophes ; la seconde à la philosophie ; la troisième aux XVIe et XVIIe siècles ; et la dernière à la littérature du XIXe siècle, la critique et tout ce qui touche à l’instruction publique16. Le texte manifeste aussi que se sont élaborées autour de la bibliothèque de Cousin des représentations et des pratiques d’écriture la construisant comme lieu de communication réservée, choisie, du savoir.

  • 17 Jules Barthélémy-Saint-Hilaire, M. Victor Cousin, sa vie et sa correspondance, Hachette/Alcan, 1895 (...)
  • 18 « Le temps est malheureusement venu de traiter cette seconde antiquité, qu’on appelle le siècle de (...)

8En contrepoint à ce premier ensemble de textes qui font une place notable à la bibliothèque de Cousin et à ses pratiques de collectionneur, d’autres écrits ignorent étonnamment cet aspect de ses activités. Il s’agit en particulier des biographies écrites par Jules Barthélémy-Saint-Hilaire (désigné par Cousin comme le premier administrateur de sa bibliothèque à sa mort), Paul Janet et Jules Simon, tous trois ses anciens élèves, et eux aussi professeurs de philosophie17, dont aucune ne fait mention des activités de collectionneur de livres de Cousin. Celui-ci, pourtant, a volontiers mis en scène ses liens forts aux livres, aux éditions originales et aux manuscrits, aussi bien dans ses écrits sur la littérature que sur la philosophie. Son travail de 1842 sur la nécessité d’une nouvelle édition des Pensées de Pascal, qui insiste sur le lien entre ses principes philologiques et ceux qu’il avait déjà adoptés dans ses recherches sur Platon, en constitue un très bon exemple18.

  • 19 Voir toutefois les remarques de Paul Janet, non sur la bibliothèque, mais sur le travail philologiq (...)
  • 20 M. Victor Cousin, sa vie, op. cit., t. II, p. 179.
  • 21 On signalera l’exception d’André Tuilier, « La Bibliothèque Victor Cousin de la Sorbonne et l’influ (...)
  • 22 Voir ainsi Jean Bonnerot, « Victor Cousin bibliophile », préface à l’Inventaire des incunables de l (...)

9Ce que l’on peut comprendre comme une indifférence en la matière de ces biographes19 traduit une certaine idée de ce qu’est l’histoire de la philosophie et de la manière dont il faudrait l’écrire. L’intérêt de Cousin pour les livres est subordonné à son travail sur les vies de femmes illustres que ses biographes traitent avec une dignité moindre, si ce n’est avec un mépris ouvert : « Oui la littérature est très puissante ; mais généralement les sujets qu’elle traite sont d’un ordre tellement inférieur qu’il est impossible, soit au point de vue de la foi, soit au point de vue de la raison, de les comparer aux sujets religieux et philosophiques », explique ainsi Barthélémy-Saint-Hilaire20. Surtout, le rapport de Cousin à l’histoire de la philosophie est présenté exclusivement sous l’angle d’une histoire de ses idées et de sa pensée, tandis que ses activités de collection, son intérêt pour les livres comme objets et, au-delà, les pratiques intellectuelles effectives qui découlent de ses manières de lire, c’est-à-dire aussi d’un rapport concret, physique, aux livres, n’ont pas de place. Cette attitude est reproduite et encore accusée ensuite dans les travaux sur Cousin jusqu’à aujourd’hui : ils se répartissent globalement entre, d’un côté, les études sur la philosophie de Cousin et sa place dans l’histoire de la philosophie, qui ne mentionnent pas sa bibliothèque21 ; et, d’un autre, quelques travaux sur sa bibliothèque, moins nombreux, consistant essentiellement en notices ou rapports touchant à l’inventaire de sa collection. Marqué par la réalisation entre 1950 et 1980 de catalogues des ouvrages les plus précieux de cette bibliothèque, incunables, manuscrits, livres du XVIe siècle, ce second ensemble d’études est le fait non plus de philosophes ou d’historiens de la philosophie, mais de professionnels des bibliothèques, conservateurs ou bibliothécaires22. Ainsi, tandis que d’un côté on ne s’interroge pas ou peu sur l’articulation entre la pensée de Cousin et ses livres, la pensée étant saisie dans sa production abstraite, d’un autre, on ne s’interroge pas plus sur les usages qu’il a pu faire de ces livres, alors eux-mêmes saisis comme stricts objets matériels, à repérer et classer et non à réinscrire dans une logique intellectuelle.

10La manière dont Cousin a conçu et fait usage de sa bibliothèque montre pourtant que tout semblerait inviter à faire de son rapport au livre un aspect essentiel de ses pratiques savantes, en même temps que de l’imaginaire social qui informe ces pratiques.

La constitution et le fonctionnement de la bibliothèque de Victor Cousin : pour un usage réglé du savoir

11On sait peu de choses sur la manière dont Cousin a constitué sa bibliothèque et sur ses processus d’achat : une enquête de fond reste à faire à partir de sa correspondance avec les libraires, ou des annotations apportées sur ses livres concernant leurs date et lieu d’acquisition. Ses premiers achats d’éditions originales semblent concomitants à son travail sur l’édition de Pascal, et à sa fameuse « découverte » à la Bibliothèque nationale d’un manuscrit « autographe » des Pensées. L’intérêt pour les livres comme objets a, quoi qu’il en soit, un lien avec la conscience de l’importance d’une approche des textes et de l’histoire qui parte des documents originaux, et avec le choc ou l’émotion (puisque c’est souvent comme cela que Cousin lui-même la met en scène) que cette approche de l’« original » a pu représenter pour lui.

  • 23 Voir par exemple sa tentative pour mettre la main sur un manuscrit autographe de Malebranche appart (...)
  • 24 Cf. l’énumération du contenu de la bibliothèque par F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 25 et suiv.

12Il ne faut pourtant pas se laisser prendre au piège du passage ou partage entre bibliothèque philosophique de travail et collection de livres littéraires. La bibliophilie de Cousin n’était pas exclusivement tournée vers le dix-septième siècle littéraire, comme on le croit trop souvent. On a vu qu’il était déjà réputé pour sa bibliothèque philosophique et que, à la différence de ceux qui écrivent sa vie, il ne présente ni sa méthode (philologique), ni le but de son travail comme marqués par une rupture. Cousin a eu du reste aussi des pratiques bibliophiles touchant à des écrits philosophiques23, le rôle apparemment important de Pascal dans son activité de collectionneur renvoyant significativement à un entre-deux entre littérature et philosophie. De plus, le rapport de Cousin à l’objet livre n’est pas celui du strict plaisir de posséder ou de contempler : le but de la constitution de sa bibliothèque de livres, manuscrits et objets anciens, a d’abord été de se donner personnellement les moyens du travail savant et historique qu’il voulait mener. Pour ce qui touche aux livres concernant le XVIIe siècle, l’augmentation de sa bibliothèque a ainsi été consubstantielle à l’avancée de ses travaux en ce domaine, ses besoins de « documents » orientant pour une bonne part la nature des pièces recueillies et en particulier l’importance donnée aux correspondances et papiers autographes − de Mme de Longueville, de Mme de Sévigné, de Mazarin24

  • 25 Histoire des bibliothèques françaises, Promodis/Cercle de la Librairie, 1988-1992, t. 3, Les Biblio (...)

13Un dernier point essentiel à noter pour comprendre le contexte de constitution de cette bibliothèque tient à la position institutionnelle de Cousin. Le moment où il occupe la place de ministre de l’Instruction publique, au début des années 1840, constitue une charnière dans l’histoire des bibliothèques françaises, puisque c’est lui qui contribue à lancer le grand mouvement de répertoriage et de catalogage qui marque le XIXe siècle : en 1840, soit deux ans avant la publication du rapport sur l’édition de Pascal, il a ainsi commandé une mission d’inspection des bibliothèques de l’Ouest à Félix Ravaisson en lui spécifiant de prêter une attention particulière au patrimoine manuscrit25. Le nom de Ravaisson, un des élèves de Cousin et philosophe lui-même, signale combien l’action du ministre est imbriquée avec les liens intellectuels et sociaux tissés comme professeur de philosophie et combien donc des domaines de pensée et d’action qui sont aujourd’hui aussi séparés que l’histoire de la philosophie et l’histoire des bibliothèques sont en fait concrètement entrelacés, notamment pour des questions de liens personnels, de réseaux sociaux et de position politique.

14L’histoire du devenir de la bibliothèque de Cousin et de la manière dont son fondateur a été amené à en faire don à l’Université de la Sorbonne, comme une entité autonome encore existante aujourd’hui sous le nom de « bibliothèque Victor Cousin », est en revanche plutôt bien documentée.

  • 26 Lettres inédites de Prosper Mérimée, éd. F. Chambon, Laval, L. Barnéoud, 1900, p. 94.

15Ce don est le résultat d’intenses tractations menées entre Cousin et le pouvoir impérial dans le but, pour le premier, de conserver l’appartement de la Sorbonne où il habitait depuis 1835, dont il avait été menacé d’être délogé en 1852 et dont la jouissance, sous un régime qui ne lui était pas favorable, pouvait sembler fragile. L’affaire est connue par des lettres de Prosper Mérimée qui y a joué un rôle de médiateur. Cousin et lui fréquentaient les mêmes cercles parisiens et cannois et avaient des relations de services mutuels – leur correspondance les montre ainsi dans un constant échange de bons procédés, tels que des recommandations réciproques pour leurs proches et protégés. En 1863, l’idée émerge, venant de Cousin ou peut-être insufflée par Mérimée, de faire don, à sa mort, de sa bibliothèque à l’Université. Cousin charge Mérimée, alors responsable de l’Inspection des Monuments historiques et très introduit à la cour, de parler du projet à l’Empereur ; une lettre de Mérimée envoyée de Biarritz, où il séjourne avec la cour, en 1863, fait état de l’écho que l’idée rencontre : « j’ai été questionné beaucoup sur la donation projetée. Il m’a fallu expliquer ce que c’était qu’une bonne édition », expliquer aussi le prix accordé aux différents types de reliure ou d’autres données bibliophiliques susceptibles de donner du poids à la collection du philosophe. « Il m’a paru qu’on m’écoutait avec intérêt » termine Mérimée26. Une entente est conclue : l’Empereur remercie Cousin en baptisant de son nom la rue qui passe devant la Sorbonne ; surtout, la menace du déménagement est complètement enterrée, Cousin s’arrangeant dans les dispositions entourant le legs pour rendre impossible tout déplacement de ses livres et, avec eux, le sien.

16Ces dispositions se trouvent dans un testament que Cousin fait rédiger en octobre 1863, où, désignant ses « légataires universels » (dont Barthélémy-Saint-Hilaire et Mignet, déjà rencontrés), Cousin précise que son intention est par « divers codicilles », « de consacrer sa fortune à la philosophie, à l’université, à l’amitié ». Le premier de ces codicilles concerne le legs :

  • 27 Ce testament est cité dans son intégralité par F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 3.

Je lègue à l’Université, à laquelle je dois le peu que je suis, le meilleur de ma très humble fortune, à savoir ma bibliothèque, y comprises mes collections d’art, d’autographes et de gravures historiques, le tout estimé à sept ou huit cent mille francs, avec une rente perpétuelle de dix mille francs en 3 %, destinée à subvenir à tous les frais d’entretien et de garde de la dite bibliothèque, des collections qui en dépendent, et du mobilier qui s’y rapporte ; en sorte que ce legs ne puisse jamais rien coûter à l’Université.27

  • 28 Voir Histoire des bibliothèques françaises, op. cit., t. 3, p. 417-435.

17L’écriture du testament se veut l’acte de fondation d’une institution qui puisse fonctionner en totale autonomie financière, garantie bien sûr de pouvoir définir des règles de fonctionnement sans en rendre compte à personne. C’est, en effet, à partir de la fin des années 1830, en une période où la position politique de Cousin lui donne forcément une connaissance de la question, que sont prises les premières ordonnances pour organiser le fonctionnement des bibliothèques et en particulier des grandes bibliothèques parisiennes, Arsenal, Mazarine, Sainte-Geneviève. Naît alors un discours sur la mission de ces bibliothèques, leur rapport au patrimoine et au public, qui se traduit par l’établissement de modalités concrètes de fonctionnement tels que le règlement, les horaires, les règles de communication des ouvrages, mais aussi le traitement du personnel et son mode de nomination28. D’une certaine manière, Cousin s’inscrit dans la tendance et s’en inspire, ne serait-ce que dans le souci de « régler » précisément par écrit tous ces points. Mais le texte a aussi pour but de faire échapper sa bibliothèque à ce mouvement général pour garder la mainmise sur son mode de fonctionnement et lui assurer le statut particulier d’une « fondation » privée.

18La lecture des « conditions » instaurant le mode de fonctionnement et constituant le règlement de la bibliothèque le confirme :

I. On ne prêtera au-dehors et on ne laissera sortir ni livre ni manuscrit, tout sera consulté, examiné, lu sur place comme au British Museum de Londres.

II. Cette bibliothèque contenant surtout des livres rares et précieux, avec de riches reliures anciennes et modernes, n’est évidemment pas faite pour des jeunes gens et pour le premier venu ; elle convient particulièrement aux membres de l’Université, aux membres de l’Institut, ou à d’autres personnes notoirement occupées de recherches philosophiques, historiques ou littéraires, elle sera donc seulement ouverte deux ou trois jours par semaine de 10 h à 3 h. On n’y sera admis que sur un billet donné par le Recteur de l’Académie de Paris, ou par le Bibliothécaire en chef, qui sera, autant que possible, un membre de l’Institut.

Le personnel de cette petite bibliothèque sera composé d’un Bibliothécaire en chef, d’un sous-bibliothécaire et d’un garçon de bureau chargé de tout le matériel.

Le Bibliothécaire en chef recevra 4 000 fr. de traitement, le sous-bibliothécaire 2 000 fr. et le garçon de bureau 1 000 fr. avec les autres avantages des garçons de bureau de la Sorbonne. Les 3 000 restants seront affectés aux menus frais du service, surtout à l’achat et à la reliure des livres ou manuscrits, qui paraîtront pouvoir enrichir la bibliothèque.

Ils seront nommés par le Ministre de l’Instruction publique, mais, pour cette fois, je prie Monsieur le Ministre de me permettre d’user ici du droit de première nomination et de désigner pour Bibliothécaire en chef M. Barthélémy-Saint-Hilaire, membre de l’Institut, qui par amitié pour moi voudra bien accepter cette modeste fonction, et la garder au moins quelques années. Il connaît parfaitement ma bibliothèque, il sait dans quel esprit elle a été formée et quel esprit il faut apporter à sa conservation et à son accroissement.

  • 29 Dans F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 3.

Il présentera au Ministre le sous-bibliothécaire, qui devra être un agrégé de philosophie, d’histoire ou de littérature ayant le goût des livres. Et je nomme pour garçon de bureau mon domestique Morin, ancien sous-officier de la garde impériale, homme honnête, exact, laborieux, qui seul logera à la Sorbonne dans son logement actuel comme préposé à la garde du dépôt.29

  • 30 Par comparaison, au milieu du XIXe siècle, le conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève reço (...)

19Différents points sont à remarquer dans ce règlement. Le premier article constitue tout d’abord « l’astuce » trouvée par Cousin (et Mérimée) pour pérenniser le lieu, par une interdiction de sortir ou déplacer les livres. Depuis, la bibliothèque a été déplacée, montée d’un niveau, en fait, à la suite des travaux réalisés à partir de 1892 pour créer la grande salle de lecture de la Bibliothèque Universitaire de la Sorbonne. Mais l’unité du fonds Cousin reste bien spécifique et séparée, même si elle est à partir de 1979 rattachée administrativement à la Bibliothèque de la Sorbonne. On notera ensuite le soin particulier de Cousin en ce qui concerne le statut du personnel de sa bibliothèque. Sa rétribution est conséquente, compte tenu de celle pratiquée alors par d’autres institutions30. Les exigences de formation, et surtout la hiérarchie des agrégations pour le sous-bibliothécaire, montrent quant à elles que, pour Cousin, les affaires de bibliothèque ne sont pas à séparer des disciplines intellectuelles. L’intérêt pour le livre ne représente pas un domaine à part, qui demanderait une professionnalisation spécifique, mais seulement un « goût », une notion qui renvoie précisément à une disposition échappant à toute formation, à tout apprentissage objectivables. La demande de l’appartenance à l’Institut pour le bibliothécaire en chef, comme du reste le primat donné aux agrégés, traduisent que l’administration de la bibliothèque est pensée par Cousin en référence à une notabilité sociale qui ignore, notons-le, l’existence du corps professionnel des conservateurs déjà pourtant bel et bien en place. La bibliothèque, selon Cousin, doit s’articuler aux grandes institutions du monde savant et universitaire dont son fondateur a lui-même a été un des rouages majeurs.

  • 31 F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 8.
  • 32 Rapport de Barthélémy-Saint-Hilaire du 29 mars 1869, cité par F. Chambon, ibid., p. 7.
  • 33 Voir ibidem le jugement sévère de F. Chambon sur le caractère catastrophique de cette administratio (...)

20Un dernier point remarquable concerne l’accès à la collection, conçu comme très restreint, avec peu d’heures d’ouverture et une sélection drastique des aspirants lecteurs. Plus qu’un souci de conservation, c’est à nouveau une préoccupation sociale qui anime Cousin : sa bibliothèque n’est pas un lieu d’apprentissage ou de transmission, mais davantage un lieu de confirmation de l’appartenance à une élite intellectuelle et sociale. Sous l’administration de Barthélémy-Saint-Hilaire, de 1869 à 1895, une liste est d’ailleurs établie des « personnalités les plus marquantes qui ont fréquenté la bibliothèque »31, et l’administrateur souligne dans un rapport de 1869 combien la sélection des lecteurs est rigoureuse : « On n’entre d’ordinaire qu’avec les cartes délivrées par M. le Vice-Recteur ou par moi, mais nous avons fait quelques exceptions pour des membres de l’Institut et pour des personnes bien connues »32. Le zèle est remarquable si on le compare avec la négligence avec laquelle le même administrateur a par ailleurs traité la bibliothèque, en omettant de procéder à un recollement régulier ou d’enrichir les collections33.

21Au total, il apparaît que pour Cousin, la bibliothèque est l’outil d’une mobilisation d’un rapport au passé aux effets multiples : c’est le lieu qui assure son autorité d’érudit ancrée dans la connaissance et le maniement concret de « l’original », qui nourrit sa posture de philologue aux méthodes scientifiques, tout en alimentant l’imaginaire de l’historien capable de redonner vie et sens au patrimoine littéraire et intellectuel national. C’est aussi un lieu au carrefour de multiples gestes et actions, qui demanderaient une enquête de grande ampleur pour pouvoir être saisis dans tous leurs enjeux sociaux et institutionnels : comment se croise ainsi précisément la position de Cousin ministre de l’Instruction publique et à la tête du réseau des bibliothèques avec la propre constitution de sa bibliothèque ? quels réseaux a-t-il su constituer pour alimenter son besoin de livres et de documents ? dans quels circuits d’échanges et de services s’inscrivaient ses pratiques de collectionneur ? Autant de questions que ce travail n’a pu que soulever brièvement et qui appellent de plus amples recherches, prenant appui, notamment, sur les « papiers Cousin », notes de travail, archives de recherche et de lecture, conservés au cœur de sa propre bibliothèque. Enfin, la bibliothèque est le lieu d’une mise en pratique, à l’échelle réduite qui le rend possible, d’une sorte d’idéal social du travail érudit : celui qui, du vivant de Cousin, fait se conjoindre savoir et bel esprit, érudition et « conversation », dans une réminiscence d’un XVIIe siècle fantasmé, où savants, politiques et mondains œuvreraient de concert pour le bien national ; celui qui, après sa mort, règle minutieusement l’accès aux sources et l’usage des livres sous les auspices d’autorités instituées pour juger de l’insertion sociale et de la bonne réputation du demandeur. Espace bien réel, la bibliothèque se fait utopie conservatrice, laboratoire où s’expérimente une certaine politique sociale du savoir.

Notes

1 Victor Cousin, Jacqueline Pascal, Didier, 1845, p. 23-24.

2 Sur cette notion, voir Roger Chartier, « Bibliothèques sans murs », Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècles), Albin Michel, « Bibliothèque A. Michel Histoire », 1996, p. 107-131.

3 Didier, 1859. Ces volumes présentent bien les caractéristiques d’une série cohérente, notamment par leurs sous-titres d’« Études sur les femmes illustres et la société du XVIIe siècle », parfois variés en « Nouvelles Études […] » ou « Premières Études […] », comme c’est le cas de l’étude sur Jacqueline Pascal, intégrée a posteriori à la série en 1861 pour sa 4e édition. Sur ce projet, voir Philippe Régnier, « Victor Cousin et l’histoire littéraire de la France par les femmes du XVIIe siècle », Victor Cousin. Homo theologico-politicus. Philologie, philosophie, histoire littéraire, Éric Fauquet éd., Kimé, 1997, p. 177-209, et Dinah Ribard, « Politique de la littérature : les romans à clef du XVIIe siècle selon Victor Cousin », Littératures classiques, « Lectures à clés », Mathilde Bombart et Marc Escola éds, n° 54, printemps 2005, p. 257-268.

4 Faute de véritable étude d’ensemble sur les enjeux historiques et sociaux de la bibliophilie, on pourra consulter Yann Sordet, Pierre Adamoli et ses collections : l’amour des livres au siècle des Lumières, École des chartes, 2001 ; Daniel Desormeaux, La Figure du bibliomane. Histoire du livre et stratégie littéraire au XIXe siècle, Saint-Genouph, Nizet, 2001 (essentiellement sur les figures littéraires de la bibliomanie) ; Didier Barrière, Nodier, l’homme du livre, Plein Chant, 1989 ; ou encore, bien que largement inaboutie, la tentative d’analyse ethnologique de Renaud Muller, Une Anthropologie de la bibliophilie. Le désir de livre, L’Harmattan, 1997. Pour une analyse, dans un contexte historique différent, de l’usage de la bibliothèque et de la bibliophilie dans la construction d’une carrière et d’une réputation, voir le cas de Gabriel Naudé, tel qu’il est étudié en particulier par Estelle Bœuf, La Bibliothèque parisienne de Gabriel Naudé en 1630. Les lectures d’un libertin érudit, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », 2007, p. 95-103.

5 Sur Victor Cousin en général, voir Patrice Vermeren, Victor Cousin. Le jeu de la philosophie et de l’État, L’Harmattan, « La philosophie en commun », 1995, et Pierre Macherey, « Victor, ou comment s’en débarrasser ? », Histoires de dinosaures. Faire de la philosophie, 1965-1997, Puf, « Pratiques théoriques », 1999.

6 Sainte-Beuve, « M. Victor Cousin », Le Constitutionnel, 18 janvier 1867 ; repris dans les Nouveaux Lundis, Calmann-Lévy, 1886 [3e édition], t. X, p. 453. C’est par Cousin que Sainte-Beuve a obtenu son emploi de conservateur à la Bibliothèque Mazarine, en 1840 (voir P. Régnier, op. cit., p. 188).

7 Le fait, ou la légende, est rapporté(e) par Félix Chambon dans son Rapport sur la Bibliothèque de Victor Cousin adressé à Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique, par Félix Chambon, Bibliothécaire à l’Université de Paris, 1908, p. 25.

8 Sainte-Beuve, op. cit., p. 451-452.

9 Voir D. Ribard, op. cit., surtout p. 263-267, ainsi que les analyses d’Alain Cantillon sur le sens politique des opérations menées par Cousin, à partir de 1842, autour de l’édition des Pensées de Pascal : « “Nous n’avions entrepris qu’un travail littéraire”. Victor Cousin et Pascal », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, « Quelques “Dix-septième siècle” : fabrications, usages et réemplois », n° 28-29, avril 2002, p. 79- 90 ; et, dans le même volume, les analyses d’Antoine Lilti sur le modèle politique de monarchie constitutionnelle cherché par Cousin dans la France d’avant Louis XIV : « Les salons d’autrefois : XVIIe ou XVIIIe siècle ? », p. 153-166.

10 Sainte-Beuve, op. cit., p. 453.

11 Cf. les cas des bibliothèques de Jacques-Auguste de Thou ou de Henri de Mesme, qui servaient de lieu de réunions lettrées (voir Jacques Revel, « Entre deux mondes : la bibliothèque de Gabriel Naudé », Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Marc Baratin et Christian Jacob éds, Albin Michel, « Bibliothèque A. Michel Histoire », 1996, p. 247-248). On trouvera un bon exemple de cet imaginaire de la bibliothèque sous la plume de l’évêque de Belley, Jean-Pierre Camus, dans un texte de 1630 intitulé Conference academique sur le different des Belles Lettres de Narcisse et de Phyllarque (J. Cottereau, p. 12-13) : « Un Conseiller du Parlement qu’une ancienne amitié me lie autant que la consanguinité nous unit, a une très-belle & curieuse Biblioteque accompagnee de tant d’autres raretez singulieres que plusieurs desirent estre introduicts en ce sejour des Muses & des doux amusements […]. J’y allois quelques fois non pour prendre vainement, mais employer utilement de fort bonnes heures ; & outre les objects qui y repaissent les yeux, soit par la lecture des Livres excellens & de toutes les sortes, soit la veuë des singularitez estranges & diverses, j’y estois bien autant attiré par l’oreille, tant par les concerts de Musique de voix & d’instrumens qui s’y font assez souvent, que pour y entendre les entretiens studieux de plusieurs beaux esprits ».

12 François Mignet, Nouveaux éloges historiques, Didier, 1877, p. 145.

13 Voir A. Lilti, op. cit., p. 162-163.

14 Nos recherches sur l’auteur, inconnu des biographies, sont pour l’instant restées infructueuses. La pièce est répertoriée sous la cote ms 23975 dans la bibliothèque de Cousin. Elle est donnée par F. Chambon, Rapport sur la Bibliothèque de Victor Cousin, op. cit., d’après lequel elle sera citée.

15 Voir par exemple Xavier Lavagne, « Sur la Bibliothèque de Victor Cousin », Bulletin du bibliophile, 1977, III, p. 155-169.

16 E. Farcy, dans F. Chambon, op. cit., p. 4.

17 Jules Barthélémy-Saint-Hilaire, M. Victor Cousin, sa vie et sa correspondance, Hachette/Alcan, 1895, 2 vol. ; Paul Janet, Victor Cousin et son œuvre, C. Lévy, 1885 ; Jules Simon, Victor Cousin, Hachette, 1887.

18 « Le temps est malheureusement venu de traiter cette seconde antiquité, qu’on appelle le siècle de Louis XIV, avec la même religion que la première, de l’étudier en quelque sorte philologiquement, de rechercher avec une curiosité éclairée les vraies leçons, les leçons authentiques que le temps et la main d’éditeurs inhabiles ont peu à peu effacées », Victor Cousin, Des Pensées de Pascal, rapport à l’Académie française sur la nécessité d’une nouvelle édition de cet ouvrage, Ladrange, 1844 [seconde édition], p. 2. Sur les enjeux et les débats autour de la philologie ici défendue par Cousin, voir A. Cantillon, op. cit., p. 83-84.

19 Voir toutefois les remarques de Paul Janet, non sur la bibliothèque, mais sur le travail philologique « tout à fait nouveau » de Cousin : « il mit en relief cette idée, à laquelle on ne s’était pas encore habitué, c’est que les classiques sont devenus pour nous des anciens, et que le XVIIe siècle est une troisième antiquité qu’il faut traiter avec le même soin religieux que les deux autres » (op. cit., p. 406). Voir aussi P. Janet, « Cousin littérateur et écrivain », ibid., p. 399-416. Jules Simon quant à lui ne consacre que quelques lignes à une évocation de ce qui suit la « retraite » de Cousin en 1851 et ne dit rien de ses activités de bibliophile.

20 M. Victor Cousin, sa vie, op. cit., t. II, p. 179.

21 On signalera l’exception d’André Tuilier, « La Bibliothèque Victor Cousin de la Sorbonne et l’influence de la philosophie écossaise en France au début du XIXe siècle », Victor Cousin. Les idéologues et les Écossais, Presses de l’E.N.S., « Philosophie », 1985, p. 159-175.

22 Voir ainsi Jean Bonnerot, « Victor Cousin bibliophile », préface à l’Inventaire des incunables de la Bibliothèque Victor Cousin (à la Sorbonne), Giraud-Badin, 1953, et, du même, Les Manuscrits de la Bibliothèque Victor Cousin : complément de l’inventaire, Bulletin des bibliothèques de France, 1958 ; Xavier Lavagne (conservateur à la Bibliothèque Sainte-Geneviève et à la Bibliothèque Victor Cousin) et Antoinette Py, Bibliothèque Victor Cousin, catalogue des ouvrages du XVIe siècle, Bibliothèque interuniversitaire Paris A, 1978 ; les mêmes sont respectivement les auteurs d’autres notices : « Sur la Bibliothèque de Victor Cousin », op. cit., et « La Bibliothèque Victor Cousin à la Sorbonne », Corpus, n° 18-19, 1991, p. 197-198. Voir aussi Jeanne Daguillon et Yvonne Fernillot, Supplément au « Catalogue des manuscrits de la bibliothèque Victor Cousin », Aux Amateurs de livres, 1989.

23 Voir par exemple sa tentative pour mettre la main sur un manuscrit autographe de Malebranche appartenant au collectionneur Dortous de Mairan, en 1841, manuscrit que Cousin fait finalement copier pour le publier, tout en faisant au propriétaire cette admonestation : « En finissant, il nous est impossible de ne pas adresser, avec toute la force qui est en nous, notre publique et instante réclamation à celui qui […] possède encore aujourd’hui les matériaux de ce grand monument. Qu’il sache qu’il ne lui est pas permis de retenir le précieux dépôt tombé entre ses mains, encore bien moins de l’altérer. Tout ce qui se rapporte à un homme de génie n’est pas la propriété d’un seul homme, mais le patrimoine de l’humanité […]. Retenir, altérer, détruire la correspondance d’un tel personnage, c’est dérober le public, et à quelque parti qu’on appartienne, c’est soulever contre soi les honnêtes gens de tous les partis ». Texte cité par Félix Chambon, Les Mésaventures d’un amateur d’autographes. Victor Cousin et Malebranche, Chartres, Imprimerie E. Garnier, 1905, p. 6. Il va de soi que dans ce conflit, bien représentatif des micro-enjeux de pouvoirs qui peuvent se jouer autour de la collection de livres, Cousin se veut l’incarnation du « public ».

24 Cf. l’énumération du contenu de la bibliothèque par F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 25 et suiv.

25 Histoire des bibliothèques françaises, Promodis/Cercle de la Librairie, 1988-1992, t. 3, Les Bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle, Dominique Varry éd., 1991, p. 140.

26 Lettres inédites de Prosper Mérimée, éd. F. Chambon, Laval, L. Barnéoud, 1900, p. 94.

27 Ce testament est cité dans son intégralité par F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 3.

28 Voir Histoire des bibliothèques françaises, op. cit., t. 3, p. 417-435.

29 Dans F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 3.

30 Par comparaison, au milieu du XIXe siècle, le conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève reçoit 6 000 francs, celui de la Mazarine et de l’Arsenal 5 200 francs ; le sous-bibliothécaire de ces bibliothèques est payé 1 500 francs et les employés 1 200 (Histoire des bibliothèques françaises, op. cit., t. 3, p. 417-435).

31 F. Chambon, Rapport, op. cit., p. 8.

32 Rapport de Barthélémy-Saint-Hilaire du 29 mars 1869, cité par F. Chambon, ibid., p. 7.

33 Voir ibidem le jugement sévère de F. Chambon sur le caractère catastrophique de cette administration.

Auteurs

Maître de conférences, École des Hautes Études en Sciences Sociales, UMR 8558 Centre de Recherches Historiques, GRIHL (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire, EHESS-Université Paris III) – histoire du travail intellectuel 1600-1900.

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search