Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Institutions, érudition, pouvoirs

Collections et bibliothèques selon Gabriel Naudé

Isabelle Moreau

Texte intégral

  • 1 Furetière, Dictionnaire universel [1690], réimp. SNL-Le Robert, 1978, 3 vol. : « COLLECTION. s. f. (...)
  • 2 François de La Mothe Le Vayer, Œuvres, nouvelle édition revue et augmentée, précédée de l’abrégé de (...)
  • 3 Sur la notion de singularité voir Frank Lestringant, « Fortunes de la singularité à la Renaissance  (...)
  • 4 Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque [1644, 1ère éd. 1627], précédé de « L’Advis, man (...)

1Collecte plus ou moins sélective, classement et conservation des livres : la notion de « collection », au XVIIe siècle, renvoie à une réalité éditoriale et bibliothécaire diverse en ses manifestations. Elle s’applique d’abord à un geste, celui de glaner au fil des pages les « plus beaux passages qu’on trouve dans les auteurs », ou même « des endroits qui servent à quelque dessein qu’on a entrepris ». Cette définition empruntée à Furetière1 renvoie à un mode d’apprentissage aussi bien qu’à une méthode de travail. Pratiquée par l’écolier comme par l’érudit, la lecture savante s’apparente à une appropriation individuelle du savoir, où la méditation accompagne la lecture. On collecte les lieux communs et les pensées singulières qui font le sel des ouvrages2, comme on collecte les livres ou les « singularités »3. La collecte est effectuée selon des critères qui peuvent varier (le beau, le rare, l’utile), mais l’assimilation s’opère toujours par le catalogage et traduit un souci d’ordre et de composition, nécessaire pour la consultation ultérieure de la collection. Car la notion de collection désigne aussi, par métonymie, le résultat : le recueil de lieux communs ou de morceaux choisis, ou encore la compilation de plusieurs ouvrages, sur le mode du compendium, auxquels il faudrait ajouter les opuscules et les fragments que Gabriel Naudé recommande tout particulièrement de relier ensemble, soit par auteur, soit par matière, « parce que c’est le moyen de les mettre en considération » et qu’on obtient ainsi « de beaux recueils qui sont quelquefois des plus curieuses pièces d’une Bibliotheque »4. Du livre bibliothèque à la bibliothèque elle-même, le geste de collecte est similaire à bien des égards. Il appartient précisément au bibliothécaire de « joindre et assembler » (p. 96) ces pièces qui, par là même, changent de statut. La collection transforme les « bagatelles & pieces de nulle consequence » (p. 97) en un ensemble cohérent, élaboré en fonction d’un thème ou d’un auteur communs. Elle leur confère une épaisseur matérielle qui rend possible leur insertion dans le fonds de la bibliothèque (p. 134).

  • 5 Il s’agit du Jugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, depuis le sixième j (...)
  • 6 Mascurat, op. cit., p. 105.
  • 7 Sur l’histoire de cette charge, voir Jérôme Delatour et Thierry Sarmant, « La charge de bibliothéca (...)
  • 8 Mascurat, op. cit., p. 242 : cette bibliothèque est « la plus belle qui soit au monde, puisqu’elle (...)
  • 9 Mascurat, op. cit., p. 253.
  • 10 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 105.
  • 11 Ibid. p. 108 ; Mascurat, op. cit., p. 253.
  • 12 Mascurat, op. cit., p. 254.
  • 13 Ibid., p. 255.
  • 14 Ibid., p. 256.

2Dans cette tension entre le geste de rassembler et l’ensemble constitué par la collecte, la figure du bibliothécaire assume une place de choix. Dans le Mascurat5, Gabriel Naudé lui-même s’est campé en érudit, amateur de pièces curieuses, un homme qui ne vit que par les livres dont il a la charge. C’est en effet l’une des particularités de ce dialogue étonnant, que de présenter son auteur en simple figurant de la grande scène parisienne, distinct des deux protagonistes de la fiction, le libraire Sainct-Ange et l’imprimeur Mascurat. Naudé apparaît d’abord incidemment comme un collectionneur de libelles : lui « qui n’est pas sorty de Paris pendant les troubles », afin de « conserver » la bibliothèque dont il a la charge, s’est montré « fort soigneux » de recueillir les « huict ou neuf cens libelles » qu’on a imprimés contre son patron6. À côté du collectionneur se dessine la figure du bibliothécaire7, d’autant plus présente que Mascurat fait un éloge appuyé de la bibliothèque de Mazarin8. À lire le récit de l’acquisition de ses fonds, on ne peut que noter l’ampleur du travail effectué. Fidèle au premier précepte de l’Advis pour dresser une Bibliotheque, relatif à l’achat des livres, Naudé a commencé par faire l’acquisition d’une collection particulière en son entier, la « Bibliotheque de Monsieur des Cordes Chanoine de Limoges »9 – ce qui reste le moyen « le plus prompt, facile & avantageux » de rassembler « un grand nombre de livres doctes & curieux, qui ne se pourroient pas quelquefois ramasser pendant la vie d’un homme »10. Une fois fait ce premier achat, Naudé a suivi son second précepte, qui est de fouiller souvent « toutes les boutiques des Libraires frippiers & les vieux fonds & magazins »11, après quoi il a commencé ses voyages dans les pays avoisinants, en Flandre d’abord, puis en Italie, d’où il a rapporté, selon la Gazette du 17 mars 1646, plus de 14 000 volumes, et en Allemagne, pour « foüiller les restes de cette grande Bibliotheque que les Archevesques de Treves, et Evesques de Spire, tenoient à Philisbourg »12. La collecte s’est révélée fructueuse là encore, grâce aux « emplaittes qu’il fit ès autres villes d’Allemagne, & de ce que Monsieur le Marquis de Villeroy luy donna en passant à Lyon sept ou huict balles de livres, qui venaient de la renommée Bibliotheque du Cardinal de Tournon » (p. 254). Selon la Gazette du 12 janvier 1647, c’est donc plus de quatre mille volumes, tant manuscrits qu’imprimés, qui ont été rapportés du voyage d’Allemagne13. Le dernier voyage était à destination de l’Angleterre14. Il aurait dû être suivi d’un voyage en Espagne si Naudé avait pu obtenir les passeports nécessaires, ce que la conjoncture politique n’a pas permis.

3On notera d’emblée la dimension internationale de la collecte. Il ne s’agit pas seulement de hanter les libraires et les fripiers, les collections particulières et les bibliothèques de France, il s’agit de prospecter dans les pays alentour. Dans l’Advis, déjà, Naudé préconisait de

  • 15 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 110-111.

choisir & faire election de deux ou trois marchands riches, sçachans et pratiquez en leur vacation, qui par leurs diverses intelligences & voyages pourroient fournir toutes sortes de nouveautez, & faire diligente recherche & perquisition de ceux qu’on leur demanderoit par catalogues.15

  • 16 Henri-Jean Martin souligne l’importance des collections particulières en un temps où l’édition est (...)
  • 17 Nous nous appuyons ici sur la Vie de l’illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc Conseiller au Parle (...)
  • 18 Voir Hans Bots et Françoise Waquet éds, La République des Lettres, Belin, 1997 ; également Hans Bot (...)

Les libraires sont, au même titre que les érudits et les curieux bibliophiles, des relais au sein de l’Europe géographique, en même temps que des amplificateurs d’échanges16. Dans les correspondances érudites, les demandes d’information sur les ouvrages rares se doublent d’offres et de prêts de livres et d’objets. C’est par ce type d’échanges, qui viennent redoubler et compléter les réseaux ordinaires de la librairie, que les collections prennent forme et acquièrent leur réputation à l’échelle de la République des Lettres. La correspondance érudite d’un Peiresc17 est ainsi remplie d’allusions à la recherche de livres introuvables en France : les érudits, les marchants, les ambassadeurs comme les religieux sont inlassablement sollicités par le « prince des curieux ». Sa générosité à l’égard des voyageurs permet d’intégrer la collecte des observations au sein d’un vaste réseau d’obligations. Les offres et les échanges de service jouent à tous les niveaux de la République des Lettres18 : aux pressions amicales exercées sur les supérieurs des ordres missionnaires, s’ajoutent les efforts de Peiresc pour se concilier les bonnes grâces des hommes d’étude et des religieux sur le terrain. Ainsi choyés par Peiresc, les voyageurs deviennent ses obligés, ce qui inscrit de fait la collecte des informations, des objets et des livres, dans une logique de don et de contre-don. Qu’un aventurier originaire de Montpellier, lapidaire à ses débuts, s’oriente vers la vie militaire, puis revienne, une fois ruiné, à son premier métier et réussisse à la cour de la reine d’Abyssinie, il n’en faut pas plus pour que Peiresc lui envoie des objets de prix :

  • 19 Voir Peiresc 1580-1637, op. cit., livre V, p. 224 [en manchette : 1634]. Il s’agit d’un dénommé Ver (...)

Convaincu de ce que celui-ci recevrait tout cela avec beaucoup de gratitude, il estima qu’il lui était loisible de lui demander des livres éthiopiens, des inscriptions qu’il avait pu voir, une description du Mont Amara & aussi de cérémonies religieuses, de vases, etc., qu’il savait inconnus des Européens.19

  • 20 Voir Agnès Bresson, « Peiresc et les études coptes : prolégomènes au déchiffrement des hiéroglyphes (...)
  • 21 Voir Peiresc 1580-1637, op. cit., livre III, p. 147 [en manchette : 1619]. Peiresc est coutumier du (...)
  • 22 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 101.

4La collecte du livre rare (ici les livres éthiopiens), au même titre que celle des inscriptions, relève d’un souci antiquaire de restitution du passé, là où l’intérêt pour les mémoires et les descriptions géographiques témoigne d’une curiosité plus large à l’égard des us et coutumes des peuples rencontrés. L’Éthiopie n’est toutefois pas le seul pays à susciter les convoitises. En Europe comme en Orient, les érudits se montrent particulièrement avides de manuscrits, sans toujours paraître très scrupuleux sur les modalités d’acquisition des exemplaires qui viennent enrichir leurs collections particulières. Dans certains cas, la collecte se transforme en prédation, au risque de mettre en péril l’échange lui-même. Peiresc est ainsi intervenu auprès du cavalier Pietro della Valle pour qu’il prête un Pentateuque samaritain au P. Morin, qui souhaitait en donner une édition. Le P. Morin n’ayant pas rendu le manuscrit, ni même offert le volume édité, Pietro della Valle refuse obstinément, par la suite, de prêter à Peiresc ses manuscrits coptes20. Dans un autre registre, lorsque l’amiral hollandais Jacques Le Maire, « après la découverte d’un détroit large et tranquille à l’Est du détroit de Magellan », revient au pays, le bruit de son voyage se répand assez vite et suscite l’intérêt des savants. Son refus délibéré de « rendre du domaine public les narrations de témoins » provoque en réaction le détournement de l’information. Peiresc, en effet, « veilla seulement à obtenir de Guillaume Schutte, chef de bord, le journal de toute cette navigation, qu’il s’occupa à publier, aussitôt qu’il lui fut donné, en latin »21. Même si Peiresc a l’honnêteté d’acquitter les frais du procès intenté par Le Maire à son ancien chef de bord, la collecte des relations manuscrites se résume ici au larcin. Faut-il s’en étonner ? Naudé, dans son Advis, n’a pas hésité à faire de la spoliation des héritiers une « ruse » légale des « Magistrats & personnes auctorisées par le moyen de leurs charges »22, à laquelle il faut parfois recourir pour conserver la jouissance de certaines collections. Il préconise par ailleurs de fréquenter assidûment les « parens & heritiers de beaucoup de galands hommes » (p. 115), afin de savoir si ces derniers n’auraient pas laissé quelques inédits dont leurs proches souhaiteraient se défaire, pour le plus grand bonheur de la communauté érudite.

  • 23 Sur Peiresc, voir : Les Fioretti du quadricentenaire de Fabri de Peiresc [...], Jacques Ferrier éd. (...)
  • 24 Voir La Curiosité à la Renaissance, Jean Céard éd., avec la collaboration de G. Boccazzi, F. Charpe (...)
  • 25 Voir les échanges de livres avec l’antiquaire Camden, dans Peiresc 1580-1637, op. cit., p. 138, 144 (...)

5Si la collecte des ouvrages imprimés et manuscrits constitue l’une des formes les plus importantes de l’échange savant et marchand, au XVIIe siècle, toutes les collections n’obéissent pas aux mêmes principes, ni ne répondent aux mêmes objectifs. Peiresc est une personnalité importante du monde scientifique érudit23, mais son appétit de connaître, matérialisé dans l’espace privilégié du cabinet de curiosités24, le situe aussi dans le prolongement de l’engouement renaissant pour la merveille. Son intérêt pour les livres, comme pour les médailles ou les curiosités naturelles, répond d’abord à la recherche du rare, du beau ou du nouveau. Le livre collecté peut avoir un intérêt bibliophilique, il peut être un support et un outil de travaux érudits d’ordre philologique ou antiquaire, il peut même devenir objet d’échange25. La collection ne signifie pas, en effet, l’arrêt des échanges ou la confiscation par le collectionneur des ouvrages les plus rares. Mais l’objet-livre participe aussi d’un ensemble plus vaste de « singularités » qu’il appartient à l’érudit de s’approprier par le tri des observations, par la collecte des inscriptions et des livres, par le catalogage des pratiques et des coutumes humaines, mais aussi des minéraux et des spécimens de la faune et de la flore. Autrement dit, la collection, pour être sélective, imite en réduction l’infinie variété de la nature et se veut, en ce sens, une reproduction à la fois spatiale et temporelle du theatrum mundi.

  • 26 On peut ici penser à la collection d’Antoine Agard, « maistre Orfèvre & Antiquaire de la ville d’Ar (...)

6Dans sa manière de collecter les livres, Gabriel Naudé se démarque nettement de l’exemple évoqué à l’instant. Les collections qu’il aspire à rassembler ne sont pas destinées à orner les rayons d’un cabinet de curiosités, de même qu’elles échappent aux attentes, antiquaire et philologique, des érudits de son temps26. Dès l’Advis, Naudé critique ceux qui font

  • 27 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 87-88.

plus d’estat de quelques Manuscripes de Virgile, Suetone, Perse, Terence, ou quelques autres d’entre les vieux Autheurs, que non pas de ceux des galands hommes qui n’ont jamais esté veus ny imprimez.27

Ce n’est pas qu’il méprise à proprement parler cet immense travail philologique initié à la Renaissance qui tente de redonner leur nature originale aux textes classiques ; lui-même apprécie les curiosités philologiques. Mais Naudé déplore l’attention exclusive de ces

nouveaux Censeurs et Grammairiens, qui employent inutilement le meilleur de leur âge à forger des conjectures & mandier les corrections du Vatican, pour changer, corriger ou suppléer le texte de quelque Autheur qui aura, peut-estre, desja consommé le labeur de dix ou douze hommes. (p. 88)

  • 28 Ibid., p. 103-104.
  • 29 Ibid., p. 18 : « n’estant point de l’opinion de ceux qui croyent que l’or & l’argent sont les princ (...)

Cela au détriment de nombreux manuscrits anciens et modernes qui attendent d’être mis en lumière. Il critique de la même façon les amateurs de ces belles reliures qui n’ajoutent rien à la valeur intrinsèque du livre, et empêchent leurs possesseurs d’acquérir des volumes en quantité28. La bibliothèque de Naudé est une bibliothèque de travail, non de bibliophile29. L’ouvrage acquis ne vaut pas seulement pour lui-même, de par sa rareté, par exemple, il vaut aussi et surtout comme partie d’un tout classé et ordonné, le fonds de la bibliothèque, lui-même à vocation encyclopédique.

  • 30 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris, op. cit., t. 1, Troisième section : Livre et (...)
  • 31 Voir G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 38-39 : il est nécessaire de rasse (...)
  • 32 Ibid., p. 42.
  • 33 Ibid., p. 72-75.
  • 34 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris, op. cit., t. 1, p. 535.

7Toute collection obéit à des critères de sélection. Le chapitre quatre de l’Advis pour dresser une Bibliotheque permet de donner une idée des ouvrages estimés nécessaires. La bibliothèque de travail comporte ainsi deux ensembles, les utilitaires et les ouvrages traitant des arts et des sciences. Pour ces derniers, la sélection n’est guère originale30 : Naudé propose une bibliothèque érudite31 en suivant les principales divisions du savoir. Il faut toutefois noter l’importance accordée aux disciplines les moins « communes, & par conséquent plus curieuses » (p. 39-40), telles que l’astronomie et sa voisine l’astrologie judiciaire, mais aussi l’optique ou l’arithmétique, l’anatomie ou l’histoire des plantes. Naudé ne dédaigne pas les ouvrages un peu pointus32 et se montre particulièrement avide de ces petits livrets qui, des Satyres de Perse à l’Examen des esprits de Huarte, de la Logique de Du Moulin au Prince de Machiavel, font bien souvent le sel d’une collection33. L’intérêt pour « les Libelles, Placarts, Theses, fragments, espreuves, & autres choses semblables » (p. 96) participe d’une même logique de promotion d’écrits qu’aucun inventaire notarial de collections privées ne recenserait par ailleurs34.

  • 35 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 68.

8Plus intéressant encore, la place accordée aux auteurs modernes. Dans son principe, la collection naudéenne échappe à la visée antiquaire. Naudé s’en prend à ceux qui sont si « fermement attachez comme le poulpe fait à la roche »35 aux ouvrages de l’antiquité, qu’ils négligent la

lecture des modernes, parce que suivant leur dire ils ne sont que des Rapsodeurs, Copistes ou Plagiaires, & n’approchent en rien de l’esloquence, de la doctrine & des belles conceptions des anciens. (p. 67- 68)

À l’image d’une antiquité figée dans sa perfection, Naudé oppose une chaîne de savoir en continuel devenir, et dénonce du même mouvement l’illusion rétrospective de « Messieurs les Antiquaires » (p. 69). Ils courtisent en effet les anciens « comme s’ils estoient seuls paisibles gardiens des plus grandes faveurs que peut esperer l’esprit de l’homme » (p. 69). C’est oublier

tant de nouvelles inventions, tant de nouveaux dogmes & principes, tant de changemens divers & inopinez, tant de livres doctes, de fameux personnages, de nouvelles conceptions, & finalement tant de merveilles que nous voyons tous les jours naistre. (p. 69-70)

  • 36 Voir par exemple Pierre Gassendi, Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens (E (...)
  • 37 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 70.
  • 38 Ibid., p. 42-43.
  • 39 Ibid., p. 44-45.
  • 40 Par « novateurs », il faut entendre d’abord les principaux adversaires d’Aristote, ceux qui ont ent (...)
  • 41 Voir La Mothe Le Vayer, Œuvres, op. cit., Du moien de dresser une bibliothèque d’une centaine de li (...)
  • 42 Tullio Gregory, Genèse de la raison classique de Charron à Descartes, Marilène Raiola trad., Préfac (...)

La métaphore des nains et des géants, qui remonte à Bernard de Chartres, se renouvelle ici et se renverse : les modernes ne sont plus des nains juchés sur les épaules des géants antiques, ils deviennent eux-mêmes des géants, plus chargés d’ans, d’histoire et d’expérience que les anciens36, et riches de toutes les inventions nouvelles des derniers siècles. Pour Naudé, de telles innovations témoignent assez que les esprits sont « plus forts, polis & deliez qu’ils ne furent jamais »37. De même que la collection se conçoit dans l’accumulation, la connaissance humaine s’inscrit dans une chaîne de savoir. L’intérêt manifesté pour les principaux interprètes et commentateurs38, comme pour les ouvrages de controverse39 et ceux des principaux hérésiarques, ouvre la collection à la pluralité des discours en même temps qu’à l’historicité de la pensée. On conçoit que les novateurs en philosophie occupent aussi une place importante40. C’est même une des caractéristiques de la bibliothèque libertine41. La place laissée aux « novateurs » renaissants, parmi les courants modernes de philosophie, rend manifeste l’importance accordée à la relecture d’Aristote, en rupture avec le consensus aristotélo-thomiste, à l’aide de développements naturalistes que l’on fait habituellement remonter à l’école de Padoue. Comme le souligne T. Gregory, cette présence significative « ne saurait se limiter au cadre d’une restauration érudite et encore moins à une “survivance appauvrie du naturalisme du XVIe siècle” »42. Autrement dit, la collection libertine n’obéit pas à un intérêt philologique sur le modèle humaniste. La place occupée par la tradition naturaliste, nourrie d’aristotélisme averroïste et de machiavélisme, témoigne bien plutôt de l’importance accordée par les libertins à la polémique anti-métaphysique et anti-théologique.

  • 43 Voir Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Méthode pour apprendre à penser à la Renaissance, tra (...)
  • 44 La Mothe Le Vayer conseille même de les posséder chez soi, « en pleine proprieté, parce qu’ils sont (...)
  • 45 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 56 sq.
  • 46 On notera la confusion terminologique : on use aussi du mot bibliothèque pour décrire ce qu’on appe (...)
  • 47 Le rapport au livre (qui valorise le fragment) et à son cadre (la collection, comme structure ouver (...)
  • 48 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 60.

9Concernant maintenant les ouvrages de consultation usuelle, leur place au sein de la bibliothèque apparaît considérable. Les onomastiques, glossaires, nomenclatures, vocabulaires et dictionnaires, mais aussi les recueils de lieux communs43 ou de sentences, les mélanges, les bibliothèques « & telles autres sortes de Repertoires », comme dit Naudé, sont des outils essentiels à l’érudit44, au même titre que la bibliothèque des Pères ou les collections des conciles et des canons45. Quel que soit son sujet ou sa matière, en effet, la collection ou compilation propose sous forme de répertoire ou de catalogue une bibliothèque en raccourci46. L’information prélevée au cours de la lecture d’autres ouvrages est décontextualisée et réorganisée en un ensemble où l’accumulation même est productrice de sens, en plus d’offrir les matériaux nécessaires à de nouvelles élaborations47. Comme dit Naudé, « c’est autant de chemin fait & de matiere preparée pour ceux qui ont l’industrie d’en user avec advantage »48. On retrouve là encore cette idée d’une chaîne de savoir :

Et pour moy ie tiens ces collections grandement utiles & necessaires, eu esgard que la briesveté de nostre vie & la multitude des choses qu’il faut aujourd’huy sçavoir pour estre mis au rang des hommes doctes ne nous permettent pas de pouvoir tout faire de nous mesme. (p. 62)

  • 49 Voir Emmanuel Bury, « Écriture libertine et sources doxographiques : le cas La Mothe Le Vayer », Li (...)
  • 50 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 63.

10L’examen doxographique est un préalable à la composition érudite49. L’innovation, garante du progrès des bonnes lettres, est ainsi conçue à l’intérieur d’une histoire cumulative des connaissances, ici matérialisée par ces « reservoirs & magasins »50 que sont les collections, ou compilations. Or si ces dernières sont importantes pour l’érudit, elles sont aussi extrêmement utiles au bibliothécaire, en termes de bibliothéconomie :

Tous ceux qui contiennent de semblables recueils, doivent necessairement estre mis dans les Bibliotheques : d’autant qu’ils nous sauvent en premier lieu la peine de rechercher une infinité de livres grandement rares & curieux ; secondement parce qu’ils font place à beaucoup d’autres, & soulagent une Bibliotheque ; tiercement parce qu’ils nous ramassent en un volume & commodément ce qu’il nous faudrait chercher avec beaucoup de peine en plusieurs lieux ; & finalement pource qu’ils tirent apres eux une grande espargne, estant certain qu’il ne faut pas tant de testons pour les acheter, qu’il faudroit d’escus si on voulait avoir separément tous ceux qu’ils contiennent. (p. 57)

  • 51 Ibid., p. 96 et 134.
  • 52 Ibid., p. 22.
  • 53 Dans l’Advis, op. cit., p. 157-158, Naudé préconise un double catalogage, des auteurs rangés par or (...)

11Les collections sont utiles au même titre que les compilations spécialement constituées par le bibliothécaire pour conserver les livrets et les opuscules51. Un même geste est à l’œuvre, au niveau de la collection-recueil comme de la constitution du fonds de la bibliothèque. Il appartient au bibliothécaire d’« assembler par la relieure ce qui ne l’a point esté par l’impression » et « de conjoindre avec d’autres ce qui se perdroit s’il estoit seul » (p. 78), de même qu’il est chargé de la constitution des catalogues de l’ensemble des collections de sa bibliothèque et qu’il lui faut acquérir les catalogues des autres bibliothèques publiques ou particulières52. C’est même un préalable à la constitution d’un fonds : les catalogues sont à la fois des modèles de collection proposant une présélection des livres à acquérir, une recension des fonds existants, et un outil bibliographique essentiel que l’on consulte au même titre que les compilations de textes53.

  • 54 Sur le prêt des ouvrages, voir également l’Advis, op. cit., p. 160-161.

12L’importance accordée par le bibliothécaire au travail de repérage au sein des bonnes lettres peut sembler évident, il nous rappelle néanmoins opportunément qu’une bibliothèque ne vit que par ceux qui la fréquentent. Dans le Mascurat, la bibliothèque de Mazarin est ainsi présentée comme la première « Bibliotheque publique » de consultation, sans prêts d’ouvrage54 :

  • 55 Mascurat, op. cit., p. 242-243.

Elle sera ouverte pour tout le monde sans excepter ame vivante, depuis les huict heures du matin jusques à unze, & depuis deux jusques à cinq du soir ; il y aura aussi des chaires pour ceux qui ne voudront que lire, & des tables garnies de plumes, encre & papier pour ceux qui voudront escrire ; & le Bibliothequaire avec ses serviteurs, seront obligez de donner aux Estudians tous les livres qu’ils pourront demander, en telle langue ou science que ce soit, & de les reprendre & remettre à leurs places quand ils en auront fait, en leur baillant les autres dont ils auront besoin.55

  • 56 Ibid., p. 242. Voir aussi l’Advis, op. cit., p. 151-154.
  • 57 Voir Mascurat, op. cit., p. 244-246. Avant les troubles de la Fronde, quand on l’ouvrait tous les j (...)
  • 58 Françoise Waquet, « La communication des livres dans les bibliothèques d’Ancien Régime », Le Livre (...)
  • 59 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., chap. IX : « Quel doit estre le but princi (...)
  • 60 Ibid., p. 159 ; p. 112 : « les Bibliotheques ne sont dressées ny estimées qu’en consideration du se (...)
  • 61 F. Waquet, « La communication des livres dans les bibliothèques d’Ancien Régime », op. cit., p. 379 (...)

13L’absence de censure est assez notable, de même que l’ouverture de la bibliothèque à « tout le monde sans excepter ame vivante »56. Il faut toutefois s’entendre sur les termes : tout le monde n’est pas n’importe qui57. On notera, avec F. Waquet, que « la conception “docte” de la bibliothèque réservait ipso facto celle-ci à un certain public »58. La bibliothèque, au XVIIe siècle, n’a ni la fonction d’instruction ni la vocation politique que la République lui conférera ensuite. Bien sûr, les théoriciens de la res bibliothecaria – Naudé au premier chef – prônent une ouverture des collections : les collections ont une utilité publique, c’est même l’utilisation qui fait toute la valeur d’une bibliothèque59. Dans son Advis, Naudé rappelle que « les choses ne se doivent estimer qu’à l’esgal du profit & de l’usage que l’on en tire »60. Cette exigence ne fonde en rien la spécificité de la bibliothèque libertine. La nécessité d’une ouverture réglée et l’accessibilité aux fonds ménagée par le bibliothécaire rejoignent, en fait, cet idéal de communication du savoir « postulant la collaboration entre les savants, promouvant une éthique intellectuelle fondée sur l’humanitas, visant à la diffusion du savoir et à son progrès »61. Dans l’optique de Naudé, c’est un progrès dans l’accession au savoir, au même titre que la diffusion de l’écrit imprimé et la redécouverte des textes sources.

  • 62 Sur les qualités requises pour exercer la fonction de bibliothécaire, voir aussi G. Naudé, Advis po (...)
  • 63 Mascurat, op. cit., p. 243.
  • 64 Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 31 : « C’est pourquoy j’estimeray tousjours qu’il (...)
  • 65 Gabriel Naudé, dans sa Bibliographia politica, signale ainsi plusieurs ouvrages pour lesquels il fa (...)
  • 66 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 51-52 ; p. 52 : « il faut recueillir ce (...)
  • 67 Mascurat, op. cit., p. 646.

14L’ouverture des collections, les facilités de consultation des documents doivent beaucoup à la disponibilité du bibliothécaire et de ses serviteurs. Le rôle du bibliothécaire est lui-même strictement circonscrit : c’est un passeur de savoir, il ne lui revient pas de juger de la pertinence des demandes62. C’est pourquoi il est obligé « de donner aux Estudians tous les livres qu’ils pourront demander »63. Une bibliothèque universelle n’admet pas d’exclusions ou d’impasses pour raisons doctrinales64. Si elle accorde autant d’attention aux textes des Pères qu’à ceux des hérésiarques, aux ouvrages des philosophes antiques qu’à ceux des novateurs, des alchimistes ou des cabalistes, il est évident que l’ensemble doit être accessible à l’érudit, sans qu’il soit besoin de demander une dispense auprès des autorités compétentes65. La bibliothèque idéale n’admet pas d’« Enfer » : c’est peut-être dans cette franchise laissée à l’érudit, et dans les raisons qui la motivent, que réside la spécificité de la bibliothèque libertine. Les explications avancées par Naudé, pour justifier l’ouverture de la bibliothèque aux textes les plus sulfureux, sont assez instructives de ce point de vue. L’intérêt accordé, par exemple, aux traités « curieux & non vulgaires » traitant de choses superstitieuses peut se justifier, comme pour les ouvrages des hérésiarques, par la nécessité de les réfuter66. La position de Naudé n’aurait alors rien d’original. Elle est, en réalité, plus complexe qu’il n’y paraît. Ces volumes n’enseignent rien que des choses « vaines & inutiles ». Ce sont « des pierres d’achopement à tous ceux qui s’y amusent ». Néanmoins, ils ont « de quoy contenter les foibles esprits aussi bien que les forts » (p. 51) : les premiers cultiveront leur marotte, là où les esprits forts s’ingénieront à démonter les régimes de fabrication de l’erreur. Nous retrouvons une idée exprimée dans le Mascurat : si les ouvrages déshonnêtes ou dangereux pour la foi, les livres remplis d’erreurs et de superstitions, causent du « dommage » aux « esprits foibles & ignorans »67, la faute n’en revient pas aux ouvrages, mais à la faiblesse de ceux qui s’y sont intéressés. Le bibliothécaire n’étant pas en mesure de discerner les forts des faibles, parmi les lecteurs érudits qui fréquentent sa bibliothèque, il n’est pas responsable de l’usage qu’ils feront des ouvrages qu’il communique. Certains croiront aux élucubrations des lullistes et des cabalistes. D’autres s’intéresseront aux enseignements de philologie et d’histoire, dans la plus pure tradition humaniste. Certains, enfin, trouveront dans les « histoires, coustumes & façons de faire » rapportées la matière d’une histoire des croyances et des mentalités. En effet, il est nécessaire de

  • 68 Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 33.

confesser qu’il n’y a rien qui rende une Bibliotheque plus recommandable que lorsqu’un chacun y trouve ce qu’il cherche, ne l’ayant peu trouver ailleurs, estant necessaire de poser pour maxime, qu’il n’y a livre tant soit-il mauvais ou descrié qui ne soit recherché de quelqu’un avec le temps.68

  • 69 Bibliographie politique, op. cit., p. 86 ; p. 74.

Le « dommage qu’en peuvent recevoir les esprits foibles & ignorans » est inévitable, et ne justifie en aucun cas une censure sélective qui amputerait de manière dramatique le champ de la pensée. Là où les esprits faibles sont malléables comme de la cire, en effet, l’esprit fort est « aiguisé & subtilisé »69 par la lecture des livres qu’il choisit. C’est sur cette base que Naudé justifie, dans l’Advis, l’acquisition des livres des novateurs en philosophie :

  • 70 Horace, Epîtres, I, 1, v. 14 : « sans être contraint de jurer sur les paroles d’aucun maître ».
  • 71 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 47-48.

Il est certain que la cognoissance de ces livres est tellement utile & fructueuse à celuy qui sçait faire reflexion & tirer profit de tout ce qu’il voit, qu’elle luy fournit une milliace d’ouvertures & de nouvelles conceptions, lesquelles estans receuës dans un esprit docile, universel & desgagé de tous interests, Nullius addictus jurare in verba magistri70, elles le font parler à propos de toutes choses, luy ostent l’admiration, qui est le vray signe de nostre foiblesse, & le façonnent à raisonner sur tout ce qui se presente, avec beaucoup plus de jugement, prevoyance & resolution, que ne fait pas le commun des autres personnes de lettres & de merite.71

  • 72 Ibid., p. 70. Pour Naudé, il est indéniable « que les esprits sont plus forts, polis & deliez qu’il (...)
  • 73 Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’Estat [1639], Louis Marin éd., les Éd. de (...)
  • 74 Mascurat, op. cit., p. 139.
  • 75 Ibid., p. 667 : « c’estoit un Minime, duquel tout le monde faisoit grande estime […] ; mais neantmo (...)

15On peut avancer que l’ouverture de la bibliothèque favorise l’émergence d’une pensée libre, critique et déniaisée, au même titre que le nombre croissant des collèges, des séminaires et des étudiants, ou la facilité d’imprimer et de transporter les livres72. Dans les Considérations politiques sur les coups d’Estat, le progrès dans l’accession au savoir se traduisait crûment par un accroissement du nombre des athées73. C’est un progrès quantitatif, mais on peut légitimement s’interroger sur la vertu « pédagogique » de la bibliothèque. Du point de vue libertin, il faut avoir un esprit naturellement fort, pourrions-nous dire, pour espérer profiter des lectures scandaleuses. L’esprit fort, en effet, a un esprit bien disposé envers le savoir, ouvert aux connaissances les plus diverses et dégagé des sujétions intellectuelles. Sa franchise, cette capacité qu’il a de refuser l’argument d’autorité et de ne faire allégeance à aucune secte particulière, le distingue radicalement du dogmatique. L’essentiel n’est pas de savoir plus mais de savoir mieux. Le fondement inégalitaire de l’anthropologie libertine rend néanmoins vaine l’idée d’instruction pour le plus grand nombre. À ce titre, l’ouverture de la bibliothèque et la mise à libre disposition des savoirs n’ont rien à voir avec une quelconque volonté de vulgariser la connaissance. Il y a bien une formation de soi, mais elle reste l’apanage de l’esprit fort. Cela ne signifie pas que tous les autres sont des sots : il existe des « personnes de lettres & de merite », dont la profonde doctrine fait l’admiration de tous. Peiresc est loué par Naudé au-delà de toute mesure, dans le Mascurat : cet « Abysme de sçavoir » est l’« ornement de la France »74. Peiresc, néanmoins, ne s’est pas débarrassé de cette « admiration », qui manifeste superlativement la faiblesse de l’esprit, pour le libertin, parce qu’elle est la porte ouverte à la crédulité. Le P. Mersenne est de la même étoffe75. Ce n’est pas faute d’être homme de bien et curieux de tout, mais « enfin soit par nature ou autrement, comme il y a des esprits qui ont de merveilleuses dispositions à ne rien croire, il y en a aussi qui sont encore plus violentez à ne douter de rien » (p. 667). La hiérarchie entre les esprits ne passe pas tant, on le voit, entre l’ignorant et le savant, qu’entre le crédule et le méfiant au sein de la République des Lettres : ce sont là deux postures antithétiques dans le champ du savoir qui commandent deux façons contraires de se référer aux livres.

16En un siècle d’expansion des publics amateurs de livres, la position de Gabriel Naudé en matière de bibliothéconomie n’est pas séparable, nous semble-t-il, d’une réflexion anthropologique, proprement libertine, sur les catégories de livres et leurs publics. La distinction entre les esprits forts et faibles se traduit par une différence dans la manière d’aborder les ouvrages. Elle influe en conséquence sur la conception même de la bibliothèque, sur son ouverture et sur les modalités d’accession aux livres. Elle pourrait également jouer en aval, en termes de sociologie de la lecture : les esprits faibles sont aussi ceux qui s’intéressent aux romans. Le distinguo entre les lecteurs se traduit cette fois sur un plan générique, dans le type de livre consulté. C’est là une approche appelée à une longue postérité, si l’on pense aux collections éditoriales.

Notes

1 Furetière, Dictionnaire universel [1690], réimp. SNL-Le Robert, 1978, 3 vol. : « COLLECTION. s. f. Recueil qu’on fait des plus beaux passages qu’on trouve dans les Auteurs, ou des endroits qui servent à quelque dessein qu’on a entrepris. Il est fort utile aux jeunes gens de faire beaucoup de collections pour soûlager leur memoire. COLLECTION, se dit aussi d’un recueil, d’une compilation de plusieurs ouvrages. Ce Libraire a fait imprimer la Collection des ouvrages d’Erasme, de Cardan, de Gassendi. le spicilegium du Pere d’Achery est une Collection de plusieurs pieces curieuses de l’antiquité. les Collections Mathematiques de Pappus Alexandrinus. »

2 François de La Mothe Le Vayer, Œuvres, nouvelle édition revue et augmentée, précédée de l’abrégé de la vie de La Mothe Le Vayer [Dresde, M. Groell, 1756], 2 tomes, Genève, Slatkine reprints, 1970, t. 1, p. 440 ; t. 1, p. 305 : « Si est-ce qu’il ne faut pas perdre inutilement le tems à la lecture des livres, qui ne se doit faire que pour illuminer nôtre entendement, & pour perfectionner nôtre volonté. […] Mais je crois que pour profiter des uns et des autres, l’on doit observer deux choses. La premiere, de s’y appliquer avec attention […]. L’autre chose à observer, c’est que dans les lectures où l’on se porte, l’on fasse toûjours comme les filles, qui s’étant promenées dans de beaux jardins, se parent des fleurs qu’elles y ont cueillies. Car si l’on ne s’approprie ce que les auteurs qu’on prend la peine de lire ont de bon, selon le dessein & le genie que chacun peut avoir, toute l’étude qu’on en fait reüssira [sic] toûjours inutile ».

3 Sur la notion de singularité voir Frank Lestringant, « Fortunes de la singularité à la Renaissance : le genre de l’Isolario », Écrire le monde à la Renaissance. Quinze études sur Rabelais, Postel, Bodin et la littérature géographique, Caen-Orléans, Éd. Paradigmes, 1993, p. 17-48 ; Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, en France, Genève, Droz, 1977.

4 Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque [1644, 1ère éd. 1627], précédé de « L’Advis, manifeste de la bibliothèque érudite » par Claude Jolly, Aux Amateurs de livres, 1990, p. 96-97.

5 Il s’agit du Jugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, depuis le sixième janvier, jusques à la Declaration du premier avril mil six cens quarante-neuf, anonyme, 1649, in-4°, 492 p., 250 exemplaires. La seconde édition (anonyme, 1650, in-4°, 717 p.) a été saisie par la justice. Ce sera notre édition de référence (ici sous l’appellation de Mascurat ; l’usage de l’italique permettant de distinguer l’ouvrage du personnage). Voir Hubert Carrier, La Presse de la Fronde (1648-1653) : Les Mazarinades, 2 tomes, Genève, Droz, 1989-1991, t. 2, p. 130, note 43 ; t. 2, p. 197.

6 Mascurat, op. cit., p. 105.

7 Sur l’histoire de cette charge, voir Jérôme Delatour et Thierry Sarmant, « La charge de bibliothécaire du roi aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. 152, n° 2, 1994, p. 465-502.

8 Mascurat, op. cit., p. 242 : cette bibliothèque est « la plus belle qui soit au monde, puisqu’elle surpasse asseurément en quantité & en qualité de bons livres l’Ambrosienne de Milan, & la Bodleuienne d’Oxfort, qui ont esté considerées jusques à cette heure comme les plus grandes ». Voir aussi Louis Jacob, Traicté des plus belles bibliothèques, Rolet le Duc, 1644, p. 548 ; également [Isaac de Lapeyrère], Relation du Groenland, Augustin Courbé, 1647, Advertissement introductif : l’auteur parle de Naudé en renvoyant à la bibliothèque de Mazarin ; il est « l’Ame, de ce grand Corps d’excellens Livres, & de curieuses recherches » ; « Ce n’est pas sans raison que M. Gabriel Naudé, est appelé une Bibliothèque vivante ».

9 Mascurat, op. cit., p. 253.

10 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 105.

11 Ibid. p. 108 ; Mascurat, op. cit., p. 253.

12 Mascurat, op. cit., p. 254.

13 Ibid., p. 255.

14 Ibid., p. 256.

15 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 110-111.

16 Henri-Jean Martin souligne l’importance des collections particulières en un temps où l’édition est étroitement surveillée. Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), 2 vol., Genève, Droz, 1969, t. 1, troisième section : Livre et société, chap. I : « Les grandes collections », p. 474 et suiv.

17 Nous nous appuyons ici sur la Vie de l’illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc Conseiller au Parlement d’Aix, par Pierre Gassendi, parue sous le titre : Peiresc 1580- 1637, le « Prince des Curieux » au temps du baroque, traduit du latin par Roger Lassalle, avec la collaboration d’Agnès Bresson, Belin, « Un savant, une époque », 1992. Pour la 1re édition : Viri illustris Nicolai Claudii Fabricii de Pereisc, senatoris Aquisextiensis, vita, S. Cramoisy, 1641.

18 Voir Hans Bots et Françoise Waquet éds, La République des Lettres, Belin, 1997 ; également Hans Bots et Françoise Waquet éds, Commercium litterarium. La communication dans la République des Lettres, 1600-1750, conférences des colloques tenus à Paris en 1992 et à Nimègue en 1993, Amsterdam/Maarssen, APA-Molland university Press, 1994.

19 Voir Peiresc 1580-1637, op. cit., livre V, p. 224 [en manchette : 1634]. Il s’agit d’un dénommé Vermeil.

20 Voir Agnès Bresson, « Peiresc et les études coptes : prolégomènes au déchiffrement des hiéroglyphes », XVIIe siècle, n° 158, janvier-mars 1988, p. 41-50, p. 43-44 : « Les manuscrits qui font le plus rêver les “galants hommes” qui ont pris le goût de la langue copte sont incontestablement ceux que détient, à Rome, le cavalier Pietro della Valle. De ses voyages en Égypte, Terre Sainte, Turquie et Mésopotamie (1614 à 1626), ce gentilhomme a rapporté un bric à brac oriental, quelques momies, mais aussi cinq grammaires et deux vocabulaires coptes, dont il refuse courtoisement, mais obstinément de se dessaisir. » (Cf. Peiresc 1580-1637, op. cit., p. 187 ; p. 213 et 221).

21 Voir Peiresc 1580-1637, op. cit., livre III, p. 147 [en manchette : 1619]. Peiresc est coutumier du procédé, puisque Gassendi ajoute juste après : « Cela ne l’empêcha d’ailleurs pas de tenter quelque chose de semblable sur une autre expédition. En effet, le bruit se répandit qu’un navire hollandais était revenu de la mer Hyperboréenne après s’être approché à sept degrés du pôle, mais il ne put obtenir le plan de cette navigation ».

22 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 101.

23 Sur Peiresc, voir : Les Fioretti du quadricentenaire de Fabri de Peiresc [...], Jacques Ferrier éd., Avignon, Aubanel, 1981 ; Françoise Charles-Daubert, « Libertinage et érudition, Peiresc relais de l’Europe savante », dans Anne Reinbold éd., Peiresc ou la passion de connaître. Colloque de Carpentras, novembre 1987, Vrin, 1990, p. 41-59 ; Armand Beaulieu, « Mersenne, rival de Peiresc ? », ibid., p. 23-40 ; La Bibliothèque de Peiresc, Édith Bayle, Agnès Bresson et Jean-François Maillard éds, Éd. du CNRS, 1990 ; Sydney H. Aufrère, La Momie et la tempête, Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et la curiosité égyptienne en Provence au début du XVIIe siècle, Avignon, Éd. A. Barthélémy, 1990 ; L’Universel épistolier : Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 1580-1637, catalogue d’exposition, Bibliothèque inguimbertine, Carpentras, 21 septembre-25 octobre 1998 ; Peter N. Miller, Peiresc’s Europe : learning and virtue in the seventeenth century, New Haven, Yale University Press, 2000.

24 Voir La Curiosité à la Renaissance, Jean Céard éd., avec la collaboration de G. Boccazzi, F. Charpentier, C.-G. Dubois, J. Dupèbe, A. Godin, S. Huot-Bokdam, A. Loechel, G. Mathieu-Castellani, A. Regond-Bohat, Société d’édition d’enseignement supérieur et SEDES réunis, 1986 ; Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Gallimard, 1987 ; Antoine Schnapper, Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècle, Flammarion, 1988-1994, 2 vol. ; Patrick Mauriès, Cabinets de curiosité, Gallimard, 2002 ; Neil Kenny, The Uses of Curiosity in Early Modern France and Germany, Oxford, Oxford UP, 2004. Voir aussi Curiosité et Libido sciendi de la Renaissance aux Lumières, Nicole Jacques-Chaquin et Sophie Houdard éds, ENS Éd., 1998 ; le XVIIe siècle encyclopédique, textes rassemblés et édités par Claudine Nédelec, Cahiers Diderot n° 12, Presses universitaires de Rennes, juillet 2001, notamment l’article de Marie Aude Robert, « La curiosité ou la tentation de l’encyclopédisme », p. 181-197.

25 Voir les échanges de livres avec l’antiquaire Camden, dans Peiresc 1580-1637, op. cit., p. 138, 144, 159, 167-168.

26 On peut ici penser à la collection d’Antoine Agard, « maistre Orfèvre & Antiquaire de la ville d’Arles en Provence », matérialisée sous la forme d’un recueil intitulé : Antoine Agard, Discours et roole des médailles et autres antiquitez tant en pierreries, graveures, qu’en relief, et autres pierres naturelles admirables [...], & plusieurs rares antiquitez qui ont été recueillies et à présent rangées dans le cabinet du sieur Antoine Agard, maistre orfèvre et antiquaire de la ville d’Arles en Provence, s. n., 1611. Agard est lié au cercle des relations de Peiresc. Il réside à Arles, et assiste Gassendi dans ses expériences, de même qu’il aide Peiresc dans ses observations astronomiques (voir Peiresc 1580-1637, op. cit., p. 312). Antoine Agard est un antiquaire : il cherche à faire ressurgir le visage de l’antiquité par la recherche et la collecte des traces du passé. Le recueil en fera l’inventaire, sous la forme d’une description soigneuse des pièces collectées. Il ne se comprend toutefois que comme un substitut, suffisamment parlant pour susciter la curiosité du dédicataire Du Vair et plus largement du lecteur, appelé à venir dans le cabinet pour toucher et manipuler les antiquités (p. 137). Le recueil, redoublant la collection matérielle, assume ici clairement une fonction promotionnelle, et vise à assurer à la fois la réputation du curieux et de son cabinet (Dédicace à Du Vair, p. 5). Voir Pierre Martin et Dominique Moncond’huy éds, Curiosité et cabinets de curiosités, Neuilly, Atlande, 2004.

27 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 87-88.

28 Ibid., p. 103-104.

29 Ibid., p. 18 : « n’estant point de l’opinion de ceux qui croyent que l’or & l’argent sont les principaux nerfs d’une Bibliotheque, & qui se persuadent (n’estimans les Livres qu’au prix qu’ils ont cousté) que l’on ne peut rien avoir de bon s’il n’est bien cher » ; cf. aussi p. 112.

30 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris, op. cit., t. 1, Troisième section : Livre et société, p. 472 sq. Voir également Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Marc Baratin et Christian Jacob éds, Éd. Albin Michel, 1996.

31 Voir G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 38-39 : il est nécessaire de rassembler une collection ou « Bibliotheque » de « tous les premiers & principaux Auheurs vieux et modernes, choisis des meilleures editions, en corps ou en parcelles, & accompagnez de leurs plus doctes & meilleurs Interpretes & Commentateurs qui se trouvent en chaque Faculté ». Seront préférées les versions originales des textes fondateurs, en hébreu, grec, latin ou arabe, accompagnées de leurs traductions en latin ou en langue vulgaire, quand il y en a, à l’usage de ceux qui « n’ont pas la cognoissance des langues estrangeres » (p. 41). Voir aussi p. 58.

32 Ibid., p. 42.

33 Ibid., p. 72-75.

34 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris, op. cit., t. 1, p. 535.

35 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 68.

36 Voir par exemple Pierre Gassendi, Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens (Exercitationes paradoxicæ adversus aristoteleos), Livres I et II [Lyon, 1658], texte établi, traduit et annoté par Bernard Rochot, J. Vrin, 1959, Livre I, Diss. 2, art. 13, p. 68-69 (à mettre en regard avec Livre II, Diss. 6, art. 7, p. 504-505) ; et le commentaire d’Olivier Bloch, La Philosophie de Gassendi. Nominalisme, matérialisme et métaphysique, La Haye, Martinus Nijhoff, 1971, p. 56-57. Le passage est à rapprocher des pages de Pascal dans la Préface d’un Traité du Vide (Œuvres complètes de Pascal, Gallimard, « La Pléiade », 1954, p. 531-34) et fait écho à Bacon (Novum organum I, 84, in Œuvres de Bacon, 1e série, Paris, 1852).

37 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 70.

38 Ibid., p. 42-43.

39 Ibid., p. 44-45.

40 Par « novateurs », il faut entendre d’abord les principaux adversaires d’Aristote, ceux qui ont entrepris de ruiner la forteresse aristotélo-thomiste, auxquels viennent s’ajouter Copernic, Kepler et Galilée en astronomie, Paracelse et quelques autres en médecine, et ainsi de suite pour le reste des sciences et des arts.

41 Voir La Mothe Le Vayer, Œuvres, op. cit., Du moien de dresser une bibliothèque d’une centaine de livres seulement, t. 2, p. 372 sq. Voir aussi Charles Sorel, De la connoissance des bons livres (A. Pralard, 1671) ; et l’article de Lorenzo Bianchi, « Per una biblioteca libertina : Gabriel Naudé e Charles Sorel », Bibliothecae selectae da Cusano a Leopardi, a cura di Eugenio Canone, Estratto, Leo S. Olschki editore, 1993, p. 171-215.

42 Tullio Gregory, Genèse de la raison classique de Charron à Descartes, Marilène Raiola trad., Préface de Jean-Robert Armogathe, Puf, 2000, p. 64 (voir aussi p. 69) ; il commente une formule d’Henri Busson, La Pensée religieuse française de Charron à Pascal, Vrin, 1933, p. 2.

43 Voir Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Méthode pour apprendre à penser à la Renaissance, trad. de l’anglais sous la dir. de Patricia Eichel-Lojkine, Genève, Librairie Droz, 2002.

44 La Mothe Le Vayer conseille même de les posséder chez soi, « en pleine proprieté, parce qu’ils sont d’un journalier & perpetuel usage, soit que vous soiés attaché à la lecture & intelligence de quelque Auteur, soit que vous vacquiés à la méditation ou composition de quelque ouvrage. » (Du moien de dresser une bibliothèque d’une centaine de livres seulement, dans Œuvres, op. cit., t. 2, p. 373).

45 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 56 sq.

46 On notera la confusion terminologique : on use aussi du mot bibliothèque pour décrire ce qu’on appelle aujourd’hui bibliographie. Voir par exemple Photius (env. 810-env. 895), Patriarche de Constantinople, auteur d’une Bibliothèque qui recense, analyse, juge, et parfois cite quelque 280 ouvrages de la littérature grecque (tous les genres y sont admis à l’exception de la poésie) ; Conrad Gesner, médecin, auteur d’une Bibliotheca universalis, Éd. Veuve Tiguri apud Christophorum Froschoverum, 1545 ; Antonio Possevino (1534-1611), jésuite, auteur d’œuvres édifiantes, mais aussi d’un Judicium de quatuor scriptoribus (sur La Noue, Bodin, Du Plessis-Mornay et Machiavel), également célèbre pour sa Bibliotheca selecta de ratione studiorum ; Janus Gruter (Anvers, 1560-1627), Docteur en jurisprudence, célèbre par son savoir au XVIe siècle, auteur d’un Thesaurus criticus constitué de 6 gros vol. in-8° (Lampas, sive Fax artium liberalium, hoc est Thesaurus criticus in quo infinitis locis theologorum, jurisconsultorum, medicorum […] scripta supplentur, corriguntur […], Francofurti, 1604, in-8°).

47 Le rapport au livre (qui valorise le fragment) et à son cadre (la collection, comme structure ouverte toujours susceptible d’accroissement) traduit au sein de la bibliothèque une orientation majeure de la pensée libertine, où l’érudition s’accompagne d’un refus très net du cadre systématique en philosophie.

48 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 60.

49 Voir Emmanuel Bury, « Écriture libertine et sources doxographiques : le cas La Mothe Le Vayer », Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, n° 6, 2002, p. 19-36 : « La question de la doxographie se pose notamment pour les sources privilégiées auxquelles avaient coutume de recourir les philosophes et les moralistes formés à l’école des humanistes : loin des seuls corpus autorisés de “grands” philosophes (on songe aujourd’hui aux éditions – et aux traductions – de référence des grands textes : Aristote, Platon, Lucrèce, Sénèque…), les auteurs comme La Mothe Le Vayer étaient accoutumés à recourir aux précurseurs humanistes de Diels, de Usener ou de Giannantoni, c’est-à-dire aux corpus de “doxographes”. » (p. 19-20).

50 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 63.

51 Ibid., p. 96 et 134.

52 Ibid., p. 22.

53 Dans l’Advis, op. cit., p. 157-158, Naudé préconise un double catalogage, des auteurs rangés par ordre alphabétique d’une part, et selon les « diverses matieres & Facultez » d’autre part, afin d’avoir « en un clin d’œil tous les Autheurs qui s’y rencontrent sur le premier sujet qui viendra en fantaisie ». Il souligne de même que toute acquisition nouvelle est perdue si elle n’est pas répertoriée (p. 95). Voir également chapitre VII, p. 131-133, p. 135-137.

54 Sur le prêt des ouvrages, voir également l’Advis, op. cit., p. 160-161.

55 Mascurat, op. cit., p. 242-243.

56 Ibid., p. 242. Voir aussi l’Advis, op. cit., p. 151-154.

57 Voir Mascurat, op. cit., p. 244-246. Avant les troubles de la Fronde, quand on l’ouvrait tous les jeudis, la bibliothèque était fréquentée par « plus de quatre-vingts ou cent personnes, qui y estudioient toutes ensembles ». Le reste de la semaine, elle était ordinairement visitée de « beaucoup de personnes de mérite », parmi lesquelles Gassendi et Grotius.

58 Françoise Waquet, « La communication des livres dans les bibliothèques d’Ancien Régime », Le Livre et l’historien, études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, réunies par Frédéric Barbier, Annie Parent-Charon, François Dupuigrenet Desroussilles, Claude Jolly, Dominique Varry, Genève, Droz, 1997, p. 371-380, notamment p. 377-378 : « Affirmation de l’utilité publique des collections quelle que soit leur origine, condamnation des bibliotaphes et autres “enterreurs de livres”, exclusion des lecteurs indélicats, mais large ouverture aux doctes authentiques, tels sont les principes qu’édictent invariablement, dès la fin du XVIIe siècle, les écrits consacrés aux bibliothèques ». La remarque est importante en ce qu’elle évite une perception anachronique de l’espace public au XVIIe siècle. Pour un autre point de vue sur la bibliothèque de Naudé, voir Robert Damien, Bibliothèque et État. Naissance d’une raison politique dans la France du XVIIe siècle, Puf, « Questions », 1995.

59 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., chap. IX : « Quel doit estre le but principal de cette Bibliotheque », p. 150 : « car de s’imaginer qu’il faille apres tant de peine & de despense cacher toutes ces lumieres sous le boisseau, & condamner tant de braves esprits à un perpetuel silence & solitude, c’est mal recognoistre le but d’une bibliotheque » ; p. 151-152 : « en vain celuy-là s’efforce il de pratiquer aucun des moyens susdits, ou de faire quelque despense notable apres les Livres, qui n’a dessein d’en voüer & consacrer l’usage au public, & de n’en desnier jamais la communication au moindre des hommes qui en pourra avoir besoin […]. Aussi estoit-ce une des principales maximes des plus somptueux d’entre les Romains, ou de ceux qui afféctionnoient plus le bien du public, que de faire dresser beaucoup de ces Librairies, pour puis apres les voüer & destiner à l’usage de tous les hommes de lettres ».

60 Ibid., p. 159 ; p. 112 : « les Bibliotheques ne sont dressées ny estimées qu’en consideration du service & de l’utilité que l’on en peut recevoir ».

61 F. Waquet, « La communication des livres dans les bibliothèques d’Ancien Régime », op. cit., p. 379 ; voir également Commercium litterarium. La communication dans la République des Lettres, 1600-1750, op. cit.

62 Sur les qualités requises pour exercer la fonction de bibliothécaire, voir aussi G. Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque, op. cit., p. 93 ; sur le rôle du bibliothécaire : p. 155-156.

63 Mascurat, op. cit., p. 243.

64 Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 31 : « C’est pourquoy j’estimeray tousjours qu’il est tres à propos de recueillir pour cet effect toutes sortes de Livres, (sous quelques précautions neantmoins que je deduiray cy-apres) puis qu’une Bibliotheque dressée pour l’usage du public doit estre universelle, & qu’elle ne peut pas estre telle si elle ne contient tous les principaux Autheurs qui ont escrit sur la grande diversité des sujets particuliers, & principalement sur tous les Arts & Sciences […] ». C’est aussi un des arguments avancés par Naudé pour justifier l’ouverture de la bibliothèque aux principaux hérésiarques (ibid., p. 52-54). Les ministres réformés, en effet, ne sont admis à leur ministère « qu’apres un long & rude examen sur les trois langues de la saincte Escriture, & les principaux poincts de la Philosophie & Theologie : il y a bien de l’apparence […], qu’excepté les passages controversez ils peuvent quelque fois bien rencontrer sur les autres, comme en beaucoup de traictez indifferents sur lesquels ils travaillent souvent avec beaucoup d’industrie & de felicité » (p. 53-54). Et puis, ajoute Naudé, il faut bien que nos Docteurs trouvent en quelques lieux les ouvrages qu’ils doivent réfuter. La bibliothèque est un espace neutre : les querelles confessionnelles ne doivent pas influer sur la politique d’acquisition des ouvrages.

65 Gabriel Naudé, dans sa Bibliographia politica, signale ainsi plusieurs ouvrages pour lesquels il faut demander des dispenses auprès de l’Église. Voir Charles Challine trad., Bibliographie politique du Sr. Naudé. Contenant les livres & la methode necessaires à estudier la Politique. Avec une Lettre de Monsieur Grotius, & une autre du sieur Haniel sur le mesme sujet. Le tout traduit du Latin en François, Chez la veuve de Guillaume Pelé, 1642, in-8°, notamment p. 42-43, à propos de Bodin ; p. 79, à propos du livre de Grotius, De jure pacis & belli ; p. 157, à propos des libelles.

66 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 51-52 ; p. 52 : « il faut recueillir ceux qui en traictent, deussent-ils estre parmy les autres livres d’une Bibliotheque, comme les serpens & viperes entre les autres animaux, comme l’ivroye dans le bon bled, comme les espines entre les roses ; & ce à l’exemple du monde où ces choses inutiles & dangereuses accomplissent le chef-d’œuvre & la fabrication de sa composition ».

67 Mascurat, op. cit., p. 646.

68 Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 33.

69 Bibliographie politique, op. cit., p. 86 ; p. 74.

70 Horace, Epîtres, I, 1, v. 14 : « sans être contraint de jurer sur les paroles d’aucun maître ».

71 G. Naudé, Advis pour dresser une bibliotheque, op. cit., p. 47-48.

72 Ibid., p. 70. Pour Naudé, il est indéniable « que les esprits sont plus forts, polis & deliez qu’ils ne furent jamais » en Europe, depuis la chute de Constantinople et l’invention de l’imprimerie.

73 Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’Estat [1639], Louis Marin éd., les Éd. de Paris, 1989, p. 135.

74 Mascurat, op. cit., p. 139.

75 Ibid., p. 667 : « c’estoit un Minime, duquel tout le monde faisoit grande estime […] ; mais neantmoins on l’accusoit de croire trop facilement à beaucoup d’histoires, & d’experiences naturelles, lesquelles quoy que tres-fausses, il debitoit par après pour veritables ».

Auteur

Docteur ès lettres, French Lecturer, University College London, UMR 5037 Institut d’Histoire de la Pensée classique – Libertinage et libre pensée au XVIIe siècle.

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search