Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Institutions, érudition, pouvoirs

L’Église comme bibliothèque : Antiquité canonique, héritage patristique et usage controversial (XVIe-XVIIe siècles)

Frédéric Gabriel

Texte intégral

1Parler conjointement de bibliothèques et de collections pourrait faire croire à un doublon, à une redondance. Tour à tour, l’un est l’outil ou l’aboutissement de l’autre, même si la collection renvoie plus directement à l’acte matériel de collecter, de compiler. Mais justement, cette redondance, cette copia, est propre à l’activité bibliothéconomique et collectionneuse. Cette synonymie renvoie d’emblée à la réalité de toute pratique textuelle, qui se construit par la réunion et la composition de matériaux divers. Si lâche soit-elle, l’unification instaure un trait commun entre des sources et des textes variés. Cette communauté, fruit de la collection, se traduit encore dans la synonymie des compilations éditoriales des XVIe et XVIIe siècles qui utilisent indistinctement bibliotheca ou collectio comme titre. En effet, l’imprimé permet et favorise, plus que la transmission manuscrite, la constitution et la multiplication de vastes compilations sans précédent, au point que le jésuite Philippe Labbé publie, en 1672, un volume intitulé Bibliotheca bibliothecarum.

  • 1 Cf. Johann Christian Koch, Schediasma de ordinanda bibliotheca, Leipzig, apud haered. J. Grossii, 1 (...)
  • 2 Philippe Labbé, Bibliotheca bibliothecarum curis secundis auctior. Accedit Bibliotheca nummaria, Ex (...)

2Il ne s’agit plus, comme Louis Jacob, le carme bibliographe ami de Gabriel Naudé, dans son Traité des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont esté, & qui sont à présent dans le monde (Paris, 1644)1, d’établir un palmarès, mais d’adresser aux lectoribus philobiblis [lecteurs aimant les livres], selon ses propres termes, une bibliothèque de bibliothèques, un catalogue de catalogues, un index d’index2. Y sont rassemblés tous les recueils identifiés comme collections, qu’ils concernent la prosopographie, l’histoire, la numismatique, etc.

  • 3 Mélanges d’histoire et de littérature, recueillis par M. de Vigneul-Marville [Bonaventure d’Argonne (...)
  • 4 Nos amys de l’Antiquité, s. l. n. d. [XVIIe s.]. Cf. Louis-Jean Denis, Le Catalogue de la bibliothè (...)
  • 5 Cf. Claude Clément, Musei, sive bibliothecae tam privatae quam publicae extructio, instructio, cura (...)
  • 6 Souvent utilisé dans le domaine juridique, il établit ici des équivalences qui permettent aux terme (...)
  • 7 Johann Hartung, Georg Röhrig Calaminus, Bibliotheca, sive Antiquitates urbis Constantinopolitanae, (...)
  • 8 Mélanges d’histoire et de littératures recueillis par M. de Vigneul-Marville, second volume, Rouen, (...)
  • 9 Cf. Hubert Glotzius, Romanae et Graecae antiquitas, monumenta […], Anvers, Ex officina Plantiniana, (...)

3À propos du XVIIe siècle, Bonaventure d’Argonne notait dans ses Mélanges d’histoire et de littérature : « La Bibliomanie (comme disait feu M. Patin) a été une des maladies de ce siècle : Chacun par un luxe curieux, studiosa luxuria, a voulu avoir des livres, & former de grands corps de Bibliothèques »3. Ces « amis de l’Antiquité », tels que les appelle l’avocat Claude Blondeau, dans une introduction au catalogue de sa bibliothèque, sont les piliers de ce monde4. La réalisation architecturale est presque la conséquence d’une maladie, le grand « corps » de bibliothèque est un écho des corpus amassés. La Bibliotheca de Labbé n’est pas seulement le double imprimé de l’édifice, le simple catalogue de telle ou telle collection privée ou royale, elle est une collection d’autres bibliothèques du même type. À l’image de la bibliothèque elle-même, sans arrêt en expansion, l’acception sémantique du terme s’étend pour mettre en équivalence tout un réseau de métaphores, qui loin de détruire la cohérence du terme, lui donnent au contraire toute sa consistance en tant qu’idée. Ainsi, en 1635, Claude Clément publie un Musei, sive bibliothecae qui rattache un manuel sur les bibliothèques, anciennes et contemporaines, au fameux Museion de l’Alexandrie des Ptolémées5. Le sive, opérateur de fiction bien connu, se déploie dans les domaines les plus divers6. Poursuivant un effet de réel, la collection l’est à plus d’un titre quand elle se présente comme un relevé antiquaire des inscriptions7. Recueil épigraphique de ces sentences publiques, exposées comme des extraits d’un livre jamais réuni, la collection brosse, à travers ces traces, le portrait d’un temps lointain de référence8. Ce faisant, elle devient elle-même un Monumentum9. Paradoxalement, en intégrant à son corps l’emblème de la brièveté épidictique, la collection épouse son origine monumentale. B. d’Argonne remarque, à la fin du XVIIe siècle :

  • 10 Mélanges d’histoire et de littérature, 1699, op. cit., p. 78.

Le stile lapidaire qui était tombé avec les vieux monumens, a été relevé au commencement de ce siècle par le Comte Emmanuel Thesauro. On l’emploie aujourd’hui à toutes sortes d’usages ; & même à la tête des Livres, en forme d’Epîtres dédicatoires : ce qui n’a point d’exemple chez les Anciens.10

  • 11 Cf. Emanuele Tesauro, Inscriptiones quotquot reperiri potuerunt […], Turin, Typis B. Zappatae, 1666 (...)
  • 12 Emanuele Tesauro, Patriarchae sive Christi servatoris genealogia, Bordeaux, apud J. Longironem-Mill (...)

Outre son Cannocchiale, Tesauro s’était signalé, en 1666, par des Inscriptiones historicae, id est patriarcharum genealogia11, rééditées sous le titre Patriarchae sive Christi servatoris genealogia12.

  • 13 Varron, De lingua latina, l. VI, 49, Pierre Flobert trad., Les Belles Lettres, 1985, p. 24.
  • 14 Tobias Fendt, Monumenta sepulcrorum cum epigraphis ingenio et doctrina excellentium virorum […], s. (...)
  • 15 Monumenta bibliothecae Ambrosianae, auctore Iacobo Philippo Opicello, Milan, Apud I. I. Comum, 1618
  • 16 Thomas Ittig, Bibliotheca Patrum apostolicorum graeco-latina […], Leipzig, Impensis haeredum Lancki (...)
  • 17 Sur les sources anciennes de ces connexions lexicales, voir Marie-José Kardos, « Cicéron et les Mon (...)
  • 18 William N. West, Theaters and Encyclopedias in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 19 C. A. Patrides, « The “universall and publik manuscript” of commonplaces », Neophilologus, XLVII, 1 (...)

4Le terme monumentum apparaît fréquemment accolé à collectio, ou comme son synonyme. Renvoyant pour Varron à « tout ce que l’on a écrit et fait à titre commémoratif »13, souvent utilisé pour les recueils d’épitaphes14, il désigne directement la Bibliothèque Ambroisienne de Milan dans l’histoire qu’en donne Opicello15. Plus généralement, il renvoie à tous les grands textes anciens classiques16. Monuments de papier et de pierres se retrouvent dans une même puissance de mémoire et d’admonition17. De manière significative, avant de désigner une scène physique, le terme theatrum est employé pour désigner l’encyclopédie de papier18. Poussé à bout, le procédé d’équivalence et de métaphorisation aboutit à la célèbre thématique du « Livre du monde »19. La totalisation et l’exhaustivité conduisent de la clavis (le catalogue, l’index) à son référent (le macrocosme). L’enchaînement métonymique aboutit à une bibliothèque englobante qui identifie la carte et le monde, la création et l’écriture du Créateur.

5En effet, on a souvent souligné les affinités essentielles entre le christianisme et la culture du livre. Citons simplement Ernst Robert Curtius, qui affirmait :

  • 20 Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin [1956], Presses Pocket, 1991, (...)

Le livre reçut sa consécration suprême du christianisme, religion du Livre sacré. Le Christ est le seul Dieu que l’art antique représente avec un volumen. Dès sa naissance, puis au cours de ses premières années, le christianisme n’a cessé de produire des livres sacrés.20

Quelle est la spécificité du christianisme moderne quant à l’articulation entre bibliothèques et collection ? Quelles formes et quelles qualités y sont attachées ? Partant d’un simple constat éditorial, nous montrerons les types d’équivalence opérés par les bibliothèques, et leurs significations sur le plan conceptuel. Après avoir mentionné quelques réalisations exemplaires de collections, nous indiquerons en quoi l’équivalence entre bibliothèque et collection peut donner lieu à une compréhension à la fois institutionnelle et symbolique de ce lien. On verra comment le mouvement de métaphorisation et d’unification se poursuit, de la bibliothèque au monument, de l’héritage à l’usage, de l’élément à la communauté – développement particulièrement significatif dans le contexte ecclésiastique.

Collections et lieux théologiques

  • 21 Voir Monique Duchet-Suchaux et Yves Lefèvre, « Les noms de la Bible », dans Pierre Riché et Guy Lob (...)
  • 22 Isidore de Séville, Originum sive etymologiarum […], lib. VI, cap. III, dans Denys Godefroy éd., Au (...)
  • 23 Gommaire Huygens, Breves observationes de doctrina sacra et locis theologicis […], Liège, Typis H. (...)
  • 24 L. Moreri, Le Grand dictionnaire historique, op. cit., t. I, p. 430.
  • 25 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, divisé en trois parties ; avec une liste des principa (...)
  • 26 Gilles Dorival, « La fixation du canon de la Bible. Entre Jérusalem et Alexandrie », Luce Giard et (...)

6Au grand Livre du monde répond le Livre de l’Écriture. Ta biblia ou hai bibloi désignent « les livres » de l’Écriture. On fait remonter au neutre pluriel grec le latin bibliotheca21. La bibliothèque-collection par excellence, c’est la Bible. Son nom indique tout à la fois le livre, la bibliothèque, la collection. Chez saint Jérôme comme chez Isidore, le terme bibliotheca désigne l’Écriture sainte22. Au XVIIe siècle, Gommaire Huygens, théologien de Louvain, appelle Collectio les éditions autorisées de la Vulgate23. Louis Moreri, témoin privilégié de l’usage, écrit : « Bible. On donne communément ce nom à la collection des Livres Sacrez écrits par l’inspiration du S. Esprit »24. Cette définition suppose implicitement un canon qui établit précisément le contenu et l’autorité de cette collection25. Là encore, à l’image de la dualité de la bibliothèque, définie et architecturale, mais toujours en expansion et en catalogage, le « Canon », terme qui incarne la norme, l’authenticité, la fixité et la clôture, a pourtant connu un remodelage incessant et complexe26. Reconnu comme inspiré, tel ou tel livre contribue – par son intégration au canon qui lui donne force de loi – à définir une communauté. À l’autorité textuelle s’adjoint une portée juridique : elles qualifient doublement la collection.

7Puis la Bibliotheca biblique va se déployer avec les gloses, postilles et chaînes qui vont enserrer la source et collectionner les explications, les sens, les allégations et les variantes. Les commentaires caténiques sont particulièrement intéressants puisqu’ils se présentent comme une collection des premiers exégètes, accompagnant au fur et à mesure le texte biblique. Ainsi, dans son Traité de la lecture des Pères de 1688, Bonaventure d’Argonne donne ce conseil à ceux qui veulent étudier :

  • 27 [Bonaventure d’Argonne], Traité de la lecture des Pères de l’Église, ou méthode pour les lire utile (...)

Il faut qu’ils consultent les Compilateurs, & qu’ils ayent recours aux chaînes Grecques & Latines, qui sont des Ouvrages d’autant plus utiles qu’on y trouve diverses explications des anciens Peres liées les unes aux autres, par le moyen desquelles on apprend tout de suite les opinions de plusieurs Autheurs, & l’on s’asseure des paroles & des sentimens de quelques-uns dont les originaux sont ou corrompus, ou entièrement perdus.27

  • 28 Le volume de référence est celui de l’oratorien André Galland, De vetustis canonum collectionibus d (...)
  • 29 Lotte Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (ca. 400-1140). A Bibliographical Guide (...)
  • 30 Parmi de nombreux travaux : Charles Munier, Les Sources patristiques du droit de l’Église du VIIIe (...)

8C’est en effet tout un océan patristique qui s’écrit à la suite du Texte sacré. L’âge de l’imprimé systématise et porte à la limite un habitus vieux de plusieurs siècles : les écrits des Pères vont se présenter sous la forme de collections de plus en plus amples, jusqu’à s’étendre sur de nombreux in-folio. Ce type de traitement concerne d’ailleurs bien d’autres corpus ecclésiastiques, comme par exemple les textes conciliaires28. Un inventaire tel que celui qu’a dressé Lotte Kéry fait bien apparaître que la désignation systématique de ces ensembles se faisait par le terme de collectio, suivi d’une indication géographique ou patronymique : Collectio Dionysiana, Collectio Vaticana, Collectio Hispana, etc.29. À ces collections intégrales, il faut joindre les compilations sélectives mais tout aussi importantes : on le sait, le Decretum de Gratien connaît une diffusion immense, et c’est bien souvent par cette collection de centons que l’on connaît telle ou telle maxime des Pères30. Le Corpus iuris canonici, qui l’a intégré comme l’un de ses éléments, mêle les deux types de composition.

  • 31 Bonaventure d’Argonne, op. cit., p. 230.
  • 32 Ibid., p. 233 ; et p. 245 : « ses Livres des Tapisseries […] ne sont autre chose, ainsi qu’il l’avo (...)

9Les monuments patristiques de Marguerin de la Bigne, François Combefils, Pierre Blanchot, et de bien d’autres, voient le jour entre le XVIe et le XVIIe siècle. C’est dans cette logique que l’on trouve dans les traités de Bonaventure d’Argonne et Jean Mabillon de précieuses indications sur le maniement, la confection et l’usage des collections. D’Argonne consacre le chapitre XV de son Traité de la lecture des Pères de l’Église à « l’usage des Notes & des Collections »31. Après avoir rappelé les exemples gréco-latins, il arrive rapidement à Clément d’Alexandrie32 et Sixte de Sienne, tissant des Stromates (recueils) antiques à la Bibliotheca moderne un lien révélateur. La collection doit être le résultat d’un jugement formé et d’une connaissance assurée. Le texte compilé doit être bien connu, et d’Argonne rapporte ce témoignage de Trithème :

  • 33 Ibid., p. 234.

c’était anciennement la coutume de ceux qui étudiaient en copiant les Livres, de faire leurs collections au bout de chaque page durant que l’Écriture se séchait : mais le loisir qu’ils avaient en écrivant de faire un bon choix des choses les plus remarquables, & de les bien digérer, pouvait suppléer à ce qui manque à cette manière de colliger les Auteurs.33

  • 34 Ibid., p. 235-237 : « D’autres après avoir colligé mot pour mot tous les passages considérables d’u (...)

Cette éthique de la lecture34 doit s’accompagner d’un bon ordre de rangement. Ainsi la collection peut s’attacher à un auteur en particulier, ou en réduire plusieurs en un abrégé. C’est l’occasion, pour d’Argonne, de faire l’éloge de Photius :

  • 35 Ibid., p. 237-238. Et plus loin, p. 241-242 : « Ce n’est pas encore assez, il faut prendre le soin (...)

Cette manière qui est fort longue ; & qu’un homme, quelque diligent qu’il soit, ne saurait appliquer qu’à un très petit nombre d’Auteurs, surpasse le train ordinaire des recueils, & demande beaucoup de capacité, jointe à une grande facilité d’écrire. Mais la meilleure manière de toutes, c’est celle que Photius a gardée dans sa Bibliothèque, où il rend compte de toutes ses lectures avec beaucoup de grâce & d’élégance. Tout y est exquis, & tout y plaist jusqu’à l’indifférence mesme avec laquelle il dispose ses matières. Il n’y fait point de façon ; & cependant ce livre cause une admirable diversité d’érudition qui réjouit & surprend le lecteur.35

  • 36 Ibid., p. 243-244 : « A ces règles qui sont assez générales, on en peut ajouter d’autres plus parti (...)

D’Argonne complète ses remarques sur la composition par une typologie des usages des Pères : grammairiens, historiens, casuistes ou prédicateurs, tous auront une appréhension différente des collections36.

  • 37 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. II, p. 255.
  • 38 Ibid., t. I, p. 49.

10De son côté, le grand bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur, Jean Mabillon, a conçu son Traité des études monastiques comme un guide des grands monuments de la littérature chrétienne qui se clôt sur un Catalogue de livres choisis pour composer une Bibliothèque ecclésiastique37. Il ne peut manquer de faire un éloge des anciennes bibliothèques monastiques, enrichies par les copistes (appelés aussi « antiquaires »38) et des grandes figures comme Cassiodore :

  • 39 Ibid., t. I, p. 51. Pour une période postérieure, voir André Vauchez et Cécile Caby éds, Histoire d (...)

[Il] ne se contenta pas d’amasser tous les livres qui regardoient l’Ecriture, c’est-à-dire les livres saints du vieux & du nouveau Testament avec leurs commentaires, mais même il rechercha soigneusement tous ceux qu’il crût pouvoir disposer les esprits à cette sainte lecture. Dans ce dessein il amassa avec beaucoup de dépense tous les ouvrages des saints Peres, de S. Cyprien, de S. Hilaire, de S. Ambroise, de S. Jérôme, de saint Augustin, […] sans parler des Pères Grecs. […] Outre cela il recueillit tous les historiens […].39

  • 40 Guglielmo Cavallo, « Les bibliothèques monastiques et la transmission des textes en Occident », dan (...)

11Même si, à Vivarium, la constitution de « corpora organiques » était une pratique très marquée40, Cassiodore ne fait pas figure d’exception :

  • 41 J. Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. I, p. 53.

Le Vénérable Bède (Beda l. I de Episcopo, n. 6 & 11) nous apprend que le saint Fondateur & premier Abbé de son monastère Benoist Biscope, eut aussi un grand soin d’y amasser une nombreuse bibliothèque, & que dans differens voyages qu’il fit à Rome il en rapporta à chaque fois toute sorte de livres, Innumerabilem librorum omnis generis copiam apportavit.41

Et Mabillon de conclure, multipliant les exemples à l’image de ces bibliothèques en expansion :

  • 42 Ibid., t. I, p. 53. Dans le frontispice du De Re Diplomatica de Mabillon, les deux prêtres du savoi (...)

Il ne seroit pas mal-aisé de faire voir que l’on a pratiqué ailleurs la même chose dans les monastères les mieux reglez, tant en amassant des livres de toute sorte de disciplines, qu’en les faisant copier. Les Bibliothèques de Lerins, de Marmoutier, du Mont-Cassin, de S. Germain des Prez à Paris, de Bobio, de Luxeu, de Fleury, de l’une & de l’autre Corbie, de S. Remy de Reims, de Fulde, de S. Gal, de saint Emmeran de Ratisbonne, de Nostre-Dame des Ermites, & d’une infinité d’autres monastères fort anciens en font encore foy aujourd’hui.42

L’abondance des listes n’est qu’une pâle image de l’accumulation patiente de ces trésors de mémoire. Les collections forment une communauté textuelle qui est comme un miroir des communautés monastiques. L’autonomie de ces dernières, leur retrait du monde, leurs règles précises s’accordent parfaitement à la bibliothèque, réelle comme imaginaire, communauté de mémoire, de lecture, de copie, et de formation.

  • 43 De Bibliotheca Patrum, praeside M. Georgio Henrico Boke Lipsiensi, in Academia Lipsiensi, D. 4. Maj (...)
  • 44 Thomas Ittig, De Bibliothecis et catenis Patrum variisque veterum Scriptorum ecclesiasticorum colle (...)
  • 45 Thomas Ittig, Bibliotheca Patrum apostolicorum graeco-latina quae continentur I. S. Clementis Roman (...)
  • 46 Cf. Thomas Ittig, Historiae ecclesiasticae primi a Christi nato seculi selecta capita […]. Praemiss (...)
  • 47 Guillielmo de Sancto Amore, Opera omnia […], Constance, Ad Insigne Bonae Fideij apud Alithophilos, (...)

12On le voit, les collections des Pères de l’époque moderne s’inscrivent dans la lignée d’une longue tradition, et condensent, en quelques in-folio, l’héritage de milliers de copistes. Si Johann David Neubaur est l’un des premiers à étudier brièvement ces collections en tant que telles, dans son De Bibliotheca Patrum de 168743, Thomas Ittig (1643-1710) va en proposer des catalogues critiques et détaillés dans son De Bibliothecis et catenis Patrum de 170744. Dès 1699, il avait lui-même édité une Bibliotheca Patrum apostolicorum graeco-latina qui commençait par une Dissertatio de Patribus apostolicis, qui dévoile en trois cents pages les enjeux d’une telle collection. Y apparaissent par exemple les noms de Blondel et Wyclif45. Bien loin d’un simple positivisme documentaire, ces travaux d’érudition sont élaborés au sein des clivages post-tridentins. Les collections prennent place dans le cadre dressé par celles de Flacius Illyricus et Baronius46. Ce qui est disputé par le biais de l’héritage patristique, c’est le lien ininterrompu avec la Tradition qui remonte à la source. Déjà, pour défendre la hiérarchie ecclésiastique, Guillaume de Saint-Amour établissait des Collectiones Catholicae et Canonicae Scripturae47.

  • 48 Marie-Dominique Chenu, « Note de lexicographie philosophique médiévale », Revue des sciences philos (...)
  • 49 Cyriacus Lentulus, Mnemonicon Sacrae Scripturae tripartitum Librorum, Capitum, Rerum […], Nassau, 1 (...)
  • 50 Ce terme renvoie très directement au lexique de la controverse. Voir les entrées Controversia dans (...)
  • 51 Melchior Cano, De locis theologicis, dans Opera […], Padoue, Apud J. Manfrè, 1727, l. I, p. 1-2.
  • 52 G. Huygens, op. cit., p. 13.
  • 53 Zaccaria Pasqualigo, Sacra speculativa doctrina de Deo […], Venise, Apud Bertanos, 1650, p. 10.
  • 54 M. Cano, op. cit., cap. III, p. 2.
  • 55 Agostino Valier, De rhetorica ecclesiastica […], Vérone, Apud H. & fratres Stringarios, 1583, p. 87 (...)

13Collectio hérite également d’un sens, et d’un usage, controversial : chez les rhéteurs latins du Ier siècle, elle désigne une argumentation48. À l’âge classique, l’usage des collections obéit aux lieux théologiques. Il ne s’agit pas de simples lieux mnémotechniques comme en propose le singulier Mnemonicon Sacrae Scripturae de Cyriacus Lentulus (c. 1620-1678) qui résume subtilement l’Écriture par diverses techniques49, mais d’une systématisation des preuves et d’une hiérarchisation des auctoritates. Si sa pratique est courante, résultat de la sélection du temps, le dominicain Melchior Cano (1509-1560) s’en fait le théoricien. Publié en 1563, son De locis theologicis pose d’emblée son objectif : procurer des argumenta50 disponibles pour « prouver » ou au contraire « réfuter » des thèses (conclusiones)51. Pour Gommaire Huygens, qui cite expressément Cano, les lieux théologiques sont les sièges des arguments52, quand pour Zaccaria Pasqualigo le lieu est un « thesaurus » dont on peut tirer tous les arguments nécessaires53. Le premier lieu est constitué par l’Écriture (les livres canoniques), le second par les Traditions, autrement dit la transmission du Verbe, le troisième est l’autorité de l’Église, les conciles généraux constituent le quatrième, etc.54. Notamment diffusée par le De rhetorica ecclesiastica d’Agostino Valier, évêque borroméen de Vérone, ou par le jésuite Martin Becan dans son Compendium manualis controversiarum, cette liste modèle tout discours55.

14Si ces lieux sont importants, c’est qu’ils définissent non seulement des collections textuelles, mais également une communauté d’entente, productrice de normes, une instance de validation, dépositaire et gardienne de la mémoire et de la tradition apostolique et patristique : l’Église. Ils sont en effet indissociables d’une pratique de l’autorité et de l’institution qui donne à la collection des implications dogmatiques et ecclésiologiques.

Bibliothèque, institution et communauté

  • 56 Comme la « bibliothèque », elle désigne à la fois le bâtiment et l’idée de l’institution.
  • 57 Voir aussi « Collectio » § 4, A. Blaise, op. cit., p. 167, et Yves Congar, « La personne “Église” » (...)
  • 58 Gratien, Decreti pars tertia, De consecratione, dist. I, c. VIII, dans Corpus Juris Canonici emenda (...)
  • 59 M. Cano, De locis theologicis, op. cit., l. IV, cap. 4, p. 122.
  • 60 Hermann Wesseling, Nomognosticon iuris universi bipartitum, sive Aurifodina Praecipuarum Legum & Ca (...)
  • 61 Petrus Leurenius, Forum beneficiale, sive quaestiones & responsa canonica, materiam de beneficiis u (...)

15Église est lui-même un mot riche d’une polysémie qui se déploie différemment à l’occasion de chaque lieu56. Du plus concret au plus abstrait, du prix de l’élément à la valorisation de l’ensemble, de la pierre à la communauté idéale des collections canoniques, patristiques, hagiographiques, elle est tout autant institutio que collectio. Chaque type de collection permet de penser un des aspects de la nature ecclésiale. Dès le corpus néotestamentaire, l’Église est corps du Christ (Eph. 1.23). Réunion des croyants, la métaphore organique désigne à la fois la hiérarchisation et l’organisation de la collection. Cette abstraction englobante, évidente dans les préfaces de promulgation des Décrétales, est parfois définie comme collectio57 et d’autres expressions rapprochent l’Église de ce terme, comme ceux de congregatio ou coetus. Le Decretum de Gratien établit l’équivalence « Ecclesia, id est catholicorum collectio » [l’Église, autrement dit la collection des catholiques]58, que l’on retrouve notamment chez Melchior Cano59, quand le carme Hermann Wesseling précise, dans un contexte juridique : « Ecclesia in abstracto est una Collectio, seu multitudine fidelium tam Clericum quam laicorum » [Abstraitement, l’Église est une Collection, à cause de la multitude des fidèles, tant clercs que laïcs]60. Le canoniste Petrus Leurenius, traitant dans son Forum beneficiale des communautés composant l’Église, emploie comme bien d’autres le vocabulaire de la collection et de la fiction juridique61.

  • 62 Antoine de Laval se réclame de ces « Archives de l’Eglise Catholique : thresor qu’elle jouit de la (...)
  • 63 Symbole du concile de Constantinople (381), dans Jean-Dominique Mansi, Sacrorum conciliorum nova et (...)
  • 64 Voir notamment Éric Junod, « Vincent de Lérins ou la théologie en bibliothèque ecclésiastique », Ri (...)
  • 65 Deux avertissemens de Vincent de Lerins, François de nation. Escrits par luy-mesme en langue latine (...)
  • 66 Ibid., p. 19-20. Dans son entreprise pharaonique, Migne invoque encore Vincent de Lérins : « il n’e (...)

16Mais plus qu’une simple question de lexique, la collection révèle, dans le cas de l’Église, son identité. Elle est le lieu général du dépôt de la Tradition, source de la Révélation avec l’Écriture, type même de production des diverses collections évoquées plus haut62. Il n’est toutefois pas uniquement question de contenu et de transmission. Portés à l’extrême, les procédés de thésaurisation, de redondance, d’équivalence et d’unification tendent à l’abstraction. Faire unité, c’est, pour la collection réussie, subsumer l’ensemble des existants et des possibles. La congregatio fidelium, qui hiérarchise des Corps, se définit par des « notes » (ou « marques ») bien connues, tirées des Symboles des premiers conciles œcuméniques : « Credimus in […] unam sanctam catholicam et apostolicam ecclesiam »63. De même qu’une bibliothèque indique toujours un principe d’unité (géographique, hiérarchique, compilatoire, etc.), l’Église est par nature l’absolu de la bibliothèque et de la collection. Une, sainte, catholique, apostolique : autant d’identités qui s’entrecroisent pour dessiner une universalité abstraite et parfaite, dont Vincent de Lérins (Ve s.) a donné une version, dans laquelle on peut lire le portrait de l’Église en bibliothèque64. Se réclamant d’un passage du Deutéronome, souvent convoqué à l’époque moderne (« Interroge tes Pères, & ils te répondront ; tes Anciens & ils t’instruiront »65), ce qu’on appelle le canon lérinien met en avant l’universitas, l’antiquitas, la consensio : la généralité ou l’universalité, l’antiquité et le consentement unanime66.

Bibliophilie et Christophilie : l’imaginaire de la collection

  • 67 Pour une présentation exemplaire du geste compilateur de l’hagiographe, cf. Jacques Severt, Agiolog (...)

17On s’en doute, l’équivalence fondamentale entre l’Église et sa source, le Christ, est profonde. Dès lors, la collection se décline sous les aspects non seulement discursifs, organiques et hiérarchiques, mais aussi mystiques et pneumatologiques, dimensions qu’évoquent déjà les collections hagiographiques. La fréquente équivalence entre collection et « corps » – dans ses différentes acceptions – prend ici tout son sens. Faire une collection revient à se constituer un deuxième corps, un corps fictif idéal, symptôme de la totalité désirée. Avec le Christ, le Corps mystique est déjà là. L’Église, qui tient lieu du Christ, continuation d’une source inépuisable, est le Corps institutionnel, patristique, canonique, hagiographique. Dans la logique de ce dernier plan sont convoqués les « témoins » (le sens premier de « martyrs ») du message évangélique, et les Vies de saints et autres Martyrologes se présentent par définition comme des collections qui remplissent des bibliothèques entières, et pas seulement celles des Bollandistes67. L’imitatio Christi, but de la démarche spirituelle, met en équivalence l’ensemble des croyants. Miroir principal, la Vie du Christ crée aussi le modèle des diverses communautés qui utilisent ces vies de saints comme un réservoir d’images renvoyant toutes à la seule source possible de l’identité, qui elle-même se démultiplie dans ces imitations.

  • 68 Cent discours sur la cheute, la penitence, restauration du Roy et prophete David, composés par le R (...)
  • 69 À cet égard, les réflexions de Jean de Fraine sur Adam et la « personnalité corporative » sont part (...)
  • 70 Source par anticipation de l’Ancien Testament (par la lecture typologique), source évidente du Nouv (...)

18Mais surtout, le Christ est la clef de la collection testamentaire, le lien qui réunit et unifie. Celui dont on ne peut cerner la vie que par une collection de récits (par Matthieu, Marc, Luc, Jean, sans compter les nombreux apocryphes) et de correspondances synoptiques, donne lieu à « l’Évangile mesme qui est comme un Archive sacré »68. Réalisation de tous les types qui l’annoncent69, et de toutes les allégations qui s’y rapportent, il est la Source par excellence à partir de laquelle vont se déployer tous les discours, toutes les vies, tous les sens, toutes les collections70. Concaténation des temps, il l’est aussi des textes futurs. Il n’est pas seulement le fondateur de la Tradition orale, mais aussi de la parole prophétique :

  • 71 [François Joubert], Commentaire sur les XII petits prophètes, Avignon, A. Girard, 1754, f. xvi-xvii(...)

Ils ont prophétisé J. C. étant tout remplis de lui. Annuntiabant Christum, pleni Christo (S. Aug. in Ps. 142 n. 2) […]. Ainsi les Ecrits des Prophètes embrassent la destinée de tous les siecles. Une multitude de sens subordonnés entr’eux, une foule d’instructions proportionnées à des besoins variés à l’infini, forment les richesses immenses que la Sagesse divine a cachées dans le texte sacré, quoique sans affectation, & avec une simplicité si noble.71

  • 72 La thématique du Christ comme Livre est notamment développée par saint Bonaventure : Bonaventure, L (...)
  • 73 H. Leclercq, « Bibliothèques », op. cit., col. 853. Dans la traduction de Pierre-Thomas Camelot : « (...)
  • 74 Ignace, Lettre aux Philadelphiens, ibid., p. 198.
  • 75 Le chant ecclésiastique est présenté par le récollet David Charlart, comme un « mont de thresors », (...)

19Si l’on peut supposer un rapport identique, entre Église et bibliothèque, à celui qu’entretiennent bibliothèque et collection, la grande particularité de la bibliothèque chrétienne, c’est que sa Source est intérieure. À la fois Loi, méthode typologique de lecture, Verbe par excellence, le Christ est lui-même une Bibliothèque72, puisque Dieu parle par sa bouche, une bibliothèque vivante en laquelle l’unité se noue, l’unité entre intimité et universalisme ecclésial, entre identité et modèle christique. Écrivant aux Philadelpiens, Ignace d’Antioche affirme : « Mon archive c’est Jésus-Christ, mon archive intacte c’est sa croix, sa mort, sa résurrection »73. Il oppose cette réponse aux judaïsants qui affirment à propos de l’enseignement du Christ : « Si je ne le trouve pas dans les archives [i. e. l’Ancien Testament], je ne le crois pas dans l’Évangile »74. Ignace renvoie au Christ à la fois comme Bibliothèque et comme fait historique. Si les archives sont par excellence l’image de la conservation d’une mémoire, chez Ignace, la mémoire est par contre personnelle. Les nombreuses techniques d’oraison intérieure et de manducation des textes relèvent d’ailleurs elles aussi d’une pratique de la collection similaire, même si elle est limitée et surtout fondamentalement répétitive75. Cette collection intensive plus qu’extensive participe de la fabrication d’une bibliothèque intérieure.

20Mabillon, dans un chapitre dédié à « l’étude de l’Écriture sainte », conseille :

  • 76 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. I, p. 199-200. Même idée chez Cristoforo (...)

On ne peut rien dire de plus avantageux en faveur de cette étude, que ce qu’en a écrit saint Jérôme en différents endroits de ses lettres. C’est en écrivant à un moine qu’il assure, que s’il veut surmonter aisément les déreglemens de la chair, il n’a qu’à aimer l’étude des livres sacrez. Ama scientiam scripturarum, & carnis vitia non amabis (Hieron. In epist. ad Rust.) […]. C’est par cette lecture, & cette méditation continuelle qu’il dit, que Nepotien avait fait de son cœur & de sa mémoire une bibliothèque de Jésus-Christ : Lectioneque assidua & meditatione diuturna pectus suum fecerat bibliothecam Christi (in Epitaph. Nepotiani). C’est dans une autre lettre qu’écrivant à S. Paulin, pour luy donner l’idée de la vie monastique qu’il avoit embrassée, il dit que cette étude des livres divins ne doit pas estre superficielle, & qu’elle doit aller jusqu’à l’intérieur, & jusqu’à la moëlle qui y est contenue : parce que c’est là qu’on en sent la douceur : Dulcius in medulla est (Idem ad Paulin.). Partant qu’il faut casser la noix, pour goûter ce qu’elle renferme : Qui edere vult nucleum, frangat nucem.76

  • 77 Epistres familieres de S. Hierosme divisées en trois livres, traduites par Jean de Lavardin, abbé d (...)
  • 78 Lettres de st Jérôme divisées en trois livres, Jean Petit trad., F. Léonard, 1672, Livre II, lettre (...)
  • 79 De même, Pierre Poiret fait de la relation à Dieu la condition de la vraie érudition : De erudition (...)
  • 80 C. Clément, op. cit., lib. I, sectio V, cap. 1, p. 123.
  • 81 Laurentius Justinianus (1381-1456), déclaré bienheureux en 1524 par Clément VII, a été canonisé en  (...)
  • 82 Laurentius Justinianus, Liber de humilitate, cap. XXI, dans les Opera omnia […], Venise, op. cit., (...)

21Deux traductions de Jérôme effectuées au XVIIe siècle témoignent de la manière dont on peut comprendre ce texte. Jean de Lavardin traduit : « Par lecture assidue, & méditation continuelle, il avoit rendu son estomach, bibliothèque de Jésus-Christ »77, et Jean Petit : « sa mémoire était devenue une bibliothèque sacrée par la lecture continuelle, & par ses fréquentes méditations »78. C’est par répétition que l’innutrition transforme le corps du contemplatif en une bibliothèque qui elle-même consiste en un corps, plutôt en un Verbe incarné, alors que le Christ est lui-même une bibliothèque79. La collection, dans le cœur du croyant, théâtre intérieur de la nouvelle loi évangélique, se fait vie, identité constitutive. Bibliophilie et philologie spirituelle s’unifient dans une christophilie. Le jésuite Claude Clément en a donné un exemple éclatant dans son traité encyclopédique déjà évoqué, Musei sive Bibliothecae, qui décline toutes les dimensions des bibliothèques. Le « primus fons eruditionis » [première source d’érudition] est le Christus crucifixus, modèle de tous les livres, « in quo absconditi sunt omnes thesauri sapientiae & scientiae Dei (Col. 2.3) » [où se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la science de Dieu]80 : telle est l’inscriptio paulinienne choisie pour ce premier chapitre. En s’appuyant sur Lorenzo Giustiniani, premier patriarche de Venise au XVe siècle, Claude Clément file la métaphore du Christ crucifié comme emblème de toute bibliothèque81 : livre ouvert sur la croix, voix implorant Dieu ; l’épisode de la « Passion » propose peut-être une version de la passion bibliophilique. Clément aurait également pu citer cet autre passage de Justinianus, où le Christ est qualifié, dans une suite d’équivalences éloquentes, de « liber vitae, exemplar verum, perfectionis speculum, forma recte vivendi, perlucida via, religionis magisterium, cunctarumque norma virtutum » [livre de vie, exemplaire véritable, miroir de perfection, forme de la vie droite, voie transparente, magistère de la religion, et norme de toutes les vertus]82.

22Cette unification entre le Verbe et le Corps se poursuit dans la Loi proposée aux chrétiens : une loi gravée dans le corps. Agostino Valier développe, citant l’Écriture :

  • 83 A. Valier, op. cit., p. 92.

Vous êtes la lettre de J. C. dit S. Paul aux Corinthiens (2. Cor. 3), dont nous avons été les secrétaires. Elle est écrite non avec de l’encre, mais avec l’Esprit de Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair qui sont vos cœurs.83

Lui-même logos et livre vivants, le Christ ne propose pas une parole et une loi mortes, mais il écrit avec l’Esprit dans les corps : l’incarnation se poursuit dans une thématique de l’inclusion et de la métaphorisation omniprésente dans la littérature des speculum, thesaurus, theatrum, hortus, genres propres à la bibliothèque et à la collection. Se nouant au plus profond de la culture et de la dogmatique chrétienne, l’union entre personnes, tradition, livres, et collection, renvoie à une conception ontologique de la métaphore et à une mystique de la bibliothèque qui se rencontrent dans l’incarnation. Mais l’abondance est toujours proche de son envers, la disparition. L’immense littérature canonique, patristique, liturgique est là pour se faire l’écho d’une parole perdue, vivante mais énigmatique, toujours recherchée, jamais vraiment acquise. Cette thématique de la trace est le pendant de la bibliothèque disparue, Source primordiale dont l’absence est comblée par les gloses sans fin d’un original jamais atteint.

  • 84 Plus généralement sur ce thème, cf. Thomas Bartholin, De Bibliotheca incendio, dissertatio ad filio (...)

23Il n’est pas anodin de signaler qu’Isidore de Séville, dans son chapitre sur les bibliothèques, commence par rappeler l’autodafé du Pentateuque par les Chaldéens84, reconstitué de mémoire par le scribe Esdras, que l’on crédite d’une des fixations du Canon au Ve s. av. J.-C. :

  • 85 Cent discours sur la cheute […] par le R. P. Julius Mazarini, op. cit., f. 2 r°. Cf. Claude Villett (...)

Esdras ancien Docteur & restaurateur de la vieille Loy, non seulement pour avoir dicté tout de nouveau par le moyen de la contribution d’une grace coelique les escritures sacrées, lesquelles avoyent esté bruslées par les Babyloniens, comme est l’opinion de S. Basile (Epist. Ad Chilonem. E) : Ains pour avoir mesme disposé, corrigé, & recueilly les parties d’icelle esparses en divers lieux, & en avoit faict tel assemblage que nous avons pour le iourd’huy, comme de ce cy font foy S. Iean, Chrysostome (hom. 56 in Epist. Ad Hebr) Theod (Theodor. In Psalm.) Irenée (l. 3 cap. 25), S. Clement (I. Strom.).85

  • 86 [Le Maistre de Sacy], Esdras et Nehemias […], G. Desprez, 1693, f. 3-4 r°.

Certains, toutefois, font plutôt le portrait d’un Esdras en philologue, qui collige les manuscrits contre la corruption du temps86.

24Mais c’est par sa disparition transcendée, que la Source se trouve au principe de la production chrétienne innombrable, des collections qui sont autant d’outils de reconstitution. Le Logos, par excellence une Bibliothèque imaginaire et absente, s’incarne, prend Corps dans des séries de collections qui vont indéfiniment s’en faire les porte-parole. De même, en ce qui concerne plus précisément le Nouveau Testament, cette économie bien particulière des textes se poursuit encore dans l’exégèse contemporaine avec la théorie des deux sources. L’hypothèse du « document Q » postule l’existence d’une première collection araméenne des paroles du Christ, qui aurait présidé, conjointement à Marc, à la composition des synoptiques (Matthieu et Luc).

  • 87 Deux avertissemens de Vincent de Lerins, op. cit., p. 1-2 : « Puisque que par forme d’Advis, il est (...)

25Cette mémoire défaillante, c’est elle aussi qui pousse Vincent de Lérins87 comme Mabillon à s’en remettre aux collections :

  • 88 J. Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. II, chap. XIV, p. 51-52.

Chapitre XIV : Des collections ou recueils. La mémoire d’un homme ayant une capacité extrêmement bornée, il faut nécessairement que ceux qui veulent faire quelque progrès dans les études, remédient à ce défaut par des recueils. Ceux-mêmes qui ont une mémoire fort-heureuse, ne s’en doivent pas dispenser. Elle les quittera un jour, & ils se trouveront vides de tous ces grands amas d’idées, dont leur mémoire estoit auparavant remplie. […] Il est donc necessaire de faire des recueils, pour y écrire des choses remarquables qui se présentent dans la lecture, afin de ne les perdre pas tout à fait.88

Mais l’on pourrait tout aussi bien mentionner cette remarque mélancolique de Bonaventure d’Argonne à propos des collections :

  • 89 B. d’Argonne, op. cit., p. 240-241.

On amasse Sentences sur Sentences ; & comme l’on n’a pas toujours le goust fort raffiné, l’on prend sans discernement & avec avidité des choses que l’on rejette aussitost sans nul profit, à peu prés comme ces enfants qui ramassent d’abord toutes les coquilles qu’ils rencontrent sur le rivage, parce qu’ils ne se donnent pas le loisir de les considérer, les rejettant aussitost pour en prendre d’autres avec aussi peu de distinction qu’auparavant, & s’en vont à la fin les mains vides sans remporter autre chose de leur travail qu’un grand dégoust & beaucoup de lassitude.89

  • 90 Alain de Libera, L’Art des généralités. Théories de l’abstraction, Aubier, 1999, p. 5.

26« Une odeur de mort et de poussière : l’odeur du livre. Voilà, sur le travail de l’historien, le constat chagrin du parfumeur ». C’est avec cette phrase qu’Alain de Libéra débute son livre sur L’Art des généralités90. L’embaumeur est-il collectionneur ? Au XVIIe siècle, la bibliothèque, la collection, n’est-ce pas aussi une vanité ? Ne sont-elles pas aussi le moyen de garder présent à l’esprit la vanité du monde qui provoque la fuga mundi de ceux qui deviennent des moines ? De même que la Bible est là pour montrer la vanité des choses, la bibliothèque renvoie le lecteur-collectionneur à sa vanité, à la vanité du temps qui passe, plus vite pour lui que pour les livres. Elle est contemplation de la vanité du tableau du temps, de l’Antiquité chrétienne, des martyrs, des saints médiévaux, etc.

  • 91 A. de Laval, Paraphrase des CL Pseaumes de David […], op. cit., f. 4.
  • 92 Yvette Duval, Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, (...)

27N’oublions pas que « les Latins appellent le sepulchre monumentum, & S. Augustin, memoriam »91. En effet, le terme Memoria désigne la tombe du saint, du martyr, son inscription lapidaire tout comme le lieu dans son entier ou mêmes les reliques de contact92. Mot clé du culte des martyrs, cette conception funéraire de la memoria renvoie au lieu commémorant une Passion.

Conclusion

28L’Église tenant lieu du Christ, de ses paroles comme des écritures saintes qui s’y rapportent, apparaît ainsi comme un montage de corps, institutionnels et personnels, montage notamment influencé par le modèle de la bibliothèque, avec toutes les possibilités et les finesses qu’il implique. L’une de ses particularités est de loger l’infinité que peut recéler la bibliothèque en un seul homme, en une origine désignée comme l’essence de la raison même, le logos, le Verbe qui donne à la bibliothèque sa forme parfaite : un corps. Mais c’est aussi à partir de cette singularité absolue, dont les expressions résument les bibliothèques en même temps qu’elles leur donnent lieu, que le christianisme s’est saisi de la bibliothèque comme d’un concept opératoire autant que comme d’une réalité, pour instituer des corpus de textes dogmatiquement définis et leurs communautés de lecture bien réelles. Ces communautés sont définies par une norme qui fait référence à une antiquité toujours orientée par un futur, à un héritage toujours réorienté par ses usages qui sont autant d’ajustements tentés en fonction d’un sens à cerner : à la fois réalité et puissance de métaphorisation, la bibliothèque se fait pensée de la communauté, lieu d’autorités, transmission de la loi, et en fin de compte deuxième corps idéal du Christ, corps mystique communautaire, pour le croyant une bibliothèque intérieure dont le support n’est plus que textuel et charnel, vital.

Notes

1 Cf. Johann Christian Koch, Schediasma de ordinanda bibliotheca, Leipzig, apud haered. J. Grossii, 1713 ; Johann David Köhler éd., Sylloge aliquot scriptorum de bene ordinanda et ornanda bibliotheca […], Francfort, J. Stein, 1728 ; Giulio Cesare Becelli, De Bibliotheca instituenda ac ordinanda liber, Vérone, apud A. Tumermanum, 1747.

2 Philippe Labbé, Bibliotheca bibliothecarum curis secundis auctior. Accedit Bibliotheca nummaria, Ex Theologis, Jurisconsultis, Medicis, ac Philologis concinnata, & in duas Partes tributa : I. De Antiquis Numismatibus, Hebraeis, Graecis, Romanis. II. De Monetis, Ponderibus & Mensuris. Cum Mantissa Antiquariae, Supellectilis ex Annulis, Sigillis, Gemmis, Lapidibus, Statuis, Obeliscis, Inscriptionibus, Ritibus, similibusque, Romanae praesertim Antiquitatis Monimentis collecta, curâ & studio R. P. Philippi Labbe Biturici è Societate Jesu, editio secunda auctior & meliori ordine disposita, Rouen, Excudebat T. Maurry, Impensis L. Billaine, 1672, f. 2 r°. Cf. Louis Moreri, Préface, dans Le Grand dictionnaire historique (Amsterdam-La Haye, 1698, t. I, n. p.) qui confesse à quel point les Bibliothèques précédentes l’ont nourri. Par ailleurs, le terme utilisé par les compilateurs pour se désigner eux-mêmes est celui de « collector » : Gabriele Paleotti, Archiepiscopale Bononiense sive de Bononiensis Ecclesiae administratione, Rome, Excudebat A. Zannettus, 1594, pars secunda, p. 5, 9, 29, etc. ; Robert de Cambrai, Aurifodina universalis […], Apud D. Thierry, 1680, t. I, f. 4 r°, et il insiste f. 5 r°.

3 Mélanges d’histoire et de littérature, recueillis par M. de Vigneul-Marville [Bonaventure d’Argonne], Rouen, A. Maurry, 1699, p. 46. Le texte continue ainsi : « Innumerabilis Libros & Bibliothecas, quartum Dominus vix totâ vitâ suâ indices perlegit [Des livres et des bibliothèques innombrables, c’est à peine si, durant toute sa vie, le Maître en a lu entièrement le quart des index]. […] On a envoyé pour cela non seulement dans toute l’Europe ; mais aussi dans l’Orient pour découvrir des Livres tres-anciens & des Manuscrits rares » (p. 46-47). D’abord avocat, Bonaventure d’Argonne (ca. 1634-1704) devient chartreux en 1663, à Gaillon.

4 Nos amys de l’Antiquité, s. l. n. d. [XVIIe s.]. Cf. Louis-Jean Denis, Le Catalogue de la bibliothèque de Claude Blondeau, Mamers, G. Fleury et A. Dangin, 1892.

5 Cf. Claude Clément, Musei, sive bibliothecae tam privatae quam publicae extructio, instructio, cura, usus […], Lyon, J. Prost, 1635.

6 Souvent utilisé dans le domaine juridique, il établit ici des équivalences qui permettent aux termes de la collection – par exemple la bibliothèque – d’embrasser de nombreux domaines. Parmi des références que l’on pourrait multiplier : Gerhard Mosanus, Bibliotheca homiliarum et sermonum priscorum Ecclesiae Patrum, Lyon, 1588 ; Lodovico Jacobilli, Bibliotheca Umbriae, sive de Scriptoribus provinciae Umbriae […], Fulgina, apud A. Alterium, 1658 ; Samuel Guinechon, Bibliotheca Sebusiana, sive variarum chartarum, diplomatum, fundationum […], Lyon, G. Barbier, 1666 ; Ippolito Marracci, Bibliotheca mariana, Rome, typis F. Caballi, 1648 ; Pierre Borel, Bibliotheca chimica, Heidelberg, S. Broun, 1656 ; Charles de Visch, Bibliotheca scriptorum sacri ordinis Cisterciensis, Douai, ex officina J. Serrurier, 1649 ; Philippe Labbé, Bibliotheca anti-janseniana, ex off. Cramosiana, 1654 ; Johann Adam Scherzer, Bibliotheca pontifica […], Leipzig, sumpt. J. Grossi, 1677 ; Christoph Sand, Bibliotheca anti-trinitariorum […], Amsterdam, apud J. Aconium, 1684.

7 Johann Hartung, Georg Röhrig Calaminus, Bibliotheca, sive Antiquitates urbis Constantinopolitanae, Strasbourg, excudebat N. Wyriot, 1578.

8 Mélanges d’histoire et de littératures recueillis par M. de Vigneul-Marville, second volume, Rouen, A. Maurry, 1700 : « Il ne faut point chercher la véritable orthographe des mots Grecs & Latins ailleurs que sur les anciens Marbres & sur les anciennes Médailles. Ce sont là les seuls Monumens inviolables, qui fassent foi de l’ancienne manière d’écrire & d’orthographier. Quand Quintillien traite de cette matière, il tire ses preuves ex scriptura Columnae rostratae : ce qui est inaltérable & ne peut être contredit » (p. 205).

9 Cf. Hubert Glotzius, Romanae et Graecae antiquitas, monumenta […], Anvers, Ex officina Plantiniana, 1645.

10 Mélanges d’histoire et de littérature, 1699, op. cit., p. 78.

11 Cf. Emanuele Tesauro, Inscriptiones quotquot reperiri potuerunt […], Turin, Typis B. Zappatae, 1666, p. 347.

12 Emanuele Tesauro, Patriarchae sive Christi servatoris genealogia, Bordeaux, apud J. Longironem-Millangium, 1675.

13 Varron, De lingua latina, l. VI, 49, Pierre Flobert trad., Les Belles Lettres, 1985, p. 24.

14 Tobias Fendt, Monumenta sepulcrorum cum epigraphis ingenio et doctrina excellentium virorum […], s. l., 1574 ; Franciscus Sweertius, Monumenta sepulcralia et inscriptiones publicae privataeque […], Anvers, Apud G. Bellerum, 1613 ; Monumentum Sepulcrale ad Illustrissimi […] Principis ac Domini DN. Mauritii Hassiae Landgravij, Francfort, Apud J. Amonium, 1640.

15 Monumenta bibliothecae Ambrosianae, auctore Iacobo Philippo Opicello, Milan, Apud I. I. Comum, 1618.

16 Thomas Ittig, Bibliotheca Patrum apostolicorum graeco-latina […], Leipzig, Impensis haeredum Lanckisianorum, 1699, f. 2 r°. Même si la publication se réduit à l’état de simple plaquette, les textes édités ne manquent pas d’être qualifiés ainsi : Gatien de Gallizcon éd., Quaedam epistolae summorum Pontificum Leonis VII, Alexandri III, et Innocentii, aliaque monumenta prodeunt ex mss. insignis ecclesiae Sancti Martini Turonensis, Tours, Apud C. Flosceau, 1694.

17 Sur les sources anciennes de ces connexions lexicales, voir Marie-José Kardos, « Cicéron et les Monumenta », Revue des études latines, t. 82, 2004, p. 89-101, p. 91 ; Catherine Baroin, Mémoires romaines, thèse de l’EPHE (Paris), 1998, t. I, p. 33 sq.

18 William N. West, Theaters and Encyclopedias in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

19 C. A. Patrides, « The “universall and publik manuscript” of commonplaces », Neophilologus, XLVII, 1963, p. 217-220.

20 Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin [1956], Presses Pocket, 1991, p. 483.

21 Voir Monique Duchet-Suchaux et Yves Lefèvre, « Les noms de la Bible », dans Pierre Riché et Guy Lobrichon éds, Le Moyen Âge et la Bible, Beauchesne, « Bible de tous les temps », 1984.

22 Isidore de Séville, Originum sive etymologiarum […], lib. VI, cap. III, dans Denys Godefroy éd., Auctores latinae linguae in unum redacti corpus […], Gervasii [Genève], Excudebat P. de la Rovière, 1602, col. 956-7. Cf. saint Jérôme, De viris illustribus, Ernest Custing Richardson éd., Leipzig, J. C. Hinrichs, 1896, p. 41, n. lxxv ; Epist., V, Patrologia Latina, XXII, col. 337 (cité par Henri Leclercq, « Bibliothèques », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. II, Paris, 1910, col. 842). L’usage de Biblia n’apparaît qu’au XIIe siècle (voir M. Duchet-Suchaux et Y. Lefèvre, op. cit.).

23 Gommaire Huygens, Breves observationes de doctrina sacra et locis theologicis […], Liège, Typis H. Hoyoux, 1694, p. 41, cap. III, § XXVI.

24 L. Moreri, Le Grand dictionnaire historique, op. cit., t. I, p. 430.

25 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, divisé en trois parties ; avec une liste des principales difficultez qui se rencontrent en chaque siècle dans la lecture des Originaux ; & un Catalogue de livres choisis pour composer une Bibliothèque ecclésiastique […] seconde édition, C. Robustel, 1692, t. I, p. 196 : « […] dans une exhortation monastique qui se trouve parmi les œuvres de S. Athanase, on exhorte les solitaires à lire tout ce qui est contenu dans les livres canoniques, In canonicis monumentis, c’est-à-dire dans ceux de l’Écriture & des saints Pères, sans leur interdire même absolument la lecture des écrits apocryphes ». De même, dans l’ouvrage classique de Durand de Maillane, héritier d’une longue tradition : « ÉCriture Sainte, c’est la Collection des Livres Sacrés […]. On appelle ainsi ces Livres Canoniques, du mot de Canon qui signifie Regle, parce que ces Livres sont la Regle de la Foi, & parce que le Catalogue de ces mêmes Livres est inséré dans plusieurs Canons de l’Église, & notamment dans un Décret du Concile de Trente en la session 4. » (Dictionnaire de droit canonique […] tome premier, Desaint & Saillant, 1761, p. 598-599).

26 Gilles Dorival, « La fixation du canon de la Bible. Entre Jérusalem et Alexandrie », Luce Giard et Christian Jacob éds, Des Alexandries I. Du livre au texte, BnF, 2001, p. 115-133.

27 [Bonaventure d’Argonne], Traité de la lecture des Pères de l’Église, ou méthode pour les lire utilement, J. Couterot & L. Guerin, 1688, p. 157.

28 Le volume de référence est celui de l’oratorien André Galland, De vetustis canonum collectionibus dissertationum sylloge ; Quibus virorum doctissimorum cura & studio elucubratis, de Juris Ecclesiastici origine atque progressu luculenter disseritur, ubi et plura tum ad antiquitatem canonicam, tum ad rem litterariam illustrandam adducuntur, accessere V. C. Antonii Augustini archiepiscopi tarraconensis de emendatione Gratiani dialogorum libri duo, collegit, recensuit ac praefationem adjecit Andreas Gallandius Presbyter Congregationis Oratorii, Venise, Typis T. Bettinelli, 1778.

29 Lotte Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (ca. 400-1140). A Bibliographical Guide to the Manuscripts and Literature, Washington, The Catholic University of America Press, 1999. Voir aussi Paul Fournier et Gabriel Le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident, Sirey, 1931-1932, 2 vol. Un témoignage notable de Bonaventure d’Argonne sur ces corpus :
« Les Canonistes Latins ont assez suivy dans leurs collections la méthode des anciens Grecs. Ils sont en grand nombre, mais ils ne sont pas tous d’un mesme mérite. Denis le Petit & Ives de Chartres se distinguent pardessus tous les autres. Gratien est beaucoup plus ample & se lit dans les Ecoles publiques. Cependant il ne faut pas tellement s’arrester à ces collections, qu’on ne lise les Conciles en eux-mesmes tant les particuliers que les généraux. Car bien qu’ils ne soient pas tous d’une égale autorité ; & que les Canons des Conciles Provinciaux & Nationaux ne soient pas comparables aux Canons des Conciles œcuméniques, ils ne laissent pas toutefois d’estre dignes de vénération, & d’avoir quelque sorte d’autorité, surtout dans les choses que les Conciles œcuméniques n’ont point définies. Et en effet l’antiquité a eu ce respect pour les Canons des moindres Conciles, qu’outre sa collection des Canons de l’Eglise universelle, elle a encore eu une collection de Canons des Eglises particulières, sur laquelle on régloit toutes choses. La collection qui nous reste des Canons des Eglises d’Afrique, que les Peres ont toujours regardée comme un trésor de la Discipline Ecclésiastique, & que par conséquent on ne sçaurait trop lire, est un illustre monument de cette antiquité ; & l’on voit par ce qui se passa dans le Concile de Carthage de l’année 419 où l’on récita les Canons de diverses Eglises, que la pratique de recueillir les Canons des Conciles particuliers, & de s’en former une regle de conduite, n’est pas une chose nouvelle. » (Traité de la lecture des Pères de l’Église, ou méthode pour les lire utilement, op. cit., p. 200-202).

30 Parmi de nombreux travaux : Charles Munier, Les Sources patristiques du droit de l’Église du VIIIe au XIIIe siècle, Mulhouse-Strasbourg, Salvator-Université de Strasbourg, 1957. La technique et le terme de « collectio » sont également employés dans les collections pontificales, voir Bullarum privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima collectio […] opera et studio Caroli Cocquelines, tomus primus, Rome, Typis S. Michaelis ad Rimpam, Sumptibus Hieronymi Mainardi, 1739, praefatio.

31 Bonaventure d’Argonne, op. cit., p. 230.

32 Ibid., p. 233 ; et p. 245 : « ses Livres des Tapisseries […] ne sont autre chose, ainsi qu’il l’avoue lui-mesme, que le recueil & l’arrangement de ses diverses lectures ». Eux-mêmes compilés, les livres des Stromates sont déjà des collections.

33 Ibid., p. 234.

34 Ibid., p. 235-237 : « D’autres après avoir colligé mot pour mot tous les passages considérables d’un Auteur sur un sujet, en composent un corps à qui ils donnent telle forme qu’il leur plaist. Le vénérable Bede, ou Florus dans sa collection de S. Augustin sur les Epistres de S. Paul, & S. Patérius dans celle qu’il a faite des explications de S. Grégoire Pape sur le vieil & le nouvel Testamens, ont suivy cette méthode. Cette matière est tres utile & applique beaucoup l’esprit. Il faut seulement veiller dans son usage de ne pas faire dire aux Auteurs des choses ausquelles ils n’ont jamais pensé, en disposant de leurs passages selon nostre fantaisie. Car comme on peut facilement en transposant les paroles d’un discours le rendre contraire à luy-mesme, on peut aussi en changeant la situation des passages d’un Auteur, en renverser toute la doctrine, & le travestir en un Auteur tout nouveau qui n’aura rien du premier que des paroles propres à estre tournées en tout sens. Quiconque donc voudra donner cette forme à ses recueils, il faut qu’il possède parfaitement l’esprit & la doctrine de son Auteur, & qu’il ait l’intention très droite, afin de ne pas conduire par aucun mauvais détour le lecteur à un autre but qu’à celuy de l’original. »

35 Ibid., p. 237-238. Et plus loin, p. 241-242 : « Ce n’est pas encore assez, il faut prendre le soin de purger de temps en temps les recueils de ce qu’ils ont de superflu, y faire des notes, & des additions, & leur donner toute la perfection dont ils sont capables. Car il est bien plus avantageux de trouver au bout de ses études, un Livre comme celuy de Photius, que de se voir chargé de plusieurs gros volumes de lieux communs qu’on ne relit jamais ». Sur Photius, voir Johann Heinrich Leich, Diatribe in Photii Bibliothecam orationi, Leipzig, 1748. Sur la réception de Photius à l’époque moderne, voir Luciano Canfora, La Bibliothèque du patriarche, Luigi-Alberto Sanchi trad., Les Belles Lettres, 2003.

36 Ibid., p. 243-244 : « A ces règles qui sont assez générales, on en peut ajouter d’autres plus particulières touchant le choix & l’usage des collections. On suppose pour cela qu’un lecteur prudent ne doit pas seulement considérer quels sont les Auteurs qu’il lit ; mais aussi quel il est luy-mesme, & pour quelle fin il lit, afin qu’il se forme des principes ausquels il puisse rapporter ses collections, dont il tirera un fruit d’autant plus grand, qu’il se conduira avec plus de méthode. Or ceux qui lisent les Pères sont ou des Grammairiens, ou des Philologues, ou des Antiquaires, ou des Historiens, ou des Interpretes de l’Ecriture sainte, ou des Theologiens, ou des Pasteurs & des Casuistes, ou des Predicateurs, ou des Ecrivains de Livres de piété, ou enfin des gens qui lisent simplement les Peres de l’Eglise pour s’édifier eux-mesmes. »

37 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. II, p. 255.

38 Ibid., t. I, p. 49.

39 Ibid., t. I, p. 51. Pour une période postérieure, voir André Vauchez et Cécile Caby éds, Histoire des moines, chanoines et religieux du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, « L’Atelier du médiéviste, 9 », 2003, p. 312 : « Au XIIe siècle, les nouvelles observances issues de réforme (Cisterciens, Prémontrés, Chartreux, Victorins) accordent une importance centrale à la constitution et à l’entretien de bibliothèques. Elle définissent les textes fondamentaux que chaque monastère se devait de posséder, élaborent des règles régissant le fonctionnement des bibliothèques, engagent enfin de vastes programmes de copie pour constituer des collections d’opera patristiques, des florilèges, etc. ».

40 Guglielmo Cavallo, « Les bibliothèques monastiques et la transmission des textes en Occident », dans Luce Giard et Christian Jacob éds, Des Alexandries I. Du livre au texte, op. cit., p. 263-274, p. 266, s’appuyant sur Cassiodore, Institutiones, I, 2, 12 ; I, 5, 4 ; I, 17, 2 ; II, 2, 10 ; II, 3, 18.

41 J. Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. I, p. 53.

42 Ibid., t. I, p. 53. Dans le frontispice du De Re Diplomatica de Mabillon, les deux prêtres du savoir sont l’archiviste et le bibliothécaire. Voir Bruno Neveu, « Paris capitale de la république des Lettres et le De Re Diplomatica de Mabillon », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, années 1981-1982, 1983, p. 29-50, p. 35.

43 De Bibliotheca Patrum, praeside M. Georgio Henrico Boke Lipsiensi, in Academia Lipsiensi, D. 4. Maji A.C. MDCLXXXVII […] disputabit Johannes David Neubaur, Leipzig, Typis C. Fleischeri, 1687.

44 Thomas Ittig, De Bibliothecis et catenis Patrum variisque veterum Scriptorum ecclesiasticorum collectionibus Basileensibus, Tigurinis, Parisiensibus, Coloniensibus, Lugdunensibus, Leidensibus, Ingolstadiensibus, Antverpiensibus, Romanis, Venetis, Mediolanensi, Moguntinis, Boni-Fontis, Insulana, Divionensi, Rotomagensi, Tolosana, Londinensibus, Dubliniensi, Oxoniensi, Lovaniensibus, Trajectensi, Genevensibus, Hamburgensibus, Cygneis, Lipsiensibus, & aliis tractatus, Variis observationibus & animadversionibus refertus, Leipzig, sumptibus haered. F. Lankisii, 1707.

45 Thomas Ittig, Bibliotheca Patrum apostolicorum graeco-latina quae continentur I. S. Clementis Romani priori & posterior ad Corinthos epistola, II. S. Ignatii epistolae septem genuinae, quibus ejusdem interpolatae & spuriae epistolae, nec non acta Ignatiani martyrii accedunt, III. S. Polycarpi epistola ad Philipenses, cui praeter fragmenta Polycarpi ecclesiae Smyrnensis de Polycarpi martyrio epistola integra adjungitur, Praemissa est Dissertatio de Patribus Apostolicis, Seu Scriptoribus ecclesiasticis, qui Apostolorum comites & discipuli fuisse perhibentur […], Leipzig, Impensis haeredum Lanckisianorum, 1699.

46 Cf. Thomas Ittig, Historiae ecclesiasticae primi a Christi nato seculi selecta capita […]. Praemissa est ejusdem de scriptoribus historiae ecclesiasticae recentioribus dissertatio, Leipzig, Apud haer. J. Grossi & J. F. Braunium, 1709, préface.

47 Guillielmo de Sancto Amore, Opera omnia […], Constance, Ad Insigne Bonae Fideij apud Alithophilos, 1632, p. 111.

48 Marie-Dominique Chenu, « Note de lexicographie philosophique médiévale », Revue des sciences philosophiques et théologiques, XVI, 1927, p. 436-446, p. 439. Repris dans M.-D. Chenu, Studi di lessicografia filosofica medievale, Florence, L. S. Olschki, 2001. Voir aussi « Collectio » § 5, Albert Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, Brepols, 1967, p. 167.

49 Cyriacus Lentulus, Mnemonicon Sacrae Scripturae tripartitum Librorum, Capitum, Rerum […], Nassau, 1663.

50 Ce terme renvoie très directement au lexique de la controverse. Voir les entrées Controversia dans le Thesaurus linguae latinae, et dans les dictionnaires de Forcellini et Albert Blaise.

51 Melchior Cano, De locis theologicis, dans Opera […], Padoue, Apud J. Manfrè, 1727, l. I, p. 1-2.

52 G. Huygens, op. cit., p. 13.

53 Zaccaria Pasqualigo, Sacra speculativa doctrina de Deo […], Venise, Apud Bertanos, 1650, p. 10.

54 M. Cano, op. cit., cap. III, p. 2.

55 Agostino Valier, De rhetorica ecclesiastica […], Vérone, Apud H. & fratres Stringarios, 1583, p. 87-88 ; Martin Becan, Compendium manualis controversiarum huius temporis, De Fide, ac Religione […], Lyon, Apud F. la Botiere, 1650.

56 Comme la « bibliothèque », elle désigne à la fois le bâtiment et l’idée de l’institution.

57 Voir aussi « Collectio » § 4, A. Blaise, op. cit., p. 167, et Yves Congar, « La personne “Église” », Revue thomiste, 71, 1971, p. 618. Les termes de corpus, universitas, communitas, collegium, societas, peuvent être vus comme des équivalents pour désigner la généralité qu’indique la collection (Gaines Post, Studies in medieval legal thought. Public Law and the State, 1100-1322, Princeton, Princeton University Press, 1964, p. 29).

58 Gratien, Decreti pars tertia, De consecratione, dist. I, c. VIII, dans Corpus Juris Canonici emendatum et notis illustratum, G. P. Lancelotti éd., Bâle, 1661, col. 1150. Cf. saint Thomas, Summa theologica, IIIa pars, quaest. 8, art. 3. Pour le gallican Jean-Louis Brunet (Histoire du droit canonique […], Avignon, Alexandre Girard, 1750, p. 133), « L’Église Universelle est la collection de toutes les Églises particulières ».

59 M. Cano, De locis theologicis, op. cit., l. IV, cap. 4, p. 122.

60 Hermann Wesseling, Nomognosticon iuris universi bipartitum, sive Aurifodina Praecipuarum Legum & Canonum in Praxi versatilium, ut utriusque Iuris tum Publici tum Privati, in qua velut in imis Terrae latebris venae Legalis Politiae pro utroque foro aperiuntur, & totius pene Mundi iura Regnorum, praesertim S. Rom. Imp. Cum Regnis Hisp. Gall. Britan. & c. Turcici, Tartar. & c. per IV Mundi Partes cum Novo Orbe Carolino […], Cologne, Apud I. Kalcovium Bibliopolam, 1661, p. 388.

61 Petrus Leurenius, Forum beneficiale, sive quaestiones & responsa canonica, materiam de beneficiis universam ex Beneficialistarum tam antiquorum, quàm recentiorum placitis complectentia […], Cologne, In Officina I. W. Friessem, 1704, p. 108, sectio II, cap. II, § 2, quaestio 239.

62 Antoine de Laval se réclame de ces « Archives de l’Eglise Catholique : thresor qu’elle jouit de la succession légitime de ses glorieux Ancestres & SS. Peres, venus de main en main tous d’une creance & d’un langage (bien qu’en divers dialectes) depuis quinze & tantost seize siecles en ça jusques à nous sans aucune intermission. », Paraphrase des CL Pseaumes de David […], Vve A. l’Angelier, 1618, f. 4.

63 Symbole du concile de Constantinople (381), dans Jean-Dominique Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. III, Florence, 1759, col. 566.

64 Voir notamment Éric Junod, « Vincent de Lérins ou la théologie en bibliothèque ecclésiastique », Rivista di storia del cristianesimo, 1/2006, p. 99-115.

65 Deux avertissemens de Vincent de Lerins, François de nation. Escrits par luy-mesme en langue latine quelques temps apres le Concile d’Ephese, & dressez en forme de Methode, pour deffendre l’ancienne Doctrine de la Foy Catholique, contre les prophanes Nouveautez de toutes sortes d’Heresies. Avec des Annotations sur les endroits les plus remarquables tirées du Commentaire de I. Filesac, Docteur en Theologie, de la Maison de Sorbonne. Le tout de la traduction de I. Baudoin, Vve N. Buon et E. Couterot, 1651, p. 1.

66 Ibid., p. 19-20. Dans son entreprise pharaonique, Migne invoque encore Vincent de Lérins : « il n’existe nulle part une série complète et universelle de la Tradition catholique, telle que nous la publions. […] Recueillir tout ce qui a été écrit et imprimé pour la cause de l’Église, pendant quinze cents ans, c’est, à notre avis, et selon l’expression de Vincent de Lérins, L’ŒUVRE DES ŒUVRES, LA PLUS CATHOLIQUE, LA PLUS FIDÈLE ET LA MEILLEURE : Hoc catholicissimum, fidelissimum atque optimum factu est, ut Sanctorum Patrum sententiae in medium proferantur. [Commonit., II, n° 29]. » (Abbé Migne, « Réflexions instructives et curieuses sur la Patrologie latine et grecque », Annales de philosophie chrétienne, 5e série, t. 10, n° 55, juillet 1864, p. 77- 84, successivement p. 80 et 84).

67 Pour une présentation exemplaire du geste compilateur de l’hagiographe, cf. Jacques Severt, Agiologie, Fleurs, ou Recueils de la vie des Saincts, divisez en trois tomes, par lieux communs, sous deux ordres alphabétiques, avec plusieurs sortes de tables fort instructives & necessaires aux Predicateurs & autres personnes studieuses & devotes, Lyon, A. Travers, 1628, t. I, f. 5 v°. Les Bollandistes continuent l’œuvre de Joannes Bollandus, jésuite belge du XVIIe siècle qui a entrepris, dans le sillage d’Héribert Rosweyde, la première collection critique intégrale du corpus hagiographique, selon une publication calendaire. Poursuivie jusqu’à aujourd’hui, cette collection est monumentale.

68 Cent discours sur la cheute, la penitence, restauration du Roy et prophete David, composés par le R. P. Julius Mazarini de la Compagnie de Jesus […], F. Huby, 1610, f. 6 r°.

69 À cet égard, les réflexions de Jean de Fraine sur Adam et la « personnalité corporative » sont particulièrement pertinentes ; nous y reviendrons ailleurs. Pour une critique de l’historiographie de la typologie paulinienne, voir les travaux récents de Steven di Mattei.

70 Source par anticipation de l’Ancien Testament (par la lecture typologique), source évidente du Nouveau Testament, et source potentielle de tous les développements patristiques, canoniques, hagiographiques possibles.

71 [François Joubert], Commentaire sur les XII petits prophètes, Avignon, A. Girard, 1754, f. xvi-xvii. Quoique simple et unique, le Christ est la source de l’infinité qui remplit ses prophètes.

72 La thématique du Christ comme Livre est notamment développée par saint Bonaventure : Bonaventure, Le Christ maître, Goulven Madec éd., Vrin, 1998, p. 96- 97, et plus généralement Jacques-Guy Bougerol éd., Lexique saint Bonaventure, Éd. franciscaines, 1969, p. 91.

73 H. Leclercq, « Bibliothèques », op. cit., col. 853. Dans la traduction de Pierre-Thomas Camelot : « Pour moi, mes archives, c’est Jésus-Christ ; mes archives inviolables, c’est sa croix, et sa mort, et sa résurrection […]. » (Ignace, Lettre aux Philadelphiens, dans Les Pères Apostoliques, Cerf, 2001, p. 199).

74 Ignace, Lettre aux Philadelphiens, ibid., p. 198.

75 Le chant ecclésiastique est présenté par le récollet David Charlart, comme un « mont de thresors », [David Charlart], La Saincte Chapelle […], Douai, J. Mairesse, 1635, p. 311.

76 Jean Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. I, p. 199-200. Même idée chez Cristoforo Madruzzo au XVIe siècle, dans un mémoire écrit pour le concile de Trente : [Christophorus Madrutius], De vertendis libris sacris in linguam vulgarem, [Mense martio 1546], dans Concilium Tridentinum, diariorum, actorum, epistularum, tractutuum nova collectio, edidit Societas Goerresiana […] tomus duodecimo, tractatuum pars prior, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1930, p. 529 : « Abula enim cuiuscumque iusti sedes est sapientiae, et quodcumque vere pium pectus et Christi amans esse potest bibliotheca Christi. » [Car toute âme d’un juste est le siège de la sagesse et n’importe quel cœur vraiment pieux qui aime le Christ peut être une bibliothèque du Christ].

77 Epistres familieres de S. Hierosme divisées en trois livres, traduites par Jean de Lavardin, abbé de l’Estoille, Rouen, R. de Beauvais, 1608, f. 269 v°.

78 Lettres de st Jérôme divisées en trois livres, Jean Petit trad., F. Léonard, 1672, Livre II, lettre XXI À Héliodore, p. 505.

79 De même, Pierre Poiret fait de la relation à Dieu la condition de la vraie érudition : De eruditione solida, superficiaria, et falsa libri tres […], Amsterdam, Apud A. Petri, 1692, lib. I, pars. I, § II, p. 3-5.

80 C. Clément, op. cit., lib. I, sectio V, cap. 1, p. 123.

81 Laurentius Justinianus (1381-1456), déclaré bienheureux en 1524 par Clément VII, a été canonisé en 1690. C. Clément, qui cite ici son De triumphali agone Mediatoris Christi, a pu lire ses œuvres dans les éditions suivantes : Opera omnia quae hactenus excusa sunt, Nunc recens post omnes alias impressiones, & numero marginum multo quam prius locupletata, & innumeris penè locis vigilantiori cura, & diligentia recognita, atque emendata […], Venise, Apud B. de Albertis, 1606 ; Opera omnia […], Cologne, Ex Officina Typographica A. Quentelij, 1616 ; Opera omnia : Sive penus instructissima rei totius Theologicae Asceticae, ac Concionatoriae […], Venise, Apud B. de Albertis, 1606.

82 Laurentius Justinianus, Liber de humilitate, cap. XXI, dans les Opera omnia […], Venise, op. cit., f. 456 r°.

83 A. Valier, op. cit., p. 92.

84 Plus généralement sur ce thème, cf. Thomas Bartholin, De Bibliotheca incendio, dissertatio ad filios, Copenhague, Typis M. Goficcheni, sumptibus P. Haubold, 1670. Dans son Didascalicon, encyclopédie du XIIe siècle, Hugues de Saint-Victor évoque aussi Esdras dans son court chapitre consacré à la bibliothèque (IV, 4).

85 Cent discours sur la cheute […] par le R. P. Julius Mazarini, op. cit., f. 2 r°. Cf. Claude Villette, Les Raisons de l’Office et ceremonies […], G. Des Ryës, 1611, p. 299.

86 [Le Maistre de Sacy], Esdras et Nehemias […], G. Desprez, 1693, f. 3-4 r°.

87 Deux avertissemens de Vincent de Lerins, op. cit., p. 1-2 : « Puisque que par forme d’Advis, il est dit dans l’Escriture, Interroge tes Peres, & ils te respondront ; tes Anciens, & ils t’instruiront (Deut. 32) […]. Estant comme ie suis, le moindre de tous les serviteurs de Dieu qui sont en ce monde, où j’ay pris le nom de Pelerin (Prov. 22), Il me semble qu’assisté de la Grace divine, je feray une chose, qui ne sera pas inutile, si ie mets par escrit ce que i’ay fidellement appris des saincts Peres. Car en effet, par ce moyen, ie me trouveray en main dequoy réparer la foiblesse de ma mémoire par une lecture continuelle ».

88 J. Mabillon, Traité des études monastiques, op. cit., t. II, chap. XIV, p. 51-52.

89 B. d’Argonne, op. cit., p. 240-241.

90 Alain de Libera, L’Art des généralités. Théories de l’abstraction, Aubier, 1999, p. 5.

91 A. de Laval, Paraphrase des CL Pseaumes de David […], op. cit., f. 4.

92 Yvette Duval, Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, École française de Rome, 1982, t. II, p. 753.

Auteur

Chargé de recherche, CNRS / ENS-LSH (Lyon), UMR 5037 – XVIe-XVIIe siècles : théories politiques, histoire des idées théologico-politiques, ecclésiologies romaines et gallicanes, théories de l’épiscopat, union des Églises, spiritualités, histoire de l’histoire des religions. Coordination de l’édition des œuvres de Gabriel Naudé et de Jacques Gaffarel.

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search