Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Institutions, érudition, pouvoirs

Les motifs littéraires dans l’histoire des bibliothèques grecques antiques

Maud Bellier

Texte intégral

1Alors que nous connaissons aujourd’hui des changements rapides dans les supports du savoir et les mentalités qui les accompagnent, il est difficile d’appréhender la réalité complexe des bibliothèques antiques. Et cela d’autant que plusieurs motifs « littéraires » fleurissent dans leur « histoire » : certains trouvent au moins partiellement un fondement historique, d’autres sont influencés par ce que nous connaissons des bibliothèques depuis les XVIIe et XVIIIe siècles. Le plus évident de ces motifs est la représentation même que nous nous faisons de leur configuration. Les autres sont plus romanesques, tels ceux de l’incendie et de l’enlèvement. Enfin le plus insidieux, dans notre littérature contemporaine, est l’attribution aux fondateurs de la bibliothèque d’Alexandrie d’une volonté humaniste d’universalisme.

La configuration des bibliothèques

  • 1 Archives Charmet, CHT 168634.
  • 2 Edwards Parsons, The Alexandrian Library, Glory of the hellenic World, its Rise, Antiquities and De (...)

2L’image que nous avons des bibliothèques antiques nous vient principalement (et paradoxalement) d’une illustration d’un dessinateur hongrois du XIXe siècle, pour une Histoire générale des Peuples1. Elle fut très utilisée. Ainsi, une exposition (Madrid, 1997) sur les changements des supports de l’information, thème cher à notre époque, montrait, dans un petit film nettement tiré de cette illustration, une reconstitution de la bibliothèque d’Alexandrie : un charmant jeune Égyptien (la coiffe de cheveux noirs huilés et raides et la jupette évasée le caractérisaient nettement) travaillait dans une bonne entente avec un homologue grec (aux cheveux bouclés et en toge). Callimaque, l’inventeur des fameux Pinakes, les Catalogues de la bibliothèque, prenait dans un panier un rouleau et le posait sur la table. Le décor, orné de colonnes, laissait entrevoir, dans une atmosphère obscure et sereine, pleine de mystères, des étagères disparaissant vers le fond. Il existe aussi des reconstitutions enthousiastes, comme celle d’Edward Parsons2, dont les auteurs se figurent la bibliothèque sous l’influence de ce que l’on sait des bibliothèques de l’époque romaine, avec du marbre et des colonnes d’inspiration égyptienne.

La bibliothèque (imaginaire) d’Alexandrie Copie par M. Bellier

  • 3 Sur la couverture d’un livre très récent de Lionel Casson, Libraries in the Ancient World (New Have (...)
  • 4 George M. Parassoglou, « Dexia cheir kai gonu. Some Thoughts on the Postures of the Ancient Greeks (...)
  • 5 NEW YORK MMA 74-51-2708 : scribe de Chypre qui se trouve dans la collection Cesnola de New York. Vo (...)

3Première déception : dans les bibliothèques grecques, il n’y avait pas de table3 : le travail convaincant de G. M. Parassoglou montre que l’on écrivait sur des papyrus, en joignant les genoux et en tenant de la main gauche son rouleau sur lequel on écrivait de la main droite4. Quelques statuettes montrent quelle position pouvaient prendre les scripteurs5. Pour les autres types de supports comme les tablettes, le bois servait à lui seul de support suffisamment rigide.

  • 6 La bibliothèque philosophique épicurienne de Pison, à Herculanum, consistait en de petites pièces a (...)
  • 7 C’est un thème pour lequel il existe une bibliographie très riche. Voir notre essai de typologie de (...)
  • 8 Claude Rapin, Pierre Hadot, « Les Textes littéraires grecs de la trésorerie d’Aï Khanoum », Bulleti (...)

4Évidemment, en raison des reconstitutions de temples et de palais qui abritaient des livres, on a imaginé des bibliothèques somptueuses avec de grandes salles, assimilées à des salles de travail. Or il s’agit de passages décoratifs avec des statues d’hommes connus et classés de façon thématique (philosophes, orateurs, poètes). Des étagères qui se succèdent de façon interminable comme une sorte de labyrinthe n’ont pas existé6. Les contenants des « livres » varient d’une bibliothèque à l’autre. Pour la période classique, chez les particuliers, des coffres servaient de bibliothèques. L’étude de représentations sur céramique le montre7. Des jarres purent aussi servir à cet usage : un fragment de papyrus et deux fragments d’un même parchemin, portant des œuvres littéraires de langue grecque, datés du IIIe siècle av. J.-C., furent découverts le 18 septembre 1977 dans la trésorerie du palais de Aï Khanoum, site d’une cité hellénistique en Afghanistan : or les tessons de jarres trouvés dans la même salle font penser qu’elles servirent de « thêkai » (coffres)8.

  • 9 Alain Blanchard, « Les papyrus littéraires grecs extraits de cartonnages : étude de bibliologie », (...)
  • 10 Léopold Migeotte, Les Souscriptions publiques dans les cités grecques, Genève/ Québec, Droz/Éd. du (...)

5La bibliothèque moyenne ne devait pas comporter plus de vingt rouleaux. Comment aboutir à un tel chiffre ? En prenant pour hypothèse que les allusions et parodies chez Aristophane seraient tirées de rouleaux qu’il aurait en sa possession, on aboutit à cinquante rouleaux. En faisant la même hypothèse pour les citations et références chez Platon, on en compte presque quatre-vingts. Il faut y ajouter leurs propres œuvres. La place nécessaire peut être envisagée grâce aux calculs d’A. Blanchard qui a mesuré les papyrus littéraires du IIIe siècle9 : il en existe cinq types, mesurant entre 12-13 cm et 34. Ainsi, nous obtenons, si les rouleaux font 34 cm, 45 litres, mais la moyenne correspondant plutôt à 20 cm (comme un avant-bras sur les céramiques, tout en sachant que les représentations n’y sont peut-être pas réalistes), le résultat n’est plus que de 20 litres. Or un coffre a une capacité de 150 litres, et une jarre de 80 litres. Pour les grandes bibliothèques des cités, nous savons, en raison des appels aux contributions publiques, que l’on donnait cent rouleaux. Une bibliothèque finalement constituée pouvait donc compter 1 000 rouleaux, comme à Cos, selon les calculs de L. Migeotte10. À Athènes, celle du Ptolémaion, pour laquelle nous savons qu’il y eut les mêmes dons, dut se constituer au fur et à mesure dans les mêmes proportions. 6 à 10 coffres pouvaient suffire.

  • 11 Michel Sève, « Sur la taille des rayonnages dans les bibliothèques antiques », Revue de philologie, (...)
  • 12 Sénèque (Ier s.), De tranquilitate animi, 9.5.
  • 13 E. Budde, Armarium and Kibotos. Ein Beitrag zur Geschichte des antiken Mobiliars (dissertation), s. (...)

6Les bibliothèques d’Alexandrie et de Pergame auxquelles des sources attribuent des centaines de milliers de volumes, chiffre atteint de toute façon au moins en un demi-siècle, sont bien des cas particuliers. Les dernières études laissent penser que pour Alexandrie la bibliothèque était au sein des pièces constituant le palais. Même dans ce dernier cas atypique, des pièces d’étagères n’existaient peut-être pas. Des niches ont été retrouvées dans les bibliothèques dont nous avons des vestiges archéologiques (Ier et IIe siècles ap. J.-C.). Il ne fait pas de doute qu’elles servaient à ranger les livres. Prenant en compte les profondeurs des niches connues, M. Sève11 suppose qu’il y avait non seulement l’emplacement pour le rouleau, mais aussi pour une boiserie, un plaquage dans le fond, et, pour les bibliothèques romaines dont les niches sont plus profondes, sans doute des portes. Ces armaria, fermées, parfois décorées (Sénèque parle du luxe excessif qui y est mis par ses contemporains12), qui apparaissent dans les reconstitutions pour Pompéi de E. Budde13 et sur le relief de la Villa Balestra, n’ont sans doute pas existé dès la haute période hellénistique.

7Le décor dut être au départ assez sommaire et les pièces composant la bibliothèque davantage des dépôts. Les rouleaux de la bibliothèque pouvaient aussi se disperser dans les pièces des palais ou des temples. Voyons comment Pausanias décrit les livres conservés par Hadrien :

  • 14 Pausanias (IIe s.), Description de la Grèce, « L’Attique », 18.9.

Et il y avait des pièces qui étaient ornées d’un plafond doré avec des pierres d’albâtre aussi bien que de statues et de peintures. Là il y a des livres conservés.14

Le motif de l’incendie

  • 15 Galien (IIe s.), Commentaire au livre III des Épidémies d’Hippocrate, XV, 109, dans Corpus Medicoru (...)
  • 16 Suétone (Ier-IIe s.), Vies des douze Césars, « Domitien », 20.

8Il repose indéniablement sur de solides fondements. Galien affirme que c’est là une cause fréquente de destruction de livres… avec les tremblements de terre15. Domitien, comme le raconte Suétone, avait l’intention de reconstruire les bibliothèques incendiées16. La tradition existe aussi pour la bibliothèque d’Antioche : son musée aurait brûlé sous Tibère, mais aussi sous Jovien. Il est vrai que cette tradition s’est ancrée d’autant plus facilement que les chrétiens se sont lancés dans des entreprises de destructions de livres par le feu. Ainsi, l’évêque Théophile en Égypte a-t-il excité la foule contre le Sérapéion, qui servait de seconde bibliothèque à Alexandrie.

  • 17 Voir Luciano Canfora, La Véritable histoire de la bibliothèque d’Alexandrie, Desjonquères, 1988, p. (...)

9Toutefois, on a aussi inventé une fin par le feu pour prouver l’existence de bibliothèques imaginaires, créées de toutes pièces par projection d’une autre réalité. Zosime explique ainsi l’absence de toute trace de la « bibliothèque d’Athènes » par une fin dans les flammes, pendant la vie de Démosthène17. Dans le cas de la fin de la bibliothèque d’Alexandrie, les scènes d’incendies permettent de mettre en scène des « méchants », que ce soit un général aveugle et destructeur de culture, César, ou un calife inquiétant, Omar.

César

10Aucune source contemporaine du dictateur n’en parle. Sénèque, un siècle après les faits que l’on impute à César, parle de livres perdus :

  • 18 Sénèque, De tranquilitate Animi, 9.7, et Tite-Live (Ier s. av. J.-C.), Histoire de Rome, 112, fr. 4 (...)

Quarante mille livres brûlèrent à Alexandrie : qu’un autre loue le monument le plus beau de la richesse du royaume comme Tite-Live, qui dit qu’il fut une œuvre remarquable par le soin qu’eurent les rois et leur bon goût.18

C’est Plutarque le premier qui mentionne l’ironie tragique de l’incendie déclenché involontairement par un homme de lettres, responsable, comme homme d’armes, d’une telle catastrophe :

  • 19 Plutarque (Ier-IIe s.), Vies des hommes illustres, « César », 49.5.

César, les ayant pris sur le fait, mit une garde autour de la salle et fit tuer Pothin, mais Achillas put s’enfuir dans son camp et suscita contre lui une guerre dure et difficile à mener, où César dut se défendre avec fort peu de troupes contre une si grande ville et une si grande armée. 6. Le premier danger qu’il courut fut la privation d’eau, les ennemis ayant bouché les canaux d’adduction. En second lieu, menacé d’être coupé de sa flotte, il fut contraint d’écarter ce péril au moyen du feu, qui, en se répandant à partir de l’arsenal, détruisit la grande bibliothèque.19

  • 20 Plutarque, Propos de Table, V.5.1 (678c).

Encore aujourd’hui, certains historiens prennent au sérieux Plutarque, en raison de son passage en Égypte, de l’existence d’un maître égyptien et du fait que son ami, Philotas d’Amphissa, avait étudié la médecine à Alexandrie20. Une source anti-césarienne ou une simple visée moraliste ont aussi été envisagées. Que disent les autres sources ? Comme Plutarque, Jean Zonaras, historien qui a abrégé au XIIe siècle Dion Cassius (II-IIIe s.), dit que le bâtiment fut touché. Ammien Marcellin (IVe s.) parle du Sérapéion alors que, comme Sénèque, Aulu-Gelle (IIe s.), Dion Cassius et Paul Orose (Ve s.), ne parlent que des livres.

  • 21 Voir Bertrand Hemmerdinger, « Que César n’a pas brûlé la bibliothèque d’Alexandrie », Bollettino de (...)
  • 22 Frederick J. Teggart, « Caesar and the Alexandrian Library », Zeitschrift für Bibliothekswesen, 189 (...)
  • 23 Gustav Parthey, Das alexandrinische Museum, Berlin, Nicolaischen Buchhandlung, 1838, p. 32.

11Il faut pourtant renoncer à un incendie détruisant alors la bibliothèque d’Alexandrie, spectacle impressionnant et romanesque. En effet, plusieurs sources montrent une activité intellectuelle de la part de membres du Musée après cet épisode de guerre mené par César21. De nombreuses explications se sont présentées dès le dix-neuvième siècle pour éclairer les contradictions des sources : il n’aurait été question que de papier22, de livres prévus pour être emmenés à Rome23. La thèse la plus attestée aujourd’hui repose sur une analyse du témoignage de Dion Cassius :

  • 24 Dion Cassius, Histoire romaine, 42.38.2.

Plusieurs combats furent livrés, de jour et de nuit, et de nombreux incendies se déclarèrent, si bien qu’ils gagnèrent, entre autres ravages, l’arsenal maritime, les entrepôts pour le blé, et pour les livres qui s’y trouvaient en quantité, dit-on, et étaient précieux.24

  • 25 Strabon (Ier s. av. J.-C.), Géographie, 17.1.9 (794). Il mentionne la présence de magasins qui se t (...)
  • 26 Galien, Commentaire au IIIe livre des Epidémies, V, 10.2.1.

De plus, Strabon nous apprend aussi qu’il existait des magasins25, et Galien dit que les livres étaient déposés, au préalable, en vrac dans des magasins26.

12Il y a eu un incendie en 48-47 av. J.-C. près du port, loin du palais et de la bibliothèque que l’on situe en son sein : cet incendie serait celui des magasins. La perte ne fut donc pas irrémédiable.

Le motif des « méchants arabes »

  • 27 Abu al-Faraj, al-Mukhtasar fi al-duwal, dans Historia compendosia dynastiarum, Edward Pocock ed., O (...)
  • 28 Jean Malalas (VIe s.), Chronographia, dans Fragmenta Graecorum Historicum, réunis par Karl et Théod (...)
  • 29 Aphtonios (Ier s.), Progymnasmata, 12.

13Les premières attaques contre les bibliothèques et le Musée commencèrent au début du IIIe siècle. En 215, Caracalla suspendit toute subvention au Musée et massacra la jeunesse alexandrine. En 272, le Musée connut quelques dommages à la suite de l’invasion d’Aurélien qui cherchait à prendre la ville, occupée par les troupes de la reine Zénobie et de son opposant Firmus. Le Musée dut forcément souffrir de ces occupations, et ses collections se retrouvaient selon nos sources dans des lieux appelés Césarion, Claudianum et Sérapéion27. Lorsqu’en 295 ap. J.-C., Dioclétien se rendit à Alexandrie, la ville fut pillée et les collections privées de livres confisquées et brûlées28. La réutilisation d’une inscription du Musée datant de cette époque fait penser que c’est bien la date de la fin de cette institution. Aphtonios visita Alexandrie en 315, mais ne parle que du seul Sérapéion, contenant des « dépôts de livres ouverts à ceux qui s’appliquent à philosopher »29. Le passage d’Ammien Marcellin sur le Sérapéion laisse penser que le bâtiment existait encore lorsqu’il écrivait :

À ces ouvrages s’ajoutent des temples, qui s’enorgueillissent de leur faîtage élevé. Ils sont surplombés par le Sérapéion : l’insuffisance des mots ne peut que l’amoindrir ; mais l’édifice est partout orné d’immenses cours à colonnes, de statues en ronde-bosse dont on dirait qu’elles respirent, et d’une telle quantité d’autres œuvres d’art que, mis à part le Capitole, qui porte éternellement aux nues la vénérable Rome, on ne peut voir au monde rien de plus grandiose.

À la suite de cette description, il parle des bibliothèques au passé et accuse César :

  • 30 Ammien Marcellin (IVe s.), Histoire, 22.16, 12-13.

Il s’y trouvait deux inestimables bibliothèques et, comme en font foi les témoignages unanimes des documents anciens, les sept cent mille volumes réunis par les soins attentifs de la dynastie des Ptolémées brûlèrent tous, sous la dictature de César, lors de la guerre d’Alexandrie, pendant le pillage de la cité.30

  • 31 Voir à ce propos Françoise Thelamon, Païens et chrétiens au IVe siècle : de l’apport de l’Histoire (...)
  • 32 Voir le Code théodosien, livre XVI.10.1 ; Noël Q. King, The Emperor Theodosius and the Establishmen (...)
  • 33 Rufin d’Aquilée (IVe-Ve s.), Histoire Ecclésiastique, 2.23-30 ; Theodoret (Ve s.), Histoire Ecclési (...)

14Ce témoignage a donc servi de terminus ante quem et malgré quelques discussions, on s’est fixé l’été 391 ap. J.-C. pour la destruction du Sérapéion31. Car il est avéré qu’en juin 391 ap. J.-C., Théodose I interdit « les sacrifices et l’accès aux temples »32 et que cette même année une foule chrétienne conduite par le patriarche d’Alexandrie, Théophile, mit à sac le Sérapéion33. Enfin en 415 ap. J.-C., des chrétiens assassinèrent la mathématicienne et philosophe néo-platonicienne Hypathia. Son contemporain Orose, après avoir attesté l’idée d’une destruction au temps de César qui aurait été par la suite largement compensée par l’acquisition de livres, dit, sans ambiguïté, que les chrétiens ont détruit le contenu des bibliothèques d’Alexandrie :

  • 34 Orose (Ve s.), Histoires (Contre les Païens), 6.15.31-32.

En conséquence, bien qu’il existe encore aujourd’hui dans des temples, comme nous l’avons vu nous-même, des armoires à livres, dont le saccage rappelle à notre époque qu’elles ont été vidées par des hommes de notre époque [a nostris hominibus nostris temporibus] – ce qui est certes vrai –, il est pourtant plus exact de croire que d’autres livres avaient été acquis pour chercher à égaler l’ancien amour des études, plutôt que de croire qu’il y eut quelque autre bibliothèque, distincte de celle qui comptait quatre cent mille livres, et qu’à cause de cela elle échappa à la destruction.34

  • 35 Eunape, Vie des sophistes, 471-472.

Quoi qu’il en soit, au début du Ve siècle, Eunape décrit les temples d’Alexandrie, les rares qui n’étaient pas devenus des églises, traversés par le vent35.

  • 36 ‘Abd al-Latîf ibn Youssouf (1160-1231), Relation de l’Égypte, Silvestre de Sacy trad., Imprimerie i (...)
  • 37 Lucien Leclerc, Histoire de la médecine arabe, E. Leroux, 1876, vol. I, p. 56-60.

15Il s’ensuit qu’il faut définitivement disculper les Arabes du VIIe siècle de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, ce qui donne l’image de Barbares fanatiques contre les livres… Certes, à partir du XIIe siècle de notre ère, il existe une narration arabe mettant en scène le général ‘Oumar ordonnant en 642 de brûler les livres découverts par ses troupes. Nous la trouvons chez ‘Abd al-Latîf ibn Youssouf, qui mentionne « l’Académie érigée par Alexandre quand il fonda la cité, et dans laquelle il plaça la bibliothèque que brûla ‘Amrou ibn al ‘Asi avec la permission d’‘Oumar »36. Une autre source, ‘Ali ibn al-Kiftî, parle du dialogue de Yahyâ an Nabawî, i.e. Jean le Grammairien identifié comme Jean Philopon37, avec l’émir ‘Amrou, qui doit en rendre compte au khalife ‘Oumar :

  • 38 ‘Ali ibn al-Kiftî Jamal al-Din (1172-1248), Kitab Ikhbar al-‘Ulama bi-Akhbaral-Hukama [Chronique de (...)

Quant aux livres que tu m’as désignés, voici ma réponse : si leur contenu est en accord avec celui d’Allah, nous pouvons nous en passer, puisque, dans ce cas, le livre d’Allah est plus que suffisant. S’ils contiennent au contraire quelque chose de différent par rapport au livre d’Allah, il n’est aucun besoin de les garder. Agis et détruis-les.38

Mais cet auteur relate aussi l’histoire d’un incendie bien antérieur aux supposées destructions par les troupes du général ‘Oumar, celui attribué à César :

  • 39 Ibid.

Dans ton explication sur les livres, tu m’as parlé de leur permanence dans le trésor du palais royal, depuis les temps lointains du roi Ptolémée jusqu’à nos jours. Or, un fonctionnaire grec qui a embrassé notre cause avec loyauté et qui est venu me trouver avec beaucoup de discrétion, a déclaré que cela ne serait pas vrai, que, d’après ce qu’il dit, au contraire, tout ce patrimoine de livres anciens dont tu m’as parlé aurait été brûlé dans l’incendie, causé par le premier des empereurs romains, plusieurs siècles avant la naissance du prophète. Notre loyal serviteur a dit aussi que, dans certains temples d’Alexandrie, on garde encore les rayonnages à demi brûlés qui ont survécu à ce terrible incendie.39

  • 40 M. Casanova, « L’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie par les arabes », Comptes rendus de l’Aca (...)

16M. Casanova, en 1923, avait expliqué de façon convaincante comment une telle histoire avait pu surgir40 : il montrait que le contexte défavorable aux amateurs de livres au XIIe siècle avait pu susciter une histoire telle que celle du général ‘Oumar, qui n’hésite pas à faire brûler des livres dans les bains publics pendant six mois. Mais aucun contemporain des faits supposés, tels Al-Balādhurī et Ibn Abd al-Hakam, auteurs de récits de la conquête, ne parlent de cette destruction. De plus, Abû ‘l Faraj, i.e. al Nadîm, représente, de façon comparable, Alexandre brûlant des livres perses :

  • 41 Le mot arabe utilisé « Dâwâwin » est ambivalent ; il peut signifier « archives ».
  • 42 Abû ‘l Faraj Mohammad ibn Ishaq al-Warraq, dit Ibn Ali Yakoub al Nadîm al-Saybani (Xe s.), Kitab al (...)

[Alexandre] fit traduire des manuscrits des livres qui étaient alors sur des armoires dans des « bibliothèques »41. Tous ces livres ont été traduits en grec et en copte. Après avoir terminé la transcription et la copie, il a brûlé tout ce qui a été écrit en grec.42

Ce doublet atteste si cela était nécessaire que la narration mettant en scène Oumar et Jean Philopon est une invention, d’autant plus que les écrivains arabes férus d’Aristote parce qu’intéressés par les problèmes de mise en place de cités, finissent par dire, pour expliquer que ces sources leur étaient encore accessibles, que les livres d’Aristote auraient été épargnés lors de l’exécution de l’ordre du calife Oumar…

17La bibliothèque d’Alexandrie fut détruite par des chrétiens comme l’atteste Orose, qui parle de « nos hommes » ; ses bâtiments étaient traversés par le vent dès le début du IVe siècle. Il est regrettable de lire encore aujourd’hui que les Arabes l’ont détruite.

Le motif de l’enlèvement

  • 43 Galien, Commentaire au IIIe livre des Epidémies, V, 10, 2.1.
  • 44 Plutarque, Vies des hommes illustres, « Antoine », 58. 9-10.

18La plus célèbre histoire antique de vols de bibliothèque relate que Ptolémée III Évergète, non content de voler les livres qui appartenaient aux voyageurs débarquant à Alexandrie, emprunta à Athènes les manuscrits originaux des Tragiques et, malgré sa promesse, n’en restitua que des copies43. Bien avant lui, Antoine aurait offert une quantité impressionnante de rouleaux pris à Pergame à Cléopâtre, comme compensation de la perte subie lors de l’incendie attribué à César44.

19Si les anecdotes concernant un enlèvement de bibliothèque à une époque qui connaît un usage courant des livres, et de la part de conquérants appréciant la culture grecque, n’ont pas de raison d’être contestées dans leur ensemble, il est intéressant de voir que ce motif de l’« enlèvement » a été utilisé pour justifier la disparition d’une bibliothèque que l’on a imaginée un peu trop aisément, la supposée bibliothèque de Pisistrate, tyran d’Athènes du VIe s. av. J.-C. Les sources antiques attestent tardivement de son existence, mais de nombreux savants y ont cru en raison d’un enchaînement logique, qu’ils exposent le plus souvent ainsi : comment ne pas envisager, en raison de la richesse de la littérature d’époque archaïque, que ces œuvres étaient déposées par écrit ? Puis comment ne pas envisager qu’un tyran, qui par ailleurs eut une politique de constructions, ne se fût pas lancé dans la création d’une bibliothèque ? Une fois la bibliothèque créée, comment expliquer son absence ?

  • 45 Aulu-Gelle (IIe s.), Nuits Attiques 7.17.1-2 ; Isidore de Séville (VIe-VIIe s.), Les Origines, VI « (...)
  • 46 Pausanias, lors de sa description d’Athènes, nous raconte son histoire : « non loin de là se trouve (...)
  • 47 Pausanias, 1.8.5 ; Pline l’Ancien (Ier s.), Histoire Naturelle, 34.70 ; Valère Maxime (Ier s.), Fai (...)

20Nos sources disent que les Perses auraient emmené la bibliothèque du tyran : Aulu-Gelle et Isidore de Séville – qui de façon indirecte devait tenir son information des mêmes origines, vu la ressemblance des termes – rapportent qu’elle fut « enlevée » par Xerxès et rapportée, à l’époque hellénistique, par Séleucos45. Or l’histoire de cet enlèvement est en strict parallèle avec celle de la statue des tyrannoctones, Harmodios et Aristogiton, emmenée comme butin, comme de nombreuses autres œuvres, par les Perses en 480 av. J.-C.46. L’existence de ces deux histoires nous fait penser à une contamination, qui aboutit à l’histoire de la bibliothèque que l’on veut avoir existé à l’époque de Pisistrate, alors que tout fait douter de son existence. En outre, les différentes attributions de sa restitution ajoutent à la confusion : Antiochos pour Pausanias, Alexandre pour Pline et Arrien, Séleucos pour Valère-Maxime47.

  • 48 Paul Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre, Nancy, Université de Nancy II, 1978.

21On peut penser que ces diverses traditions voulaient mettre en valeur un souverain particulier. Ces restitutions, cadeaux valorisants pour le donateur, peuvent expliquer qu’a émergé l’histoire d’une bibliothèque rendue, à une époque où ce serait bien vu, alors même qu’elle n’aurait pas existé. Cette histoire mettait le restituteur à égalité avec Pisistrate, et fournissait un élément de propagande qui faisait pendant aux formules élogieuses montrant Ptolémée comme supérieur à Pisistrate. Le livre de P. Goukowski sur le mythe d’Alexandre montre à quelle concurrence se livraient les Ptolémées et les Séleucides sur le plan de la propagande48. De plus, lors de la louange d’un roi, il est traditionnel de rappeler ce qu’il reprit sur les ennemis. L. Canfora rappelle qu’

à propos du premier Ptolémée encore, avant qu’il eût le titre officiel de roi, une inscription hiéroglyphique de l’an 310 publiée par H. Brugsch dit même, entre autres, qu’il ramena de Perse en Égypte toutes les statues et les livres sacrés pillés par les Perses.

  • 49 L. Canfora, op.cit., p. 184-185.

Et il ajoute : « il est bizarre que cette récupération se répète d’un souverain à l’autre : Évergète s’attribue à nouveau ce mérite dans l’inscription de Tanis, dite “monumentum Canopium”, qui est, elle aussi, bilingue »49.

Le motif humaniste

  • 50 Les chantiers, très politiques, ne manquant pas (quinze chantiers importants ont été commencés en u (...)
  • 51 Federico Mayor, « Préface », dans Mostafa El-Abbadi, Life and fate of the ancient Library of Alexan (...)
  • 52 Voir Michel Melot éd., Nouvelles Alexandries, les grands chantiers de bibliothèques dans le monde : (...)

22Dans toutes les présentations sur le thème des bibliothèques, la bibliothèque d’Alexandrie sert de symbole pour les principales missions auxquelles on considère aujourd’hui que ces institutions doivent être dévolues : ouverture vers les autres, curiosité pour d’autres cultures reconnues en tant que telles, fondements de la tolérance, de l’universalité des savoirs et de l’interdisciplinarité50. Federico Mayor analyse bien l’impact de la bibliothèque d’Alexandrie en tant que bibliothèque rêvée, fantasmée, sur les conceptions contemporaines des nouvelles bibliothèques. Il emploie à son propos l’image du « phare », et écrit avec raison que le projet qui vise à faire renaître la bibliothèque d’Alexandrie (auquel l’UNESCO, dont il était alors le directeur-général, a pris part à la demande du gouvernement égyptien) « prend racine par-dessus tout dans le symbole »51. Alexandrie est le miroir de nos valeurs démocratiques, censées se diffuser dans la réalisation concrète de bibliothèques. Alors même que la définition des bibliothèques est bouleversée, que l’on veut en faire un lieu de vie et non plus un « Musée »52, on cherche un modèle dans la ville qui fonda ce Musée et cette bibliothèque. Nous aimerions montrer que d’autres raisons ont pu motiver la constitution d’une collection comme celle des bibliothèques d’Alexandrie, ainsi que l’éventuelle recherche d’œuvres de toute la terre habitée. Auparavant, nous devons rappeler que l’image de la bibliothèque d’Alexandrie comme symbole humaniste vient d’une tradition très ténue, puisque les nombreuses sources ne sont que des reprises, des variations, ou des amplifications à partir d’une même origine. Cette tradition est tardive et sans aucun doute partiale, voire intéressée.

La tradition

  • 53 Lettre d’Aristée à Philocrate, Éd. du Cerf, « Sources chrétiennes », 1962, II.9.

23La volonté attribuée à Ptolémée Philadelphe de réunir « tous les livres de l’oikouménè », vient de la Lettre d’Aristée53, composée sans doute au Ier s. av. J.-C. par un juif. L’Encyclopédia Universalis la présente ainsi :

Œuvre de propagande du judaïsme alexandrin, la Lettre d’Aristée est censée avoir été rédigée par un grand officier du roi Ptolémée (- 285- - 247). Elle est bien plus tardive en vérité, et il est difficile de la dater d’avant - 100. C’est là que, pour la première fois et brillamment orchestrée, se rencontre la légende selon laquelle la Loi juive aurait été traduite en grec, à Alexandrie, par soixante-douze vieillards mandés de Jérusalem […].54

  • 55 Flavius Josèphe, Justin, Irénée, Clément d’Alexandrie, George le Syncelle, George Cedrenus…
  • 56 Épiphane (Ve s.), Des Poids et des Mesures, dans Patrologie grecque, Éd. Migne, 43, 252.
  • 57 Ibid. L. Canfora trouve « intéressant de remarquer que la liste des auteurs recherchés par Ptolémée (...)

De nombreux auteurs utilisèrent cette source55. Citons Épiphane, qui reprend la scène de l’entretien imaginaire entre Démétrios et Ptolémée II Philadelphe de la Lettre d’Aristée : le premier donne la liste des livres déjà possédés et rangés dans la bibliothèque (liste plus modeste que celle donnée par le Démétrios de la Lettre d’Aristée) et une liste des livres susceptibles d’augmenter le fonds de la bibliothèque ; la liste des livres non grecs pouvant être recherchés est franchement anachronique, et la longue énumération semble être le fruit de l’exaltation. Sont nommés tous ceux auxquels pouvait penser l’auteur : Éthiopiens, Indiens, Perses, Élamites, Babyloniens, Assyriens, Chaldéens, Romains (les « Latins »), Phéniciens et Syriens56. De plus, le souverain, en voulant davantage, aurait alors envoyé une lettre aux souverains des autres pays, où réapparaît le classement par genres : « à tous les souverains et gouvernants de la terre [qu’ils] n’hésitent pas à lui envoyer poètes et prosateurs, rhéteurs et sophistes, médecins et devins, historiens, et tous les autres encore »57.

24Jean Tzetzès relève lui aussi de cette tradition : « Les livres rassemblés étaient non seulement ceux des Grecs, mais ceux de tous les autres peuples, même les Juifs » ; il avance même que

  • 58 Jean Tzetzès (XIIe s.), Prolegomena de comœdia, W. J. W Koster éd., p. 31-33 (Ma § I).

dans chaque peuple furent engagés des savants qui non seulement maîtrisaient leur propre langue, mais connaissaient aussi merveilleusement le grec : à chaque groupe furent confiés les textes les concernant, et ainsi, de chaque œuvre, fut préparée une traduction en grec.58

  • 59 Kitab al-Fihris, op. cit., p. 333.
  • 60 Ibn Khaldûn, Discours sur l’Histoire Universelle, Sindbad, 1978, p. 802.

Zosime fait allusion à des ouvrages mentionnant le point de vue des Chaldéens, des Parthes, des Mèdes et des Hébreux à propos du nom à donner au premier homme, ouvrages dont il précise qu’on les trouve dans les bibliothèques des Ptolémée, notamment dans le Sérapéion. Il parle aussi d’un grand prêtre, Asenas, traducteur en grec de tout ce qui était écrit en hébreu et en égyptien. Enfin, les chroniqueurs arabes, parce qu’ils étaient friands de tout ce qui concernait Alexandre, dont ils firent le véhicule de nombreuses anecdotes fantastiques, crurent en son entreprise de traduction. Le premier d’entre eux, al Nadîm, qui vécut à la fin du Xe siècle, imagine qu’Alexandre avait fait traduire des œuvres perses, trouvées sur des étagères dans des bibliothèques, en « grec et en copte », pour brûler ensuite les originaux59. Puis, Ibn Khaldûn envisage une transmission des connaissances perses aux Grecs, puisque Alexandre avait mis la main sur leurs ouvrages60.

  • 61 Voir Luciano Canfora, Il Viaggio di Aristea, Rome, Ed. Laterza, 1996.
  • 62 M. El-Abbadi, op. cit., p. 99.
  • 63 Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares : les limite de l’hellénisation, Maspero, 1979.

25En raison de cette tradition, attestant par de multiples témoignages, y compris arabes61, que « tous les livres du monde » furent recherchés, et de l’existence de quelques passages dans les sources gréco-romaines parlant d’« auteurs » orientaux, les chercheurs ont été généralement tentés par l’idée qu’une telle volonté de réunir tous les livres a existé. Ainsi, M. El-Abbadi croit-il que la curiosité intellectuelle et l’intérêt académique ont dû motiver les érudits à étudier et à écrire sur les religions anciennes orientales62 ; L. Canfora, prenant en compte les doutes sur la curiosité grecque que donne la lecture de Sagesses Barbares d’Arnaldo Momigliano63, pense que

  • 64 L. Canfora, Il Viaggio di Aristea, op. cit., p. 18.

au cours des IIIe et IIe siècles av. J.-C., des courants de pensée apparurent qui réduisirent la distance séparant Grecs et non-Grecs. Les non-Grecs profitèrent plus qu’ils ne l’avaient jamais fait jusque-là de la chance qui s’offrait à eux d’exposer aux Grecs, en langue grecque, certains faits concernant leur propre histoire et leurs traditions religieuses. Il s’ensuivit que Juifs, Romains, Égyptiens, Babyloniens et même Indiens […] apportèrent leurs contributions personnelles à la littérature grecque. Toutefois, l’influence des intellectuels barbares ne se fit sentir à travers le monde hellénistique que dans la mesure où ils étaient capables de s’exprimer eux-mêmes en grec […].64

  • 65 Christian Jacob, « Navigations alexandrines », Le Pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres (...)

Enfin, Christian Jacob fait aussi ce lien entre ce qui est supposé être advenu aux livres juifs et aux livres chaldéens : « Du moins ces traductions permettent-elles aux Hébreux, comme aux Égyptiens, aux Phéniciens, aux Babyloniens, aux Indiens et aux Iraniens […] d’entrer dans la littérature et la pensée grecque »65.

26Or le texte initial est contestable : la lettre aux souverains non grecs offre en fait une « pirouette » narrative pour expliquer que les Grecs auraient cherché les textes sacrés hébreux, et pour construire la figure de Ptolémée en une sorte d’« élu », inspiré par Dieu, comme on en trouve beaucoup dans la littérature judéo-chrétienne.

La « véritable histoire »

27Nous ne nions pas une curiosité des Grecs pour les autres cultures, mais elle ne nous semble pas avoir donné lieu à des traductions volontaires, ni scientifiques.

  • 66 Jean Bingen, « Grecs et Égyptiens d’après PSI 502 », XIIth Intern. Congress of Papyrology (Ann Arbo (...)
  • 67 Joseph Mélèze-Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, A. Colin, 1991, p. 75 ; cf « (...)
  • 68 Outre Aristée, il y eut comme auteurs Aristoboulos, philosophe conseiller de Ptolémée VI Philométor (...)
  • 69 Victor A. Tcherikover en collaboration avec Alexander Fuks, Corpus Papyrorum Judaicarum, vol. I, Je (...)

28Pour s’en tenir à l’Égypte, une juxtaposition plus qu’un mélange des cultures apparaît des études menées sur la question66, et rien ne permet de penser que le grec ne restait pas la langue dominante. Pour les Juifs, les travaux de Joseph Mélèze-Modrzejewski67 montrent une véritable hellénisation : les auteurs juifs du temps de la constitution de la bibliothèque sont imprégnés de culture grecque68 ; de réelles particularités hébraïques n’apparaissent qu’à partir du livre d’Esther. Inversement, il n’y que peu de traces de la Bible dans la littérature grecque : on relève simplement une mention des pratiques religieuses chez Théophraste69.

  • 70 Ernest Havet, Mémoire sur la date des écrits qui portent les noms de Bérose et Manéthon, Hachette, (...)
  • 71 Pline, Histoire Naturelle, 30.3-4.

29Des noms d’auteurs d’origine orientale sont parvenus jusqu’à nous et laissent envisager l’introduction dans la bibliothèque de livres perses, chaldéens, égyptiens. Les plus célèbres, dont des citations sont parvenues de façon fragmentaire, sont Bérose, auteur supposé d’une œuvre d’inspiration chaldéenne dédiée à Antiochos Ier, et Manéthon, prêtre égyptien. Mais dans son excellent mémoire, E. Havet70 considère que le nom d’un prêtre était nécessaire pour donner des informations d’ordre astrologique. Quant à Zoroastre, un passage de Pline dit que deux millions de ses vers furent commentés et des index complets établis par Hermippe de Smyrne, élève du bibliothécaire Callimaque71. Mais les chercheurs s’accordent aujourd’hui à souligner la superficialité des connaissances des Grecs de la réalité perse ; ainsi A. Momigliano écrit-il légitimement que

  • 72 A. Momigliano, op. cit., p. 160.

ce qui s’est vraisemblablement passé, c’est que le nom de Zoroastre, tout comme celui d’Hermès Trismégiste, devint un pôle d’attraction pour toutes sortes de spéculations ayant trait à l’astrologie, la vie dans l’au-delà et, d’une façon générale, les mystères de la nature.72

Une réelle transmission par les livres non grecs, et plus encore leur traduction, des connaissances d’autres cultures est peu probable, même si des éléments « exotiques », à la manière d’Hérodote à propos de l’Égypte dans le livre II des Histoires, ont pu être introduits dans les œuvres grecques, parce que les Grecs étaient fascinés par l’antiquité des civilisations orientales. Les Chaldéens et les Égyptiens avaient une grande réputation dans le domaine de l’astrologie, ce qui les fit mentionner avec Zoroastre et Hermès Trismégiste. Le point culminant de cette fascination semble avoir été plutôt le Ier siècle av. J.-C. Les « égypteries » et l’orientalisme ne furent donc pas absents des productions grecques, mais cela n’implique aucune connaissance précise, encore moins des traductions.

  • 73 Marguerite Harl, La Langue de Japhet. Quinze études sur la Septante et le grec des chrétiens, Cerf/ (...)

30Quant au cas particulier de la Septante, la traduction du Pentateuque, la Lettre d’Aristée a pu exagérer ou inventer l’intérêt du roi d’Égypte pour valoriser les Juifs sans doute un peu sous-estimés dans le monde grec. Il existe une autre supposition plus radicale : une réelle acculturation expliquerait la version grecque de la Torah73. Les Juifs hellénisés auraient été à l’initiative de la traduction, et la Lettre d’Aristée lui aurait donné du crédit. Cette traduction (ainsi que celle des ouvrages géographiques traitant des nouvelles terres, des ouvrages techniques et médicaux) avait aussi un intérêt pragmatique, en l’occurrence juridique, d’autant plus que, sous l’administration lagide, la double législation avait cours. J. Mélèze montre que, pour une meilleure administration, surtout en ce qui concernait les Juifs, assez nombreux et constituant une communauté structurée et homogène, il était nécessaire de savoir en quoi consistaient leurs lois. La traduction n’aurait alors pour motivation que la volonté de maîtriser les rapports et les conflits entre peuples « administrés ». Le mot « loi » est d’ailleurs un des problèmes majeurs de la traduction en grec de la Septante.

  • 74 Voir aussi l’anecdote racontée par Vitruve (Ier s. av. J.-C., De architectura, VII, praf. 4- 7) à p (...)

31Mais il s’agissait aussi de rassembler, dans un pays récemment conquis, les éléments qui fondent la culture grecque : les premiers livres réunis ont sans doute été autant de partitions, de pièces de théâtre, de poésie à déclamer lors des fêtes et des concours théâtraux, rapidement mis en place. Le vol des originaux des Tragiques aux Athéniens, déjà mentionné, s’expliquerait par cette nécessité d’offrir des supports pour les spectacles à produire. La pratique d’analyse des savants d’Alexandrie a pu s’y greffer dans un second temps : il fallait, entre les diverses versions, établir un texte, ce qui devint la philologie74.

32Loin de nous l’idée de nier qu’il y ait eu des savants dans les nouvelles bibliothèques constituées, mais il est fort contestable que le regroupement des livres ait été organisé pour faciliter la tâche à des rats de bibliothèques (on aurait envie de dire que cette espèce se développe d’elle-même, avec les livres). Chacun imagine des motivations en fonction de ce qu’il suppose à son époque : si des raisons purement pragmatiques ont certainement joué, si aujourd’hui on reconstitue des motifs humanistes, pour Vitruve, la bibliothèque d’Alexandrie a été construite pour faire concurrence aux Attalides de Pergame. Les origines de cette collection sont donc complexes75.

Notes

1 Archives Charmet, CHT 168634.

2 Edwards Parsons, The Alexandrian Library, Glory of the hellenic World, its Rise, Antiquities and Destructions, London, Cleaver-Hume Press, 1952.

3 Sur la couverture d’un livre très récent de Lionel Casson, Libraries in the Ancient World (New Haven, Connecticut, et Londres, Yale University Press, 2001), synthèse qui se rapproche de ce qu’avait fait John W. Clark avec The Care of Books (Cambridge, The University Press, 1901), nous voyons une salle « académique » avec d’immenses tables. Mais il s’agit d’une reconstitution de la bibliothèque du forum de Trajan et elle ne doit pas être considérée comme un exemple de ce qu’étaient toutes les bibliothèques antiques.

4 George M. Parassoglou, « Dexia cheir kai gonu. Some Thoughts on the Postures of the Ancient Greeks and Romans when writing on Papyrus Rolls », Scrittura & Civiltà 3, 1979, p. 5-21. Sa documentation concernant les représentations est de la période impériale.

5 NEW YORK MMA 74-51-2708 : scribe de Chypre qui se trouve dans la collection Cesnola de New York. Voir également d’autres planches sur http://www.maudbellier.fr/planches/vue1.htm

6 La bibliothèque philosophique épicurienne de Pison, à Herculanum, consistait en de petites pièces avec des étagères en bois ; à proximité, se trouvaient de plus grands espaces avec des statues d’hommes politiques et d’orateurs. Voir Maria Rita Wojcik, La Villa dei papiri ad Ercolano, Rome, L’Emma di Bretschneider, 1986.

7 C’est un thème pour lequel il existe une bibliographie très riche. Voir notre essai de typologie des types de lectures : « Vers une typologie des modes de lecture en Grèce Ancienne », Revue française d’histoire du livre 122-5, 1-4, 2004, p. 75-98, également disponible sur notre site.

8 Claude Rapin, Pierre Hadot, « Les Textes littéraires grecs de la trésorerie d’Aï Khanoum », Bulletin de Correspondance Hellénique, 111, 1987, p. 225-266 ; Claude Rapin, La Trésorerie du palais hellénistique d’Aï Khanoum. L’apogée et la chute du royaume grec de Bactriane (Fouilles d’Aï Khanoum VIII, Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan 33), De Boccard, 1992, avec le commentaire de Margharita Isnardi Parente.

9 Alain Blanchard, « Les papyrus littéraires grecs extraits de cartonnages : étude de bibliologie », Ancient and Medieval Book Material and Techniques, Marinela Maniaci et Paola F. Munafo éds., Vatican, Bibliotheca apostolica vaticana, « Studi e Testi 357 », 1993, p. 15-40.

10 Léopold Migeotte, Les Souscriptions publiques dans les cités grecques, Genève/ Québec, Droz/Éd. du Sphinx, 1992, p. 532.

11 Michel Sève, « Sur la taille des rayonnages dans les bibliothèques antiques », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes 64, 1990, p. 173-179.

12 Sénèque (Ier s.), De tranquilitate animi, 9.5.

13 E. Budde, Armarium and Kibotos. Ein Beitrag zur Geschichte des antiken Mobiliars (dissertation), s. l., 1939.

14 Pausanias (IIe s.), Description de la Grèce, « L’Attique », 18.9.

15 Galien (IIe s.), Commentaire au livre III des Épidémies d’Hippocrate, XV, 109, dans Corpus Medicorum Graecorum, Éd. Kühn, V, 9, 1, 57.

16 Suétone (Ier-IIe s.), Vies des douze Césars, « Domitien », 20.

17 Voir Luciano Canfora, La Véritable histoire de la bibliothèque d’Alexandrie, Desjonquères, 1988, p. 206.

18 Sénèque, De tranquilitate Animi, 9.7, et Tite-Live (Ier s. av. J.-C.), Histoire de Rome, 112, fr. 42.

19 Plutarque (Ier-IIe s.), Vies des hommes illustres, « César », 49.5.

20 Plutarque, Propos de Table, V.5.1 (678c).

21 Voir Bertrand Hemmerdinger, « Que César n’a pas brûlé la bibliothèque d’Alexandrie », Bollettino dei classici, III-VI, 1985, p. 76-77.

22 Frederick J. Teggart, « Caesar and the Alexandrian Library », Zeitschrift für Bibliothekswesen, 1899, 16, p. 470-475.

23 Gustav Parthey, Das alexandrinische Museum, Berlin, Nicolaischen Buchhandlung, 1838, p. 32.

24 Dion Cassius, Histoire romaine, 42.38.2.

25 Strabon (Ier s. av. J.-C.), Géographie, 17.1.9 (794). Il mentionne la présence de magasins qui se trouvaient dans le grand port.

26 Galien, Commentaire au IIIe livre des Epidémies, V, 10.2.1.

27 Abu al-Faraj, al-Mukhtasar fi al-duwal, dans Historia compendosia dynastiarum, Edward Pocock ed., Oxford, R. Davis, 1663, p. 180.

28 Jean Malalas (VIe s.), Chronographia, dans Fragmenta Graecorum Historicum, réunis par Karl et Théodor Muller, Éd. Firmin-Didot, 1841-1870, 4, 601 ; Jean de Nikiou (VIIe s.), Chronique, 78 et 83 ; SOUDA (encyclopédie byzantine, Xe-XIe s.), s. v. Dioclétien.

29 Aphtonios (Ier s.), Progymnasmata, 12.

30 Ammien Marcellin (IVe s.), Histoire, 22.16, 12-13.

31 Voir à ce propos Françoise Thelamon, Païens et chrétiens au IVe siècle : de l’apport de l’Histoire ecclésiastique de Rufin d’Aquilée, Études augustiniennes, 1981, p. 161, 254 et 257. Voir aussi les réserves de John Matthews, The Roman Empire of Ammianus, Londres, Duckworth, 1989, p. 26, pour utiliser Ammien Marcellin comme terminus ante quem, et la synthèse de Jacques Fontaine, dans Ammien Marcellin, Histoire, Les Belles Lettres, 1996, t. III, note 1052, p. 343-344.

32 Voir le Code théodosien, livre XVI.10.1 ; Noël Q. King, The Emperor Theodosius and the Establishment of Christianity, Philadelphia, The Westminster Press, 1960 et Adolph Lippold, Theodosius der Grosse und seine Zeit, Munich, C. H. Beck, 19802.

33 Rufin d’Aquilée (IVe-Ve s.), Histoire Ecclésiastique, 2.23-30 ; Theodoret (Ve s.), Histoire Ecclésiastique V.22 ; Eunape (fin IVe s.), Vie des Sophistes., 472 ; Socrate de Constantinople (IVe-Ve), Histoire Ecclésiastique 5.26-7 ; Sozomen (Ve s.), Histoire Ecclésiastique, 7.15, 20 ; Zosime (Ve siècle), Histoire Nouvelle, 5.23 ; Jean de Nikiou, Chronique, 88.38. Voir aussi Agostino Favale, Teofilo d’Alessandria (345-c.412) : scritti, vita e dottrina, Turin, Società Editrice Internazionale, 1958.

34 Orose (Ve s.), Histoires (Contre les Païens), 6.15.31-32.

35 Eunape, Vie des sophistes, 471-472.

36 ‘Abd al-Latîf ibn Youssouf (1160-1231), Relation de l’Égypte, Silvestre de Sacy trad., Imprimerie impériale, 1810, p. 183.

37 Lucien Leclerc, Histoire de la médecine arabe, E. Leroux, 1876, vol. I, p. 56-60.

38 ‘Ali ibn al-Kiftî Jamal al-Din (1172-1248), Kitab Ikhbar al-‘Ulama bi-Akhbaral-Hukama [Chronique des savants], Beyrouth, Université du Liban, s. d. (en arabe, traduit par Saber Mansouri).

39 Ibid.

40 M. Casanova, « L’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie par les arabes », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1923, p. 163-167.

41 Le mot arabe utilisé « Dâwâwin » est ambivalent ; il peut signifier « archives ».

42 Abû ‘l Faraj Mohammad ibn Ishaq al-Warraq, dit Ibn Ali Yakoub al Nadîm al-Saybani (Xe s.), Kitab al-Fihrist [988], Beyrouth, Éd. Université du Liban, 1988, p. 333 (en arabe, traduit par Saber Mansouri).

43 Galien, Commentaire au IIIe livre des Epidémies, V, 10, 2.1.

44 Plutarque, Vies des hommes illustres, « Antoine », 58. 9-10.

45 Aulu-Gelle (IIe s.), Nuits Attiques 7.17.1-2 ; Isidore de Séville (VIe-VIIe s.), Les Origines, VI « De bibliothecis », III, 3 et 5.

46 Pausanias, lors de sa description d’Athènes, nous raconte son histoire : « non loin de là se trouvent Harmodios et Aristogiton, les meurtriers d’Hipparque. […]. Parmi ces statues, certaines sont l’œuvre de Critias, mais Anténor a sculpté les anciennes. Quand Xerxès prit Athènes au moment où les Athéniens avaient abandonné la ville, il emporta aussi ces statues dans son butin, mais par la suite Antiochos les renvoya à Athènes » (Description de l’Attique, 8.46).

47 Pausanias, 1.8.5 ; Pline l’Ancien (Ier s.), Histoire Naturelle, 34.70 ; Valère Maxime (Ier s.), Faits et dits mémorables, 2.10 ; Arrien (IIe s.), Anabase, 3.16.7 et 7.19.2. Toutes ces sources se trouvent dans J. Overbeck, Die antiken Schriftquellen zur Geschichte der bilde den Künste bei den Griechen, Leipzig, s. l., 1868, n° 443-7.

48 Paul Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre, Nancy, Université de Nancy II, 1978.

49 L. Canfora, op.cit., p. 184-185.

50 Les chantiers, très politiques, ne manquant pas (quinze chantiers importants ont été commencés en une génération en Chine, au Danemark, au Sénégal, aux États-Unis, en France, sans oublier la fameuse « Alexandrina » à Alexandrie), les occasions d’évoquer le « modèle humaniste » d’Alexandrie se sont démultipliées.

51 Federico Mayor, « Préface », dans Mostafa El-Abbadi, Life and fate of the ancient Library of Alexandria, Unesco, 1992, p. 9-10.

52 Voir Michel Melot éd., Nouvelles Alexandries, les grands chantiers de bibliothèques dans le monde : « La bibliothèque n’est plus un entrepôt, parfois ce n’est même plus une collection, c’est un ensemble de services, identifiés par la personne qui les rend et le lieu où ils sont rendus ». Ou encore : « La bibliothèque est une zone franche où le savoir n’appartient à personne et circule librement, un terrain d’exemption dans la cité où le lecteur se sent protégé contre l’information programmée dont il est la cible à l’école ou dans la presse. » (Éd. du Cercle de la Librairie, 1996, « Introduction », p. 7-42, p. 38 et p. 40).

53 Lettre d’Aristée à Philocrate, Éd. du Cerf, « Sources chrétiennes », 1962, II.9.

54 http://www.universalis.fr/encyclopedie/T228848/ARISTEE_LETTRE_D.htm

55 Flavius Josèphe, Justin, Irénée, Clément d’Alexandrie, George le Syncelle, George Cedrenus…

56 Épiphane (Ve s.), Des Poids et des Mesures, dans Patrologie grecque, Éd. Migne, 43, 252.

57 Ibid. L. Canfora trouve « intéressant de remarquer que la liste des auteurs recherchés par Ptolémée est une liste structurée par « genres », selon l’ordre qui sera par la suite celui de la Bibliothèque d’Alexandrie et des œuvres consacrées à la description de ses collections (les Catalogues de Callimaque, par exemple). » (op. cit., p. 14). Mais nous pensons que l’on ne saurait considérer cette énumération comme représentative de ce qui sera l’ordonnance de la bibliothèque déjà envisagée par Ptolémée II : ce n’est qu’une autre reconstruction.

58 Jean Tzetzès (XIIe s.), Prolegomena de comœdia, W. J. W Koster éd., p. 31-33 (Ma § I).

59 Kitab al-Fihris, op. cit., p. 333.

60 Ibn Khaldûn, Discours sur l’Histoire Universelle, Sindbad, 1978, p. 802.

61 Voir Luciano Canfora, Il Viaggio di Aristea, Rome, Ed. Laterza, 1996.

62 M. El-Abbadi, op. cit., p. 99.

63 Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares : les limite de l’hellénisation, Maspero, 1979.

64 L. Canfora, Il Viaggio di Aristea, op. cit., p. 18.

65 Christian Jacob, « Navigations alexandrines », Le Pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Marc Baratin et Christian Jacob éds, A. Michel, 1996, p. 51.

66 Jean Bingen, « Grecs et Égyptiens d’après PSI 502 », XIIth Intern. Congress of Papyrology (Ann Arbor, 1968), Toronto, 1970, p. 35-40. Pour lui, ce papyrus mentionnant une grève des ouvriers montre bien le fossé entre les deux cultures. Voir aussi Naphtali Lewis, Greeks in Ptolemaic Egypt, Oxford, Clarendon Press, 1986, et les travaux de Willy Peremans.

67 Joseph Mélèze-Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, A. Colin, 1991, p. 75 ; cf « Le statut des Hellènes dans l’Égypte lagide », Revue des Etudes Grecques 96, 1983, p. 241-278 ; Alexander Fuks, « Dosithéos son of Drimylos. A prosopographical note », Journal of Juristic Papyrology 7/8, 1954, p. 205-209.

68 Outre Aristée, il y eut comme auteurs Aristoboulos, philosophe conseiller de Ptolémée VI Philométor, le chronographe Démétrios (seconde moitié du IIIe siècle), le poète tragique Ezéchiēlos, l’historien Eupolémos fils de Iôannês, et un Homère hébreu, Sosatès, tous produisant des œuvres de type grec.

69 Victor A. Tcherikover en collaboration avec Alexander Fuks, Corpus Papyrorum Judaicarum, vol. I, Jerusalem/Cambridge, Magnes Press et Harvard University Press, 1957, p. 37.

70 Ernest Havet, Mémoire sur la date des écrits qui portent les noms de Bérose et Manéthon, Hachette, 1873.

71 Pline, Histoire Naturelle, 30.3-4.

72 A. Momigliano, op. cit., p. 160.

73 Marguerite Harl, La Langue de Japhet. Quinze études sur la Septante et le grec des chrétiens, Cerf/CNRS, 1992.

74 Voir aussi l’anecdote racontée par Vitruve (Ier s. av. J.-C., De architectura, VII, praf. 4- 7) à propos d’Aristarque, nommé bibliothécaire parce qu’il avait su repérer les plagiats effectués par les concurrents.

75 Pour toutes précisions, voir notre site http://www.maudbellier.fr/ (thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne le 17 novembre 2001). Pour la configuration des bibliothèques à la période classique, cf notre article « Représentations de bibliothèques de particuliers », Revue des Études Anciennes, déc. 2002, p. 329-347, également en ligne.

Table des illustrations

Légende La bibliothèque (imaginaire) d’Alexandrie Copie par M. Bellier
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/12461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Docteur ès lettres (Histoire ancienne), professeur agrégé (Lettres Classiques), personnel de direction (Paris).

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search