Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Collections : réalités et représentations

Bibliothèques et publics : brève rencontre ou grandes espérances ?

Isabel Fernandez

Texte intégral

1Il s’agit d’illustrer ici les questions que se posent actuellement les bibliothécaires, de présenter sous forme d’interrogations les débats qui secouent la profession.

2« Bibliothèques et collections », cela renvoie à la relation entre ces deux notions employées parfois de façon similaire, ambiguë (collection ou bibliothèque privée...). Mais si elles désignent toujours l’organisation d’une connaissance à travers un rassemblement volontaire ou hasardeux de livres, ces deux notions sont aussi employées de façon complémentaire : la collection au sein d’une bibliothèque, la collection documentaire dans ce lieu de service public, la collection au service de tous. En introduisant le public, nous basculons alors dans un vocabulaire spécifique, propre aux professionnels des bibliothèques. Donc, sphère privée ou sphère publique…? Pour notre part, nous n’évoquerons que les bibliothèques et les collections destinées au public.

3La relation entre bibliothèques et collections fait également référence à une construction intellectuelle. Cet intitulé pose avant tout la question centrale de la constitution d’une collection dans une bibliothèque, d’un fonds spécifique, organisé, dans un espace dédié.

4Ainsi donc, la question de la constitution des collections. À destination d’un public. « Pour » des publics. Mais pour quels publics ? C’est devenu la question centrale. Les bibliothécaires sont aujourd’hui fascinés par cette problématique, emportés qu’ils sont dans leurs recherches pour connaître, analyser « leurs » publics, toujours au pluriel, souvent marqués par un déterminant possessif. La rencontre doit immanquablement avoir lieu : le bien-fondé de toute collection n’est-il pas de répondre aux besoins documentaires ou de loisirs des lecteurs ? C’est précisément l’histoire et l’avenir de cette rencontre qui nous préoccupe ici.

5Il est un peu rapide d’affirmer que cette fascination pour l’étude des publics est un phénomène récent chez les professionnels des bibliothèques. Il conviendrait en effet d’étudier l’évolution de l’intérêt des bibliothécaires pour l’étude des publics, à travers la littérature professionnelle. Cette étude reste à mener. Pour notre part, nous nous contenterons de présenter un très rapide historique de cette évolution, notre but étant plutôt d’illustrer une intuition, peut-être faussée, mais néanmoins bien présente : la « profession » paraît désorientée, précisément par le changement de nature des publics qu’elle est censée « servir », par le sentiment de perte brutale de la connaissance des pratiques et des besoins de ces « nouveaux » publics. Les bibliothécaires, souvent de par leurs fonctions, sont particulièrement épris des nouvelles technologies, leur désorientation semble provenir non de l’évolution des moyens techniques, dont ils comprennent les enjeux, mais bien du changement de nature des publics qu’implique cette nouvelle donne technologique. Le bouleversement touche le cœur même de leurs missions.

6Ces questions, et bien d’autres, ponctueront notre intervention, articulée autour de cinq points.

La bibliothèque et son public : une rencontre longtemps ignorée

7Le bibliothécaire « de l’âge classique » (jusqu’en 1970 dirons-nous) ne s’intéressait guère au public de sa bibliothèque, tout occupé qu’il était à alimenter, à enrichir ses collections, et à constituer des catalogues. Il a fallu attendre que le libre accès se généralise, avant de voir les professionnels s’intéresser aux usages du public, aux logiques qui conduisaient ce public à utiliser, ou non, les collections constituées avec soin…

  • 1 Recherches en partie résumées dans « Bibliothèques et recherches sur la lecture : un échange fructu (...)

8Malgré tout, signalons quelques dates qui ont jalonné l’histoire de la sociologie de la lecture dans ce domaine spécifique. Car il y a eu quelques démarches, très tôt. En effet, le développement des sciences sociales dès la fin des années 1960 n’est pas étranger à l’évolution de la sociologie de la lecture et de la sociologie des pratiques culturelles, dans lesquelles s’intègrent les enquêtes pragmatiques menées sur les publics des bibliothèques. Nicole Robine, chercheuse en sociologie de la lecture, a effectué une étude sur les recherches et enquêtes réalisées en bibliothèques, dans le domaine de la lecture, entre 1995 et 20011. Selon cette sociologue, dans les années 60, l’éducation est un enjeu vital :

  • les animations en bibliothèques, techniques originellement inventées par les organismes d’éducation populaire, font leur apparition ;

    • 2 Voir Henry-Jean Martin, Livres et lecteurs à Lyon. Six enquêtes psychosociologiques en 1965-1967, L (...)

    d’autre part, ces années-là voient le lancement des premières enquêtes menées dans quelques villes (comme Lyon) afin d’améliorer l’accès des enfants au livre et à l’instruction2.

  • 3 Nicole Robine, art. cité, p. 22.

En 1974, le Service des études et recherches du ministère de la culture publie la première des quatre enquêtes intitulées « Les Pratiques culturelles des Français », mais concernant les bibliothèques, il s’agissait surtout de « savoir si les services et missions des bibliothèques étaient adaptés à l’ensemble des groupes sociaux et aux évolutions scolaires en cours »3.

9Mentionnons l’action pionnière de la Bibliothèque Publique d’Information du centre Georges Pompidou à Paris qui, dès son ouverture en 1977, met en place un service des études et de la recherche qui conduit des recherches d’évaluation des usages et des services. L’activité de ce service a été longtemps perçue comme tout à fait novatrice dans le domaine de la sociologie de la lecture appliquée aux bibliothèques. Aujourd’hui encore, son expertise est reconnue.

10À partir des années 1980, les statistiques d’inscription étaient déjà fort utiles pour souligner, face aux tutelles, l’urgence d’une rénovation, la nécessaire extension du budget d’acquisition, voire l’éventualité d’une informatisation. Le nombre d’inscrits finit même par constituer la base de calcul à partir de laquelle l’État verse chaque année, au titre du droit de prêt, deux contributions financières importantes, l’une au ministère de la culture (pour les inscrits et donc pour le nombre de prêts en bibliothèques publiques), l’autre au ministère de l’éducation et de la recherche dans le cas des Bibliothèques Universitaires.

11Ainsi, le souci, en France, de connaître le public qui fréquentait les bibliothèques reflétait très tôt différentes préoccupations que nourrissaient essentiellement les pouvoirs publics et, par ricochet, l’ensemble de la profession.

12Mais qu’est-ce qui semble si nouveau aujourd’hui ? Pourquoi cette frénésie actuelle pour étudier les publics des bibliothèques ? Certes, le but des bibliothécaires a toujours été d’attirer le public, mais il semblerait qu’un fait majeur, nouveau, vienne déplacer le centre des préoccupations de tous : le monde change, se globalise, l’information est à la portée de tous, les réseaux d’information, les réseaux de téléchargement, le « p2p » (« poste à poste »), se généralisent. Les bibliothèques, centres de ressources culturelles et d’information, devraient être au cœur de ces changements, mais elles subissent de plein fouet ces mutations sans pouvoir parfois les anticiper ou même les accepter aisément. Les besoins du public sont nouveaux, comment y répondre ?

Le risque d’une rencontre manquée

13Nous citerons ici le témoignage d’un bibliothécaire qui a créé son propre blog4 :

  • 5 Bulletin du département des études, de la prospective et des statistiques, n° 148, juin 2005 (http: (...)

Les jeunes sont les plus gros utilisateurs des réseaux de pair à pair. Près de la moitié des 15-24 ans ont déclaré avoir téléchargé au moins un fichier contre un quart des internautes âgés de 25 ans et plus (voir l’étude du ministère de la culture5).

Notons qu’il s’agit précisément du public que nous cherchons à faire venir dans les bibliothèques, et qui n’y vient pas. Cette génération sera celle […] de nos futurs usagers.

Il continue :

C’est dire l’importance du phénomène et les questions posées aux bibliothèques par rapport à leurs offres audiovisuelles. Il faut réaliser que pour toute cette génération (à laquelle j’appartiens), une offre gigantesque est à deux clics de souris […] ! J’[insiste] sur la réalité des pratiques des internautes car beaucoup de professionnels des bibliothèques que je rencontre ne mesurent pas l’ampleur du phénomène. […] Il s’agit de pratiques très largement répandues, […] fortement identitaires et revendiquées comme telles.

14Ce témoignage nous inspire la réflexion suivante : l’offre de contenu sur les réseaux semble incommensurable. L’internaute sélectionne, se sert, parfois illégalement... Que représentent la bibliothèque et ses collections pour un consommateur de ce type ? La notion de collection même semble dépassée… Autre façon de poser la question : comment retenir un public qui s’éloigne ? Mais s’éloigne-t-il vraiment, est-il jamais venu ?

  • 6 Un numéro du Bulletin des Bibliothèques de France (t. 51, n° 6, 2006) propose un dossier très compl (...)

15Ces questions expriment les inquiétudes liées aux nouvelles pratiques de la population qui semble nourrir des désirs de consommation culturelle que les bibliothèques sont loin de pouvoir exaucer. La majorité des professionnels répondent : « à moins que les bibliothèques ne proposent des collections, des services différents, électroniques, virtuels, en ligne, à distance… »6.

Et si on se rencontrait sur la toile ?

16Voici comment débutent les conclusions d’un groupe de travail sur les services de renseignements à distance dans les bibliothèques, à la conférence de l’IFLA (International Federation of Library Associations) qui s’est tenue au mois d’août 2005 à Oslo :

L’utilisation grandissante des ressources électroniques, et les aptitudes de plus en plus autonomes d’usagers de base qui font appel à des outils électroniques pour trouver des réponses satisfaisantes à leurs questions, ont été des facteurs qui ont contribué drastiquement au déclin dans l’utilisation des services de référence en face à face dans les bibliothèques. [Celles-ci] doivent donc profiter des nouvelles technologies pour atteindre et rendre service à ce nombre croissant d’usagers de base qui ne choisira pas, en premier lieu, d’aller dans une bibliothèque […]. Une façon d’atteindre ce type d’usager serait de lui proposer un service de discussion en ligne (chat) en temps réel, pour aller à la rencontre de ses besoins […].7

Et c’est bien ce que font les bibliothèques en France depuis un certain nombre d’années : les forums, blogs, wikis, fils RSS, zone wifi, prêt de musique en ligne, services de renseignement à distance, bases de connaissance en ligne sont les derniers services en date que proposent les bibliothèques.

17Et l’imprimé, me direz-vous ? Où sont les collections ? Le glissement est net. Les collections disparaîtraient-elles au profit des services ? Pas tout à fait. À côté des collections imprimées consultables sur place, la bibliothèque s’enrichit aussi de collections virtuelles, consultables à distance : textes, images ou sons numérisés deviennent obligatoires. Car on considère que le public veut consulter depuis chez lui. La dématérialisation des fonds semble acquise.

18Serait-on passé soudain d’une profession clairement orientée « collections » à une profession orientée « clients » ? Ou bien, pour rester dans la nuance, les collections, les fonds documentaires demeurant centraux dans les préoccupations des bibliothécaires, ces fonds se construiraient-ils en fonction des nouveaux publics à desservir ? En fonction des logiques d’usages difficilement repérables à travers la multiplicité des publics, des besoins, à travers la multiplicité des supports ? La sempiternelle question d’un équilibre à respecter entre l’offre et la demande ne se pose même plus. Il ne s’agit plus de cela : la question est de savoir « quelles collections, quels services peut offrir la bibliothèque aujourd’hui à un public volatile, virtuel ? ». Comme nous le rappelle notre blogueur, un tel public remet en cause la notion même de collection.

La bibliothèque désertée : mythe ou réalité ?

19Que disent les chiffres, les statistiques nationales ? Les bibliothèques sont-elles désertées ? Les données seraient-elles aussi catastrophiques ?

  • 8 Étude confiée par la Direction du livre et de la lecture du ministère de la culture à la BPI et réa (...)

20Un débat houleux relatif à la hausse ou à la baisse de la fréquentation des bibliothèques publiques est né à la BPI, le 23 mai 2006, lors de la présentation d’une étude8 intitulée « Fréquentation, usages et images des bibliothèques municipales en 2005 ».

21Selon Bruno Maresca, l’auteur de cette étude,

  • la fréquentation des bibliothèques publiques a doublé depuis 1989 ;

  • 72 % des Français de 15 ans et plus auraient déjà eu l’occasion de fréquenter une bibliothèque publique. En dépit du développement d’Internet, le livre conserverait une place de premier rang et le nombre de lecteurs aurait cessé de décroître ;

  • la bibliothèque « a aujourd’hui l’image d’un lieu culturel familier, dans la proximité immédiate du lieu de résidence » ;

  • enfin, « Si le rythme de croissance du nombre des usagers se poursuit au même rythme qu’entre 1990 et aujourd’hui, la part de la population allant en bibliothèque […] pourrait atteindre 50 % à l’horizon 2010. Ce [qui] rattraperait le retard de la France par rapport à des pays européens comme la Grande-Bretagne et les pays scandinaves ».

Ainsi, alors que les statistiques nationales de la Direction du Livre et de la Lecture du ministère de la culture9 indiquaient depuis trois années consécutives une baisse des inscrits en bibliothèque10, le CREDOC annonce une hausse de la fréquentation et de l’usage. « Triomphalisme exagéré du CREDOC ! » s’écrient certains collègues. Sur 100 Français de plus de 15 ans, 25 se déclareraient inscrits ? Selon l’INSEE, 49 millions de personnes ont plus de 15 ans, or 25 % de 49 millions cela fait 12 millions de personnes ! Où sont-elles ?

22Au-delà des désaccords liés aux méthodes de calcul et à l’objet d’étude même de ces enquêtes menées de façon fort différente, le débat s’est amplifié, jusqu’à poser les questions les plus centrales : si la bibliothèque est réellement devenue « l’image d’un lieu culturel familier », peut-on s’en satisfaire ? demande Thierry Giappiconi, responsable de la bibliothèque municipale de Fresnes, dont l’intervention est consultable sur Débatvirtuel11.

23T. Giappiconi veut aller plus loin, évaluer les effets de la politique de développement des bibliothèques sur la politique sociale locale, leur rôle dans la lutte contre l’échec scolaire, dans les progrès réalisés en matière d’insertion sociale ou de formation pour les adultes. Nous en revenons au rôle éducatif et social de la bibliothèque des années 1960. Mais après tout, pourquoi pas ? Personne n’a jamais vraiment su mesurer l’impact des bibliothèques dans ce domaine, du moins en France.

24Dans un article publié récemment, Bertrand Calenge, responsable du département « Évaluation prospective » à la bibliothèque municipale de Lyon, proclame qu’il faut procéder à la « requalification du champ de la bibliothèque » :

  • 12 Bertand Calenge, « Du comment au pourquoi : connaître les publics de la bibliothèque municipale de (...)

Considérer le public de la bibliothèque conduit naturellement à s’intéresser à la population présente dans les murs. Mais comment la bibliothèque s’inscrit-elle dans la ville et dans l’univers informatif et culturel de la population ? Les bibliothèques physiques se trouvent aujourd’hui en situation de concurrence informative, culturelle et de loisirs […]. La place de la bibliothèque dans ces réseaux multiples n’est rien moins qu’évidente et il apparaît clairement que cette place est définie par la population elle-même, plus que par le statut institutionnel ou historique de la bibliothèque.12

La BmL a procédé en 2006 à des enquêtes de population. Les résultats sont surprenants : 45 % de la population adulte sont entrés dans une des bibliothèques du réseau de l’agglomération lyonnaise, dans les six mois précédant l’enquête, alors que la bibliothèque ne compte que 15 % d’inscrits dans cette population. Ainsi, souligne B. Calenge, si seuls 15 % d’une population sont officiellement inscrits, alors que 45 % de cette population fréquentent les locaux de la bibliothèque, qu’y fait le 1/3 de la population effectivement fréquentante, bien que non inscrite et non emprunteuse ? On constate que les usages non emprunteurs deviennent largement majoritaires.

25À la BmL, un deuxième axe commence à être défriché, celui de l’étude des populations segmentées : adolescents (2006), personnes âgées (en cours 2006-2007). Selon un double point de vue : établir une étude marketing hors la bibliothèque, et, de façon complémentaire, procéder à l’analyse des pratiques et usages constatés au sein de la bibliothèque.

26Que nous apprennent les chiffres recueillis hors de France ?

27En Grande-Bretagne, The Library and Information Statistics Unit a publié en octobre 2006 une étude sur l’évolution des données statistiques relatives aux bibliothèques publiques et académiques britanniques, de 1995 à 200513. Si la fréquentation générale des 3 000 bibliothèques publiques britanniques a baissé de 13 % en 10 ans (1995-2005), elle progresse pourtant depuis l’an 2000 : 48 % de la population adulte chaque année fréquente ces bibliothèques, cette population étant attirée en grande partie par les services Internet disponibles dans 97 % des bibliothèques locales. Mais de moins en moins de livres sont empruntés… (il faut dire qu’entre 1995 et 2005, l’acquisition de livres a globalement diminué de 38 %).

  • 14 Voir « Framework for the Future : Libraries, Learning and Information in the Next Decade », Museums (...)

28En Grande-Bretagne, face à la question du public absent qu’il convient d’atteindre, la réponse, depuis quelques années, est politique et sociale, différente de l’approche française : il s’agit de rapprocher toujours plus ce lieu culturel de la population qu’il doit desservir (la notion de « community » est très importante). Par exemple, viser délibérément les minorités ethniques, ou bien répondre aux besoins d’information du citoyen dans les domaines social, médical, fiscal, etc. En 2006, le programme du gouvernement en la matière est clair, les bibliothèques doivent participer aux politiques de santé, d’éducation et à la lutte contre l’exclusion sociale14.

  • 15 http://www.ideastore.co.uk/
  • 16 http://www.ideastore.co.uk/index/PID/52

29Les principes d’acquisition définis par les bibliothécaires doivent suivre étroitement les besoins spécifiques identifiés, l’offre tend à talonner au plus près la demande. Aujourd’hui la tendance au Royaume-Uni est de ne pas prononcer le mot même de « library » qui peut faire peur. Sont créés des « Idea Stores »15, bâtiments nouveaux, clairs, situés dans des quartiers commerçants très fréquentés ; ils offrent les mêmes services que ceux proposés par les bibliothèques traditionnelles : prêt de livres, DVD, CD. Neuf sont déjà créés, trois sont à venir. Celui de Whitechapel16, dans le nord de Londres, ouvert en septembre 2005, propose un café, l’accès gratuit à Internet, un espace d’auto apprentissage, des salles de cours, une crèche pour les enfants des apprenants, des salles de danse, etc. Ouvert 7 jours sur 7, l’espace remporte beaucoup de succès.

30En France, le bibliothécaire multiplie les tentatives de rapprochement vers les populations à travers le développement des services à distance. Mais fondamentalement les missions ne changent pas ; voici l’exposé des missions de la BmL :

Donner accès, facilement et au plus grand nombre, à l’essentiel de la production éditoriale française et étrangère (sur tous supports, dans tous les domaines) et promouvoir celle-ci.

  • 17 http://www.bm-lyon.fr/accueil/organisation-BML/missions.htm

L’amélioration de l’accès passe par le développement et la mise en réseau de services de proximité ; par la prise en compte de tous les publics (enfants, adolescents, étudiants, actifs, personnes âgées, personnes en recherche de réinsertion, etc…) ; par une offre documentaire privilégiant la qualité […] ; par un travail professionnel d’orientation et de conseil.17

31Au contraire, au Royaume-Uni, ce sont les missions et la définition même du lieu physique qui se trouvent bouleversées, même si les produits en ligne sont également de plus en plus proposés ; après une enquête menée auprès de la population locale, les conclusions s’imposaient pour les responsables du Council de Tower Hamlet : la bibliothèque existante de Whitechapel devait se moderniser, accueillir le public en centre ville, rester ouverte 7 jours sur 7, mais aussi se doter d’un centre de formation permanente pour adultes. Enfin, l’orientation « clients » des services est très clairement énoncée.

La collection numérisée, l’écran et le lecteur : la rencontre triangulaire

32Qu’en est-il des collections numérisées elles-mêmes ? Quelle place ont-elles dans les bibliothèques à ce jour ? De quelle nature est la relation qui s’établit entre ces documents en ligne et le public de la bibliothèque ? Sur ces sujets, il y a explosion de communications, d’articles, de déclarations et d’études.

33La BnF, encore très récemment, organisait les 7 et 8 décembre 2006 le quatrième entretien de la BnF intitulé « Numérique et bibliothèques : le deuxième choc ». Ce colloque est ainsi présenté :

  • 18 Voir http://www.addnb.fr/IMG/_article_PDF/article_283.pdf

Au cours des vingt dernières années du XXe siècle, les bibliothèques ont vécu un premier choc lié à l’introduction des technologies numériques : l’informatisation des catalogues, les premiers chantiers de numérisation ont bénéficié d’une visibilité et d’un usage démultipliés grâce à la mise en ligne sur la Toile de ces nouvelles ressources. Voici désormais venu le temps de la numérisation de masse, de la dématérialisation généralisée des documents, de la multiplication des métadonnées, de l’émergence des accès collaboratifs et communautaires. C’est bien d’un « deuxième choc » qu’il s’agit pour les bibliothèques, qui voient leurs activités profondément modifiées par l’impact considérable de cette nouvelle étape de l’âge numérique.18

  • 19 Voir le communiqué de presse de la Commission européenne daté du 25 août 2006, « La Commission invi (...)
  • 20 Voir « Lecture numérique : réalités, enjeux et prospectives, comment on lit le texte numérique », C (...)

34Au-delà des grands projets du type « Bibliothèque numérique européenne » (BnuE), depuis peu dénommée Europeana, qui a pour but de « mettre en place des services de numérisation à grande échelle, afin d’accélérer la mise en ligne du patrimoine culturel européen »19, projet lui-même soutenu par « i2010 », le projet phare de la Commission européenne qui a pour objectif de numériser 2 millions d’œuvres d’ici à 2008 ; au-delà d’un autre projet de la Commission, le plan d’action e-Europe qui concerne le patrimoine cinématographique ; au-delà du nécessaire travail à entreprendre sur la transparence et la clarification du statut des œuvres au regard du droit d’auteur qu’engendrent ces chantiers qui pour l’instant s’attachent à numériser les œuvres du domaine public, se pose le problème de la lecture numérique20.

35Une collection numérique constituée à des fins de recherche, cela s’entend aisément, les moteurs de recherche et autres outils de navigation pouvant proposer de multiples possibilités aux chercheurs. Mais qu’en est-il du support numérique en tant que support de lecture ? Dans le cadre d’une lecture de loisir, par exemple ?

36Du point de vue technique, deux axes très différents semblent se présenter : d’une part la lecture sur écran proprement dite, d’autre part, l’écran de la lecture, c’est-à-dire l’e-book qui a connu depuis 2000 (Salon du livre de Paris) un grand nombre d’avatars économiques et techniques et dont la diffusion aujourd’hui est très confidentielle. Elle semble aujourd’hui relancée grâce à l’apparition très récente du papier électronique (e-paper).

37Pourquoi cette insatisfaction des usagers par rapport à la lecture sur écran ? Ne devrait-on pas en revenir à une conception du livre sous forme de volumen et non de codex, pour une pratique de lecture adaptée ? Par ailleurs, la notion de réticence à la lecture devrait mieux s’analyser. Ce qui revient à s’interroger sur l’émergence de nouveaux comportements liés au développement de la lecture sur écran. Nous disposons de très peu d’informations sur ce sujet.

  • 21 Ziming Liu, « Reading behavior in the digital environment : changes in reading behavior over the pa (...)

38Un article publié en janvier 2005 dans le Journal of Documentation21 rend compte d’une enquête qui a porté en 2003 sur un échantillon de 113 personnes âgées de 30 à 45 ans.

39Il apporte un certain nombre d’éléments nouveaux sur ces évolutions :

  • le temps de lecture augmente dans un environnement numérique ;

  • la lecture est non linéaire et plus sélective (navigation, feuilletage, prélèvement des mots clés) ;

  • la fragmentation des activités (courriels, feuilletage, etc.) s’accompagne d’un relâchement de l’attention ;

  • on constate beaucoup moins de pratiques d’annotation et de surlignement que dans le cadre de la lecture classique du livre imprimé ;

  • on relève aussi le recours massif à l’impression pour une lecture approfondie ;

  • il y aurait donc complémentarité entre les deux médias : lecture approfondie/lecture sélective.

40Ces résultats en tout cas indiquent que les pratiques de lecture numérique ne sont pas passées dans l’usage courant. Le seront-elles un jour ? Peut-être l’avènement du papier électronique, ou de l’encre électronique, viendra-t-il compenser ces difficultés ?

  • 22 http://semioweb.msh-paris.fr/AAR/FR/video.asp?id=77&ress=418&video=41067&format=22, enregistrement (...)

41Nous souhaiterions interroger pour conclure un spécialiste de l’histoire du livre, Roger Chartier, qui a touché au plus près à l’essence même du texte électronique, et qui a su percevoir avec acuité, et cela dès 2002, les nouvelles fonctions que doit assurer une bibliothèque offrant l’accès aux collections numériques. Selon lui, d’après un entretien intitulé « Histoire du livre et textualité électronique. L’institution de la bibliothèque dans l’ère électronique : comment construire un “espace public” électronique ? », consultable sur le site « Les Archives audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales »22, la bibliothèque doit relever trois défis :

  • elle doit être le lieu de conservation des discours dans leurs formes successives : imprimée, microfilmée, numérisée. La bibliothèque revêt ainsi une fonction de préservation, de communication et d’explicitation des textes. La bibliothèque a cette fonction de rappeler aux jeunes lecteurs des pays développés qui connaissent essentiellement le monde de l’écran qu’il existe des originaux imprimés ;

  • la bibliothèque est le lieu de l’apprentissage du mode électronique (avec l’école, mais l’école ne peut pas tout), elle doit donner au lecteur les clés qui lui permettront de hiérarchiser l’information offerte sur les écrans. Car il n’y a pas d’immédiateté avec le texte numérique, ni de principe de hiérarchisation, puisqu’il y a oblitération de l’ordre des discours ;

  • la lecture devant un écran est aussi une lecture de l’isolement, le lecteur est seul face à son écran, dans son individualité. La bibliothèque se propose en revanche d’être le lieu de la parole échangée autour du livre, du texte écrit.

42Chaque bibliothèque, conclut R. Chartier, devrait avoir un correspondant pour chacune de ces trois fonctions, la conservation, l’apprentissage et la sociabilité.

43Ce qui est frappant dans cette analyse c’est l’absence d’une conception « virtuelle » de la bibliothèque. D’une bibliothèque à distance où le livre imprimé n’aurait pas de place, où le public lui-même serait insaisissable. Pour R. Chartier, le public d’une bibliothèque n’est pas virtuel, il est toujours dans les générations à venir, il attend.

Notes

1 Recherches en partie résumées dans « Bibliothèques et recherches sur la lecture : un échange fructueux, 1955-2001 », Bulletin des Bibliothèques de France, t. 46, n° 4, 2001, p. 19-25.

2 Voir Henry-Jean Martin, Livres et lecteurs à Lyon. Six enquêtes psychosociologiques en 1965-1967, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968.

3 Nicole Robine, art. cité, p. 22.

4 http://bibliobsession.free.fr/dotclear/index.php?2006/10/26/110-p2p-musique-drm-et-bibliothequesitheque-et-consorts-a-l-affut

5 Bulletin du département des études, de la prospective et des statistiques, n° 148, juin 2005 (http://www.culture.gouv.fr/culture/editions/r-devc/dc148.pdf).

6 Un numéro du Bulletin des Bibliothèques de France (t. 51, n° 6, 2006) propose un dossier très complet intitulé « Connaître les publics : enquêtes et statistiques » ; Chroniques, le bulletin mensuel d’information professionnelle publié par la Bibliothèque nationale de France – en ligne également http://chroniques.bnf.fr/ – présente lui aussi dans son numéro de déc. 2006-fév. 2007 un dossier sur les publics de la BnF : « 10 ans déjà ! Côté publics ».

7 Voir http://www.ifla.org/IV/ifla71/papers/029f_trans-Lunneborg_Mariner.pdf

8 Étude confiée par la Direction du livre et de la lecture du ministère de la culture à la BPI et réalisée par le CREDOC (Centre de Recherches pour l’Étude et l’Observation des Conditions de vie), http://www.credoc.fr/pdf/4p/193.pdf

9 http://www.admi.net/jo/20061025/MCCD0600768A.html

10 Données du Ministère de la culture : 2006 : 6 586 406 inscrits en bibliothèques publiques, 1 237 610 en BU (à comparer avec : 2003 : 6 930 148, 1 253 460 ; 2004 : 6 892 073, 1 242 213 ; 2005 : 6 868 226, 1 263 646).

11 Débatvirtuel (http://debatvirtuel.bpi.fr/), site animé par le Pôle Action culturelle et communication de la BPI.

12 Bertand Calenge, « Du comment au pourquoi : connaître les publics de la bibliothèque municipale de Lyon », Bulletin des Bibliothèques de France, 2006, n° 6, p. 49. Voir le texte intégral de l’article : http://bbf.enssib.fr/sdx/BBF/frontoffice/2006/06/imprimerDocument.xsp?id=bbf-2006-06-0047-009/2006/06/fam-dossier/dossier

13 (http://www.lboro.ac.uk/departments/ls/lisu/downloads/als06.pdf). Public libraries only : http://www.lboro.ac.uk/departments/dils/lisu/downloads/als06-S2-p9-117.pdf

14 Voir « Framework for the Future : Libraries, Learning and Information in the Next Decade », Museums, Libraries and Archives Council, mai 2006 (http://www.culture.gov.uk/NR/rdonlyres/32CEF585-20BF-4677-9410-3CEC7705C2A6/0/Framework_for_the_Future1.pdf).

15 http://www.ideastore.co.uk/

16 http://www.ideastore.co.uk/index/PID/52

17 http://www.bm-lyon.fr/accueil/organisation-BML/missions.htm

18 Voir http://www.addnb.fr/IMG/_article_PDF/article_283.pdf

19 Voir le communiqué de presse de la Commission européenne daté du 25 août 2006, « La Commission invite les États membres à contribuer à la bibliothèque numérique européenne » (http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/06/ 1124 & format=HTML & aged=0 & language=FR & guiLanguage=en).

20 Voir « Lecture numérique : réalités, enjeux et prospectives, comment on lit le texte numérique », Claire Bélisle éd., Presses de l’ENSSIB, 2004.

21 Ziming Liu, « Reading behavior in the digital environment : changes in reading behavior over the past ten years », Journal of Documentation, janv. 2005, vol. 61, n° 6, p. 700-712.

22 http://semioweb.msh-paris.fr/AAR/FR/video.asp?id=77&ress=418&video=41067&format=22, enregistrement vidéo, Vendredi 8 Novembre 2002, Maison des Sciences de l’Homme (2h 06mn 12s).

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, bibliothèque du Parlement Européen (Bruxelles).

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search