Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Collections : réalités et représentations

Création des sections pour enfants et sélections pour « l’heure du conte » dans les bibliothèques françaises

Alain Chiron

Texte intégral

1Il s’agit ici d’étudier les conditions de la création des premières bibliothèques pour enfants pendant l’entre-deux-guerres en France, et d’observer le développement de l’univers professionnel nouveau qui leur est attaché. Cet univers qui se crée a des retombées sur la production de livres pour la jeunesse : il permettra progressivement de constituer des collections originales de livres pour les sections « jeunesse », avec des outils nouveaux. Les ouvrages choisis reflèteront une nouvelle conception du rôle du livre dans le développement de la personnalité de l’enfant, c’est pourquoi nous nous intéresserons aux récits proposés pour « l’heure du conte ».

  • 1 Guy Baudin, « Origine et développement des bibliothèques publiques pour la jeunesse », Médiathèques (...)

2Dès avant 1914, les bibliothèques pour enfants étaient nombreuses aux États-Unis ; leur création s’était accomplie dans les milieux protestants. Alors que parents et teenagers suivaient le culte au temple chaque dimanche, une monitrice occupait dans une partie annexe les plus jeunes, en consolidant leur savoir scolaire, et en les faisant lire à haute voix des extraits adaptés de la Bible. Elle mettait aussi à leur disposition des ouvrages de littérature de jeunesse dont elle organisait le prêt à domicile. On a d’ailleurs donné le nom de Sunday School Library aux créations confessionnelles de bibliothèques pour enfants. On peut faire remonter à 1803 la création de la première bibliothèque pour enfants à Salisbury dans le Connecticut, à l’initiative du pédagogue Caleb Bingham : elle s’adressait aux jeunes de 9 à 16 ans, et ouvrit avec 150 volumes. Dans les années 1820, suivent les ouvertures de ces mêmes institutions à Philadelphie et Peterborough dans le New Hampshire, pour cette dernière sous l’impulsion du révérend Abiel Abott. Aux États-Unis comme en Angleterre, les créations de sections enfantines dans les bibliothèques municipales se font ultérieurement, pendant la période 1860-18701. Le livre apparaît ainsi dans les milieux populaires américains comme un instrument de plaisir pour l’enfant, il devient un prétexte à des échanges verbaux sur son contenu entre les jeunes et un adulte ainsi qu’entre les enfants.

3Or les œuvres américaines qui aident à la reconstruction des régions dévastées de la Belgique et du Nord de la France après la première guerre mondiale pointent l’absence de sections enfantines dans les bibliothèques municipales. C’est qu’en France, c’est l’école qui joue le rôle de diffuseur de la littérature de jeunesse depuis que, en 1862, le ministre Gustave Rouland a rendu obligatoire dans chaque école primaire la constitution d’une bibliothèque scolaire, d’ailleurs ouverte aux anciens élèves et aux adultes de la commune. Ces œuvres américaines vont donc se donner pour mission de combler ce manque.

Les bibliothèques du CARD

4Des quatorze départements occupés par l’armée allemande durant la Grande Guerre, les Ardennes sont le seul à l’être entièrement entre septembre 1914 et octobre 1918, le sud et le centre étant libérés dans l’espace des six dernières semaines de la guerre. L’Aisne est également entièrement occupée entre le premier et le sept septembre 1914, mais la victoire de la Marne, le 10 septembre, permet de ramener le front au nord de La Ferté-Milon (patrie de Racine) et au sud de Soissons. Dans une grande proportion, le département reste sous la botte germanique jusqu’au retrait stratégique allemand effectué entre mars et avril 1917 sur la ligne dite d’Hindenburg ; celui-ci se traduit par une politique de la terre brûlée qui touche un espace compris entre Soissons et Saint-Quentin. La tragique offensive Nivelle, qui suit immédiatement ce repli, reste dans les mémoires par la Chanson de Craonne, village au sud de Laon. Enfin, l’Aisne prend de plein fouet la dernière offensive allemande de mars 1918 : au lendemain de la Première Guerre mondiale, c’est donc le département le plus totalement dévasté (une destruction évaluée aux environs de 90 %) qui se présente aux observateurs.

  • 2 Le décès de son père, le financier J. Pierpont Morgan, a fait d’elle en 1913 l’héritière de trois m (...)
  • 3 Il avait prêté 750 millions de francs au nouveau gouvernement républicain, et facilité le transfert (...)

5Pendant ce temps, aux États-Unis, où la culture associative féminine est déjà active, Anne Tracy Morgan2, petite-fille du banquier Junius S. Morgan qui avait déjà aidé à la reconstruction française après 18703, constitue (en 1917) un comité de femmes américaines, l’American Fund for French Wounded (FFWD), dont elle devient la trésorière, pour aider les populations françaises, notamment dans la reconstitution ou la création de bibliothèques. Car

  • 4 Nicole Fouché, « Anne Morgan, la lecture publique et la France : le lent cheminement d’une influenc (...)

le livre est alors conçu, aux États-Unis, comme l’outil par excellence de l’unification et de la promotion sociale. Cette démarche américaine de « lecture publique », cette aspiration à la démocratisation des connaissances par la lecture, est aussi, à l’époque, liée à l’idée que l’entente des peuples, voire la paix entre les nations, dépendent très majoritairement du partage des connaissances, autant de concepts qui s’imposent de manière éclatante à la pacifiste Anne Morgan lorsqu’elle se prépare à débarquer en France, afin d’y valoriser et d’y développer l’expérience et le savoir-faire américains.4

  • 5 Au lendemain du premier conflit mondial, elle acheta une propriété à Versailles ; son grand-père vi (...)
  • 6 Évelyne Dieblot, « La philanthropie féminine américaine face à la guerre : l’exemple du CARD », Des (...)

6En juin 1917, Philippe Pétain, qui vient de faire face aux mutineries, installe les Américaines du FFWD dans des baraques en bois financées par l’œuvre américaine, autour du château de Blérancourt (Aisne), en partie en ruines ; il avait appartenu aux ducs de Gesvres, qui avaient pour emblème un griffon. Ces femmes annoncent auprès des populations l’arrivée prochaine des troupes américaines (elles ne seront opérationnelles qu’à partir de 1918). La section civile du FFWD se transforme en « Comité Américain pour les Régions Dévastées » (CARD) en mars 1918, et adopte le griffon comme signe de reconnaissance. Parmi les trois cent cinquante femmes de cette association qui sont venues en France, on retiendra les noms, outre d’Anne Morgan5, d’Anne Murray Dike, d’origine canadienne, à qui est dédié un monument à Blérancourt ; de Marian Bartol, marraine du village de Saint-Paul-aux-Bois ; de Barbara Allen, Rose Dolan, Caroline Duer, Miriam Blagden, Margarett W. Stevenson et Florence Wright6 ; toutes portent l’uniforme bleu horizon de l’armée française. Durant la Grande guerre, ce sont 5 000 000 dollars en soutien médical, nourriture, reconstruction et réhabilitation de terres cultivables que l’association d’Anne Morgan offre au nord de la France.

7Le CARD, contrairement à la majorité des œuvres liées à la guerre, décide de poursuivre son action au-delà de l’Armistice. Fin 1918, d’une part une trentaine d’écoles des départements sinistrés sont dotées d’un lot de 25 livres, dont l’achat a été financé par des fonds collectés par des bibliothécaires de Chicago ; d’autre part un premier colis de livres de jeunesse arrive de la bibliothèque publique de New York pour la bibliothèque installée à Boulay-Thierry.

8Le CARD avait fait venir cinq bibliothécaires américaines dont Jessie Carson, attachée au service des bibliothèques enfantines de la bibliothèque publique de New York, et Miss O’Connor qui organise puis dirige la Bibliothèque Municipale de Soissons. Les bibliothécaires américaines forment des assistantes françaises, dont Victorine Vérine et Alice Montillet. En avril 1919, à Vic-sur-Aisne, une pièce dans les bâtiments du CARD est transformée en coin-bibliothèque pour accueillir une fois par semaine les enfants. Au printemps 1920, des baraques sont construites pour servir de bibliothèque (avec une salle adulte et une salle jeunesse), et ouvrent successivement des bibliothèques à Blérancourt (mai 1920), dans le château, à Anizy et à Vic-sur-Seine (octobre 1920), à Coucy (décembre 1920) et à Soissons (1921). Voici le souvenir qu’elles laissent à une future bibliothécaire de l’Heure joyeuse, la première bibliothèque parisienne uniquement destinée aux enfants (ouverte en novembre 1924) :

  • 7 Marguerite Gruny, « L’époque des pionniers », La Revue des livres pour enfants, automne 1986, n° 10 (...)

elles se présentaient alors dans leur baraquement de planches, avec leurs tables rondes ou rectangulaires en bois verni, mobilier classique des bibliothèques d’outre-Atlantique au début du siècle.7

Précisons que des meubles spéciaux pour les bibliothèques à destination des enfants sont construits dans les ateliers du Card.

9La bibliothèque du CARD fusionnera très rapidement avec la BM à Soissons, et les nouveaux locaux communs se situeront dans le cloître réaménagé de l’église Saint-Léger. Victorine Vérine en prend la direction, assistée par six personnes, chiffre énorme à l’époque pour n’importe quelle bibliothèque de ville de province. Cette réalisation avec sa section jeunesse très dynamique sert de référence et permet de faire avancer la création d’une nouvelle bibliothèque à Paris, qui proposera deux sections (l’une pour les adultes, l’autre pour les enfants). La bibliothèque du 4 de la rue Fressard est inaugurée le 2 novembre 1922, elle jouxte une école : les participants au congrès international des bibliothécaires qui se tient à Paris en avril 1923 passent un après-midi à la visiter.

10D’autre part, Jessie Carson est à l’origine de la fondation du « Comité français pour la bibliothèque moderne », présidé par l’académicien André Chevrillon : Mrs Griffiths, veuve d’un consul, en est la présidente, sa secrétaire est Claire Huchet, Française qui avait séjourné aux États-Unis où elle avait fait des études d’éducatrice (elle sera la première directrice de l’Heure joyeuse). Ce comité est soutenu par Ernest Coyecque, inspecteur des bibliothèques municipales de Paris. L’année suivante, l’Heure joyeuse est inaugurée rue Boutebrie, dans le Ve arrondissement.

11Dans toutes ces bibliothèques de l’entre-deux-guerres (et la pratique perdurera encore jusque dans les années soixante), le livre pour enfants s’adresse à des lecteurs en formation, mais ayant déjà acquis au moins le déchiffrage ; ainsi pour s’inscrire il faut souvent avoir au moins six ans, et à la bibliothèque de l’Heure joyeuse, il faut que le jeune futur lecteur marque seul son nom sur un registre. Une grande nouveauté est la mixité, car à l’époque garçons et filles vivaient séparés, tant à l’école que dans les patronages. Les jeunes lectrices sont toujours moins nombreuses que les jeunes lecteurs, moins par la peur qu’ont les parents de cette proximité des sexes, que par le fait qu’on confie encore beaucoup de travaux ménagers aux filles. Alors que dans les campagnes françaises de l’époque, les adultes se rendent (d’ailleurs difficilement) à la bibliothèque scolaire pour emprunter des livres qui les concernent, avec les bibliothèques spécialisées pour la jeunesse et les sections enfantines des bibliothèques municipales, on crée une familiarisation des enfants avec le monde des bibliothèques modernes pour adultes.

12Au bout de deux ans, les bibliothèques du CARD ont 4 000 lecteurs inscrits, adultes ou enfants. Noé Richter pointe les nouveautés qu’apportent aux lecteurs ces nouvelles bibliothèques comportant une section adulte et une section jeunesse :

  • 8 Eugène Morel fut le premier à l’introduire, un peu après 1920, à la bibliothèque municipale de Leva (...)
  • 9 Noé Richter, La Lecture publique en France, Le Mans, Bibliothèque universitaire du Maine, 1979, p.  (...)

Cette bibliothèque aux fonctions multiples, ouverte aux publics de tout âge et de tous niveaux, leur est apparue remarquable par son rejet de la directivité. On n’y pratique plus l’encadrement du lecteur comme dans les bibliothèques populaires françaises. L’usager se promène le long des rayons, bouquine, se sert lui-même. Un classement nouveau en France, le classement décimal8, rend possible cet accès au livre, qui est facilité par un catalogue un peu insolite : ce n’est plus une liste éditée à intervalles plus ou moins rapprochés, jamais complète, où les livres sont répartis selon des catégories plus ou moins grossières où on les trouve dans l’ordre alphabétique des auteurs. C’est un catalogue sur fiches, régulièrement tenu à jour, où, dans un ordre alphabétique unique, on peut trouver un même ouvrage à son auteur, à un titre, à un sujet. La bibliothèque prête tous ses livres, mais elle n’utilise plus le beau registre où l’on calligraphie soigneusement les noms des emprunteurs et les titres des livres empruntés sous la date du jour écrite à la plume ronde. La bibliothèque utilise un système plus expéditif, importé d’Amérique, qui utilise des cartes insérées dans les livres. Comme dans les vieilles bibliothèques populaires, il y a parfois des conférences et des lectures pour adultes, mais la bibliothèque semble s’intéresser beaucoup plus aux enfants pour lesquels elle organise régulièrement une « heure du conte ». La bibliothèque, enfin, n’attend pas que le lecteur vienne à elle, elle va devant lui en pratiquant la « réclame », au moyen d’affiches et prospectus.9

Elles offrent ainsi un espace nouveau où les enfants peuvent feuilleter les livres pour décider de ceux qu’ils emprunteront : on finit de passer d’une pratique où les adultes choisissaient rapidement avec leur enfant un livre à une sélection faite de façon autonome par le jeune lecteur.

  • 10 L’idée d’une bibliothèque circulante est déjà développée en 1883 par un instituteur de l’Aube, pour (...)
  • 11 Jules Lemaître, « Le bibliobus », Bulletin de l’Association des Bibliothécaires Français, n° 1, 193 (...)

13De chacune des bibliothèques du CARD partent des camions pour sillonner les campagnes voisines. Victorine Vérine, directrice de la BM de Soissons, crée en 1931 l’association « La bibliothèque circulante », et obtient en 1933 le financement par le Conseil général de l’Aisne de l’achat d’un bibliobus fabriqué par la firme Hotchkiss. Ce véhicule s’inspire des conceptions d’Henri Lemaître, qui avait présenté au stand de l’Association des Bibliothécaires Français, lors de l’exposition coloniale de 1931, un prototype10 réalisé par la firme Renault. Ce sont les instituteurs des écoles des villages qui assurent la gestion du prêt des livres. Là encore l’innovation est venue des États-Unis, puisque c’est en 1905, à Hagerstown dans le Maryland, qu’a été construit le premier bibliobus11 ; avant 1914, cet usage est déjà fort répandu tant aux États-Unis qu’en Angleterre.

  • 12 « Plus d’espace pour les relations franco-américaines », L’Aisne, mai-juin 2007, p. 19.

14À l’occasion de la tenue de l’exposition Reconstruction de la Picardie, de septembre 2000 à janvier 2001 au château de Blérancourt, fut reconstituée, avec l’aide technique de l’architecte parisien Didier Blain, une section enfantine d’une bibliothèque pour enfants de cette époque. Le Musée franco-américain réouvert fin 2008 doit maintenir des salles consacrées à ce sujet, et permettre d’exposer plus d’objets ; sa rénovation a été confiée aux architectes Yves Lion et Alan Levitt12. L’exposition présente des photographies de l’extérieur et de l’intérieur des bibliothèques créées par le CARD : on note l’écriteau « Bibliothèque du Comité américain pour les régions dévastées » sur une paroi en bois reconstitué évoquant les baraquements Adrien. Le mobilier d’époque, composé de tables de consultation rectangulaires pour les adultes et rondes pour les enfants, a été réalisé par l’entreprise de menuiserie Poncé à la demande du CARD. Il était encore en usage à la fin du siècle dernier dans la bibliothèque municipale, située au premier étage de la maison qui avait appartenu à Saint-Just. Des clichés de la fourgonnette, ancêtre du bibliobus, sont présents. Des coffrets de rangement de fiches d’emprunt et des fiches d’emprunt de l’époque sont visibles. Des livres professionnels pour aider à la mise en place de la classification décimale ou pour animer des activités autour du livre pour enfants apparaissent. Des ouvrages illustrés pour enfants souvent lus au début du XXe siècle sont présentés (livres d’Hansi, Job, Benjamin Rabier et Jean de Brunhoff), ainsi que des romans classiques. Toute une littérature documentaire ou de fiction de l’entre-deux-guerres sur la Grande guerre finit de donner un aperçu sur les collections des bibliothèques du CARD dans les premières années de fonctionnement.

La formation des bibliothécaires

  • 13 L’American library se situe aujourd’hui rue du Général Camerone, dans le VIIe arrondissement de Par (...)
  • 14 À noter que certains anciens chartistes sont au contraire les acteurs d’actions de renouvellement d (...)

15Treize bourses sont attribuées à des Françaises en 1922-1923 pour aller se former aux États-Unis ; ce sont la fondation Carnegie et l’Office national des universités à l’étranger qui financent le coût total de cette formation. Des cours sont organisés à Paris de juin à juillet 1923, avec la participation de l’American Library association qui avait ouvert des bibliothèques pour les soldats américains dans divers endroits en France, et qui maintient celle existante à Paris. Le CARD et l’American Library créent à Paris une école de bibliothécaires dans les locaux de l’American Library au 10 rue de l’Élysée13 ; ils la financent dès l’organisation de cours d’été en 1923, précédant son ouverture en octobre 1924, jusqu’à sa fermeture en juin 1929, faute d’un relais financier venu des pouvoirs publics français, du fait de l’action de lobbying exercée par les anciens de l’École des chartes14. Les chartistes, comme tous ceux qui dans l’entre-deux-guerres défendent un privilège culturel, s’opposent à toute tentative de vulgarisation des connaissances, et emploient le mot de « primaire » pour dévaloriser l’effort de développement des réflexions théoriques et des compétences pratiques visant à diffuser connaissances et culture auprès d’un large public. Ainsi les chartistes, qui forment au compte-goutte quelques responsables de bibliothèques municipales « classées » (avec un fonds ancien important), crient au scandale quand ouvre une école destinée à former des bibliothécaires en nombre important, qui seraient non plus au service des collections, mais au service du public. Voici comment est qualifiée, après sa fermeture temporaire, cette école soutenue par les œuvres américaines de reconstruction :

  • 15 Hurepoix, Chronique de l’Association des Bibliothécaires Français, 1930. Le nom de l’auteur est un (...)

Cette école avait pu s’attacher de très distingués confrères qui furent, pendant un an ou deux, contraints de cuisiner à l’usage de primaires cosmopolites un enseignement digestible de bibliothéconomie populaire. Cette école du Far-West a fermé ses portes.15

  • 16 Graham Keith Barnett, « La Troisième République », dans Martine Poulain éd., Histoire des bibliothè (...)
  • 17 Le terme dans sa nouvelle acception est créé par Léon Daudet qui sort en 1906 un livre intitulé Les (...)

Si le mot « cosmopolite » désigne tant le mélange des nationalités (près de la moitié des diplômés étaient étrangers16) que celui des sexes, par le terme de « primaires »17, il faut comprendre quelqu’un qui est allé à l’école primaire publique jusqu’au certificat d’études, ou a pu prolonger sa scolarité à l’école primaire supérieure pour l’obtention du brevet élémentaire ou supérieur. En bref, c’est celui qui généralement n’est pas passé par les petites classes du lycée (qui commencent en 11e) et n’a jamais suivi le cursus allant de la sixième au baccalauréat avec l’apprentissage du latin d’abord, puis du grec en quatrième. Le terme « primaire » est employé à l’origine péjorativement dans la presse par les porte-parole des classes dirigeantes ; mais il est ensuite revendiqué par ces mêmes écrivains stigmatisés, et une revue littéraire Les Primaires connaît une diffusion importante dans les années trente. Beaucoup de ces « primaires », qui ont exercé comme instituteurs ou inspecteurs des écoles d’une circonscription, nourriront le contingent d’auteurs pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : ainsi dans la liste des ouvrages recommandés en 1950 pour les bibliothèques scolaires, on peut relever les noms de Davesne, Pérochon, Fabre, Maurière, Nigremont.

  • 18 Elle aura décerné 201 diplômes de bibliothécaires.

16Des bibliothécaires de l’Aisne et de Paris sont formés dans cette école de bibliothécaires ; ainsi Victorine Védrine, responsable de la bibliothèque de Soissons, et Marguerite Gruny, une des premières bibliothécaires de l’Heure joyeuse, suivent les premiers cours de l’été 1923 ; Alice Montillet, qui travaille à cette même bibliothèque de Soissons puis ouvre la bibliothèque de Vic-sur-Aisne, assiste à la formation de l’été 1924. L’école est dirigée par Sarah Bogle, assistée par Mary Parsons ; les cours de théorie de la lecture publique et l’enseignement des techniques liées au métier de bibliothécaire sont donnés par Sarah Bogle, Jessie Carson, Miss Mann de l’Engeenering Library à New York, Miss Famin de la section enfantine de l’école de bibliothécaires de Pittsburgh, Miss Hitchler du département de catalogage de la bibliothèque publique de Brooklin et Mlle Seyden bibliothécaire à l’Université libre de Bruxelles, où elle enseigne la classification, formée aux techniques américaines. Les autres cours le sont par des universitaires comme Dupont-Ferrier et Firmin Roz, des éditeurs comme Bourrelier et Mme Fischaber, et des responsables de bibliothèques parisiennes dont Ernest Coyecque. Après sa fermeture18, la formation des bibliothécaires se poursuit pour les bibliothécaires de la capitale et de la banlieue dans le cadre de cours professionnels dispensés par la ville de Paris, et l’Institut catholique ouvre à la rentrée 1935 une école de bibliothécaires, dans les deux cas grâce aux actions de Gabriel Henriot, conservateur à la bibliothèque Forney.

17Pour le recrutement de bibliothécaires spécialisées en jeunesse, on n’envisage qu’un apport venu du genre féminin. Aussi le congrès tenu à Paris en 1923 met-il en exergue le problème qui se pose pour trouver du personnel avec les références culturelles adéquates pour pouvoir devenir une bibliothécaire compétente :

  • 19 Jessie Carson, « L’œuvre américaine pour la création des bibliothèques dans le Soissonnais », dans (...)

Les bibliothécaires doivent être des femmes cultivées, instruites et assez jeunes pour recevoir l’instruction spéciale indispensable. Or, en France, les femmes de milieu cultivé n’exercent pas volontiers une profession et n’entrent pas dans les affaires. Même lorsqu’elles seraient désireuses de le faire, leurs familles les en dissuadent. Et jusqu’à présent aucune carrière ne leur était ouverte dans les bibliothèques.19

Notons que le CARD, par son soutien à l’« Association pour le développement de l’assistance aux malades » (ADAM) issue des milieux de la bourgeoisie protestante française, a joué un autre rôle dans la professionnalisation des femmes : en 1919, l’ADAM ouvre l’école de puériculture de Paris, et treize ans plus tard cette même association parisienne forme les premières assistantes sociales. L’action des femmes américaines du CARD

  • 20 Anne Dopper, « Des Américaines en Picardie : au service de la reconstruction », dans Évelyne Morin- (...)

s’appuie essentiellement sur la conviction de l’importance du rôle des femmes dans le domaine éducatif et social. Le but ultime de leur action est de pouvoir, en temps utile, remettre entre les mains des Françaises les structures qu’elles auront créées et financées. Ce sera chose faite en 1924, au moment où elles se retirent et fondent le musée national de la Coopération franco-américaine de Blérancourt.20

Le développement de la littérature de jeunesse

  • 21 Jules Lemaître, « Les bibliothèques pour enfants », Mercure de France, 18/12/1938, p. 597-601, p. 6 (...)

18Avec l’apparition des bibliothèques pour enfants, le développement de la littérature de jeunesse prend un nouvel élan, et Henri Lemaître le pointe déjà bien à l’époque : « Auteurs, éditeurs ont commencé, grâce aux bibliothèques pour enfants, à entrer dans une voie nouvelle »21. Ce phénomène s’était déjà produit en Angleterre et Mathilde Leriche, une des deux premières bibliothécaires pour enfants, avait dès le début des années trente analysé le cas britannique qui allait se reproduire dans les grandes lignes en France. Les bibliothécaires pour enfants pouvaient être attentives aux goûts réels des enfants : par leurs achats et leur participation à des jurys de prix, elles ont influencé la production ultérieure des éditeurs :

  • 22 Mathilde Leriche, « Bibliothèques pour enfants », Revue de Paris, 1/6/1931, p. 605- 609, p. 609.

Les bibliothécaires anglais ont remarqué, par exemple, que les enfants actuels ne veulent plus de minutie dans la description et abandonnent Dickens, Cooper et Scott ; ils préfèrent les auteurs qui suggèrent, ceux qui font travailler leur imagination. […] Les livres sermonneurs, moralisateurs, les livres ayant comme un parfum théologique, les livres trop allégoriquement abstraits les ennuient, ils ont horreur des histoires d’enfants souffreteux, qui jamais ne se permettent même une farce et sont récompensés de leur bonté en mourant jeunes.22

  • 23 Le plus célèbre est sans conteste Les Cinq frères chinois qui paraît chez Bourrelier en 1935.

19Les bibliothécaires françaises pour enfants, regrettant la pauvreté de la production de l’époque, produisent elles-mêmes des ouvrages : Claire Huchet, qui dirige l’Heure joyeuse de 1924 à 1929 avant de partir aux États-Unis, a réalisé vint-cinq livres différents qui paraissent soit en français, soit en anglais23, et sa collègue Mathilde Leriche s’adonne à l’écriture d’une dizaine d’ouvrages.

  • 24 Littérature enfantine et collaboration internationale, Genève, Bureau International d’Éducation, 19 (...)

20Dès 1912, l’éditeur Nathan avait lancé une collection des contes et légendes de tous les pays. Alors que le premier conflit mondial a vu pour la première fois une mobilisation de l’esprit des enfants, tant par les sujets étudiés en classe que par la production en livres et périodiques de littérature de jeunesse, une volonté apparaît après guerre de créer un univers culturel commun à l’ensemble de la jeunesse mondiale. Aussi en 1925 est créé à Genève le Bureau International d’Éducation qui incite à la traduction d’œuvres nationales24. L’idée en est également avancée lors de l’inauguration de l’Heure joyeuse par la présidente du Book Committee on Children’s Library, C. Griffiths :

  • 25 C. Griffiths, Discours d’inauguration, 1924, Archives de l’Heure joyeuse.

À terme naîtra une littérature mondiale pour les enfants, qui élèvera le niveau de notre civilisation et contribuera à la mise en place d’une compréhension et d’une entente entre les peuples.25

  • 26 Marguerite Gruny, ABC de l’apprenti conteur, Mairie de Paris, 1986, p. 12.

Un projet ancien porté par M. Gruny, qui consistait, sur l’antenne de Radio-Paris, à faire un tour du monde par les contes une fois par mois, initié dans le courant de l’année 1939, est interrompu par la déclaration de guerre26.

  • 27 Marguerite Gruny et Mathilde Leriche, Beaux livres et belles histoires, Bourrelier, 1937.
  • 28 Marguerite Gruny, « La lecture de l’enfant », Livres, enfants, bibliothèques, 1940- 1990 : Toulouse (...)
  • 29 Pour avoir une idée de ce que fut, en France, la production de livres illustrés en 1931, année de c (...)
  • 30 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 90.
  • 31 Michèle Noret, « Paul Faucher, bâtisseur du Père Castor, 1931-1967. Deuxième partie », Le Vieux pap (...)
  • 32 Jean-Claude Le Dro, « Georges et Tatiana Rageot », Cahiers Robinson, n° 21, 2007, p. 211-224.

21Par ailleurs, avait paru en 1937 une sélection de cinq cents livres27 pour enfants, fruit de la réflexion des deux bibliothécaires de l’Heure joyeuse ; ces dernières donnent également des conférences autour du livre et de la lecture des jeunes28 et produisent des articles, en particulier dans des revues où s’exprime le mouvement de l’« Éducation nouvelle ». C’est une nouvelle conception de l’enfant qui est portée à l’époque tant par les bibliothèques pour enfants, que par le développement des centres de vacances et le mouvement Freinet, ainsi que par les Instructions officielles pour l’école primaire : d’abord celles de 1923 qui précisent que l’on ne travaille bien que dans la joie, puis celles produites en 1938 sous la houlette de Jean Zay. Le développement de l’album29, la production non négligeable de livres de contes, le renouvellement du contenu des romans, doivent beaucoup à ce vaste mouvement qui a pour conséquence entre autres la création (à l’initiative de l’éditeur Bourrelier) du Prix jeunesse en 1935, attribué à l’album du Père Castor intitulé Rossignol des neiges. Durant l’hiver 1929-1930 chaque semaine Paul Faucher s’est rendu à l’Heure joyeuse pour dialoguer avec les lecteurs sur des maquettes de livre30. Les expositions qui y sont présentées permettent des rencontres fructueuses qui débouchent sur de nouvelles collaborations : ainsi Paul Faucher rencontre-t-il Pierre Belvès pour la première fois lors d’une inauguration à l’Heure joyeuse, et cinquante-deux albums naissent de leur collaboration31. Georges et Tatiana Rageot poursuivent l’hommage à la bibliothèque parisienne initié par l’éditeur Aubier en maintenant le titre « Heure joyeuse » pour une collection de livres de jeunesse. Le premier volume, Le Capitaine Magnon de Karl Oppel (1942), avait été publié sept ans plus tôt dans la même collection, chez l’éditeur précédent32.

  • 33 Elle dresse de ce fait une sélection annuelle de livres pour la jeunesse qui est publiée par le Bur (...)

22D’autre part les livres pour enfants deviennent un objet de recherches universitaires : l’inauguration de l’Heure joyeuse est concomitante de la soutenance par Thérèse Latzarus d’une thèse sur la littérature de jeunesse de la fin du XIXe siècle33, et précède la parution par Lahy-Hollebecque des Origines de la littérature de jeunesse et des Charmeurs d’enfants, où l’auteur se fait l’apôtre des contes traditionnels. En 1928, Mary Elisabeth Storer présente une thèse de doctorat sur les conteurs du XVIIe siècle (C. Perrault, Mme d’Aulnoy…).

L’heure du conte

23Parmi les pratiques novatrices les plus intéressantes de ces nouvelles bibliothèques et de ces nouvelles bibliothécaires, figure « l’heure du conte ».

  • 34 Anne Pellowski, The world of storytelling : a practical guide to the origins, New York, H. W. Wilso (...)
  • 35 Pédagogue allemand, né en Thuringe en 1782, aux conceptions pédagogiques proches de celles de Pesta (...)
  • 36 Hélène Weiss, Les Bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975, Éd. du Cercle de la Librairie, 200 (...)
  • 37 Mathilde Leriche, « Les contes dans l’éducation des enfants de six à onze ans », Revue des livres e (...)
  • 38 Mathilde Leriche, On raconte : 54 contes, Bourrelier, 1956 ; Heures enchantées, A. Colin/Bourrelier (...)
  • 39 New York, Mac Millan Compagny, 1920 (il est présenté au Musée franco-américain de Blérancourt).

24À partir de 1899, la Carnegie Library à Pittsburg et la Pratt Institute Free Library à Brooklin avaient commencé la pratique du récit oral d’histoires tirées de textes littéraires34. Cette pratique s’inspire d’une idée développée par Mary W. Cronin, adepte des méthodes de Froebel35, et déjà proposée dans les jardins d’enfants. Dès 1915, était paru, à destination des personnels de ceux-ci et des écoles primaires, l’ouvrage de Marie Schedlock, The art of the story teller. Mais le livre qui devient la principale source d’inspiration des bibliothécaires français de l’entre-deux-guerres pour l’heure du conte est un ouvrage américain traduit en français depuis 1910, à savoir l’ouvrage de Sara Cone Bryant, Comment raconter des histoires à nos enfants36. Cette pratique est popularisée ultérieurement en France en 1934 par Mathilde Leriche, une des bibliothécaires de l’Heure joyeuse, dans la Revue du livre et des bibliothèques37 ; elle publie ensuite trois recueils de récits pour l’heure du conte38. D’autres idées d’animation autour du livre sont proposées en France, à partir du livre de Jessie Bancroff intitulé Games for the playground, home, school and gymnasium39.

  • 40 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 13.

25S’il est impossible de connaître les récits proposés par les bibliothécaires de Picardie lors de l’heure du conte (tous les jeudis après-midi), par contre l’on sait quels furent ceux qu’écoutèrent les petits Parisiens lors de cette activité. Marguerite Gruny fait partie des trois bibliothécaires recrutées à l’ouverture de l’Heure joyeuse en novembre 1924 ; après le départ de Claire Huchet (qui suit son mari aux États-Unis en 1929), elle devient la directrice de l’Heure joyeuse, et le restera jusqu’en 1968. Elle entretient des contacts avec Madeleine Poisson, qu’elle reçoit en stage dans les premiers mois qui suivent l’ouverture de la bibliothèque parisienne pour enfants, et qui à Soissons assure dans l’entre-deux-guerres l’heure du conte40. En 1986, M. Gruny fait paraître l’ABC de l’apprenti conteur, où elle dresse la liste des quatre-vingt-seize histoires (mais il y a parfois des doublettes voire des triplettes), qu’elle a le plus souvent racontées, au cours de ses quarante années de carrière. Un grand nombre des bibliothécaires des sections jeunesse formées dans les années cinquante et soixante en région parisienne allèrent rencontrer M. Gruny, et nul doute qu’elle n’influença le choix des premiers contes qui furent racontés dans nombre de sections enfantines de bibliothèques municipales. D’une manière générale,

  • 41 Viviane Ezratty éd. et al., L’Heure joyeuse : 70 ans de jeunesse. 1924-1994, Direction des affaires (...)

le choix des livres était fondé sur une psychologie de l’enfant perspicace, lucide, expérimentée et concrète. Très soucieuse d’éveiller le plaisir de lire chez l’enfant, elle n’éludait pas les obstacles : difficultés d’alphabétisation, peur de vivre, environnement familial. Ses critères d’ordre littéraire, esthétique : bon goût, clarté, simplicité, adéquation des images et du texte, et d’ordre intellectuel : ouverture de l’esprit sur d’autres mœurs, d’autres terres, progrès scientifique, exactitude des données, enfin d’ordre moral : contenu tonifiant (Vildrac, Verne), non déprimant (Pérochon), tolérant, sans sectarisme religieux, politique, raciste, visant toujours l’épanouissement de l’enfant, en respectant sa personnalité.41

La liste de Marguerite Gruny

  • 42 Trois ouvrages de la liste sont édités par l’Agence internationale juive.
  • 43 Voir Marie-Agnès Thirard, « Le renard à l’africaine : de La Belle histoire de Leuk-le-lièvre de Léo (...)

26Si on analyse la liste des contes de M. Gruny, on peut tout d’abord souligner une préoccupation dominante, celle de construire un univers culturel commun aux enfants du monde entier, afin de favoriser la paix et l’entente entre les peuples, marqué notamment par la sensibilité vis-à-vis des souffrances du peuple juif42, et enrichi par le désir de ne pas dresser la jeunesse contre les populations d’au-delà du Rideau de fer. Par contre, la sensibilisation à la culture des jeunes nations africaines issues de la décolonisation est totalement absente, alors qu’il s’agit d’une préoccupation contemporaine : même si la publication de contes d’Afrique noire est restreinte avant mai 68, elle n’est pourtant pas inexistante, ne serait-ce qu’avec l’ouvrage de Blaise Cendrars, Petits contes nègres pour les enfants des Blancs (1928), le livre d’Ousmane Socé, Contes et légendes d’Afrique (1942), et l’œuvre de Léopold Senghor, La Belle histoire de Leuk-le-lièvre (1953)43. De même, l’univers de la littérature lusitano-hispanique du continent américain est ignoré.

27Dans ce même esprit, ont été écartés des récits de la veine ultra-nationaliste de la période 1870-1918, avec des relents anti-germaniques très forts. Ainsi a-t-on évité d’Alphonse Daudet un récit fort populaire comme La Dernière classe, au profit de L’Enfant espion – tiré des Contes du lundi – où un jeune garçon renseigne les Prussiens, lors du siège de Paris de 1871, au sujet du mouvement des troupes françaises. Par ailleurs la réconciliation souhaitée entre la France révolutionnaire et le monde aristocratique proscrit est illustrée par Le Noël de Fouquier-Tinville et La Poupée (extraits de Légendes de Noël de Georges Lenôtre).

  • 44 Gusdbrand de la Côte de Peter Christian Asbjornsen en est inspiré (Contes norvégiens).
  • 45 Dont s’inspire M. Rosenthal-Singourof dans Le Beau jardinier (Contes de Roumanie).

28Les contes venus d’autres pays s’ajoutent aux classiques issus du monde germanique et à l’époque déjà internationaux que sont les contes d’Hans Christian Andersen (Le Briquet, Le Camarade de voyage, Ce que fait le vieux est bien fait44 – qui fait l’objet d’une parution dans la collection des albums du Père Castor –, Les Cygnes sauvages, La Petite sirène, Le Rossignol de l’Empereur de Chine) ou ceux des frères Grimm (Les Deux frères, Les Douze princesses dansantes45, Le Fidèle Jean, Le Maître filou, L’Oie d’or, Les Trois cheveux d’or du diable, Le Roi Corbin), mais également les mondes de Richard Wagner (Lohengrin, Le Vaisseau fantôme, dans Quatre poèmes d’opéra) et de Selma Lagerlöf (épisodes du Merveilleux voyage de Nils Holgerson à travers la Suède). Un autre titre de cette auteure apparaît, Margareta, la princesse de la paix (extrait des Liens invisibles), ainsi que d’autres récits d’écrivains étrangers : deux contes de la Polonaise Suzanne Strowska (Les Vingt-quatre voleurs et Le Prince, la marâtre et le magicien, dans Légendes polonaises) ; un conte de Franz Funck-Brentano, La Colère d’Ogier (dans les Contes pour la nuit de Noël), et un autre de Franz Hoffman, Kunégonde du Kylast (Contes allemands du temps passé).

29D’Alexandre Kouprine il est proposé un récit à teneur d’héroïsme ouvriériste, mais le refus de délivrer un message d’ordre politique a fait porter le choix sur une histoire dont l’action se situe dans la Russie tsariste : on y voit un jeune mineur qui se met en danger pour sauver la vie de son chef d’équipe après un éboulement (Dans la mine, tiré de Caniche blanc et autres contes). L’univers des Slaves orientaux apparaît également dans un des Contes de l’Isba (H. Isserlis et B. Auroy), intitulé Une plume de Finist (une jeune fille sauve, toujours de manière vaillante, un beau faucon, qui se révèlera un prince), et aussi à travers un conte de Léon Tolstoï, La Vérité finit toujours par se savoir (Les Quatre livres de lecture), qui évoque, dans la période antérieure à 1917, la condamnation injuste d’un enfant au bagne. Georges Bourdoncle adapte un conte scandinave dans Le Roi des farceurs (Contes des pays nordiques).

  • 46 Dont s’inspire P. C. Asbjornsen dans Le Moulin qui moud du sel au fond de la mer (Contes norvégiens(...)

30On peut également découvrir, toujours en rapport avec l’après Seconde Guerre mondiale, la reprise d’un épisode de Cendrillon dans un conte d’Ascher Barach : il évoque le destin d’un jeune juif hollandais qui trouve sa promise en lui faisant essayer un chausson, alors qu’elle prépare le sabbat pour le lendemain (Le Chausson, extrait de Ce qu’on raconte chez nous). Parmi les autres auteurs étrangers, on remarque Wilhelm Hauff, dont on propose deux des Contes orientaux (Le Calife cigogne et Le Petit Mouck), Rudyard Kipling (L’Enfant éléphant, dans Histoires comme ça), Tapanmohan Chatterji, écrivain bengali (Dalim-Koumar et Le Vase magique et les bonbons du brahime, extraits de Sous les manguiers). Sont cités aussi des épisodes de romans, d’outre-quiévrain avec La Légende et les aventures de Till l’espiègle de Charles de Coster, d’outre-Alpes avec Les Aventures de Pinocchio de Carlo Collodi, d’outre-Atlantique avec L’Histoire du docteur Dolittle d’Hugh Lofting ; un récit de Joel Chandler Harris, Frère Renard et frère Lapin et le bébé de goudron (mise en scène d’un bon vieux serviteur noir qui raconte des histoires à un petit enfant blanc, dans L’Oncle Rémus) et Le Petit moulin46, tiré de l’ouvrage pionnier de Sarah Cone Bryant (Comment raconter des histoires).

31Les mondes exotiques sont également présents, à travers des auteurs français, comme bien entendu Les Contes des Mille et une nuits traduits par Antoine Galland (Ali Kodjia, Farizade au sourire de roses, La Fille du vendeur de pois chiches, L’Histoire d’Ahmed et de la fée Paris-Banou, Histoire du bouc avec la fille du roi, Histoire de Chamsedine et de Nourredine, Histoire de Codadad et de ses frères, Histoire de Cogia Hassan Alhabbal). L’Extrême-Orient déjà mis en scène par un conte d’Andersen l’est encore dans un de ses Contes par Maurice Bouchor (Noix de coco, issu du folklore vietnamien), mais également du fait de légendes chinoises adaptées par Jean Rosnil (Li-Aô le tisseur), ou Gisèle Vallery (Le Secret du dragon, dans Contes de Chine). On peut citer encore, de Mien-Tcheng et Lucie Paul Margueritte, Le Mari qui ne comprend jamais (inspiré du conte traditionnel Jean de la lune), tiré des Contes de Chine.

32Dans les ouvrages d’auteurs hexagonaux ou étrangers, les temps historiques sont souvent lointains. Pour ce qui touche au monde antique, l’univers biblique prend place sous la plume de Hayim-Nahame Bialik, citoyen du jeune État qu’est Israël : dans Salomon et Asmodée, le roi Salomon, victime d’un sortilège du démon, erre misérablement ; mais il découvre une charmante jeune fille qu’il épousera une fois retrouvé son état habituel. À cet ouvrage on peut ajouter L’Énigme de la reine de Saba (extrait du Palais aux portes ouvertes) de Rachel Minc, conte qui transpose dans un contexte puéril le célèbre jugement de Salomon. La mythologie grecque et romaine est portée par trois récits pris dans l’ouvrage de René Ménard, La Mythologie dans l’art : L’Expédition des Argonautes, Orphée et Eurydice et Persée, vainqueur de la Gorgone ; par ailleurs le conte adapté des Amours de Psyché et Cupidon de La Fontaine est aussi conseillé. Le monde médiéval est très présent, d’abord à partir de contes de l’époque dont la langue a été adaptée par Marie Butts pour Ami et Amile, Flore et Blanchefeur et Berthe au grand pied (dans Au temps des chevaliers), par Louis Tarsot avec Les Trois larrons et Le Vilain mire (Fabliaux et contes du Moyen Âge), par Antoinette Périer dans Le Dit des perdrix (Fabliaux et contes choisis du Moyen Âge), ou encore par Thierry Sandre pour L’Histoire merveilleuse de Robert le diable, et enfin grâce à Gaston Paris avec Le Chevalier au barillet (Récits extraits des poètes et prosateurs du Moyen Âge). L’époque du Moyen Âge sert également de support à de nombreuses fictions relevant du merveilleux, créées à l’époque moderne, tels deux contes de Marie-Catherine d’Aulnoy, La Belle aux cheveux d’or et La Biche au bois, et La Belle et la Bête de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, ou à la période contemporaine, avec par exemple La Légende de saint Julien l’hospitalier de Gustave Flaubert, ou La Bonne femme, Les Trois citrons, et Yvon et Finette d’Édouard de Laboulaye (homme politique au début de la IIIe République, auteur de Contes bleus), ainsi que plusieurs contes originaux inventés par Charles Deulin (né en Flandre française en 1822) : Désirée d’amour, Le Chat de la mère Michel (Contes du roi Cambrinus), ainsi que L’Intrépide Gayant et Le Petit soldat (Contes d’un buveur de bière).

33Comme écrivains par ailleurs reconnus importants dans le domaine de la littérature pour adultes, Flaubert et Tolstoï ne sont pas isolés : ils côtoient Marcel Aymé (Le Cerf et le chien, dans les Contes du chat perché), A. Daudet déjà cité, Maurice Genevoix pour Le Berceau, épisode de chasse (extrait de L’Hirondelle qui fit le printemps), et Louis Pergaud sur le même thème de la chasse avec Le Miracle de la Saint-Hubert extrait de Lebrac bûcheron.

34Les contes où les animaux ont un rôle majeur sont nombreux, à l’instar du Rossignol et l’Empereur de Chine ou du Chien de l’infante, histoire racontée par Jo Van der Elst d’une affection interrompue puis renouvelée entre une princesse et son chien, inspirée par le tableau Les Ménines de Vélasquez (dans Six contes, six tableaux). Trois contes dont deux déjà cités ont la particularité d’évoquer la compréhension qu’a un homme du langage des animaux : il s’agit du Secret du dragon et de la célèbre Histoire du docteur Dolittle, ainsi que du Secret des bêtes d’Antonin Perbosq (dans Étoiles d’or et oreilles d’âne et autres contes, recueil dirigé par Armand Got).

  • 47 Où l’on trouve aussi Le Conte de Marianne et Le Petit vacher.
  • 48 Jules Dorsay (Janvier et février, dans Contes d’Armorique), auteur également des Prouesses de Bilz (...)

35Les contes évoquant la farce ou la ruse ont une large place : ainsi Le Cerf et le chien de M. Aymé ; Le Filleul de l’Ankou et Bernique de Jean-Michel Guilcher (Veillées aux quatre vents) ; Frère Renard et frère Lapin et le bébé de goudron de J. Chandler Harris ; Comment le loup et le renard dînèrent à la foire d’Alhix de Lachapelle d’Apcher (Un vent sauvage souffle sur la montagne : contes d’Auvergne) ; Les Deux oies blanches d’Aubépine de Charles Robert-Dumas (Contes bleus de ma grand-mère) ; Le Conte de quatorze, de l’ancien ministre socialiste de la IVe République Léon Pineau (Contes de grand-père47), adaptation d’un conte traditionnel, Le Futiot, le mauvais maître et le diable, que l’on retrouve adapté par deux autres auteurs48 ; Le Maître filou recueilli par les frères Grimm ; La Fille du vendeur de pois chiche tiré des Mille et une nuits de Galland ; La Légende et les aventures de Till l’espiègle de C. de Coster. D’autres récits mettent en scène l’univers des voleurs comme Le Vase magique et les bonbons du brahime sous la plume de T. Chatterji, ou Les Trois cheveux d’or du diable recueilli du folklore par les frères Grimm, ainsi que Les Vingt-quatre voleurs par S. Strowska. Le thème de la curiosité punie est abordé par Jean-François Blade dans Le Roi des corbeaux (Étoiles d’or et oreilles d’âne et autres contes), et aussi dans Li-Aô le tisseur de J. Rosnil. Le ressort de la jalousie méchante structure Les Cygnes sauvages d’Andersen, Noix de coco de M. Bouchor, Dalim-Koumar de T. Chatterji, ainsi que Farizade au sourire de rose, Psyché raconté par La Fontaine, et Le Roi des corbeaux de J.-F. Blade.

36La volonté éducative, qui va jusqu’à vouloir adapter oralement des œuvres littéraires destinées à un public d’adultes, comme justement Les Amours de Psyché de La Fontaine, ne fait pas oublier la recherche du plaisir de l’enfant. Pour Marguerite Gruny, les contes

  • 49 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 16-17.

enferment des vérités sur les êtres humains. Vérités sur leurs sentiments, de la tendresse à l’altruisme, de la jalousie à la haine, avec leur suite de conflits personnels, familiaux et sociaux. Vérités sur leurs aspirations : désir d’affirmer leur personnalité, soif de justice, de beauté… et surtout d’aspiration au bonheur avec sa condition quasi essentielle : le prince et la princesse. […] Cette présentation imagée, irréelle des expériences humaines, ne permet-elle pas aux enfants d’interpréter ces fictions, chacun selon son tempérament, son état intérieur, son degré de développement et ainsi, avec leur aide, de se préparer sans trop de heurts à la vie et aux diverses étapes qu’elle lui impose pour arriver à maturité ?49

Notes

1 Guy Baudin, « Origine et développement des bibliothèques publiques pour la jeunesse », Médiathèques publiques, avril-juin 1977, p. 5-10, p. 6.

2 Le décès de son père, le financier J. Pierpont Morgan, a fait d’elle en 1913 l’héritière de trois millions de dollars.

3 Il avait prêté 750 millions de francs au nouveau gouvernement républicain, et facilité le transfert de 200 000 $ de dons américains. Ce fut la première aide significative provenant des États-Unis, pour atténuer les conséquences d’un conflit, depuis leur soutien à l’indépendance grecque durant les années 1820.

4 Nicole Fouché, « Anne Morgan, la lecture publique et la France : le lent cheminement d’une influence culturelle américaine », Cahiers Charles V, 2000, n° 28, p. 52-60, p. 54.

5 Au lendemain du premier conflit mondial, elle acheta une propriété à Versailles ; son grand-père vivait alors dans le sud de la France. Elle entretint durant tout l’entre-deux-guerres une relation amicale très forte avec André Tardieu. Durant la période de la « drôle de guerre », elle aida au relogement de personnes déplacées des zones frontalières, en particulier des Ardennes vers la Dordogne et la Vendée, et à la Libération elle apporta des provisions, des médicaments et du matériel en Normandie et en Moselle. Elle est décédée en 1952.

6 Évelyne Dieblot, « La philanthropie féminine américaine face à la guerre : l’exemple du CARD », Des Américaines en Picardie : au service de la France dévastée (exposition du Mémorial de la Grande Guerre, Péronne, 3 mai-31 août 2002), Réunion des Musées nationaux, 2002, p. 24-30, p. 28.

7 Marguerite Gruny, « L’époque des pionniers », La Revue des livres pour enfants, automne 1986, n° 10, p. 39-50, p. 48.

8 Eugène Morel fut le premier à l’introduire, un peu après 1920, à la bibliothèque municipale de Levallois-Perret, et Marguerite Gruny y travaille quelques mois avant d’entrer à l’Heure joyeuse (M. Gruny, art. cit., p. 49).

9 Noé Richter, La Lecture publique en France, Le Mans, Bibliothèque universitaire du Maine, 1979, p. 17-18.

10 L’idée d’une bibliothèque circulante est déjà développée en 1883 par un instituteur de l’Aube, pour l’exposition scolaire de Troyes : une grosse berline tirée par deux chevaux est équipée à l’intérieur de rayonnages protégés par des volets (voir Anne Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-1890), Bibliothèque Publique d’Information (Centre Georges Pompidou), 1989, p. 124).

11 Jules Lemaître, « Le bibliobus », Bulletin de l’Association des Bibliothécaires Français, n° 1, 1930, p. 95-101, p. 99.

12 « Plus d’espace pour les relations franco-américaines », L’Aisne, mai-juin 2007, p. 19.

13 L’American library se situe aujourd’hui rue du Général Camerone, dans le VIIe arrondissement de Paris.

14 À noter que certains anciens chartistes sont au contraire les acteurs d’actions de renouvellement des bibliothèques et militent pour, voire participent à la formation de bibliothécaires dans de nouvelles structures : Ernest Coyecque, inspecteur des bibliothèques de la Seine, Henri Lemaître, bibliothécaire à la BnF, et Gabriel Henriot, conservateur à la bibliothèque Forney.

15 Hurepoix, Chronique de l’Association des Bibliothécaires Français, 1930. Le nom de l’auteur est un pseudonyme qui trahirait une collaboration de quatre chartistes.

16 Graham Keith Barnett, « La Troisième République », dans Martine Poulain éd., Histoire des bibliothèques françaises. 4, Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1940, Éd. du Cercle de la librairie, 1977, p. 270-290, p. 283.

17 Le terme dans sa nouvelle acception est créé par Léon Daudet qui sort en 1906 un livre intitulé Les Primaires. En 1911, un ouvrage collectif critique, issu des milieux catholiques, est intitulé Les Manuels scolaires : études sur la religion des primaires.

18 Elle aura décerné 201 diplômes de bibliothécaires.

19 Jessie Carson, « L’œuvre américaine pour la création des bibliothèques dans le Soissonnais », dans Fernand Mazerolle, Le Congrès international des bibliothécaires et des bibliophiles (Paris, 3-9 avril 1923), Jouve et compagnie, 1923, p. 350-365, p. 357.

20 Anne Dopper, « Des Américaines en Picardie : au service de la reconstruction », dans Évelyne Morin-Rotureau, 1914-1918 : combats de femmes, Autrement, 2004, p. 170- 180, p. 176.

21 Jules Lemaître, « Les bibliothèques pour enfants », Mercure de France, 18/12/1938, p. 597-601, p. 600.

22 Mathilde Leriche, « Bibliothèques pour enfants », Revue de Paris, 1/6/1931, p. 605- 609, p. 609.

23 Le plus célèbre est sans conteste Les Cinq frères chinois qui paraît chez Bourrelier en 1935.

24 Littérature enfantine et collaboration internationale, Genève, Bureau International d’Éducation, 1927 (2e édition en 1932).

25 C. Griffiths, Discours d’inauguration, 1924, Archives de l’Heure joyeuse.

26 Marguerite Gruny, ABC de l’apprenti conteur, Mairie de Paris, 1986, p. 12.

27 Marguerite Gruny et Mathilde Leriche, Beaux livres et belles histoires, Bourrelier, 1937.

28 Marguerite Gruny, « La lecture de l’enfant », Livres, enfants, bibliothèques, 1940- 1990 : Toulouse à l’heure joyeuse, Toulouse, Bibliothèque municipale, 1991, p. 13-15 (conférence donnée le 28/2/1932 à la Sorbonne).

29 Pour avoir une idée de ce que fut, en France, la production de livres illustrés en 1931, année de création des albums du Père Castor, lire Michèle Noret, « Paul Faucher, bâtisseur du Père Castor », Le Vieux papier, janvier 2007, p. 14-22.

30 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 90.

31 Michèle Noret, « Paul Faucher, bâtisseur du Père Castor, 1931-1967. Deuxième partie », Le Vieux papier, avril 2007, p. 64-70, p. 69.

32 Jean-Claude Le Dro, « Georges et Tatiana Rageot », Cahiers Robinson, n° 21, 2007, p. 211-224.

33 Elle dresse de ce fait une sélection annuelle de livres pour la jeunesse qui est publiée par le Bureau International d’Éducation de Genève.

34 Anne Pellowski, The world of storytelling : a practical guide to the origins, New York, H. W. Wilson Company, 1990 (2e édition).

35 Pédagogue allemand, né en Thuringe en 1782, aux conceptions pédagogiques proches de celles de Pestalozzi ; il met en avant l’importance du choix des outils de médiation et la nécessité d’avoir une vision globale en matière d’éducation.

36 Hélène Weiss, Les Bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975, Éd. du Cercle de la Librairie, 2005, p. 224.

37 Mathilde Leriche, « Les contes dans l’éducation des enfants de six à onze ans », Revue des livres et des bibliothèques, novembre-décembre 1934, n° 12, p. 21-27.

38 Mathilde Leriche, On raconte : 54 contes, Bourrelier, 1956 ; Heures enchantées, A. Colin/Bourrelier, 1967 ; Et on raconte encore, A. Colin/Bourrelier, 1969.

39 New York, Mac Millan Compagny, 1920 (il est présenté au Musée franco-américain de Blérancourt).

40 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 13.

41 Viviane Ezratty éd. et al., L’Heure joyeuse : 70 ans de jeunesse. 1924-1994, Direction des affaires culturelles de la Mairie de Paris, 1994, p. 65-66. Témoignage de Clémence Boyer, ancienne stagiaire dans les années cinquante auprès de Marguerite Gruny.

42 Trois ouvrages de la liste sont édités par l’Agence internationale juive.

43 Voir Marie-Agnès Thirard, « Le renard à l’africaine : de La Belle histoire de Leuk-le-lièvre de Léopold Senghor aux aventures de Petit Bodiel d’Amadou Hampâté Bâ », Cahiers Robinson, 2004, n° 16, p. 43-58 ; Jean-René Bourrel, « Le lièvre et le roi : La Belle histoire de Leuk-le-lièvre de L. Senghor et A. Sadji », Notre librairie, septembre-décembre 2006, n° 163, p. 15-21. Il y avait également divers ouvrages de contes africains adaptés par André Davesne, mais ils étaient plutôt connus dans l’univers enseignant.

44 Gusdbrand de la Côte de Peter Christian Asbjornsen en est inspiré (Contes norvégiens).

45 Dont s’inspire M. Rosenthal-Singourof dans Le Beau jardinier (Contes de Roumanie).

46 Dont s’inspire P. C. Asbjornsen dans Le Moulin qui moud du sel au fond de la mer (Contes norvégiens).

47 Où l’on trouve aussi Le Conte de Marianne et Le Petit vacher.

48 Jules Dorsay (Janvier et février, dans Contes d’Armorique), auteur également des Prouesses de Bilz (adaptation du conte traditionnel Le Roi des farceurs) ; Jacques Levron (Le Gars Pipête, dans Contes d’Auvergne).

49 M. Gruny, ABC de l’apprenti conteur, op. cit., p. 16-17.

Auteur

Professeur des écoles spécialisé – recherches sur la presse régionale, la presse enfantine, la littérature de jeunesse, la littérature populiste, les sociétés savantes, l’histoire des musées de province (notamment les musées d’éducation) pendant la Troisième République et la Première Guerre mondiale.

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search