Version classiqueVersion mobile

Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités

 | 
Claudine Nédelec

Collections : réalités et représentations

Le cabinet des fées

Marie-Agnès Thirard

Texte intégral

1 Le Cabinet des fées : à l’évocation de ce titre, beaucoup se souviennent sans doute des lectures qui ont bercé leur enfance ou suscité leurs premiers rêves d’adolescents. Peut-être même les plus chanceux possédaient-ils un exemplaire de ce trésor des fées dont le « Cabinet » évoquait l’intimité et le mystère. Chacun se souvient aussi de la pièce située en bas d’un escalier dérobé, en un lieu difficile d’accès au point que l’héroïne du conte de Perrault manque de se rompre le cou deux ou trois fois avant d’y pénétrer, lieu épouvantable aux fenêtres fermées, lieu interdit par l’époux terrible à la barbe bleutée dont l’avertissement résonne encore à nos oreilles :

  • 1 Charles Perrault, Contes de ma mère l’Oye, Gallimard, « Folio classique », 2006, p. 28.

Ouvrez tout, allez partout, mais pour ce petit cabinet, je vous défends d’y entrer, et je vous le défends de telle sorte que s’il vous arrive de l’ouvrir, il n’y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère.1

Par un effet de métonymie, nous pouvions ainsi transgresser l’interdit, et glisser subrepticement et délicieusement dans le lit de la merveille en ouvrant un à un ces quarante et un volumes dont le chevalier de Mayer détenait la première clé au XVIIIe siècle, sésame chargé de donner accès aux contes de fées littéraires, dont certains, parmi les premiers, de la fin du XVIIe siècle, étaient déjà devenus introuvables de son temps.

  • 2 Le Cabinet des fées ou collection choisie des contes de fées et autres contes merveilleux ornés de (...)

2Mais étudier quarante et un volumes représenterait une entreprise d’importance. Notre objectif est plus modeste, et nous restreindrons notre étude aux contes de Mme d’Aulnoy, qui constituent souvent une part importante de ces bibliothèques dédiées aux fées qui témoignent de l’évolution de leur réception ; c’est d’ailleurs à cette conteuse que l’on doit l’appellation « contes de fées »2. Or au fil des siècles, les objets-livres magiques qui contiennent ce trésor des contes ont évolué au gré de l’apparition de nouveaux lectorats avant de glisser et de se fourvoyer parfois dans les sphères de la littérature de jeunesse, au point de tomber dans les oubliettes de l’histoire littéraire jusqu’à une époque récente qui voit leur renaissance. Dans ce labyrinthe de la bibliothèque des fées, il m’est donc apparu que quelques petits cailloux baliseraient notre parcours, sans pour autant prétendre à un relevé exhaustif des innombrables éditions, et que le fil d’Ariane de l’évolution de la réception nous permettrait de ne point nous égarer.

La mode des contes de fées et les premiers recueils

  • 3 Mme d’Aulnoy, Contes I, Les Contes des fées, introduction par Jacques Barchillon, texte établi et a (...)

3Lorsque notre conteuse se lance dans cette mode des contes de fées, il faut se souvenir qu’elle le fait au sein d’un objet-livre qui est sans aucun doute le best-seller du siècle ; c’est en effet au cœur de son roman baroque, L’Histoire d’Hypolite comte de Douglas, qu’elle insère discrètement un conte, sans titre, en 1690. Ce n’est que plus tard, au tome XXVII d’une collection intitulée Voyages imaginaires, Songes, Visions et Romans cabalistiques, qu’on donnera à ce récit le titre de « L’Île de la Félicité »3. C’est donc à pas furtifs que le conte entre en littérature sous forme de procréation assistée par le romanesque baroque. C’est très progressivement qu’il conquiert un droit d’entrée dans les bibliothèques, même si on peut penser que les ouvrages de Basile et de Straparole y avaient déjà fait quelques incursions. En 1696, les contes de Mlle Bernard paraissent au sein d’un récit-cadre, Inès de Cordoue, et 1697 représente une année faste : sont publiés alors les contes en prose de Perrault, sous le titre Histoires ou Contes du temps passé avec des moralités, le premier recueil en quatre tomes de Mme d’Aulnoy sous le titre Les Contes des fées, et Les Contes des contes de Mlle de La Force. Notons cependant cet intervalle dans le temps, et le fait que c’est sous le pseudonyme de son fils Pierre Darmancour que le célèbre académicien publie ces récits en prose, qui circulaient déjà sous forme manuscrite sous le fameux titre Contes de ma mère l’Oye.

4On peut supposer que l’entrée en littérature s’est faite progressivement et que dans un premier temps, ces contes étaient d’abord racontés oralement ou faisaient l’objet d’une lecture conteuse à partir de cahiers dans le cercle convivial des salons. Mme de Sévigné évoque ces jeux salonniers et affirme que les dames aimaient à se faire « mitonner », ce qui correspondrait aux délices du contage ou d’une forme de néo-contage. Mme d’Aulnoy met elle-même en scène ce processus dans les récits-cadres qui serviront le plus souvent d’écrins aux trésors des contes. La présence de cahiers est attestée dans le récit-cadre de son second recueil, qui paraît en 1698, sous le titre Contes nouveaux ou les fées à la mode. Dans le récit-cadre du Nouveau gentilhomme bourgeois, plusieurs personnages-narrateurs sont mis en scène, mais un cas de figure est particulièrement intéressant : il s’agit de l’introduction du conte de « La Princesse Belle-Étoile et le prince Chéri » qui suppose une double instance narrative. D’une part le récit est lu oralement par un personnage présenté comme un prieur, lecteur oral aux talents certains ; mais ce récit est présenté aussi comme l’œuvre d’une femme qui reste d’ailleurs anonyme :

  • 4 Contes II, op. cit., p. 342.

Chacun prit un air d’attention qui le [le prieur] conviait à commencer. Virginie lui donna un rouleau de papier fort griffonné car c’était une dame qui l’avait écrit : il commença aussitôt […].4

5Dans une atmosphère conviviale et mondaine, le conte gagne donc ses lettres de noblesse et se métamorphose en un jeu salonnier qui passera progressivement du contage à la lecture orale de cahiers avant que les auteurs ne se décident à publier des recueils. On retrouve trace de ce néo-contage aussi dans les récits-cadres d’autres conteuses telles que Mlle Bernard ou Mme d’Auneuil. Pour justifier ce passage à l’écrit, les conteurs ajouteront aussi des moralités, une façon parmi d’autres de donner à ce genre tombé en désuétude sur les lèvres des mies ses lettres de noblesse, même si chez Mme d’Aulnoy comme chez Perrault ces moralités sont à double entente et manifestent une forme de distanciation et de subversion.

6Sous quelle forme se présentent ces premiers recueils de contes ? Remarquons tout d’abord que le recueil de Perrault et le premier recueil de Mme d’Aulnoy sont publiés chez Barbin, libraire-éditeur. Le recueil de Perrault est enregistré en janvier 1697 et l’achevé d’imprimer du premier volume de notre conteuse est d’avril 1697. Ces livres sont illustrés par le même graveur, Antoine Clouzier. Le second recueil en quatre tomes de Mme d’Aulnoy sera publié chez la veuve de Théodore Girard, libraire-éditeur, à partir de 1698 ; cette fois les illustrations sont du graveur Raymond. Les illustrations de ces premiers recueils de contes sont des vignettes correspondant chacune à un conte et souvent situées à mi-page. En ce qui concerne Mme d’Aulnoy, cette publication se fait très rapidement car en deux ans, ce seront huit volumes, soit vingt-quatre contes enchâssés le plus souvent au sein de nouvelles-cadres qui paraîtront et participeront à cette mode des contes de fées essentiellement déclinée au féminin et dont la conteuse sera la reine incontestée. Comme le dit Jacques Barchilon, Perrault est en quelque sorte « l’arbre qui cache la forêt », forêt fort touffue au demeurant, peuplée de quêtes d’amour qui sont autant de petits romans précieux en miniature, beaucoup plus longs et plus complexes que les récits perraldiens.

7Ces premiers recueils répondent à l’attente d’un lectorat mondain fatigué des longs romans : il va se délecter de nouvelles galantes et de récits féeriques, d’autant plus facilement que ce seront souvent les mêmes auteur(e)s qui écriront dans les deux genres. La mode est aux petits formats in-12, d’autant plus que le prix du papier flambe et connaît une véritable crise : c’est donc à travers des sortes de livres de poche que se répand cette mode des fées et le conte est particulièrement adapté à ces nouvelles contraintes. Alors qu’au début du XVIIe siècle, la boutique du libraire et l’atelier de l’imprimeur sont les lieux privilégiés des rencontres avec les écrivains, en cette fin de siècle et de règne, les récits féeriques peuplent plutôt les salons et les académies, fort à la mode en France et en Italie, Mme d’Aulnoy elle-même étant membre comme bien d’autres de l’académie des Ricovrati et se faisant surnommer dans ces cercles hérités de la préciosité « Clio ».

8La conteuse elle-même ne se présente pas comme une professionnelle de l’écriture, mais comme une aristocrate qui s’adonne à un jeu. Le nom de l’auteur reste anonyme sur ces premiers recueils, ou fait l’objet d’une devinette dont personne n’est dupe sous l’appellation de Madame D. Cette appellation posera cependant quelques problèmes d’attribution au fil des siècles car Mme d’Auneuil, autre adepte de ces féeries, se retrouve avec les mêmes initiales. C’est donc à un véritable jeu de cache-cache que se livre l’écrivaine qui se met en scène à plusieurs reprises par l’intermédiaire de personnages-narrateurs au sein même des nouvelles galantes qui servent d’écrins aux contes et qui permettent d’un genre à l’autre des effets de tiroirs et de miroirs. On se souvient de la mise en scène que Mme d’Aulnoy fait d’elle-même dans le récit-cadre au premier niveau des contes. La conteuse se présente en effet sous la forme d’un personnage qui se promène dans le parc de Saint-Cloud avec des amis et qui reste un moment seule à l’écart des autres. Or, durant ce temps de solitude, elle reçoit la visite de la nymphe de Saint-Cloud qui lui transmet des vers élogieux à propos des lieux où elle se trouve. Le château de Saint-Cloud était alors résidence royale. Il était habité par le duc d’Orléans, frère du roi et par la princesse Palatine son épouse, à qui notre conteuse dédie d’ailleurs les vers élogieux inspirés par la nymphe, et à qui seront aussi adressées les dédicaces. Or le pseudonyme de Madame D. attribué au personnage-narrateur correspond à celui par lequel Mme d’Aulnoy signait ses œuvres. L’auteur ainsi en quête de personnage se montre donc bel et bien comme vivant dans une société elle-même dans l’orbite de la Cour, et dotée de puissants protecteurs. Mais elle présente aussi les amis qui l’accompagnent dans cette promenade comme « plusieurs personnes d’esprit et de bon goût » à qui elle va ensuite raconter des nouvelles dans lesquelles les contes viendront, à leur tour, s’insérer. Cette catégorie de gens d’esprit et de bon goût rejoint bien le cercle d’initiés fréquentant le salon de notre conteuse. Il s’agit d’une société de gens d’esprit, soit nobles d’origine, soit appartenant à l’élite des gens cultivés, sorte d’aristocratie intellectuelle à laquelle Mme d’Aulnoy elle-même, de par son statut originel de noblesse de robe, préfère se rattacher.

9Dans cet auto-portrait, le personnage de Madame D. apparaît d’ailleurs au cœur de son époque et fait un éloge assez dithyrambique de la Cour de Louis XIV et de ses fastes. Les vers prononcés par l’entremise de la nymphe sont non seulement un compliment destiné à la princesse Palatine, mais aussi un véritable panégyrique du règne :

  • 5 Contes I, op. cit., p. 295.

Quand ce palais superbe et ces jardins tranquilles
Souvent de sa pompeuse Cour
Sont les agréables asiles,
De tout ce qui s’offre à vos yeux,
Est-il rien qui doive surprendre
Et ne devrait-on pas s’attendre
À voir tant de trésors enrichir ces beaux lieux ?5

Cependant l’intérêt de cette mise en scène de l’auteur, c’est surtout la description qu’elle fait ainsi de son statut d’écrivain. Elle se présente comme désargentée ; à la marquise qui lui envie ses dons de conteuse, elle réplique :

  • 6 Ibid., p. 296.

Ce sont des trésors avec lesquels on manque ordinairement de bien des choses nécessaires : toutes mes bonnes amies les fées m’ont été jusqu’à présent peu prodigues de leurs faveurs. Je vous avoue aussi que je suis résolue de les négliger comme elles me négligent.6

  • 7 On pourra se référer pour ces problèmes du statut de l’écrivain à l’ouvrage d’Alain Viala, Naissanc (...)

10Derrière la remarque humoristique se cachent certes des problèmes financiers attestés par les témoignages historiques mais au-delà de l’humour, cette remarque affirme une fois de plus le caractère non mercantile de l’écriture. Mme d’Aulnoy refuse ainsi de se situer, du moins officiellement, sur le même plan que les écrivains professionnels, lesquels à l’époque commençaient à vendre fort cher leurs manuscrits auprès des éditeurs. Cette attitude bourgeoise n’est pas celle de notre conteuse qui s’efforce au contraire de se montrer désintéressée, étrangère à toute forme d’exploitation financière de ses talents de conteuse, ce qui marque une volonté personnelle de se rattacher à une sorte d’aristocratie des gens d’esprit7. Mais le personnage-narrateur se présente aussi comme différent des amis qui l’entourent, à l’écart des autres et voué à une certaine forme de solitude. C’est lui-même qui encourage à l’éloignement dans le parc de Saint-Cloud « la charmante troupe » de ses relations. En tant qu’écrivain, Mme d’Aulnoy se situerait donc dans une vision traditionnelle d’un statut fondé sur la différence et la supériorité. Cette supériorité est d’ailleurs liée au statut même de l’inspiration. Celle-ci est présentée encore comme étant d’origine divine, toute notion de travail étant abolie. Il s’agit là d’une vision aristocratique de l’écriture. Le commerce des muses est donc un domaine réservé à quelques élus parmi lesquels elle se situe. C’est pourquoi elle s’adresse ainsi aux autres personnages qui sont venus la rejoindre :

  • 8 Contes I, op. cit., p. 296.

La nymphe de Saint-Cloud se lassait aussi peu de parler que moi de l’entendre, continua Madame D., lorsqu’elle m’a semblé inquiète du bruit que vous faisiez en vous approchant. Adieu, m’a-t-elle dit, je vous croyais seule, mais puisque vous êtes en compagnie, je vous reverrai une autre fois.8

Seule Madame D. a la chance de pouvoir communiquer avec la muse, ce qui renforce l’image d’un statut supérieur. C’est surtout dans la classe des écrivains d’origine noble que l’on rencontre cette conception de l’écriture : il fallait pour que celle-ci ne soit pas contraire au statut de la noblesse qu’elle apparaisse comme le fruit d’une inspiration divine et ne devant rien à un quelconque travail de rédaction.

  • 9 Contes II, op. cit., p. 131-162 ; p. 271-280 ; p. 407-428 ; p. 472-482 ; p. 523-538.
  • 10 Ibid., p. 482.

11Si Mme d’Aulnoy se met ainsi en scène directement à travers le personnage de Madame D. dans le premier récit-cadre du parc de Saint-Cloud, elle le fait encore, mais de manière indirecte et avec une distanciation ironique, à travers le personnage de Virginie dans la nouvelle-cadre du Nouveau gentilhomme bourgeois9. Le rapprochement est troublant et apparaît comme un indice voulu dans le labyrinthe des récits-cadres. La qualité essentielle de Virginie est en effet l’art de conter. « La Chatte blanche » est présenté comme un conte de Virginie. Ce talent de conteuse apparaît valorisé et présenté comme la seule dot de la jeune fille. Le statut de l’écrivain tel que le décrit Virginie est proche de celui évoqué par le personnage du parc de Saint-Cloud. Parlant du conte de sa sœur Marthonide, « Le Dauphin », elle dit qu’« il n’est pas encore corrigé, mais qu’on peut le lire ainsi »10, ce qui laisse à penser qu’il est le fruit d’une brillante inspiration échappant une fois de plus au travail de réécriture.

Les Cabinets des fées

  • 11 On se référera à ce propos à l’introduction très documentée de l’édition du tricentenaire due à P. (...)
  • 12 On se référera à l’excellente introduction de Raymonde Robert à La Bibliothèque des Génies et des F (...)
  • 13 Les Cabinets des fées contenant tous leurs ouvrages, Amsterdam, M. C. Le Cene, 1731-1735, 8 vol. in (...)
  • 14 Le Cabinet des fées contenant tous leurs ouvrages, Amsterdam, M. M. Rey, 1754- 1761, 8 vol. in-12 ( (...)

12Or les contes de Mme d’Aulnoy connurent à l’époque un immense succès, au point d’être réédités : le premier tome des Contes des fées connaît un second tirage dans la foulée du premier. De plus l’œuvre sera traduite en anglais rapidement. The History of Adolphus, prince of Russia and the Princess of Happiness paraît dès 1691 et les premiers contes du premier recueil sont traduits dès 1699. On trouve des éditions sous le titre The Diverting Works of the Countess D’Aunois en 1707 et en 1711, éditions qui regroupent souvent les contes et les nouvelles espagnoles ou historiques ou le célèbre Récit du voyage d’Espagne11. En fait la mode de ces récits féeriques se poursuit au XVIIIe siècle, parallèlement à la mode des contes orientaux ou à celle des contes parodiques ou libertins. La richesse de ce trésor est telle que le XVIIIe siècle verra apparaître des collections de contes merveilleux sous forme de « cabinets » ou de « bibliothèques », en référence aux cabinets de lecture qui sont alors à la mode12 : les contes de Mme d’Aulnoy sont rassemblés en huit volumes en 1731 et en 1754 sous l’appellation « Cabinets des fées », sans compter les éditions étrangères plus ou moins frauduleuses, car Amsterdam ou Genève concurrencent alors dangereusement les éditeurs français. Les contes de Mme d’Aulnoy paraissent ainsi sous le titre Les Cabinets des fées contenant tous leurs ouvrages à Amsterdam entre 1731 et 173513. Dans la même ville, Le Cabinet des fées contenant tous leurs ouvrages fait encore la part belle à la conteuse, dont les récits correspondent aux tomes III, IV, V et VI, entre 1754 et 176814. On voit même surgir des sortes de digest car dans les cent douze volumes de sa Bibliothèque universelle des romans, le marquis de Paulmy fait une large place aux contes de fées et à l’œuvre de Mme d’Aulnoy. Hélas les versions résumées qu’il propose expliquent en partie que notre conteuse soit à la fois connue et méconnue, car ce seront ces versions adaptées qui seront ensuite récupérées dans la littérature de colportage, puis dans la littérature de jeunesse.

13L’entreprise la plus ambitieuse demeure cependant celle du chevalier de Mayer ; en 1785 et 1786, à Amsterdam et à Genève parallèlement, celui-ci publie Le Cabinet des fées ou collection choisie des contes de fées et autres contes merveilleux ornés de figures. L’ensemble contient quarante et un volumes in-8. Les contes de Mme d’Aulnoy sont contenus dans les volumes II, III et IV. Jusqu’à une époque très récente, ce cabinet sera la référence, y compris sur le plan de la recherche universitaire, car les premières éditions demeurent difficiles d’accès. Le tome 37 de cette collection contient une biographie et une présentation des auteurs. Cependant le titre même est révélateur ; le chevalier de Mayer choisit les contes devenus introuvables qui lui semblent ne pas poser de problème sur le plan moral, excluant de cette collection tous les contes libertins ou parodiques, et ne retenant que les contes merveilleux (dont ceux de Perrault) et les contes orientaux, y compris une sorte de suite des Contes des Mille et Une nuits, traduite par Chauvis et rédigée par Cazotte. Raymonde Robert porte un jugement très sévère sur cette entreprise dont elle juge les textes parfois fautifs, compte tenu des règles éditoriales de l’époque, moins draconiennes que les nôtres. Cependant il faut reconnaître que cette entreprise d’envergure a sans aucun doute assuré la survie des contes de Mme d’Aulnoy et surtout de leurs récits-cadres, alors même que les premières éditions devenaient introuvables et que circulaient d’autres versions qui tiennent plutôt de la réécriture réductrice.

Les éditions de colportage

14Parallèlement aux éditions savantes, les textes paraissent en effet, dès le XVIIIe siècle et jusqu’à la fin du XIXe, dans la célèbre Bibliothèque Bleue que répandent les colporteurs. Ces livres populaires étaient imprimés sur du mauvais papier avec une couverture bleue. De plus, l’appellation de « contes bleus » s’explique aussi peut-être par la teinte bleuâtre du papier à chandelles dont se servaient les imprimeurs dans ce genre d’éditions bon marché. Elle évoque aussi de manière un peu péjorative l’ensemble des récits où le romanesque facile permet de séduire le lecteur au premier niveau. Cette Bibliothèque Bleue, qui remonte en fait au tout début du XVIIe siècle, va récupérer les contes de Mme d’Aulnoy, ainsi d’ailleurs que les contes de Perrault. Troyes est l’une des adresses principales de production (les Oudot au XVIIe siècle, les Garnier au XVIIIe) ; mais il y a aussi des éditeurs parisiens, et d’autres villes de province actives (Lyon, Épinal, etc.).

15Ces petits livres étaient dans les bagages des colporteurs au même titre que les images pieuses, les livres de messe ou la bimbeloterie. En 1822, on compte encore deux cent quatre-vingt-huit douzaines de ces brochures chez Pellerin (Épinal), et trois cents douzaines environ chez les autres éditeurs. À la fin de la Restauration, ce sont plus de deux mille colporteurs qui répandent ainsi cinq à six millions de brochures, ce qui représente une entreprise de vulgarisation considérable. Les Chamagnons, en particulier, tous originaires du village de Chamagne en Lorraine, s’exilaient pendant la mauvaise saison et parcouraient non seulement les provinces françaises, mais aussi une partie de l’Europe, en particulier l’actuelle Belgique, la Prusse, le Luxembourg et la Bavière.

  • 15 René Perrout, Trésors des images d’Épinal [paru de 1910 à 1912 dans la revue Lorraine], Barembach, (...)

16Les contes de Mme d’Aulnoy vont ainsi être vulgarisés et répandus dans toute la France et même dans une partie de l’Europe, et gagner un public populaire que l’écrivain n’avait pas envisagé de séduire. On pourrait cependant s’interroger sur l’intérêt de cette librairie auprès d’un peuple inculte et souvent analphabète. C’est oublier qu’il y avait toujours dans le village quelque « savant » qui savait lire. Comme l’explique fort bien René Perrout, celui-ci « lit pour les autres et dans les veillées, il leur raconte ce qu’il a lu avec les ornements qu’y sait joindre au besoin son imagination »15. Ce lecteur issu du peuple pratique donc soit la lecture orale conteuse, soit le contage.

  • 16 Marie-Élisabeth Storer, Un épisode littéraire de la fin du XVIIe siècle. La mode des contes de fées (...)

17Les contes ainsi répandus sont adaptés à cette nouvelle réception. On remarque tout d’abord qu’ils sont extraits de leur contexte initial. Les récits-cadres disparaissent, et chaque conte publié séparément donne lieu à un petit livret bleu. Une fable ou deux font éventuellement suite au conte. Le nom de l’auteur même disparaît parfois, si tant est qu’il ait été antérieurement « publié ». C’est déjà une sorte de trahison par rapport aux intentions initiales de l’écrivain qui supposent un jeu de miroir à la fois fidèle et déformant entre récits-cadres et récits enchâssés. Toutes les subtilités des rapports narratologiques disparaissent aussi et le jeu littéraire lui-même perd ses points de repère. De plus les textes de Mme d’Aulnoy, différents en cela de ceux de Perrault, sont fort longs. Dans un format in-12, ils correspondent souvent à une centaine de pages. Or, si l’on feuillette des exemplaires de la Bibliothèque Bleue, on constate que le format réduit et le livret fort mince, interdisant la reliure, supports dont le coût doit rester faible, expliquent que l’on ait affaire à des versions résumées, qui réduisent le récit au schéma narratif minimal, excluant tout excursus descriptif et simplifiant les épisodes trop complexes. Marie-Elisabeth Storer fait allusion à ces versions réductrices attribuées au duc de Paulmy16. Il faut remarquer que ces versions gardent cependant la trace des moralités en vers, leur attribuant une importance et un rôle didactique qui aurait, sans nul doute, fait sourire notre conteuse fort libertine.

18De plus les conditions de réception elles-mêmes entraînent un éloignement de plus en plus grand par rapport à l’œuvre originale. Dans la mesure où un narrataire intermédiaire, lecteur au premier niveau, intervient lui aussi pour restituer ensuite aux autres le récit sous forme d’une narration orale, en opérant à son gré des phénomènes de réduction ou d’adjonction, lors des veillées dans les villages, le conte s’éloigne de plus en plus inévitablement de son fonctionnement en tant que jeu culturel de salon, perd ses caractéristiques littéraires et retrouve en fait le chemin de la tradition orale. Les versions orales des contes, à leur tour, sont ainsi influencées par les textes écrits de Mme d’Aulnoy, par l’intermédiaire de cette Bibliothèque Bleue, véhiculée par les colporteurs. On peut constater, pour plusieurs récits, la marque de l’influence de l’œuvre de notre conteuse sur le patrimoine folklorique, dont les trames narratives vont ainsi être modifiées. Les travaux de recherche de Delarue-Tenèze fournissent plusieurs exemples de cet étrange retour aux sources, ainsi décrit par Delarue :

  • 17 Paul Delarue, Le Conte populaire français, Maisonneuve et Larose, 1957, t. I, introduction, p. 27.

Les contes de fées, entrés dans la littérature avec les recueils de Perrault, de Mlle Lhéritier et de Mme d’Aulnoy, devaient fournir, vers le milieu du XVIIIe siècle, une matière abondante aux éditeurs de la Bibliothèque Bleue. Mais seuls ceux qui avaient été tirés de la tradition sans être trop déformés devaient y retourner, comme si le peuple eût reconnu son bien.17

Plusieurs récits subissent ainsi ce mouvement de va-et-vient entre littérature écrite et littérature orale. D’autres supports écrits liés à la littérature de colportage vont d’ailleurs permettre ce phénomène.

19Parallèlement aux livrets de la Bibliothèque Bleue et aux versions orales qui s’en inspirent, le peuple disposait, en effet, de supports illustrés. Cela s’explique par le fait que les mêmes éditeurs, et en particulier la famille Pellerin d’Épinal, publiaient les livrets bleus et les images, tandis que les colporteurs assuraient indistinctement la diffusion des uns et des autres. Ces images apparaissent à Épinal dès le XVIIe siècle et selon des techniques diverses survivent jusqu’à notre époque. Un tel support était particulièrement adapté aux contes. Les textes déjà présents dans la Bibliothèque Bleue vont ainsi être tous récupérés. Des dessinateurs célèbres tels que Charles Pinot vont alors illustrer les contes et leur insuffler une nouvelle évolution. Les procédés de lithographie vont permettre de multiplier les épreuves qui seront vendues grâce aux colporteurs dans toute la France mais aussi en Europe. Certaines productions des images d’Épinal seront même traduites. Cependant ces supports illustrés entraînent aussi une adaptation des œuvres de Mme d’Aulnoy. Si les textes de Perrault, plus courts, sont le plus souvent respectés, il n’en est pas de même de ceux de notre conteuse. Nettement plus longs, ils ne pouvaient s’insérer en version originale dans un support aux contraintes de format fort strictes. De plus, le nombre même des images n’étant pas illimité, il s’ensuit une entreprise de réduction et de simplification. Enfin il n’est plus question de recueil, ni de récits-cadres introducteurs. Toute la subtilité du jeu littéraire initial devient une fois de plus impossible et le public inculte ne peut que suivre avidement les paroles orales du colporteur présentant l’histoire en lisant vignette par vignette le texte simplifié correspondant aux illustrations. Les moralités elles-mêmes disparaissent cette fois-ci au profit du seul texte narratif remanié et résumé.

La littérature de jeunesse

20Cette apparition de récits illustrés au XIXe siècle va entraîner l’émergence d’un autre public, négligé jusque-là et que Mme d’Aulnoy n’avait pas prévu. Il s’agit de la clientèle enfantine. L’image populaire va devenir ainsi l’image enfantine et entraîner d’autres modifications au niveau du processus de réception des contes de Mme d’Aulnoy. La littérature enfantine naissante se développe surtout au XIXe siècle. Longtemps, l’enfant ne dispose pas d’objets écrits spécialement conçus pour lui. Le livre reste en effet coûteux et il n’est guère question de le donner au jeune public. C’est donc par l’intermédiaire des éditions de colportage, que l’on vient d’évoquer, que la clientèle enfantine va avoir accès au livre d’une manière assez large. De plus, la littérature enfantine est un concept fort mal défini jusqu’à une époque très récente. Celle-ci récupère d’abord des œuvres destinées en fait aux adultes et adaptées à ce nouveau public. La littérature enfantine et la littérature populaire vont se développer ainsi parallèlement, éventuellement même à partir de supports communs.

21Les images d’Épinal vont en effet devenir un objet écrit commun à ces deux nouveaux types de lecteurs qui vont même être de plus en plus nombreux avec le développement de l’école gratuite et obligatoire, chargée de former un nombre croissant de lecteurs au premier niveau. Comme l’explique René Perrout,

  • 18 R. Perrout, op. cit., p. 120.

on voit alors affluer une clientèle qu’on avait négligée ou bien qu’on n’aurait pu satisfaire jusque-là. C’est la clientèle enfantine, la plus avide, la moins difficile, mais la plus insatiable. Elle est affamée d’histoires merveilleuses et de beaux personnages. L’abondance et l’ingéniosité des dessinateurs sauront la rassasier.18

Histoires merveilleuses et beaux personnages fourmillent en effet dans les récits simplifiés de notre conteuse, récits qui vont ainsi cohabiter avec ceux de Perrault, mais aussi avec « La Belle et la Bête » de Mme Leprince de Beaumont dont l’œuvre, destinée dès l’origine aux enfants et imprégnée d’intentions moralisatrices, paraît à la fin du XVIIIe siècle sous le titre de Magasin des enfants. Six cent dix feuilles d’histoires illustrées à plusieurs tableaux sont ainsi répertoriées dans le catalogue des planches d’Épinal et les contes de Mme d’Aulnoy y figurent de manière privilégiée, mais sous des formes adaptées. De plus ces récits sont inséparables désormais de l’ingéniosité des dessinateurs évoqués par R. Perrout. En ce qui concerne les récits de notre conteuse, trois illustrateurs célèbres semblent dominer pour ce travail d’interprétation ; il s’agit de Pinot, proche des Pellerin, qui meurt en 1874, d’Ensfelder, son disciple, qui meurt en 1876, et de Bertall, un artiste parisien. La notoriété de ces images d’Épinal traversa non seulement la Manche, mais l’Atlantique, et parcourut le monde jusqu’à Madagascar. Cependant ces versions illustrées et simplifiées sont bien éloignées des intentions originelles de l’auteur.

22Ainsi se trouve posé le problème de l’appropriation de l’œuvre de Mme d’Aulnoy par un nouveau public, d’abord populaire puis enfantin. Cette appropriation entraîne un processus d’adaptation qui va de la simplification réductrice jusqu’à la trahison et au contresens complet. De plus les images d’Épinal à la fin du XIXe siècle furent rassemblées en albums pour filles et pour garçons, certains albums étant manifestement davantage destinés aux fillettes. L’adaptation délibérée d’œuvres déjà simplifiées, que les colporteurs avaient répandues dans les masses populaires peu cultivées, est évidemment le fait d’éducateurs désirant les rendre assimilables auprès du jeune public. À ces intentions moralisatrices s’ajoute le problème du format délimité des images d’Épinal. Il s’ensuit inévitablement des phénomènes de réduction, de simplification du vocabulaire et des sujets, des manipulations dignes de digest, mais aussi l’élimination d’épisodes jugés trop peu conformes aux normes morales ou sociales. L’adaptation fausse le sens même des récits initiaux et aboutit de fait à une méconnaissance complète de l’œuvre de Mme d’Aulnoy, ainsi réduite à une série de textes simplifiés destinés à un lecteur au premier niveau. Cependant il faut reconnaître qu’à côté de ces versions adaptées des images d’Épinal, d’autres supports écrits furent proposés dans le cadre de la littérature enfantine.

  • 19 Voir Pierre Saintyves (pseudonyme d’Émile Nourry), Les Contes de Perrault et les récits parallèles. (...)

23Dès la fin du XVIIIe siècle, on peut trouver trace en effet d’une récupération des textes de Mme d’Aulnoy dans le cadre de la littérature enfantine. Mais celle-ci se fait cette fois avec le souci de respecter les textes originaux. On opère un simple glissement au niveau de la tranche d’âge des lecteurs. C’est ainsi que paraissent en 1784, avant même la parution du Cabinet des fées du chevalier de Mayer, Les Contes de fées ou les enchantements des bonnes et des mauvaises fées contenant des moralités charmantes, mises en action pour l’instruction et l’amusement de la jeunesse de deux sexes19. L’addition d’une sorte d’apposition explicative manifeste une volonté pédagogique à la fois moralisatrice et éducative qui aurait fait sourire Mme d’Aulnoy, mais elle marque une première forme de glissement des contes de fées en littérature de jeunesse. Il s’agit « d’enchanter » le jeune lecteur, de « l’amuser », mais pour l’instruire, et imprégner son esprit de préceptes. C’est bien ainsi que sera conçue la littérature enfantine originellement. Il faut que le temps ne soit pas perdu et que l’enfant apprenne quelque chose tout en s’amusant. Cependant il faut noter que cette première manifestation du glissement de l’œuvre de notre conteuse dans la littérature enfantine n’est pas sexiste. On s’adresse aux deux sexes, ce qui ne sera pas le cas au siècle suivant.

24Au XIXe siècle, l’adaptation d’œuvres d’abord conçues pour des adultes à un public enfantin pose en effet problème. Bon nombre d’éducateurs refusent malgré tout de triturer les textes, estimant qu’on en donne une idée fausse et qu’on habitue le lecteur à la facilité et à la passivité. On retrouve alors les textes de Mme d’Aulnoy dans des éditions complètes, avec les moralités, mais sans la présence des récits-cadres introducteurs qui représentent, on s’en souvient, une clé de lecture pourtant primordiale. Ces textes publiés sans remaniement se trouvent pour la plupart dans des éditions collectives qui regroupent les contes de Perrault, de Mme d’Aulnoy, et de Mme Leprince de Beaumont. Celles-ci sont illustrées de vignettes dessinées par Bertall ou Beaucé. Or le nom de Bertall est aussi présent dans les dessins des planches d’Épinal. Les mêmes dessinateurs se retrouvent donc aussi bien dans les éditions intégrales que dans les éditions remaniées. Cependant il faut noter que les éditions complètes et collectives s’adressent en fait à un lecteur plus performant que celui des images d’Épinal, les textes étant naturellement plus longs et plus complexes. La tranche d’âge ainsi concernée se situerait plutôt entre 9 et 14 ans. La préface de l’ouvrage de la Bibliothèque Rose illustrée chez Hachette est d’ailleurs révélatrice :

  • 20 Contes des fées, Hachette et compagnie, « Bibliothèque rose », 1896, p. 1.

Perrault mourut à Paris le 16 mai 1703. Deux femmes, Mme d’Aulnoy et Mme Leprince de Beaumont partagent avec lui le privilège d’amuser tous les gens d’esprit qui n’ont pas encore quatorze ans. Mme d’Aulnoy a fait de mauvais romans et des mémoires historiques détestables ; ce qui ne l’empêche pas d’avoir écrit L’Oiseau Bleu et La Biche au Bois. Mme d’Aulnoy est morte en 1705.20

25« Amuser tous les gens d’esprit qui n’ont pas encore quatorze ans », tel apparaît bien l’objectif assigné aux contes de Mme d’Aulnoy dans la vision réductrice de l’auteur anonyme de cette préface. Cependant la formule « gens d’esprit » est intéressante. On y perçoit un certain glissement par rapport au public populaire puis enfantin auquel s’adressaient les versions présentées en images d’Épinal. Il s’agit cette fois-ci de lecteurs plus performants qui peuvent avoir accès au texte intégral malgré sa longueur et qui appartiennent à la couche aisée de la population enfantine. Il ne faut pas oublier que le livre restera longtemps un objet assez coûteux et qui ne saurait concerner les couches les plus modestes. L’œuvre de Mme d’Aulnoy trouve ainsi un écho auprès d’une nouvelle élite mais en opérant un glissement évident au niveau de la tranche d’âge. Le jugement fort sévère au demeurant sur les autres œuvres de notre conteuse est une autre preuve de cette évolution : on ne retient de l’ensemble des écrits que les contes que l’on assimile à une littérature enfantine.

  • 21 Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine, Hachette, 1950, p. 65.

26De plus les contes de Mme d’Aulnoy apparaissant comme plus « romanesques » que les contes de Perrault, on retrouve très souvent dans des livres plus spécialement destinés aux très jeunes filles les aventures de l’Oiseau bleu, de la Chatte blanche ou de la Biche au bois, personnages éponymes des contes les plus célèbres qui peuvent nourrir les premiers émois amoureux. C’est ainsi que jusqu’à une époque récente et avec des rééditions successives tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les œuvres de notre conteuse fournissent une matière abondante à la fameuse bibliothèque rose des éditions Hachette, dans des livres « dont la couverture revêtait un ton de bonbonnière et de vie heureuse, évoquant les fondants doux aux palais et les pois de senteur »21, littérature quelque peu sexiste au demeurant. Si ces éditions représentent un moindre mal par rapport aux versions remaniées, l’appropriation par un public de jeunes adolescentes pose cependant problème. L’œuvre de Mme d’Aulnoy voisine ainsi avec des œuvres conçues dès l’origine pour les enfants, tels que les contes de Mme Leprince de Beaumont, ou du moins avec des œuvres qui représentent un point de rencontre quasi-miraculeux entre le jeune public et la tradition populaire, tels que les récits de Perrault. L’œuvre de Mme d’Aulnoy côtoiera aussi au fil des siècles les romans de la comtesse de Ségur.

27De plus, si l’on se réfère à la table des matières de ces éditions, on s’aperçoit que les mêmes contes se trouvent sans cesse valorisés. Quatre récits sont ainsi privilégiés : « La Belle aux cheveux d’or », « La Biche au bois », « La Chatte blanche » et « L’Oiseau bleu ». La préface de l’édition Hachette citait d’ailleurs, on s’en souvient, « L’Oiseau bleu » et « La Biche au bois ». On constate ainsi une sorte de phénomène de restriction. De l’œuvre abondante, on ne retient que les récits les plus connus, sans doute parce que correspondant aussi aux éditions les plus répandues des livrets de colportage ou des images d’Épinal. L’œuvre se trouve ainsi progressivement réduite à une peau de chagrin, échappant complètement au contexte originel, le système même d’écho d’un récit à l’autre devenant impossible. Le malentendu s’installe.

28Assimilée à une littérature destinée à l’éducation des jeunes filles, l’œuvre de Mme d’Aulnoy est aussi traduite à l’étranger dans des éditions cette fois moins élitistes. On en retrouve la trace en particulier en Angleterre dans les fameux Books for the bairns, petits livrets roses qui ne coûtaient qu’un penny et qui répandirent ainsi à des millions d’exemplaires les contes de Perrault, les contes de Mme d’Aulnoy, mais aussi les récits indiens, chinois, persans et autres. L’œuvre de Mme d’Aulnoy est donc ainsi récupérée, une fois de plus, dans la littérature enfantine et participe à la vague des récits féeriques, dont tous les jeunes lecteurs sont friands.

29Cependant, de même que la mode des contes de fées pour adultes était un phénomène soumis aux caprices de l’évolution des lecteurs dans le temps, la littérature enfantine elle-même remet en cause les fées au milieu du XXe siècle. Celles-ci se trouvent rangées dans les années 1950 au magasin des accessoires dépassés, assimilables aux vieilles superstitions. Le procès des fées a donc lieu et les textes de Mme d’Aulnoy en subissent indirectement les conséquences, compte tenu du contresens toujours vivant qui les situe à un premier niveau de lecture. Cette remise en cause de l’irrationnel au milieu du XXe siècle n’a pas que des adeptes, mais elle a aussi des conséquences positives : si les récits sont beaux et méritent de survivre, on les réserve alors au public des adolescents qui seront capables de ne pas en être dupes. Les contes de Mme d’Aulnoy qui laissent place plus à l’évolution psychologique qu’à un merveilleux de pacotille gardent ainsi un public de fidèles lectrices.

  • 22 Mme d’Aulnoy, La Chatte blanche et autres contes, illustrations de Frédéric Clément, Grasset jeunes (...)
  • 23 Mme d’Aulnoy, L’Oiseau bleu et autres contes, illustrations de Frédéric Clément, Grasset jeunesse, (...)
  • 24 Mme Leprince de Beaumont, Mme d’Aulnoy, La Belle et la bête et autres contes, Hachette, « Contes et (...)

30Mais ce procès des fées tourne, semble-t-il, à l’avantage des dames blanches, et de manière assez paradoxale l’époque contemporaine voit refleurir l’irrationnel. Les récits merveilleux apparaissent, de nos jours, comme un patrimoine important de la littérature enfantine, voire comme une source indispensable à l’équilibre du jeune lecteur et à son développement psychologique. Les contes de Mme d’Aulnoy sont ainsi réédités en cette fin de XXe siècle, mais ils sont trop souvent considérés encore comme destinés à un jeune public, voire récupérés à des fins pédagogiques. Le malentendu persiste donc. C’est ainsi que les éditions Grasset jeunesse ont publié de manière très récente deux superbes albums illustrés, fort coûteux, l’un La Chatte blanche et autres contes22, l’autre L’Oiseau bleu et autres contes23. Le titre même de la collection est sans équivoque possible. Grasset jeunesse vise la même tranche d’âge au niveau du lectorat que les éditions Hachette du siècle précédent. D’autres sociétés d’édition telles que Flammarion, Larousse ou même Le Livre de Poche, bien que concernant un public plus vaste, grâce à un prix de vente plus modique, s’adressent toujours aux « juniors ». Hachette dans sa collection de poche en littérature de jeunesse publie ainsi un recueil consacré au thème du fiancé-animal sous le titre de La Belle et la bête et autres contes, en mentionnant deux auteurs-phares : Mme Leprince de Beaumont et Mme d’Aulnoy24. De plus les titres des contes de Mme d’Aulnoy valorisés dans ces diverses éditions récentes demeurent toujours les mêmes, ce qui renforce l’entreprise réductrice déjà évoquée à propos de l’ensemble de l’œuvre.

31Celle-ci est d’ailleurs plus manifeste encore dans la récupération des contes que l’on peut constater dans certains manuels scolaires contemporains. Le conte de « La Belle aux cheveux d’or » est souvent privilégié parce que susceptible d’illustrer les analyses fort simplificatrices des schémas textuels dérivés des études structurales qui servent de fer de lance à la didactique actuelle du conte. Ce fait représente une trahison supplémentaire, si l’on se souvient de la complexité des techniques de composition de notre conteuse. Restreindre ses récits à une sorte de modèle d’application des fonctions de Propp relève en fait d’une entreprise tout aussi réductrice que l’adaptation des versions populaires en images d’Épinal.

La renaissance des contes de fées

  • 25 Charles Perrault, Contes suivis des contes de Mme d’Aulnoy, illustrations Eva Bednarova, Éd. Gründ, (...)

32Mentionnons d’abord quelques entreprises de vulgarisation honorables qui participent à la redécouverte de ces cabinets des fées. Au sein de sa collection « Légendes et contes de tous les pays », les éditions Gründ consacrent dans les années 1980 un volume aux contes de Perrault qui sont associés aux contes les plus connus de notre conteuse. Un autre volume est cependant consacré de manière spécifique aux contes de Mme d’Aulnoy25. Mais ces livres illustrés qui se situent dans la mouvance de la renaissance du conte au cours des seventies et qui s’adressent à un public large privilégient une fois de plus seulement quelques récits, dont le texte est parfois un peu adapté à un lectorat peu sensible aux subtilités de la langue du XVIIe, et le contexte des récits-cadres est une fois de plus escamoté. Notons qu’on trouve à la même époque aux éditions Garnier des fac-similés d’éditions plus anciennes, sous le titre Contes des fées par Perrault, Hamilton et Mme Leprince de Beaumont : il s’agit d’un florilège qui joue sur l’aspect commercial du beau livre-objet digne d’orner une bibliothèque (adulte) par sa qualité éditoriale.

  • 26 Nouveau Cabinet des fées [1785-1786], Jacques Barchilon éd., Genève, Slatkine reprints, 1974, 18 vo (...)
  • 27 Le Cabinet des fées, Élisabeth Lemirre éd., Arles, Éd. P. Picquier, 1988-1990, 3 vol. (le vol. 1 es (...)
  • 28 Le Cabinet des fées, Contes choisis et présentés par Élisabeth Lemirre, Arles, Éd. P. Picquier, 200 (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Mme d’Aulnoy, Contes I et II, op. cit.
  • 31 La Bibliothèque des Génies et des fées, dirigée par Nadine Jasmin, chez H. Champion, comprendra vin (...)

33Cependant, l’appel d’Elisabeth Storer dans sa thèse (en 1929), pour la redécouverte de ces récits féeriques dans leur version d’origine, semble enfin avoir été entendu par les fées du XXe siècle. Dès 1974, un Nouveau Cabinet des fées est paru aux éditions Slatkine26. Cette édition est la reproduction en fac-similé de l’édition de Paris de 1785-1786. Compte tenu de son prix, elle s’adressait aux bibliophiles avertis. De 1988 à 1990, un autre Cabinet des fées paraît cette fois aux éditions Picquier, sous la direction d’É. Lemirre27. Celle-ci se réfère au chevalier de Mayer et rappelle que son édition était déjà sélective ; elle s’autorise la même liberté. Elle écarte une fois de plus les contes orientaux qui « feront, en un autre lieu, l’objet d’une autre publication », et elle juge inutile de reprendre les contes de Perrault « dont on trouve partout d’excellentes éditions »28. Elle adopte l’ordre du chevalier de Mayer, ajoute quelques noms ou quelques contes puisés dans l’édition originale, ainsi que des notes de bas de page et une présentation biographique des auteurs. À la fin, un petit dictionnaire des objets magiques, des principaux lieux et de tous les personnages des contes contenus dans cette édition facilite les recoupements. Les gravures sont celles de l’édition de 1785 et sont dues aux dessins de Marillier. Cette entreprise s’adresse aux étudiants, de plus en plus nombreux à s’intéresser à ces récits féeriques. Hélas, si les textes sont fidèles aux versions d’origine, les récits-cadres sont une fois de plus escamotés. Ce Cabinet des fées a été plusieurs fois réédité : la dernière réédition29 en un seul volume est de nouveau épuisée, ce qui est une forme de rançon de la gloire. Il faudra attendre le tricentenaire de la publication des contes de Charles Perrault et des premiers recueils de Mme d’Aulnoy pour retrouver les récits-cadres de celle-ci, qui seuls permettent une lecture circonstanciée de l’œuvre. Philippe Hourcade30 est le premier à publier enfin les contes de Mme d’Aulnoy en une édition fidèle aux textes d’origine, en réinsérant ces contes au sein des récits-cadres qui sont autant de clés de lecture. Mais l’entreprise se restreignait alors aux contes de cette « reine de la féerie » si chère à Jacques Barchillon, qui signe d’ailleurs la préface. L’entreprise actuelle de la Bibliothèque des Génies et des Fées31 dirigée par Nadine Jasmin dans la collection « Sources Classiques » aux éditions Champion est d’une autre envergure.

  • 32 Ibid., vol. 1, « Introduction », p. 10.

34Il s’agit cette fois de rééditer dans son intégralité l’ensemble de ces contes de fées dont la vogue s’est étendue de la fin du Grand Siècle à la fin du Siècle des Lumières. La Bibliothèque des Génies et des Fées a donc une double ambition : d’une part, reproduire les contes dans un texte conforme au texte original, mieux que ne le fit en son temps le chevalier de Mayer dont le « Cabinet » est qualifié d’incomplet et fautif par les responsables de cette nouvelle édition ; et d’autre part, proposer une édition critique « offrant au lecteur curieux, comme au chercheur, un précieux outil de travail »32. Nadine Jasmin qui dirige cette publication présente la structure de la série qui comprendra vingt volumes répartis en cinq sections selon un triple classement chronologique, générique et thématique. En tête du premier volume de cette série consacrée aux contes merveilleux, l’on trouve une introduction fort documentée sur l’ensemble de la mode des contes de fées, introduction due à la plus célèbre des universitaires qui en France s’est intéressée dès 1980 à ce phénomène : Raymonde Robert. Il était temps que le lecteur adulte redécouvre l’œuvre dans son ensemble et puisse la relire en prenant en compte son contexte littéraire et historique : cette réédition fondée sur la recherche universitaire devrait enfin permettre la redécouverte de cet art du conte décliné au féminin, ce fameux « art de la bagatelle », et la relecture des cabinets des fées.

Notes

1 Charles Perrault, Contes de ma mère l’Oye, Gallimard, « Folio classique », 2006, p. 28.

2 Le Cabinet des fées ou collection choisie des contes de fées et autres contes merveilleux ornés de figures, du chevalier Charles-Joseph de Mayer, Amsterdam, 1785-1786 ; les contes de Mme d’Aulnoy sont contenus dans les tomes II, III, IV.

3 Mme d’Aulnoy, Contes I, Les Contes des fées, introduction par Jacques Barchillon, texte établi et annoté par Philippe Hourcade, Société des Textes Français Modernes, Klincksieck, 1997, p. 9-26 ; Contes II, Contes nouveaux ou les fées à la mode, 1998.

4 Contes II, op. cit., p. 342.

5 Contes I, op. cit., p. 295.

6 Ibid., p. 296.

7 On pourra se référer pour ces problèmes du statut de l’écrivain à l’ouvrage d’Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Éd. de Minuit, « Le Sens Commun », 1985.

8 Contes I, op. cit., p. 296.

9 Contes II, op. cit., p. 131-162 ; p. 271-280 ; p. 407-428 ; p. 472-482 ; p. 523-538.

10 Ibid., p. 482.

11 On se référera à ce propos à l’introduction très documentée de l’édition du tricentenaire due à P. Hourcade, op. cit., Contes I, p. XLIV-XLIX.

12 On se référera à l’excellente introduction de Raymonde Robert à La Bibliothèque des Génies et des Fées, H. Champion, 2004, vol. 1, p. 15-60.

13 Les Cabinets des fées contenant tous leurs ouvrages, Amsterdam, M. C. Le Cene, 1731-1735, 8 vol. in-12.

14 Le Cabinet des fées contenant tous leurs ouvrages, Amsterdam, M. M. Rey, 1754- 1761, 8 vol. in-12 (III, 412 p. – IV, 426 p. – V, 222 et 230 p. – VI, 229 et 216 p.).

15 René Perrout, Trésors des images d’Épinal [paru de 1910 à 1912 dans la revue Lorraine], Barembach, J.-P. Gyss, 1985.

16 Marie-Élisabeth Storer, Un épisode littéraire de la fin du XVIIe siècle. La mode des contes de fées (1685-1700), Champion, 1928.

17 Paul Delarue, Le Conte populaire français, Maisonneuve et Larose, 1957, t. I, introduction, p. 27.

18 R. Perrout, op. cit., p. 120.

19 Voir Pierre Saintyves (pseudonyme d’Émile Nourry), Les Contes de Perrault et les récits parallèles. Leurs origines : coutumes primitives et liturgies populaires, É. Nourry, 1923.

20 Contes des fées, Hachette et compagnie, « Bibliothèque rose », 1896, p. 1.

21 Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine, Hachette, 1950, p. 65.

22 Mme d’Aulnoy, La Chatte blanche et autres contes, illustrations de Frédéric Clément, Grasset jeunesse, 1989.

23 Mme d’Aulnoy, L’Oiseau bleu et autres contes, illustrations de Frédéric Clément, Grasset jeunesse, 1991.

24 Mme Leprince de Beaumont, Mme d’Aulnoy, La Belle et la bête et autres contes, Hachette, « Contes et merveilles », 2001.

25 Charles Perrault, Contes suivis des contes de Mme d’Aulnoy, illustrations Eva Bednarova, Éd. Gründ, « Légendes et contes de tous les pays », 1978 ; Mme d’Aulnoy, Contes de Madame d’Aulnoy, illustrations Alain Brunovsky, Éd. Gründ, « Légendes et contes de tous les pays », 1981.

26 Nouveau Cabinet des fées [1785-1786], Jacques Barchilon éd., Genève, Slatkine reprints, 1974, 18 vol.

27 Le Cabinet des fées, Élisabeth Lemirre éd., Arles, Éd. P. Picquier, 1988-1990, 3 vol. (le vol. 1 est consacré aux contes de Madame d’Aulnoy).

28 Le Cabinet des fées, Contes choisis et présentés par Élisabeth Lemirre, Arles, Éd. P. Picquier, 2000 (rééd., 1 vol.), « Avertissement », p. XXI.

29 Ibid.

30 Mme d’Aulnoy, Contes I et II, op. cit.

31 La Bibliothèque des Génies et des fées, dirigée par Nadine Jasmin, chez H. Champion, comprendra vingt volumes ; le premier, paru en 2004, est consacré à l’œuvre de Mme d’Aulnoy.

32 Ibid., vol. 1, « Introduction », p. 10.

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search