Version classiqueVersion mobile

Un Juriste en politique. Merlin de Douai (1754-1838)

 | 
Hervé Leuwers

Troisieme partie. Un necessaire compromis social : un homme libere dans une societe rationalisee

Un droit régénéré pour une société nouvelle ?

Texte intégral

1Tandis que Benjamin Constant, Daunou et nombre d’idéologues, ne ménagèrent pas leurs critiques contre l’Empire, d’anciens révolutionnaires, et notamment Lanjuinais, Boissy d’Anglas, Berlier ou Merlin de Douai, se laissèrent couvrir d’honneurs et d’argent. Si leur soif d’ordre, stimulée par les troubles révolutionnaires, peut expliquer leur glissement vers le bonapartisme politique, elle ne permet pas de comprendre leur ralliement aux valeurs de la société impériale, surtout après le rétablissement d’une noblesse héréditaire. Sans nier que l’opportunisme puisse en partie expliquer cette adhésion, leur conformisme social nous laisse présumer que la société nouvelle réalisait certaines de leurs anciennes aspirations.

  • 1 Rappelons le sévère jugement de La Révellière-Lépeaux sur Merlin de Douai : « Il n’a nulle idée de (...)

2Dans le cas de Merlin de Douai, l’expérimentation de cette hypothèse peut passer par l’analyse de son œuvre juridique. Le droit apparaît en effet comme un remarquable instrument d’étude. Même s’il est évident qu’il ne renvoie pas une image fidèle d’une époque, l’on peut au moins penser que sa formulation trahit la pensée du législateur et que son commentaire nous livre celle du jurisconsulte, même si celui-ci n’a rien d’un homme versé dans la philosophie du droit1. Au travers de l’œuvre de Merlin, de l’Ancien Régime à l’Empire, il est ainsi possible d’approcher le projet social d’un homme et son évolution, notamment aux époques les plus troublées de la Révolution. De plus, l’étude d’une pensée juridique permet de comprendre quel rôle un législateur prétend faire jouer au droit, et de mesurer l’ampleur du bouleversement social qu’il souhaite ; ainsi, il est possible de se demander si Merlin a voulu réinventer la société, la transformer selon des critères tout à fait neufs, ou simplement la corriger, la rationaliser.

3Sans prétendre mener une étude exhaustive de l’œuvre du jurisconsulte et du législateur, dont l’ampleur dépasse de loin les ambitions de recherches, nous ne pourrons négliger d’aborder les grands débats juridiques de la Révolution la réformation de l’organisation judiciaire, la transformation de la justice pénale, la libération de la propriété et la codification des lois civiles ; cependant, dans l’étude de ces importantes réformes, dont Merlin fut l’un des principaux auteurs, nous tenterons avant tout de rechercher les idées sociales de notre personnage et leur évolution. Dans une dernière étape, la confrontation du discours juridique et de la vie de Merlin, notamment à l’époque de l’Empire, permettra d’approcher ses rapports avec la naissance, la fortune et le talent, en un mot avec les critères de distinction sociale, et de préciser ainsi la logique et les incohérences de sa pensée et de son parcours.

Notes

1 Rappelons le sévère jugement de La Révellière-Lépeaux sur Merlin de Douai : « Il n’a nulle idée de la partie philosophique de la législation, ni de l’influence plus ou moins immédiate des lois sur les mœurs et le caractère des individus et des nations ». La Revelliere-Lepeaux Louis Marie de, Mémoires, Paris, E. Plon-Nourrit, 1895, tome I, p. 352.

© Artois Presses Université, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search