Version classiqueVersion mobile

Un Juriste en politique. Merlin de Douai (1754-1838)

 | 
Hervé Leuwers

Première partie. Du barreau douaisien a l'Institut : le parcours et les choix d'un enfant des Lumieres

Un avocat à la veille de la Révolution

Enjeux et promesses d’une carrière

Texte intégral

  • 1 Fitzsimmons Michael P., The Parisian Order of Barristers and the French Revolution, Cambridge (Mass (...)

1Dans les dernières années de la France Moderne, Philippe Merlin, simple fils de censiers, s’était imposé comme un brillant avocat et jurisconsulte dont les succès avaient été couronnés par l’acquisition de la noblesse au premier degré. En 1789 pourtant, choisi pour représenter le Tiers état de son bailliage aux Etats généraux, il se rangea parmi les plus fervents patriotes. Son choix politique, comme nous le rappelle l’étude de Michael P. Fitzsimmons sur le barreau du Parlement de Paris1, n’avait rien d’évident, tant les avocats se divisèrent alors, de manière assez équilibrée, entre patriotes et contre-révolutionnaires. Etudier la formation, la carrière et la stratégie professionnelle et sociale de Merlin de Douai nous oblige ainsi à nous interroger non seulement sur les enjeux d’une carrière d’avocat, mais aussi sur les origines d’un engagement politique pro-révolutionnaire. La description de son itinéraire se doublera ainsi de deux interrogations : celle de l’intérêt d’un membre du barreau et, plus largement, de toute une catégorie socio-professionnelle pour l’engagement public, et celle des raisons de son adhésion au courant réformateur. Sans prétendre épuiser ces questions, le cas de Merlin permet au moins d’enrichir le débat d’un exemple individuel.

Faire « parler les loix » : un choix professionnel et social

  • 2 Voir Berlanstein Lenard R., The Barristers of Toulouse in the Eighteenth Century (1740-1793), Balti (...)
  • 3 Voir Mereuil A. de, « Les avocats de l712 à l790 d’après un manuscrit de Plouvain appartenant à Mon (...)

2Dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, même si les métiers du droit s’ouvraient de plus en plus à des hommes d'humble origine, il était assez rare de voir un fils de riches paysans parvenir directement au métier d’avocat ; dans certains parlements, comme celui de Toulouse, ce phénomène resta même inconnu tout au long du siècle2. A Douai, en 1789, la plupart des membres du barreau étaient fils de procureurs, d’avocats ou de négociants ; sur les quatre-vingt-onze inscrits, l’on remarquait cependant la présence d’un enfant de charpentier et d’au moins trois fils de censiers ou de fermiers3. Même si Merlin ne faisait pas figure d’exception, il était sans nul doute un cas à part.

  • 4 Philippe Antoine Merlin, né le 30 octobre 1754, était le quatrième enfant de Gabrielle Delamotte ; (...)

3Au XVIIIe siècle, sa famille habitait le petit bourg d’Arleux, à une dizaine de kilomètres au sud de Douai, qui comptait un modeste millier d’âmes. Depuis au moins deux générations, les ancêtres directs de Merlin y cultivaient la terre ; par leur manière de vivre et leur activité, ils comptaient parmi les plus favorisés de la société paysanne. Les grands-parents paternels du jeune homme, Marie Scholastique Peugnet et Nicolas François Merlin, se présentaient comme censiers dans les actes paroissiaux et tenaient à ferme la majeure partie de leurs terres. Du côté maternel, l’aisance paraissait moindre, et les grands-parents de Merlin, Philippe Antoine Delamotte et Catherine Louise Levaillant, se disaient simplement laboureurs. Quant aux parents du jurisconsulte, Jean-Jacques Merlin et Marie Gabrielle Delamotte, ils se prétendirent censiers dès leur mariage, en 1748 ; dans les années suivantes, l’importance de leur exploitation agricole s’étendit jusqu’à comprendre deux fermes, l’une à Arleux, l’autre dans la commune d’Oisy ; la plupart de leurs terres étaient louées à deux grandes abbayes des environs : celle du Verger et surtout celle d’Anchin. Malgré tout, la famille de Merlin était loin de prédisposer ses enfants à de longues études. La grande majorité des parents du jeune Philippe Antoine étaient incapables d’écrire, et se contentaient de signer d’une croix ou de dessiner maladroitement leur nom. Ainsi, l’on peut se demander ce qui conduisit Merlin à entreprendre des études, d’autant plus que sur les dix enfants de sa mère, dont cinq seulement atteignirent l’âge adulte, il fut le seul à fréquenter le collège4.

  • 5 Voir Bourg Edme Théodore, dit Saint-Edme, Biographie des lieutenans généraux, ministres, directeurs (...)
  • 6 Gruffy Louis, op. cit., p. 10.
  • 7 Voir Dumonceaux François-Xavier, Au rédacteur du « Gardien de la Constitution », s.l.n.d., lettre i (...)
  • 8 B.M. Douai, ms. 1019, f° 3 r°.
  • 9 Marchand Philippe, Ecoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution, Lille, C.H.R.N./Lille (...)

4Bien des fables, pourtant démenties par certaines des plus anciennes biographies de Merlin5, ont été écrites sur l’éducation du jeune homme ; la plus fréquente, reproduite par Louis Gruffy, fait de Merlin un élève et un enfant de chœur de l’abbaye d’Anchin6. L’erreur s’explique par les liens qui unissaient l’abbaye Saint-Sauveur aux parents de Merlin, fermiers de leurs terres d’Arleux, mais surtout parce que le jeune homme fut un moment boursier du Collège d’Anchin, par ailleurs indépendant de l’abbaye éponyme. En fait, il semble que ce fut à Arleux, peut-être dans la petite école de son village, en tout cas sous la houlette d’un magister nommé Desoubry, que Merlin reçut ses premiers rudiments de culture7. Peu après, le1er octobre 1764, quelques semaines avant son dixième anniversaire, il fut accueilli dans la classe de sixième du Collège d’Anchin8, situé à Douai, dans la rue des Ecoles, qui demeura jusqu’au printemps 1765 sous la direction des Jésuites. A partir de cette date, six régents d’humanité et deux professeurs de philosophie, recrutés par concours et indifféremment laïcs ou ecclésiastiques, y dispensèrent un enseignement gratuit à plus de quatre cents élèves venus de provinces voisines et parfois de villes plus éloignées comme Bruges, Utrecht, Bapaume ou Paris. La plupart de ces enfants étaient logés et nourris dans l’un des multiples séminaires ou fondations de la ville9.

5A l’époque, et c’est ce qui explique son entrée dans les études, le jeune Merlin se montrait fort pieux et envisageait de prendre la soutane. Dans un testament daté du 18 février 1765, sa grand-tante Broutin écrivait ainsi :

  • 10 Houze de L’aulnoit Aimé, Famille Houzé de l’Aulnoit et ses alliances, Lille, Lefebvre-Ducrocq, 1892 (...)

Pour seconder le zèle et les talents que Philippe Merlin, mon petit neveu a pour les études, et pour le mettre en état de continuer, je veux que Nicolas Joseph Levaillant, mon frère, paie annuellement audit Merlin, une pension viagère de soixante florins, monnoie de flandres [...] jusqu’à ce que ledit Merlin soit parvenu à l’état de prêtrise, et qu’il soit pourvu d’une vicairerie ou autre bénéfice10.

  • 11 Ibid.

6La vocation du jeune homme, pour naître et se développer, n’avait guère eu besoin de l’aide des moines d’Anchin ; elle s’éteignit d’ailleurs rapidement, comme semble le prouver un second testament de sa tante, daté du 22 août 1767, où la disposition prise jadis en sa faveur avait disparu11. Philippe Merlin n’en poursuivit cependant pas moins ses études.

  • 12 Dumonceaux François-Xavier, op. cit.
  • 13 A.D.Nord, D 510/24, « Observations et projet sur la dépense concernant la pension des professeurs, (...)

7Pendant toutes ses humanités, le jeune externe fut logé chez sa grand-tante Broutin, « femme qui jouissait de quatre à cinq mille livres de rente ». Après sa mort, son application aux études et la modestie de ses origines lui valurent d’entrer comme boursier en philosophie12. A ce titre, une somme de trois cents livres était réservée chaque année pour qu’il fût logé, nourri et blanchi. Le collège prenait également en charge la plupart des frais liés à sa vie quotidienne : les services du médecin, du chirurgien ou de l’apothicaire, du savetier, de la couturière et du maître perruquier13.

  • 14 B.M. Douai, ms. 1019.

8Un manuscrit de Plouvain, condisciple d’étude de notre personnage, a permis de reconstituer entièrement le cursus scolaire de Merlin. L’écolier y paraît appliqué, sérieux, peut-être même doué. Pendant ses humanités, il ne se passe pas une année sans qu’on le retrouve parmi la dizaine ou la quinzaine d’élèves sélectionnés pour concourir aux exercices publics de fin d’année, organisés au terme de chaque mois d’août, à la veille des grandes vacances de septembre. Notre collégien, s’il n’en sort pas toujours aux premières places, a au moins le mérite de terminer l’année classé parmi les meilleurs éléments de promotions comptant de quarante-cinq à soixante écoliers ! En 1765, à la fin de l’année de cinquième, il est dixième du concours ; en quatrième et en troisième, il rentre à Arleux avec le premier prix ; mais en se classant neuvième à l’exercice public de seconde et onzième à celui de rhétorique, il termine ses humanités honnêtement, mais sans brio14.

  • 15 A.D. Nord, D 2/24 et D 3/124.

9Pendant ces années, Merlin avait appris le latin, le grec et les règles de l’éloquence ; les régents d’humanité avaient également veillé à son éducation religieuse : une prière ouvrait et fermait les leçons, les enfants suivaient une messe quotidienne dans l’église de l’établissement et, au moins une fois par mois, ils faisaient pénitence et communiaient. Les lectures et les occupations des écoliers n’échappaient pas davantage à la surveillance des maîtres. Le règlement du collège menaçait de punir très sévèrement tous ceux qui fréquenteraient les cabarets, les billards et les spectacles, ceux qui porteraient l’épée ou iraient à la chasse, ceux qui liraient des romans ou des comédies, ceux qui auraient l’impudeur de se baigner ou de danser, ou oseraient « entrer pardessus les murs dans les maisons & jardins » ; en résumé, on interdisait aux écoliers tout ce qui paraissait menacer « la pureté des mœurs, le respect & la soumission dûs à l’Eglise et au roi »15.

  • 16 Sur tous ces détails voir B.M. Douai, ms. 1019.

10Merlin semblait s’accommoder de ce régime sévère ; à l’époque où il devint adolescent, on s’aperçoit même que ce fut avec une ardeur plus vive et un intérêt nouveau qu’il poursuivit ses études ; sérieux dans ses humanités, il apparaît brillant pendant ses deux années de philosophie. En octobre 1770, comme soixante-deux autres collégiens, il fut admis dans la classe de logique du professeur Doudan, curé de La Bassée. L’élève y obtint d’excellents résultats : classé premier aux thèses « menstrielles » de novembre, premier aux thèses de logique de mars et troisième à l’exercice de physique et de morale, il fut probablement le meilleur élève de sa promotion. En 1771-1772, dans la classe du professeur Beghin, Philippe Merlin remporta le concours de philosophie universelle, termina second celui de physique et soutint avec succès sa thèse « des actes formels pour acquérir le grade de bachelier es arts », exercice difficile dont il sortit premier ex œquo16.

11Ces succès, à n’en pas douter, avaient nourri son ambition et, malgré la place tenue par l’enseignement et la pratique religieuse dans son éducation, il est probable que le jeune homme avait depuis plusieurs années opté pour la robe. En avril 1776, dans l’un de ses premiers plaidoyers, il prononça une véritable profession de foi où dominaient les motivations passionnelles :

  • 17 A.D.Nord, J 793/9.2, plaidoyer autographe de Merlin pour Maître Manesse, 15 avril 1776.

J’ai cru voir le parfait, le digne Avocat, écrivait-il. J’ai cm le voir longtems assis au milieu des plus illustres morts, évoquer leurs manes, les embrasser, respirer leur esprit et se remplir de leurs vertus : bientôt après il s’élance dans la carrière ; précédé par l’humanité, accompagné de la religion et de l’amour de la patrie, soutenu par l’honneur, entouré d’une foule de malheureux, il s’avance vers le temple de la justice, il vient apporter à ses pieds les larmes des infortunés, réunissant tout ce que la raison a de profondeur, ce que la vertu a de majesté, ce que l’éloquence à de force, il fait parler les loix, émeut la pitié, tonne sur l’imposture, confond l’imposteur, persuade, entraîne, subjugue ; mille applaudissemens s’élèvent et je m’écrie : voilà mon héros, voilà mon modèle17 !

  • 18 Voir Houze de l’Aulnoit Aimé, op. cit., p. 402-403.
  • 19 A.D.Nord, J 793/2, m.a. d’une lettre de Merlin au premier président Pollinchove, datée du 30 juille (...)

12S’il paraît indubitable que dans son choix entraient une soif de justice et la passion du droit, il est tout aussi évident qu’aux yeux de ce talentueux roturier, le barreau était un gage de réussite et une promesse d’ascension sociale. Un détour par la généalogie de Merlin semble conforter cette hypothèse. Dans l’imaginaire du jeune homme, son bisaïeul maternel occupait une place exceptionnelle ; au début du siècle, Jacques Poras Levaillant avait été seigneur du Buisson, de Warennes et de la Pucelle, et avait épousé la fille d’un échevin de Douai ; son assassinat par le comte d’Arleux, dont il était le vassal, avait cependant brutalement interrompu sa promotion sociale18. Trois générations plus tard, son souvenir n’était pas perdu et Merlin conservait la conviction qu’un criminel revers de fortune avait privé sa famille d’un probable anoblissement ; en 1788, il présenta ainsi ses succès professionnels comme la réparation des « brèches » faites dans le commencement du siècle à la fortune de ses aïeux19. Parce que ce vague héritage d’un arrière-grand-père était omniprésent dans l’esprit de Merlin, son accession à la profession d’avocat, puis à la noblesse, allaient revêtir un aspect de revanche sociale.

  • 20 Voir B.M.Douai, ms. 1019, f° 3 r° et 4 v°.
  • 21 A.D.Nord, D 2/24, p. 32, art. 196 ; Α.Ν., F17 1310, dos. 10 ; Collinet Paul, L’ancienne Faculté de (...)

13En octobre 1772, comme beaucoup de ses camarades, Philippe Merlin s’inscrivit ainsi sur la matricule de la Faculté de droit de Douai, qui comptait environ quatre-vingts étudiants20. Depuis 1750, les leçons y étaient assurées par cinq professeurs recrutés par concours, excepté celui de droit français, directement nommé par le roi. L’enseignement qu’ils prodiguaient pendant les trois années qui menaient à la licence in utroque jure, c’est-à-dire en droit civil et canonique, n’était pas uniquement théorique. Certes, pour présenter aux élèves les principes du droit canon, on leur dictait des cahiers qui suivaient l’ordre des décrétales, et les professeurs des Institutes, du Digeste et du Code étudiaient d’abord les grands textes du droit romain ; mais les lettres patentes demandaient aux professeurs de mettre constamment en rapport leur matière avec les usages des Pays-Bas et les ordonnances du souverain21. Ces références à la législation en vigueur étaient d’ailleurs complétées par les leçons de droit français, qui donnaient aux étudiants une vision plus exacte et plus précise de la législation royale.

  • 22 Voyez, A.D.Nord, D 2/24, p. 35, art. 210-212 et p. 37, art. 225 ; A.D.Nord, D 551*, f° 50 r°-v° et (...)

14Le jeune Merlin sut profiter de cet enseignement ; bachelier en 1774, il obtint sa licence un an plus tard et passa, comme la plupart des vingt et un diplômés de son année, les épreuves de droit français indispensables pour s’inscrire au barreau d’un parlement22. A vingt, ans à peine, ses études universitaires étaient achevées, mais la pratique du droit et l’ambition d’être « l’aigle » de son barreau ne manqueraient pas d’approfondir cette rapide formation.

L'imparfaite réussite d’un avocat et jurisconsulte

  • 23 B.M. Douai, ms. 990, tome II, p. 162.

15En 1789, après une quinzaine d’années d’exercice, Merlin apparaissait comme un homme comblé par la renommée. N’était-il pas devenu l’une des gloires du barreau de Douai, et ses collègues ne l’avaient-ils pas élu, en novembre de l’année précédente, syndic de leur communauté23 ? Ne s’était-il pas également imposé, grâce à sa collaboration au Répertoire de jurisprudence de Guyot, comme un jeune et talentueux jurisconsulte ? Malgré ces succès, Merlin se montrait cependant déçu par certains aspects de son parcours et, si son mécontentement ne le détournait pas toujours de la société de son temps, il entretenait tout au moins une ambition qui restait en partie inassouvie.

  • 24 A.D.Nord, 8 B2ème série 59, f° 10 v°.
  • 25 AD. Nord, J 793/7.1.
  • 26 A.D.Nord, 8 B2ème série 1506, fragments d’un journalier de Merlin, p. 35-38.

16Le 21 juillet 1775, comme douze de ses camarades, le jeune gradué avait été présenté à la Cour du Parlement de Flandre, pour y être accepté au nombre de ses avocats24. Inscrit au tableau sans stage, comme le voulait la tradition du tribunal, il ouvrit immédiatement un cabinet, sans pour autant envisager de mener toute sa carrière en province ; en effet, dès 1777, il quitta Douai pour Paris. Pendant une année, accompagné par Brigitte Dumonceaux, sa jeune épouse, il résida au Marais, dans la rue Vieille du Temple, chez un certain Badaut25. Le 12 juin 1777, il fut reçu avocat au Parlement de Paris et commença d’y suivre le barreau. L’expérience ne fut pourtant pas sans le décevoir quelque peu ; assurément, l’avocat n’obtint pas tout l’ouvrage qu’il espérait, ni la considération qu’il s’était promise ; le roturier, provincial de surcroît, ne parvint probablement pas à nouer les relations et les amitiés qu’il escomptait et, dès le 19 juin 1778, une année à peine après son arrivée, il reprit le chemin de sa patrie natale26. Le jeune avocat n’avait cependant pas usé tous les charmes de la capitale et, dans les années suivantes, l’ambition d’une carrière parisienne l’anima à plusieurs reprises.

  • 27 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées des 2 et 16 mars, 31 mai et 28 juin [1780].
  • 28 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 22 et 29 mai et du 18 octobre [1781], ainsi que celle (...)
  • 29 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 16 juillet [1786].
  • 30 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 31 janvier 1787.

17En 1780, Merlin envisagea ainsi de quitter définitivement la Flandre pour Paris, d’y suivre le barreau et d’acheter un office27. Un an plus tard, en mai 1781, il annonça à nouveau sa prochaine installation dans la capitale ; en octobre, il parut sur le départ et demanda à son ami Guyot de se renseigner sur le prix des charges, et même de lui chercher un appartement28. En 1786, un projet de journal de droit intitulé Recueil général et journalier de jurisprudence françoise29, allait faire renaître la même tentation. En 1787, ce fut cette fois l’ambition d’être choisi pour avocat de la reine qui ranima son vieux rêve30. Mais aucun de ces projets n’aboutit.

18En partie à contrecœur, Philippe Merlin se contenta d’une carrière provinciale. A Douai, il partageait ses journées entre son cabinet et les audiences des tribunaux. Comme la procédure était essentiellement écrite au civil, la majeure partie de son travail pouvait s’effectuer dans son bureau où il rédigeait avec un grand soin ses écrits juridiques ; les multiples consultations, notes, mémoires ou plaidoyers conservés aux Archives du Nord nous montrent un homme se penchant essentiellement sur des causes civiles concernant des questions d’héritage, des différends commerciaux ou, plus rarement, des affaires liées au système seigneurial. Il conseillait ainsi des personnes de toute extraction, même si la plupart étaient issues des milieux sociaux les plus favorisés : de la noblesse, du négoce, de l’Eglise ou du monde des hommes de loi ; l’un de ses principaux clients, au moins depuis 1784, était ainsi le riche couvent Saint-Sauveur d’Anchin. Mais cet engagement en faveur de privilégiés ne l’empêchait aucunement de prendre la défense de fermiers, d’artisans ou de collectivités villageoises, comme celle de sa ville d’origine, Arleux.

  • 31 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.
  • 32 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 22 août [1784].
  • 33 Sur Dupaty, voir Helie Faustin et Cuzon, « Merlin de Douai », dans Michaud, Biographie universelle, (...)
  • 34 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 18 juillet 1784.
  • 35 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.

19Très vite, cet homme pour qui « chômer et vivre oisif » était « une chose insupportable »31, se construisit une réputation par le travail et l’étude, au risque de compromettre son assez fragile santé32. Dans les années 1780, on consultait Merlin de toute la France ; parmi ses clients restés célèbres on peut citer le président Dupaty, auteur des Lettres sur l’Italie, qui connurent en leur temps un vif succès ; Restout, l’un des peintres ordinaires du roi ; ou encore Beaumarchais, aussi connu pour ses comédies que pour son esprit procédurier33. Malgré ces succès, Merlin ne se montrait qu’en partie satisfait de sa carrière. Ses travaux de doctrine l’avaient progressivement contraint à délaisser son métier d’avocat et à confier une partie toujours plus importante de son ouvrage à de proches collaborateurs. Il alla même, en 1784, jusqu’à envisager de renoncer à la plaidoirie34, projet qu’il mit en partie à exécution dans les années qui suivirent. En juillet 1787, la mévente du Répertoire lui faisait cependant regretter ce choix qui lui avait coûté, écrivait-il, « la perte des plus belles clientèles »35. En fait, ses plaintes trahissaient surtout le découragement d’un homme dont les importants travaux de doctrine, pour des raisons essentiellement commerciales, risquaient de demeurer sous forme manuscrite ; l’enjeu était essentiellement financier. Le reste était acquis ; depuis le Répertoire, Merlin était reconnu comme un auteur de talent.

  • 36 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 août 1776.
  • 37 Cardot Charles Antoine, « Regards sur le droit en France au temps de Louis XVI : le Répertoire univ (...)

20Sous l’Ancien Régime, l’ambition et la volonté de reconnaissance sociale de Merlin, s’étaient en grande partie traduites par une collaboration à des ouvrages de droit et de doctrine. Dès l’été 1776, il avait pris la fructueuse initiative de proposer ses services à Nicolas Guyot qui commençait l’édition d’un vaste Répertoire universel et raisonné de jurisprudence36. En attendant d’étendre ses compétences à tous les domaines du droit, il se présentait comme un spécialiste des coutumes et usages des Pays-Bas français, et s’agrégeait ainsi à la quarantaine de rédacteurs de ce grand dictionnaire qui présentait les réponses que les coutumes provinciales, les ordonnances royales et la jurisprudence apportaient à chaque question de droit. L’équipe se composait essentiellement d’avocats, presque tous parisiens, dont bien peu encore étaient connus, excepté Boucher d’Argis et Elie de Beaumont. Afin d’égaler le succès de la Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle de Jean-Baptiste Denisart, et du Dictionnaire de droit et de pratique de Claude Joseph de Ferrière37, Guyot avait également sollicité nombre d’hommes d’avenir comme De Sèze, François de Neufchâteau, Garat, Lanjuinais ou Treilhard. Pour Philippe Merlin, âgé de vingt et un ans à peine, c’était un beau succès ; une pareille entreprise annonçait un supplément non négligeable de revenu, et représentait une occasion exceptionnelle de prouver à tous l’étendue de ses talents.

  • 38 Ibid., p. 228-229.
  • 39 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 août 1776.
  • 40 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 11 novembre [1779],

21Sept années furent nécessaires à la rédaction et à l’impression des soixante-quatre volumes in-octavo de l’édition originale. Publiée sous le nom de son concepteur entre 1775 et 1783, elle réunissait plus de quatre mille textes dont cinq cent quinze étaient signés de Merlin38. Parfait connaisseur des lois et des coutumes du ressort du Parlement de Douai, les articles propres à sa province, comme « Flandres », « Echevinage », « Gouvernance » et « Mayeur », lui furent dès l’abord réservés39. Mais ce fut aussi en spécialiste du droit privé et des matières bénéficiales qu’il participa à cette entreprise : rédacteur d’articles comme « Commende », « Donation », « Hérédité » ou « Légitime », il profita des innombrables lectures que lui imposait ce labeur pour enrichir ses connaissances, au point qu’à vingt-cinq ans à peine il ambitionna, il est vrai en vain, d’être choisi comme professeur de droit40.

  • 41 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 décembre 1783.
  • 42 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées du 4 janvier [1784] et du 2 janvier [1785],
  • 43 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 15 septembre [1785]. Cette seconde édition se composait d (...)

22Quelques mois à peine après l’impression du dernier volume du Répertoire, afin de faire face à la concurrence du nouveau Denisart que deux avocats du Parlement de Paris, Bayard et Camus, publiaient depuis 1783 à raison de deux volumes par an, Guyot annonça à Merlin son intention de revoir et de corriger sans attendre son ouvrage41. Il entendait éditer un recueil profondément renouvelé, qu’il imprimerait rapidement et vendrait bon marché. Il fallait, disait-il, que le Denisart ne pût à aucun point de vue « lui être préféré », que les articles du recueil ne lui fussent jamais inférieurs42. En quelques mois seulement, d’avril 1784 au 15 septembre de l’année suivante43, il fallut ainsi rédiger de nouveaux articles et améliorer le style et l’information des anciens. Pour mener l’opération, Guyot fit appel à quelques rédacteurs de l’équipe initiale parmi lesquels Henrion de Pansey, Garran de Coulon et surtout Merlin, qui joua le premier rôle. Guyot ne douta pas un instant du succès de son entreprise et imaginait même de remettre régulièrement le Répertoire en chantier. Le 21 novembre 1784, il envisageait de confier cette tâche à Merlin :

  • 44 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 21 novembre [1784],

Il faudra à cet ouvrage chaque année un ou deux volumes de supplément qu’à très peu de chose près vous serez chargé de faire seul. Au bout d’environ trois ans il faudra refondre ces supplémens dans l’ouvrage et y joindre des corrections pour une nouvelle édition. Vous pensez combien tout cela met de chanvre à notre quenouille44.

  • 45 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 9 et 16 décembre [1784], 9 avril et 30 juillet 1787.

23Encouragé par les certitudes de Guyot, le jeune avocat se mit aussitôt à l’ouvrage ; mais l’édition du supplément fut toujours remise, faute d’un débouché commercial suffisant. Certes, en avril 1787, environ cinq mille répertoires étaient vendus ; mais dès juillet, on n’en plaçait plus que dix ou douze par mois, au lieu des mille que l’on avait cru vendre chaque année45. Pour Merlin, la mévente du Répertoire était plus que décevante ; non seulement elle apparaissait comme un important manque à gagner, mais elle condamnait aussi comme inutiles de nombreux articles rédigés par avance. Une partie de ses recherches sur les offices allait connaître le même sort.

  • 46 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 18 avril [1782] ; voir aussi le discours préliminaire, ré (...)
  • 47 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 4 septembre [1783].
  • 48 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 7 juin et 25 juillet [1785].

24Dès le mois d’avril 1782, avant même l’achèvement du Répertoire, le plan d’un Traité des droits, fonctions, franchises, exemptions, prérogatives et privilèges annexés en France à chaque dignité, à chaque office et à chaque état, soit civil, soit militaire, soit ecclésiastique était établi. L’ouvrage, que l’on prévoyait d’éditer en quinze volumes46, devait présenter, un peu comme celui de Loyseau au début du siècle précédent, un tableau des droits et des obligations attachés aux offices et aux états de France, à commencer par les prérogatives du roi, de la reine et du dauphin. Au XVIIIe siècle, rien de semblable n’avait encore été entrepris. Sur les conseils de Guyot, Merlin se mit aussitôt à l’œuvre et, dès septembre 1783, l’article « Roi », qui occuperait la moitié d’un volume in-quarto, parvint à son ami47 ; il attendrait trois ans sa publication. Interrompue par la réédition du Répertoire, l’élaboration du Traité n’allait en effet reprendre qu’à l’automne 178548.

25La tâche nécessita le concours d’une petite dizaine de juristes, dont beaucoup avaient déjà participé au Répertoire ; parmi les auteurs, on reconnaissait ainsi Garran de Coulon, Henrion de Pansey, Robin de Mozas, Treilhard, De Sèze et Boucher d’Argis. Mais ce fut une fois encore Merlin qui occupa la première place : en prenant en compte la longueur des articles des quatre volumes publiés, on s’aperçoit que l’avocat rédigea la moitié du premier tome, les deux tiers du second, et la totalité des volumes trois et quatre ! Autant dire qu’il y investit une extraordinaire quantité de travail et qu’il en escompta de confortables revenus.

  • 49 Ibid., lettres de Guyot à Merlin des 30 juillet et 8 septembre 1787 ; et lettres des 4 et 10 avril (...)
  • 50 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 9 avril 1787.

26Au printemps 1787, les deux premiers volumes de la collection avaient paru ; mais déjà des difficultés financières retardaient l’impression de la suite de l’ouvrage. Pour Merlin, le retard, voire l’arrêt de la publication, laissait impayés des articles qui devaient occuper au moins deux volumes et lui rapporter plus de dix mille livres ! Afin d’éviter l’abandon du Traité, le jurisconsulte accepta ainsi, à l’invitation de Guyot, de se rendre à Paris vers la fin du mois d’août pour avancer l’argent nécessaire à la poursuite des travaux d’impression, soit environ trente mille livres49. L’édition reprit et les tomes trois et quatre, consacrés aux ministres et aux intendants du roi, ainsi qu’à l’administration de la justice, parurent en 1788 sous les noms de Guyot et Merlin50. Mais l’annonce de la convocation des Etats généraux interrompit, cette fois définitivement, l’édition de l’ambitieux Traité.

  • 51 Ce manuscrit inconnu occupe à lui seul deux cartons (A.D.Nord, J 793/7.1 et J 793/7.2). Sur le cont (...)
  • 52 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 20 août [1780].
  • 53 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 12 janvier et 1er mars [1781],

27Philippe Merlin accorda toujours un grand prix à ses travaux de doctrine, dont il tirait une évidente reconnaissance sociale. Il projeta d’ailleurs à maintes reprises d’éditer un livre qu’il pourrait considérer comme sien ; mais sa collaboration au Répertoire et au Traité, ainsi que son activité d’avocat, ne lui permirent pas de matérialiser l’une ou l’autre des multiples apparences que revêtit ce projet. Dès 1777, alors qu’il vivait à Paris, le jeune avocat avait entrepris la rédaction d’un ouvrage intitulé Le droit commun du Hainaut, où il se proposait de présenter la coutume de cette province51. Pendant l’été 1780, sur les conseils de Guyot, il abandonna cependant son projet pour se consacrer à une « bonne traduction des pandectes de Justinien, ouvrage qui seroit recherché dans tout le royaume »52. Quelques mois plus tard, il envisagea cette fois de publier une addition, au Coutumier général, mais renonça bien vite à cette occupation qui, selon Guyot, devait prendre « plus de temps qu’elle ne [...] donnerait de profit »53.

  • 54 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 23 juin et 16 juillet [1786], et A.N., V1 551, « Obser (...)
  • 55 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées des 14 et 21 novembre [1786] et du 21 mai 1787 (...)
  • 56 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées du 17 décembre [1786] et du 13 janvier [1787].

28C’est avec beaucoup plus d’opiniâtreté que l’avocat tenta de créer son périodique. Dès 1786, Merlin, Guyot et Robin de Mozas avaient envisagé d’acheter le privilège de la Gazette des tribunaux pour en faire un journal qu’ils espéraient rapidement tirer à trois ou quatre mille exemplaires. Ils entendaient, et c’était la grande nouveauté de leur projet, consacrer une partie de leur Recueil général et journalier de jurisprudence françoise à la présentation et à l’analyse des lois nouvelles54. Mais jamais les autorités ne leur accordèrent le privilège d’impression : le garde des Sceaux Hue de Miromesnil le leur refusa deux fois, et le président Lamoignon, qui lui succéda en avril 1787, rejeta lui aussi leur demande55. Merlin tenait tellement à cette idée qu’un moment il envisagea de reprendre seul la Gazette, pour une somme de quarante mille livres, et de la poursuivre sous ce nom. Mais il y renonça dès janvier 1787, se ralliant une fois encore à l’avis de son ami qui ne voyait dans sa « continuation [...] ni honneur, ni profit »56.

  • 57 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.

29A la veille de la Révolution, Merlin devait ainsi avoir de son œuvre doctrinale une vision nuancée. Si elle lui avait permis de s’affirmer comme jurisconsulte, elle n’avait pas obtenu du public l’accueil attendu ; quant aux entraves placées sur la route de son journal de jurisprudence, elles devaient lui faire espérer un prochain assouplissement de la censure. Derrière l’indubitable succès pointait ainsi la déception. L’amertume de Merlin nous paraît triple : elle était d’abord produite par le manque à gagner dû au « délabrement » de son cabinet57 et à la mévente des œuvres de Guyot ; elle était aussi une blessure d’amour propre, car aucun de ses projets juridiques personnels n’avait pu aboutir ; en résumé, elle était sociale, car malgré ses succès d’avocat et de jurisconsulte, Merlin n’était pas parvenu à la richesse et à la reconnaissance qu’il croyait dues à ses talents.

Une ascension sociale inachevée

30La carrière de Merlin peut être analysée, sans trop de risque d’erreur, en terme de stratégie ; si l’avocat hésita longtemps entre le barreau de la capitale et celui de sa province, s’il mit tant d’ardeur à s’imposer comme jurisconsulte, s’il tenta aussi longtemps de publier son propre ouvrage, ce fut d’abord par souci de reconnaissance sociale. La plupart des étapes de sa vie, dans ces dernières années de la France Moderne, répondent à une même ambition : être accepté par ses pairs, s’intégrer à un milieu social en grande partie étranger à sa naissance.

  • 58 A.D.Nord, Douai 28, registre de 1777, f° 5 r° et v°. Jeanne Brigitte Josèphe Dumonceaux était née l (...)
  • 59 Voir A.D.Nord, Tabellion de Douai 409, testament de Jean-François Dumonceaux, daté du 14 septembre (...)
  • 60 Voir notre thèse, op. cit., tome I, p. 53.
  • 61 A.D.Nord, Tabellion de Douai 1156, en date du 8 janvier 1777.
  • 62 [Plouvain P.A.S. J.], Notes historiques relatives aux offices et aux officiers de la Cour du Parlem (...)
  • 63 A.D.Nord, 8 B2ème série 58, f° 188 r°, Maître Hachez fut reçu au nombre des avocats du Parlement le (...)

31Ainsi, dans les raisons de son mariage entraient, consciemment ou non, d’indubitables espoirs d’ascension sociale. Le 21 janvier 1777, Merlin avait épousé Brigitte Dumonceaux, âgée de cinq ans de plus que lui58, qui était la fille d’un marchand tanneur de Douai, marguillier de sa paroisse et bourgeois de sa ville. La famille paraissait aisée, puisque le grand-père Dumonceaux ne possédait pas moins de huit maisons à Douai59 ; elle était également très pieuse, puisque des huit enfants Dumonceaux, trois se vouèrent à la vie contemplative60. Il serait cependant exagéré d’affirmer, comme c’est ordinairement le cas, que Merlin fit un riche mariage, car la jeune femme n’était dotée que de six mille livres61, somme assez modeste si on la compare aux dots des femmes d’avocats de l’époque. En fait, l’intérêt social de cette union résidait dans la parenté des Dumonceaux avec plusieurs notables locaux, parmi lesquels se détachait la famille des Warenghien de Flory. Par son mariage, Merlin devenait le « Cher parent » de Louis Joseph Marie de Warenghien de Flory, un noble de robe, conseiller au Parlement depuis 1765, qui était fils et petit-fils de conseillers-secrétaires du roi. Un autre cousin de la mariée, un certain Lelièvre, était avocat à Valenciennes62. Dans les années qui suivirent, une belle-sœur de Merlin épousa l’avocat Jacques Joseph Hachez, et l’un de ses beaux-frères, François-Xavier Dumonceaux, devint membre du barreau en 1784 ; mais cette fois, la vocation de ce cadet de famille était peut-être liée au succès ou à l’influence du jurisconsulte63.

  • 64 Houze de l’Aulnoit Aimé, op. cit., p. 60.

32De son côté, par les liens du sang ou de l’amitié, Merlin se rattachait à de nombreux juristes du Douaisis parmi lesquels il faut citer son ami Gaspard Houzé de l’Aulnoit64, avocat au Parlement depuis 1771 ; le 31 août 1779, en épousant Dorothée Levaillant, petite-cousine de Merlin, il devint également son parent. Le jurisconsulte pouvait désormais se sentir allié à l’une des grandes familles d’avocats de la ville dont il connaissait déjà la plupart des membres, comme Jean-Baptiste Houzé, son confrère et collaborateur, ou Nicolas Houzé de Grandchamp, son ancien condisciple d’études. Le lien culturel et professionnel qui attachait Merlin au monde des hommes de loi se doublait ainsi de liens du sang, qui le rapprochaient plus étroitement de certains de ses collègues.

  • 65 Antoine François Eugène est né le 27 décembre 1778 (A.D.Nord, Douai 29, en date du 28 décembre) et (...)
  • 66 A.M.Douai, CC 106, rôles de la capitation pour la paroisse Saint-Jacques, pour 1788, 1789 et 1790.
  • 67 Merlin ne réalisa aucun de ces deux projets. A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées d (...)

33Durant ces années, le jeune avocat chercha avant tout à s’intégrer à un milieu social dont il adopta le mode de vie. Jusqu’à son élection aux Etats généraux, il vécut confortablement dans sa ville de Douai, d’abord sur le Pont de Tournai, puis, à partir de 1784 environ, au 95 de la rue des Carmes déchaussés. Il avait alors un garçon, Eugène, et une fille, Marie ; en 1790, une seconde fille, Pauline, devait naître65. Servi par un valet et une cuisinière66, Merlin avait une existence qui reflétait le niveau de sa richesse. L’avocat n’était aucunement un révolté, et se montrait même prêt à profiter des archaïsmes les plus décriés de son époque : en 1784, il s’intéressa à l’achat d’un office seigneurial dans le comté de Saint-Pol et, en août 1787, il envisagea d’acquérir trois contrats sur les aides et gabelles67. On le voit, Merlin acceptait en grande partie l’Ancien Régime.

  • 68 Voir AD.Nord, 8 B2ème série 8, f° 45 r°, 46 v° et 47 r°. Sur la composition de la Chancellerie, voi (...)
  • 69 A.D.Nord, J 793/2, lettre adressée à Merlin et datée du 22 décembre 1787.

34D’ailleurs, dès 1782, ses importants revenus lui avaient permis d’acquérir un office anoblissant. Pour une somme de quarante mille livres, si l’on tenait compte des diverses taxes à payer lors de la transmission, il était devenu l’un des vingt-trois conseillers-secrétaires du roi, maison et couronne de France, près de la Chancellerie du Parlement de Flandre68. Cette sinécure, en plus de ses deux mille sept cent cinquante livres de gages annuels, qui représentaient un intérêt d’environ 7 % sur le prix déclaré de l’office, attribuait à Merlin la noblesse au premier degré. Le jeune avocat accédait au second ordre et prenait dès lors, dans les actes notariés ou sur les registres paroissiaux, le titre d’écuyer. Comme l’ensemble des conseillers secrétaires du roi, il bénéficiait du droit de committimus qui le plaçait sous la juridiction du Parlement dès la première instance ; on lui offrait encore une assez large exemption fiscale : il ne devait plus concourir à la solde et au logement des gens de guerre, n’avait pas à assurer le service du ban ou de l’arrière ban, se trouvait exonéré des tailles, aides, péages et de divers droits dont seuls les roturiers avaient la charge. L’office plaçait ainsi Merlin dans le monde des privilégiés ; en décembre 1787, pourtant, l’avocat chercha à s’en séparer sans même envisager l’acquisition d’une autre charge69 !

35Pour tenter de comprendre cette démarche, par laquelle il renonçait à sa récente noblesse, il faut rappeler qu’en août 1787, il s’était associé à Guyot pour la publication du Traité des offices, ce qui lui coûta probablement près de trente mille livres ; rappeler aussi que cette même année il s’intéressa au rachat de la Gazette de Mars. Il est donc possible que notre personnage manquât alors d’argent. Mais cette explication ne suffit pas. Si l’on s’intéresse au contexte historique, on se souvient que dès 1787 une nouvelle crise des parlements se préparait. Un affrontement s’annonçait, et certains s’attendaient à un nouveau coup de force de la part du souverain, à une nouvelle réforme à la Maupeou ; cette considération a peut-être encouragé notre personnage à chercher un amateur pour sa charge et, en tout cas, elle explique l’échec de sa démarche.

  • 70 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Pollinchove, datée du 30 juillet 1788.

36Une dernière raison, essentielle, permet d’expliquer la décision du jurisconsulte, en même temps qu’elle nous fait découvrir son état d’esprit à la fin de l’Ancien Régime. Si l’anoblissement restait possible, la réaction nobiliaire en limitait souvent les effets ; ainsi, en ces années 1780, les officiers de la Chancellerie du Parlement ressentaient vivement l’arrogance des robins de la Cour. En 1787, tandis que le collège des conseillers secrétaires s’opposait à l’admission d’un nommé Desmons dans leurs rangs, sous prétexte qu’il exploitait la dîme de l’abbaye Saint-André, le premier président de Pollinchove s’en prit à Merlin en s’étonnant que l’instigateur de l’opposition fût « celui même qui avoit, par sa naissance, le plus de raisons de demeurer muet sur l’état de Mr Desmons ». Très vite, ses propos devinrent publics, blessant d’autant plus l’amour propre de l’avocat. Le 30 juillet, le jurisconsulte tenta de se justifier, dans une lettre essentielle pour comprendre sa mentalité à la veille de la Révolution70. En assurant que l’opposition des conseillers était unanime, il rappelait que son corps entendait simplement préserver son honneur ; mais surtout, il entreprenait de répondre à la remarque désobligeante du premier président, et poursuivait :

Je prendrai sur moi de vous dire qu’à la vérité je suis né moins riche que M. Desmons, mais que sans savoir ce qu’étoient ses pères, je puis assurer que je ne sors pas de plus bas lieu que lui. bien des gens qui me regardoient du haut de leur superbe grandeur avant qu’un travail dont Dieu seul connoit la constance et l’activité n’eût réparé les brèches faites dans le commencement de ce siècle à la fortune de ma famille, seraient fort embarassés, si je leur demandois ce que faisoient leurs ayeux, pendant que les miens étaient avocats à la gouvernance de Douay, fondoient des bourses dans l’université de cette ville &c. [...] Je pourrais vous dire encore que la famille dans laquelle je suis entré par mon mariage, tenant à des membres actuels de la Cour, ne m’auroit pas reçu et ne m’estimerait pas autant qu’elle le fait, si j’étais né vil, comme on vous a prêté de le croire.

37Merlin vécut cet incident comme un affront ; malgré ses succès professionnels, malgré sa charge anoblissante, on continuait de le considérer comme un homme du peuple, pis encore, comme un parvenu. Malgré son conformisme social, il n’avait pas totalement réussi à s’intégrer au monde judiciaire de sa ville. Pour autant, il serait réducteur de le présenter comme un simple mécontent.

Aux origines d’un engagement public : culture et pratique politiques d’un avocat de province

38La rancœur de Merlin contre certains parlementaires ne peut expliquer à elle seule ni son engagement public, ni son adhésion à l’idéal patriote. Afin de comprendre ces choix, il faut tenter de tirer les leçons de son itinéraire d’homme de loi, de se pencher un moment sur sa culture politique et sur son intérêt pour la chose publique.

  • 71 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article « Collège », P (...)
  • 72 A.D. Nord, L 1032, Mémoire justificatif pour le citoyen Simon [suivi d’une Lettre du citoyen Merlin (...)

39Au temps des Lumières, les critiques de la formation scolaire et universitaire des juristes étaient courantes. Le collège, comme le déplorait d’Alembert, ne paraissait dispenser qu’un imparfait enseignement du latin, quelques principes de rhétorique et de philosophie et, dans le meilleur des cas, un vernis historique et scientifique71. Lui succédaient de courtes études universitaires qui laissaient généralement les jeunes hommes dans l’ignorance de certaines matières, comme le droit public ou le droit des gens. Malgré ces lacunes, cette rapide formation assurait une réelle politisation des avocats, notamment parce que les professeurs étaient souvent ouverts aux grands débats publics ; en 1793, Merlin affirma ainsi qu’il avait puisé ses « premières impressions des idées de liberté, d’égalité et de république » dans les leçons de Simon de Maibelle, son ancien professeur de Digeste72.

  • 73 Camus Armand Gaston, Lettres sur la profession d’avocat, sur les études relatives à cette professio (...)
  • 74 Camus Armand Gaston, op. cit., p. 53-56, et bibliographie p. 6-11.
  • 75 Boucher d’Argis Antoine Gaspard, op. cit., p. 423-424.
  • 76 Camus Armand Gaston, op. cit., bibliographie p. 42-44.
  • 77 Idem, p. 31 sq.

40Les études de l’avocat se poursuivaient de toute façon par la pratique du droit et, souvent, par une initiation personnelle à l’histoire, au droit public et au droit naturel, trois des multiples voies qui menaient à la politique. Des manuels comme les Lettres sur la profession d’avocat de Camus et les Règles pour former un avocat de Boucher d'Argis73, guidaient les jeunes gens désireux de compléter leur formation et nous renvoient un reflet de la culture politique du barreau. Dans ces ouvrages, une place importante est faite au droit naturel, dont on connaît l’importance dans le développement des idées des patriotes puis des Jacobins. Camus parle de la « nécessité d’étudier le droit naturel » et cite Grotius, Pufendorf, Cumberland, Burlamaqui, Thomasius et Wolf74. Moins complet, Boucher d’Argis évoque tout de même les pères de l’école jus naturaliste ainsi que Burlamaqui75. Le droit public, dont l’étude introduisait les grands débats du siècle, n’était pas davantage négligé. Dans les Lettres de Camus sont cités la plupart des grands auteurs politiques : à côté de traditionalistes, comme Le Bret, sont mentionnés des représentants du courant aristocratique, comme Le Laboureur et Boulainvilliers, des défenseurs des thèses parlementaires, comme Le Paige, et des pré-démocrates comme Mably76. Une vive invitation à étudier l’histoire complétait ces conseils77.

  • 78 B.M. Douai, ms. 1710, l.s. de Merlin aux commissaires chargés de la direction du museum d’histoire (...)
  • 79 Voir notre chapitre 6.

41Certes, faute de posséder un inventaire de la bibliothèque de Merlin, il est difficile d’apprécier l’impact de ces recommandations. L’on sait cependant qu’il étudiait beaucoup et qu’il était, selon son propre témoignage, « l’un des habitués les plus assidus » de la bibliothèque publique de Douai78. A observer les notes du Répertoire et du Traité des offices, l’on peut également affirmer qu’il connaissait et avait lu, même rapidement, la plupart des grands auteurs cités par Camus79. Par sa connaissance de l’histoire, du droit naturel et du droit public, il était à même de comprendre les discussions sur l’origine des sociétés et des gouvernements, ou les controverses sur les prérogatives du roi et sur les prétentions de la noblesse ou des parlements.

42Cette incontestable culture politique n’était pas un privilège du barreau et était partagée par une bonne partie de l’élite du siècle : par la noblesse éclairée, par des ecclésiastiques et surtout par les magistrats des cours souveraines. Dans la seconde partie du XVIIIe siècle, cette commune culture était d’ailleurs renforcée par la fréquentation de mêmes lieux de sociabilité. Cette remarque ne concerne cependant guère Merlin ; en effet, s’il est probable qu’il fréquenta parfois les cafés, voire des sociétés littéraires, le jeune avocat ne fut membre d’aucune académie de province et ne semble pas avoir appartenu à une loge maçonnique ; en tout état de cause, il n’apparaît ni dans la liste des membres de « la Parfaite union » de Douai, ni dans celles des loges parisiennes du Grand Orient.

  • 80 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et ét (...)
  • 81 B.M.Douai, ms. 997.
  • 82 [Plouvain P.A.S.J.], Etrennes aux citoyens de Douay pour l’année 1790, Douai, Derbaix, s.d., p. 129 (...)

43Dotés d’une culture politique fort proche de celle des magistrats, les avocats se distinguaient cependant des juges par un plus fréquent engagement public. A Douai, restée à l’écart de la « contraction oligarchique » perceptible dans la plupart des villes des anciens Pays-Bas, la municipalité était dominée par une élite composée de nobles et d’avocats, associés parfois à quelques négociants ou médecins80. De 1757 à 1789, sur les soixante-sept échevins élus ou nommés, vingt-neuf appartenaient au barreau, soit 43,3 % d’entre eux, alors que les officiers de la Cour en étaient presque totalement absents81. Sans avoir été échevin, Merlin n’en contribua pas moins à la gestion de la vie locale ; l’on sait ainsi qu’en 1788 il siégeait au bureau d’administration du Collège d’Anchin82.

  • 83 Weber Max, Politik als Beruf München, Duncker & Humblot, 1919 ; trad. franç., « Le métier et la voc (...)

44Ce goût pour l’engagement public, que Merlin et nombre d’avocats allaient manifester plus clairement encore en 1789 et 1790, s’explique par des raisons professionnelles et sociales déjà présentées par Max Weber83. Merlin et ses confrères avaient le privilège d’être en effet à la fois économiquement libres et économiquement disponibles ; économiquement libres, ils disposaient d’un revenu suffisant à leur subsistance, tandis qu’économiquement disponibles, ils pouvaient consacrer une partie importante de leur temps à la gestion de la cité. A cette disponibilité des avocats, il faut évidemment ajouter leur désir d’engagement public qui paraît assez net aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est vrai que, pour un groupe professionnel d’attente comme le barreau, où la recherche d’ascension sociale semble la mieux partagée des ambitions, l’exercice de fonctions politiques était un privilège généralement apprécié.

  • 84 Maza Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin de (...)

45Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les avocats semblaient également se distinguer par un croissant désir d’engagement dans les débats politiques. Pour Sarah Maza, la multiplication des mémoires judiciaires imprimés, particulièrement sensible dans les années 1770, est un indice de cette croissante politisation. Publiés sans censure préalable, mais toujours signés par leurs auteurs, ces écrits paraissaient de plus en plus glisser du privé au public, et du juridique au politique. Certains avocats y laissaient ainsi transparaître de vives critiques qui pouvaient être une remise en cause de la société d’ordres, une dénonciation des lettres de cachet ou un appel à la tolérance. Par ce biais, affirme-t-elle, les avocats se transformèrent en « intermédiaires culturels » entre le peuple et le souverain, et s’imposèrent progressivement comme les porte-parole de la nation84.

46Si l’on excepte le mot « nation » qui, dans l’acception retenue par l’auteur, ne peut s’appliquer à des provinciaux encore jalousement attachés aux libertés de leurs contrées, la brillante analyse de Sarah Maza semble convaincante, même si le cas de Merlin ne permet pas de strictement la vérifier ; en effet, les allusions politiques sont rares dans les multiples mémoires qu’il publia et, à la différence de certains de ses collègues, fréquemment parisiens, il n’utilisa pas les factums pour faire connaître un quelconque désir de réforme ; il est vrai que les causes qu’il y défendit ne s’y prêtaient guère. En fait, par le recours croissant aux mémoires imprimés, Merlin, comme la plupart des avocats, trahissait une ambition fort prosaïque. Dans ce siècle qui vit l’augmentation constante du nombre des « plaidants », le métier n’était guère facile et la concurrence rude, aussi, tous les avocats qui désiraient vivre de leurs talents tentaient d’étendre leur renommée. Tout comme la fréquentation des cafés, des académies et des loges peut, dans une certaine mesure, être interprétée comme une tentative d’extension de leur réseau relationnel, la diffusion de mémoires imprimés était un sûr moyen d’atteindre de potentiels clients.

  • 85 C’est la thèse de Maza Sarah, op. cit., p. 87.
  • 86 A.D.Nord, 8 B1ère série 17726, requête de Brunelle. Voir sur cette affaire, 8 B1ère série 6289, 745 (...)

47La fréquence du recours aux mémoires ne paraît ainsi aucunement refléter, chez Merlin, une quelconque stratégie de conquête du pouvoir85 ; dans ses factums, il manifestait tout au plus ou des ambitions littéraires, ou une volonté de séduire le public. La diffusion de ce mode d’expression n’est cependant pas dénuée de sens politique ; elle révèle en effet sa compréhension du poids croissant de l’opinion publique dans la vie du pays. C’est pour en solliciter le soutien qu’il diffusa parfois ses mémoires, non seulement dans sa ville, mais aussi dans tout le ressort de la Cour ; en 1781, la distribution trop généreuse de l’un d’eux, où Merlin tenait des propos mettant en cause l’honneur de concitoyens et la vertu d’une femme, lui avait d’ailleurs valu un procès86. En ce sens, même si les mémoires publiés demeuraient, dans leur immense majorité, totalement éloignés des débats politiques et sociaux, leur développement est un indice d’une politisation croissante de l’avocat.

  • 87 Voir nos chapitres 6, 12, et 13.

48Merlin ne restait pas pour autant sans s’exprimer sur les problèmes de son temps. Dans le Répertoire et le Traité des offices, la liberté d’expression paraissait assez grande et les critiques du jurisconsulte contre l’Etat, la justice pénale ou la féodalité moderne ne manquaient pas87. Le silence politique de l’avocat contrastait avec la liberté de l’auteur. Cette double attitude de Merlin ne nous semble pas paradoxale ; elle résume au contraire assez clairement les choix politiques et sociaux de cet avocat d’humble origine. Afin de s’intégrer dans la bonne société douaisienne, Merlin se sentait probablement contraint à un apparent conformisme social, et partant à une certaine réserve dans son métier d’avocat. Par sa culture et sa sensibilité, il n’en était pas moins un homme de progrès ; mais ce que d’autres faisaient savoir dans leurs mémoires ou dans leurs plaidoyers, Merlin l’exprimait dans les publications de Guyot.

  • 88 Berlanstein Lenard R., op. cit., p. 177-182.

49Par sa conscience du poids de l’opinion publique, sa culture politique et sa pratique des mémoires judiciaires, Merlin, comme ses confrères parisiens, apparaissait prêt à dépasser le simple rôle d’avocat et de gestionnaire de la vie locale pour celui de porte-parole. Ce « caractère social » ne peut cependant expliquer son ralliement à la Régénération ; fautil alors avoir recours à la traditionnelle idée d’une frustration et d’une humiliation d’un corps social entier ? Nous ne le pensons pas. La seule opposition à une cour souveraine, par ailleurs combattue par l’Etat lui-même, ne pouvait faire de Merlin un révolutionnaire. En fait, s’il n’avait pas depuis longtemps revendiqué davantage de droits pour la nation, un strict contrôle des parlements et une profonde réforme judiciaire, il n’aurait probablement pas rejoint le rang des patriotes. Ainsi, si la culture de l’avocat explique son intérêt pour la chose publique, un vague malaise social et surtout des convictions politiques, permettent de comprendre son engagement pro-révolutionnaire. Ce cas ne devait guère être isolé et Lenard R. Berlanstein a démontré que le groupe des avocats patriotes de Toulouse ne différait guère, tant par l’origine sociale que par la fortune, de celui des contre-révolutionnaires ; il établit même que les premiers étaient, à la veille de la Révolution, pour la plupart bien établis et bien intégrés à la société de leur cité88. Même si les différences sociales semblent avoir joué un plus grand rôle à Douai, la comparaison avec Toulouse a au moins le mérite de rappeler la complexité des raisons d’un engagement politique.

Notes

1 Fitzsimmons Michael P., The Parisian Order of Barristers and the French Revolution, Cambridge (Massachusetts) & London, Harvard University Press, 1987.

2 Voir Berlanstein Lenard R., The Barristers of Toulouse in the Eighteenth Century (1740-1793), Baltimore & London, The John Hopkins University Press, 1975, p. 34-36.

3 Voir Mereuil A. de, « Les avocats de l712 à l790 d’après un manuscrit de Plouvain appartenant à Monsieur Benjamin Rivière », Mémoires de la Société nationale d'agriculture, sciences et arts de Douai, Douai, 4e série, tome II, 1923-1925, p. 483-567, passim.

4 Philippe Antoine Merlin, né le 30 octobre 1754, était le quatrième enfant de Gabrielle Delamotte ; de ses trois aînés (Pierre Joseph-7 février 1749-, Jacques Joseph-7 décembre 1749-et Catherine-14 janvier 1752-), seule Catherine paraît avoir atteint l’âge adulte ; voir A.D.Nord, Arleux 1, 1er registre. Après 1754, Gabrielle Delamotte accoucha encore de quatre garçons et de deux filles : le 21 novembre 1756 naquit Reine Pélagie Josèphe, dont la brève existence s’acheva dès le 5 décembre. Le 16 novembre 1757, elle mit au monde Nicolas Joseph, et le 11 avril 1760, Charles François. Après avoir accouché de deux garçons jumeaux, le 11 septembre 1763, morts presque aussitôt (le 12 septembre pour Jean-Baptiste, le 14 du même mois pour Jacques Joseph), naquit le 22 mai 1765 Eugénie Josèphe. Voir A.D.Nord, Arleux 1, 2e registre.

5 Voir Bourg Edme Théodore, dit Saint-Edme, Biographie des lieutenans généraux, ministres, directeurs-généraux, chargés d’arrondissemens, préfets de la police en France et de ses principaux agens, Paris, chez l’auteur, 1829, p. 284-285 ; et Arnault A.V., Jay A., Jouy Ε., Norvins J., Biographie nouvelle des contemporains, Paris, Librairie historique, tome ΧΙII, 1824, p. 230.

6 Gruffy Louis, op. cit., p. 10.

7 Voir Dumonceaux François-Xavier, Au rédacteur du « Gardien de la Constitution », s.l.n.d., lettre imprimée du 11 nivôse an V (31 décembre 1796). Ce personnage, probablement un parent de François Desoubry (mentionné dans le recensement du curé de la paroisse, A.D.Nord, C 20869), fut employé par Merlin dans ses bureaux lorsqu’il fut ministre de la Justice.

8 B.M. Douai, ms. 1019, f° 3 r°.

9 Marchand Philippe, Ecoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution, Lille, C.H.R.N./Lille III, 1988, p. 106, 108 et 117 ; B.M.Douai, ms. 1019, passim.

10 Houze de L’aulnoit Aimé, Famille Houzé de l’Aulnoit et ses alliances, Lille, Lefebvre-Ducrocq, 1892, p. 413. Soixante florins de Flandre correspondaient à soixante-quinze livres.

11 Ibid.

12 Dumonceaux François-Xavier, op. cit.

13 A.D.Nord, D 510/24, « Observations et projet sur la dépense concernant la pension des professeurs, maîtres de quartier et boursiers du collège d’Anchin » ; A.D.Nord, D 313, f° 64 v°-f° 67 v°.

14 B.M. Douai, ms. 1019.

15 A.D. Nord, D 2/24 et D 3/124.

16 Sur tous ces détails voir B.M. Douai, ms. 1019.

17 A.D.Nord, J 793/9.2, plaidoyer autographe de Merlin pour Maître Manesse, 15 avril 1776.

18 Voir Houze de l’Aulnoit Aimé, op. cit., p. 402-403.

19 A.D.Nord, J 793/2, m.a. d’une lettre de Merlin au premier président Pollinchove, datée du 30 juillet 1788.

20 Voir B.M.Douai, ms. 1019, f° 3 r° et 4 v°.

21 A.D.Nord, D 2/24, p. 32, art. 196 ; Α.Ν., F17 1310, dos. 10 ; Collinet Paul, L’ancienne Faculté de droit de Douai (1562-1793), Lille, au Siège de l’Université, 1900, p. 51-52.

22 Voyez, A.D.Nord, D 2/24, p. 35, art. 210-212 et p. 37, art. 225 ; A.D.Nord, D 551*, f° 50 r°-v° et 55 v° ; B.M.Douai, ms. 1019, deuxième partie, f° 7 r°.

23 B.M. Douai, ms. 990, tome II, p. 162.

24 A.D.Nord, 8 B2ème série 59, f° 10 v°.

25 AD. Nord, J 793/7.1.

26 A.D.Nord, 8 B2ème série 1506, fragments d’un journalier de Merlin, p. 35-38.

27 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées des 2 et 16 mars, 31 mai et 28 juin [1780].

28 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 22 et 29 mai et du 18 octobre [1781], ainsi que celle du 16 janvier [1782],

29 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 16 juillet [1786].

30 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 31 janvier 1787.

31 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.

32 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 22 août [1784].

33 Sur Dupaty, voir Helie Faustin et Cuzon, « Merlin de Douai », dans Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, 2e éd., Paris et Leipzig, Desplaces et Brockhaus, s.d., tome XXVIII, p. 47 et A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 23 septembre 1783. Sur Beaumarchais, voir Helie Faustin et Cuzon, op. cit., p. 47 et A.D.Nord, 8 B2ème série 1226, lettre de Deregnaucourt sans destinataire, Douai, 28 mars 1788. Sur Restout, A.D.Nord, J 793/3, lettre de Restout à Merlin, 26 août 1787.

34 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 18 juillet 1784.

35 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.

36 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 août 1776.

37 Cardot Charles Antoine, « Regards sur le droit en France au temps de Louis XVI : le Répertoire universel et raisonné de jurisprudence (1776-1785) », Annales de la Faculté de droit et de science politique, Clermont-Ferrand, fasc. 11, 1974, p. 198.

38 Ibid., p. 228-229.

39 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 août 1776.

40 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 11 novembre [1779],

41 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 24 décembre 1783.

42 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées du 4 janvier [1784] et du 2 janvier [1785],

43 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 15 septembre [1785]. Cette seconde édition se composait de dix-sept volumes in-4°.

44 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 21 novembre [1784],

45 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 9 et 16 décembre [1784], 9 avril et 30 juillet 1787.

46 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 18 avril [1782] ; voir aussi le discours préliminaire, rédigé par Robin de Mozas, qui ouvre le premier volume du Traité des offices : Guyot J. N., Traité des droits, fonctions, franchises, exemptions, prérogatives et privilèges annexés en France à chaque dignité, à chaque office, et à chaque état, soit civil, soit militaire, soit ecclésiastique, Paris, Visse, tome I, 1786.

47 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 4 septembre [1783].

48 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 7 juin et 25 juillet [1785].

49 Ibid., lettres de Guyot à Merlin des 30 juillet et 8 septembre 1787 ; et lettres des 4 et 10 avril 1787.

50 Ibid., lettre de Guyot à Merlin, datée du 9 avril 1787.

51 Ce manuscrit inconnu occupe à lui seul deux cartons (A.D.Nord, J 793/7.1 et J 793/7.2). Sur le contenu de cet ouvrage, voir le chapitre 14.

52 A.D.Nord, J 793/5, lettre de Guyot à Merlin, datée du 20 août [1780].

53 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 12 janvier et 1er mars [1781],

54 Ibid., lettres de Guyot à Merlin, datées des 23 juin et 16 juillet [1786], et A.N., V1 551, « Observations sur le mémoire relatif au journal de législation et de jurisprudence ».

55 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées des 14 et 21 novembre [1786] et du 21 mai 1787 ; A.N., V1 551.

56 A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées du 17 décembre [1786] et du 13 janvier [1787].

57 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Guyot, datée du 27 juillet 1787.

58 A.D.Nord, Douai 28, registre de 1777, f° 5 r° et v°. Jeanne Brigitte Josèphe Dumonceaux était née le 17 avril 1749 (A.D.Nord, Douai 23).

59 Voir A.D.Nord, Tabellion de Douai 409, testament de Jean-François Dumonceaux, daté du 14 septembre 1780.

60 Voir notre thèse, op. cit., tome I, p. 53.

61 A.D.Nord, Tabellion de Douai 1156, en date du 8 janvier 1777.

62 [Plouvain P.A.S. J.], Notes historiques relatives aux offices et aux officiers de la Cour du Parlement de Flandres, Douai, imp. Deregnaucourt, 1809, p. 88-89. Voir aux A.D.Nord, L 10479, lettre de Merlin à Warenghien ; et surtout 8 B2ème série 1226, lettre le Lelièvre à Merlin (16 avril 1783).

63 A.D.Nord, 8 B2ème série 58, f° 188 r°, Maître Hachez fut reçu au nombre des avocats du Parlement le 23 juillet 1767 ; son mariage avec Thérèse Josèphe Augustine Dumonceaux remonte au mois d’août 1778. Pour Dumonceaux FrançoisXavier, voir 8 B2ème série 59, f° 44 v°, 26 mars 1784.

64 Houze de l’Aulnoit Aimé, op. cit., p. 60.

65 Antoine François Eugène est né le 27 décembre 1778 (A.D.Nord, Douai 29, en date du 28 décembre) et Ursule Brigitte Marie le 25 septembre 1782 (A.D.Nord, Douai 29, à cette date) ; Aimée Pauline Joséphine est née à Paris, dans la paroisse Saint-Roch, le 3 décembre 1790 (A.N., BB30 1063, ratification de procuration pour Madame Andryane, 10 décembre 1811). Signalons cependant qu’à trois reprises Merlin avait supporté la perte d’un enfant en bas âge : Jacques François Benoît, né le 5 octobre 1780, était décédé le 7 mai 1782 (A.D.Nord, Douai 29, en date du 6 oct. et du 8 mai) ; Quentin Fortuné Augustin était décédé le lendemain de sa naissance, soit le 9 novembre 1784 (A.D.Nord, Douai 30, en date des 8 et 10 novembre) ; Jacques Aimé Joseph était mort après ondoiement, le jour même de sa naissance, 15 mai 1786 (ibid., en date du 15 mai).

66 A.M.Douai, CC 106, rôles de la capitation pour la paroisse Saint-Jacques, pour 1788, 1789 et 1790.

67 Merlin ne réalisa aucun de ces deux projets. A.D.Nord, J 793/5, lettres de Guyot à Merlin, datées des 5 et 15 novembre [1784] et du 31 août 1787 ; et A.D.Nord, J 793/4, lettre de Dinet de Vareilles à Merlin, datée du 26 août [1787],

68 Voir AD.Nord, 8 B2ème série 8, f° 45 r°, 46 v° et 47 r°. Sur la composition de la Chancellerie, voir AD.Nord, 8 B1ère série 18569, tableau des officiers de la Chancellerie près la Cour du Parlement de Flandre, avec leur demeure, s.d. [début 1784].

69 A.D.Nord, J 793/2, lettre adressée à Merlin et datée du 22 décembre 1787.

70 Ibid., m.a. d’une lettre de Merlin à Pollinchove, datée du 30 juillet 1788.

71 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article « Collège », Paris, tome III, 1753, p. 635-636.

72 A.D. Nord, L 1032, Mémoire justificatif pour le citoyen Simon [suivi d’une Lettre du citoyen Merlin au citoyen Simon. Paris, 30 du premier mois, l'an second de la République-21 octobre 1793-], s.l.n.d., 4 p. in-4°.

73 Camus Armand Gaston, Lettres sur la profession d’avocat, sur les études relatives à cette profession, & sur la manière de l’exercer, Paris, chez Méquignon, 1777 (1ère édition 1772) ; Boucher d’Argis Antoine Gaspard, Règles pour former un avocat, tirées des plus célèbres auteurs anciens et modernes, Paris, Durand, 1778.

74 Camus Armand Gaston, op. cit., p. 53-56, et bibliographie p. 6-11.

75 Boucher d’Argis Antoine Gaspard, op. cit., p. 423-424.

76 Camus Armand Gaston, op. cit., bibliographie p. 42-44.

77 Idem, p. 31 sq.

78 B.M. Douai, ms. 1710, l.s. de Merlin aux commissaires chargés de la direction du museum d’histoire naturelle et de la bibliothèque publique de Douai, datée du 28 mars 1831.

79 Voir notre chapitre 6.

80 Guignet Philippe, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière francobelge, Paris, E.H.E.S.S., 1990, p. 330.

81 B.M.Douai, ms. 997.

82 [Plouvain P.A.S.J.], Etrennes aux citoyens de Douay pour l’année 1790, Douai, Derbaix, s.d., p. 129 (B.M.Douai, 8° C 7).

83 Weber Max, Politik als Beruf München, Duncker & Humblot, 1919 ; trad. franç., « Le métier et la vocation d’homme politique », dans Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959, p. 124-125.

84 Maza Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime », Annales E.S.C., 1987, no 1, notamment p. 79 et 87.

85 C’est la thèse de Maza Sarah, op. cit., p. 87.

86 A.D.Nord, 8 B1ère série 17726, requête de Brunelle. Voir sur cette affaire, 8 B1ère série 6289, 7456, 10163 et 17726. Une semblable affaire se reproduisit en 1784 : A.D.Nord, 8 B1ère série 3855.

87 Voir nos chapitres 6, 12, et 13.

88 Berlanstein Lenard R., op. cit., p. 177-182.

© Artois Presses Université, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search