Version classiqueVersion mobile

Un Juriste en politique. Merlin de Douai (1754-1838)

 | 
Hervé Leuwers

Première partie. Du barreau douaisien a l'Institut : le parcours et les choix d'un enfant des Lumieres

Les enseignements possibles d’un parcours

Texte intégral

1La double question de l’originalité individuelle et de la spécificité sociale d’un personnage, qui est au cœur de notre étude, renvoie aux relations d’un homme avec son temps et ses contemporains, ainsi qu’au problème de leurs influences réciproques. Ce faisceau d’interrogations ne se résout pas facilement et les différentes parties de notre biographie y apporteront des éléments de réponse, chacune à sa manière. Dans un premier temps, il nous a paru utile de poser sur Merlin un regard qui respecte la chronologie, les différentes étapes d’un itinéraire politique et social. La démarche s’imposait d’autant plus que le temps et la rareté des travaux consacrés au jurisconsulte ont entraîné une sorte d’érosion des connaissances, qui donne à son parcours une logique qu’il n’a pas, gomme ses incohérences et en occulte le sens.

2Au delà du récit de la vie de Merlin, notre ambition fut également d’isoler ses choix que l’on pourrait qualifier de typiques, ceux qui trahissent une spécificité sociale ou intellectuelle et qui s’observent chez nombre de ses contemporains. Cette recherche du typique, opérée grâce à des comparaisons ponctuelles avec des hommes comme Cambacérès, Sieyès ou Reubell, nous conduira à utiliser la notion de génération, qui désigne ici un groupe cohérent d’individus partageant des caractères communs qui, outre l’âge, peuvent être les idées, l’expérience ou l’appartenance sociale. Si cette notion est loin de pouvoir être appliquée à toutes les périodes de l’histoire, il est généralement admis qu’elle s’adapte bien aux dernières décennies de la France Moderne, où l’effet de génération paraît particulièrement important.

  • 1 Voir les parties II et III de cette étude.

3En nous interrogeant sur la spécificité du parcours de Merlin de Douai, nous tenterons ainsi de rapprocher l’homme de sa génération, ou plutôt des générations auxquelles il a appartenu. L’imprécision même du concept, qui peut se définir à partir de multiples critères, va nous conduire à mener une double lecture de la vie de ce personnage. Comme l’homme est d’abord un juriste engagé en politique, l’on peut se demander dans quelle mesure son itinéraire et ses choix furent conditionnés par son éducation, son expérience d’avocat et ses connaissances professionnelles ; il serait peut-être possible de rapprocher Merlin d’autres juristes de son temps, avec lesquels il formerait une sorte de génération socio-culturelle. Parallèlement, la multiplicité sociale des acteurs de la Révolution nous invite à élargir notre réflexion et à nous demander si son surprenant parcours de constituant, de conventionnel, de directorien puis de révolutionnaire rallié à l’empereur permet de le rattacher à une génération politique particulière. Si l’effet de génération a un sens pour cette fin du XVIIIe siècle, il est peut-être possible, en partant d’un homme, d’approcher d’un peu plus près les buts ou les motivations de ces courants humains. En reconstituant les étapes de la vie et de la carrière de Merlin, préalable nécessaire à toute enquête sur les traits majeurs de sa pensée et de son action1, nous tenterons ainsi de mesurer la représentativité de notre personnage et d’esquisser la définition de son « caractère social ».

Notes

1 Voir les parties II et III de cette étude.

© Artois Presses Université, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search