Version classiqueVersion mobile

Un Juriste en politique. Merlin de Douai (1754-1838)

 | 
Hervé Leuwers

Introduction

Texte intégral

  • 1 Veyne Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971 ; rééd., Paris, Le Seuil, collectio (...)

« Tel est le sérieux de l'histoire : elle se propose de raconter les civilisations du passé et non de sauver la mémoire des individus [...]. Elle ne s’occupe pas des individus, mais de ce qu’ils offrent de spécifique ».
Paul Veyne (1971)1

  • 2 Le Goff Jacques, « Comment écrire une biographie historique aujourd’hui ? », Le Débat, no 54, 1989 (...)

« Maintenant que l’histoire a été profondément renouvelée, l’historien n’est-il pas capable de revenir, scientifiquement et mentalement mieux outillé, à ces inévitables objets de l’histoire que sont l’événement, le politique, l’individu-y compris le "grand homme"-[...] ? »
Jacques Le Goff (1989)2

  • 3 Le Roy Ladurie Emmanuel, Le territoire de l’historien, tome I, Paris, Gallimard, 1973 ; rééd., Par (...)
  • 4 Sur l’ambiguïté de la notion de « genre », voir Levillain Philippe, « Les protagonistes : de la bi (...)

1IL peut sembler paradoxal d’inscrire en exergue de cette étude deux citations apparemment contradictoires. Derrière leur antinomie se cachent pourtant deux étapes d’une même réflexion sur la biographie en histoire et une même critique de sa forme traditionnelle où le culte positiviste de l’événement, la narration purement descriptive et les débats sur la justification de l’image posthume des individus prennent fréquemment le pas sur la réflexion historique. Même si l’ancienne conviction d’Emmanuel Le Roy Ladurie, selon laquelle l'historiographie contemporaine avait condamné à une « quasi mort [...] l’histoire événementielle et la biographie atomistique3 » a été démentie, l'historien, dans ses travaux universitaires, ne peut pour autant renouer avec un « genre4 » dont les carences demeurent. Sans nécessairement contester la rigueur et les apports scientifiques des biographies traditionnelles, nombre d’auteurs poursuivent ainsi leur réflexion et tentent de rendre l’analyse de l’événement et l’écriture biographique compatibles avec les nouvelles exigences de leur discipline. C’est dans cet esprit que nous proposons ici une lecture de la vie de Merlin de Douai (1754-1838), l’une des multiples possibles.

2Le personnage, juriste de talent et révolutionnaire au parcours complexe, se distingue par sa longévité politique et sa spécificité sociale. Appelé à représenter le Tiers état du bailliage de Douai aux Etats généraux, Philippe Merlin, jeune avocat au Parlement de Flandre, s’engagea dans les rangs des patriotes et contribua à la régénération de l’Etat, du droit et de la société. En 1791, il quitta Paris pour Douai, où il venait d’être élu président du Tribunal criminel du Nord, convaincu que la Révolution était achevée. Moins d’un an plus tard, il fut cependant porté à la Convention où, bien qu’homme de la Plaine par nature et conviction, il suivit les Montagnards dans leur cheminement vers la Terreur ; avec la chute de Robespierre, Merlin de Douai se fit thermidorien et s’imposa comme l’un des principaux acteurs de la République conservatrice : ministre de la Justice et de la Police générale avant le 18 fructidor an V (4 septembre 1797), membre du Directoire exécutif ensuite, il subit de graves échecs et fut renversé au 30 prairial an VII (18 juin 1799). Grâce à l’estime de Bonaparte, l’ancien républicain devint pourtant l’un des grands notables du Consulat puis de l’Empire ; procureur général à la Cour de cassation, membre de l’ordre de la Légion d’honneur et comte d’Empire, il était à la tête d’une immense fortune foncière. Le retour des Bourbons l’obligea à se réfugier aux Pays-Bas où il résida jusqu’à la Révolution de 1830 et se consacra à la réédition de sa vaste œuvre doctrinale ; c’est à l’automne de cette année qu’il rentra à Paris. Il s’y éteignit huit ans plus tard.

  • 5 Voir cependant Gruffy Louis, La vie et l’œuvre juridique de Merlin de Douai (1754-1838), thèse de (...)
  • 6 Voir notre thèse, Merlin de Douai, un juriste au temps des Révolutions (1754-1838). Contribution à (...)
  • 7 Recueil général de jurisprudence françoise, Paris, Deladreu-Visse, 1790, 2 vol. in-4o (B.M. Lille, (...)
  • 8 Voir notre relevé des sources.

3Même s’il n’est pas un inconnu de l'histoire, Merlin de Douai n’a guère suscité l’intérêt et son itinéraire, ses idées, ses liens avec ses contemporains restent peu ou mal connus5. La méconnaissance de ce juriste longtemps engagé en politique n’avait cependant rien d’irrémédiable, puisqu’à son immense œuvre imprimée, dont nous avons recensé près de deux cent cinquante titres6, s’ajoute une masse considérable de documents manuscrits dispersés entre les bibliothèques et les dépôts d’archives de Bruxelles, Paris, Nantes, Rouen, Rennes, Lille, Arras, Douai et de bien d’autres villes des départements du Nord et du Pas-de-Calais. Ces textes juridiques et politiques, ces lettres, ces plaidoyers et les multiples papiers personnels ou administratifs consultés, souvent neufs, comme ce journal de jurisprudence édité en 17907, permettaient de restituer avec précision la vie de cet homme ; les journaux et les mémoires des contemporains complétaient utilement cette documentation8.

  • 9 Lottin Alain, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, Raoust, 1968 ; rééd., Chavatte, (...)
  • 10 Ginzburg Carlo, Il formaggio e i vermi, Turin, 1976 ; trad. franç., Le fromage et les vers, l'univ (...)
  • 11 Vovelle Michel, « De la biographie à l’étude de cas », Sources, no 3-4, 1985, p. 191-198 ; et du m (...)
  • 12 Duby Georges, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, Fayard, 1984.
  • 13 Duby Georges, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 192-194.
  • 14 Goubert Pierre, Mazarin, Paris, Fayard, 1990.
  • 15 Sorlin Pierre, Waldeck-Rousseau, Paris, A. Colin, 1966, p. 7.
  • 16 Jeanneney Jean-Noël, François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, (...)

4La masse des renseignements recueillis a subi un tri, un classement, des analyses qui répondaient à des choix préliminaires : celui de l’érudition, toujours nécessaire, celui du questionnement, étroitement lié aux débats et aux préoccupations de notre époque, et celui de la méthode d’approche. Cette dernière nous fut en partie dictée par les historiens qui, depuis quelques années, ont tenté de mettre en évidence les apports possibles de la biographie. Parmi les formes de renouveau, la plus radicale s’intéresse à la seule spécificité de l’individu étudié. Cette tendance plonge ses racines dans les jeunes années de l’histoire des mentalités et l’un de ses premiers modèles est l’étude du lillois Chavatte, dont Alain Lottin s’efforçait de restituer les conditions d’existence, les comportements et l’univers mental ; au travers de la vie d’un homme, l’auteur étudiait la « psychologie collective » des sayetteurs lillois9. Une telle approche, toujours tributaire des sources, obligeait l’historien à rompre le moule chronologique et l’image traditionnelle de la trajectoire humaine. Récemment, évoquant certains travaux de Daniel Roche et de Carlo Ginzburg10, Michel Vovelle appliqua à cette démarche la désignation « d’étude de cas », expliquant que les anonymes intéressaient les historiens non pour eux-mêmes, mais parce qu’ils permettaient d’approcher des catégories sociales souvent méconnues11. C’est également à « l’étude de cas » que se rattache Guillaume le Maréchal de Georges Duby12. S’il se consacrait à l’étude d’un « grand homme », s’il renouait avec la forme du récit, l’auteur n’entendait pas étudier, à proprement parler, la vie de ce personnage ; elle était déjà écrite, et il ne désirait pas y revenir. Le véritable sujet de son livre n’était pas Guillaume le Maréchal, mais la chevalerie, son idéal et ses valeurs13. En s’arrêtant sur la seule spécificité culturelle d’un individu, Georges Duby était le premier à étendre les méthodes et les objectifs de « l’étude de cas » à un homme célèbre. D’autres essais de renouveau, peut-être moins absolus mais tout aussi stimulants, insistent sur les relations entre l’individu et son temps14, font du personnage un modèle social, rapprochant ainsi biographie et prosopographie15, ou encore tentent d’étudier, au travers d’un individu, une question d’histoire plus ou moins neuve16. Qu’ils mettent en valeur le contexte, le groupe social d'appartenance du personnage ou un thème d’étude qui domine son existence, ces essais de renouvellement ont largement contribué à réconcilier l’historien et l’individu.

  • 17 En nous inspirant des travaux et du vocabulaire des psycho-sociologues. Voir notamment Castellan Y (...)
  • 18 Sur ce dernier point voir Levillain Philippe, Albert de Mun, catholicisme français et catholicisme (...)

5Refusant de choisir entre toutes ces approches, dont aucune ne s’adaptait parfaitement à notre projet, nous avons tenté de nous placer à leur croisée, d’en opérer la synthèse, en essayant de transformer la biographie en une véritable monographie d’histoire politique, sociale et culturelle que nous avons appelée « l’histoire de cas »17. Dans cet exercice, à la différence de « l’étude de cas », le parcours du personnage retient également l’attention de l’historien. Ainsi, l’homme y devient autant un objet qu’un sujet d’histoire ; certes, l’une de nos ambitions reste de reconstituer et de comprendre un parcours, mais l’individu se transforme aussi en un prisme par lequel l’on cherche à connaître une époque, un milieu social et professionnel, et à résoudre quelques questions de portée générale18. Comme dans une monographie régionale, la lecture d’une vie s’y opère sur plusieurs échelles de temps, rompant ainsi en partie la trame de la chronologie. Merlin se prêtait bien à cette démarche car il n’est ni un mythe, ni un créateur d’idées, ni une exception ; même si sa carrière fut brillante, il n'est pas isolé dans son temps. Du particulier, que nous ne voulions négliger, il était ainsi ponctuellement possible de glisser vers le général.

  • 19 Première partie : « Du barreau douaisien à l’Institut : le parcours et les choix d’un enfant des L (...)

6Dans la réalisation de ce projet biographique, notre premier objectif fut de reconstituer le parcours politique et social de Merlin, et de mesurer sa représentativité en tentant de le rattacher à une ou à plusieurs générations19 ; cette démarche, respectueuse des étapes de la chronologie, permettait également de comparer les analyses actuelles des événements révolutionnaires avec nos sources, voire de participer à certains débats. L’analyse factuelle révéla cependant vite ses limites ; elle paraissait interdire à la fois l’élargissement des problématiques et la résolution de nombreuses questions, pourtant essentielles. Comment en effet mener une réflexion sur la conception que Merlin avait de la propriété dans une démarche linéaire où ses relations avec la féodalité, son abolition et la peur de la loi agraire, seraient évoquées épisodiquement, de l’Ancien Régime à l’Empire ? De même, comment comprendre sa vision des rapports entre l’Eglise et l’Etat et son évolution, sans étudier dans un même chapitre la théorie exposée dans son Traité des offices (1786), son œuvre de constituant, sa participation à la Terreur fructidorienne, son adhésion au culte décadaire et sa mort chrétienne ? La question se pose en des termes identiques pour sa participation à la politique extérieure du pays, sa lutte contre les résistances à la Révolution, sa collaboration à la codification du droit et bien d’autres sujets.

  • 20 Deuxième partie : « Les principes politiques à l’épreuve des faits ».

7Au delà de ces interrogations ponctuelles, une approche diachronique a ainsi permis une réflexion sur les traits majeurs et la spécificité du projet politique de Merlin20 ; en nous penchant tour à tour sur sa conception de la souveraineté, du peuple, de la justice révolutionnaire, de l’Eglise, de la nation, du mandat de député et des relations internationales, c’est la contribution d’un juriste à la difficile émergence d’un nouveau modèle politique, triomphant en 1795, que nous avons tenté de connaître. La cohérence, les contradictions et le pragmatisme de ce projet ont dessiné d’un trait plus ferme les contours d’une véritable génération politique, et ont permis d’approcher certaines des raisons de son adhésion à l’Empire.

  • 21 Troisième partie : « Un nécessaire compromis social : un homme libéré dans une société rationalisé (...)

8C’est par la même démarche que nous avons cherché à définir l’ordre civil espéré par Merlin, et celui qu’il contribua à réaliser21 ; une analyse politique et sociale de sa participation à la réforme de l’ordre judiciaire, à la codification et à l’établissement du droit intermédiaire, livre une partie de son projet de société. Associée à une réflexion sur ses rapports avec l’argent, l’honneur et le mérite, cette étude a permis de nous interroger sur la modération juridique et sociale de ce juriste, qui contraste fréquemment avec la vigueur de ses engagements politiques ; cette caractéristique, partagée par certains de ses proches, constitue un facteur essentiel de continuité qui complète l’explication des raisons de son ralliement au bonapartisme.

  • 22 Le « caractère social » désigne le caractère commun aux membres d’un même groupe social, et s’oppo (...)

9Au delà d’un parcours moins isolé et exceptionnel qu’il ne semble à première vue, Merlin de Douai apparaît ainsi comme le témoin privilégié d’une transformation politique et sociale novatrice, ainsi qu’une illustration de l’engagement des juristes, et particulièrement des avocats, dans le combat politique. En transformant un individu en objet d’histoire et un « genre » historique en méthode d’approche, « l’histoire de cas », nous avons cherché tout à la fois à connaître cet homme, à isoler le « caractère social »22 d’un juriste du temps des révolutions et à restituer le cheminement incertain de toute une génération politique.

Notes

1 Veyne Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971 ; rééd., Paris, Le Seuil, collection Points, 1979, p. 48.

2 Le Goff Jacques, « Comment écrire une biographie historique aujourd’hui ? », Le Débat, no 54, 1989, p. 49.

3 Le Roy Ladurie Emmanuel, Le territoire de l’historien, tome I, Paris, Gallimard, 1973 ; rééd., Paris, Gallimard, 1985, tome I, p. 169.

4 Sur l’ambiguïté de la notion de « genre », voir Levillain Philippe, « Les protagonistes : de la biographie », dans Remond René, s.dir., Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, 1988, p. 134-135.

5 Voir cependant Gruffy Louis, La vie et l’œuvre juridique de Merlin de Douai (1754-1838), thèse de droit, Paris, Librairie de jurisprudence ancienne et moderne, 1934.

6 Voir notre thèse, Merlin de Douai, un juriste au temps des Révolutions (1754-1838). Contribution à l’étude du premier libéralisme conservateur, thèse de Doctorat de l’Université d’Artois (dir. Alain Lottin), Arras, 1994, tome III, p. 974-1018.

7 Recueil général de jurisprudence françoise, Paris, Deladreu-Visse, 1790, 2 vol. in-4o (B.M. Lille, 65054).

8 Voir notre relevé des sources.

9 Lottin Alain, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, Raoust, 1968 ; rééd., Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.

10 Ginzburg Carlo, Il formaggio e i vermi, Turin, 1976 ; trad. franç., Le fromage et les vers, l'univers d'un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980. Menetra Jacques-Louis, Journal de ma vie, éd. par Daniel Roche, Paris, Montalba, 1982.

11 Vovelle Michel, « De la biographie à l’étude de cas », Sources, no 3-4, 1985, p. 191-198 ; et du même, « Les retours de la biographie dans l’histoire de la Révolution française », Grandes figures de la Révolution française en Picardie. Colloque du bicentenaire. Blérancourt, 17 et 18 juin 1989, s.l., Association pour la sauvegarde de la maison de St-Just, 1990, p. 5-11.

12 Duby Georges, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, Fayard, 1984.

13 Duby Georges, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 192-194.

14 Goubert Pierre, Mazarin, Paris, Fayard, 1990.

15 Sorlin Pierre, Waldeck-Rousseau, Paris, A. Colin, 1966, p. 7.

16 Jeanneney Jean-Noël, François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Le Seuil, 1976, p. 9-10.

17 En nous inspirant des travaux et du vocabulaire des psycho-sociologues. Voir notamment Castellan Yvonne, Initiation à la psychologie sociale, Paris, A. Colin, 1970 ; 7e éd., Paris, A. Colin, 1984, p. 30-32. Voir aussi notre thèse, op. cit., tome I, p. 13-20.

18 Sur ce dernier point voir Levillain Philippe, Albert de Mun, catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au ralliement, Rome, Ecole française de Rome, 1983, p. 102-103.

19 Première partie : « Du barreau douaisien à l’Institut : le parcours et les choix d’un enfant des Lumières ».

20 Deuxième partie : « Les principes politiques à l’épreuve des faits ».

21 Troisième partie : « Un nécessaire compromis social : un homme libéré dans une société rationalisée ».

22 Le « caractère social » désigne le caractère commun aux membres d’un même groupe social, et s’oppose au « caractère individuel ». Sur ces notions voir Castellan Yvonne, op. cit., p. 118-119.

© Artois Presses Université, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search