Version classiqueVersion mobile

Poétiques du merveilleux

 | 
Anne Besson
, 
Évelyne Jacquelin

2. Désordre taxinomique et hybridations génériques

La licorne de Børre Sæthre

Isabelle Limousin

Texte intégral

  • 1 Chansonnier, BNF, Manuscrits, Français 846, fol. 1, vers 1275-1300, consultable sur le site de la B (...)

Je suis comme la licorne, qui est frappée de stupeur lorsqu’elle contemple la jeune fille. Elle est si joyeuse de ce qui la tourmente qu’elle s’évanouit sur son sein. On la tue alors par traîtrise. Et moi, Amour et ma dame m’ont tué par le même spectacle : ils tiennent mon cœur, et je ne puis le ravoir.
Thibaut de Champagne1

  • 2 Cité dans Frédéric Bonnet, « De l’autre côté », Vogue n° 851, 2004, p. 154.

Je veux créer des paysages psychiques.
Børre Sæthre2

  • 3 Traduction des titres par Aurélie Villers.

1La licorne, que l’on rencontre plus communément dans les légendes médiévales ou les romans de fantasy que dans l’art le plus contemporain, figure dans deux œuvres récentes de Børre Sæthre, My Private Sky (Mon ciel privé3, 2001) et Stealth Distortion (… must have seen it in some teenage wet dream) (Moyens détournés (… ça doit me venir d’un rêve érotique adolescent), 2008).

2Ces installations labyrinthiques mènent le visiteur à la découverte d’un univers aux multiples stimuli. Architecture sophistiquée et minimaliste inspirée tant du vaisseau spatial que du lounge californien, lumière artificielle à l’implacable blancheur, tableaux d’inspiration luminocinétique, accompagnement sonore : l’ensemble de ces éléments concourt à l’élaboration d’un parcours complexe qui dirige le visiteur jusqu’à la créature imaginaire. Empaillée, isolée dans un espace clos où elle reste visible, quoiqu’à distance, la licorne est apaisée, étendue au sol, les pattes postérieures légèrement entrouvertes. Mort et érotisme, pureté et désir, séduction et voyeurisme, passé légendaire et futur science-fictif se télescopent dans deux installations qui reposent sur un équilibre ambivalent et créent des ambiances à résonnance intérieure.

3La présence de la licorne dans ces œuvres s’inscrit dans la riche histoire de la représentation d’un animal imaginaire qui paraissait s’être éteinte avec les preuves de son inexistence. Pourquoi rejoint-elle, aux côtés d’autres animaux, le bestiaire d’un jeune artiste norvégien qui évolue dans la galaxie branchée et cosmopolite de l’art contemporain ? Comment science-fiction, fantasy et merveilleux irriguent ce qui pourrait être l’expression plastique d’un genre nouveau ?

Installation, érotisme et conte de fées

4Sæthre est né en 1967 à Oslo. Il suit un parcours académique brillant. Formé à la National Academy of Fine Arts d’Oslo, il séjourne en résidence à New York grâce à l’International Studio and Curatorial Program, au Künstlerhaus Bethanien de Berlin et à la Cité Internationale des Arts de Paris. Il est aujourd’hui l’un des acteurs nomades de l’art contemporain, partageant sa vie entre Olso, Berlin et New York. Représenté à Paris par la galerie Loevenbruck depuis 2005, ses œuvres ont été montrées en France lors d’expositions organisées au Fonds régional d’art contemporain de Basse-Normandie (2005), au Printemps de Toulouse (2004) ainsi qu’à la Foire internationale d’art contemporain à Paris.

5Adolescent, le jeune artiste observe et enregistre le monde avec une caméra Super-8. Il est acteur de ses premières œuvres, principalement des vidéos, comme 24h Ecstasy Session (Séance de 24 h d’extase, 1993) ou Creamed Pants (Pantalon crème, 1994). S’il s’émancipe au fil des années d’une expression autocentrée, son art demeure littéralement sous l’emprise de la fascination, notamment dans Pillow Case Study (Étude de la taie d’oreiller, 1994), Executive Thrill - Hard Bargain / Soft Ice (L’excitation du cadre – Âpres négociations / Glace molle, 1994) et Double Fantasy (Double fantasme, 1996). Sa palette s’enrichit ensuite avec l’introduction d’animaux associés à un érotisme métaphorique, voire elliptique.

My Private Sky, 2001

Stealth Distortion (… must have seen it in some teenage wet dream), 2001

6L’année 1997 marque un changement fondamental dans la création de Sæthre. Ses œuvres prennent désormais la forme quasi exclusive d’installations qui seraient les productions architecturées et coûteuses d’une entreprise fictive dénommée Lustlux (Desirlux). Une même esthétique corporate, c’est-à-dire inspirée des espaces de réception conçus pour les puissantes multinationales, ainsi qu’une sophistication aseptisée caractérisent ses œuvres : Masturbating With The Gods (Se masturber avec les dieux, 1998), AMillion Dreams, AMillion Scars, Two Episodes / One interludes : Poetry for Satellites (Un million de rêves, un million de cicatrices, deux épisodes / Un interlude : poésie pour satellites, 1999), Play Position (Position de marche, 2004), I’ve Been Guilty Of Hanging Around (Je suis coupable de me la couler douce, 2006). Formes arrondies, couleurs douces et matières lisses contribuent à créer des environnements séduisants dont la perfection minimaliste évoque les bars de luxe en Californie comme les intérieurs de navettes spatiales. Ces espaces pourraient suggérer la douceur de vivre ou l’exaltation de l’aventure, s’ils n’étaient caractérisés par une artificialité qui s’inspire des décors de 2001 : l’odyssée de l’espace de Kubrick (1968) et Solaris (1968) de Tarkovski, références science-fictives assumées par l’artiste. Le visiteur qui souhaite les découvrir est invité à suivre un parcours rythmé par une succession de portes coulissantes et de sas, c’est-à-dire de seuils qui donnent un sentiment de progression sans pour autant donner de visibilité sur leur aboutissement. Les chambres anéchoïques, qui plongent le visiteur dans un silence parfait, succèdent aux espaces sonorisés. Dans un environnement où les repères sensoriels sont amoindris, le visiteur doit s’abandonner au cheminement qui le guide. L’installation est un spectacle autant qu’une expérience qui le fait pénétrer dans un monde clos et maîtrisé par l’artiste jusqu’à la découverte finale, son acmé.

7Au fil du parcours, le visiteur devient l’acteur d’un film, celui que réalise son imagination et son subconscient mêlés aux décors, objets et personnages rencontrés. Quel est le récit de cette histoire en images ? S’agit-il, dans cette ambiance onirique, d’un conte de fées ? Non pas l’un des divertissements produits par l’industrie Disney pour amuser et rassurer les enfants, mais plutôt ceux qui l’ont inspirée et possèdent le pouvoir de les effarer. Car l’innocence se mêle à la sexualité, à la mort et à l’artifice tandis que le visiteur se trouve placé en position de voyeur. Børre Sæthre précise son ambition artistique :

  • 4 Dorothée Tramoni, « Børre Sæthre », Art Press, n° 321, 2006, p. 84.

Il n’y a aucune histoire à véhiculer. Je désire susciter un trouble chez le visiteur, qui se met naturellement à créer sa propre histoire. Je veux juste appuyer sur des boutons dans l’imagination des individus, déclencher un processus qui leur est propre, unique.4

8Malgré leur diversité, les œuvres de Sæthre sont liées entre elles par une beauté ambivalente provoquée par la rencontre onirique de mondes inaccessibles, le désir mêlé à la répulsion.

Fascination de la licorne

9Dans ce corpus, deux installations se distinguent : My Private Sky (2001) et Stealth Distortion (… must have seen it in some teenage wet dream) (2008), toutes deux habitées par une licorne.

  • 5 Nicolas de Oliveira, Nicola Oxley, Michael Petry, Installation Art in the New Millennium. The Empir (...)
  • 6 6 octobre 2012 – 13 janvier 2013.

10My Private Sky est exposée pour la première fois au Astrup Fearnley Museum for Modern Art à Oslo en 2001. Elle est la première installation de grand format exécutée par l’artiste : un environnement high tech composé de salles, de couloirs et de portes coulissantes et animé d’écrans qui diffusent les images muettes et ralenties d’explosions. Au fond, un hublot s’ouvre sur une chambre blanche où repose la licorne aux pattes postérieures légèrement entrouvertes. L’œuvre, qui a été choisie pour faire la couverture de l’ouvrage Installation Art in the new Millennium5, a été récemment exposée au Tri postal dans le cadre des manifestations organisées à Lille pour « Fantastic 2012 »6.

  • 7 19 octobre 2008 – 22 février 2009.

11Sept années plus tard, en 2008, la licorne réapparaît dans une seconde installation de Sæthre, Stealth Distortion, présentée au centre d’art contemporain du MoMA, PS17. Une fois encore, le visiteur doit s’engager dans un parcours labyrinthique animé de sons et d’œuvres géométriques. Au détour d’un couloir, la licorne apparait dans un container surélevé.

12D’autres animaux font partie du bestiaire de Sæthre : le faon, qui devient dans son œuvre un Bambi à la sexualité innocente ; le lapin, copulateur compulsif ; ou le corbeau, observateur au regard inquiétant de cyborg, en clin d’œil à Hitchcock. Dans ces installations dominées par l’artificialité des matériaux, les animaux pourraient apporter un peu de vitalité organique. Mais, empaillés, ils présentent des postures figées et participent avec d’autres objets à la décoration d’un environnement dominé par l’hyper maîtrise d’un schéma directeur. La licorne, elle, se fait plus rare et ses apparitions surnaturelles sont ménagées par surprise, en fin de parcours. Derrière une vitre, protégée des regards et des importuns dans une vitrine-cage surélevée du sol, elle semble détachée du monde réel.

13Si l’origine de sa légende est inconnue, l’animal paraît dans l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien. Il y décrit un animal exotique :

  • 8 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre VIII, chapitre XXXI, texte français de l’édition d’Émile (...)

[En Inde, i]ls chassent aussi une bête intraitable ; c’est l’unicorne, semblable au cheval par le corps, au cerf par la tête, à l’éléphant par les pieds, au sanglier par la queue ; elle a un mugissement grave, et une seule corne noire s’élevant de deux coudées au milieu du front : on dit que cette bête ne peut pas être prise vivante.8

  • 9 Livre de Job, XXXIX, 9-12. On trouve « licorne » dans les traductions anglaises (Bible du roi Jacqu (...)
  • 10 Comme l’illustre une œuvre postérieure à l’époque médiévale, La Jeune fille à la licorne (1604-1605 (...)
  • 11 Dans son Bestiaire, Pierre de Beauvais rapproche le Christ et la licorne : « Notre Seigneur Jésus-C (...)

14Dans le Physiologos, premier bestiaire chrétien de l’Antiquité tardive, modèle pour ceux du Moyen Âge, une cinquantaine d’animaux sont décrits, dont la licorne. Désormais indigène, elle est devenue un petit animal qui ressemble au chevreau, paisible et doux, mais d’une force telle que les chasseurs ne peuvent l’approcher. Pour le capturer, il faut employer la ruse et l’attirer auprès d’une jeune fille vierge. Ce texte suscite une riche postérité littéraire et iconographique approfondissant la symbolique chrétienne attachée à l’animal. Alors qu’un animal parfois appelé « licorne » est cité à plusieurs reprises dans l’Ancien Testament, notamment dans les Psaumes et le Livre de Job9 comme un animal puissant, l’image de la jeune fille accueillant la licorne dans son sein devient à partir du XIIe siècle le symbole de l’Incarnation du Christ10. La mise à mort de la licorne, dont le flanc est percé par la flèche (ou la lance) du chasseur, devient ensuite le symbole de la Passion11.

15À la fin du Moyen Âge, l’animal mystérieux inspire de très nombreuses représentations en miniature, ivoire, gravure, peinture, sculpture et tapisserie. La plus célèbre tenture, celle de La Dame à la licorne (fin XVe siècle, Musée national du Moyen Âge, Paris), est composée de cinq tapisseries illustrant chacune l’un des cinq sens, et d’une sixième qui porte, en cartouche, À mon seul désir. La tenture de La Chasse à la licorne (fin XVe siècle, The Metropolitain Museum of Art, The Cloisters, New York) illustre quant à elle la capture de l’animal.

16La corne torse de la licorne est réputée purifier l’eau, guérir des maladies et être un antidote à tous les types de poisons. C’est un bien extrêmement précieux et très recherché :

  • 12 Antoine Schnapper, Le Géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosité en France au XVIIe (...)

Ces vertus expliquent le prix énorme atteint par les cornes de licorne, sur lequel on a quelques lueurs dès le XVe siècle et surtout le XVIe siècle […] tout prince italien en possède au moins un fragment ; en morceau ou en poudre, elle vaut dix fois son pesant d’or, beaucoup plus quand elle est entière […] François Ier aurait refusé 100 000 écus pour celle de Saint-Denis. […] Ces prix vertigineux correspondent […] au moment où l’art de l’empoisonnement est à son comble dans les cours italiennes […].12

  • 13 « Les habitants de Sumatra ont éléphants et unicornes aussi, qui ne sont pas plus grandes qu’un élé (...)
  • 14 Odell Shepard, The Lore of the Unicorn, Londres, George Allen & Unwin, 1930.
  • 15 Lire à ce sujet Antoine Schnapper, op. cit., p. 195-204.

17Outre les ouvrages naturalistes, la licorne apparaît aussi dans les récits de voyage, celui de Marco Polo notamment13, et les traités de médecine. Mais les descriptions précises qui lui sont consacrées, parfois contradictoires entre elles, engendrent de nombreux débats. Son existence et les propriétés prophylactiques de sa corne sont l’objet de nombreuses spéculations jusqu’au début du XVIIIe siècle. Odell Shepard, dans son ouvrage de référence sur le sujet, The Lore of the Unicorn14, décompte environ vingt-cinq dissertations traitant de ces questions entre 1550 et 1700. Le naturaliste Pierre Belon, dans son ouvrage Les Observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Égypte, Arabie et autres pays estranges (1553), serait l’un des premiers à identifier l’origine véritable des cornes, mais le débat est entretenu jusqu’à la fin du XVIIe siècle, moment auquel, face à l’affluence de cornes sur le marché, il est finalement admis qu’elles proviennent du narval, qu’elles ne possèdent peut-être pas toutes les vertus dont on les a dotées et que la licorne n’existe pas15. Les représentations de l’animal dès lors se raréfient, la licorne quitte le champ de l’imaginaire littéraire et artistique avec la fin de son mystère.

18Elle resurgit trois siècles plus tard dans l’art le plus contemporain, notamment dans les œuvres de Sæthre. L’animal s’est-il laissé prendre par une vierge ? Captif, il semble apprivoisé jusqu’à ouvrir ses pattes au désir de celui qui pourra s’approcher. La pose suggestive évoque l’iconographie des revues pornographiques, gays notamment. Le parcours de ces installations s’apparente-t-il à une chasse moderne ? La nature même de l’installation, dont la spatialité est fondamentale, pourrait proposer une réinterprétation des célébrissimes tentures à la licorne. Le parcours que le visiteur doit suivre associe et sollicite tous ses sens, rappelant le sujet de la tenture du Musée national du Moyen Âge, tandis que l’activité du chasseur telle que représentée dans la tenture du musée new yorkais pourrait être celle du visiteur qui trouve au bout de son parcours la licorne captive. Les scénarii anciens semblent rejoués.

Nouveau genre ?

  • 16 Le cyberpunk, contraction de « cybernétique » et de « punk », se distingue par la création d’univer (...)

19Dans les œuvres de Børre Sæthre, le visiteur découvre un environnement de science-fiction vintage habité par un animal de fantasy. Les genres se mêlent sans heurt et façonnent un imaginaire d’un nouvel ordre. Plus que l’art contemporain, la littérature aime à échafauder de savantes théories sur les genres. Sans transposition hâtive d’un domaine à l’autre, il est tentant de réexaminer les œuvres de Sæthre à l’aune de la réflexion contemporaine portant sur l’hybridation et l’émergence de genres nouveaux. Dans un article publié dans SF Eye en 1989, Bruce Sterling, auteur de littérature science-fictive de tendance cyberpunk16, décrit la faillite des genres classiques, la science-fiction notamment :

  • 17 Bruce Sterling, « Slipstream », SF Eye n° 5, juillet 1989 (traduction d’Aurélie Villers) « La scien (...)

“Science Fiction” today is a lot like the contemporary Soviet Union; the sprawling processor of a dream that failed. Science fiction’s official dogma, which almost everybody ignores, is based on attitudes toward science and technology which are bankrupt and increasingly divorced from any kind of reality. “Hard SF”, the genre’s ideological core, is a joke today; in terms of the social realities of high-tech post-industrialism, it’s about as relevant as hard-Leninism.
[…] Science fiction – much like that other former Vanguard of Progressive Mankind, the Communist Party – has lost touch with its cultural reasons for being. Instead, SF has become a self perpetrating commercial power-structure, which happens to be in possession of a traditional national territory: a portion of bookstore rackplace.17

20Alors que la science-fiction s’use dans ses avatars, quelle littérature lui succède désormais ? Bruce Sterling propose une réponse en même temps que la définition d’un nouveau genre, le slipstream, dénommé ainsi en clin d’œil au mainstream :

  • 18 Op. cit « Au lieu de cela, c’est un genre d’écriture contemporaine qui s’est catégoriquement opposé (...)

Instead, it is a contemporary kind of writing which has set its face against consensus reality. It is a fantastic, surreal sometimes, speculative on occasion, but not rigorously so. It does not aim to provoke a “sense of wonder” or to systematically extrapolate in the manner of classic science fiction.
Instead, this is a kind of writing which simply makes you feel very strange; the way that living in the late twentieth century makes you feel, if you are a person of a certain sensibility.18

21Le slipstream, dont la traduction littérale par « sillage » suggère avec justesse qu’il est la trace d’un passage, s’inscrit dans la continuité des genres qui l’ont précédé. Son esthétique, si l’on élargit ses manifestations non seulement à la littérature mais plus largement aux arts, engendre selon Bruce Sterling un sentiment d’étrangeté ou de bizarrerie qui caractérise à notre sens également les œuvres de Sæthre. Loin de vouloir restreindre son art à la spécificité d’un courant littéraire, nous souhaitons l’inscrire dans le vaste mouvement de la création contemporaine, là où la licorne n’est plus isolée mais participe de la geste actuelle.

22La licorne de Børre Sæthre est captive mais règne sur un domaine complexe et riche où s’élabore une création expérimentale qui contribue à renouveler la théorie classique des genres. L’examen des deux installations met face à un phénomène contemporain majeur, celui du passage des formes et des sujets d’un art à l’autre, d’un genre à l’autre, voire à leur association dénuée de tout préjugé théorique. Merveilleux, surnaturel, science-fiction, fantasy et slipstream se rencontrent dans la complexité d’objets s’octroyant tous les possibles.

23La licorne, par la profondeur et la richesse de son histoire légendaire comme par ses caractéristiques esthétiques, est dans les installations étudiées un élément clé de cette complexité. À la fois apparition poétique d’un mystère et révélation de la mystification artistique, elle incarne si pertinemment la superposition caractéristique des processus créateurs contemporains que d’autres artistes y ont été sensibles et donnent à sa légende une nouvelle actualité au XXIe siècle. Damian Hirst notamment, figure majeure de la scène britannique, a lui aussi intégré la licorne à son bestiaire corrosif. Décapitée, à demi écorchée ou conservée dans un monumental bocal de formol, Hirst exhibe l’animal avec les traces de son exécution. La férocité de la licorne s’est retournée contre elle mais sa légende continue de fertiliser les imaginaires.

Bibliographie

Bibliographie

Bonnet Frédéric, « De l’autre côté », Vogue n° 851, 2004, p. 154

Oliveira Nicolas de, Oxley Nicola, Petry Michael, Installation Art in the New Millennium. The Empire of the Senses, Londres et New York, Thames and Hudson, 2003.

Schnapper Antoine, Le Géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosité en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012.

Shepard Odell, The Lore of the Unicorn, Londres, George Allen & Unwin, 1930.

Sterling Bruce, « Slipstream », SF Eye, n° 5, juillet 1989.

Tramoni Dorothée, « Børre Sæthre », Art Press, n° 321, 2006.

Notes

1 Chansonnier, BNF, Manuscrits, Français 846, fol. 1, vers 1275-1300, consultable sur le site de la Bibliothèque nationale de France consacré à l’exposition « Le bestiaire dans l’enluminure médiévale » (http://expositions.bnf.fr/bestiaire/grand/n_03.htm), dernière consultation 6/1/2014.

2 Cité dans Frédéric Bonnet, « De l’autre côté », Vogue n° 851, 2004, p. 154.

3 Traduction des titres par Aurélie Villers.

4 Dorothée Tramoni, « Børre Sæthre », Art Press, n° 321, 2006, p. 84.

5 Nicolas de Oliveira, Nicola Oxley, Michael Petry, Installation Art in the New Millennium. The Empire of the Senses, Londres et New York, Thames and Hudson, 2003.

6 6 octobre 2012 – 13 janvier 2013.

7 19 octobre 2008 – 22 février 2009.

8 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre VIII, chapitre XXXI, texte français de l’édition d’Émile Littré, Paris, Dubochet, 1848-1850, consultable sur http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre8.htm (dernière consultation 6/1/2014).

9 Livre de Job, XXXIX, 9-12. On trouve « licorne » dans les traductions anglaises (Bible du roi Jacques) et allemandes (Bible de Luther), plus souvent que dans les versions françaises, celles-ci donnant aussi « taureau », « buffle » ou « auroch ».

10 Comme l’illustre une œuvre postérieure à l’époque médiévale, La Jeune fille à la licorne (1604-1605) fresque du Dominicain au palais Farnèse, à Rome.

11 Dans son Bestiaire, Pierre de Beauvais rapproche le Christ et la licorne : « Notre Seigneur Jésus-Christ, licorne céleste, descendit dans le sein de la Vierge, et à cause de cette chair qu’il avait revêtue pour nous, il fut pris par les juifs et conduit devant Pilate, présenté à Hérode puis crucifié sur la sainte Croix, lui qui, auparavant, se trouvait auprès de son Père, invisible à nos yeux ; voilà pourquoi il dit lui-même dans les psaumes : “Ma corne sera élevée comme celle de l’unicorne” ». Cité dans l’exposition en ligne de la BNF « Le bestiaire dans l’enluminure médiévale » (http://expositions.bnf.fr/bestiaire/grand/n_16.htm), dernière consultation 6/1/2014.

12 Antoine Schnapper, Le Géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosité en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012, p. 193.

13 « Les habitants de Sumatra ont éléphants et unicornes aussi, qui ne sont pas plus grandes qu’un éléphant. Et elles ont le poil comme celui du buffle, et les pieds comme ceux des éléphants, et une corne au milieu du front, blanche et très grosse. Et elles ne font aucun mal avec leur corne, mais avec leur langue, car elles ont la langue chargée de grandes et longues épines. Et elles ont une tête semblable à celle du sanglier, et la portent toujours inclinée vers la terre. Elles demeurent habituellement près des lacs et des marais. C’est une bête très laide à voir, et elle ne se prend pas au sein d’une pucelle comme nous le disons, bien au contraire. » Marco Polo, Devisement du monde (Livre des Merveilles), Paris, vers 1410-1412, BNF, Manuscrits, Français 2810 fol. 85, consultable sur le site de l’exposition « Le bestiaire dans l’enluminure médiévale » (http://expositions.bnf.fr/bestiaire/grand/n_05.htm) dernière consultation 6/1/2014.

14 Odell Shepard, The Lore of the Unicorn, Londres, George Allen & Unwin, 1930.

15 Lire à ce sujet Antoine Schnapper, op. cit., p. 195-204.

16 Le cyberpunk, contraction de « cybernétique » et de « punk », se distingue par la création d’univers dystopiques violents et technophiles.

17 Bruce Sterling, « Slipstream », SF Eye n° 5, juillet 1989 (traduction d’Aurélie Villers) « La science-fiction est aujourd’hui très semblable à l’Union Soviétique contemporaine : c’est le processeur informe d’un rêve qui a échoué. Le dogme officiel de la science-fiction, que presque tout le monde ignore, repose sur des attitudes à l’égard la science et la technologie qui se trouvent en échec et sont de plus en plus déconnectées de toute forme de réalité. La “Hard SF”, noyau idéologique du genre, n’est aujourd’hui plus qu’une blague. En termes de réalités sociales d’un post-industrialisme high-tech, elle a autant de pertinence qu’un Hard-Léninisme. […] La science-fiction (d’une manière assez semblable à cette autre ancienne Avant-garde d’une Humanité Progressiste, le Parti Communiste) est déconnectée de ses raisons d’être culturelles. Au contraire, la SF s’est transformée en une structure de pouvoir commerciale qui s’auto-génère, et qui se trouve posséder un territoire national traditionnel : un bout de rayonnage en librairie ».

18 Op. cit « Au lieu de cela, c’est un genre d’écriture contemporaine qui s’est catégoriquement opposé à la réalité consensuelle. Il est fantastique, parfois surréaliste, et à l’occasion spéculatif, mais pas de façon rigoureuse. Il ne cherche pas à provoquer un “sense of wonder” ni à systématiquement extrapoler à la manière de la science-fiction classique. Au contraire, c’est un genre d’écriture qui vous fait tout simplement vous sentir très bizarre, un peu comme vivre à la fin du vingtième siècle vous fait vous sentir, si vous êtes une personne douée d’une certaine sensibilité ».

Table des illustrations

Légende My Private Sky, 2001
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Stealth Distortion (… must have seen it in some teenage wet dream), 2001
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search