Version classiqueVersion mobile

Théâtre d’enfance et de jeunesse

 | 
Isabelle De Peretti
, 
Béatrice Ferrier

Deuxième partie. L’hybridation du théâtre contemporain : une écriture spécifique ?

Que souffle la liste sur son passage ? Énumérations et effets de listage dans les écritures théâtrales pour la jeunesse

Sandrine Le Pors

Texte intégral

  • 1 Je précise que parlant « d’effets de listage », je reprends ici en partie le titre de l’ouvrage col (...)
  • 2 Jean-Pierre Sarrazac, L’Avenir du drame, Belfort, Circé/poche, 1999.

1Mon propos se centrera sur une stratégie de langage spécifique, transhistorique, transgénérique et participant du métissage de la forme dramatique, celle consistant avoir recours aux effets de listages : listes, énumérations et autres inventaires1. Utilisés comme des matériaux poétiques, dramatiques ou narratifs, ces effets de listage sont susceptibles de proposer des expérimentations singulières de la parole en régime dramatique. M’intéresse ici autant ce qu’ils contiennent de souffle et donc de corps, de rythme et d’oralité que ce qui par eux souffle sur l’écriture dramatique contemporaine pour la jeunesse. Au contact des listes et des effets de listage, l’écriture théâtrale s’ouvre en effet à un devenir2 nettement marqué par l’hétérogénéité et les effets d’hybridation.

  • 3 Bernadette Bost, « Listes et inventaires dans les textes dramatiques contemporains » dans Joseph Da (...)

2L’apparition des paradigmes de listage au cœur du texte pour la scène, « dont l’usage est devenu pratique courante depuis la fin des années 70 »3 et dont les procédés ne sont pas sans rapport avec les démarches d’accumulation et la promotion des séries dans l’art comme le rappelle Bernadette Bost, se pense en regard de différentes mutations théâtrales propres à l’époque moderne et contemporaine – cela qu’il s’agisse de textes dramatiques ou de textes matériaux ayant été produits ou non à partir d’un texte dramatique. L’apparition des effets de listage n’est ainsi pas sans rapport avec la place croissante accordée par les auteurs (mais aussi par les metteurs en scène) à l’insertion d’éléments discontinus (venant notamment rompre la linéarité de la fable) ou encore au fragment (qu’il traduise un échec à dire le monde ou qu’il soit le signe d’un refus du système et d’une vision totalisante). Si les divers procédés de listage ne concernent pas les seules pièces accessibles ou destinées aux jeunes publics, ils se manifestent néanmoins de manière privilégiée dans ce répertoire, y développant des procédés ludiques mais aussi explorant d’autres façons de dire et de voir le monde, comme on se propose, dans cette contribution, de l’examiner. On ne s’en étonnera pas si on veut bien considérer que, pour un auteur de théâtre, s’engager pour la jeunesse, c’est d’abord s’engager poétiquement. De quel engagement poétique les dramaturgies de la liste sont-elles les témoins dans le répertoire jeunesse ? Qu’insufflent-elles au texte de théâtre pour la jeunesse ?

1. Les effets de listage : un laboratoire de la parole

3Produisant de vibrants sursauts discursifs, les listes et les effets de listage autorisent d’abord d’étonnantes échappées vocales qui s’apparentent volontiers à de frénétiques attaques verbales venant rompre le continuum dialogal, comme lorsque Capulet mimant plusieurs personnages dans La Petite Histoire d’Eugène Durif se fait brusquement menaçant :

  • 4 Eugène Durif, La Petite Histoire, Paris, L’École des Loisirs, 1998, p. 25.

je m’en vais te rompre les bras et jambes
de ta tête faire un pâté,
de ton cœur une éponge imbibée,
de tes omoplates un paillasson,
de tes os de la gelée de gélatine,
de tes mandibules un fauteuil à bascule.4

Parfois encore, listes, énumérations et inventaires produisent au contraire des ritournelles apaisantes comme dans Petit Pierre de Suzanne Lebeau, lorsque le Petit Pierre écoute Thérèse qui, « parlant comme une pie », « enfile les mots sans les laisser respirer » :

  • 5 Suzanne Lebeau, Petit Pierre, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2008, p. 21.

l’allée de peupliers,
la couleur du ciel,
le pupitre,
les cahiers,
les crayons,
les amis5

4Et la conteuse 2 de conclure « Petit Pierre écoute le ronron qui la berce ».

5Avec la liste, qui relève toujours (quel que soit son organisme d’accueil, le texte ou la scène) à la fois d’une restitution et d’un inachèvement, se cristallise ce qui est en train de naître à la fois dans le devenir et dans le déclin. Avec elle, on goûte au plaisir du collectionneur (que ne méconnaît pas le jeu enfantin) et à la tentation d’embrasser tout un monde : un monde floral, coloré et parfumé qui sur plus d’une page emporte dans sa ronde le locuteur et, avec lui, le lecteur, au tout début de Lys Martagon de Sylvain Levey. Je cite les premiers mots de la pièce :

  • 6 Sylvain Levey, Lys Martagon, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2012, p. 7-8.

Jacinthe sauvage. Véronique des rochers. Crocus. Edelweiss. Reine des prés. Adonis flammea. Astragale. Génépi. Digitale à grandes fleurs. Noisetier. Coquelicot. Tulipe sylvestre. Acacia. Gentiane printanière. Pervenche. Pensée des Alpes. Clématite. Campanule. Rosa Canina. Rosa Gallica. Rosa pendulina. Rosa Vilosa. Valériane. Geranium colombinum. Cirsium vulgare. Oxalis. Myrtille. Érable. Ancolie. Compagnon rouge. Alium roseum. Elodée de dense. Rhododendron. Iris germanica. Hêtre. Sapin [...]6

La liste se clôture sur le personnage éponyme : Lys Martagon (prénom de l’héroïne qui est aussi le nom d’une fleur).

6Lorsque la liste fait ainsi appel à la richesse de la langue et à l’étendue de son vocabulaire, on n’éludera pas que, derrière le plaisir et la dépense physique qu’elle entraîne, préside un engagement poétique – point essentiel dans la dramaturgie jeune public de Sylvain Levey, auteur estimant que quand il écrit pour le jeune public il aime à prendre le temps de fouiller dans tous les possibles du vocabulaire, nous rappelant ainsi que l’enfance est bien le temps où l’on peut goûter à ce plaisir.

7Liste et effets de listage soufflent également au sens où ils peuvent nous laisser cois (« je suis soufflé » dit-on) mais aussi en ce qu’ils peuvent concourir à pulvériser ce qui, par eux, fait brusquement image par le dire, c’est-à-dire le détruire par un souffle – à la façon des listes et des inventaires qui révoquent le monde consommateur dans Costa le Rouge de Sylvain Levey ou de celles qui, dans une autre pièce du même auteur, Cent culottes et sans papiers, dressent un portrait ironique et critique de la condition bien mise et cravatée des adultes lorsque, à la séquence 16, composée d’une énumération des costumes et déguisements, surgissent l’habit de trader et la cravate de banquier qui suivent et précèdent les perruques et le nez de clown.

8Forme en apparence mineure, ludique et légère, la liste et les effets de listage nous surprennent à dénoncer et à refuser devant les plus jeunes la domestication de la langue et du vivant. C’est ainsi par un effet de listage que se voit mise à jour la tyrannie des adultes dans le Murmonde de Serge Kribus dès lors que Maurice, dit Momo, un petit garçon de dix ans, confie à son auditoire imaginaire ses joies et ses révoltes dans une longue énumération qui réunit toutes les interdictions parentales ou professorales :

  • 7 Serge Kribus, Le Murmonde, Arles, Actes Sud-Papiers, coll. « Heyoka Jeunesse », 2010, p. 35.

Pas poser de questions. Pas s’étirer, pas crier, pas sauter, pas chanter. Pas sentir, pas parler de plaisir, surtout pas de plaisir, jamais. Pas parler pour ne rien dire, pas regarder les étoiles dans les yeux. Pas parler aux murs. Être utile et sérieux. Brave et grave et taiseux. Avoir peur, être petit, être enfant. Apprendre [...]. Se tenir droit, pas aller dans son nez. Pas poser de questions, pas chanter sans raison, pas pleurer pour rien.7

Et Momo bientôt de renverser sa longue énumération des interdits où dominent les négatives pour faire entendre ses revendications :

  • 8 Ibid., p. 37.

On veut avoir le droit de jouer même quand la récré est finie. On veut avoir le droit de regarder ailleurs quand on nous parle parce que c’est comme ça qu’on se concentre. On veut que c’est nous qui décidons de quoi qu’on veut apprendre. On veut du sport et des excursions.8

La liste des revendications de l’enfant se poursuit par la suite, mais derrière son aspect naïf et enfantin, pointent subrepticement des enjeux sociétaux de première importance, qu’un garçon ait des poupées ou une fille des billes, s’ils le souhaitent, par exemple :

  • 9 Ibid., p. 37.

On demande pas beaucoup. Les garçons accepteraient d’être payés en billes et les filles en poupées, par exemple. Mais on veut garder la liberté du marché ouvert. Je veux dire, un garçon doit pouvoir être payé en poupées, s’il veut et une fille en billes.9

Dans le théâtre de jeunesse, les effets de listage peuvent ainsi être le lieu de revendications énoncées par des personnages se cabrant contre un ordre établi, manière d’insuffler une forme première d’insoumission.

9Les effets de listage peuvent par ailleurs contaminer le dialogue de l’intérieur et concourir à le façonner. C’est le cas dans Yaël Tautavel de Stéphane Jaubertie quand Yaël et Tautavel s’exclament qu’ils veulent vivre leurs vies et quitter le foyer familial. Le désir d’émancipation se traduit d’abord pour Gaëtan par un rejet des plats concoctés par sa maman, qui sont alors longuement et frénétiquement listés par le garçon, pendant que son frère ponctue tout cela d’un « exactement ! » marquant son assentiment avant qu’il ne rejoigne joyeusement la danse :

  • 10 Stéphane Jaubertie, Yaël Tautavel ou l’Enfance de l’art, Paris, L’École des loisirs, 2007, p. 12.

Gaëtan : Je n’en peux plus des brocolis vapeur et des cakes aux betteraves !
Yaël : Exactement !
Gaëtan : Les potages à l’oseille et les poireaux vinaigrette !
Yaël : Exactement !
Gaëtan : Je veux du jambon de Bayonne et de la blanquette de veau !
Yaël : Des brochettes de tortue et du ragoût d’hirondelle !
Gaëtan : Du porc à l’ananas et du bœuf bourguignon !
Yaël : De la quiche au gorille et de la tarte au castor !10

Avec obstination et humour l’effet-listage constitue ainsi le mode de progression du dialogue. Mais si le souffle des listes et des accumulations sont si puissants, c’est aussi qu’ils se présentent souvent, autant pour les auteurs que pour les lecteurs mais aussi pour les comédiens et les metteurs en scène, comme les espaces d’un laboratoire de la parole – cela quel que soit le public auquel s’adresse une pièce (il faut ainsi se rappeler les conseils de Peter Brook à ses comédiens quand qu’il s’agit de dire une liste : casser, un temps, l’aspect récitatif, aller où la liste semble ne pas au préalable vouloir nous emmener, la dire par le rire, par les larmes etc.). Du point de vue strict de l’écriture, la liste et les énumérations constituent en effet des mises à l’essai et d’expérimentations du dire. Espaces ludiques (et de plaisir et de joie) ou points d’arrêt (ce moment de stupeur devant l’horizon négatif de la Voix, au sens entendu par Agamben), la liste et les énumérations offrent au jeune lecteur (comme au moins jeune), la prise de conscience d’une réalité de la parole et du rappel incessant qui se joue à travers elles : la dynamique de la langue et son oralité.

10Dès lors les effets de listage supposent plus que jamais un souffle revigorant, tel celui qui traverse et soutient cette Histoir d’ouf de Pascale Petit, pièce-conférence débattant de l’origine de la vie (qui de l’œuf ou de la poule ?) et qui orchestre la disparition d’une voyelle, à la façon d’un George Perec :

  • 11 Pascale Petit, Histoir d’ouf, Paris, L’École des loisirs, 2013, p. 33-34.

Nous voici a posteriori, groggy total, foutus,
Quasi au point mort dit : K-O.
Nous voici dans un grand bousin,
[...]
Nous voici azimuts, abattus, courbatus,
Alourdis, amollis, amoindris,
Sans boussol, sans rin pour nous conduir
Butnt toujours sur ladit qustion initial :
“Qui d’l’ouf ou d’la gallinac apparut d’abord ?” [...]11

11Autrement dit, listes et énumérations proposent une aventure de lecture qui promet une aventure pour la diction, manière d’interroger les possibilités et les impasses du discours, les voies et les détours de la parole en régime fictionnel, ses joies également. C’est ainsi qu’avec elles chacun fait l’épreuve à la fois ludique et périlleuse de la parole. Domine alors la dimension poétique du drame que les listes et/ou les accumulations contribuent à soutenir, spécialement quand elles font porter l’accent sur les péripéties du langage, rappellent l’importance de l’énonciation du texte selon un certain rythme et engagent l’art vocal du comédien.

12Ce geste poétique autorise de goûter au plaisir des mots et d’acter la présence de la langue et du rythme dans les corps. Listes et effets de listage viennent d’ailleurs souvent se lier au plaisir de la manducation de la parole et des corps. Dans Yaël Tautavel ou l’enfance de l’art de Stéphane Jaubertie, l’effet listage ne manque pas ainsi de s’associer au goût comme dans cet autre passage, qui réunit cette fois Gaëtan et Kinoë, où se mêlent érotiquement mots tendres et noms de mets :

  • 12 Stéphane Jaubertie, Yaël Tautavel ou l’Enfance de l’art, op. cit., p. 60-61.

Gaëtan – Ça sent drôlement bon, Kinoë, ma future moitié.
Kinoë – C’est le civet de lapin, mon lapin
Gaëtan – Tu as mis des carottes, ma carotte ?
Kinoë – Et un brin de romarin mon romarin12

2. L’hétérogénéité et le geste du rhapsode

13Avec les listes, les inventaires, les énumérations et les accumulations, le texte dramatique se présente enfin dans son étonnante plasticité, aussi bien d’un point de vue poétique que discursif, voire dialogique, selon la considération qu’elles entrent en dialogue avec les œuvres qui les accueillent : soit par effet miroir, par condensation en somme, soit par effet de contrepoint dès lors qu’elles parcourent le texte telles des voies ou des voix de traverse. Mais quel que soit le rapport qu’elles entretiennent avec l’œuvre d’accueil, elles se présentent comme autant de trouées dans l’organicité du texte dramatique, ouvrant le drame à tous les vents et à tous les temps également, rompant ou non la linéarité du dialogue (si dialogue il y a).

14Une telle hétérogénéité ne signifie pas pour autant chaos de la forme. Listes et accumulations renvoient en effet à la présence auctoriale qui manipule, distribue et articule la matière dramatique. L’auteur peut par ailleurs jouer de la liste comme d’un élément moteur : il arrive ainsi souvent qu’il se lance dans une liste comme on se lance dans une page blanche pour mettre en route l’écriture, l’activer ou pour faire bifurquer l’écriture à tel ou tel moment du drame ou encore pour s’échauffer avant d’entamer sa course : un mot, puis un autre, dit, répété, lentement, doucement avant que la machine ne s’emballe. Avec la liste, l’auteur peut alors se laisser écrire plus qu’il n’écrit et s’autorise à tous les possibles, à toutes les surprises. À lui ensuite de couturer la liste et les accumulations à l’ensemble du drame et de développer ou non des jeux de correspondances.

  • 13 J’emprunte le mot « rhapsodique » à Jean-Pierre Sarrazac, dans L’Avenir du drame, Belfort, Circé/Po (...)

15La liste peut parfois même être le fil rhapsodique13 permettant de couturer de part en part le drame. Dans Cent culottes et sans papiers de Sylvain Levey – pièce construite comme un enchaînement de petites séquences qui se succèdent sans continuité apparente, nous faisant voyager au gré des objets oubliés dans les coins et recoins de la « communale », juste après la première guerre mondiale ou dans les années 50 ou au XXIe siècle – l’effet listage semble ainsi structurer l’ensemble de la pièce qui, peu ou prou, se présente comme une longue liste, alors qu’à l’intérieur de chaque séquence, la progression avance par succession et accumulation de détails (une culotte oubliée dans le vestiaire d’une piscine, un mouchoir sur un radiateur, etc.).

16Si le paradigme de la liste attire notre attention, c’est donc aussi parce qu’il permet de pointer l’une des mues du texte théâtral contemporain : il n’est pas rare que celui-ci participe d’une intrusion généralisée d’éléments qui ne relèvent pas à proprement parler du dialogue et dont les traits caractéristiques seraient d’une part d’invalider, du moins au premier abord, toute possibilité d’action, d’autre part d’effacer la représentation au profit de la présentation.

17Inclure une liste dans un texte dramatique, c’est en effet activer un geste rhapsodique singulier qui consiste à coudre ensemble des éléments a priori non dramatiques ; le patchwork des formes qui en résulte concourt à dessiner une esthétique hybride et fragmentaire. Toutefois, parler de montage et d’hybridation des formes ne peut et ne doit pas nous empêcher de déceler quel rôle spécifique occupe chacune de ces différentes formes au sein de tel ou tel texte dramatique. L’inventaire des friandises laissées dans le sac de l’écolière boulimique dans la pièce jeune public Mange-moi de Nathalie Papin occupe ainsi, dans le drame, une place spécifique. Dans cette pièce qui aborde la question de l’obésité dans l’enfance via la figure d’un ogre anorexique et d’une petite fille boulimique, la liste du goûter et des friandises intervient dès la première scène, pose le cadre fabulaire et caractérise le personnage qui ne se définit plus, à cette heure, que par ce qu’il avale. Avec lui surgit enfin la question de la violence faite face au corps de l’autre, puisque quand est énoncée cette liste, les enfants chahutant dans la cour de récréation se moquent d’Alia, l’interpellent en la traitant de « grosse » (« Hé la grosse » sont les premiers mots de la pièce). C’est donc en regard de la fiction et de la dramaturgie singulière de tel ou tel texte qu’il convient de penser le rôle occupé par la liste dans les écritures.

18L’inclusion des listes, que celles-ci jouent un rôle de première importance dans une pièce ou qu’elles surgissent à de courts moments, n’est pas sans mettre en lumière un certain nombre de points nodaux des mutations de l’écriture théâtrale contemporaine. Les listes, en dehors du cadre strict du texte-matériau, permettent en effet de revisiter les principales catégories du drame, particulièrement lorsqu’elles favorisent l’apparition de figures, de visages ou de personnages vocaux et/ou quand elles ne passent pas nécessairement par l’insertion d’une action motrice ou d’une résolution d’action. Constituant généralement un micro-drame au milieu du drame, mais un drame saisi dans son immanence via l’avènement d’une parole transitive et directe, la liste déconstruit la linéarité du discours comme celle de la fable mais pour filer autrement les fils du drame et ainsi proposer un espace et une temporalité alternatifs.

3. Effets de listage et nouveaux partages des voix

19Soulignant l’hétérogénéité que les effets de listage introduisent dans le drame, il convient enfin de formuler qu’ils se trouvent susceptibles de coloniser l’ensemble des éléments constitutifs du drame et cela selon des modalités énonciatives variées. Dans Cents culottes et sans papiers de Sylvain Levey, certaines séquences sont ainsi uniquement composées de listes comme la séquence 19 qui inventorie les vêtements oubliés ou la séquence 36 où l’on énumère ce que l’on trouve dans un sac d’écolier. Certaines semblent énoncées par la voix d’un narrateur-didascale, d’autres par des personnages de la fiction faisant alors entendre des voix d’enfants mais de manière générale, que l’on soit ou non dans des effets de listage, on a affaire à une absence systématique de locuteur désigné. La liste ne manque ainsi souvent pas de poser la question du partage des voix et du « qui parle ? ». Question plus épineuse qu’il n’y paraît surtout quand la liste renvoie à un procédé de délégation de voix. Derrière ces interrogations – qui parle dans la liste ? mais aussi : à qui ça parle ? – et les procédés qu’elles recouvrent, la liste se présente en tout cas comme un espace où le comédien pourra moduler son jeu et sa voix.

20Il convient donc de repérer la place occupée par la liste ou les énumérations dans la composition dramatique, tout comme il convient d’examiner qui, par la liste, parle et de quelle manière elle entre en accord ou en contraste avec le partage des voix proposé. La liste peut ainsi occuper une place prépondérante dans le drame. Ailleurs, elle peut surgir de manière plus épisodique. Elle peut enfin constituer une entité autonome à côté du dialogue, ou du monologue. Mais elle peut également les parasiter de l’intérieur, s’insinuant dans le dialogue comme on l’a vu avec les deux extraits de Jaubertie ou dans le monologue, comme dans ce passage de Lys Martagon de Sylvain Levey, où la petite Lys en vient à parler seule devant sa mère endormie et nous offre un petit tour du cadran et du monde :

  • 14 Sylvain Levey, Lys Martagon, op. cit., p. 79.

Il est vingt-deux de vingt-deux heures, l’heure du bonheur, tout est calme, quelle heure est-il à Singapour ? La même heure qu’à Djakarta je suppose, quelle heure est-il à Nairobi ? À Dakar ? À Bokota ? À Mexico ? À Washington ? À Koweit City ? À Sydney ? À Tonronto ? À Khartoum ? À Varsovie ? À Copenhague ? Au Vatican ? À Prague ? À Tripoli ? À Vilnius ? À Amsterdam ? À Tokyo ? À Bornéo ? À Salt Lake City ? À Lima ? À Buenos Aires ? À Ryad ? À Boston ? À Bankok ? À Barcelone ? Berlin ? Bombay ? Biarritz ? Grenoble ? Bakaore ? Belfast ? Vingt-trois heures rond comme un ballon. Il va être temps de coudre la bouche et de jeter l’aiguille dans une meule de foin si je veux dormir un peu.14

La ritournelle et ce qu’elle charrie avec elle d’inépuisable épuisement aura enfin permis d’ouvrir le jeune lecteur au monde, quitte peut-être à se procurer un globe pour trouver où se trouve telle ou telle ville. Mais la liste aura aussi permis de participer pleinement du rythme du texte, de sa vitesse mais aussi de sa construction temporelle. Plus encore, avec elle, se donne ici à voir du temps.

21La liste peut également aller jusqu’à se répandre dans le tissu didascalique, liste des personnages incluse. Je pense, entre autres exemples, à la liste des mères présente dans la distribution des personnages de la pièce intitulée Debout de Nathalie Papin :

  • 15 Nathalie Papin, Debout, Paris, L’École des loisirs, 2000, p. 11-12.

Mère papillon. Mère ogresse. Mère aux 21 seins. Mère jardin. Mère squelette. Mère bijoux. Mère courant d’air. Mère araignée. Mère porte. Mère tiroir. Mère Maison. Mère valise. Mère guerre. Mère bouteille [...]15

  • 16 Le propos vaut pour les pièces ne relevant pas du jeune public. La liste nominative peut ainsi deve (...)

La distribution se clôt sur la « Mère des mères ». Avant même que le drame ne commence et ne s’ouvre par la présence surprenante d’un garçon de dix ans dans un cimetière, installé dans une tombe car il veut mourir, la liste annonce et prépare la pièce : une poursuite effrénée pour trouver la mère qui fait défaut. D’une manière générale, la distribution des personnages et les jeux autour de la nomination sont d’ailleurs un terreau privilégié pour travailler la liste au théâtre16.

4. La liste et sa fonction narrative : ce que la liste révèle, ce dont elle est le témoin

22Images dialectiques façonnant et donnant chair à des espaces discursifs inclassables, la liste théâtrale et les procédés d’accumulation accusent les contrastes. Il leur faut de la différenciation mais aussi de la rencontre, de l’interposition. Tendus entre deux extrêmes, les effets de listage conjuguent les jeux et les silences, les rengaines incessantes et les apories, l’exaltation du Verbe mais aussi le souffle de l’effroi.

23Disant cela, il faut alors revenir sur le geste non pas seulement poétique mais épique de la liste et des effets de listage dès lors qu’il s’agit à travers eux de raconter ou de se raconter des histoires, voire une page de notre Histoire, qu’elle soit familiale ou historique. La liste, oscillant entre tentation ludique et vision aporétique, entre volubilité et appel du silence, offre alors un détour, une trappe aussi, apte à explorer ou à mettre en branle les narrations. Son déroulement signe, si ce n’est un arrêt, une stupeur, comme cette longue liste mortuaire qui apparaît dans l’épilogue de la pièce Coro nero / Le Chœur noir de Stanislas Cotton, pièce qui aborde la question de la Shoah :

  • 17 Stanislas Cotton, Coro nero / Le Chœur noir dans Petites pièces pour dire le monde 2, Bruxelles, La (...)

Adelius – Nous entrons dans la chambre à gaz le 4 avril 1944
Benjamin – Le 4 avril 1944
long silence
Valentine – Valentine 4 mai 1923 – 12 juillet 1943
Léonore – Léonore 27 septembre 1905 – 20 novembre 1943
[...]
Ad libitum17

La liste, comme seule réponse face à l’aporie, est alors ce qui dit à la fois beaucoup trop (elle ne s’arrête pas, elle va ad libitum comme le précise la didascalie) mais elle est aussi ce qui dit trop peu (ce à quoi elle invite alors, en effet, c’est finalement, de faire silence). D’une tout autre façon, on retrouve ce geste épique dans Costa le Rouge de Sylvain Levey. Je pense tout particulièrement au fragment 21, passage où le fils parle avec son père mort et où va se déployer la liste du monde contemporain marchand :

  • 18 Sylvain Levey, Costa le Rouge, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2011, p. 59.

Papé – J’ai cru à la chaleur d’un canapé. J’ai cru au rapide du presse-orange électrique. J’ai cru au pratique du Formica de la table à manger. J’ai cru au féerique du supermarket à côté de chez soi. J’ai cru au magique de la télé qui remplace le feu de cheminée. J’ai cru au bruit qui remplace le silence. J’ai cru à tout ça fiston. Je les ai laissés me faire croire et maintenant c’est trop tard pour moi.18

À son écoute, cette liste de croyances énoncées d’outre-tombe, celles-là mêmes qui ankylosent nos mondes et obscurcissent nos vies, tend à se faire le matériau interlocuteur et surtout interrogateur de nos idolâtries consommatrices. Énoncée d’outre-tombe, la liste densifie enfin tout à coup l’espace théâtral et lui donne toute sa puissance de hantise.

24À ce geste épique s’adjoint le gestus dialogal de la liste, la liste s’insérant alors dans le dialogue pour y être commentée comme avec la liste des objets déballés du sac d’Auren dans Les Aventures d’Auren le petit serial killer de Joseph Danan :

  • 19 Joseph Danan, Les Aventures d’Auren le petit serial killer, Arles, Actes Sud-Papiers, coll. « Heyok (...)

Le grand lézard – Des billes d’agate / des cartes de tarot / un jeu des sept familles / un nain de jardin / une loupe / un taille-crayon / tu es sûr que tu n’en as pas besoin ?
Auren – J’en ai un autre
Le grand lézard – Un canif / tu devrais le garder / on ne sait jamais / une vidéo de Scream / une vidéo de Scream 3 / tu n’as pas le 2 ?
Auren – Je l’ai prêtée
Le grand lézard – Ça / c’est quoi ?
Auren – Un attendrisseur à viande
Le grand lézard – Une photo de Johnny Depp
Auren – Dédicacée
Le grand lézard – Une photo de Mickey Mouse
Auren – Dédicacée aussi
Le grand lézard – Un aller-retour pour Montauban / valable ?
Auren – Tu vois
Le grand lézard – Un jokari / une paire de bretelles / des boutons de manchette en or / un album des aventures de Bécassine / Les Trois Mousquetaires tome I / Les Trois Mousquetaires tome III / tu n’as pas le tome II ?19

On le constate, l’auteur n’inclut ici pas seulement une liste dans le dialogue, il joue avec elle en y incluant des commentaires, en soulignant ses manques (l’absence de la vidéo Scream 2 ou celle du tome II des Trois Mousquetaires) et en l’ancrant dans une hétérogénéité pour le moins saugrenue (des jeux d’enfant à un attendrisseur à viande). La liste dessine enfin l’univers de l’enfant et, alors qu’elle est insérée à un moment où le petit garçon échange dans la cour de récréation tous ces objets pour un « gun », souligne aussi sa naïveté (la photo de Mickey dédicacée). Quand l’écriture exhibe ainsi ses coutures – la greffe (celle de la liste) appelant une autre greffe (celle du commentaire) –, domine alors la dimension ironique, à la fois ludique et critique. Mais ici encore, il s’agit de dire et de faire histoire : la liste dialogale, dans ce passage, construit la narration et donne à lire l’imperturbable trouble qui mue le petit Auren, pour le moment encore dans l’incapacité de faire la différence entre le réel et le fantasmé, entre le réel et l’imaginaire.

  • 20 Sur le devenir scénique de la liste (à dire mais aussi à lire ou à voir dès lors que des listes son (...)

25Pour conclure, quand bien même notre objet d’étude, épousant en cela son objet, pourrait sembler résister à la clôture, retenons que la liste et les effets de listage – formes mineures ou en tout cas minorées par la poétique théâtrale (comme le jeune public est souvent lui-même souvent mis en retrait par la critique) – méritent toute notre attention. Couturée au texte dramatique ils autorisent, tant pour le lecteur, le spectateur que l’acteur, sans distinction de genre ou d’âge, des jeux sur la langue, le dire et le corps mais aussi des vitesses, des temporalités et des espaces autres pour se faire déployer autrement la fiction dramatique. La liste, mais aussi les procédés d’accumulations ou d’énumérations (qui s’en différencient principalement en ce qu’ils ne composent pas nécessairement une forme autonome) font partie de ces matériaux poétiques, narratifs ou dramatiques qui, obstinément, délient le drame et les éléments qui le composent (obéissant, sous leur impulsion, à une esthétique fragmentaire) mais aussi sont-ils ce qui lie ou relie, met en relation (couturant ensemble des éléments épars). Autrement dit, la relation d’hybridité qu’entretiennent les effets de listage avec les autres éléments discursifs du drame est dialectique : si les effets de listage génèrent souvent des contrastes, ils génèrent également d’autres espaces de parole, s’apparentant en somme à des tunnels discursifs que le plateau aura la responsabilité de prolonger et d’explorer20.

Notes

1 Je précise que parlant « d’effets de listage », je reprends ici en partie le titre de l’ouvrage collectif dirigé par Sophie Milcent-Lawson, Michelle Lecolle et Raymond Michel, Liste et effet liste en littérature (Paris, Classiques Garnier, 2013), de même que je reprends certaines des idées que je déployais dans cet ouvrage dans un article consacré à « La dramaturgie de la liste dans le théâtre contemporain » mais qui ne se consacrait pas alors exclusivement au répertoire de jeunesse et où j’abordais la question du devenir-scénique de la liste que je ne développerai pas dans cette contribution.

2 Jean-Pierre Sarrazac, L’Avenir du drame, Belfort, Circé/poche, 1999.

3 Bernadette Bost, « Listes et inventaires dans les textes dramatiques contemporains » dans Joseph Danan et Jean-Pierre Ryngaert (dir.), Écritures dramatiques contemporaines. L’avenir d’une crise, Études Théâtrales, n° 24-25, 2002, p. 19.

4 Eugène Durif, La Petite Histoire, Paris, L’École des Loisirs, 1998, p. 25.

5 Suzanne Lebeau, Petit Pierre, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2008, p. 21.

6 Sylvain Levey, Lys Martagon, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2012, p. 7-8.

7 Serge Kribus, Le Murmonde, Arles, Actes Sud-Papiers, coll. « Heyoka Jeunesse », 2010, p. 35.

8 Ibid., p. 37.

9 Ibid., p. 37.

10 Stéphane Jaubertie, Yaël Tautavel ou l’Enfance de l’art, Paris, L’École des loisirs, 2007, p. 12.

11 Pascale Petit, Histoir d’ouf, Paris, L’École des loisirs, 2013, p. 33-34.

12 Stéphane Jaubertie, Yaël Tautavel ou l’Enfance de l’art, op. cit., p. 60-61.

13 J’emprunte le mot « rhapsodique » à Jean-Pierre Sarrazac, dans L’Avenir du drame, Belfort, Circé/Poche, 1999.

14 Sylvain Levey, Lys Martagon, op. cit., p. 79.

15 Nathalie Papin, Debout, Paris, L’École des loisirs, 2000, p. 11-12.

16 Le propos vaut pour les pièces ne relevant pas du jeune public. La liste nominative peut ainsi devenir le lieu de l’épicisation dans Les Cendres et les lampions de Noëlle Renaude où l’inventaire des ancêtres (qui s’étale sur treize pages) s’assimile à une suite de récits de vie et de mort, tous ponctués par la même formule Et de un, Et de deux, Et de trois. On pensera encore à la suite de noms dans La Lutte des morts de Valère Novarina où l’effet de listage des noms devient l’opérateur d’un transfert des formes : ce qui relèverait habituellement d’une didascalie, ici la présentation des personnages, s’insère dans les répliques.

17 Stanislas Cotton, Coro nero / Le Chœur noir dans Petites pièces pour dire le monde 2, Bruxelles, Lansman, 2008.

18 Sylvain Levey, Costa le Rouge, Montreuil-sous-bois, Éditions Théâtrales Jeunesse, 2011, p. 59.

19 Joseph Danan, Les Aventures d’Auren le petit serial killer, Arles, Actes Sud-Papiers, coll. « Heyoka Jeunesse », 2003, p. 29-30.

20 Sur le devenir scénique de la liste (à dire mais aussi à lire ou à voir dès lors que des listes sont projetées sur des écrans, par exemple, ou écrites au sol ou sur un mur), je renvoie à ma contribution « Les dramaturgies de la liste dans le théâtre contemporain » dans Sophie Milcent-Lawson, Michelle Lecolle et Raymond Michel (dir.), Liste et effet liste en littérature, op. cit., p. 411-425. Cette contribution aborde aussi bien les œuvres à destination des adultes que des jeunes publics, et aussi bien les textes dramatiques que les textes-matériaux.

© Artois Presses Université, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search