Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Partie IV. Représentations littéraires et iconographiques du XVIe au XVIIIe siècle

Soulever « le voile derrière lequel la nature se cache »1. Les représentations anatomiques de la grossesse (XVIe - XVIIIe siècle) : quels savoirs masculins et féminins ?

Emmanuelle Berthiaud

Texte intégral

  • 1 Article « Génération » ‚ Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métier (...)
  • 2 Emmanuelle Berthiaud‚ Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art et société‚ Paris‚ La Martin (...)
  • 3 Voir Barbara Duden‚ Der Frauenlein als öffentlicher Ort : vom Missbrauch des Begriffs Leben‚ Hambur (...)
  • 4 Lyle Massey‚ « Pregnancy and Pathology Picturing Childbirth in Eighteenth-Century Obstetric Atlases (...)

1Du Moyen Âge jusqu’au début du XXe siècle en Occident‚ les images de femmes enceintes sont rares‚ notamment dans l’art2. La majorité des représentations explicites de la grossesse sont issues du monde médical. Planches isolées ou illustrant des traités médicaux‚ mannequins ou cires anatomiques donnent en effet à voir le corps en gestation‚ dévoilant même l’intérieur de l’organisme féminin et le fœtus. Rares avant les années 1500‚ ces images anatomiques se multiplient entre le XVIe et le XVIIIe siècle‚ connaissant une évolution significative dont l’histoire est bien connue à l’échelle européenne3. Tout en prenant appui sur ces travaux‚ mon approche – centrée sur la France – cherchera à intégrer davantage la dimension du genre dans la production et la réception de cette iconographie. En effet‚ ces images révèlent avant tout l’évolution des savoirs et des représentations masculines concernant le corps féminin reproductif. Parfois interprétées comme une manifestation de la « prise de pouvoir » des hommes de sciences dans un domaine jusque-là aux mains des femmes4‚ elles ne doivent cependant pas occulter la réalité des savoirs féminins et l’existence de représentations anatomiques féminines dont la spécificité sera interrogée.

  • 5 Emmanuelle Berthiaud‚ « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe e (...)

2Il est évidemment difficile d’avoir une connaissance fine du sujet car les sources manquent et les situations sont très variées selon les époques‚ les lieux et les milieux sociaux. Mes travaux sur l’histoire de la grossesse m’ont cependant permis de glaner des informations pour le cas français à partir de sources médicales‚ iconographiques et d’écrits féminins privés‚ essentiellement pour les XVIIe et XVIIIe siècles5. Après un bref rappel de l’évolution des représentations anatomiques masculines de la grossesse du XVIe au XVIIIe siècle‚ j’envisagerai le cas des images produites par des femmes possédant un savoir obstétrical‚ avant d’étudier les savoirs féminins plus ordinaires‚ ainsi que leurs liens respectifs aux XVIIe et XVIIIe siècles en France.

Les représentations anatomiques masculines de la grossesse‚ XVIe-XVIIIe siècle

  • 6 L. Massey‚ « Pregnancy… » op. cit.‚ p. 75.
  • 7 Le mouvement démarre dès le XIIIe siècle en Italie ; voir K. Park‚ op. cit.
  • 8 Ibid.‚ p. 91.
  • 9 Dans la très riche bibliographie sur le sujet‚ signalons notamment Andrea Carlino‚ Paper bodies : a (...)

3Dans les traités d’anatomie du XVIe au XVIIIe siècle‚ les rares planches représentant des sujets féminins se focalisent presque exclusivement sur les fonctions reproductives. La plupart des femmes sont figurées enceintes pour donner à voir la principale différence entre les deux sexes‚ à savoir la grossesse6. À partir de la Renaissance‚ des praticiens masculins commencent à investir des domaines traditionnellement féminins comme la gynécologie et l’obstétrique7‚ cherchant ainsi à accéder aux « secrets des femmes » sans en passer par la médiation féminine. Le développement des dissections et le renforcement du prestige de l’anatomie en Europe à partir de 1450 les conduisent à s’intéresser particulièrement à l’utérus car il constitue « l’objet exemplaire de l’anatomie‚ le type idéal de l’organe dont la vérité ne pouvait être sondée qu’en ouvrant le corps »8. Caché à l’intérieur de l’organisme‚ il n’est en effet accessible que par le témoignage féminin ou des signes extérieurs difficilement déchiffrables. Or l’utérus est l’organe qui définit la féminité et passe pour jouer un rôle majeur dans la physiologie féminine. Associée aux secrets de la génération‚ la matrice fascine également par sa mutabilité selon la période du cycle féminin ou de la grossesse. C’est donc un organe difficile à comprendre et à représenter pour les anatomistes qui auraient besoin d’ouvrir beaucoup de cadavres. Or ils en manquent car on dissèque alors en priorité les condamnés à mort et les femmes enceintes ne sont pas exécutées pour éviter de priver un innocent du baptême. Les planches anatomiques constituent donc un outil précieux dans la transmission du savoir‚ permettant de pallier la rareté des leçons d’anatomie. Grâce à l’imprimerie‚ ces images connaissent d’ailleurs une diffusion importante en Europe à partir des différents foyers humanistes9.

  • 10 Anne Carol‚ « Le genre face aux mutations du savoir médical : sexes et nature féminine dans la féco (...)
  • 11 L’ouvrage paraît en latin en 1545 sous le titre De Dissectione partium corporis… (dessinateur Étien (...)
  • 12 Notamment De l’Amour des dieux‚ gravé par Caraglio d’après Perino del Vaga. Voir C.E. Kellet‚ « Per (...)
  • 13 L’aspect transgressif de la représentation d’un cadavre féminin ouvert est tempéré par le caractère (...)
  • 14 En outre‚ les théories de la génération alors en vigueur ne permettent guère de penser l’évolution (...)
  • 15 Voir M.-F. Morel‚ « Iconographie » ‚ op. cit.
  • 16 Si Vésale ne figure pas de femme enceinte dans son célèbre De humani corporis fabrica… (1543)‚ sa r (...)

4Toutefois‚ malgré les progrès de l’exploration anatomique au cours de l’époque moderne‚ il n’y a pas de reproduction objective du savoir anatomique dans les images. En effet‚ le regard porté sur la matrice de la femme enceinte n’est pas neutre ; il est orienté par toute une tradition et un savoir livresque tiré de l’Antiquité qui empêchent l’anatomiste de « voir » réellement ce qu’il a sous les yeux10. À cela s’ajoute la difficulté que représente la transmission des connaissances entre anatomiste et dessinateur. Bien souvent d’ailleurs‚ les planches ne se basent pas sur une étude d’après-nature et mêlent observations anatomiques éparses avec des codes iconographiques davantage empruntés au monde de l’art et à la théologie qu’à la science. Les planches parues en 1546 dans l’ouvrage de Charles Estienne‚ La Dissection des parties du corps humain… (Paris‚ S. de Colines) sont révélatrices à cet égard11. Les images anatomiques féminines y perpétuent la tradition antique du nu féminin et s’inspirent directement d’œuvres maniéristes12. Une de ces planches (fig. 1)‚ esthétisante et érotique‚ représente ainsi une femme enceinte au ventre ouvert placée‚ telle une statue‚ dans un décor architectural complexe13. Assis dans l’utérus‚ le fœtus n’est pas représenté de manière réaliste‚ même s’il est doté d’un cordon et d’un placenta. Depuis le Moyen Âge‚ l’enfant à naître est en effet figuré comme un angelot ou un adulte en miniature car les anatomistes voient avant tout en lui une créature faite à l’image de Dieu14. On pourrait multiplier jusqu’à la fin du XVIIe siècle en France et en Europe les exemples de planches suivant ces conventions iconographiques15 ou s’inspirant du modèle diffusé par Vésale et ses successeurs16.

  • 17 Voir Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le Médecin‚ Paris‚ Fayard‚ 1988 ; Liane McTavish‚ Childbirth a (...)
  • 18 Les ouvrages dont les planches font référence sont ceux de Jacques Guillemeau‚ De la Grossesse et a (...)
  • 19 Voir M.-F. Morel‚ « Iconographie » ‚ op. cit.‚ p. 20.

5Au XVIIe siècle‚ des images de grossesse illustrent aussi les traités d’obstétrique dont le nombre se multiplie alors‚ en lien avec la renommée croissante des accoucheurs français17. Ces représentations ne donnent pas vraiment à voir des femmes enceintes en tant que telles‚ à l’exception d’une planche de Cosme Viardel dans Observations sur la pratique des accouchements (Paris‚ Couterot‚ 1671). On y voit une femme allongée sur un lit‚ prête à accoucher‚ le ventre ouvert sur un enfant qui semble flotter in utero (fig.2). Les autres images illustrant les traités d’obstétrique sont plutôt centrées sur l’utérus‚ représenté tel un œuf parfaitement ovale et isolé du reste du corps18. La femme s’efface derrière l’organe qui focalise l’attention des praticiens‚ intéressés avant tout par les différentes présentations possibles de l’enfant en vue de l’accouchement. Si la mise en scène esthétisante qui prévalait dans les planches des traités d’anatomie est moins visible‚ les images des traités d’obstétrique répondent néanmoins aux codes de représentation du fœtus en vogue depuis la Renaissance. Les postures de l’enfant à naître étant souvent fantaisistes‚ ces planches devaient avoir un intérêt illustratif plus que pratique dans le cadre d’un cours d’accouchement. Tout au plus peut-on les considérer comme de vagues repères mnémotechniques pour les praticiens qui opèrent à l’aveugle au moment de l’accouchement19.

  • 20 Voir Michel Foucault‚ Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical‚ Paris‚ PUF‚ 1963
  • 21 Toutefois l’anatomie n’est toujours pas une science neutre et la différentiation croissante de l’an (...)
  • 22 Cette volonté de dessiner des planches d’après-nature s’inscrit dans la lignée des gravures de Géra (...)
  • 23 L’artiste Jan van Riemsdyk a également illustré les ouvrages de ces accoucheurs britanniques‚ témoi (...)

6Ce type de représentation perdure jusqu’au début du XVIIIe siècle‚ même si dans la seconde moitié du siècle‚ les images anatomiques s’affranchissent des codes iconographiques anciens et figurent avec plus de réalisme le fœtus et la femme enceinte. La multiplication des dissections‚ l’émergence de la médecine clinique20 et l’évolution des théories de la génération contribuent à représenter l’anatomie sur la base d’observations directes et à faire reconnaître les spécificités de l’appareil génital féminin21. De nouveaux types d’ouvrages illustrés d’obstétrique apparaissent‚ comme celui du chirurgien français Charles-Nicolas Jenty‚ Démonstration de la matrice d’une femme grosse et de son enfant à terme (Paris‚ s.n.‚ 1749)‚ qui montre les différentes phases de la dissection d’une femme sur le point d’accoucher. Dessinées par le néerlandais Jan van Riemsdyk‚ « six planches peintes d’après nature [sont] disposées de façon à donner l’idée la plus exacte de l’état de grossesse » (fig.3). Une grande exactitude prévaut dans la représentation des organes‚ des tissus‚ des enveloppes et des annexes d’un fœtus qui se présente par le siège22. Pour tempérer le caractère choquant de ce cadavre ouvert‚ le visage de la femme n’est pas visible – procédé qu’on retrouve dans les planches des ouvrages contemporains de William Smellie et William Hunter23. Ces images‚ même si elles ne sont pas dénuées de parti pris esthétique‚ se veulent principalement descriptives et plus neutres que par le passé. Elles reflètent la conviction des praticiens masculins de pouvoir lutter contre les conceptions erronées les plus répandues‚ grâce à l’observation directe. Cette évolution est révélatrice de l’engouement pour l’obstétrique – érigée en science – et de la puissance nouvelle des accoucheurs en Europe. Intégrées dans des ouvrages d’un prix souvent élevé et difficiles d’accès pour le grand public‚ ces images anatomiques sont principalement vues par des étudiants‚ des médecins‚ des chirurgiens‚ quelques sages-femmes lettrées et des curieux fortunés. Leur place dans la culture visuelle reste difficile à estimer‚ ainsi que leurs liens avec les savoirs féminins sur la grossesse aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Des praticiennes de la naissance qui produisent des images de gestation

  • 24 Des échanges fructueux ont eu lieu entre l’empirisme féminin et la tradition littéraire masculine ; (...)
  • 25 L. Bourgeois‚ op. cit.‚ livre I‚ p. 182-183. En tant qu’épouse de chirurgien‚ elle a pu accéder fac (...)
  • 26 Angélique Le Boursier Du Coudray‚ Abrégé de l’art des accouchemens‚ Paris‚ Veuve Delaguette‚ et Abb (...)
  • 27 Justina Siegemund‚ sage-femme à la cour de Brandebourg‚ publie en 1690 le premier ouvrage pour les (...)
  • 28 Ce dispositif n’est pas d’une totale nouveauté puisqu’on le trouve dans l’ouvrage de Cosme Viardel (...)
  • 29 Michel Bénozio‚ Claire Beugnot‚ Sophie Demoy‚ Arlette Dubois‚ Caroline Durier‚ Jacques Gélis‚ Jacqu (...)

7Le savoir médical des femmes sur leur corps n’a pas laissé beaucoup de traces et peu d’entre elles ont écrit sur le sujet. Pourtant‚ les femmes ont joué un rôle important dans la pratique et la théorie du savoir sur la gynécologie et la reproduction au Moyen Âge24. Mais ce savoir n’était pas vraiment destiné à un public féminin et les femmes ont été progressivement évincées entre le XIIe et le XVIe siècle de l’accès à la connaissance de leur propre corps. À l’époque moderne en France‚ il n’y a pas de femmes médecins et les rares sages-femmes qui publient des ouvrages ne les illustrent guère. Si la célèbre Louise Bourgeois‚ auteure des Observations diverses sur la stérilité, perte de fruits, fécondité… (Paris‚ Saugrain‚ 1609)‚ souligne « la nécessité qu’il y a qu’une sage-femme voie l’anatomie de la matrice »25‚ son livre ne comporte pas d’images. Elle préconise plutôt que les praticiennes assistent aux démonstrations anatomiques des écoles de médecine. En France‚ il faut attendre la deuxième édition de l’Abrégé de l’Art des accouchemens de Mme Du Coudray en 1759‚ pour qu’un manuel de sage-femme soit illustré de gravures en couleurs (réalisées par Jean Robert)26. L’originalité de la méthode de cette célèbre sage-femme‚ qui dispense des cours d’accouchement dans toute la France entre 1755 et 1783‚ tient aux liens étroits qu’elle tisse entre savoirs théorique et pratique. Son Abrégé cherche à donner aux sages-femmes les bases de l’anatomie et de la physiologie féminine. La planche figurant l’appareil génital de la femme montre un petit fœtus assis dans la matrice‚ logée au milieu du bassin (fig. 4). Les autres images représentant les différentes positions fœtales ne laissent voir que les os du bassin ; la matrice a disparu‚ ce qui est assez inédit. La présence des mains de l’accoucheuse lors des présentations difficiles – visibles aussi dans l’ouvrage d’une autre sage-femme‚ Justina Siegemund27 – n’est probablement pas un hasard28. Elle signale que ces sages-femmes ne sont pas là uniquement pour attendre que la nature fasse son travail‚ comme veulent parfois le faire croire les chirurgiens. Les mains insistent sur leur capacité d’action et le fait qu’elles ne sont pas des théoriciennes mais des praticiennes. D’ailleurs‚ Mme Du Coudray met également au point la fameuse « machine » qui porte son nom29. Si elle n’a pas inventé en tant que tel le mannequin d’accouchement‚ son mérite est d’avoir innové en le concevant dans une matière parfaitement souple et en cherchant à y figurer la grossesse‚ les différentes présentations de l’enfant et les diverses phases de l’accouchement. Elle fit construire une cinquantaine de mannequins dont un seul exemplaire‚ conservé à Rouen‚ a subsisté. Grâce à cette méthode pédagogique novatrice‚ les sages-femmes pouvaient visualiser le corps féminin‚ ses organes internes et apprendre les manœuvres nécessaires pour pratiquer l’accouchement. Mais les historiens manquent de sources pour savoir quelles étaient la réaction des praticiennes face à cet objet et comment elles l’intégraient à leurs représentations initiales. Rappelons également que jusqu’à la fin du XVIIIe siècle‚ toutes les sages-femmes‚ sans parler des matrones‚ n’ont pas accès aux livres ni aux mannequins d’accouchements. En dehors des professionnelles de la naissance‚ quels sont alors les savoirs des femmes des différents milieux sociaux ?

Les savoirs féminins sur la grossesse

  • 30 Emmanuelle Berthiaud‚ Attendre un enfant…op. cit.‚ p. 239 et sq.

8De manière générale‚ les tabous pesant sur la sexualité et la reproduction dans les sociétés chrétiennes traditionnelles entraînent une méconnaissance du corps. Même les femmes ayant une sexualité active et déjà vécu une grossesse ignorent ce qui se passe en elles du moment de la fécondation jusqu’à la naissance de l’enfant. De plus‚ le fœtus n’est guère dissocié de l’organisme de sa mère : ils forment un tout. Le ventre de la femme enceinte est à la fois prison et enveloppe protectrice pour l’enfant qu’elle porte‚ empêchant d’accéder à sa connaissance avant qu’il ne naisse30. En outre‚ les connaissances nouvelles concernant les mécanismes de la reproduction ne semblent guère diffusées dans la population à l’époque moderne‚ ou alors elles ne sont pas prises au sérieux. Comme le souligne Mireille Laget‚ les naturalistes et les médecins

  • 31 Mireille Laget‚ Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique‚ Paris‚ Seuil‚ 1982‚ p. 41.

se heurtent à un scepticisme qui va jusqu’à la moquerie. Leur savoir ne connaît aucune vulgarisation et ne dépasse pas le monde des élites cultivées ; rien en fait n’a changé dans la connaissance populaire : à la ville‚ on sait peu et on parle à mots couverts ; à la campagne‚ l’enfant grandit avec les bêtes‚ et l’observation des animaux rend familières la copulation et la fécondation. Les théories des hommes d’études et les réactions populaires constituent ici deux domaines absolument impénétrables.31

  • 32 Voir Jacques Gélis‚ L’Arbre et le Fruit, La naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siècle‚ Pa (...)

9En l’absence de savoir précis et sûr quant au processus de reproduction et de gestation‚ les mentalités populaires ont souvent recours à la comparaison avec le monde végétal ou animal‚ ou bien à des métaphores culinaires pour expliquer la formation du fœtus32.

  • 33 Emmanuelle Berthiaud‚ Attendre un enfant…op. cit.‚ p. 177 et sq.
  • 34 Divers exemples tirés des écrits privés montrent cependant que les nouvelles découvertes en biologi (...)
  • 35 La thèse en latin d’Étienne Geoffroy sur les animalcules spermatiques présentée en 1704 à Paris con (...)
  • 36 Ces « fugitive sheets » représentent l’anatomie interne de l’homme et de la femme en la dévoilant g (...)
  • 37 Cité par Barbara Duden‚ « Images and Ways of Knowing – The History of Pregnancy as an Example » [Le (...)

10Cependant‚ l’ignorance des femmes est loin d’être générale. Les archives privées‚ médicales ou judiciaires montrent que les femmes disposent de savoirs particuliers concernant le diagnostic de grossesse‚ la position de leur enfant in utero ou encore les signes avant-coureurs de l’accouchement33. Ce savoir féminin est principalement issu de l’expérience et de traditions transmises de génération en génération. Il intègre aussi des éléments tirés de la culture savante diffusés par des brochures de santé ou les praticiens médicaux. Toutefois‚ ce savoir ne suppose pas de passer par une représentation imagée de l’intérieur du corps. Chez les élites‚ les théories de la génération sont parfois discutées dans les salons34 et‚ dans la deuxième moitié du XVIIe et au XVIIIe siècle‚ certains livres scientifiques sont adaptés « à l’usage des dames »35. Mais il n’existe en France aucun ouvrage illustré concernant l’anatomie féminine‚ la grossesse ou l’accouchement spécifiquement destiné aux femmes. Certaines ont pu accéder aux ouvrages médicaux évoqués précédemment ou encore à des estampes anatomiques qui circulaient facilement36 mais la démarche était probablement rare et les réactions féminines ne sont guère connues. Je n’ai pu relever que l’exemple de la comtesse de Kesselstadt qui a eu le privilège de voir les dessins d’embryons de l’ouvrage Icones embryonum humanorum de Samuel Sömmerring avant leur publication en 1799 ; elle fait remarquer « qu’elle avait déjà beaucoup d’enfants‚ mais n’avait jamais imaginé leur développement comme ça »37. Il n’est toutefois pas certain que le fait de visualiser des images anatomiques de fœtus ou de gestation – peu réalistes ou trop impersonnelles – ait pu changer le vécu féminin de la grossesse. Ainsi‚ peut-être plus que dans les livres‚ certaines femmes ont pu assister directement à des démonstrations anatomiques‚ visualiser l’intérieur du corps féminin en gestation et en être davantage marquées.

Les autres types de représentations anatomiques et leurs usages par les femmes

  • 38 Sur ce sujet‚ la bibliographie est vaste ; signalons en particulier en français : Rosmarie Beier‚ « (...)

11En effet‚ si l’intérêt de l’image anatomique a été de mieux en mieux perçu au cours de l’époque moderne‚ elle n’est souvent considérée que comme un pâle substitut à l’ouverture du corps humain lui-même. À partir de la seconde moitié du XVIe siècle‚ les dissections anatomiques entrent en effet dans les mœurs des élites et deviennent même des spectacles appréciés ; au siècle des Lumières‚ l’intérêt pour la connaissance naturelle de l’homme accentua encore l’engouement social pour le savoir anatomique38. Certaines femmes assistaient même aux démonstrations anatomiques avec un véritable intérêt scientifique‚ comme la femme savante dont se moquait Boileau dans la Satire X :

  • 39 À la fin du XVIIe siècle‚ Duverney l’aîné réalise des dissections qui attirent les foules ; Fontene (...)
  • 40 Ce sont les vers 435-437 de la satire X (1694). Nicolas Boileau‚ Satires‚ éd. J. Vercruysse‚ Paris‚ (...)

Puis d’une femme morte avec son embryon‚
Il faut chez Du Verney39 voir la dissection.
Rien n’échappe aux regards de notre curieuse.40

  • 41 Pierre Dionis‚ Histoire anatomique d’une matrice extraordinaire‚ Paris‚ J. Cusson‚ 1683‚ p. 9.
  • 42 Il s’agit en fait d’une grossesse extra-utérine.

12J’ai relevé dans ma thèse divers exemples de la curiosité‚ parfois macabre‚ de femmes quant à l’anatomie féminine. Ainsi Dionis‚ démonstrateur d’anatomie au Jardin du roi‚ raconte l’intérêt manifesté par la reine Marie-Thérèse en 1681 lorsqu’une jeune femme de vingt ans‚ enceinte de six mois‚ vint à mourir à la Cour : « La Reine et Madame la Dauphine me commandèrent de faire l’ouverture du corps de cette dame‚ pour découvrir la cause d’une mort si prompte »41. L’autopsie révèle‚ selon Dionis‚ une matrice anormalement conformée (fig. 5)42 :

  • 43 Ibid.‚ p. 19-20. Daquin et Fagon sont les premiers médecins du roi et de la reine.

Le lendemain la Reine me commanda de la lui porter ; elle était pour lors chez Madame la Dauphine. Sa Majesté eut assez de curiosité pour l’examiner très longtemps. M. Daquin et M. Fagon lui en dirent leur sentiment aussi bien qu’à Madame la Dauphine et à quelques autres dames‚ de la première qualité. L’après-midi un valet de pied vint me dire de la part de la Reine de la lui reporter. Elle était dans son cabinet accompagnée d’une seule dame. Sa Majesté n’a pas les mêmes répugnances qu’ont toutes les autres femmes pour les démonstrations anatomiques : j’ai eu l’honneur de lui en faire assez souvent sur plusieurs et différentes parties d’animaux.43

13Cet exemple montre que certaines femmes sont particulièrement intéressées par l’idée de soulever « le voile derrière lequel la nature se cache ». Il leur est alors possible‚ du moins dans les milieux les plus favorisés‚ de satisfaire leur curiosité.

  • 44 Voir David Le Breton‚ La Chair à vifop. cit.
  • 45 Voir K.F. Russell‚ « Ivory Anatomical Manikin » [Les mannequins anatomiques en ivoire]‚ Medical His (...)
  • 46 Michel Lemire‚ Artistes et mortels‚ Paris‚ Chabaud‚ 1990 ; Ephemeral Bodies : Wax Sculpture and the (...)

14L’intérêt des élites pour l’anatomie se manifeste également par la multiplication des cabinets d’histoire naturelle et par le développement aux XVIIe et XVIIIe siècles de nouveaux types de représentations anatomiques de la grossesse44. Je passerai sur le cas des Vénus anatomiques en ivoire45‚ qui perpétuent chez les élites des représentations de la femme enceinte assez proches des premières planches anatomiques‚ pour m’intéresser plutôt au cas des cires. Les difficultés posées par la manipulation et la conservation des cadavres lors des dissections conduisent au développement de collections de cires anatomiques dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle‚ notamment en Italie46. Conservées dans des cabinets de curiosité et pouvant faire l’objet de démonstrations publiques‚ elles sont utilisées dans un but scientifique et pédagogique qui ne se limite pas aux milieux médicaux. Les femmes des élites éclairées se montrent particulièrement intéressées par celles dévoilant l’anatomie féminine. Visitant à Florence en 1781 la fameuse collection du musée de la Specola‚ créée par le grand-duc de Toscane Pierre-Léopold et gérée par l’anatomiste Felice Fontana‚ Mme Vigée-Lebrun est ainsi très impressionnée par la fameuse « Vénus des médecins » :

  • 47 Élisabeth Vigée-Lebrun‚ Souvenirs‚ Paris‚ Fournier‚ 1835‚ vol. 2‚ p. 155. On peut toujours voir la (...)

Cette vue me fit une telle impression‚ que je me sentis près de me trouver mal. Pendant plusieurs jours‚ il me fut impossible de m’en distraire‚ au point que je ne pouvais voir une personne sans la dépouiller mentalement de ses habits et de sa peau‚ ce qui me mettait dans un état nerveux déplorable.47

15Cette Vénus représente une femme grandeur nature dont on peut dévoiler tous les organes en soulevant le couvercle situé sur l’abdomen. Troublante par son réalisme‚ la séduisante beauté semble endormie mais sous sa peau délicate‚ elle donne à voir son être le plus intime et notamment un petit fœtus niché dans la matrice. Comme les gravures‚ les cires anatomiques oscillent entre représentation esthétisante‚ d’un érotisme morbide‚ et réelle vulgarisation du savoir scientifique.

  • 48 Il y a un autre exemple de céroplasticienne célèbre en Europe‚ Anna Morandi Manzolini (1714-1774)‚ (...)
  • 49 Voir Georges Boulinier‚ « Une femme anatomiste au siècle des Lumières : Marie-Marguerite Biheron (1 (...)

16Le goût pour ces cires anatomiques se répand également en France où se constituent divers cabinets‚ dont celui‚ très célèbre‚ du Duc d’Orléans. Une femme se distingue d’ailleurs dans ce domaine ; Marie-Marguerite Biheron (1719-1795) est en effet une anatomiste et céroplasticienne réputée dans toute l’Europe des Lumières48. Issue d’un milieu d’apothicaires parisiens‚ elle a assisté pendant quatre ans aux cours d’anatomie dispensés dans les amphithéâtres parisiens et constitue ensuite son propre cabinet d’anatomie avec lequel elle gagne sa vie pendant plus de trente ans49. Elle tient aussi une école dans laquelle elle effectue des démonstrations et des cours publics‚ auxquels se pressent la haute société de son temps. Elle y explique notamment le mécanisme de l’accouchement à l’aide de pièces de cires mobiles‚ dont aucune n’a malheureusement été conservée. Elle innove dans ce domaine en mettant au point une substance souple imitant les organes à la perfection et permettant de joindre ou disjoindre les parties pour les démonstrations. Quand elle vient elle-même présenter‚ avec grand succès‚ ses cires devant l’Académie des Sciences en 1759‚ un académicien souligne :

  • 50 Histoire de l’Académie royale des sciences‚ Paris‚ Imprimerie Royale‚ 1759‚ p. 94- 95.

Si l’on est étonné des talents qui ont fait réussir cette demoiselle jusqu’à ce point‚ dans l’imitation de la Nature‚ on ne doit pas moins l’être de son goût pour l’anatomie‚ qui lui a fait surmonter la répugnance presqu’invincible des personnes de son sexe‚ pour des objets de cette nature.50

17On retrouve l’idée que‚ d’ordinaire‚ la pudeur et le dégoût pour ce qui touche aux « entrailles » tiennent le public féminin éloigné de ce genre de spectacle. Mlle Biheron jouit d’une grande réputation dans le milieu des philosophes. Diderot‚ « fou à lier de [s]a fille » Angélique‚ âgée de quinze ans‚ passe outre les convenances qui interdisent l’accès des jeunes filles à ces savoirs. Il indique dans un mémoire adressé à Catherine II de Russie en 1774 :

  • 51 Denis Diderot‚ « Mémoires pour Catherine II » ‚ Œuvres complètes‚ Paris‚ Club français du livre‚ 19 (...)

Ma fille a pris ces cours chez une demoiselle‚ Melle Biheron‚ très honnête et très habile‚ où j’ai fait mes cours d’anatomie‚ moi‚ mes amis‚ vingt filles de bonnes maisons‚ et cent femmes de la société‚ science qu’elle a rendue assez commune parmi nous.51

18Diderot ne tarit pas d’éloges sur les bienfaits de cette formation :

  • 52 Ibid. Notons aussi qu’il s’adresse à Catherine II de Russie pour la convaincre de faire venir à Sai (...)

C’est ainsi que j’ai coupé racine à la curiosité de ma fille. Quand elle a tout su‚ elle n’a plus rien cherché à savoir. Son imagination s’est assoupie et ses mœurs sont restées plus que pures. […] C’est ainsi qu’elle a été préparée au devoir conjugal et à la naissance d’un fils et d’une fille. C’est ainsi qu’on lui a inspiré des précautions pendant l’état de grossesse‚ et de la résignation au moment de l’accouchement […]. Aussi‚ à sa première couche‚ a-t-elle montré une fermeté qu’on n’a peut-être encore vue à aucune femme ignorante. Cette connaissance lui servira dans la santé pour la conserver ; dans la maladie pour bien désigner le lieu de sa douleur‚ dans la maison de son mari‚ pour ses enfants et ses domestiques.52

19Si l’attitude de Diderot semble moderne et progressiste en revendiquant l’utilité de la science pour les femmes‚ il justifie sa démarche avec des arguments qui restent traditionnels. C’est pour préserver la vertu de sa fille‚ puis pour la préparer à ses fonctions d’épouse et de mère qu’il juge nécessaire de l’informer des mystères de la sexualité et de la reproduction. Son témoignage montre qu’à l’époque des Lumières‚ dans les milieux ouverts aux sciences‚ certaines jeunes filles peuvent s’initier à des domaines jusque-là peu accessibles aux femmes. Il ne faut cependant pas exagérer l’importance de cet exemple qui reste limité dans le temps et cantonné à des groupes sociaux très restreints. Quant aux femmes comme Mlle Biheron ou Mme Du Coudray‚ qui produisent des images de gestation et innovent en la matière‚ elles restent finalement cantonnées à des objets à caractère pédagogique. Elles n’ont pu investir que les interstices de la science anatomique ou obstétricale dans un contexte de masculinisation croissante. Alors qu’elles ne sont pas mères elles-mêmes‚ elles se sont vu reconnaître un savoir-faire (plus qu’un savoir) lié à des qualités professionnelles particulières‚ tout en suscitant des critiques assez fortes. En effet‚ elles ont toutes deux dû faire face à l’hostilité des chirurgiens et des médecins qui contestaient leur capacité à délivrer un enseignement médical public.

  • 53 « Que deviendrait-elle elle-même si on lui représentait la choquante image de ses viscères déchirée (...)
  • 54 « La sphère génitale résiste particulièrement au savoir scientifique‚ tellement elle est chargée de (...)

20Au XIXe siècle‚ au nom de la pudeur‚ on admit de moins en moins que les femmes puissent accéder aux mystères de l’anatomie et la parenthèse ouverte à l’époque des Lumières se referma. Ainsi Michelet pensait-il‚ par exemple‚ qu’il fallait épargner la vue de l’intérieur de leur corps aux femmes53. Il a fallu attendre les efforts récents d’éducation sexuelle et de préparation à l’accouchement pour que la majorité des femmes visualisent des images de leurs organes et comprennent le mécanisme de la conception et de la gestation. Si le développement de l’échographie a également contribué à rendre le ventre féminin transparent‚ les enquêtes anthropologiques montrent que‚ malgré l’apparente banalisation de ces images‚ il s’agit d’un domaine où les représentations personnelles sont encore aujourd’hui entachées d’imaginaire54.

Notes

1 Article « Génération » ‚ Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… ‚ publié par Diderot et d’Alembert‚ Paris‚ Briasson‚ David‚ Le Breton et Durant‚ 1757‚ t. VII‚ p. 562.

2 Emmanuelle Berthiaud‚ Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art et société‚ Paris‚ La Martinière‚ 2013.

3 Voir Barbara Duden‚ Der Frauenlein als öffentlicher Ort : vom Missbrauch des Begriffs Leben‚ Hamburg‚ 1991 ; traduction française par J. Étoré‚ L’Invention du fœtusLe corps féminin comme lieu public‚ Paris‚ Descartes‚ 1996. Marie-France Morel‚ « Iconographie des embryons et des fœtus dans les traités du XVIIe au XVIIIe siècle » ‚ Histoire des sciences médicales‚ t. XLIII‚ n° 1‚ 2009‚ p. 15-26 ; Claudia Pancino‚ Formato nel segreto. Nascituri e feti fra immagini e immaginario dal XVI al XXI secolo [Conçus dans le secret : les enfants à naître et les foetus‚ entre images et imaginaire du XVIe au XXIe siècle]‚ Rome‚ Carocci‚ 2006 ; Katherine Park‚ Secrets of Women : Gender, generation, and the Origins of Human Dissection‚ 2006‚ trad. fr. H. Quiniou‚ Secrets de femmes. Le genre, la génération et les origines de la dissection humaine‚ Paris‚ Les Presses du réel‚ 2009. Voir également les travaux de Lyle Massey et de Ludmilla Jordanova cités plus loin.

4 Lyle Massey‚ « Pregnancy and Pathology Picturing Childbirth in Eighteenth-Century Obstetric Atlases » ‚ The Art Bulletin‚ vol. 87 n° 1‚ March 2005‚ p. 73-91.

5 Emmanuelle Berthiaud‚ « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France)‚ thèse de doctorat d’histoire‚ dir. Scarlett Beauvalet‚ Université de Picardie Jules Verne‚ 2011.

6 L. Massey‚ « Pregnancy… » op. cit.‚ p. 75.

7 Le mouvement démarre dès le XIIIe siècle en Italie ; voir K. Park‚ op. cit.

8 Ibid.‚ p. 91.

9 Dans la très riche bibliographie sur le sujet‚ signalons notamment Andrea Carlino‚ Paper bodies : a catalogue of anatomical fugitive sheets, 1538-1687 [Corps de papier : un catalogue de feuillets anatomiques]‚ Londres‚ Wellcome Institute for the History of Medicine‚ 1999 ; Magali Vene‚ Écorchés, l’exploration du corps, XIVe-XVIIIe siècle‚ Paris‚ A. Michel-BNF‚ 2001 ; Benjamin A. Rifkin‚ Michael J. Ackerman‚ L’Anatomie humaine. Cinq siècles de sciences et d’art‚ Paris‚ La Martinière‚ 2006.

10 Anne Carol‚ « Le genre face aux mutations du savoir médical : sexes et nature féminine dans la fécondation » ‚ dans Le Genre face aux mutations, Masculin et féminin du Moyen Âge à nos jours‚ dir. Luc Capdevila‚ Sophie Cassagnes‚ Martine Cocaud‚ Rennes‚ PUR‚ 2003‚ p. 83-92.

11 L’ouvrage paraît en latin en 1545 sous le titre De Dissectione partium corporis… (dessinateur Étienne de la Rivière‚ graveur Mercure Jollat). Voir Andrea Carlino‚ Hélène Cazes‚ « Plaisir de l’anatomie‚ plaisir du livre : La Dissection des parties du corps humain de Charles Estienne (Paris‚ 1546) » ‚ Cahiers de l’association internationale des études françaises‚ n° 55‚ 2003‚ p. 251-274.

12 Notamment De l’Amour des dieux‚ gravé par Caraglio d’après Perino del Vaga. Voir C.E. Kellet‚ « Perino del Vaga et les illustrations pour l’anatomie d’Estienne » ‚ Aesculape‚ n° 37‚ 1955‚ p. 74-89.

13 L’aspect transgressif de la représentation d’un cadavre féminin ouvert est tempéré par le caractère anonyme et idéalisé des figures représentées. Voir Rafael Mandressi‚ « L’Identité du défunt. Représentations du visage des cadavres dans les livres d’anatomie (XVIe-XIXe siècle) » ‚ Corps‚ n° 11‚ 2013/1‚ p. 45-55.

14 En outre‚ les théories de la génération alors en vigueur ne permettent guère de penser l’évolution morphologique du fœtus. Voir le catalogue de l’exposition du Museum d’histoire naturelle du Havre Avant la naissance, 5000 ans d’images‚ dir. René Frydman‚ Émile Papiernik‚ Cécile Crémière‚ Jean-Louis Fischer‚ Paris‚ Conti‚ 2009.

15 Voir M.-F. Morel‚ « Iconographie » ‚ op. cit.

16 Si Vésale ne figure pas de femme enceinte dans son célèbre De humani corporis fabrica… (1543)‚ sa représentation de l’appareil reproductif féminin suit la théorie‚ héritée de Galien‚ selon laquelle les organes génitaux masculins et féminins sont symétriques mais inversés ; Thomas Laqueur‚ La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident‚ Paris‚ Gallimard‚ 1992 (1re éd. 1990). Ce schéma symétrique est repris dans les représentations de la grossesse‚ notamment chez Juan Valverde‚ VIvae Imagines partium corporis humani‚ Anvers‚ C. Plantin‚ 1572 et Jacob Rueff‚ De Conceptu et generatione hominis‚ Francfort‚ G. Corvinum‚ 1580.

17 Voir Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le Médecin‚ Paris‚ Fayard‚ 1988 ; Liane McTavish‚ Childbirth and the Display of Authority in Early Modern France [La Naissance et la démonstration de l’autorité en France aux XVIe et XVIIe siècles]‚ Aldershot‚ Ashgate‚ 2005 ; Valérie Worth-Stylianou‚ Les Traités d’obstétrique en langue française au seuil de la modernité‚ Genève‚ Droz‚ 2007.

18 Les ouvrages dont les planches font référence sont ceux de Jacques Guillemeau‚ De la Grossesse et accouchement des femmes‚ Paris‚ N. Buon‚ 1609 ; François Mauriceau‚ Des Maladies des femmes grosses et des accouchées… ‚ Paris‚ J. Hénault‚ 1668 et Philippe Peu‚ La Pratique des accouchements‚ Paris‚ J. Boudot‚ 1694.

19 Voir M.-F. Morel‚ « Iconographie » ‚ op. cit.‚ p. 20.

20 Voir Michel Foucault‚ Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical‚ Paris‚ PUF‚ 1963.

21 Toutefois l’anatomie n’est toujours pas une science neutre et la différentiation croissante de l’anatomie féminine et masculine contribue à naturaliser la différence des sexes‚ alimentant ainsi le discours des naturalistes et philosophes des Lumières. Voir L’Invention du naturel : les sciences et la fabrication du féminin et du masculin‚ dir. Delphine Gardey‚ Ilana Löwy‚ Paris‚ Archives contemporaines‚ 2000.

22 Cette volonté de dessiner des planches d’après-nature s’inscrit dans la lignée des gravures de Gérard de Lairesse pour l’ouvrage de Govard Bidloo‚ Anatomia humani corporis… ‚ Amsterdam‚ J. van Someren‚ 1685.

23 L’artiste Jan van Riemsdyk a également illustré les ouvrages de ces accoucheurs britanniques‚ témoignant de la circulation importante des images et des idées à l’échelle européenne à cette époque. Voir William Smellie‚ Tabulae anatomicae… ‚ Nuremberg‚ J.J. Fleischmann‚ 1757 ; William Hunter‚ Anatomia uteri humani gravidi‚ Birmingham‚ J. Baskerville‚ 1774.

24 Des échanges fructueux ont eu lieu entre l’empirisme féminin et la tradition littéraire masculine ; voir les travaux de Monica H. Green‚ Making Women’s Medicine Masculine : The Rise of Male Authority in Pre-Modern Gynaecology [Masculiniser la médecine féminine : L’essor de l’autorité des hommes dans la gynécologie avant l’époque moderne]‚ Oxford‚ OUP‚ 2008.

25 L. Bourgeois‚ op. cit.‚ livre I‚ p. 182-183. En tant qu’épouse de chirurgien‚ elle a pu accéder facilement à des ouvrages anatomiques‚ contrairement à beaucoup de ses consœurs : « Je me mis à étudier le Paré » (ibid.‚ p. 108). Voir Jacques Gélis‚ « Louise Bourgeois (1563-1636). Une sage-femme entre deux mondes » ‚ Histoire des sciences médicales‚ tome XLIII‚ n° 1‚ 2009‚ p. 27-38.

26 Angélique Le Boursier Du Coudray‚ Abrégé de l’art des accouchemens‚ Paris‚ Veuve Delaguette‚ et Abbeville‚ Pintia‚ 1759. La première édition‚ parue en 1752‚ n’était pas illustrée.

27 Justina Siegemund‚ sage-femme à la cour de Brandebourg‚ publie en 1690 le premier ouvrage pour les sages-femmes écrit en allemand et illustré : Die Chur-Brandenburgische Hoff-Wehe-Mutter‚ Berlin‚ U. Liebpert‚ 1690. Il fut de nombreuses fois réédité.

28 Ce dispositif n’est pas d’une totale nouveauté puisqu’on le trouve dans l’ouvrage de Cosme Viardel pour la version podalique (Cosme Viardel‚ Observations sur la pratique des accouchements‚ Paris‚ Couterot‚ 1671).

29 Michel Bénozio‚ Claire Beugnot‚ Sophie Demoy‚ Arlette Dubois‚ Caroline Durier‚ Jacques Gélis‚ Jacques Petitcolas‚ La « Machine » de Mme du Coudray ou l’Art des Accouchements au XVIIIe siècle‚ en partenariat avec le Musée Flaubert et d’histoire de la médecine de Rouen‚ Bonsecours‚ Point de vues‚ 2004.

30 Emmanuelle Berthiaud‚ Attendre un enfant…op. cit.‚ p. 239 et sq.

31 Mireille Laget‚ Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique‚ Paris‚ Seuil‚ 1982‚ p. 41.

32 Voir Jacques Gélis‚ L’Arbre et le Fruit, La naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siècle‚ Paris‚ Fayard‚ 1984 ; Mary Fissell‚ « Gender and Generation. Representing Reproduction in Early Modern England » ‚ Gender & History‚ vo1. 7‚ n° 3‚ 1995‚ p. 433-456.

33 Emmanuelle Berthiaud‚ Attendre un enfant…op. cit.‚ p. 177 et sq.

34 Divers exemples tirés des écrits privés montrent cependant que les nouvelles découvertes en biologie les laissent souvent sceptiques‚ comme en témoigne l’exemple de Manon Roland ; ibid.‚ p. 128.

35 La thèse en latin d’Étienne Geoffroy sur les animalcules spermatiques présentée en 1704 à Paris connaît même un véritable succès auprès du public féminin. Fontenelle indique que « [cette thèse] piqua tellement la curiosité des Dames et des Dames du plus haut rang‚ qu’il fallut la traduire en français pour les initier dans des mystères dont elles n’avaient point la Théorie » ; Fontenelle‚ « Éloge de Monsieur de Geoffroy » ‚ dans Œuvres complètes‚ Paris‚ Fayard‚ 1996‚ t. VI‚ p. 493.

36 Ces « fugitive sheets » représentent l’anatomie interne de l’homme et de la femme en la dévoilant grâce à plusieurs volets de papier superposés. Voir à ce sujet Andrea Carlino‚ Paper Bodies…op. cit.

37 Cité par Barbara Duden‚ « Images and Ways of Knowing – The History of Pregnancy as an Example » [Les images comme modes de connaissance. L’exemple de l’histoire de la grossesse] dans The Imagination of the Body and the History of Bodily Experience [Les representations du corps et l’histoire de l’expérience corporelle]‚ dir. S. Kuriyama‚ Kyoto‚ International Research Center for Japanese Studies ed.‚ 2001‚ p. 126 ; disponible en ligne à l’adresse : http://publications.nichibun.ac.jp/region/d/NSH/series/kosh/2001- 03-30-2/s001/s012/pdf/article.pdf.

38 Sur ce sujet‚ la bibliographie est vaste ; signalons en particulier en français : Rosmarie Beier‚ « Regarder l’intérieur du corps » ‚ Terrain‚ n° 18 : Le corps en morceaux‚ mars 1992‚ p. 95-102 (disponible en ligne à l’adresse : http://terrain.revues.org/index3036.html) ; David Le Breton‚ La Chair à vif. Usages médicaux et mondains du corps‚ Paris‚ Métailié‚ 1993 ; Rafael Mandressi‚ Le Regard de l’anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident‚ Paris‚ Seuil‚ 2003.

39 À la fin du XVIIe siècle‚ Duverney l’aîné réalise des dissections qui attirent les foules ; Fontenelle l’appelle « l’anatomiste des courtisans » dans son Éloge de M. du Verney (cité par Jacques Roger‚ Les Sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle‚ Paris‚ A. Colin‚ 1963‚ p. 181).

40 Ce sont les vers 435-437 de la satire X (1694). Nicolas Boileau‚ Satires‚ éd. J. Vercruysse‚ Paris‚ Garnier-Flammarion‚ 1969‚ p. 113. Voir Marie Susana Seguin‚ « Les femmes et les sciences de la nature » ‚ Dix-huitième siècle‚ n° 36‚ 2004‚ p. 333-343.

41 Pierre Dionis‚ Histoire anatomique d’une matrice extraordinaire‚ Paris‚ J. Cusson‚ 1683‚ p. 9.

42 Il s’agit en fait d’une grossesse extra-utérine.

43 Ibid.‚ p. 19-20. Daquin et Fagon sont les premiers médecins du roi et de la reine.

44 Voir David Le Breton‚ La Chair à vifop. cit.

45 Voir K.F. Russell‚ « Ivory Anatomical Manikin » [Les mannequins anatomiques en ivoire]‚ Medical History‚ 16 (2)‚ April 1972‚ p. 131-142.

46 Michel Lemire‚ Artistes et mortels‚ Paris‚ Chabaud‚ 1990 ; Ephemeral Bodies : Wax Sculpture and the Human Figure [Corps éphémères : sculpture en cire et formes humaines]‚ dir. Roberta Panzanelli‚ Los Angeles‚ Getty Research Institute‚ 2008. Pour les liens entre cires anatomiques et planches gravées représentant l’anatomie féminine‚ voir dans ce dernier ouvrage l’article de Lyle Massey‚ « On waxes and womb. Eighteenth-Century Representations of the Gravid Uterus » [Utérus en cire. Les représentations de l’utérus gravide au XVIIIe siècle]‚ p. 83-105.

47 Élisabeth Vigée-Lebrun‚ Souvenirs‚ Paris‚ Fournier‚ 1835‚ vol. 2‚ p. 155. On peut toujours voir la « Vénus des médecins » ‚ cire anatomique sculptée par Clemente Susini en 1781-1782‚ conservée au Museo di Storia naturale La Specola‚ à l’université de Florence. Il en existe une autre au musée des sciences de l’université de Bologne.

48 Il y a un autre exemple de céroplasticienne célèbre en Europe‚ Anna Morandi Manzolini (1714-1774)‚ qui fait partie de ceux qui initièrent la céroplastie anatomique à Bologne‚ avant que le relais ne soit pris par l’école florentine. Voir Rebecca Messbarger‚ The Lady Anatomist : The Life and Work of Anna Morandi Manzolini [Une femme anatomiste : la vie et l’œuvre d’Anna Morandi Manzolini]‚ Chicago‚ UPC‚ 2010.

49 Voir Georges Boulinier‚ « Une femme anatomiste au siècle des Lumières : Marie-Marguerite Biheron (1719-1795) » ‚ Histoire des Sciences médicales‚ tome XXXV‚ n° 4‚ 2001‚ p. 511-523 ; Adeline Gargam‚ « Marie-Marguerite Biheron et son cabinet d’anatomie : une femme de science et une pédagogue » ‚ Femmes éducatrices au siècle des Lumières‚ dir. I. Brouard-Arends‚ M. É. Plagnol-Diéval‚ Rennes‚ PUR‚ 2007‚ p. 147-155 ; Adeline Gargam‚ « Savoirs mondains‚ savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosité au siècle des Lumières » ‚ Genre et Histoire‚ n° 5‚ 2009‚ disponible à l’adresse : http://genrehistoire.revues.org/899.

50 Histoire de l’Académie royale des sciences‚ Paris‚ Imprimerie Royale‚ 1759‚ p. 94- 95.

51 Denis Diderot‚ « Mémoires pour Catherine II » ‚ Œuvres complètes‚ Paris‚ Club français du livre‚ 1971‚ t. X‚ p. 714-715.

52 Ibid. Notons aussi qu’il s’adresse à Catherine II de Russie pour la convaincre de faire venir à Saint-Pétersbourg Mlle Biheron‚ afin qu’elle donne des cours d’anatomie aux jeunes filles de l’Institut Smolnyi Monastir. Il met donc l’accent sur les points positifs de cette éducation féminine et donne l’impression qu’elle était répandue chez les élites de son temps‚ ce qui n’était peut-être pas le cas.

53 « Que deviendrait-elle elle-même si on lui représentait la choquante image de ses viscères déchirées ? Epargnons-lui cette vue‚ mais toi‚ tu dois l’endurer‚ et cela te sera bon » ‚ Jules Michelet‚ L’Amour (1858)‚ Paris‚ Hachette‚ 1870‚ p. 226.

54 « La sphère génitale résiste particulièrement au savoir scientifique‚ tellement elle est chargée de fantasmes‚ de mystères et de craintes‚ et tant elle engage émotionnellement la personne qui vient à en parler » ‚ Christine Durif-Bruckert‚ Une fabuleuse Machine. Anthropologie des savoirs ordinaires sur les fonctions physiologiques‚ Paris‚ Métailiés‚ 1994‚ p. 65.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11021/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11021/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11021/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/11021/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search