Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Partie IV. Représentations littéraires et iconographiques du XVIe au XVIIIe siècle

Corps et cœurs maternels en détresse‚ corps et cœurs maternels émerveillés : évolutions des représentations de la maternité dans le discours littéraire des Lumières

Isabelle Brouard-Arends

Texte intégral

  • 1 Je renvoie à l’édit de Saint-Maur de Charles IX‚ appelé « Édit des mères » (mai 1567) article II‚ q (...)

1Il convient d’emblée de préciser les cadres de la réflexion menée au cours de cet article : l’objet ne porte pas sur les représentations de l’accouchement dans le discours littéraire des Lumières mais plutôt sur ce que je définirais comme la maternité au sens large‚ c’est-à-dire l’événement qui consiste à attendre un enfant‚ le moment de la naissance‚ l’accouchement‚ ses suites physiologiques‚ et la prise en charge physique‚ affective et éducative de l’enfant. Non pas que je sois rétive à suivre le droit fil de la problématique proposée‚ mais force est de constater que l’espace littéraire n’a pas été un lieu propice à l’expression‚ même fictionnelle‚ d’une réalité qui‚ pourtant‚ a été l’objet de nombreux débats et polémiques dès la fin du XVIe siècle‚ et même avant. Le constat s’est imposé très vite lors de mes premières recherches d’envergure sur le personnage maternel dans la littérature du XVIIIe siècle. Je pensai alors‚ avec toute la naïveté et l’enthousiasme d’une jeune chercheuse que je trouverai un matériau sous lequel je croulerai ! Il n’en fut rien. Dans le discours des Lumières‚ philosophique‚ juridique‚ médical et littéraire‚ la mère n’apparaît jamais seule‚ elle n’existe que dans son rapport à l’enfant‚ pour lui et par lui. La représentation maternelle est strictement dépendante de celle de l’enfant. Le personnage n’acquiert aucune autonomie différentielle à l’instar de ce qui existe dans la société civile. Je renvoie‚ par exemple‚ aux textes de lois qui protègent l’enfant orphelin de père du pouvoir que pourrait avoir une mère sur la destinée de ses enfants et dont il convient de se prémunir1.

2Le dépouillement de centaines de textes romanesques‚ théâtraux‚ poétiques m’a amenée à constater que la représentation de la maternité dans ses aspects physiologiques (grossesse‚ accouchement‚ allaitement‚ vie de la mère et du jeune enfant) sont très peu abordés‚ surtout dans la première moitié du siècle‚ et s’il en est fait mention‚ la relation est lacunaire et évoque‚ le plus souvent‚ un épisode dramatique‚ la maladie et la mort soldées par un silence définitif. Pourquoi ce silence ? Sans doute deux causes s’interpénètrent : la pudeur‚ la décence auxquelles la poétique classique est toujours soumise‚ et ce pendant tout le siècle : il est malséant d’évoquer le corps‚ surtout quand il est maternel‚ enlaidi par la déformation de la grossesse. L’autre cause est due à la relative désaffection à l’égard de l’enfant à naître.

  • 2 Alain-René Lesage‚ Histoire de Gil Blas de Santillane‚ Paris‚ GF Flammarion‚ 1977‚ p. 103.

3Au début du XVIIIe siècle‚ le discours littéraire suit une trajectoire similaire de rejet et d’attirance même voilée‚ y compris dans sa veine réaliste. Il porte le témoignage d’une certaine indifférence ou d’un intérêt très ponctuel lorsqu’il est le ressort d’une situation dramatique particulière. Il présente des séquences‚ des instantanés dans une scénographie figée‚ comme l’ouverture de roman consacrée à la biographie naissante du héros. L’Histoire de Gil Blas de Santillane (1715) de Lesage en est un bon exemple : « Ma mère‚ femme du barbier‚ en mit au monde six [enfants] pour sa part dans les cinq premières années de son mariage. Je fus du nombre de ceux-là »2. Une œuvre‚ cependant‚ en ce début de siècle‚ accorde un traitement plus important et plus différencié aux épisodes proprement dits de la grossesse et de l’accouchement : les Illustres Françaises de Robert Challe (1713). Dans son discours préfaciel‚ l’auteur plaide pour un changement radical des relations familiales‚ afin que la confiance et l’amour y président. Il dénonce des règles sociales et morales trop strictes‚ brimantes pour l’enfant même devenu adulte. Challe use de la grossesse clandestine et de l’accouchement comme ressort romanesque en lien avec l’intrigue amoureuse propre à chaque histoire. Trois épisodes décrivent des maternités cachées‚ protégées par le secret : claustration de la mère et dissimulation de son état en sont les conséquences. « L’Histoire de monsieur Des Prez et de mademoiselle de l’Épine » est particulièrement douloureuse. La veine dramatique est à son comble lorsque l’amour unissant les jeunes amants est dissimulé parce que condamné par les parents de la jeune fille en particulier. Le père de M. Des Prez est violemment opposé à toute union entre les deux jeunes gens‚ par crainte d’une mésalliance et à cause d’un écart de fortune trop important entre les deux prétendants ; la mère de mademoiselle de l’Épine entre dans ses vues par intérêt personnel‚ et leur entente conduit à l’assassinat dissimulé de la jeune parturiente. D’un commun accord‚ ils ordonnent en effet l’envoi de la jeune femme à l’Hôtel-Dieu afin qu’elle accouche au milieu des prostituées de Paris. Voici en quelques lignes l’épilogue relaté par M. Des Prez‚ amant désespéré d’avoir perdu sa femme et son enfant :

  • 3 Robert Challe‚ Les Illustres Françaises‚ Genève‚ Droz‚ 1991‚ p. 283-284.

« Voyez‚ Monsieur‚ dit Madame de L’Épine parlant à mon père‚ si je suis cause de leur mariage ». Elle envoya sur le champ chercher une autre chaise à porteurs‚ et toute évanouie et toute en sang qu’était ma pauvre femme‚ elle la fit prendre par ces hommes rustiques qui la portèrent dedans par les pieds et les bras comme une bête morte‚ et dans cet état‚ elle l’envoya à l’Hôtel-Dieu. Quelle cruauté ! Quelle barbarie ! Peut-on plus cruellement sacrifier son propre sang à la peur de perdre son bien ?3

4Les ultimes représentations de l’accouchée la présentent noyée dans son sang au milieu de l’indifférence générale. Ces récits‚ en ce début de siècle‚ sont rares et leur réalisme a pu choquer certaines sensibilités. Est mis en avant‚ ici‚ le caractère spectaculaire de l’action porté au service d’une montée d’émotion au bénéfice de la stratégie auctoriale : dénoncer la cruauté parentale et son intransigeance meurtrière. Dans ce même ouvrage‚ une autre nouvelle « Histoire de Dupuis et de Mme de Londé » ‚ joue sur la veine comique comme elle existe dans les romans burlesques ou picaresques. L’épisode décrit une scène de beuverie simultanément à celle d’un accouchement. Le narrateur raconte les faits en s’en amusant :

  • 4 Ibid.‚ p. 483-484.

La chambre où nous étions n’était séparée que par une cloison‚ d’une autre chambre où cette femme [la matrone] travaillait à soulager une fille qui rendait avec douleur le fruit de ce qu’elle avait reçu avec plaisir neuf mois auparavant. Ces aventures ne sont pas rares chez les sages-femmes ; et celle-ci fut risible pour tout le monde. Cette fille était toute jeune et souffrait fort impatiemment les douleurs qu’elle ressentait. Elle criait à pleine tête et parmi des paroles mal articulées‚ je distinguai trois ou quatre fois celle-ci : du beurre ! du beurre ! […] À cette parole de beurre tant de fois répétée‚ je courus à la porte de la chambre où était cette fille ; je l’entrouvris : « N’usez pas tout le beurre‚ dis-je à la Cadret ; gardez-nous en pour nous faire une soupe à l’oignon ». Mon compliment que j’avais fait d’un air fort naïf‚ opéra ce que je n’attendais pas. La Cadret se mit à rire de toute sa force‚ j’en fis autant‚ tant parce que je la voyais rire‚ qu’à cause que je voyais en même temps la pauvre créature couchée sur le dos‚ devant le feu‚ les deux genoux levés et écartés dans un état tout grotesque. La diablesse s’en mit à rire aussi‚ et de si bon cœur‚ que l’effort qu’elle fit‚ fit sortir l’enfant dans l’instant même.4

5Ces moments narratifs sont à l’opposé l’un de l’autre dans leur tonalité : douleur d’une part‚ rire joyeux d’autre part. Les lieux évoquent des situations antagonistes : l’hôpital public‚ assimilé à un abattoir pour femmes perdues et condamnées ; la chambre privée d’une accoucheuse. Ce contraste révèle comment l’évocation du corps féminin dans les souffrances de l’accouchement est propice à la production de sensations fortes. Il est offert en pâture sans vergogne de la part d’un auteur qui‚ pourtant‚ œuvre pour la reconnaissance du rôle des femmes dans la société française de ce début de siècle. Il précise‚ en effet‚ dans la préface de son roman que le qualificatif Illustres apposé à Françaises tient à sa volonté de rendre hommage au courage des femmes. Leur caractère illustre s’explique par leur action et non par leur ascendance. Ces deux extraits permettent de circonscrire deux expériences particulières qui ont en commun la marque d’infamie s’attachant à la venue au monde d’un enfant et la relégation de la mère dans des lieux chargés d’opprobre. Notons encore l’attitude méprisante du narrateur à l’égard de celle qu’il appelle la Cadret. Ces éléments narratifs participent du même registre entretenu par les chirurgiens accoucheurs lorsqu’ils évoquent la moralité douteuse des matrones. Elles sont accusées de favoriser les relations adultérines et considérées comme moralement coupables en acceptant de participer à des accouchements clandestins‚ bien qu’il leur soit demandé‚ pour le respect des familles‚ de préserver le secret de leurs actes. Mademoiselle de L’Épine est fille de bonne famille et célibataire et‚ par conséquent‚ à la merci de l’autorité parentale ; la fille‚ quant à elle‚ est une courtisane. Le statut social des deux accouchées les expose à une grande fragilité dont le nouveau-né subit les conséquences : la mort et l’abandon. Dans la même histoire relatée par monsieur Dupuis‚ il est fait mention d’un autre accouchement‚ tenu secret lui aussi car c’est une veuve qui met au monde un enfant‚ désiré par les deux amants‚ monsieur Dupuis et madame de Londé. Son statut de veuve l’oblige à garder l’anonymat et explique les précautions prises dans les derniers moments de la grossesse :

  • 5 Ibid.‚ p. 534.

Elle accoucha chez elle-même dans un très grand secret‚ par le bon ordre que nous y avions donné de concert. La sage-femme fut enfermée huit jours dans son cabinet‚ dont les fenêtres étaient condamnées. Elle ne sut ni où elle était‚ ni qui elle accouchait ; je l’avais amenée et la ramenai dans mon carrosse les yeux bandés. La femme même qui servait la veuve à sa chambre‚ n’a jamais su cet accouchement‚ ni les deux autres qui vinrent après.5

6Le respect de l’amant à l’égard de la femme qu’il aime se révèle dans la différence de traitement descriptif : la courtisane est présentée les genoux levés et écartés dans un état grotesque alors qu’aucune description n’est faite du corps de la veuve en travail. Ce respect se déploie sur la femme et l’enfant : leurs sorts sont liés inéluctablement dans le bien et le mal.

7En ces premières décennies du siècle‚ les œuvres de femmes évoquent aussi très succinctement ce corps en travail. Il en est à peine ou pas du tout fait mention. Quand elle existe‚ la description de l’acte est allusive. Le plus souvent‚ la temporalité narrative opère une prolepse. De la même manière que la scène théâtrale bannit tout acte de violence physique sur les planches‚ la poétique romanesque occulte le temps de l’enfantement. Quelques années plus tard‚ madame de Tencin évoquera les désordres amoureux‚ les entrelacs de félicité et de désespoir propres aux relations affectives. La grossesse subie fait alors partie du lot des vicissitudes éprouvées par la femme. Le Siège de Calais (1737)‚ Les Malheurs de l’amour (1747) : ces deux romans de madame de Tencin sont souvent considérés comme partiellement autobiographiques pour ce qui a trait à la grossesse‚ à la naissance de l’enfant illégitime et à son abandon. Le point de vue est féminin : fille‚ amante et mère. Le registre narratif est celui de la plainte‚ de la désolation pour des êtres qui subissent un environnement familial et social dont les lois sont intransigeantes à leur égard. L’attitude de soumission qui les caractérise a des conséquences dramatiques pour l’enfant qui dés sa naissance est rejeté‚ relégué car il porte sur lui l’infamie d’une jeune fille désobéissante ou d’une femme adultère. Les romans de madame de Tencin analysent la bâtardise du point de vue de la femme en ce qu’elle signifie de honte‚ de gêne‚ de déception. Le bâtard est le signe manifeste de l’échec amoureux et/ou social. Madame de Tencin est connue pour son énergie à mener à bien les intrigues qui servent ses desseins personnels ; elle fut elle-même mère d’un enfant illégitime bien connu‚ Jean Le Rond d’Alembert. Elle a vécu le sort des femmes obligées de cacher leur grossesse pour échapper au déshonneur et respecter les bienséances‚ mais elle n’exprime‚ cependant‚ aucune revendication susceptible d’améliorer la condition féminine et maternelle. Ses récits suscitent une réaction du lecteur face à ses personnages féminins faite de pitié et de commisération. Mademoiselle d’Esseï dans Les Malheurs de l’amour et mademoiselle de Roye dans Le Siège de Calais sont confrontées à la solitude d’une grossesse menée dans la clandestinité. À aucun moment‚ la narration ne relate les conditions physiques de la grossesse et de l’accouchement. Elle se focalise sur l’amante désespérée sans s’apitoyer sur le sort de la mère et de l’enfant. Ces romans dévoilent ainsi une vision du monde dont l’éthique est aristocratique : la mère et l’enfant ne se conçoivent que dans le mariage‚ dans leur rapport à une lignée‚ à un sang. Toute grossesse vécue en dehors de ce cadre est condamnée. Le silence est réprobateur et protecteur. Le discours érige un système de valeurs manichéen avec deux pôles nettement contrastés : la victime – la mère (le destin de l’enfant est insignifiant) – et le bourreau – les parents‚ père et/ou mère et/ou l’amant. Le rapport de force prévaut sur toutes considérations affectives. Dans ces premières décennies du siècle‚ la prise en compte du lien étroit entre physiologie et affect est inexistante. La venue au monde du sentiment maternel construit sur l’expérience de la maternité physique (le temps de la gestation‚ l’accouchement‚ l’allaitement) relève de l’inénarrable.

  • 6 Mme d’Épinay‚ Les Contre-confessions. Histoire de madame de Montbrillant, préface d’É. Badinter‚ no (...)

8L’ouvrage en partie autobiographique de madame d’Épinay‚ Les Contre-confessions. Histoire de madame de Montbrillant6‚ dont la rédaction commence en 1751‚ opère un basculement dans la représentation figée de l’héroïne aristocratique uniquement désireuse de trouver un amour authentique‚ liant toute vie sentimentale à la seule relation amoureuse homme/femme. Madame de Montbrillant ose exprimer son désir de maternité‚ son aspiration à vivre une relation affective continue avec l’enfant qui vient de naître. L’amour de la mère à l’enfant est exigeant : il nécessite soins attentionnés‚ allaitement‚ et éducation concertée pour le bien-être de sa progéniture. Elle réfléchit pendant sa grossesse à la manière dont elle pourrait faire évoluer son environnement familial‚ sa mère et son époux‚ en particulier‚ pour que ce dernier accepte qu’elle allaite et pour éviter ainsi la mise en nourrice de son enfant. Elle argumente en mettant en avant l’amélioration de sa propre santé. Remarquons que l’enfant n’est pas évoqué dans son argumentation :

  • 7 Ibid.‚ p. 243.

Ma santé s’en trouverait peut-être mieux. Au moins est-ce un remède sûr pour éviter les suites dont nous avons vu si récemment de si funestes exemples [la mort d’une proche] ; et quand il n’y aurait que ce motif‚ il vaut bien la peine de passer par dessus le petit ridicule très momentané qu’on voudrait jeter sur une action aussi naturelle‚ aussi prudente et par dessus tout aussi consolante.
Je profiterai de mon voyage à Paris pour prendre sur ce projet l’avis de mon médecin et de mon accoucheur.7

  • 8 Pierre Fauchery‚ La Destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle (1713-1807)es (...)

9« Le petit ridicule » : cette expression témoigne avec éloquence de la suprématie des comportements mondains qui gouvernent la vie de madame de Montbrillant. Elle doit faire allégeance à un code social qui ne prend pas en compte les évolutions affectives et physiques de la vie d’une femme entrée dans la conjugalité. L’objectif essentiel du mariage consiste à asseoir une lignée en donnant des héritiers‚ mâles si possible. L’aspiration de madame de Montbrillant à vivre pleinement sa maternité‚ provoque un conflit‚ cruel et paradoxal. Elle est tiraillée par deux exigences sociales contradictoires‚ procréer et nier l’acte d’engendrer aussitôt accouchée. La relégation immédiate du nouveau-né vers sa nourrice prive la mère de ses premiers émois physiques et affectifs. La naissance d’un garçon est annoncée au père‚ absent‚ en quelques mots : « Votre femme est accouchée hier au soir très heureusement d’un beau garçon. La mère et l’enfant se portent à merveille » (ibid.‚ p. 277). La requête formulée par madame de Montbrillant paraît encore aberrante en 1751. Elle sera complètement acceptée une dizaine d’années plus tard‚ le discours littéraire en atteste. Pierre Fauchery observe avec pertinence le peu d’intérêt manifesté pour la maternité dans le roman du XVIIIe siècle qui‚ je le cite‚ est encore « trop polarisé sur les fonctions mythiques – divine ou infernale – de la femme‚ pour que la maternité y figure autrement qu’à titre épisodique »8. L’œuvre de madame d’Épinay est singulière‚ à la frontière entre récit de vie et plaidoyer ; elle se veut en partie didactique. Elle souhaite que le récit de la vie d’une femme semblable à un bon nombre de ses consœurs ait une valeur pédagogique. Il ne s’agit pas seulement d’un exposé descriptif de sa situation maritale : elle veut rompre avec les préjugés de son temps. L’autrice apporte la preuve que la femme‚ au sein de son foyer‚ peut subvertir son infériorité sociale en s’investissant dans une maternité agissante‚ manière détournée de conquérir un pouvoir par ailleurs dénié.

10Son texte ne sera pas publié de son vivant mais elle le soumet à Jean-Jacques Rousseau‚ pour avis. Il se montre très sceptique quant à ses aspirations éducatives ! Les positions de Rousseau viennent immédiatement à l’esprit dés lors que sont évoquées la maternité et l’enfance dans la deuxième moitié du siècle. La réception accordée à son discours sur l’importance des soins à accorder à l’enfant nouveau-né et à l’enfant grandissant‚ et la valeur essentielle de l’affection qui doit lier les parents à leurs enfants‚ néglige trop souvent la multiplicité des propos prodigués par les médecins accoucheurs‚ bien des années auparavant‚ notamment dans les traités d’obstétrique‚ ou par l’Encyclopédie‚ caisse de résonance des réflexions en cours (voir les articles « mère » ‚ « allaitement » ‚ « accouchement » ‚ « césarienne » ‚ « grossesse » ‚ « femme » ‚ etc.). Le médecin Grunwall a ainsi écrit l’article « allaitement ». Il en loue les bénéfices pour la mère et l’enfant. Voici quelques-unes de ses observations :

  • 9 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers‚ Paris‚ Neuchâtel‚ Bria (...)

Pour qu’une mère fût sûre que la nourrice‚ même étant dans la maison‚ sous ses yeux‚ fait parfaitement son devoir‚ il faudrait qu’elle la gardât à vue jour et nuit : autant vaudrait qu’elle nourrît elle-même ; elle éviterait par là le désagrément de voir son enfant s’attacher à une étrangère‚ et lui refuser les caresses qu’elle aurait dû mériter. C’est en vain qu’on se flatte de regagner par la suite la même force de tendresse de la part de ses enfants‚ que si on ne les avait allaités soi-même.9

  • 10 Ainsi Philippe Hecquet préfère la souffrance de la femme allaitante à toute forme de plaisir suspec (...)

11L’argument évoqué‚ d’ordre pratique (la gêne occasionnée par une surveillance permanente de la nourrice) est détourné au profit de la mise en valeur de la relation mère/enfant. La fiction multipliera au fil des années les tableaux de la tendre félicité unissant mère et enfant‚ avec une extension vers la famille toute entière. L’intérêt et la nouveauté de ces représentations tiennent dans la relation explicitement établie entre contact physique et amours maternel et filial. L’acte physique‚ le corps à corps propre à l’allaitement‚ suspects pour l’Église qui dénonçait d’éventuels glissements à caractère incestueux10‚ deviennent des ressorts essentiels au plaisir et à l’amour des deux êtres. Il s’agit là d’une transformation radicale. Les sens et les émotions construisent l’affection familiale. Ils deviennent le socle sur lequel se déploie un avenir partagé par tous les membres de la famille. Cette prise de conscience et ces propos volontaristes ne restent pas isolés. À partir de 1760‚ les femmes romancières oseront évoquer la maternité dans ses ressorts physiques‚ affectifs et sociaux. Il est‚ cependant‚ important d’observer que la narration d’une maternité heureuse obère‚ elle aussi‚ les aspects proprement physiques de celle-là. Dire la grossesse ou l’allaitement passe par la mise en scène de personnages féminins‚ de narratrices‚ mère ou fille‚ qui dévoilent leur intimité affective plus que physique. Parce qu’elles sont conscientes du préjudice qu’elles subissent à cause des préjugés liés à leur sexe‚ elles s’adressent plus particulièrement à des femmes‚ leurs pairs. Le roman épistolaire a‚ dans ce cas précis‚ une force immédiate de dialogue entre femmes complices. Madame Leprince de Beaumont exprime ainsi sur un mode enjoué la réalité des enjeux du sexe du nouveau-né :

  • 11 Madame Leprince de Beaumont‚ La Nouvelle Clarice‚ Lyon‚ P. Bruyset-Ponthus‚ 1765‚ p. 186.

« Souhaiter une fille quand on a un certain nom‚ c’est une extravagance […] et que deviendrait ce nom si on n’avait que des garçons ? » disais-je l’autre jour‚ à un impertinent qui osait soutenir qu’une femme de qualité qui met au monde une fille‚ fait une fausse couche.11

12Écrire une maternité heureuse devient une entreprise auctoriale féminine pour des lectrices‚ principalement. L’œuvre est témoignage‚ appel par l’exemple. Adèle et Théodore de madame de Genlis (1781)‚ les Lettres de Lausanne de madame de Charrière (1785)‚ les Lettres d’Emerance à Lucie (1783) de madame Leprince de Beaumont‚ regorgent de modèles maternels tutélaires‚ chargés d’une transmission de mère à fille. Le récit de l’infortune amoureuse s’estompe au profit des bonheurs familiaux‚ simples et bourgeois. Le personnage féminin se transforme : d’amante‚ il devient épouse et mère. La grossesse‚ l’accouchement‚ l’allaitement sont envisagés comme des étapes nécessaires‚ délicates certes mais auréolées du sentiment de plénitude éprouvé par la mère. La consécration d’une femme est dans la maternité : de nouvelles obligations se mettent alors en place qui ne laissent aucun choix à la future mère. Madame de Charrière présente‚ en 1784 dans les Lettres de mistriss Henley‚ une héroïne qui refuse ces nouveaux commandements. Elle se plaint de son état de santé‚ des fatigues et gênes occasionnées par les contraintes de l’allaitement. Madame de Charrière‚ non sans ironie‚ met l’accent sur le manque de liberté de la femme‚ prise dans les rets d’injonctions auxquelles elle ne peut échapper au nom des nouveaux codes de conduite de cette fin de siècle. La période est à l’évocation de tableaux idylliques de mère épanouie‚ d’enfant heureux comme le montre cet extrait de Zélie dans le désert de madame Daubenton (1787) :

  • 12 Madame Daubenton‚ Zélie dans le désert‚ Paris‚ Belin‚ 1787‚ p. 298. C’est nous qui soulignons.

Nous nous occupions tous alors du nouvel être qui allait bientôt augmenter notre société. Dans le monde‚ la naissance d’un enfant n’est souvent qu’un embarras pour deux jeunes époux qui sont dans le besoin et un sujet de gêne pour les femmes qui font leur unique plaisir de briller dans les fêtes.[…] Pour M. d’Ernancour et pour moi‚ c’était le bonheur suprême. […] Je fus bientôt rétablie parce que je nourrissais et d’ailleurs‚ j’étais contente‚ heureuse‚ bien soignée…12

13Cet extrait permet de mesurer le chemin parcouru ; mais cette nouvelle doxa est un enfermement tout aussi contraignant. La soumission à la loi naturelle est encore une mise sous tutelle des désirs féminins.

Notes

1 Je renvoie à l’édit de Saint-Maur de Charles IX‚ appelé « Édit des mères » (mai 1567) article II‚ qui stipule : « Voulons et nous plaît‚ que les mères‚ dorénavant‚ ne succèdent à leurs enfants et que les biens desdits enfants‚ provenus du père‚ de l’aïeul‚ d’oncles‚ collatéraux‚ ou autres‚ de quelque endroit‚ que ce soit‚ du côté paternel‚ retourneront à ceux qui doivent retourner‚ sans que les dites mères y puissent succéder ».

2 Alain-René Lesage‚ Histoire de Gil Blas de Santillane‚ Paris‚ GF Flammarion‚ 1977‚ p. 103.

3 Robert Challe‚ Les Illustres Françaises‚ Genève‚ Droz‚ 1991‚ p. 283-284.

4 Ibid.‚ p. 483-484.

5 Ibid.‚ p. 534.

6 Mme d’Épinay‚ Les Contre-confessions. Histoire de madame de Montbrillant, préface d’É. Badinter‚ notes de G. Roth‚ Paris‚ Mercure de France‚ « Le Temps retrouvé » ‚ 1989. « Enfant soumise‚ épouse bafouée‚ mère empêchée de jouir pleinement de ses prérogatives » : c’est ainsi qu’É. Badinter définit madame d’Épinay (Préface‚ p. XXX).

7 Ibid.‚ p. 243.

8 Pierre Fauchery‚ La Destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle (1713-1807)essai de gynécomythie romanesque‚ Paris‚ Colin‚ 1972‚ p. 228.

9 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers‚ Paris‚ Neuchâtel‚ Briasson‚ David‚ Lebreton‚ Durand‚ 1767‚ t. I‚ p. 142.

10 Ainsi Philippe Hecquet préfère la souffrance de la femme allaitante à toute forme de plaisir suspect (De l’indécence aux hommes d’accoucher les femmes et de l’obligation aux femmes de nourrir les enfants‚ Paris‚ Trévoux‚ 1708).

11 Madame Leprince de Beaumont‚ La Nouvelle Clarice‚ Lyon‚ P. Bruyset-Ponthus‚ 1765‚ p. 186.

12 Madame Daubenton‚ Zélie dans le désert‚ Paris‚ Belin‚ 1787‚ p. 298. C’est nous qui soulignons.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search