Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Partie IV. Représentations littéraires et iconographiques du XVIe au XVIIIe siècle

Filles grosses d’enfant dans les parades de société‚ de la peur au rire

Jennifer Ruimi

Texte intégral

  • 1 Léandre hongre‚ sc. première‚ Théâtre des Boulevards ou Recueil de Parades‚ Mahon‚ G. Lang (...)

1« Je ne veux point accoucher moi‚ vous êtes bien impudent de me dire ces ordures-là en face‚ je ne veux point accoucher moi‚ et j’irai plutôt me cacher »1. C’est par ces mots que le personnage d’Isabelle‚ en larmes‚ répond à son amant dans la parade de Charles Collé intitulée Léandre Hongre. Cette réplique pour le moins surprenante résume parfaitement les enjeux de la représentation comique des femmes enceintes dans une forme théâtrale très à la mode dans les salons du XVIIIe siècle et totalement disparue après la Révolution‚ à savoir la parade de société. Appréciées par l’élite parisienne tout au long du siècle‚ ces petites pièces servaient de divertissements mondains‚ et elles étaient jouées soit l’après-midi‚ soit en fin de soirée‚ devant un public choisi‚ plus ou moins nombreux selon les occasions. La mode de ces spectacles était telle qu’un entrepreneur véreux chercha à s’emparer de manuscrits de parades destinés à rester secrets et c’est‚ en somme‚ grâce à sa filouterie‚ qu’aujourd’hui encore on peut lire un recueil imprimé de parades du XVIIIe siècle.

  • 2 Isabelle refuse d’épouser un homme qu’elle n’a « jamais vu ni manié » ‚ L’Amant poussif‚ s (...)

2Une des principales caractéristiques de ces pièces tient dans le fait qu’elles s’inspirent des parades jouées sur les balcons des théâtres forains‚ petits spectacles d’annonce destinés à attirer l’attention des passants. Les intrigues étaient particulièrement simples à suivre et s’inspiraient beaucoup des canevas du théâtre italien. En l’occurrence‚ le schéma dramatique presque systématique des parades est le suivant : Isabelle est la fille de Cassandre‚ un vieillard qu’il est facile de berner‚ et elle veut épouser son amant Léandre‚ généralement contre l’avis de son père. Elle est tantôt aidée‚ tantôt desservie dans ses plans par Gilles‚ qui est au service de Cassandre. Les personnages stéréotypés de ces pièces‚ d’extraction populaire‚ parlent mal et multiplient barbarismes et fausses liaisons – ce qui ne pouvait que réjouir les comtes et ducs s’encanaillant à interpréter eux-mêmes ce type de rôles. Ils sont en outre doués de pulsions sexuelles irrépressibles et c’est la raison pour laquelle Isabelle‚ qui‚ selon ses mots‚ « mani[e] »2 beaucoup son amant Léandre‚ tombe souvent enceinte.

3À la même époque‚ dans le roman ou le drame bourgeois – ou tout simplement dans la vie – ‚ l’état de la fille-mère apparaît comme le signe d’une mort sociale entraînant d’infinis questionnements sur l’honneur bafoué qu’il faut nécessairement réparer. Mais‚ dans la parade‚ il est tout au contraire un symbole de dérision grotesque. La question est donc de savoir pourquoi le personnage de la fille grosse d’enfant‚ d’ordinaire associé à la tristesse et au désespoir‚ devient la plus grande source de rire dans les parades. Plusieurs hypothèses se présentent pour tenter d’y répondre.

4La première serait de voir la grossesse comme un élément central de l’intrigue récurrente des parades. À cet égard‚ elle participe activement au rythme de l’action et nous allons voir comment les malentendus associés à cette situation font rapidement basculer la grossesse du côté du comique.

5La deuxième concerne plus spécifiquement les conditions de représentation. Comme le rappelle Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval dans son ouvrage Le Théâtre de société, un autre théâtre ?‚ les parades‚ jouées en privé‚ n’étaient pas soumises à une quelconque censure ; pourtant‚ elles devaient respecter certaines règles pour ne pas froisser la sensibilité des spectateurs. Parmi celles-ci‚ il y avait le fait que les filles grosses ne pouvaient pas être interprétées par des femmes‚ car cette forme de réalisme était perçue comme quelque chose de très choquant. Les personnages de femmes enceintes ont donc été presque systématiquement joués par des hommes. On imagine à quel point le chercheur est réjoui en découvrant tous les troubles dans le genre que ce type de travestissements induit. Il va de soi également que ces inversions génériques jouent un rôle dans la représentation comique de la grossesse.

6Mais la question de la bienséance n’est pas résolue pour autant : comment représenter sur scène non seulement cette figure féminine burlesque‚ mais aussi le déroulement d’un accouchement‚ dans un siècle où la présence du corps au théâtre reste soumise à de nombreux interdits ? Ce désir de montrer ce qui est d’ordinaire caché n’est pas anodin et il nous faut également penser au caractère transgressif du rire qui en découle.

7Enfin‚ la dernière hypothèse consiste à adopter un regard plus sociologique sur les milieux où se jouent les parades et sur la façon dont ces milieux considèrent les couches populaires : le fait de montrer des filles multipliant les grossesses avant le mariage joue un rôle non négligeable dans la caricature du peuple véhiculée dans ces pièces.

La grossesse comme enjeu dramatique

  • 3 Isabelle grosse par vertu‚ sc. 4‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 80.

8Conformément à la tradition italienne‚ les parades s’ouvrent le plus souvent quand est révélé un projet de mariage avec un homme désigné par le père Cassandre : il s’agit donc pour Isabelle de tout faire pour contrer ces plans. Or‚ une des ruses récurrentes dans les parades est d’amener le promis à rompre son engagement‚ en lui montrant qu’Isabelle est déjà engagée avec un autre. À ce titre‚ quelle est la manifestation la plus visible de cet engagement‚ sinon une grossesse réelle ou feinte ? C’est ainsi que dans Isabelle grosse par vertu de Fagan‚ la jeune fille‚ horrifiée à l’idée d’épouser le vieux Docteur‚ glisse sous sa robe une terrine pour faire croire qu’elle est enceinte. Le stratagème est efficace‚ puisque le Docteur voyant arriver Isabelle dit à Cassandre : « Écoutez. Je vous ai fait une promesse‚ votre fille m’a fait un poupon‚ retirons chacun notre en jeu [sic] »3. Le parallélisme de construction montre à quel point le poupon joue un rôle d’obstacle dans le cadre d’un mariage. D’ailleurs‚ dans cette même parade‚ Léandre‚ qui ne sait rien de la feinte de sa maîtresse‚ croyant lui aussi être trompé‚ s’apprête à tuer tout le monde sous l’effet de la colère : ce n’est qu’au moment où Isabelle brise la terrine et renouvelle ses serments de fidélité que le dénouement heureux peut advenir. Il y a donc bien un écho de la réalité sinon tragique‚ du moins désespérée‚ des jeunes filles enceintes et abandonnées par le géniteur de l’enfant qu’elles portent. Pourtant‚ ici‚ nous en rions‚ et Fréron lui-même cite la scène de la terrine cassée comme une des plus drôles qu’il ait pu voir. Si cela fait rire‚ c’est parce que la situation est prise à rebours : c’est pour ne pas se marier qu’Isabelle mime une grossesse ; Isabelle ne subit pas un état qu’elle n’a pas désiré‚ elle est au contraire dans l’action et la ruse. Maîtresse du jeu et de l’illusion‚ elle déconstruit les plans des personnages masculins qui l’entourent‚ qu’il s’agisse de son père ou de ses prétendants. Lorsqu’elle décide enfin de révéler son secret en exhibant la terrine qui lui sert d’artifice théâtral‚ elle renvoie les hommes à leurs préjugés et à leur absence de compassion‚ et cette espèce de vengeance comique empêche tout naturellement de donner au personnage de la fille grosse d’enfant un caractère pathétique.

9Mais la parade va encore plus loin dans sa façon de rendre joyeuse la grossesse d’une jeune fille. Ainsi‚ ce qui apparaît de façon frappante‚ c’est que la grossesse d’Isabelle‚ loin d’être un inconvénient‚ est souvent ce qui permet aux amants de se marier. C’est Gilles‚ dans Le Mariage sans curé de Collé‚ qui résume le mieux ce paradoxe : la jeune fille est promise à un chirurgien du nom de Cacao et les deux amants‚ désespérés‚ recherchent des conseils pour éviter cette union ; Gilles demande alors à Léandre‚ son fils putatif (du moins dans cette pièce)‚ si Isabelle est « grosse » puis‚ de façon inattendue‚ lui explique qu’il est regrettable qu’elle ne le soit pas. Voici un extrait de leur échange :

  • 4 Le Mariage sans curé‚ sc. 3‚ Parades inédites de Collé‚ Hambourg et Paris‚ Chez les Princi (...)

Léandre : […] Allez‚ allez‚ rassurez-vous ; elle n’est certainement pas grosse.
Gilles : Tant pis ! morbleu‚ tant pis ! Vous avez fait là une très grande faute.
Léandre : Comment‚ une faute ?
Gilles : Oui‚ une très lourde faute. Il n’y a rien qui facilite un mariage comme une grossesse ; apprenez cela de moi‚ jeune barbe ! C’est toujours par là qu’il faut commencer.
Léandre : Mais… mais…
Gilles : Mais… mais… Les jeunes gens ne songent à rien‚ ne prévoient rien‚ ne prennent de précaution sur rien. Si Mlle Isabelle était grosse d’un enfant‚ d’un seul enfant seulement‚ et par vos bonnes façons‚ vous n’auriez pas aujourd’hui un rival‚ un M. Cacao‚ le chirurgien‚ qui va peut-être l’épouser toute vive‚ sous votre moustache‚ benêt.
Léandre‚ se frappant la poitrine : Mea culpa, mea maxima culpa‚ mon père ; je n’y retomberai plus. Mais cela ne peut-il pas se réparer ? Dites-moi comment… Et ideo precor.4

  • 5 Léandre hongre‚ sc. 6‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ p. 212.

Ce confiteor cocasse est le point culminant du renversement des valeurs traditionnelles présent dans ce dialogue : tandis que Léandre se glorifie auprès de son père d’avoir su être chaste‚ Gilles‚ lui‚ raisonne de façon pragmatique et non morale. D’une certaine façon‚ il a raison‚ car il n’y a rien de tel qu’une grossesse pour précipiter un mariage‚ et pour le dire comme le vieux Cassandre dans Léandre hongre que j’évoquais en introduction : « quand y gnia z’un enfant sur le tapis‚ faut que les pere & mere conjoignent les parties‚ le bruit ne sert à rien »5. Cette logique à l’œuvre dans les parades rappelle d’ailleurs l’urgence matrimoniale présente hors du théâtre‚ dans la vraie vie‚ lorsqu’il s’agit de trouver rapidement à la fille grosse d’enfant un mari avant qu’elle ne soit totalement déshonorée.

10Il y a donc bien un fond de vérité dans les paroles de Gilles. Pourtant‚ ses préceptes apparaissent comme invraisemblables‚ absurdes et comiques‚ notamment la phrase sur les jeunes gens incapables de prendre leurs précautions : en effet‚ cette affirmation ressemble à une condamnation traditionnelle des relations sexuelles précédant le mariage‚ mais elle est son exact opposé. Non seulement‚ il ne faut pas éviter une possible grossesse‚ mais il faut la provoquer si on veut pouvoir épouser la personne de son choix. La grossesse de la fille-mère n’est plus alors le signe d’une condamnation sociale et morale‚ mais‚ pourrait-on dire‚ une délivrance pour elle et pour son amant.

11Nous nous demandions comment l’état de fille-mère pouvait susciter le rire ; nous avons ici un début de réponse : en prenant le contrepied de tous les préceptes moraux et religieux de l’époque. Les valeurs propres aux parades sont ainsi très éloignées de celles qui prévalent dans la société française du XVIIIe siècle.

Gender trouble

12Cette forme de distance prise face aux lois du réel culmine dans ce qu’on peut appeler la règle de non-identification à l’œuvre dans les parades. Pour que le rire soit possible‚ il faut que la fiction représentée soit absolument détachée de tout possible réalisme. Les parades sont foncièrement anti-mimétiques.

  • 6 L’anecdote est reprise par Victor Du Bled dans La Société française du XVIe au XXe siècle, (...)

13C’est à la lumière de ce critère qu’on peut comprendre la raison pour laquelle des hommes jouaient des rôles de femmes‚ a fortiori quand il s’agissait de femmes enceintes : le caractère visiblement impossible d’une telle situation légitime alors le rire le plus débridé. C’est ainsi que Laujon‚ un auteur de parades au service du duc d’Orléans‚ raconte comment le grand Lekain‚ prestigieux acteur de la Comédie-Française réputé pour son talent‚ mais aussi pour sa laideur‚ provoqua un jour un terrible fou rire parmi les spectateurs et les acteurs d’une parade où il mimait Isabelle « travaillée par les douleurs de l’accouchement »6. Pour comprendre l’intérêt de cette anecdote‚ il faut avoir en tête non seulement la notoriété de Lekain habitué aux rôles tragiques et capable de faire trembler les foules par une voix souvent qualifiée de terrible‚ mais il faut également se souvenir du caractère on ne peut plus viril de son allure‚ comme en témoignent les portraits de l’acteur.

  • 7 Judith Butler‚ Trouble dans le genre [1990]‚ trad. C. Kraus‚ Paris‚ La Découverte‚ 2005‚ p (...)
  • 8 Léandre ambassadeur‚ sc. 5‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. III‚ p. 69 : « Je suis sû (...)
  • 9 Ah ! que voilà qui est beau‚ sc. 6‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 288.
  • 10 Thomas-Simon Gueullette‚ Parades Inédites avec une préface par Charles Gueullette‚ Paris‚ (...)

14Dans cette perspective‚ on comprend bien le potentiel comique du personnage de la fille grosse dans les parades : imaginons en effet tous ces hommes se mettant à imiter le plus grotesquement possible un état‚ de fait‚ exclusivement féminin. De la même façon que Judith Butler explique qu’« en imitant le genre‚ le drag révèle implicitement la structure imitative du genre lui-même »7‚ nous pourrions dire que l’acteur masculin de parade révèle implicitement ce qui est perçu par la société comme propre à la femme enceinte. Ainsi de la nausée mentionnée dans plusieurs parades8‚ de la crainte d’avoir la taille « gât[ée] »9 par la grossesse ou encore de la peur des douleurs de l’accouchement‚ qui apparaît non seulement dans le texte cité en ouverture de cet article‚ mais aussi dans d’autres textes. Le cri est d’ailleurs à ce point symptomatique de l’accouchement qu’une des premières parades du siècle signale dans une didascalie qu’en entendant les cris de Gilles‚ brûlé à la main‚ une sage-femme se précipite pour le « visiter »10‚ persuadée qu’il s’agit d’une jeune fille travestie en homme et qui serait sur le point d’accoucher.

  • 11 L’Accouchement invisible‚ acte I‚ sc. 3‚ Charles Collé‚ Œuvres dramatiques‚ Ms. 5 – L 60 ( (...)
  • 12 L’Accouchement invisible‚ acte I‚ sc. 8‚ op. cit.‚ f° 558.

15Mais c’est sans doute dans une parade inédite de Charles Collé intitulée L’Accouchement invisible que ce questionnement sur l’état de la femme enceinte est le plus intéressant‚ et aussi le plus troublant. Dans cette pièce‚ Gillette‚ le personnage féminin (probablement joué par un homme)‚ est grosse des œuvres de son amant‚ un sorcier qui s’appelle Zoroasne. Cependant‚ Léandre fréquente Gillette et Zoroasne est jaloux. Après avoir promis à Gillette de lui lancer un sort pour qu’elle puisse accoucher « invisiblement z’et sans douleurs »11‚ il est témoin d’un baiser que Léandre arrache à la jeune fille. Furieux‚ il décide de la punir de son infidélité et la transforme en homme. Jetée dans les plus grandes angoisses‚ Gillette se demande alors comment elle va pouvoir désormais accoucher avec ce nouveau corps masculin : « Quoi‚ Gillette‚ s’écrie-t-elle‚ tu es homme‚ et malgré ça te vlà grosse ! Faut z’accoucher ! […] Ignia l’opération Lezariene. Mais je n’sçais si on la fait zaux hommes… »12. L’évocation d’une possible césarienne permet alors de mesurer à quel point l’inversion générique devient spéculaire. Un homme joue une femme transformée en homme mais devant accomplir un acte réservé aux femmes.

16Comment ne pas rire devant une telle situation ? Mais‚ aussi‚ comment ne pas chercher à aller plus loin pour comprendre la nature de ces multiples travestissements ? Faut-il y voir une fascination masculine pour une expérience proprement féminine ? Doit-on interpréter la prégnance des filles grosses d’enfants dans les parades à l’aune d’enjeux psychanalytiques ? Ou bien‚ au contraire‚ doit-on les interpréter comme une façon de réaffirmer une position masculine dominante tournant en dérision les maux et les angoisses de femmes qu’on ne comprend pas bien et dont on se moque entre hommes ? Car la question est bien là : la parade est un univers masculin‚ et s’il y a quelques actrices sur scène et quelques spectatrices dans l’assistance‚ il s’agit avant tout d’un divertissement écrit par des hommes pour faire rire des hommes. L’irruption de la fille grosse dans ce système phallocentrique impose donc d’avancer des hypothèses avec prudence.

Bienséances et transgressions

17En réalité‚ ce qui fait rire dans L’Accouchement invisible semble surtout lié à la volonté de repousser toutes les limites du possible‚ et ce dans tous les domaines. En effet‚ il s’agit de représenter une impossibilité non seulement physiologique – un homme ne peut pas accoucher – mais aussi théâtrale : on ne peut pas montrer un accouchement sur scène.

18Et pourtant‚ la parade parvient à relever ce double défi. Gillette‚ qui a encore un corps d’homme‚ sent les douleurs de l’accouchement de plus en plus pressantes ; elle finit par obtenir la grâce de Zoroasne qui lui rend son corps de femme pour accoucher (mais‚ nous l’avons dit‚ elle était probablement jouée par un homme‚ d’où la frontière floue du point de vue générique) et elle finit par accoucher sur scène‚ en observant une règle imposée par le sorcier pour la punir de son infidélité : pour ne pas souffrir‚ elle doit chanter des vaudevilles.

19Voici donc la scène de l’accouchement :

  • 13 L’Accouchement invisible‚ acte II‚ sc. 8‚ op. cit.‚ f° 567-568.

Gillette : Haye‚ haye‚ haye ! Queux douleurs !
Zoroasne : Je l’entends. Vla le branle qui commence.
Gillette : Haye‚ haye ! Ah ! Si jamais l’on m’y rattrape ! haye‚ haye‚ haye ! De ma vie‚ non de ma vie je n’aurai de commerce zavec les hommes. Haye‚ haye ! Ces chiens d’hommes ! haye‚ haye ! Ces misérables-là ! Aye‚ aye !
Zoroasne : Chantez donc mon cœur‚ si vous voulez éviter la douleur. Chantez donc si vous voulez abréger ces instants.
Gillette chante :
(Air : Sur un sopha)
Que ces instants
Durent longtemps
Quels maux cuisants
Je sens.
Quelles douleurs
Zoroasne‚ je me meurs
Pleurs
Haye‚ haye‚ ça va me perir‚ aye‚ aye‚ aye !
Zoroasne : Mais chantez donc‚ chantez donc‚ ne vous faites pas prier. Gillette : (Air : Aye aye aye Jeannette)
Aye‚ aye‚ aye ! Cela va bien‚
Je suis t’encore une mouche
Il ne servirait à rien
De fair’ la petite bouche
Aye‚ aye‚ aye !
Haye‚ haye‚ haye‚ j’accouche‚
J’accouche‚ haye‚ haye‚ haye !
Zoroasne : Ah ! je crois que voilà qu’est fini. J’en avais besoin. Je souffrais plus qu’elle quoique ça ne parût pas.13

Ce genre de scène est totalement inédit au théâtre‚ a fortiori au XVIIIe siècle. Parler du corps est contraire à la bienséance‚ alors montrer – en 1753 – et même en privé‚ une scène d’accouchement est d’une certaine façon stupéfiant. Si cela est possible‚ c’est parce que cet accouchement est‚ conformément au titre de la parade‚ « invisible » : le spectateur ne voit rien‚ et l’acte en question est présenté pour ainsi dire en accéléré et de façon très stylisée. Parmi les éléments de stylisation‚ il y a les cris de Gillette qui se multiplient‚ ses plaintes comiques dirigées contre les hommes rendus responsables de sa douleur‚ et la parole performative « j’accouche » qui conclut l’événement.

20On remarque par ailleurs la drôlerie de la dernière réplique de Zoroasne : lui aussi a souffert‚ bien qu’il soit totalement responsable de la douleur de Gillette à qui il a refusé sa magie par jalousie. Cette réplique n’est sans doute pas anodine dans une lecture de la scène à la lumière des genres : si Gillette se plaint des hommes‚ le personnage masculin rappelle aussi‚ même comiquement‚ l’implication de l’homme dans l’accouchement de sa compagne. Cette parole d’une grande modernité semble‚ pour ainsi dire‚ totalement anachronique dans les années 1750‚ mais c’est peut-être le signe d’une évolution de la perception que les hommes ont de leur rôle de père. C’est sans doute de façon plus plausible l’expression de la souffrance du personnage qui subit les cris et les chants discordants de Gillette depuis plusieurs scènes.

21Enfin‚ les vaudevilles‚ qui sont là pour justifier le caractère musical de ce type de divertissements‚ jouent un rôle particulièrement intéressant dans la scène. Comme le dit le personnage de Figaro une vingtaine d’années plus tard : ce que l’on ne peut pas dire‚ on le chante. Ici‚ c’est ce que l’on ne peut pas montrer qu’on traduit par des chansons. L’exhibition paradoxale d’une scène impossible à montrer‚ et qui réactive d’une certaine façon les pulsions scopiques des spectateurs‚ ne peut s’accomplir que par le biais d’un artifice théâtral éprouvé‚ à savoir le vaudeville. La musique apparaît alors comme une ruse‚ ou plutôt un filtre‚ qui révèle‚ tout en le masquant‚ l’acte censé être en train de se dérouler.

22Le caractère comique de la scène a donc à voir avec une forme de transgression libératoire : pour les spectateurs‚ assister à un spectacle impossible comme celui de l’accouchement – du moins du point de vue des règles théâtrales – est une façon d’outrepasser les règles sociales‚ voire morales‚ qui régissent leur existence. Si l’on ajoute à cela que les conditions de représentation du théâtre de société impliquaient que les membres de la compagnie non seulement assistent au spectacle‚ mais jouent également certains rôles de la pièce‚ on mesure à quel point les parades offraient aux spectateurs la possibilité de faire ce que l’on serait tenté d’appeler des « expériences-limites ».

23Cela ne se manifeste pas seulement dans le fait de jouer des femmes‚ ou des parturientes‚ mais aussi – surtout ? – de jouer des femmes du peuple‚ et c’est l’objet de ma dernière hypothèse.

Une certaine vision du peuple

24La parade est un divertissement mondain joué entre pairs : aristocrates‚ ducs‚ comtes‚ princes du sang. Pour cette frange de la société‚ le peuple – c’est du moins ce qui transparaît dans les parades – est une masse informe‚ méconnue‚ et surtout fantasmée.

  • 14 Léandre Hongre‚ sc. 2‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 198.
  • 15 Ibid.‚ sc. dernière‚ p. 230.

25Les personnages masculins y sont violents et lâches ; ce sont des ivrognes qui se réjouissent de pouvoir violer les élues de leur cœur. Les femmes‚ quant à elles‚ expriment une impatience sexuelle qui les rend incontrôlables. Ainsi‚ Isabelle s’ennuie quand elle n’a pas d’amant‚ et elle est sans cesse en quête d’aventures. Certes‚ la morale est généralement sauve‚ puisqu’elle finit toujours‚ peu ou prou‚ par épouser Léandre et que le père Cassandre est le plus souvent en train de tenter de mettre un frein aux ardeurs de sa fille. C’est d’ailleurs tout l’argument de Léandre Hongre : c’est à cause de « deux petites fausses couches »14 d’Isabelle que Cassandre décide de faire surveiller sa fille par un « hongre » ‚ c’est-à-dire un castrat ; mais il le choisit mal et‚ pour chaperonner Isabelle‚ engage Léandre‚ qui a fait « seize enfants à douze filles »15 dans le village. On comprend mieux pourquoi la parade s’ouvre avec la révélation de la grossesse de la jeune fille. Dans Jean Bête à la Foire de Beaumarchais‚ le personnage éponyme est l’amant de Zerzabelle et ils ont eu – au moins – une douzaine d’enfants ensemble.

26En d’autres termes‚ les parades véhiculent l’idée selon laquelle la grossesse et l’enfantement sont vécus comme des événements d’une très grande banalité parmi le peuple‚ et elles les tournent presque systématiquement en dérision. Certes‚ il est incontestable que de nombreuses jeunes filles du peuple‚ séduites et abandonnées‚ aient pu se retrouver enceintes‚ faute d’instruction ou de moyens de contraception ; mais comment expliquer que cette situation déshonorante selon les mœurs de l’époque ait suscité le rire du public ?

27La réponse est simple ; le rire des spectateurs de parades face aux « filles grosses d’enfants » est aussi un rire de classe : on rit entre gens bien nés d’individus qui n’appartiennent pas au même monde. C’est d’ailleurs probablement une des raisons qui expliquent la disparition de la parade de société à la Révolution.

28Comment peut-on donc rire de la réalité souvent douloureuse de la fille-mère au XVIIIe siècle ? À cette question‚ plusieurs réponses. On rit d’abord entre hommes d’un état exclusivement féminin dont on imite les traits caractéristiques en mimant les douleurs‚ les cris‚ les peurs et les colères des femmes enceintes‚ qu’on voit agir‚ mais qu’on ne comprend pas forcément. On rit ensuite entre nobles‚ en considérant que la grossesse d’une fille du peuple est‚ au fond‚ une chose sans importance‚ sinon un fait dont l’appétit sexuel – féminin – est le seul responsable. On rit enfin entre spectateurs de théâtre‚ habitués à voir des pièces policées où l’on ne parle jamais‚ ou presque‚ de réalités physiologiques‚ et qui se délectent devant ce jeu transgressif avec les bienséances. Ne s’agit-il pas‚ dès lors‚ de rire de ce qui est inconnu‚ de l’autre‚ dans toute son altérité et dans tout ce qu’il peut représenter d’effrayant ? Ne s’agit-il pas‚ également‚ de la part des spectateurs masculins‚ de se rassurer sur l’éventuelle part de responsabilité qu’ils pourraient avoir dans de telles grossesses ? En tournant systématiquement en dérision le sujet de la fille grosse d’enfant‚ en refusant de le traiter de façon sérieuse‚ il semble donc qu’auteurs et spectateurs de parades aient cherché à conjurer certaines angoisses refoulées.

Notes

1 Léandre hongre‚ sc. première‚ Théâtre des Boulevards ou Recueil de Parades‚ Mahon‚ G. Langlois‚ 1756‚ t. I‚ p. 193.

2 Isabelle refuse d’épouser un homme qu’elle n’a « jamais vu ni manié » ‚ L’Amant poussif‚ sc. 2‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. II‚ p. 30.

3 Isabelle grosse par vertu‚ sc. 4‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 80.

4 Le Mariage sans curé‚ sc. 3‚ Parades inédites de Collé‚ Hambourg et Paris‚ Chez les Principaux Libraires‚ 1864‚ p. 12-13.

5 Léandre hongre‚ sc. 6‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ p. 212.

6 L’anecdote est reprise par Victor Du Bled dans La Société française du XVIe au XXe siècle, VIIIe série, XVIIIe et XIXe siècles. La comédie de société, le monde de l’émigration‚ Paris‚ Librairie Académique / Perrin et Cie‚ Libraires-Éditeurs‚ 1911‚ p. 62.

7 Judith Butler‚ Trouble dans le genre [1990]‚ trad. C. Kraus‚ Paris‚ La Découverte‚ 2005‚ p. 261.

8 Léandre ambassadeur‚ sc. 5‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. III‚ p. 69 : « Je suis sûre que vous ne voudriez pas me laisser enceinte‚ comme je suis dégoûtée que je ne puis plus rien manger ; mais je souffre tout à cause de votre amour ; et quand je me sens de la répugnance‚ je me dis d’abord comme ça‚ que c’est vous qui me faites mal au cœur » et La Mère Rivale‚ sc. 9‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. III‚ p. 164 : « J’ai toujours un peu de mal au cœur‚ comme nous sommes à la veille de nous marier‚ ne serait-ce point un commencement de grossesse ? ».

9 Ah ! que voilà qui est beau‚ sc. 6‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 288.

10 Thomas-Simon Gueullette‚ Parades Inédites avec une préface par Charles Gueullette‚ Paris‚ Librairie des Bibliophiles‚ 1885‚ Première parade‚ acte I‚ p. 32.

11 L’Accouchement invisible‚ acte I‚ sc. 3‚ Charles Collé‚ Œuvres dramatiques‚ Ms. 5 – L 60 (non autographe)‚ BM Versailles‚ collection Lebaudy‚ f° 552-553.

12 L’Accouchement invisible‚ acte I‚ sc. 8‚ op. cit.‚ f° 558.

13 L’Accouchement invisible‚ acte II‚ sc. 8‚ op. cit.‚ f° 567-568.

14 Léandre Hongre‚ sc. 2‚ Théâtre des Boulevardsop. cit.‚ t. I‚ p. 198.

15 Ibid.‚ sc. dernière‚ p. 230.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search