Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Partie II. Les sages-femmes face à la justice

L’avortement dans le discours médical (XVIe-XVIIe siècle) : entre prescription‚ condamnation et tabou

Laura Tatoueix

Texte intégral

  • 1 Le terme fausse-couche est présent dans la littérature médicale seulement à partir du milieu du XVI (...)

1À l’époque moderne‚ l’avortement est avant tout un terme médical qui ne désigne qu’un constat : l’accouchement avant terme d’un être inachevé. Le terme avortement est donc un terme générique qui désigne aussi bien l’avortement spontané (qu’on appelle aujourd’hui plutôt « fausse-couche »1)‚ que l’avortement volontaire. Dans les faits‚ on a tendance à employer des expressions différentes pour désigner ces deux aspects de l’avortement. On parle de « suffocation » ou d’« étouffement du fruit » pour désigner ce que nous qualifions aujourd’hui d’avortement. Tandis que l’on parle plutôt de « lâcher le fruit avant maturité » ‚ « ne pas retenir le fruit » ‚ « vider son fruit » etc.‚ lorsqu’il s’agit de fausses-couches. Mais on emploie également le terme « blessure » pour désigner les fausses-couches‚ ce qui montre bien que la frontière entre l’avortement volontaire et l’avortement spontané est extrêmement floue. Empêchant la nature de s’accomplir‚ il fait l’objet de nombreux développements dans la littérature médicale. L’avortement est perçu comme un accident de la grossesse‚ qui peut survenir‚ et auquel les praticiens doivent être préparés : savoir éventuellement le prévenir‚ le reconnaître‚ gérer au mieux ses conséquences.

  • 2 C’est le cas notamment de l’ouvrage de Jean Liébault‚ Trois Livres appartenans aux infirmitez et ma (...)

2Dans le cadre de mon travail de thèse‚ j’ai étudié une trentaine de traités d’obstétriques et de traités médicaux consacrant une partie à l’obstétrique‚ écrits en français – voire écrits en latin pour un ou deux‚ puis rapidement traduits en français2 – entre 1550 et 1700. Les auteur.e.s de ces traités sont des praticiens et des praticiennes : médecins‚ chirurgiens et deux sages-femmes‚ Louise Bourgeois et Marguerite de la Marche. Les parcours de ces auteur.e.s et l’impact de leur ouvrage sont très variables. On trouve par exemple des auteur.e.s très connu.e.s‚ ayant une très grande renommée auprès de leurs contemporains : François Mauriceau‚ qui publie notamment son traité Des Maladies des femmes grosses‚ en 1668‚ ouvrage qui fut de très nombreuses fois réédité et sert de référence aux praticiens du siècle suivant. Mais on peut également citer Ambroise Paré‚ dont les œuvres sont publiées en 1575‚ et qui fait figure de pionnier tout au long de l’époque moderne. D’autres sont au contraire‚ beaucoup moins connus‚ comme Pierre Bailly‚ médecin champenois‚ auteur d’un ouvrage en 1628 qui n’est pas réédité.

  • 3 Yvonne Knibielher‚ Catherine Fouquet‚ La Femme et les médecins, Analyse historique‚ Paris‚ Hachette (...)
  • 4 Évelyne Berriot-Salvadore‚ Un Corps, un Destin, la femme dans la médecine de la Renaissance‚ Paris‚ (...)
  • 5 Lianne McTavish‚ Childbirth and The Display of Authority in Early Modern France‚ [La Naissance et l (...)
  • 6 On peut tout de même citer les travaux de John M. Riddle‚ Angus McLaren ou encore du juriste John N (...)

3Les traités médicaux sont une source fondamentale pour l’histoire du genre à l’époque moderne‚ offrant d’abord un discours d’hommes sur des femmes. Si deux femmes sont pourtant présentes dans mon corpus‚ leur discours théorique s’appuie en fait sur les théories des médecins‚ et elles se cachent systématiquement derrière l’autorité de chirurgiens ou de médecins pour justifier leurs affirmations théoriques. Leurs ouvrages ont cependant une dimension plus pratique que ceux des médecins. Des historiens‚ mais surtout des historiennes‚ se sont penchés sur ces sources dans une perspective d’histoire des femmes – on peut citer à ce titre‚ les travaux d’Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet3‚ Évelyne Berriot-Salvadore4‚ ou encore Lianne McTavish5 – plus que d’histoire du genre. Pour l’étude de l’avortement‚ question jusque là peu étudiée par les historien.ne.s‚ et uniquement dans le cadre d’une réflexion générale sur la contraception6‚ ces textes sont des sources extrêmement importantes.

4L’avortement est un axe particulièrement intéressant pour aborder la question de l’enfantement dans une perspective d’histoire du genre‚ parce qu’il permet de nous interroger sur les échecs‚ l’impuissance des praticiens‚ mais également les refus‚ les écarts à la norme des femmes enceintes. Derrière un avortement plane en fait la question de la responsabilité. C’est autour de cette responsabilité que se dessine la relation entre les praticiens et les femmes enceintes et qu’émerge un discours médical masculin sur ces femmes qui ne parviennent pas à la maternité ou s’y refusent. Ce qui m’intéresse‚ c’est donc cette relation entre femme enceinte et praticien‚ qui induit un rapport de confiance‚ mais également d’autorité. L’avortement manifeste une forme d’échec dans cette relation‚ et amène à se poser la question de la responsabilité. Ce qui est intéressant‚ c’est donc d’analyser le discours sur les femmes qui ont avorté‚ discours produit par cet échec.

5J’aimerais réfléchir exclusivement à l’image des femmes enceintes qui se dessine à travers cette question de l’avortement. Je m’attarderai sur les deux aspects de l’avortement‚ qui semblent distincts mais se rejoignent en fait : d’une part l’avortement spontané‚ sujet légitime pour des praticiens‚ mais également l’avortement volontaire‚ puisqu’ils mettent tous les deux en jeu une certaine image des parturientes. Et cette image semble hésiter entre plusieurs buts : incriminer‚ culpabiliser ou éduquer les femmes enceintes. Derrière cette image d’une femme enceinte à encadrer – idée qui fut déjà avancée par Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet – c’est la construction d’une autorité médicale‚ majoritairement masculine qui ressort. Et surtout‚ ce discours sur l’avortement révèle une certaine conception de la maternité qui est contradictoire : à la fois naturelle‚ relevant d’une forme de destin biologique‚ mais extrêmement fragile.

L’avortement spontané : une maladie ou une faute ?

  • 7 Jean Liébault‚ Trois Livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes‚ Lyon‚ J. Veyrat‚ 159 (...)

6L’avortement est considéré comme un problème médical assez particulier‚ puisqu’il est l’occasion‚ en termes de cure‚ de nombreux aveux d’impuissance. Il ne se soigne quasiment pas et comme l’écrit le médecin Jean Liébault‚ « faut obvier à l’avortement plutost que de le guarir »7. C’est pourquoi la plupart des auteur.e.s qui parlent de l’avortement s’attachent surtout à en délimiter les causes. Si l’avortement est sans cesse présenté comme une maladie‚ un accident de la grossesse‚ c’est presque systématiquement la responsabilité de la parturiente qui est finalement mise en cause.

  • 8 François Mauriceau‚ Traité des maladies des femmes grosses et celles qui sont nouvellement accouché (...)
  • 9 Ibid.‚ p. 818-819.
  • 10 Philippe Peu‚ La Pratique des accouchements‚ Paris‚ J. Boudot‚ 1694‚ p. 103.

7Ces causes peuvent être très diverses‚ mais la plupart des auteur.e.s les classent en deux catégories : les causes qui proviennent de la mère ou du fœtus‚ qu’on peut qualifier de causes internes‚ et les causes externes‚ contingentes. La femme peut être tenue responsable malgré elle de son avortement‚ par le biais de causes internes‚ c’est-à-dire physiologiques ou biologiques‚ comme une malformation de la matrice par exemple. Pour François Mauriceau‚ une matrice « calleuse » ‚ ou « petite » peut compromettre le développement du fœtus‚ et le déroulement de la grossesse8. Mais le plus souvent‚ ils ne donnent pas de détails anatomiques précis. On trouve l’idée‚ chez les auteur.e.s‚ que les femmes qui font des fausses-couches répétées sont malsaines‚ et qu’il y a des femmes plus saines que les autres. Un discours extrêmement normatif se dégage de ces sources : les femmes trop grosses ou trop maigres sont plus susceptibles d’avorter9. D’après Philippe Peu‚ les femmes contrefaites – c’est-à-dire boiteuses ou bossues – risquent également plus l’avortement que les autres10. Le corps des femmes est envisagé de manière globale‚ en partie par défaut de connaissance‚ et peut être en soi un obstacle à une grossesse heureuse.

  • 11 C’est par exemple le cas de Jacques Guillemau‚ De l’heureux Accouchement des femmes‚ Paris‚ N. Buon (...)

8Cela dépend également du tempérament des femmes. Il y a d’ailleurs un grand débat concernant la saignée : on pense qu’elle favorise l’avortement‚ mais plusieurs auteurs pensent quand même qu’il faut saigner les femmes au tempérament sanguin pour éviter la pléthore et la suffocation du fœtus11. D’autres traitements sont envisagés pour d’autres tempéraments. Le débat provient de la conception même de la médecine de cette époque‚ qui est une médecine d’évacuation‚ et ce que l’on craint avant tout‚ c’est l’évacuation du fœtus. Le remède est également un danger. Ce qui frappe‚ c’est la prise en compte extrêmement précise de cas particuliers négatifs‚ qui offrent autant d’obstacles au maintien de la grossesse jusqu’à un accouchement qui serait qualifié de naturel.

9Les causes propres aux fœtus sont rapidement évacuées par les auteurs. Là encore‚ il s’agit d’affirmations très générales : ce sont des problèmes de taille ou de difformité (soit le fœtus est trop gros pour être contenu‚ soit on pense qu’il est trop faible pour s’accrocher)‚ mais il n’y a jamais de prise en compte de pathologie précise. Il s’agit clairement d’un défaut de savoir‚ puisque leurs connaissances ne se basent que sur des observations assez superficielles de fœtus.

  • 12 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 88-94.
  • 13 Ambroise Paré‚ De la Génération de l’homme recueilli des anciens et des modernes‚ 1573‚ dans Œuvres (...)
  • 14 J. Liébault‚ Trois Livresop. cit.‚ p. 812.
  • 15 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 90.

10Mais ce sont les causes dites externes qui retiennent surtout l’attention des auteur.e.s. Et elles sont très nombreuses. Certain.e.s en donnent des listes extrêmement exhaustives‚ comme Philippe Peu12 et Ambroise Paré13. Parmi ces causes‚ on trouve toutes les maladies aiguës‚ mais également toutes sortes d’aliments‚ et surtout beaucoup de choses banales : l’environnement‚ l’air‚ la chaleur‚ l’humidité‚ certaines odeurs – l’odeur d’une chandelle éteinte revient fréquemment14 – des bruits‚ des positions. Pour Philippe Peu‚ par exemple‚ le fait de croiser ses jambes quand on n’en a pas l’habitude15… Ce qui ressort de l’énoncé exhaustif de ces causes‚ c’est l’image d’une femme enceinte fragile‚ d’une grossesse qui ne tient qu’à un fil. Au point qu’on en vient à trouver des explications à la résistance du fœtus. Si l’on sait que les fausses-couches étaient quand même fréquentes‚ l’énoncé des causes potentielles de l’avortement manifeste à la fois un aveu d’impuissance des médecins‚ et‚ en même temps‚ justifie la nécessité d’un contrôle sur le corps des femmes enceintes‚ la nécessité d’un encadrement thérapeutique. De manière paradoxale‚ cette fragilité‚ qui est un obstacle à la grossesse‚ trouve son origine dans des caractéristiques que l’on pense comme spécifiquement féminines : c’est bien souvent la sensibilité des femmes‚ leur capacité à être affectée‚ qui rendent la grossesse problématique. En fait‚ quand on poursuit l’analyse‚ on se rend compte que la nécessité d’un encadrement va au-delà d’une fragilité qu’il faudrait protéger‚ mais qu’il s’agit d’une véritable incrimination des femmes enceintes. À l’origine d’un avortement spontané se trouve bien souvent le comportement de la femme enceinte.

  • 16 Gédéon Tallemant des Réaux‚ Historiettes‚ Paris‚ Gallimard‚ 1961‚ t. II‚ p. 220.
  • 17 D’après le Dictionnaire de l’Académie française il s’agit d’une « sorte de jeu qu’on joue sur le tr (...)
  • 18 A. Paré‚ De la Générationop. cit.‚ p. 714.

11Dans la pléthore des causes données‚ on remarque que beaucoup d’entre elles sont des causes d’origine comportementale‚ que certains auteurs qualifient de « non nécessaires » ou contingentes. Parmi ces causes‚ on trouve‚ par exemple‚ toutes les actions un peu brutales : la danse‚ les voyages en carrosse‚ les chutes. Toutes ces pratiques étaient effectivement utilisées par certaines femmes comme moyen pour favoriser l’avortement ou un accouchement prématuré. Tallemant des Réaux rapporte ainsi l’exemple de la duchesse de Montbazon‚ qui parcourait Paris en carrosse au grand trot quand elle se pensait enceinte‚ afin de provoquer une fausse-couche16. Mais d’autres causes sont également citées et elles semblent pourtant relativement anodines‚ comme le chant ou le fait de jouer aux dames rabattues17. Il y a aussi toutes les empreintes faites au corps comme « les choses qui compriment le ventre de la mere »18.

  • 19 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 90.

12En définitive‚ ce n’est pas tant ce qui environne la femme enceinte‚ mais la façon dont elle se comporte dans cet environnement‚ qui est problématique. Philippe Peu affirme ainsi qu’une femme peut avorter si elle s’est trop dévêtue dans le froid‚ a marché pieds nus‚ est demeurée longtemps en lieux souterrains‚ s’est lavé les mains à l’eau froide en été‚ est restée à genoux trop longtemps sur du marbre ou sur du cuivre19.

  • 20 Jacques Guillemeau‚ De la Grossesse et de l’accouchement des femmes, du gouvernement d’icelles, et (...)

13Ce qui apparaît également dans ces textes‚ c’est une forme de soupçon à l’égard des femmes enceintes. On les suspecte finalement de ne pas être capables de se comporter correctement‚ c’est-à-dire de manière mesurée. On condamne des comportements jugés irrationnels : le jeûne immodéré‚ le coït fréquent. Derrière ces causes se cache en fait une dimension morale très forte : derrière le jeûne‚ on suspecte des pratiques dévotes jugées excessives ; derrière le coït fréquent transparaît la suspicion du libertinage. On pense d’ailleurs que le libertinage favorise l’avortement‚ ce qui expliquerait pourquoi les prostituées semblent moins tomber enceintes. On condamne aussi les appétits déraisonnés. On condamne en fait les comportements qui sortent d’un cadre normatif‚ qui n’est pourtant jamais explicité : le trop ou le trop peu. Pour Jacques Guillemeau‚ par exemple‚ « colerer‚ crier & rire immodérément »20 sont à éviter absolument. De manière paradoxale‚ la grossesse est elle-même présentée comme un moment où une femme est justement amenée à avoir un comportement qui sort de la norme‚ qui peut être qualifié de contraire à la raison. Tous les traités abordent ce comportement de la femme enceinte : ses appétits désordonnés‚ ses humeurs changeantes. Ce qui est présenté comme banal et inhérent à la grossesse fait pourtant émerger une contradiction.

14Si la grossesse des femmes est naturelle‚ elle n’en est pas moins problématique et semble nécessiter un très fort encadrement médical. La pathologisation de l’avortement spontané‚ décrit fréquemment comme une « maladie » de la grossesse – ce qui autorise les praticiens à s’exprimer sur le sujet – ‚ cache en fait une très grande impuissance des praticiens‚ et laisse paraître une forme d’incrimination assez marquée des femmes enceintes à l’égard des fausses-couches qu’elles subissent.

Encadrer les femmes enceintes

  • 21 Fr. Mauriceau‚ Traité des maladiesop. cit.‚ p. 114.

15Tout cela a pour conséquence de donner au discours médical un ton extrêmement prescriptif. C’est un « régime » très strict que doivent suivre les femmes enceintes. La majorité des auteur.e.s consacre un paragraphe‚ ou un chapitre‚ à ce sujet. François Mauriceau intitule le onzième chapitre de son traité « De quelle façon se doit gouverner la femme pendant tout le cours de sa grossesse »21. Jean Liébault et Jean Varendée y consacrent également un chapitre. Il y a une véritable volonté pédagogique de la part des auteur.e.s. Il faut éduquer les femmes enceintes. Quand on s’intéresse à la question du lectorat‚ on se rend compte que ces auteurs s’adressent parfois à leurs pairs‚ mais également aux femmes enceintes. Louis de Serres‚ Jacques Guillemeau‚ ou encore François Mauriceau mentionnent ce potentiel lectorat féminin au début de leur ouvrage.

16Ce qu’on reproche à ces futures mères‚ c’est bien évidemment leur ignorance. C’est l’ignorance des signes d’une grossesse qui fait qu’elles vont mettre en danger la vie de l’embryon sans le savoir‚ mais c’est également une ignorance plus générale‚ voire un savoir superstitieux erroné‚ qui les ferait mettre en danger leur grossesse là où elles pensent la favoriser. Par ailleurs‚ c’est aussi ce qui est perçu comme une forme d’inconscience‚ leur désinvolture ou leur imprudence‚ qui sont souvent mises en avant par les auteur.e.s. François Mauriceau‚ relate ainsi l’avortement d’une blanchisseuse‚ qui avorta :

  • 22 Ibid.‚ p. 116.

au quatriéme mois pour avoir esté entêtée‚ laquelle par trop grande hâte qu’elle avoit un samedi au soir‚ de rendre du linge dont on la pressoit‚ n’ayant pas la patience de faire allumer son charbon dans la cheminée‚ le mit tout noir sous sa platine‚ la vapeur duquel se portant à son cerveau‚ luy causa cet avortement la nuit du mesme jour‚ dont elle pensa mourir.22

  • 23 François Rousset‚ Traitte nouveau de l’hysterotokotomie, ou enfantement cesarien‚ Paris‚ D. Duval‚ (...)
  • 24 Paul Portal‚ La Pratique des accouchements, soutenue d’un grand nombre d’observations‚ Paris‚ G. Ma (...)
  • 25 L’avortement est assimilé à un homicide. Aucun texte de loi ne mentionne pourtant cette pratique ex (...)

17Le discours pédagogique est également un discours culpabilisateur. Il y a un rapport d’autorité très fort entre les praticiens ou praticiennes et les parturientes. Les praticiens reprochent à ces dernières de n’en faire qu’à leur tête et de ne pas les écouter. François Rousset expose l’exemple d’une femme enceinte de triplés‚ qui avorte d’un des trois fœtus au cinquième mois de sa grossesse. Rousset explique que c’est elle finalement qui a convaincu le médecin que les deux autres n’étaient probablement pas viables. Le médecin lui donne un purgatif et elle avorte de deux enfants parfaitement sains23. De la même façon‚ Paul Portal rapporte l’exemple d’une femme qui soutient à son médecin qu’elle n’est pas grosse et lui ordonne de lui donner quelque chose. Il lui donne un purgatif et le mois d’après‚ elle avorte d’un « enfant pourri »24. C’est donc l’arrogance des femmes enceintes qui est pointée du doigt. Le discours des praticiens se veut pédagogique mais cherche à établir un rapport hiérarchique entre eux et les femmes enceintes. L’avortement apparaît comme la conséquence d’un échec dans la collaboration‚ qui est toujours imputé à l’avortée. Les auteurs développent souvent des exemples mettant en scène ce rapport d’autorité entre une patiente et le praticien. C’est un phénomène qu’on ne trouve pas sous la plume des sages-femmes‚ mais seulement chez les chirurgiens et les médecins. Nous n’avons que deux exemples‚ ce qui ne permet pas de tirer de conclusions générales‚ mais ils semblent néanmoins caractéristiques d’un rapport d’autorité genré. Les situations ci-dessus mentionnées‚ telles qu’elles sont rapportées par Paul Portal et François Rousset‚ l’illustrent‚ quand bien même elles font passer le praticien pour une personne qui se laisse dicter sa conduite par sa patiente. C’est ce défaut d’autorité qui conduirait à l’erreur et donc à l’avortement. Pourtant‚ tout cela reste ambigu : il semble évidemment y avoir une volonté de clarifier un rapport hiérarchique‚ mais également une volonté de se protéger de toute forme de soupçon‚ vis-à-vis d’une pratique – l’avortement criminel – qui reste extrêmement condamnée25. Ces exemples servent donc également aux praticiens à se mettre en scène et à justifier leurs erreurs. C’est pourquoi en matière d’avortement‚ on pourrait dire que les praticiens ne se trompent jamais ; et que‚ s’ils se trompent‚ c’est parce qu’ils se sont faits duper par les femmes enceintes.

  • 26 Sur ce sujet‚ voir l’article de Cathy McClive‚ « The Hidden Truth of the Belly : The uncertainties (...)

18Cette peur de la tromperie est très présente. Le traité de Charles de Barbeyrac s’en fait l’écho à propos d’un passage sur la question de la suppression des règles‚ dont les causes peuvent être multiples26‚ et pour laquelle un mauvais traitement peut provoquer l’avortement :

  • 27 Charles de Barbeyrac‚ Traités nouveaux de médecine, contenant les maladies de la poitrine, les mala (...)

La cause de cette maladie est équivoque‚ étant quelquefois naturelle comme si c’est la grossesse que les femmes ne veulent pas avoüer lorsqu’elles sont devenuës grosses par des embrassements illégitimes‚ ce qui trompe quelquefois les Médecins : ainsi pour n’être pas trompé il faut chercher quelque cause asseurée.27

  • 28 Côme Viardel‚ Observations sur la pratique des accouchements naturels contre nature et monstreux‚ P (...)
  • 29 Jean Varendée‚ Traité des maladies des femmes‚ Paris‚ R. de Ninville‚ 1666‚ p. 386.
  • 30 Henri-Emmanuel Meurisse‚ L’Art de saigner, accommodé aux principes de la circulation du sang‚ Paris (...)

19Cette mise en scène de la duperie est extrêmement répandue parmi les quelques exemples d’avortement volontaire qui peuvent apparaître dans ces sources. Côme Viardel rapporte ainsi l’exemple d’une femme qui feint d’être hydropique pour qu’il lui donne un remède. Mais il raconte qu’il a réussi à ne pas se laisser berner‚ et qu’il a su voir qu’elle avait un autre dessein que celui qu’elle avait annoncé28. De façon générale‚ l’avortement volontaire est tout de même peu évoqué‚ toujours sous forme allusive ou sous forme d’anecdote. Les auteurs insistent sans cesse sur la prudence à avoir lorsque les grossesses tournent mal‚ afin de ne pas être accusé d’avoir fait avorter la femme à dessein. Jean de Varendée souligne ainsi que chaque chirurgien qui prescrit une saignée à une femme enceinte doit toujours en avertir ses parents afin que‚ si l’opération se concluait mal‚ il puisse être protégé29. On retrouve la même préoccupation chez Henri-Emmanuel Meurisse‚ qui souligne qu’il faut toujours prélever de petites quantités de sang aux femmes enceintes‚ car il y a risque d’avortement « ce qui causeroit au Chirurgien un très-grand scandale »30.

20Cette peur de l’accusation et du scandale est réelle ; les œuvres d’Ambroise Paré ont d’ailleurs été censurées en 1575 – on accusait l’auteur de trop en dire – ; elle transparaît également dans les silences‚ parfois explicites‚ des praticiens sur ce sujet‚ qui relèvent d’une forme de tabou. Louis de Serres fait la liste de plusieurs pratiques qui peuvent provoquer l’avortement. Il évoque de manière générale et allusive le fait que certains médicaments et aliments ont des propriétés abortives. Il écrit à ce propos :

  • 31 Louis de Serres‚ Discours de la Naturecauses, signes et curation des empeschemens de la conceptio (...)

Voylà pourquoy nous ne sommes pas resolus d’en alleguer aucun d’iceux à fin qu’on ne nous croye pas estre du nombre de ceux qui divulguent le mal‚ non pour le reprendre et le haïr‚ mais bien plutost pour luy donner credit et pour l’authoriser.31

  • 32 Louise Bourgeois‚ Observations diverses sur la stérilité, perte de fruict, foecondité, accouchement (...)
  • 33 J. Gélis‚ La Sage femme ou le médecinop. cit. ; L. McTavish‚ Childbirth…op. cit.

21En termes de genre‚ ce qui est intéressant‚ c’est que cette peur du scandale ne se manifeste pas du tout de la même manière chez les praticiens et chez les praticiennes. Dans tous les exemples qui sont donnés‚ la faute est toujours indirecte chez les praticiens‚ et implique bien souvent un comportement condamnable de la part de la femme enceinte. Alors que chez les deux sages-femmes seulement‚ la possibilité de commettre un avortement volontaire est mentionnée. Marguerite de La Marche et Louise Bourgeois mettent toutes les deux en garde les sages-femmes contre ce qui peut apparaître comme une tentation – celle du gain – qui est évidemment décrite comme une tentation maléfique (Louise Bourgeois parle d’un chemin « pour se damner »32). Cette différence s’explique par un contexte de soupçons à l’égard des sages-femmes bien étudié par Jacques Gélis et Lianne McTavish33. Chez les praticiens‚ cette possibilité n’existe pas. C’est l’irréprochabilité des chirurgiens et des médecins qui est mise en scène dans ces traités‚ là où les sages-femmes peuvent se laisser corrompre. Dans les faits‚ des chirurgiens sont bien souvent impliqués dans des affaires d’avortement‚ au même titre que les sages-femmes‚ mais cette réalité-là ne trouve aucun écho dans les traités. Dans les archives de la Bastille‚ sur une cinquantaine d’avorteurs et d’avorteuses identifiés‚ près d’un tiers sont des praticiens ou praticiennes (médecin‚ chirurgien‚ apothicaire ou sage-femme) soit seize personnes‚ et sept d’entre eux sont des hommes.

  • 34 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 94.
  • 35 Fr. Mauriceau‚ Traité des maladiesop. cit.‚ p. 186.
  • 36 Dès la fin du XVIIe siècle‚ sous la plume de Pierre Bayle‚ par exemple. Voir notamment l’article «  (...)

22La peur du scandale des praticiens explique donc leur soupçon manifeste à l’égard des femmes enceintes. Cela est inévitablement lié à l’ambiguïté de la pratique‚ à l’impossibilité de connaître les véritables intentions des parturientes‚ ce qui en fait des suspectes potentielles. Dénonçant unanimement l’avortement volontaire‚ les praticiens apparaissent comme les relais de l’autorité royale et religieuse. Les femmes qui avortent sont ainsi dépeintes de manière très négative. Les motifs donnés sont également éclairants et extrêmement disqualifiants. L’honneur est probablement un des motifs les plus importants. Mais les auteurs insistent toujours sur le caractère illusoire de cet honneur‚ qui n’est que terrestre et temporaire. Philippe Peu en parle comme d’un « phantome d’honneur »34‚ et l’on constate que l’honneur n’est donc pas considéré comme un motif valable. L’argument le plus récurrent est esthétique. Dans ces traités‚ les femmes sont censées vouloir avorter pour rester belles‚ « pour se conserver la taille du corps bien faite »35 et éviter d’avoir des vergetures. Là encore il s’agit d’un argument moralement disqualifiant. On ne trouve rien sur les motifs économiques‚ rien sur les désirs‚ rien sur la peur de la grossesse. En outre‚ les grands absents de ces traités sont les hommes‚ qui sont pourtant également responsables de cette grossesse non désirée. Au XVIIIe siècle‚ le ton du discours porté sur les femmes qui avortent change quelque peu parfois. On s’interroge alors plus sur le contexte‚ sur les autres coupables. Une forme de compassion pour ces femmes apparaît sous la plume de certains philosophes et juristes36 : on continue de condamner l’avortement‚ mais on ouvre le spectre de la culpabilité. Aux XVIe et XVIIe siècles‚ la condamnation des femmes qui avortent est unanime et sans appel.

  • 37 É. Berriot-Salvadore‚ Un corps, un destinop. cit.‚ III‚ 1‚ p. 113-120.

23En définitive‚ sans un praticien expérimenté pour la conseiller‚ une femme enceinte ne saurait mener à bien sa grossesse. Si les femmes sont biologiquement déterminées à mettre les enfants au monde‚ cette maternité ne semble pas aller de soi pour les praticiens des XVIe et XVIIe siècles. Alors que‚ comme l’a montré Évelyne Berriot-Salvadore‚ le rôle de la femme dans la procréation commence à être accepté à cette époque‚ l’idée d’une femme valorisée pour sa fonction reproductrice‚ et essentiellement définie par cette maternité‚ ne va pas encore de soi37. Derrière ces obstacles à une grossesse heureuse se cachent finalement les défauts communs au sexe féminin. C’est à se demander si la femme est faite pour porter des enfants. Les traités médicaux contribuent à forger une définition essentialisante d’un féminin problématique‚ et parfois presque contradictoire avec ce qui est pourtant perçu comme un destin biologique : la maternité. Les traités médicaux mettent en scène un rapport d’autorité très fort entre les femmes enceintes et les praticiens. Mais leur discours‚ s’il se manifeste par l’incrimination intense des femmes enceintes suspectées d’être à l’origine de leur avortement‚ volontaire ou non‚ a aussi pour but d’asseoir la légitimité et l’irréprochabilité des auteurs‚ qui ne sont pas au-delà de tout soupçon.

Notes

1 Le terme fausse-couche est présent dans la littérature médicale seulement à partir du milieu du XVIIe siècle‚ mais reste assez rare.

2 C’est le cas notamment de l’ouvrage de Jean Liébault‚ Trois Livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes‚ publié en 1582 en latin‚ mais traduit en français et republié la même année.

3 Yvonne Knibielher‚ Catherine Fouquet‚ La Femme et les médecins, Analyse historique‚ Paris‚ Hachette‚ 1983.

4 Évelyne Berriot-Salvadore‚ Un Corps, un Destin, la femme dans la médecine de la Renaissance‚ Paris‚ H. Champion‚ 1993.

5 Lianne McTavish‚ Childbirth and The Display of Authority in Early Modern France‚ [La Naissance et la démonstration de l’autorité en France aux XVIe et XVIIe siècles]‚ Londres‚ Ashgate‚ 2005.

6 On peut tout de même citer les travaux de John M. Riddle‚ Angus McLaren ou encore du juriste John Noonan (voir la bibliographie générale).

7 Jean Liébault‚ Trois Livres appartenans aux infirmitez et maladies des femmes‚ Lyon‚ J. Veyrat‚ 1597‚ p. 822.

8 François Mauriceau‚ Traité des maladies des femmes grosses et celles qui sont nouvellement accouchées‚ Paris‚ chez l’auteur‚ 1675‚ p. 184.

9 Ibid.‚ p. 818-819.

10 Philippe Peu‚ La Pratique des accouchements‚ Paris‚ J. Boudot‚ 1694‚ p. 103.

11 C’est par exemple le cas de Jacques Guillemau‚ De l’heureux Accouchement des femmes‚ Paris‚ N. Buon‚ 1609‚ p. 41 ou encore d’Henri-Emmanuel Meurisse‚ L’Art de saigner, accommodé aux principes de la circulation du sang‚ Paris‚ L. d’Houry‚ 1686‚ p. 68-73.

12 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 88-94.

13 Ambroise Paré‚ De la Génération de l’homme recueilli des anciens et des modernes‚ 1573‚ dans Œuvres complètes‚ Paris‚ J.-F. Malgaigne‚ 1840-1841‚ t. II p. 714-715.

14 J. Liébault‚ Trois Livresop. cit.‚ p. 812.

15 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 90.

16 Gédéon Tallemant des Réaux‚ Historiettes‚ Paris‚ Gallimard‚ 1961‚ t. II‚ p. 220.

17 D’après le Dictionnaire de l’Académie française il s’agit d’une « sorte de jeu qu’on joue sur le tric trac avec les mêmes pièces » ‚ Dictionnaire de l’Académie françoise‚ Paris‚ J. B. Coignard‚ 1694‚ p. 302.

18 A. Paré‚ De la Générationop. cit.‚ p. 714.

19 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 90.

20 Jacques Guillemeau‚ De la Grossesse et de l’accouchement des femmes, du gouvernement d’icelles, et moyen de survenir aux accidens qui leur arrive‚ Paris‚ A. Pacard‚ 1620‚ p. 37.

21 Fr. Mauriceau‚ Traité des maladiesop. cit.‚ p. 114.

22 Ibid.‚ p. 116.

23 François Rousset‚ Traitte nouveau de l’hysterotokotomie, ou enfantement cesarien‚ Paris‚ D. Duval‚ 1581‚ p. 192.

24 Paul Portal‚ La Pratique des accouchements, soutenue d’un grand nombre d’observations‚ Paris‚ G. Martin‚ 1685‚ p. 169-171.

25 L’avortement est assimilé à un homicide. Aucun texte de loi ne mentionne pourtant cette pratique explicitement en France‚ mais des praticiens et praticiennes sont régulièrement condamnés pour ce crime. Les autorités ecclésiastiques sont plus explicites sur ce sujet puisqu’une bulle de Grégoire XV de 1591 condamne à mort ceux qui provoquent l’avortement d’un fœtus de plus de 40 jours. Voir à ce sujet l’ouvrage de John Noonan‚ Contraception et mariage : évolution ou contradiction dans la pensée chrétienne ? trad. Marcelle Jossua‚ Paris‚ Éditions du Cerf‚ 1969.

26 Sur ce sujet‚ voir l’article de Cathy McClive‚ « The Hidden Truth of the Belly : The uncertainties of Pregnancy in Early Modern Europe » [Les secrets du ventre : les incertitudes de la grossesse dans l’Europe de la première modernité]‚ Social History of Medicine‚ vol. 15‚ n° 2‚ 2002‚ p. 209-227.

27 Charles de Barbeyrac‚ Traités nouveaux de médecine, contenant les maladies de la poitrine, les maladies des femmes, et quelques autres maladies particulières. Selon les nouvelles opinions‚ Lyon‚ J. Certe‚ 1684‚ p. 210-211.

28 Côme Viardel‚ Observations sur la pratique des accouchements naturels contre nature et monstreux‚ Paris‚ J. d’Houry‚ 1674‚ Chap. IX‚ p. 97-99.

29 Jean Varendée‚ Traité des maladies des femmes‚ Paris‚ R. de Ninville‚ 1666‚ p. 386.

30 Henri-Emmanuel Meurisse‚ L’Art de saigner, accommodé aux principes de la circulation du sang‚ Paris‚ L. d’Houry‚ 1686‚ p. 77.

31 Louis de Serres‚ Discours de la Naturecauses, signes et curation des empeschemens de la conception et stérilité des femmes‚ Lyon‚ A. Chard‚ 1625‚ p. 218.

32 Louise Bourgeois‚ Observations diverses sur la stérilité, perte de fruict, foecondité, accouchements et maladies des femmes, et enfans nouveaux naiz‚ Paris‚ A. Saugrain‚ 1617‚ p. 205.

33 J. Gélis‚ La Sage femme ou le médecinop. cit. ; L. McTavish‚ Childbirth…op. cit.

34 Ph. Peu‚ La Pratiqueop. cit.‚ p. 94.

35 Fr. Mauriceau‚ Traité des maladiesop. cit.‚ p. 186.

36 Dès la fin du XVIIe siècle‚ sous la plume de Pierre Bayle‚ par exemple. Voir notamment l’article « Guy Patin » du Dictionnaire historique et critique‚ Amsterdam‚ P. Brunel‚ 1740 [5e édition]‚ t. 3‚ p. 612-620. Voir également l’article « Avortement » [dans] Fortunato De Felice‚ Code de l’humanité ou la législation universelle, naturelle, civile et politique‚ Yverdon‚ De Felice‚ 1778‚ t. 1‚ p. 695-700.

37 É. Berriot-Salvadore‚ Un corps, un destinop. cit.‚ III‚ 1‚ p. 113-120.

Auteur

GRHis, Université de Rouen

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search