Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Partie I. L’art d’être sage-femme

« Comment meraleresse se doit contenir en ladite science » Le statut de sage-femme à Amiens à la fin du Moyen Âge

Julie Pilorget

Texte intégral

  • 1 Simon de Hesdin‚ Traduction de Valère Maxime‚ Lyon‚ M. Husz‚ 1485‚ fol. 186 a. De fait‚ l’emploi du (...)

1Simon de Hesdin‚ religieux de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem et traducteur français originaire de Picardie‚ nous livre en 1485 cette définition : « Sage femme a Paris est dicte la femme qui reçoit les enfans‚ quant les femmes travaillent‚ et en nostre pays on la nomme mere aleresse‚ pour ce que elle va par tout de maison en maison »1.

  • 2 À cet égard‚ notre propos concernera ici essentiellement le milieu urbain et laissera de côté la qu (...)
  • 3 Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie‚ Paris‚ Fayard‚ 1988‚ (...)
  • 4 Archives Municipales d’Amiens (AMA)‚ registre BB 8 fol. 137 v° (1458).
  • 5 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).

2De fait‚ dans les derniers siècles du Moyen Âge‚ le nombre de sages-femmes expertes devant venir en aide aux habitantes en couches se multiplie dans les villes du nord de l’Europe2. Comme le rappelle Jacques Gélis dans son ouvrage La Sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie‚ « le moment et le lieu où commence à exercer l’accoucheuse publique ne sont pas fortuits »3 : ce phénomène traduit alors de nouvelles préoccupations‚ notamment celle de la « naissance de l’individu » ainsi que le refus de la fatalité face aux malheurs du temps. Assurément‚ l’enfantement demeure souvent laborieux à cette époque et une aide efficace apparaît nécessaire à la femme en couches. Pour pallier les dangers menaçant alors la mère et l’enfant‚ les municipalités mettent progressivement en place un système visant à « aydier les bonnes proeude-femmes et demoiselles de ladite ville de leurs enfans en travail »4. Pour autant‚ l’acte n’en reste pas moins délicat et les sources précisent à chaque nouvelle sage-femme qu’elle devra « recevoir [les] enfans bien et lealement a son povoir »5.

  • 6 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

3Ainsi‚ Amiens‚ capitale régionale dynamique à la fin du Moyen Âge‚ nous livre à ce sujet de nombreux exemples concernant le XVe siècle. Les « meraleresses » constituent alors un corps professionnel à part entière‚ dont l’exercice‚ contenu dans le cadre de l’intérêt public‚ est encadré par les échevins. La richesse des archives amiénoises permet de pallier en partie les difficultés et écueils inhérents à la documentation. Les registres de la municipalité font ainsi mention de sept sages-femmes assermentées par la ville entre 1420 et 1520. Notons cependant que ces mentions se raréfient pour la fin de la période et que l’on ne relève au début du XVIe siècle qu’un extrait évoquant deux « matrones »6. La disparition de l’appellation « meraleresse » au profit du terme de « matrone » ‚ terme plus péjoratif désignant une femme d’âge mûr aidant les plus jeunes à accoucher‚ doit être interrogée. Rappelons que notre propos se situe ici à un moment charnière. Alors que la présence de « sages-femmes expertes » se multiplie dans les milieux urbains à la fin du Moyen Âge‚ l’apparition progressive de règlements et statuts encadrant leur profession à partir de la fin du XVe et tout au long du XVIe siècle assujettit très vite les accoucheuses au pouvoir médical. Les sages-femmes sont tenues de se regrouper en corporations sous le contrôle des chirurgiens et‚ progressivement‚ la présence de ces hommes est acceptée‚ puis requise‚ aux côtés des parturientes. Les deux derniers siècles du Moyen Âge constituent donc un court moment pendant lequel les accoucheuses‚ bénéficiant encore du mystère qui entoure leur « science » – ainsi que l’indiquent les archives amiénoises – ‚ jouissent d’une liberté notable se doublant d’une réelle reconnaissance de la part des autorités municipales en place.

4De ce fait‚ il s’agira de voir dans quelle mesure la réglementation de la ville‚ dont la politique vise à apporter aux Amiénoises une aide à l’accouchement suffisante et efficace‚ encourage la professionnalisation du métier de sage-femme dans les derniers siècles du Moyen Âge.

5Partant du souci manifesté par la municipalité d’apporter aux « femmes enchaintes et leurs enfant » la garantie d’une assistance médicale efficace‚ nous détaillerons dans un premier temps la pratique de ces femmes et les attentes formulées par les échevins à leur encontre. Dans un second temps‚ nous nous pencherons sur la reconnaissance et les privilèges accordés en retour à ces sages-femmes. Enfin‚ nous interrogerons le partage des sciences obstétricales et médicales entre « meraleresses » ‚ « barbiers » et « cirurgiens » à l’aube des Temps modernes.

« Visiter les femmes enchaintes et recevoir leurs enfans » : la garantie d’une assistance médicale efficace

  • 7 Didier Bayard‚ « Amiens » ‚ Revue archéologique de Picardie‚ n° spécial 16‚ 1999‚ p. 203.
  • 8 Voir à ce propos les considérations de David Herlihy dans son article « Life Expectancies for Women (...)
  • 9 Annie Saunier‚ « Le visiteur‚ les femmes et les “obstetrices” des paroisses de l’archidiaconé de Jo (...)
  • 10 Ibid.‚ p. 49.
  • 11 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445).
  • 12 La banlieue d’Amiens est identifiée avec la prévôté royale (voir procès-verbaux de visite de 1412‚ (...)

6Il convient dans un premier temps de revenir sur l’implantation de ces sages-femmes dans le milieu urbain amiénois‚ en insistant sur le cadre géographique et démographique dans lequel s’insère leur exercice. Malgré les affres de la guerre de Cent Ans‚ Amiens représente une capitale régionale dynamique à la fin du Moyen Âge. Sa population s’élève au XVe siècle aux environs de 20000 habitants7‚ parmi lesquels il faut compter a minima une moitié de femmes‚ dont toutes ne sont pas en âge de procréer (de 15 à 49 ans). Plusieurs chercheurs soutiennent en effet la thèse selon laquelle le ratio hommes/femmes dans les sociétés urbaines médiévales du nord de l’Europe aurait été favorable à ces dernières puisque les études donnent un ratio de 100 femmes présentes pour 85 à 90 hommes seulement en moyenne8. Il apparaît alors clairement ici‚ avec sept sages-femmes mentionnées pour la période 1420-1520‚ que nous sommes loin des estimations données par Annie Saunier concernant l’archidiaconé de Josas au XVe siècle. Situé au sud-ouest de Paris‚ il est visité entre 1458 et 1470 par Jean Mouchard‚ originaire du diocèse d’Amiens. D’après les relevés effectués par le clerc‚ il y aurait alors en moyenne dans ce diocèse une ventrière pour quatre-vingts à cent femmes9. Or avec une moyenne de 5000 feux à Amiens pour la seconde moitié du XVe siècle et quatre sages-femmes mentionnées pour cette période‚ le ratio ne serait que d’une sage-femme pour en moyenne 1000 à 1250 femmes. Il reste que l’archidiaconé de Josas se situe en milieu rural et non urbain : l’historienne relève par ailleurs une très faible mobilité des sages-femmes de paroisse à paroisse10. À l’inverse‚ il est demandé parfois aux accoucheuses amiénoises de parcourir plusieurs kilomètres pour venir en aide à une femme en couches ou secourir un nouveau-né. Ainsi‚ en 1445‚ « ordonnance » est donnée par les échevins d’Amiens à une sage-femme d’« alé auprez de lostel du Solleil es fauzbour »11 secourir un enfant abandonné. Or la banlieue d’Amiens s’étend alors jusqu’à plus de cinq kilomètres autour des murailles de la ville12‚ ce qui représente un parcours somme toute important à effectuer pour une femme seule‚ parfois en plein milieu de la nuit si cela est nécessaire.

  • 13 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431) et AMA‚ BB 8 fol. 137 v° (1458).
  • 14 Jehanne de Laborde : BB 4 fol. 3 r° (1431) ; CC 33 fol. 39 r° (1445) ; BB 8 fol. 137 v° (1458).
  • 15 Il s’agit en 1467 d’Emmeline Le Hardi (AA 6 fol. 147) et de Mahieue‚ femme d’Henri Salvoi (AA 6 fol (...)
  • 16 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

7Précisons désormais l’identité de ces femmes. La première occurrence du terme « meraleresse » est relevée dans les archives amiénoises en 1431 à propos d’une certaine Jehanne de Laborde mariée à Jean Delaborde‚ sergent à guet‚ et « chargiée » alors « de trois petis enfans »13. Cette femme‚ mentionnée à quatre reprises dans les archives municipales‚ semble rester en exercice au moins jusqu’en 1458‚ date à laquelle elle est identifiée pour la dernière fois14. C’est là la seule identification que nous possédions pour la première moitié du XVe siècle. Quatre sages-femmes s’illustrent quant à elles pendant la seconde moitié de ce siècle‚ mais nous ne disposons pour chacune que d’une seule mention15. Enfin‚ deux « matrones » sont mentionnées au début du XVIe siècle‚ « Maroye Le Blond et Jehenne Lengles » ‚ dites « matrones de ceste ville » ‚ que l’on somme de visiter au Beffroi une prisonnière nouvellement accouchée16.

  • 17 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431).
  • 18 Ernest Wickersheimer‚ Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge‚ Paris‚ Champio (...)

8Ces femmes sont chargées de visiter toutes les habitantes de la ville d’Amiens‚ bourgeoises et pauvres femmes. Ainsi‚ quand elle prête serment en 1431‚ Jehanne de Laborde est « mandée devers les bourgoises et habitantes d’Amiens quant elles en ont mestier »17‚ quel que soit leur statut. Maroye Le Blond et Jehenne Lengles rendent d’ailleurs visite à une criminelle en 1514. Notons cependant que les sages-femmes pouvaient être particulièrement attachées à certaines populations‚ notamment la noblesse. Ainsi‚ Jeanne La Goutière‚ sage-femme parisienne‚ assiste personnellement la duchesse d’Orléans dans ses couches à Amiens en 139618. Mais cet exemple reste‚ on l’aura compris‚ exceptionnel. Les sages-femmes établies par la ville‚ se doivent de porter secours à toute femme en couches‚ quel que soit son statut social.

  • 19 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476) : « Marie de la Beuvriere femme jadis de feu Jehan le cazon meraleress (...)

9Les informations concernant l’action quotidienne de ces femmes n’abondent pas. Cependant‚ en recoupant les diverses sources municipales (sources comptables‚ délibérations de l’échevinage‚ etc.) avec les sources littéraires de l’époque‚ il est possible d’appréhender les attentes de la municipalité et d’entrevoir les tâches confiées à ces femmes. Il convient tout d’abord de noter que leur fonction ne se limite pas au seul moment de l’accouchement mais va bien au-delà‚ des conseils apportés en amont pendant la grossesse jusqu’aux relevailles. Avant l’accouchement‚ la ville les somme de « veoir et visitez‚ les femmes enchaintes »19 aussi régulièrement que possible. Ces visites sont‚ sans nul doute‚ l’occasion de conseiller les femmes quant au régime alimentaire à suivre‚ aux vêtements adaptés à porter et‚ pour les plus riches‚ aux modifications du rythme de vie à adopter. Les sages-femmes peuvent même être amenées à prendre en charge l’enfant après la naissance si les conditions l’exigent.

  • 20 Ibid.
  • 21 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445) : « A Jehanne de Laborde meraleresse paié iiii sous parisis que messei (...)

10Concernant le moment même de l’accouchement‚ on demande à la sage-femme de « recevoir [les] enfans bien et lealement a son povoir »20. Comme l’indique la citation empruntée à Simon de Hesdin en introduction‚ l’accouchement se passe – très majoritairement encore – à domicile. La maison est préparée pour l’occasion‚ des draps sont tendus dans la pièce principale où doit également se trouver la cheminée servant à chauffer l’eau devant soulager la mère et laver l’enfant21. Des objets peuvent également être disposés dans les pièces afin de protéger les parturientes contre la maladie : on pense notamment aux médailles représentant la Vierge ou sainte Marguerite‚ reconnues pour leurs pouvoirs thaumaturgiques.

  • 22 Voir les statuts synodaux d’Eudes de Sully (1204) dans Louis Guizard‚ Recherches sur le texte des s (...)
  • 23 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445).
  • 24 Patrice Beck‚ « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècles) » ‚ dans Genèse médiéva (...)
  • 25 Cet ostracisme se manifeste alors par l’exclusion du cimetière paroissial‚ ainsi que le stipulent d (...)
  • 26 Didier Lett‚ « Faire le deuil d’un enfant mort sans baptême au Moyen Âge : la naissance du limbe po (...)
  • 27 Jacques Gélis‚ Les Enfants des Limbes. Morts-nés et parents dans l’Europe chrétienne‚ Paris‚ Audibe (...)
  • 28 Kathryn Taglia‚ « Delivering a Christian Identity : Midwives in Northern Synodal Legislation‚ c. 12 (...)

11Dans le cas d’un accouchement difficile‚ l’essentiel est de sauver l’enfant‚ parfois au prix de la mère‚ afin de lui octroyer le baptême devant l’admettre dans la communauté des croyants. Depuis le XIIIe siècle‚ il est admis que les fidèles doivent savoir baptiser un enfant en cas de nécessité22. Le cas se présente pour une sage-femme à Amiens en 1445‚ mais suite à un abandon‚ et non à l’occasion d’un accouchement. En effet‚ les échevins récompensent Jehanne de Laborde pour s’être rendue « auprez de lostel du Solleil » prendre un « joinne enffant nouveau né que illecq estoit tout nu laissié par aucune personne quil y avoit apporte secreptement et pour avoir porte le dit enffant baptizier [aux] sains fons de baptesme et le fait nommer sur fons comme il est acoustumé faire aux enffans nouvellement baptiszier et levez »23. La souillure originelle étant transmise à l’enfant par ses parents à titre héréditaire‚ sans le baptême et l’attribution du nom qui en est un point essentiel24‚ le nouveau-né ne peut être sauvé ni faire partie de la société des hommes25. La doctrine de saint Augustin‚ qui impose la nécessité du baptême comme condition du salut‚ a toujours été réaffirmée. Aux XIIIe et XIVe siècles‚ l’Église tente cependant d’assouplir ces enseignements et d’adoucir le sort des enfants morts sans baptême en créant pour eux un lieu intermédiaire‚ les limbes26. C’est également au cours de cette période qu’apparaissent les sanctuaires à répit devant rendre temporairement la vie à un enfant mort-né de façon à ce que l’on ait le temps de le baptiser27. Ces sanctuaires montrent l’importance que prend alors l’octroi du baptême aux nouveaux-nés. Aussi l’Église veut-elle s’assurer des connaissances des sages-femmes à propos du baptême et de leur orthodoxie religieuse : dès la première moitié du XIIIe siècle‚ les statuts synodaux livrent des directives très précises à ce sujet. Il est dit que l’évêque peut interroger les sages-femmes lors de ses visites‚ afin de s’assurer qu’elles savent bien les formules exactes. Dans le cas contraire‚ il doit leur apprendre le rituel28. Cependant‚ très vite‚ les craintes de l’Église vont se cristalliser autour de cette question et fournir prétexte au développement de toute une propagande accusant les sages-femmes de mêler médecine et pratiques magico-religieuses‚ comme nous le verrons par la suite.

  • 29 Augustin Thierry‚ Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers-État‚ Paris‚ F. Didot‚ 1850- (...)
  • 30 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).
  • 31 « Si uns hom dit que sa femme soit grosse et ele le nie‚ il est bien que l’en elise la maison à un (...)
  • 32 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

12Si l’on revient au cas de l’orphelin secouru à l’hôtel du Soleil‚ il est dit qu’après l’octroi du baptême‚ la sage-femme le porta depuis les « sains fons » jusqu’à « l’ostel dieu ». À Montreuil-sur-Mer‚ non loin d’Amiens‚ on nommait également « meres-aleresses » les femmes chargées de nourrir et de soigner des orphelins dont la tutelle‚ comme dans la plupart des villes du Nord‚ appartenait à l’échevinage29. Les sages-femmes endossent ainsi avant l’heure le rôle d’« assistante sociale ». Alors qu’elle prête serment devant l’échevinage à son entrée en fonction‚ on rappelle à Marie de la Beuvrière que si « elle savoit en quelque manière que aucun grief ou meschief feust advenu es dits enfants‚ elle le fera savoir a justice »30. En effet‚ depuis longtemps déjà les sages-femmes sont requises comme expertes en justice. Ainsi‚ dans le Livre de jostice et de plet‚ parfois attribué au père de Philippe de Beaumanoir‚ trois sages-femmes sont appelées pour examiner une jeune mariée accusée par son mari d’être enceinte31. De même‚ en 1514‚ à Amiens‚ « Maroye le Blond et Jehenne Lengles matrones de ceste ville [reçoivent] la somme de x s. que mesdis seigneurs ont ordonné leurs estre payée pour avoir este de leur charge ou beffroy d’Amiens veire et visiter une femme nommé Jehennette y estant prisonnière que on disoit estre nouvelle acouchée […] »32.

13Il apparaît donc que ces femmes endossent un rôle social de première importance‚ œuvrant pour le bien et profit de la ville. Mais comment les municipalités s’attachent-elles leurs services ? Peut-on véritablement parler de « sages-femmes pensionnées » pour Amiens à la fin du Moyen Âge ?

« Pour [leur] paine et travail » : reconnaissance et privilèges accordés aux sages-femmes en milieu urbain

  • 33 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).
  • 34 AMA‚ AA 6 fol. 147 r° (1467).
  • 35 D’après le Dictionnaire de Frédéric Godefroy‚ le terme de « science » se rapporte alors à un savoir (...)
  • 36 Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le médecinop. cit.‚ p. 25.

14Si‚ à partir du XVe siècle‚ l’entrée en fonction de ces femmes s’officialise à Amiens comme dans les autres villes du nord de la France‚ la municipalité ne semble pas prendre véritablement part à l’évaluation des candidates. Chaque postulante fait serment devant les échevins de faire « bien et lealement son devoir [de] visitez‚ les femmes enchaintes »33‚ mais les sources précisent qu’elles sont avant tout « receue[s] a estre meraleresse par la relacion de plusieurs femmes qui savent comment meraleresse se doivent contenir en ladite science […] »34. Ces propos montrent combien les connaissances de ces femmes restent un mystère pour l’autre sexe‚ bien que ce savoir soit considéré comme une véritable « science »35. Il arrive dans les municipalités voisines qu’une enquête préalable soit réalisée auprès des femmes ayant eu recours à l’aide de la candidate pour accoucher – c’est le cas à Lille notamment36 – ou qu’un jury particulier soit constitué pour l’occasion.

  • 37 Les archives de Dunkerque nous rapportent que dès la seconde moitié du XIVe siècle‚ il y avait en c (...)

15Par ailleurs‚ aucune rétribution fixe ne semble être instaurée au cours de la période par la municipalité amiénoise. Pour cette raison‚ nous nous refusons ici à utiliser l’expression de « sages-femmes pensionnées » pour qualifier les femmes qui nous occupent37. Les meraleresses doivent alors compter sur les paiements effectués par les parturientes‚ si bien que les femmes les moins fortunées ne peuvent s’attendre qu’à une assistance médiocre. Cependant‚ les femmes dont il est question dans nos archives peuvent compter sur les deniers de la ville quand cette dernière fait directement appel à leurs services et la municipalité sait leur faire profiter de nombreux avantages compensant‚ semble-t-il‚ l’absence d’une pension.

16De fait‚ bien que nous disposions de peu de renseignements concernant les modalités d’élection et de rétribution des sages-femmes amiénoises‚ nous bénéficions au travers de la figure de Jehanne de Laborde d’un très bel exemple concernant la trajectoire d’une praticienne méconnue. La ville accorde en effet à cette dernière de nombreux privilèges en signe de reconnaissance pour la maîtrise et l’exercice de son art. Jehanne obtient tout d’abord en 1431 un congé pour son mari afin qu’il garde les enfants les nuits où celle-ci vient en aide aux femmes en couches. Il est dit :

  • 38 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431).

Veu la suplicacion de Jehenne de Laborde meraleresse disoit que elle est chargiée de trois petis enfans quelle laisse par nuit quant elle [est] mandée devers les bourgoises et habitantes d’Amiens quant elles en ont mestier‚ en la garde de son mary qui est feble ouvrier […] et maintenant on le contrainst a aller au guet et fossez dicelle ville‚ les dis enfans demourant sans garde dont pluseurs inconveniens se poevent ensuivre‚ mesdis seigneurs ont est [d’accord] que ledicte supliante et son dit mary seront quictée dudit guet.38

17En 1458‚ une requête est également adressée à la ville par

  • 39 Paule Roy‚ Chroniques des rues d’Amiens‚ Amiens‚ C.R.D.P.‚ 1980‚ 10 vol.‚ t. III‚ p. 67.

Jehan Delaborde […] et Jehanne sa femme [pour] que MMgrs leur livraissent une petite maison à eulz appartenant d’emprez les Maisiaux‚ pour y demourer leur vie‚ considéré que ladite Jeanne‚ qui estoit meraleresse des xl ans avoit‚ s’estoit employée à aydier les bonnes proeude-femmes et demoiselles de ladite ville à leurs enfans en travail.39

Leur demande fut à nouveau acceptée.

  • 40 Albéric de Calonne‚ La VIe municipale au XVe siècle dans le nord de la France‚ Paris‚ Didier‚ 1880‚ (...)

18Enfin‚ une pièce non datée extraite d’un registre des comptes de l’échevinage d’Amiens nous apprend également que Jehanne reçoit durant son exercice « pour elle et pour son mari chacun trois aunes de drap‚ du drap de la Toussaint »40.

19Dans d’autres cas‚ les sages-femmes peuvent être exonérées d’impôts ou approvisionnées en bois de chauffage. Quoi qu’il en soit‚ l’exemple de Jehanne de Laborde‚ dont les privilèges sont étendus à l’ensemble de sa famille‚ témoigne de la reconnaissance accordée à ces femmes par la municipalité. Il est admis qu’elles seules détiennent les connaissances requises. Par conséquent‚ nous pouvons nous interroger sur leur coexistence avec les représentants masculins du savoir médical.

Meraleresses‚ barbiers et chirurgiens : débats autour du partage des sciences obstétricales et médicales

  • 41 Des extraits des comptes de recette et de dépense de la ville d’Amiens de 1387-1388 évoquent ainsi‚ (...)
  • 42 On notera que la pratique de la césarienne reste alors à la discrétion des familles.
  • 43 Voir J. Paul Pundel‚ Histoire de l’opération césarienne‚ Bruxelles‚ Presses académiques européennes (...)
  • 44 AMA‚ CC 92 fol. 136 v° (1515) : « A Jehenne de Goix‚ vesve de feu Colart Baude‚ en son vivant barbi (...)

20Il s’agit de définir l’étendue de l’activité des sages-femmes face à une concurrence et une méfiance déjà grandissantes à leur égard. Rappelons en premier lieu qu’à la différence des chirurgiens-barbiers‚ les sages-femmes ne sont pas organisées en corporation à Amiens et que leur profession ne fait l’objet d’aucune réglementation dont nous ayons conservé la trace41. Toutefois‚ on peut croire que les deux professions ne sont pas si étrangères l’une à l’autre que cela. On peut supposer tout d’abord que les sages-femmes apprennent ou perfectionnent leur savoir sous l’égide de chirurgiens. Il peut être nécessaire pour elles de posséder quelques rudiments en matière d’incision‚ notamment dans les cas d’accouchements difficiles suscitant en extrême recours une césarienne42. Cependant‚ l’on ne pratique encore‚ semble-t-il‚ que des césariennes post-mortem‚ car même si l’on pense que la mère est condamnée‚ il est formellement interdit par l’Église de pratiquer une césarienne sur une femme encore vivante43. Par ailleurs‚ il arrive souvent‚ surtout en ville‚ que la fille ou l’épouse d’un chirurgien ou médecin se fasse sage-femme : elle reçoit des échos de la science masculine et‚ en retour‚ elle communique son expérience empirique aux hommes de son entourage. Mais‚ hélas‚ les sources laissent majoritairement ces femmes dans l’ombre. Si une femme de chirurgien peut apparaître‚ c’est en tant que veuve réglant la vente d’une pièce louée par le praticien afin de soigner les habitants de la ville44. Rien qui ne nous indique si cette femme a poursuivi pendant un temps l’activité de son mari ou si elle est venue en aide aux habitantes en couches…

  • 45 Ernest Wickersheimer‚ Commentaires de la Faculté de médecine de l’université de Paris (1395-1516)(...)
  • 46 Liste des diverses occurrences du terme de « barbière » dans les archives amiénoises : 1) dans l’ai (...)

21D’autre part‚ plusieurs femmes semblent exercer à Amiens le métier de barbière‚ qui consiste à « curer et guerir toutes manieres de cloux‚ de boces et plaies ouvertes »45. On rencontre en effet de nombreuses occurrences du terme de « barbière » : bien qu’elles ne renvoient pas toutes à l’exercice effectif du métier par une femme‚ ces occurrences laissent entendre qu’une pratique féminine existe bien46. Cependant‚ en 1444‚ on interdit à une Amiénoise d’exercer la profession de barbière parce qu’elle n’aurait pas été habilitée à le faire par les gardes du métier :

  • 47 AMA‚ BB 5 fol. 199 v° (1444).

Veue la suplication baillie par les eswars et compaignons barbiers de ladite ville […]. La femme de Jehan le Messier‚ carpentier‚ sentremettoit dicellui mestier […] qui nestoit point chose raisonnable et s’atribuoit a elle pluiseurs causes des autres barbiers deladite ville […]. Finablement mesdits seigneurs ont ordonné quil sera deffendu a ladite femme a certaines paines que elle ne se entremette plus dudit mestier de barbiere ne tiengne ouvroir.47

On note toutefois que ce n’est pas tant l’exercice du métier par une femme qui pose problème que le fait que cette dernière n’ait pas payé les droits pour son exercice.

  • 48 Didier Lett‚ L’Enfant des miracles‚ Paris‚ Aubier‚ 1997‚ p. 208.
  • 49 Julio Caro Baroja‚ Les Sorcières et leur monde‚ Paris‚ Gallimard‚ 1972‚ p. 112.
  • 50 Paris‚ BnF‚ ms. lat. 873‚ fol. 217 r° (fig. n° 19). Il ne s’agit pas ici de débattre de la teneur d (...)
  • 51 Yvonne Kniebiehler et Catherine Fouquet‚ La Femme et les médecins‚ Paris‚ Hachette‚ 1983‚ p. 58.

22Les accusations formulées comme celles-ci à l’encontre des femmes médecins‚ et des sages-femmes en particulier‚ se multiplient à la fin du Moyen Âge. Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer les craintes de l’Église face au « baptême par nécessité »48. Par ailleurs‚ les bulles pontificales qui organisent au XVe siècle la lutte contre la sorcellerie s’en prennent aux matrones. Pour ne retenir qu’un exemple‚ citons la bulle d’Innocent VIII Summis desiderantes affectibus (1483)‚ qui dénonce‚ parmi les actes des sorcières‚ leurs atteintes aux fonctions reproductrices et à la fertilité des hommes et des femmes49. Barbiers et chirurgiens voient également d’un mauvais œil le pouvoir octroyé à ces femmes : Henri de Mondeville‚ chirurgien des rois de France‚ leur reproche dès le XIVe siècle leur illettrisme50 ; Guy de Chauliac estime quant à lui‚ qu’il ne faut guère s’arrêter sur le travail de ces femmes51.

  • 52 AMA‚ CC 80 fol. 121 r° (1502).
  • 53 Danielle Jacquart‚ « La Morphologie du corps féminin selon les médecins de la fin du Moyen Âge » ‚ (...)

23Concernant Amiens‚ les sources nous laissent apparaître un partage de plus en plus complexe des savoirs. On notera qu’en 1502‚ ce sont « Jehan Machue et Martin Tassart‚ barbiers et cirurgiens demouran à Amiens » que l’on récompense de « viii s. [pour] avoir nagueres visite la feue femme de Nicolas de Boulongne‚ [pour] une blechure qu’elle avoit aupres de la mamelle »52. Or‚ comme nous l’avons vu‚ le rôle de l’accoucheuse dépassait souvent largement le domaine de l’obstétrique et l’on peut penser qu’il fut un temps où elle aurait pris en charge ce genre de cas. Mais au XVIe siècle‚ la science anatomique évolue et le regard porté sur le corps féminin change53 ; les hommes pénètrent progressivement dans la sphère des « maladies de femmes ».

24Enfin‚ on notera la disparition progressive du terme de « meraleresse » dans les registres et l’usage désormais du nom de « matrone » ‚ lequel semble souligner le caractère traditionnel mais non scientifique de l’activité des femmes qu’il désigne.

25Ainsi‚ la sage-femme reste‚ à l’aube du XVIe siècle‚ un personnage central dans l’assistance des femmes en couches. Les multiples exemples tirés des archives amiénoises témoignent du souci manifesté par la municipalité d’accorder une protection aux femmes face aux dangers de l’accouchement. Bien que le système instauré par les échevins n’atteigne pas les degrés extrêmes d’autres villes du nord de la France (sages-femmes pensionnées)‚ la municipalité reconnaît la dette qu’elle doit à ces femmes‚ comme l’illustre le personnage de Jehanne de Laborde. Il est attribué à ces dernières une véritable « science » et un « secret » dont elles sont les seules détentrices.

26Si l’accouchement reste jusqu’au XVIIIe siècle fermement associé à l’image de l’accoucheuse‚ un tournant intervient toutefois à partir du XVIe siècle. Le personnage de l’accoucheuse devient de plus en plus sujet à controverse. L’étendue de leur pouvoir gêne l’Église et les médecins. Concurrencés‚ ces derniers font peser les plus lourdes suspicions sur ces femmes. Notre propos a ainsi tenté d’illustrer cette parenthèse de liberté que constituent‚ pour les sages-femmes‚ les derniers siècles du Moyen Âge.

Notes

1 Simon de Hesdin‚ Traduction de Valère Maxime‚ Lyon‚ M. Husz‚ 1485‚ fol. 186 a. De fait‚ l’emploi du terme se circonscrit au Nord de la France et à l’espace flamand‚ mais se rapporterait d’après le dictionnaire étymologique de Walter von Wartburg‚ au latin alitrix‚ lui-même dérivé du verbe alere‚ qui signifie « nourrir ». Cf. Frédéric Godefroy‚ Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle‚ Paris‚ F. Vieweg libraire-éditeur‚ 1888 et Walter Von Wartburg‚ Französisches Etymologisches Wörterbuch [Dictionnaire étymologique et historique du français]‚ Bâle‚ R. G. Zbinden‚ 1981.

2 À cet égard‚ notre propos concernera ici essentiellement le milieu urbain et laissera de côté la question des accoucheuses en milieu rural‚ souvent considérées sous le patronyme de « matrones » ‚ dont on sait en comparaison peu de choses.

3 Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie‚ Paris‚ Fayard‚ 1988‚ p. 23.

4 Archives Municipales d’Amiens (AMA)‚ registre BB 8 fol. 137 v° (1458).

5 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).

6 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

7 Didier Bayard‚ « Amiens » ‚ Revue archéologique de Picardie‚ n° spécial 16‚ 1999‚ p. 203.

8 Voir à ce propos les considérations de David Herlihy dans son article « Life Expectancies for Women in Medieval Society » [Les Espérances de vie des femmes dans la société médiévale]‚ dans Rosemary T. Morewedge‚ The Role of Women in the Middle Ages [Le Rôle des femmes au Moyen Âge]‚ Albany‚ State University of New York Press‚ 1975‚ p. 1-22. Il livre les chiffres cités en se reportant notamment à l’étude de Pierre Desportes au sujet de la population rémoise au XVe siècle (Pierre Desportes‚ « La population de Reims au XVe siècle » ‚ Le Moyen Âge. Revue d’histoire et de philologie‚ n° 72‚ 1966‚ p. 463-509)‚ ainsi qu’à des études similaires menées pour les espaces suisses et allemands (Nuremberg en 1449). Judith Bennett et Maryanne Kowaleski avancent‚ elles‚ les chiffres de 75 à 90 hommes pour 100 femmes dans les villes de la fin du Moyen Âge‚ selon des estimations notamment appliquées au sud de l’Angleterre (voir Judith Bennett et Maryanne Kowaleski‚ « Crafts‚ Gilds‚ and Women in the Middle Ages : Fifty Years After Marian K. Dale » [Artisanat‚ Corporations et Femmes au Moyen Âge : 50 ans après Marian K. Dale]‚ Signs‚ vol. 14‚ n° 2‚ hiver 1989‚ p. 484‚ n. 29 et Maryanne Kowaleski‚ « The History of Urban Families in Medieval England » [L’histoire des familles urbaines dans l’Angleterre médiévale]‚ Journal of Medieval History‚ vol. 14‚ n° 1‚ 1998‚ p. 47-63).

9 Annie Saunier‚ « Le visiteur‚ les femmes et les “obstetrices” des paroisses de l’archidiaconé de Josas de 1458 à 1470 » ‚ Santé, médecine et assistance au Moyen Âge. 110e Congrès national des sociétés savantesMontpellier, 1985‚ Paris‚ CTHS‚ 1987‚ p. 45.

10 Ibid.‚ p. 49.

11 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445).

12 La banlieue d’Amiens est identifiée avec la prévôté royale (voir procès-verbaux de visite de 1412‚ 1461 et 1561‚ AMA‚ AA 1 fol. 269 r°‚ AA 5 fol. 329 r° et liasse DD 317).

13 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431) et AMA‚ BB 8 fol. 137 v° (1458).

14 Jehanne de Laborde : BB 4 fol. 3 r° (1431) ; CC 33 fol. 39 r° (1445) ; BB 8 fol. 137 v° (1458).

15 Il s’agit en 1467 d’Emmeline Le Hardi (AA 6 fol. 147) et de Mahieue‚ femme d’Henri Salvoi (AA 6 fol. 147 v°)‚ de Marie de la Beuvrière en 1476 (AA 6 fol. 199 v°) puis de Jehenne Papegay en 1479 (AA 6 fol. 225).

16 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

17 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431).

18 Ernest Wickersheimer‚ Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge‚ Paris‚ Champion‚ 1979‚ 3 vol. et Danielle Jacquart‚ Supplément au dictionnaire biographique‚ Paris‚ Champion‚ 1979‚ p. 33.

19 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476) : « Marie de la Beuvriere femme jadis de feu Jehan le cazon meraleresse a fait serement de faire en bien et lealement son devoir‚ de veoir et visitez‚ les femmes enchaintes et recevoir leurs enfans bien et lealement a son povoir […] ».

20 Ibid.

21 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445) : « A Jehanne de Laborde meraleresse paié iiii sous parisis que messeigneurs lui ont donne pour sa paine et traveil davoir par leur ordonnance ale auprez de lostel du Solleil es fauzbours prendre‚ lever‚ nettoier‚ laver et appointier ung joinne enffant nouveau né […] ».

22 Voir les statuts synodaux d’Eudes de Sully (1204) dans Louis Guizard‚ Recherches sur le texte des statuts synodaux d’Eudes de Sully, évêque de Paris (1196-1208)‚ Paris‚ C.N.R.S.‚ 1957.

23 AMA‚ CC 33 fol. 39 r° (1445).

24 Patrice Beck‚ « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècles) » ‚ dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne‚ t. IV : Discours anthroponymiques (VIe-XVIe siècles)‚ dir. Patrice Beck‚ Tours‚ Presses de l’Université de Tours‚ 1997‚ p. 21-161.

25 Cet ostracisme se manifeste alors par l’exclusion du cimetière paroissial‚ ainsi que le stipulent divers statuts synodaux.

26 Didier Lett‚ « Faire le deuil d’un enfant mort sans baptême au Moyen Âge : la naissance du limbe pour les enfants aux XIIe-XIIIe siècles » ‚ Devenir‚ vol. 7‚ n° 1‚ 1995‚ p. 101-112.

27 Jacques Gélis‚ Les Enfants des Limbes. Morts-nés et parents dans l’Europe chrétienne‚ Paris‚ Audibert‚ 2006.

28 Kathryn Taglia‚ « Delivering a Christian Identity : Midwives in Northern Synodal Legislation‚ c. 1200-1500 » [Délivrer une identité chrétienne : la place des sages-femmes dans la législation synodale du Nord‚ v. 1200-1500]‚ dans Religion and Medicine in the Middle Ages [Religion et médecine au Moyen Âge]‚ dir. Peter Biller et Joseph Ziegler‚ Woodbridge‚ York Medieval Press‚ p. 77-90.

29 Augustin Thierry‚ Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers-État‚ Paris‚ F. Didot‚ 1850-1870‚ 4 vol.‚ t. IV‚ p. 749.

30 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).

31 « Si uns hom dit que sa femme soit grosse et ele le nie‚ il est bien que l’en elise la maison à un preude femme‚ ou que la femme viengne illec ait trois ventrieres esprovées et l’eans qui l’esgarderont […] S’ele respont que elle est grosse‚ doit le prevos appeler les ventrieres selon ce que nous avons dit devant‚ et se totes les ventrieres disent qu’ele n’est pas grosse‚ l’on demande s’elle puet par ceste cause plaidiera son mari par aucion de tort fet‚ et je croi que oïl bien‚ se issi est que li mari la feist voer pour cause de faire le tort » (Edmond Dupouy‚ Le Moyen Âge médical‚ Paris‚ Meurillon‚ 1888‚ p. 18).

32 AMA‚ CC 91 fol. 151 v° (1514).

33 AMA‚ AA 6 fol. 199 v° (1476).

34 AMA‚ AA 6 fol. 147 r° (1467).

35 D’après le Dictionnaire de Frédéric Godefroy‚ le terme de « science » se rapporte alors à un savoir savant‚ expérimenté. Cf. Frédéric Godefroy‚ Dictionnaire…op. cit.‚ t. VII‚ 1892‚ art. « scient » ‚ p. 339.

36 Jacques Gélis‚ La Sage-femme ou le médecinop. cit.‚ p. 25.

37 Les archives de Dunkerque nous rapportent que dès la seconde moitié du XIVe siècle‚ il y avait en cette ville une sage-femme qui devait‚ moyennant un traitement annuel de 42 livres, accoucher toutes les femmes pauvres de la cité (Victor Derode, Histoire de Dunkerque, Lille, E. Reboux, 1852, p. 32)

38 AMA‚ BB 4 fol. 3 v° (1431).

39 Paule Roy‚ Chroniques des rues d’Amiens‚ Amiens‚ C.R.D.P.‚ 1980‚ 10 vol.‚ t. III‚ p. 67.

40 Albéric de Calonne‚ La VIe municipale au XVe siècle dans le nord de la France‚ Paris‚ Didier‚ 1880‚ p. 91.

41 Des extraits des comptes de recette et de dépense de la ville d’Amiens de 1387-1388 évoquent ainsi‚ à propos des gages payés « aux pensionnaires de la ville » ‚ la présence du « chirurgien de la ville » ‚ alors que rien de tel encore une fois ne peut être décelé pour les obstétriciennes (Augustin Thierry‚ Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers-Étatop. cit.‚ t. I‚ p. 741-751).

42 On notera que la pratique de la césarienne reste alors à la discrétion des familles.

43 Voir J. Paul Pundel‚ Histoire de l’opération césarienne‚ Bruxelles‚ Presses académiques européennes‚ 1969‚ ch. IX.

44 AMA‚ CC 92 fol. 136 v° (1515) : « A Jehenne de Goix‚ vesve de feu Colart Baude‚ en son vivant barbier et cirurgien de ladicte ville‚ lx sous […] pour le louage d’une chambre qu’il avoit tenue et occupée pour seigner les habitans d’icelle ville qui estoient malades de peste ».

45 Ernest Wickersheimer‚ Commentaires de la Faculté de médecine de l’université de Paris (1395-1516)‚ Paris‚ Collection de documents inédits sur l’histoire de France‚ 1915‚ p. 76-84. Au sujet des croyances erronées de certains chercheurs selon lesquels la plupart des femmes accusées de sorcellerie étaient des sages-femmes‚ voir également l’article de David Harley‚ « Historians as Demonologists : The Myth of the Midwife-Witch » [Des historiens démonologues : le mythe de la sage-femme/sorcière]‚ Social History of Medecine‚ vol. 3‚ n° 1‚ 1990‚ p. 1-26. Je tiens à remercier Alison Lingo pour cette référence.

46 Liste des diverses occurrences du terme de « barbière » dans les archives amiénoises : 1) dans l’aide de 1386‚ deux femmes chefs de feux sont désignées ainsi : Climence Le Barbière et Pierrotte Le Barbiere. 2) de nombreux exemples également dans les registres des comptes et des contrats passés devant la ville‚ de femmes portant de tels patronymes. 3) Il est également des veuves‚ femmes de barbiers‚ qui épousent en secondes noces à nouveau un barbier‚ voir FF 17 fol. 97 r° : « Comparurent en leurs personnes Philippe du Bos barbier et cirurgien et Marie de Dutoy sa femme paravant femme de feu Ernoul Le Vaasseur en son vivant aussi barbier ». Pour une analyse détaillée du système anthroponymique médiéval‚ voir notamment Monique Bourin‚ « Les difficultés d’une étude de la désignation des femmes » ‚ dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne‚ t. II : Persistances du nom unique‚ vol. 2 : Désignation et anthroponymie des femmes. Méthodes statistiques pour l’anthroponymie‚ dir. Monique Bourin‚ Pascal Chareille‚ Tours‚ Presses universitaires de Tours‚ 1992.

47 AMA‚ BB 5 fol. 199 v° (1444).

48 Didier Lett‚ L’Enfant des miracles‚ Paris‚ Aubier‚ 1997‚ p. 208.

49 Julio Caro Baroja‚ Les Sorcières et leur monde‚ Paris‚ Gallimard‚ 1972‚ p. 112.

50 Paris‚ BnF‚ ms. lat. 873‚ fol. 217 r° (fig. n° 19). Il ne s’agit pas ici de débattre de la teneur de ces accusations. S’il est vrai que la transmission de leur savoir paraît essentiellement avoir été de nature orale‚ on peut également supposer que certaines de ces sages-femmes ont eu connaissance des traductions des écrits de Trotula (Traité sur les maladies des femmes) circulant dans les environs de la région parisienne aux alentours du XIVe et du XVe siècle. L’écrit a été traduit ou abrégé en français‚ en vers et en prose.

51 Yvonne Kniebiehler et Catherine Fouquet‚ La Femme et les médecins‚ Paris‚ Hachette‚ 1983‚ p. 58.

52 AMA‚ CC 80 fol. 121 r° (1502).

53 Danielle Jacquart‚ « La Morphologie du corps féminin selon les médecins de la fin du Moyen Âge » ‚ dans La Science médicale occidentale entre deux renaissances (XIIe-XVe siècles)‚ dir. Danielle Jacquart‚ Aldershot‚ Variorum‚ 1997‚ p. 81-98.

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/10896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search