Version classiqueVersion mobile

Enfanter dans la France d’Ancien Régime

 | 
Laetitia Dion
, 
Adeline Gargam
, 
Nathalie Grande
, 
et al.

Préface

Jacques Gélis

Texte intégral

1Le thème retenu pour ce colloque est l’occasion de faire le point sur les acquis des recherches dans le domaine si riche de l’accouchement/ naissance‚ de suggérer comment les présents travaux peuvent être prolongés et de présenter de nouvelles orientations de recherches. Mais plutôt que de me livrer à un rappel des publications sur l’enfantement aux siècles modernes – ce qui au demeurant risquerait d’être un peu pesant – il m’a semblé préférable de proposer quelques réflexions personnelles sur l’évolution des conditions des couches depuis la Renaissance‚ en particulier sur les ruptures que l’on perçoit au cours de ce temps long. Par ailleurs‚ si l’évocation historique d’un événement aussi important que la naissance d’un enfant est digne d’intérêt‚ elle ne remplit vraiment son rôle qu’en résonance avec l’aujourd’hui des couches. Je voudrais donc montrer aussi en quoi le passé de l’accouchement concerne de nos jours les historiens mais aussi les praticiens de la naissance.

Donner du sens à une évolution

2On ne dira jamais trop l’importance de la séquence XVIe-XVIIIe siècle comme moment-clé de l’histoire de l’enfantement. Ces trois siècles voient en effet une modification des discours et des pratiques dont les conséquences se font sentir jusqu’à l’époque contemporaine. Il s’agit d’une remise en cause de l’accouchement tel qu’il était vécu de manière séculaire dans les sociétés occidentales. Le sens de l’évolution est désormais bien connu : la société de la naissance était alors exclusivement féminine et les hommes‚ y compris l’époux de la femme en couches‚ en étaient généralement exclus. De ce monde de femmes émergeait la figure de la matrone ; cette « femme qui aide » était certes accoucheuse mais aussi beaucoup plus que cela : la dépositaire d’une culture au féminin dans la société rurale traditionnelle‚ alors majoritairement représentée.

3C’est au cours de ces trois siècles qu’est planté le décor qui va conduire à la médicalisation des couches et à la subordination de fait des sages-femmes aux accoucheurs. À ce propos‚ il faut souligner le rôle essentiel joué par l’État qui‚ tout en mettant sur pied une politique qualifiée de « populationniste » et en invoquant la sécurité et le savoir‚ va favoriser l’émergence de l’homme-accoucheur.

4À la fin du XVIIe siècle‚ après avoir progressivement pris conscience que les crises de mortalité compromettent l’avenir du royaume‚ le gouvernement commence en effet à se donner les moyens de sauvegarder les populations‚ en particulier les mères et leurs enfants nouveau-nés‚ qui étaient jusqu’alors les victimes résignées d’une absence de secours. Cette politique interventionniste de l’État est illustrée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle par la « mission de Madame Du Coudray » ‚ dont l’objectif était d’assurer une meilleure formation aux accoucheuses du royaume‚ en remplaçant les matrones de routine‚ accusées des pires méfaits‚ par des sages-femmes averties. Ce que l’on veut désormais‚ ce sont des praticiennes capables de détecter les accouchements à risque et d’appeler rapidement un secours‚ puisque ce sont les campagnes‚ alors totalement démunies‚ qui sont visées par le projet. Or‚ c’est là une situation paradoxale ; le chirurgien rural n’ayant généralement aucune expérience de l’obstétrique‚ son intervention demeure longtemps très problématique.

5Cette séquence de trois siècles ne constitue pas un bloc. Le progrès‚ ce concept ambigu‚ n’épouse jamais la ligne droite ; il n’y a pas de « voie royale » de l’obstétrique‚ ni de la médecine d’ailleurs‚ mais des hypothèses‚ des tentatives tantôt judicieuses‚ parfois hasardeuses voire dangereuses. Et n’oublions pas qu’il a fallu dépasser le milieu du XIXe siècle pour que la mortalité en couches chute de manière significative‚ grâce à la régression des fièvres puerpérales avec la découverte‚ par Lister et Pasteur‚ de l’asepsie et de l’antisepsie‚ respectivement en 1865 et 1878. Rappelons également que la césarienne ne devient sûre qu’à partir des années 1860‚ parce que le médecin parvient enfin à vaincre la septicémie et à pratiquer la suture de la matrice.

6Il apparaît d’ailleurs qu’à des périodes de brusque évolution des pratiques‚ succèdent des temps d’incertitudes et d’évolutions lentes. Tentons une périodisation de ces séquences longues.

  • 1 Entre le monde des quartiers populaires de Paris et celui de la Cour royale‚ entre la prat (...)

71. C’est au cours de la seconde moitié du XVIe et au début du XVIIe siècle qu’un mouvement s’amorce. En France‚ la dramatique séquence des guerres de Religion suscite des interrogations à propos de la foi ; elle ébranle les antiques solidarités familiales et entraîne ce que l’accoucheuse Louise Bourgeois appelle « un reversis d’esprit » ‚ une manière de nommer cette mentalité nouvelle préparée en amont par le mouvement humaniste. Le doute s’insinue partout. Sur le plan médical‚ le timide renouveau que l’on commence à percevoir est à juste titre attribué à Ambroise Paré‚ parce qu’artisan de l’art de guérir‚ chirurgien de terrain‚ il est le premier à avoir une formation pratique dont les médecins‚ hommes de culture‚ sont généralement dépourvus. Et comme l’obstétrique est encore dans l’enfance et que la plupart des praticiens s’en désintéressent‚ il n’a pas de peine à faire reconnaître une certaine compétence‚ bien qu’au total il ait peu pratiqué les accouchements. D’autant plus que le contexte de diffusion de la connaissance change radicalement grâce aux progrès de l’imprimerie. Or‚ avec Paré‚ la crédibilité du témoignage est renforcée par une pratique‚ même si celle-ci demeure limitée‚ insistons-y. C’est le livre qui désormais assure la postérité intellectuelle de l’auteur et c’est en quelque sorte rétrospectivement que Paré apparaît sur ce point comme un précurseur. Jusqu’au début du XVIIe siècle‚ ce sont en effet quelques sages-femmes émérites qui illustrent les progrès de ce que l’on va bientôt appeler « l’art des accouchements » ; et si l’on veut personnifier cette séquence charnière‚ c’est bien le nom de Louise Bourgeois‚ cette sage-femme « entre deux mondes »1‚ qu’il faut mettre en exergue.

82. Une génération plus tard‚ en 1668‚ François Mauriceau publie à Paris son traité Des Maladies des femmes grosses et de celles qui sont nouvellement accouchées… considéré à juste titre comme le texte fondateur de l’obstétrique contemporaine. Il s’agit certes d’un ouvrage théorique qui‚ pour la première fois‚ dépasse tout ce que les Anciens avaient écrit sur la question‚ mais il est surtout le fruit de l’expérience d’un accoucheur réputé‚ dont la pratique s’est enrichie au cours d’un long exercice dans les quartiers du centre de la capitale. Une telle pénétration de l’homme accoucheur‚ principalement dans les milieux aisés‚ est révélatrice des changements qui s’opèrent alors dans la société. Cette évolution va d’ailleurs être favorisée par l’exemple royal. Rappelons en effet que‚ quelques années plus tard‚ Louis XIV va faire appel à un accoucheur pour les couches de sa maîtresse‚ Louise de La Vallière. Il s’agit là d’un fait tout à fait marginal‚ qui fut pourtant la principale raison invoquée pendant longtemps par les historiens de l’obstétrique pour justifier le passage à l’accoucheur. Le modèle royal avait une telle résonance dans les milieux de la Cour et de la haute bourgeoisie urbaine qu’il contribua indiscutablement à l’acceptation de l’accoucheur.

9Cette arrivée du chirurgien-accoucheur sur la scène de l’accouchement ne peut se comprendre que si l’on sait que‚ dans le même temps‚ le discrédit est jeté sur les accoucheuses à la suite de l’affaire des Poisons. C’est là le début d’une campagne de dénigrement des sages-femmes qui va se poursuivre et se renforcer même tout au long du XVIIIe siècle.

  • 2 André Vésale‚ De humani corporis fabrica‚ Bâle‚ J. Oporin‚ 1543.

103. Mais si l’on veut pleinement comprendre ce qui s’est joué en quelques générations‚ il faut tenir compte surtout des arrière-plans scientifiques et culturels. L’intérêt que l’on porte maintenant au petit de l’homme s’avère en effet déterminant. On veut le préserver de la mort prématurée et‚ pour atteindre cet objectif‚ on recherche les moyens de s’informer‚ de prévenir la maladie. Un tel appétit de savoir se manifeste de bien des façons. La publication de la Fabrica de Vésale avec ses planches anatomiques en regard de leur commentaire‚ les hypothèses formulées et les expériences tentées pour expliquer les mécanismes complexes de la conception‚ le spectacle de la dissection des corps dans l’amphithéâtre anatomique‚ en particulier cette séquence d’une femme enceinte morte avec son enfant encore au ventre autopsiée devant praticiens et bourgeois en quête de savoir‚ toutes ces « curiosités » témoignent en fait de l’engouement d’un public toujours plus large pour le « mystère des origines »2.

114. Le nouveau regard porté sur le corps et sur les conditions de la naissance suscite des initiatives. Parce qu’elle devient « à la mode » ‚ l’obstétrique fait naître des vocations. Parmi les hommes de l’art‚ il y a ceux qui‚ désintéressés‚ s’efforcent de trouver une issue salutaire pour la mère et l’enfant lors d’accouchements difficiles. Mais il y a ceux aussi qui‚ plus ambigus dans leurs démarches‚ ont bien compris qu’il y avait là pour eux un moyen d’accéder à la notoriété. Ceux-là cherchent généralement le secours dans l’instrument qui devient le symbole de l’intervention de l’homme. En Angleterre‚ les Chamberlain mettent au point un premier forceps dont ils gardent d’abord le secret avant de la proposer au prix fort. Mais c’est vraiment au cours du XVIIIe siècle que le forceps devient pour les chirurgiens le moyen de s’imposer accoucheurs. Pour les meilleurs d’entre eux‚ les Levret et Smellie‚ il s’agit de le perfectionner pour en rendre l’usage courant. Avec le risque assumé chez leurs émules‚ tel le chirurgien Osiander à Göttingen‚ de considérer l’instrument comme un moyen courant d’intervention‚ au point de transformer ainsi un accouchement naturel en accouchement pathologique. Sans parler de ceux qui‚ dans la seconde moitié du XVIIIe siècle‚ prétendent résoudre le problème des bassins rachitiques soit par une césarienne mal maîtrisée soit « en sciant la femme en deux » par l’opération de la symphyséotomie aux conséquences souvent redoutables. Le corps de la femme devient ainsi un champ d’expérience dans le cadre d’une véritable culture de l’exploit.

12Ce recours à l’instrument modifie en effet les conditions des couches. S’il permet effectivement aux chirurgiens de se hausser dans l’échelle sociale face aux médecins‚ à l’heure où la pratique des accouchements commence à apparaître comme une spécialité‚ il affecte douloureusement les femmes chez qui la seule évocation des « fers » est synonyme de souffrances et de danger de mort. Il divise aussi les accoucheurs qui n’ont pas tous la même approche du corps des femmes.

13Cette différence de comportement est particulièrement sensible en France et en Angleterre. Même si c’est dans ce pays‚ comme on l’a rappelé‚ que sont d’abord apparues les « mains de fer » ‚ les Anglais se montrent rapidement très réservés quant à leur usage. Au milieu du XVIIIe siècle‚ après un débat sur l’éthique et l’usage des instruments‚ les accoucheurs anglais‚ dénoncés par l’opinion publique pour leur comportement jusqu’alors irresponsable‚ vont adopter des méthodes plus précautionneuses‚ alors que les Français restent majoritairement attachés à l’usage des « fers ». La compétition politique entre Anglais et Français en Europe au XVIIIe siècle se double ainsi d’une véritable rivalité obstétricale. Un chirurgien comme Levret a beaucoup contribué à développer la pratique instrumentale. Pour ses nombreux élèves‚ en France et dans toute l’Europe‚ il s’agit de se faire un nom en apportant quelques améliorations à l’instrument ; ainsi‚ au cours de la seule année 1843‚ pas moins de trente types de forceps sont mis au point en Europe !

14Il y a pourtant beaucoup de réticences de la part des femmes à faire appel à l’homme-accoucheur. Les raisons tiennent alors tout autant aux rémunérations qu’il exige qu’aux effets d’une pudeur blessée chez des femmes culpabilisées par l’éducation chrétienne qu’elles ont reçue. Mais le souci grandissant de soi et le désir de plus en plus affirmé de sauver sa vie et celle de son enfant poussent maintenant la femme de la ville à accepter le secours du praticien. Et alors que s’accrédite l’idée que le bon accoucheur est celui qui sait manier l’instrument‚ dans le même temps on en interdit l’usage aux sages-femmes… On exige surtout que celles-ci respectent désormais les statuts de la chirurgie‚ des statuts longtemps restés lettres mortes qui leur faisaient obligation d’appeler les chirurgiens en cas d’accouchement contre-nature... Dans le processus de mise en tutelle de la sage-femme‚ considérée comme une mineure professionnelle‚ le rôle des institutions corporatives a donc été capital.

155. Le premier tiers du XVIIIe siècle a véritablement constitué un tournant. C’est alors que la compétence des accoucheurs s’accroît. D’une part‚ ils s’instruisent auprès des sages-femmes qui acceptent de leur parler de leur pratique‚ d’autre part‚ ils complètent leur formation théorique et perfectionnent leur savoir grâce à des manuels de qualité‚ dont le plus fameux reste pendant tout le siècle celui de Mauriceau. Dans la seconde moitié du siècle‚ certains accoucheurs commencent à pratiquer la clinique obstétricale‚ soit à l’hôpital grâce aux pauvresses qui y cherchent un secours et acceptent d’y être accouchées devant un groupe d’élèves‚ soit de manière plus anonyme dans les « petits appartements commodes » qu’ils font aménager à leur domicile pour les femmes de condition.

16Cette mutation des comportements n’est que la traduction d’une lente évolution de la conscience du corps et de la vie depuis la Renaissance. À un certain fatalisme‚ se substitue une volonté‚ un désir de plus en plus affirmé de sauver sa vie et celle de son enfant. Ces dispositions nouvelles poussent la femme de la ville à accepter le secours de celui que les esprits éclairés puis l’opinion publique considèrent maintenant comme plus compétent que la sage-femme et‚ à plus forte raison‚ que la matrone. La recherche de la sécurité l’emporte désormais sur les retenues de la pudeur‚ et l’accoucheur bénéficie au premier chef de cette évolution culturelle.

Une recherche aujourd’hui vivante

  • 3 Histoire des accouchements chez tous les peuples‚ Paris‚ G. Steinheil‚ [1890] ; Accoucheur (...)
  • 4 Jacques Gélis‚ Mireille Laget et Marie-France Morel‚ Entrer dans la vie, naissances et enf (...)

17Les travaux sur l’enfantement ouvrent aujourd’hui de nouvelles voies‚ comme en témoignent l’originalité et la qualité des communications de cette rencontre. Après les grosses compilations de Gustave-Joseph Witkowski3 à la fin du XIXe siècle‚ la recherche sur le monde des couches a connu un long hivernage. Puis‚ dans les années 1970‚ en un temps où l’histoire des mentalités faisait l’objet de recherches fructueuses‚ les historiens‚ après avoir travaillé sur l’histoire de la mort‚ se sont intéressés aux conditions de la naissance dans les sociétés des siècles modernes. La publication en 1978 de l’ouvrage collectif Entrer dans la vie4 marqua le début de ce second âge de la recherche sur l’histoire de la naissance. Nous sommes entrés désormais dans le troisième âge des études sur l’enfantement et cette rencontre illustre la vitalité du thème.

18Ce qui frappe aujourd’hui‚ c’est à la fois la diversité des domaines explorés et la diversité des approches.

  • 5 Nathalie Sage-Pranchère‚ « L’école des sages-femmes. Les enjeux sociaux de la formation ob (...)
  • 6 Jürgen Schlumbohm‚ Lebendige Phantome. Ein Entbindungshospital und seine Patientinnen, 155 (...)
  • 7 Cf. les travaux d’Alison Klairmont Lingo‚ en particulier la communication publiée dans ce (...)
  • 8 Emmanuelle Berthiaud‚ Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société‚ Paris‚ (...)

19Signalons tout d’abord la dimension pédagogique avec la formation des praticiennes‚ dans les écoles d’accouchement en France et dans les pays européens. À ce propos‚ il convient de mentionner les travaux récents de Nathalie Sage-Pranchère sur les écoles de sages-femmes en France au XIXe siècle5 et de Jürgen Schlumbohm sur la maternité de Göttingen6. On s’intéresse également à l’exercice des sages-femmes‚ en particulier aux témoignages que certaines d’entre elles ont laissés‚ comme le prouvent les textes de Catarina Schrader‚ qui exerçait en Frise au XVIIe siècle‚ ceux des sages-femmes anglaises du XVIIIe siècle‚ et bien sûr‚ les écrits de Louise Bourgeois (1563-1636)‚ dont l’approche est aujourd’hui renouvelée7. Enfin‚ le thème du corps – celui de la femme et celui de l’enfant – pendant la grossesse et au moment de la naissance retient également l’attention des chercheurs‚ et il faut ici renvoyer aux travaux d’Emmanuelle Berthiaud et à sa communication publiée dans ce recueil8.

Quelques orientations

20Parmi les nouveaux sujets à explorer‚ je suggérerais de travailler‚ notamment‚ sur la stérilité et les pratiques pour la vaincre‚ ainsi que sur les fausses couches et leur incidence sur la santé des femmes. Il serait également profitable de tenter une étude élargie de la « manière de faire » des accoucheuses aux siècles classiques et pas seulement d’après les témoignages de praticiennes dont les qualités exceptionnelles sont connues grâce à la publication de leurs écrits. Il faudrait s’efforcer de recueillir tout ce qui concerne l’exercice de ces accoucheuses « ordinaires » ‚ de ces matrones de communautés qui ne peuvent être appréhendées que par des sources diverses. Un travail certes ingrat‚ mais qui compléterait ce que la recherche récente nous a déjà appris.

21Il conviendrait également d’interroger les gestes de l’accouchement – quel crédit peut-on accorder aux représentations figurées‚ souvent stéréotypées‚ de scènes d’accouchement ? – et de s’attacher à cerner tout ce que disent les textes à propos des connivences entre femmes‚ des dispositions des corps‚ des comportements dans les moments critiques.

22La question de la douleur mériterait une plus grande attention : douleur de la mère mais aussi douleur de l’enfant en général totalement occultée. L’intérêt que l’on manifeste aujourd’hui pour la souffrance longtemps endurée dans notre sphère culturelle par les animaux devrait inciter à se pencher aussi‚ et pour cause‚ sur ce point important.

23On devrait encore s’intéresser au débat relatif à la présence‚ souhaitée ou non‚ du père au moment de la naissance. La volonté de faire entrer le père sur la scène de l’accouchement dans les années 1970 procédait sans doute d’une belle intention‚ mais les résultats n’ont pas toujours été‚ semble-t-il‚ à la hauteur des espoirs mis dans l’association plus étroite du partenaire à la naissance de l’enfant.

24Il serait aussi profitable d’étudier de manière approfondie les attitudes et réactions des accoucheurs et des sages-femmes face aux questions posées par la religion : quelles différences perçoit-on entre milieux catholiques et milieux protestants ? Une différence de sensibilité ou une attitude autre à l’égard du corps‚ de la pudeur et de la vie ?

25Lorsque les sources le permettent‚ il faudrait partir d’études de cas concrets pour éclairer‚ avec prudence et en écartant les idées toutes faites‚ les conditions sans doute variées‚ selon les milieux et les régions‚ du passage à l’accoucheur‚ pour souligner la collaboration ou la concurrence entre sages-femmes et matrones‚ et entre sages-femmes et accoucheurs.

26Dans tous les cas‚ il faudra éviter l’erreur chronologique et l’interprétation abusive‚ sans référence aux valeurs culturelles de la sphère étudiée. La nécessité d’une approche faite de prudence et de compréhension de la société dans laquelle nous intervenons doit être la règle : l’indispensable approche anthropologique !

27Le rôle des institutions dans la mutation de la naissance/accouchement méritera d’être abordée dans toute sa complexité : qu’est-ce qui sous-tend et prétend justifier le pouvoir d’un individu sur un autre‚ d’un corps sur un autre‚ d’un praticien sur un autre praticien‚ d’un accoucheur sur une sage-femme ? La compétence ? Mais quelle compétence ? Comment se sont construits les rapports de dépendance et d’acceptation ? Dans tous ces domaines‚ les siècles modernes nous apportent des réponses.

Une demande contemporaine

28Et demain ? Il est parfois désolant de voir que des études scientifiquement étayées ne sont pas connues ou sont déformées‚ ou que‚ tout bonnement‚ on en reste aux clichés‚ malgré quarante années de riches publications dans ce domaine. Les historiens ont indiscutablement un rôle à jouer‚ un rôle de passeurs‚ de diffuseurs de la connaissance‚ mais de la bonne connaissance.

29Pour que la recherche sur l’histoire de l’enfantement se poursuive‚ il faut donc des lieux de rencontres et d’échanges. Ce colloque en a été un‚ au même titre que celui organisé à Châteauroux en septembre 2012 par la Société d’histoire de la naissance sur « l’accouchement à la maison‚ hier et aujourd’hui ».

30C’est en effet l’intérêt des historiens et des anthropologues d’être dans le mouvement social‚ de l’appuyer par l’information sur le passé des couches. Non que la recherche doive être motivée essentiellement par cette perspective‚ mais le chercheur peut‚ par le sérieux de ses travaux‚ contribuer à éclairer les femmes‚ les sages-femmes et le personnel médical sur le passé de l’accouchement/naissance et ainsi dissiper les présentations erronées‚ montrer les enjeux politiques et sociaux des décisions prises au cours des siècles‚ rappeler une fois de plus combien le progrès médical indéniable est pavé de bonnes intentions mais aussi d’erreurs oubliées. La grande vertu de notre discipline historique c’est à la fois l’attachement aux sources‚ aux sources d’archives en particulier‚ leur exploitation méthodique et le souci constant de justifier nos interprétations : douter plutôt qu’interpréter abusivement.

31Nous devons avoir aujourd’hui le souci de collaborer et d’échanger en priorité avec celles qui surveillent les grossesses‚ aident les femmes à mettre au monde et assurent le suivi des accouchées et de leur bébé. Les sages-femmes sont en demande d’informations sur le passé de leur profession. Nous pouvons leur apporter des éclairages qui leur permettront de mieux comprendre l’évolution de leur métier et les problèmes qui se posent à elles aujourd’hui. Bon nombre d’entre nous ont adopté cette démarche et en mesurent le grand intérêt. En retour‚ ces praticiennes peuvent prétendre nous apporter‚ à nous historiens qui n’avons pas toujours la formation médicale adéquate‚ les moyens de mieux comprendre les situations du passé.

32À mes yeux‚ il n’est pas de meilleure valorisation de notre travail que cet échange‚ que ce prolongement de notre activité intellectuelle lorsque celle-ci permet de répondre à la demande d’une société engagée aujourd’hui dans une profonde mutation‚ en particulier dans le domaine qui nous intéresse ici‚ celui de la procréation et de l’accouchement/naissance.

Notes

1 Entre le monde des quartiers populaires de Paris et celui de la Cour royale‚ entre la pratique traditionnelle et la pratique savante (Jacques Gélis‚ « Louise Bourgeois (1563- 1636)‚ une sage-femme entre deux mondes » ‚ Histoire des sciences médicales‚ t. XLIII‚ n° 1‚ 2009‚ p. 27-38).

2 André Vésale‚ De humani corporis fabrica‚ Bâle‚ J. Oporin‚ 1543.

3 Histoire des accouchements chez tous les peuples‚ Paris‚ G. Steinheil‚ [1890] ; Accoucheurs et sages-femmes célèbres : esquisses biographiques‚ Paris‚ G. Steinheil‚ [1891] ; Anecdotes et curiosités historiques sur les accouchements‚ Paris‚ G. Steinheil‚ 1902.

4 Jacques Gélis‚ Mireille Laget et Marie-France Morel‚ Entrer dans la vie, naissances et enfances dans la France traditionnelle‚ Paris‚ « Archives » ‚ Gallimard-Julliard‚ 1978.

5 Nathalie Sage-Pranchère‚ « L’école des sages-femmes. Les enjeux sociaux de la formation obstétricale en France‚ 1786-1916 » ‚ thèse de doctorat d’histoire‚ dir. Olivier Faron‚ Université Paris-Sorbonne‚ 2 vol.‚ 2011. Voir aussi Mettre au monde, sages-femmes et accouchées en Corrèze au XIXe siècle‚ Archives départementales de la Corrèze‚ 2007‚ 796 p.

6 Jürgen Schlumbohm‚ Lebendige Phantome. Ein Entbindungshospital und seine Patientinnen, 1551-1830 [Fantômes vivants : une maternité et ses patientes 1551- 1830]‚ Wallstein Verlag‚ Göttingen‚ 2012.

7 Cf. les travaux d’Alison Klairmont Lingo‚ en particulier la communication publiée dans ce recueil.

8 Emmanuelle Berthiaud‚ Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société‚ Paris‚ La Martinière‚ 2013.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search