Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans de football dans le Pas-de-Calais

 | 
Olivier Chovaux

Le temps de l’enracinement (1914/1932)

Mutations des clubs et nouveaux enjeux sportifs

Texte intégral

1. La première « mue sportive » du Racing-Club de Lens : les ambitions d’un club minier populaire

1La période 1920/1925 représente pour les principaux clubs nordistes le temps de leur consolidation, tant sur le plan sportif qu’au niveau des structures, à l’image du Racing-Club de Lens. Au lendemain de la guerre, la tutelle de l’USFFA doit être considérée comme une condition nécessaire au redémarrage du Racing-Club de Lens, sorte de parenthèse technique qui permettra au Racing de devenir l’un des meilleurs clubs du bassin minier, décrochant le titre de Champion d’Artois dès 1925.

  • 1 Dès le 4 octobre 1919, le FFFA lance son organe officiel, Le Football Association, (avec l’aide du (...)

2Il ne peut y avoir de redémarrage sportif sans participation aux compétitions organisées et désormais fédérées par la toute nouvelle Ligue du Nord. Le Racing doit être en mesure de disposer d’un véritable terrain homologué, qui réponde aux normes que la FFFA souhaite progressivement imposer sur l’ensemble du territoire. L’unité récente des instances suppose sa traduction sur le plan des règles du jeu : les années vingt sont celles de l’homogénéisation des pratiques, de la structuration des calendriers sportifs... Phénomènes accélérés par la médiatisation des rencontres, et le lancement d’une presse sportive spécialisée : initialement consacrée aux sports athlétiques, elle accorde très rapidement une large place au football1.

3Receveur municipal chargé des dommages de guerre, J. Guilbert, secrétaire du Racing Club de Lens, convainc le délégué de la Ligue du Nord, M. Lesur, d’intégrer le club dans le championnat d’Artois, après avoir réglé la question du terrain (propriété du Racing, le terrain de la Glissoire sera remis en état en 1922 et devient le terrain officiel du club). L’équipe du Racing dispute à compter de la saison 1922/23 le championnat d’Artois mettant aux prises huit clubs du bassin minier. Cette compétition représente pour le club lensois un renouveau et les débuts d’une longue épopée sportive, dont la presse locale commence à se faire l’écho. Les premières saisons sont en effet décisives, parce que fondatrices d’un phénomène de communalisation sportive, notion complexe à la base d’une identité sportive régionale en voie de constitution.

  • 2 Consulter : Clément (Jean Paul), « Sport et identités régionales », dans : Sagnes (Jean), Dir., Le (...)

Il est certain que l’encouragement par les hommes politiques, comme par les dirigeants des entreprises locales (ce sont parfois les mêmes), ceux qu’on appelait autrefois les notables, du phénomène de « totémisation » des sports locaux constitue un puissant facteur de stabilité et d’intégration sociales. On a souvent souligné les effets pervers et l’exploitation mercantile de l’évergétisme mais je pense qu’il faut plus insister sur le phénomène de « communalisation » que provoque l’association sportive. En développant la relation de communalisation sur des bases affectives, émotionnelles ou traditionnelles, elle crée les conditions favorables à la solidité et à la pérennité de l’entreprise collective. En ce sens, cette expression de la « sociabilité sportive » peut être un puissant facteur d’intégration sociale et renouveler les pratiques sportives contemporaines, les identités régionales exprimées dans les jeux traditionnels2.

4La vague d’immigration enregistrée dans le département du Pas-de-Calais au lendemain de la guerre est l’explication la plus souvent avancée pour justifier la revitalisation sportive du Racing-Club de Lens et l’enracinement populaire de la pratique du football association dans le bassin minier. Le titre de champion de France professionnel conquis par le Racing pour la saison 1997/98 fut d’ailleurs l’occasion d’une formidable résurgence du phénomène, au point que journalistes et sociologues apportèrent bientôt à la victoire du RCL des explications et interprétations plus ethnologiques que sportives, sur les thèmes (sans doute exacts mais ô combien magnifiés) de la revanche sociale et de la passion collective...

  • 3 Sur les caractéristiques de l’immigration dans les années vingt, consulter : Le Maner (Yves), Histo (...)

5L’afflux de travailleurs en provenance de pays slaves (Pologne, Yougoslavie, Tchécoslovaquie) constitue un événement important pour l’histoire démographique et sociale du Pas-de-Calais de l’entre-deux guerres : forte concentration de cette population dans l’arrondissement de Béthune (plus de 79 % y réside) et au delà dans le pays minier, écrasante majorité de mineurs qui modifie en profondeur le paysage urbain et internationalise les populations des cités minières, naissance dans le département d’une « petite Pologne » qui va contribuer au développement d’une polonité originale. Son intégration par le football constitue une représentation autant classique que paradoxale, dans la mesure où la communauté polonaise du Pas-de-Calais, jusque 1939, va s’attacher à constituer une micro-société indépendante et soucieuse de préserver son patrimoine linguistique et culturel3.

  • 4 Beaud (Stéphane), Noiriel (Gérard), « L’immigration dans le football », In. Vingtième Siècle, n° 26 (...)

6Avant d’être un poids sportif qu’il conviendra d’apprécier au travers des clubs miniers étudiés, les Polonais constituent un poids économique réel dans le bassin houiller : en 1926, 93 % des Polonais adultes masculins sont mineurs, spécialisés dans l’abattage pour leur grande majorité et de ce fait indispensables au redémarrage de l’activité économique de la région. Les rares études consacrées aux rapports entre le football et l’immigration conduisent à dégager des axes de recherche à partir de constats transposables à la réalité industrielle et sportive régionale. Stéphane Beaud et Gérard Noiriel ont ainsi montré que l’existence d’un « football immigré » (et sa possible cartographie) est d’abord la conséquence d’évolutions industrielles liées à la constitution de « régions paternalistes de l’industrie lourde »4. Visible en Angleterre dès la fin du XIXe siècle, la récupération du football association par les milieux patronaux est moins évidente en France, exception faite des villes de Sochaux et de Saint-Etienne, et bien évidemment des régions minières du Nord de la France, où les rapports entre immigration polonaise et pratique du football vont sans doute au delà des trajectoires individuelles des Wisnieski, Budzinski, Synakowski, originaires de la Rue de la cité à Calonne, ou des Urbaniak, Kopania, Lewandowski, Maryan, Mankowski, Miziazek, Tyrakowski, originaires d’Auchel.

7La récupération du football par les Compagnies des Mines du Pas-de-Calais à des fins extra-sportives a sans aucun doute favorisé la pratique de l’activité par les joueurs polonais. Pour les ingénieurs des Mines, le football constitue une transposition opportune de la logique d’encadrement et de contrôle, caractéristique du monde du travail, vers la sphère sportive, où les valeurs qui constituent l’assise éducative du football, assurent la formation de l’ouvrier-footballeur : respect des règles, sens de la discipline, apprentissage de la solidarité, obéissance aux ordres de l’entraîneur (sorte de contremaître sportif), division des tâches qui s’opère par la spécialisation des postes à mesure que le jeu devient plus technique... autant d’éléments qui favoriseront l’analogie devenue classique entre l’ouvrier et le footballeur.

  • 5 Dremière (Laurent), La saga des Sang et Or, Editions La Voix du Nord, 1997, p. 10

8Dans les années vingt, c’est d’abord le statut du mineur-joueur qui s’impose : le football est d’abord considéré comme élément de distraction avant d’être cet « extraordinaire instrument d’intégration »... L’expression utilisée par Laurent Dremière (qu’il applique au Racing-Club de Lens), mérite d’être fortement nuancée, ou à tout le moins inscrite dans un calendrier plus précis5. L’analyse de la composition de l’équipe première du Racing montre que les joueurs de nationalité étrangère (Polonais notamment), ou d’origine étrangère, ne sont pas légion : il faudra attendre une décennie et le passage au professionnalisme pour que la coloration slave de l’équipe soit une réalité, donnant ainsi naissance au statut du joueur-mineur.

9La présence de joueurs d’origine et de nationalité étrangère au sein de l’équipe première du Racing-Club de Lens date de la saison 1922, avec l’arrivée des ouvriers italiens Nanni et Andréani, puis de l’électricien belge Minny qui en 1923, vient renforcer une ligne d’attaque plutôt déficiente. L’apport de nouveaux joueurs se justifie par la reprise d’une activité normale pour le club, désormais engagé dans le championnat d’Artois. La proximité géographique des clubs engagés accentue leur rivalité, faisant de chaque rencontre un derby âprement disputé où la brutalité et la violence des affrontements entre joueurs rendent indispensable la présence d’un effectif élargi, permettant à l’équipe de gérer les blessures et indisponibilités des joueurs titulaires. Le Racing-Club de Lens se renforce au cours de l’intersaison avec la venue de Dumont, Maquer (bijoutier arrageois installé à Lens), Voegelin (officier de carrière qui épousera la fille du syndicaliste ouvrier Casimir Beugnet). Il dispose du terrain de la Glissoire, remis en état, pour ses rencontres officielles. La possession d’un véritable terrain et non plus d’une pâture sommairement aménagée, la constitution d’une équipe type, la réalisation de premiers transferts, la participation aux compétitions officielles (Championnat d’Artois et Coupe de France), la présence d’un public de plus en plus conséquent (plusieurs centaines de personnes assistent régulièrement aux matches) : autant d’éléments indispensables à l’enracinement du club lensois dans le paysage footballistique minier. Ces critères pouvant d’ailleurs être étendus aux clubs voisins. C’est à partir du moment où les pratiques deviennent moins aléatoires tant au niveau de la structure associative des clubs que des réalités sportives que l’histoire des clubs devient réellement possible et qu’il devient moins difficile d’en retracer les moments, les périodes, les époques.

Le championnat d’Artois 1922/23 compte huit clubs : Le Racing-Club de Lens, les Carabiniers de Billy-Montigny, le Stade Héninois, l’US Noeux, le Stade Béthunois, l’US Bruay, l’US Auchel et l’US Lillers. A la fin de la saison, le Racing est qualifié pour disputer la poule d’accession en compagnie du SC Fives et de l’OS Halluin pour le district Terrien et de l’AC Cambrai et du SC Caudry. Le SC Fives et le Stade Béthunois accéderont en Division Supérieure.

10Lors du match aller, la rencontre opposant le Stade Béthunois et le Racing-Club de Lens avait donné lieu à de nombreux incidents, chacune des deux équipes se renvoyant la responsabilité des brutalités commises lors de la rencontre. Le match retour le 23 janvier 1923 donne cette fois-ci lieu à une rencontre correcte et relativement équilibrée, qui voit le Racing l’emporter de justesse sur le score de 2/1. Les dirigeants du Stade Béthunois, contestant la qualification d’un joueur lensois, posent des réserves techniques auprès des instances de la Ligue et obtiennent gain de cause (malgré la procédure d’appel déclenchée par les joueurs du Racing, qui ne pourra aboutir avant la fin de la saison). L’Avenir de l’Artois, journal pro-béthunois, donne une fois encore un compte-rendu savoureux de la rencontre, mettant en cause la clairvoyance et l’impartialité de l’arbitre de la rencontre :

  • 6 Compte-rendu de la rencontre par L’Avenir de l’Artois. In Racing-Club de Lens. 1906/56, plaquette s (...)

On a répété sur tous les tons que les décisions de l’arbitre doivent être respectées quelles qu’elles soient. On a dit que la personne de l’arbitre doit être auréolée de quasi-vénération. Très juste. Mais j’ai bien peur qu’un jour, forts de ces flatteuses appréciations, les arbitres se croient des espèces de demi-dieux régnant sur l’Olympe sportive et se livrant sans scrupule au gré de leur fantaisie imaginative.
L’excès en tout est un défaut. Sportifs, nous condamnons les énergumènes qui injurient ou menacent les arbitres, comme nous déplorons l’arbitrage fantaisiste de « l’inertique » M. Debout, de Grenay6.

11Compte-rendu classique d’une rencontre (synopsis rapide du match et analyse globale du jeu et des joueurs de chacune des deux équipes), qui met en lumière les évolutions perceptibles du jeu dans les années vingt, avant que la modification de la règle du hors-jeu en 1925 ne provoque la révolution tactique attendue. Le style de la rencontre semble avoir dépassé « le kick and rush » des temps héroïques au profit d’un jeu plus collectif, qui autorise le développement d’actions individuelles, mais où la conquête du terrain adverse demeure l’objectif essentiel : si le vocabulaire employé compare le jeu à une véritable opération militaire, visant la conquête du terrain et du ballon, fondée sur la domination d’une équipe, le jeu demeure basé sur des allers-retours incessants d’un but à l’autre, parfois ponctués de tirs eux aussi identifiés par des expressions spécifiques (« le ras de terre »). Autant de choix tactiques qui privilégient délibérément l’attaque et l’offensive à tout prix, face à laquelle l’équipe qui défend ne peut que résister, s’arc-boutant devant ses buts. Certains principes d’un jeu plus contemporain sont finalement visibles : dominer n’est pas gagner, et les qualités individuelles des joueurs ne peuvent suffire à emporter la décision, même si celles-ci sont effectivement mises en exergue. La place de gardien de but, autrefois dévolue au joueur le plus âgé et le moins doué techniquement, est désormais occupée par un joueur possédant des qualités spécifiques, différentes de celles des joueurs de champ. Le processus de spécialisation des postes selon une organisation en lignes est visible. Si la violence semble absente de la rencontre (exception faite d’une violence verbale à l’encontre des arbitres constitue une véritable permanence dans les rencontres étudiées), elle fait place à une agressivité naturelle entre des joueurs qui disputent la partie dans un bon esprit, en dépit d’une rivalité entre les deux clubs affirmée, entretenue, voire exacerbée.

12En revanche, la rencontre opposant en fin de saison les joueurs du Racing à l’US Auchel montre que l’éradication de la violence (ou du moins d’une brutalité non contrôlée lors des contacts), est loin d’être effective. Il demeure difficile d’attribuer cette violence résiduelle à une quelconque spécificité d’un football minier plus viril, plus rugueux, plus engagé, qui mettrait davantage en valeur le parti-pris athlétique des joueurs en exaltant un certain nombre de vertus directement issues du monde du travail. Le milieu ouvrier se plairait à privilégier les duels « d’homme à homme », loin des subtilités d’un jeu collectif plus élaboré, mais dont l’efficacité est sans doute moins visible pour les spectateurs, parce que moins valorisante.

  • 7 Compte-rendu de la rencontre par L’Avenir de l’Artois. In Racing-Club de Lens. 1906/56, op. cit.

Ce n’est pas sans crainte que les Auchellois s’étaient rendus dimanche à Lens. La proverbiale brutalité des joueurs lensois n’était pas sans les inquiéter et tous se demandaient si cette fois encore un équipier de l’USA ne tomberait pas sous leurs coups. Ah, certes, il est vrai que le football n’est pas un sport recommandé pour des jeunes filles. Tous les sports d’ailleurs ont leurs dangers, des accidents se produisent parfois sur les terrains, mais souvent ils sont involontaires. La fougue, l’ardeur apportée au jeu, les chutes expliquent souvent ces accidents souvent sans suites regrettables ; malheureusement, il arrive de trouver dans certaines équipes des joueurs chez qui le manque de valeur est compensé par la brutalité : leur rôle est d’amocher, pour eux il n’est pas de scrupule et pour gagner, tous les moyens sont bons. Bien entendu, ces destructeurs n’admettent aucunement les moindres bousculades. Tout est prétexte et les représailles sont terribles. Pour le plus grand mal qui puisse être fait au football, les Lensois sont animés de cet esprit antisportif. Pour eux, il n’est pas de camarade. Sur le terrain, un adversaire est un ennemi. Cette saison, trois joueurs sont tombés victimes de leur brutalité.
D’abord Picard, du Stade Béthunois, écope d’une fracture du péroné, Plaisant d’Auchel, touché au genou par le demi-centre lensois, chez lui depuis le 17 décembre 1922, sans savoir à quel moment il pourra reprendre ses occupations. A son tour, dimanche dernier, Henri Bécu, d’Auchel, a eu la jambe brisée d’un coup de pied volontaire. Voilà trois joueurs qui n’ont pas la réputation de jouer dur, aussi ces faits doivent être connus de tous et les auteurs punis. S’il devait en être autrement, le beau sport du football ne tarderait pas à disparaître de notre sportive région d’Artois7.

13Il est possible de voir par un phénomène de « solidarité territoriale implicite » entre les équipes de Béthune et Auchel face au rival lensois. S’il faut prendre en compte la subjectivité et le parti-pris de L’Avenir de l’Artois, la réputation du RCL est peu flatteuse : elle montre que la violence et les brutalités n’ont pas disparu des terrains, même si l’on peut penser qu’elles sont attisées par la dramatisation excessive des derbies. L’article met également en évidence cette notion de réputation et de renommée sportive des clubs, des joueurs et des spectateurs : elle demeure encore basée sur des critères éducatifs, fondés sur le respect des règles et de l’adversaire, et qui obéissent au principe de « correction » (il s’agit plutôt ici du principe de « non-correction » (ungentlemanly conduct), pour reprendre le terme utilisé dans les lois du jeu). Cette brutalité visible (trois accidents sont finalement enregistrés lors du Championnat d’Artois) mais non quantifiable (l’absence de toute statistique ne permet guère de tirer de conclusions) n’est cependant pas propre au Racing-Club de Lens. D’autres clubs du département (notamment l’USB) sont entachés de pareille réputation. Le jeu plutôt physique et « viril », valorisé avant-guerre (il est d’ailleurs rappelé que le jeu de football n ’est pas recommandé pour les jeunes filles) est maintenant stigmatisé : signe tangible d’une modification technique de pratiques plus élaborées, et d’un spectacle sportif en voie de démocratisation qui attise les passions populaires. Il développe un sentiment d’identité sportive qui recouvre une « topophilie » aux fondements plus complexes. Il est dès lors possible d’observer des similitudes entre des phénomènes étudiés pour l’Angleterre de la fin du XIXe et les réalités régionales de l’entre-deux guerres. Les constats de Patrick Mignon, relatifs aux phénomènes de territorialité sportive des cités industrielles et ouvrières britanniques, correspondent à la situation des clubs du bassin minier du Pas-de-Calais :

  • 8 Mignon (Patrick), La passion du football, Editions Odile Jacob, 1998, p. 100.

Le soutien apporté à l’équipe de football du quartier ou de la ville de résidence (et la fréquentation de son stade) devient l’expression de l’appartenance à une communauté et à un territoire plus vaste que le petit bourg, mais qui reste inscrite dans les rivalités entre différents quartiers d’une ville et entre les villes [...]. Dans l’espace masculin délimité par l’usine, le pub, la rue et le stade, les conversations sur le football, entre pères et fils, mais aussi entre jeunes, sont un des éléments de la socialisation aux valeurs de la culture ouvrière locale8.

  • 9 Korr (Charles P.), « Angleterre : le foot, l’ouvrier et le bourgeois », In L’Histoire, n° 38, octob (...)

14Là encore, des rapprochements avec le football anglais s’imposent, avec le décalage chronologique lié à l’antériorité des pratiques. Dans un article remarqué consacré au club anglais de West Ham, Charles P. Korr a montré que le football fait rapidement partie de la culture prolétarienne du XIXe siècle, au même titre que la fréquentation du pub, des music halls, ou des vacances à Blackpool9.

15Il devient cette religion laïque (ou si l’on préfère le christianisme du muscle), un puissant « dérivatif à la monotonie et à la dureté de la condition ouvrière », et constitue un facteur d’identification au quartier et à l’entreprise (en l’occurrence, le quartier de l’East End et les « Thames Ironworks »)... Autant d’expressions qui peuvent être attribuées au Racing-Club de Lens et aux clubs miniers, dont la territorialité épouse celle des communes et des Compagnies des Mines et non celle des quartiers. La fracture observée entre classes dirigeantes (au sens social et sportif, dans la mesure où la petite bourgeoisie lensoise phagocyte les postes de responsabilité au sein du club) et classes populaires doit en revanche être nuancée pour les clubs français, à la différence de West Ham. Le Comité Directeur du Club anglais est ainsi exclusivement composé de « non joueurs » et donc de gentlemen, imposant une oligarchie qui traduit le paternalisme sportif d’Arnold F. Hills, fondateur du club. Les ouvriers sont relégués à des fonctions sportives « d’exécution », puisque constituant la quasi totalité d’un effectif fortement prolétarisé à partir de 1885, date de légalisation du professionnalisme. Il faudra attendre 1914 pour que les ouvriers footballeurs aient la possibilité de participer directement à la gestion de leur club, atténuant de fait la reproduction du clivage dominant/dominé. A la différence de la France, où l’entrée de la classe ouvrière dans le professionnalisme sera plus timide (elle présente pour les ouvriers français un véritable risque financier, la carrière demeurant aussi aléatoire que les possibilités de reconversion), les nouveaux professionnels anglais sont majoritairement issus des couches populaires de la population. Ils constituent une forme de réponse à la désertion ou l’abandon des véritables amateurs, initialement recrutés dans les rangs de la bourgeoisie ou de l’aristocratie, qui se tourneront rapidement vers la pratique du rugby.

  • 10 L’échec du développement du football ouvrier s’explique en partie par l’impossible greffe idéologiq (...)

16C’est également au cours des années vingt que les règles fondatrices du professionnalisme anglais se diffusent et finissent par s’imposer en France : le principe d’un droit d’entrée pour assister aux rencontres n’est plus discuté (d’autant qu’il constitue souvent la principale ressource des clubs), les procédures visant à réglementer les transferts des joueurs font l’objet d’âpres débats au sein des commissions ad-hoc. Seule la fixation d’un plafond de rémunération pour les joueurs ne peut être encore adoptée : les règles du racolage et de l’indemnisation des joueurs demeurent encore fondées sur l’empirisme ou des solutions expérimentales. Avec près d’un demi siècle de retard, le principe de la transposition du modèle anglais en France montre ses originalités quant à l’adoption du professionnalisme et l’implication des joueurs issus des couches populaires : au sein des clubs nordistes, la bourgeoisie est aux commandes, parce que la représentation éducative de la pratique du football continue à s’imposer. C’est la popularisation de la discipline qui autorise les ouvriers à intégrer les équipes premières, contribuant ainsi à une démocratisation progressive du football association, que l’on peut qualifier de périphérique, dans la mesure où les tentatives d’organisation d’un football ouvrier ont été des échecs10.

  • 11 Sur les représentations et manifestations des peurs engendrées par les phénomènes de foules observé (...)

17Quant au style de jeu, on pourrait considérer que la pratique d’un football plutôt rugueux par les joueurs du Racing Club de Lens ne fait que répondre aux aspiration d’un public issu des couches populaires. Le jeu, majoritairement pratiqué par une classe moyenne, gagne cependant en perméabilité : l’arrivée de joueurs issus de milieux ouvriers et populaires est la double conséquence d’une immigration étrangère massive et de la prise de contrôle progressive des clubs de football par les compagnies des mines qui en perçoivent rapidement l’intérêt. Les premières manifestations de ce que l’on nommera le supportérisme sont surtout visibles à travers des encouragements ou des vociférations adressées aux équipes visiteuses et aux arbitres, et dénoncées par la presse parce que non conformes aux principes qui doivent être véhiculés autour des stades. Déjà visible avant la première guerre mondiale autour des terrains, l’agoraphobie des dirigeants des premiers clubs sportifs se perpétue (on se souvient de l’USB), tandis que les manifestations et comportements collectifs des foules sportives deviennent de moins en moins contrôlables. C’est peut-être pour ces raisons que les années vingt voient la multiplication de règlements émanant des districts : ils prévoient une délimitation plus stricte des enceintes sportives, et l’obligation pour les terrains des clubs appartenant à l’élite régionale d’être entourés de mains courantes. Il s’agit déjà d’assurer la sécurité des joueurs et arbitres et de les protéger contre des débordements essentiellement verbaux à l’époque...11.

18Pour preuve, l’Assemblée Générale des Clubs de la région du district Cambrésis-Valenciennes du 20 août 1922 demande ainsi aux clubs de Promotion du District d’avoir un terrain clos avec main courante et vestiaire confortable. Ce souci d’aménagement des installations sportives préoccupera également les dirigeants du Racing Club de Lens, à mesure de l’ascension du club dans la hiérarchie du football nordiste. A partir de la saison 1924, le club disputera ses rencontres officielles sur le terrain du stade Léo Lagrange, pourvu d’un vestiaire, d’une main courante et d’une tribune.

  • 12 « Les distractions se limitent au cabaret le dimanche, à la pêche ou la chasse à la belle saison et (...)

19La période 1920/25 est celle de l’enracinement du Racing : il devient un club populaire auprès d’une population lensoise qui découvre de nouvelles formes de loisirs, sans toutefois abandonner des pratiques plus traditionnelles, déjà à l’origine d’un patriotisme de clocher et de métier. La participation aux matches de football par joueurs interposés, renforce chez les ouvriers spectateurs ce sentiment d’identité territoriale et professionnelle : « ceux » de Lens s’opposent ainsi à « ceux » d’Auchel et de Béthune, cités minières et industrielles qui recouvrent d’autres sensibilités sportives et qui épousent aussi les territoires d’autres compagnies minières. Les rivalités économiques peuvent dès lors se traduire dans un paysage sportif modifié qui reproduit des valeurs ouvrières fortes érigeant encore la force athlétique et la virilité au rang de modèles, à l’origine de phénomènes d’identification et de cristallisation. Le football minier des années vingt, pour reprendre une phrase célèbre, correspond bien à ce sport de gentlemen pratiqué par des voyous (à l’inverse du rugby, sport de voyous pratiqué par des gentlemen). Il permet d’observer une géographie des styles et des pratiques pour le moins originale au sein du département et de la région12.

20Au Racing-Club de Lens, la saison 1923/24 est l’occasion de changements au sein de l’équipe dirigeante : le remplacement du Président Pierron par M. Moglia modifie la composition du Comité Directeur du Club : la présidence d’honneur revient au président démissionnaire (manifestation du phénomène de bureaucratisation des instances déjà décrit. L’honorariat met en avant la pérennité du club et de ses dirigeants...). Le nouveau Comité compte désormais MM. Van den Weghe, Guilbert, Dumont, Doumel, Pierron, eux-mêmes anciens pionniers du Racing à l’époque de sa constitution. Ce phénomène d’endogamie sportive, qui veut que les anciens joueurs deviennent ensuite les dirigeants du club, constitue une réalité tangible pour les principaux clubs du département (USB et Racing-Club de Calais notamment).

  • 13 Si le cas de Pierre Chayrigues est resté célèbre avant guerre (dès 1913, le gardien de but internat (...)

21Dans le même temps, le Racing franchit le pas qui conduit vers l’amateurisme marron. Pourtant, sa notoriété ne dépasse pas les limites du bassin minier, et ne peut être comparée aux palmarès sportifs des clubs de la région lilloise ou du Littoral. Le transfert du gardien de but de l’USB, Loriette, symbolise cette phase de transition vécue par un club dont les ambitions sportives sont affirmées par ses dirigeants : le nouveau portier du Club est payé sur les deniers personnels du Président Moglia (qui lui assure le gîte et le couvert, formes d’avantages en nature avant l’heure). Ce dernier s’engage à fournir au nouveau joueur lensois une paire de chaussures chaque jour... Revendue par le gardien, elle lui permet ainsi de disposer de revenus annexes (si l’on estime le prix moyen d’une paire de chaussures à 30 francs, cela représente près de 900 francs mensuels, soit 1/3 de plus que le salaire moyen d’un ouvrier. Somme raisonnable pour l’époque, mais plutôt conséquente comparée aux salaires et indemnités versés par des clubs plus prestigieux). Cette situation originale est loin d’être anecdotique : elle indique la situation transitoire de clubs dont les ambitions sportives imposent de nouvelles pratiques sur le plan du recrutement, inaugurant ainsi un marché des transferts et un racolage non officiel. Pratiques dénoncées par les instances de la Ligue, mais facilement exercées par les clubs, qui utilisent des expédients permettant d’offrir aux joueurs recrutés des conditions leur donnant une aisance financière, qui garantit leur venue au club13. L’arrivée de l’arrière Plouvain et d’un électricien belge, Minny, au poste d’avant, vient compléter et renforcer l’effectif de l’équipe première. Elle n’empêche pas le club d’éviter de justesse la relégation après un championnat en demi-teinte. Signe apparent d’un nivellement « par le haut » du niveau de la compétition, qui laisse supposer que les efforts de recrutement observés pour le RCL ne constituent pas un exemple isolé pour les clubs participant au championnat d’Artois.

  • 14 Les couleurs du club ont effectivement évolué depuis sa création en 1906 : vert et noir à l’origine (...)

22De 1921 à 1923, les joueurs du Racing portent un maillot bleu ciel à parements blancs, qui disparaît lors de la saison 1924/25 au profit d’un maillot rouge et jaune, aujourd’hui devenu le mythique maillot « Sang et Or ». Ses origines ont fait l’objet d’explications souvent farfelues14. Changement de couleurs, mais surtout changement d’échelle pour un club qui dispose désormais du stade municipal pour l’organisation des rencontres de championnat et du terrain de la Glissoire pour les entraînements et matches amicaux. Le processus de partenariat entre le club, la Compagnie des Mines et la Municipalité de Lens est en cours : le président du Racing contacte deux ingénieurs principaux de la Compagnie des Mines de Lens, MM. Couhé et Cuvelette, afin d’envisager la remise en état d’un terrain vague rue de la Perche qui, une fois viabilisé, pourrait être utilisé par le club. La construction des grands bureaux des Houillères diffère le projet, mais souligne dès lors l’intérêt de la Compagnie des Mines de Lens pour le club. Les exigences financières de la municipalité vis-à-vis du club (paiement d’une location prohibitive pour l’utilisation d’un stade municipal tout juste remis en état) s’atténuent dès 1926. Le conseil municipal dirigé par Emile Basly (plutôt réticent au développement du football) vote en effet une subvention de 8 400 francs en faveur du Racing.

23Le club enregistre également de nouveaux départs et arrivées, reflet d’une vitalité sportive concrétisée par un meilleur classement à l’issue du Championnat d’Artois. Le départ de Plouvain vers une autre ville de garnison est compensé par l’arrivée d’Adamski, joueur de l’AS Lensoise. Charles Cuvelier, André Cocu et Lefebvre, futurs piliers du club, signent également une licence au Racing au même titre que « Kid » Fenton, joueur anglais de talent, recruté par l’intermédiaire de son compatriote Haugton, mineur de la fosse 16 et arbitre de football...

24La saison 1925/26 permet au Racing d’obtenir son premier titre, en terminant en tête du championnat de Promotion du District Artois, ce qui lui permet d’accéder en Division d’Honneur dès la saison suivante. La physionomie du club a changé, dans la mesure où il dispose d’un effectif nettement étoffé : 26 joueurs ont effectivement participé aux rencontres de championnat disputées par une équipe première renforcée à l’intersaison par les arrivées de Constant Lallaine, Irénée Leroy (originaire du Stade Béthunois, il exerce la profession de chirurgien dentiste) et du Hollandais Van Hoeve. Cet effectif renforcé, constitué de joueurs ayant atteint leur maturité sur le plan sportif, rend moins problématiques les blessures et indisponibilités des joueurs titulaires et assure une continuité du jeu sur le plan technico-tactique. L’équipe du Racing réalise finalement un amalgame heureux entre anciens et jeunes joueurs, et présente quelques originalités : le nombre important d’attaquants au sein de l’effectif (50 %) montre que le jeu offensif est toujours privilégié (il correspond d’ailleurs aux attentes du public, comme l’attestent les compte-rendus des rencontres) ; les récents recrutements effectués touchent l’ensemble des compartiments du jeu. Les schémas tactiques qui plaçaient les joueurs plus expérimentés et plus âgés à l’arrière et les jeunes gens plus fougueux « à l’avant » semblent être révolus. Ce n’est plus l’âge (ou plutôt la limite d’âge) ni l’expérience qui déterminent la place sur le terrain, mais bien des qualités athlétiques et techniques. Cela permet désormais aux entraîneurs et recruteurs des clubs d’effectuer des choix tactiques, sur la base de profils de joueurs et de tempéraments observés. En deux saisons, près du tiers de l’effectif de l’équipe se trouve ainsi complété, sur chacun des postes clés. Il devient dès lors possible de parler d’une véritable stratégie dans le recrutement du Racing, qui met fin aux principes empiriques et aléatoires précédemment observés.

  • 15 Cette « frénésie statistique », observée pour la première fois dans les années vingt, connaît de no (...)

25Le calendrier sportif du club, à l’image de celui des grands clubs nordistes, se scinde désormais en une « période préparatoire », composée de rencontres amicales avant le début du championnat qui marque le début de la « période officielle ». Cette période officielle étant elle même close par la participation à des challenges et autres matches amicaux. La période d’activité sportive du Racing s’étend ainsi de la fin du mois d’août au début du mois de juin, pour un total de 31 rencontres. Le calendrier de la saison 1925/26 est encore alourdi par la participation du club aux matches de poule d’accession qui lui permettront de parvenir pour la saison 1926/27 en Division d’Honneur (4 rencontres au mois de mai 1926). C’est d’ailleurs à partir de cette saison que les dirigeants du Racing commencent à tenir une « stricte comptabilité » des matches joués par l’équipe première ; précieux outil qui permet de mieux mesurer son parcours et d’établir des comparaisons vis à vis des clubs voisins et rivaux. Ce souci comptable là encore n’est pas une exception lensoise. D’autres clubs, par le biais des bulletins destinés à leurs supporters, commencent à réaliser ces bilans fort utiles aujourd’hui, qui viennent heureusement compléter les sources fragmentaires de la Ligue du Nord15.

26Avant que le Racing ne dispute les quatre matches d’accession en Division d’Honneur, ces éléments statistiques donnent une fidèle image de l’activité sportive de l’équipe première du RCL : l’équipe dispute en effet 31 rencontres sur plus de 10 mois, dont près de la moitié sont des matches amicaux (rencontres de préparation ou participation à des challenges organisés par des clubs voisins). Ils permettent de ne pas interrompre le rythme quasi-hebdomadaire des rencontres. La saison se termine sur un bilan plutôt éloquent (20 victoires, 2 matches nuis et 9 défaites), qui justifie l’accès du club en division supérieure, mettant ainsi en évidence un niveau de jeu amélioré, que traduisent des scores parfois élevés (d’ailleurs plus importants lors des rencontres amicales, ce qui laisse supposer que le Racing ne prend pas de risque en affrontant des équipes de rang inférieur).

27La poule d’accession en Division d’Honneur réunit dans deux groupes différents les deux clubs arrivés en tête à l’issue du Championnat de promotion honneur de leur district respectif. En mai 1926, le Racing affronte les vainqueurs des districts Maritime (US Saint Orner) et Picardie (Corbie AC et Montdidier AC), et termine en tête de la poule d’accession du groupe 1. Le 30 mai 1926, le match décisif pour l’accession en DH oppose sur le terrain de Bully le Racing à l’équipe de Billy-Montigny. Près de 1000 supporters lensois effectuent le déplacement pour voir leur équipe l’emporter sur le score de 3/2.

  • 16 Le Comité du Racing pour la saison 1925/26 : Président d’honneur : M.P. Pierron, Président actif : (...)

28A l’aube de la saison 1926/27, le temps de la reconstruction est terminé pour le Racing. Il peut être désormais considéré comme l’un des clubs majeurs du bassin minier, et présente certaines caractéristiques identiques à celles de ses rivaux de la Métropole et du Littoral, palmarès en moins (si l’on excepte le nouveau titre purement honorifique, mais ô combien symbolique de champion d’Artois). Le club dispose d’un effectif étoffé par une politique de recrutement réfléchie. Il présente une organisation structurée et est animé par un comité directeur actif composé des notables de la cité16. Il dispose du soutien progressif et bientôt incontournable de la Compagnie des Mines de Lens et de la municipalité, qui autorisent l’accès à des équipements de qualité et à un stade pourvu d’une tribune (elle garantit une affluence essentielle à l’équilibre financier du club). L’année 1926 voit d’ailleurs la création du Supporter Club Lensois, fondé par d’anciens joueurs du Racing. Il tient ses réunions mensuelles dans un café du centre ville, et comptera bientôt de 500 à 1000 membres : titulaires d’une carte officielle, ils bénéficient de tarifs préférentiels lors des déplacements en chemin de fer organisés par le club de supporters. Le nombre de spectateurs présents au stade chaque dimanche (plusieurs centaines de personnes en moyenne, même s’il faut attendre les années trente pour disposer de chiffres réguliers et précis) confirme cette phase de popularisation du Racing. Club pionnier avant guerre qui privilégiait une pratique de distinction, club en pays minier au sens géographique mais bourgeois tant au niveau de son recrutement que dans la composition de ses comités directeurs dans les années vingt ; le Racing-Club de Lens devient un club de premier plan au seuil des années trente. Non en raison d’un palmarès qui pour l’instant tient en une ligne, mais parce qu’il constitue un pôle d’attraction et d’intérêt pour les populations minières et ouvrières, encore spectatrices de l’activité du club. Si l’image d’un « Racing intégrateur culturel et tremplin social » constitue une représentation avérée, ce n’est pas encore la réalité qui s’impose dans les années vingt. Il faut encore considérer le Racing-Club de Lens comme un club bourgeois, dont la popularisation se fait d’abord par les tribunes, avant qu’elle ne puisse être observée au sein de l’équipe première.

2. La vitalité du Racing-Club de Calais

29La région du Calaisis représente dans les années vingt un véritable pôle d’attraction et de développement des pratiques sportives, prolongeant ainsi un enracinement précoce et original, dont le Racing-Club de Calais constitue sans doute le fleuron. La lecture de la presse sportive locale (et particulièrement de Calais Sport, véritable outil de propagande sportive, dont le dynamisme a déjà été évoqué), permet d’identifier et de retracer l’évolution des composantes d’un football calaisien, concurrent affirmé de ses voisins boulonnais et dunkerquois. Ils sont les trois composantes de cet arc littoral, sur lequel viennent se greffer des clubs d’envergure plus modeste.

  • 17 A partir de 1992, Calais Sport accorde davantage de place aux autres disciplines sportives et rend (...)

30Si le football occupe une large place dans les rubriques de Calais Sport, celle-ci ne doit pas occulter le phénomène de maturation des autres sociétés sportives, qui connaissent au lendemain de la guerre une véritable crise de croissance, tant sur le plan du nombre de licenciés, que sur le développement des rencontres, challenges et compétitions, dont la presse se fait régulièrement l’écho17.

31L’éditorial du premier numéro du journal témoigne de cette vitalité des pratiques, et de la volonté de ses rédacteurs de contribuer à la création d’une culture sportive locale fédérative. Ce facteur original d’identité (que la presse classique ne prend pas suffisamment en compte, mais qui correspond visiblement à un réel besoin), traduit un engouement pour les rencontres sportives. L’autonomisation du mouvement sportif passe d’ailleurs par l’autonomisation de la presse sportive au niveau local : elle devient alors un formidable relais, accessible à tous, accentuant le phénomène d’esprit de clocher. Celui-ci est visible dans la subjectivité des commentaires et analyses des rencontres où les clubs calaisiens sont engagés : les articles sont d’ailleurs plus longs, plus polémiques... Ils suscitent parfois, de la part des joueurs, équipes et dirigeants adverses (généralement boulonnais) mis en cause, des droits de réponse sous forme de lettre ouverte, dont la lecture est souvent savoureuse. Elle révèle d’une mauvaise foi réciproque, indissociable du chauvinisme sportif déjà décrit et générateur de passions, heureusement contrôlées à l’époque.

Toutes les sociétés calaisiennes, petites ou grandes, qui s’occupent de sport, que ce soit de gymnastique, canotage, cyclisme ou autre, trouveront en nous des défenseurs, nos colonnes seront ouvertes par la défense de leur intérêt, pour leur propagande. Non seulement nous ferons bon accueil à leur copie, mais nous demandons même à chacune d’elles de vouloir nous désigner un correspondant.

32Le Racing-Club de Calais, à l‘initiative de la publication de Calais Sport, constitue la société sportive « phare » de la cité. Engagé dans le championnat de Division d’Honneur pour la saison 1920-1921, le club affronte ses adversaires sur le terrain Julien Denis. Ces rencontres entre les clubs constituant l’élite sportive régionale (Racing Club de Roubaix, Olympique Lillois, RC Calais, Stade Roubaisien, US Boulonnaise, SC Tourcoing, US Tourcoing, ACA Roubaix) font rapidement l’objet de longs développements et commentaires, avant que ne soient également traités les matches des autres clubs.

33Outre l’équipe première du Racing, 6 autres équipes du club sont engagées dans les différents championnats mis sur pied par le Ligue du Nord, ainsi qu’une équipe « juniors ». Ce qui porte les effectifs du club à près de 120 joueurs (sur la base de 15 joueurs, remplaçants compris, pour constituer une équipe), sans compter les dirigeants.

34La participation d’équipes de jeunes, pour le moment engagées dans des compétitions amicales, représente un aspect non négligeable de la mutation du football français au cours des années vingt. Il n’est plus simplement un sport de jeunes gens et d’adultes issus des classes moyennes, mais une pratique plus populaire et attractive : elle intéresse désormais les enfants et adolescents, dans une tranche d’âge allant de 10 à 18 ans. Pratiqué avant guerre au sein des lycées et dans les casernes, le jeu de football l’est aussi au sein des amicales des établissements scolaires. Ce football laïc structure des équipes minimes et pupilles qui disputent des challenges opposant écoles de la ville et quartiers. Il faudra attendre 1923 pour que la Ligue institutionnalise ces pratiques, par la création d’un championnat « juniors », puis « cadets » en 1931. Cette officialisation de pratiques vient concurrencer des rencontres amicales et challenges, se déroulant sur la formule de coupes régionales : le challenge Henri Jooris est ainsi enlevé par les minimes du Racing-Club, victorieux de leurs voisins du CS Calais sur le score de 3/2, alors qu’ils détiennent déjà le titre de champions maritimes dès 1922. L’année 1921 avait vu se dérouler à Calais la première rencontre internationale entre deux équipes scolaires : les minimes de la ville de Calais, équipe composite constituée des joueurs du RCC et des joueurs des Amicales, échouent de justesse face aux minimes de la Dover School (0/1).

Challenge Henri Lavoine : Amicale Michelet, AEPS 1 et 2, AP Saint Pierre, Amicale Franklin, Amicale Balzac I et II, Amicale du Petit Courghain.
(A Boulogne-sur-Mer, un challenge des jeunes, appelé « challenge Bourguignon » oppose à Pâques la même année les équipes juniors de l’USB, du RC Calais et de la Jeunesse Sportive Desvroise.)

35L’organisation de rencontres entre équipes amicalistes semble toutefois encore marginale et doit progresser sur le plan d’une exemplarité sportive dont les dirigeants du Racing, relayés par Calais Sport, affirment être les dépositaires. Ce qui témoigne, dès 1921 (soit deux années après la création de la Ligue), de ce souci d’uniformisation déjà évoqué : la soumission et l’acceptation de règles communes, y compris pour ces clubs disputant des compétitions en marge des championnats régis par la FFFA, sont les conditions indispensables à la reconnaissance et à l’intégration des clubs amicalistes dans le cénacle des clubs calaisiens historiques. Ayant connu l’époque héroïque du championnat du Nord USFSA, ils constituent déjà, après une vingtaine d’années d’existence, des modèles et références. Avant le début de la saison 1922, Calais Sport prodigue des « conseils aux amicalistes » afin qu’ils procèdent à ce « gommage de la violence » (Georges Vigarello), que l’on met ici sur le compte d’un enthousiasme et d’une spontanéité trop exubérants.

  • 18 In Calais Sport, ibid., E 74.

Mais, à l’entrée de 1922, il est absolument nécessaire que la conduite générale change ; il ne faut pas oublier que vous êtes régis par la FFFA, surtout que vous avez maintenant des règlements auxquels il faut vous soumettre. Le devoir de vos dirigeants, c’est de vous apprendre non seulement à jouer, mais aussi envisager quelles sont les fautes qui peuvent entraîner pour vous la suspension momentanée ou définitive. Il est de votre propre intérêt que vous ayez, sur le terrain, une conduite irréprochable : respect de l’arbitre, de l’adversaire, du public...18

36Ces recommandations adressées aux représentants des sociétés amicalistes, dont quelques-unes, fondées au sein d’établissements privés, appartenaient à la FGSPF, montrent l’existence des deux courants antinomiques qui traversent alors le football association : efficacité, recherche de la victoire à tout prix s’accommodent mal des principes éducatifs fondateurs, basés sur une notion de fair-play souvent mal traduite et galvaudée en France, parce que généralement abordée sous l’angle réducteur du respect des règles du jeu. Outre-Manche, le fair-play est la traduction d’un comportement général, héritage d’une éducation reçue, et décliné en valeurs comme celles de l’honneur, de la loyauté, du respect de l’autre, et qui précisément ne se limite pas au champ sportif.

37En France, les sportifs en général et les joueurs de football en particulier cessent progressivement d’être des sportsmen au lendemain de la guerre, non que l’influence britannique perde du terrain : elle n’est pas en mesure de s’opposer à la montée des enjeux, conséquence directe de la popularité croissante des rencontres, qui voient les intérêts économiques et locaux progressivement transcender les enjeux strictement sportifs. Calais Sport peut à cet égard multiplier les mises en garde et considérer avec nostalgie le temps des sportsmen. Le caractère purement désintéressé de leur investissement respectif semble s’estomper, tant les facteurs de notoriété, de popularité et de reconnaissance l’emportent sur de simples fonctions d’émulation et d’éducation sportives, qui avaient jusque là constitué le fondement de leur investissement :

  • 19 In Calais Sport, ibid., E 74.

Il ne s’agit pas, pour être dirigeant, d’être Monsieur X membre du comité du club Z. Il s’agit de jouer un rôle très important dans tout groupement. Lorsqu’on accepte la responsabilité et les charges d’un poste, on doit avoir à cœur de mener à bien la tâche acceptée en toute indépendance [...]. Le rôle du dirigeant est ingrat. Il demande bien souvent, chez son auteur, un oubli momentané de la vie familiale [...]. Malheureusement, il arrive très souvent que certains dirigeants n’assistent jamais à l’entraînement, ne connaissent même pas les joueurs (à part l’équipe première bien entendu), viennent aux réunions discuter les résultats des matches du dimanche auxquels ils n’ont même pas assisté [...]19.

38Ces mutations des représentations et fonctions des dirigeants des clubs ne doivent pas occulter la vitalité du football. Elles contribuent à le placer en situation, sinon de monopole, du moins de domination patente vis-à-vis d’autres disciplines, certes entraînées dans le sillage de l’inflation des pratiques, mais qui ont parfois des difficultés à trouver leur légitimité et leur identité propres. Ainsi, la fracture culturelle rapidement observée dans le Nord de la France entre football association et football-rugby amène les dirigeants du sport calaisien à encourager le développement de cette dernière discipline, au sein de la section « rugby » du RCC.

39Composé de 32 joueurs, le comité rugby du RCC adoptera les procédés du football : l’entraînement est déclaré obligatoire pour tous les joueurs et 2 absences à l’entraînement interdisent au joueur toute participation aux championnats : ces procédures, qui peuvent paraître drastiques, montrent un souci d’assiduité sportive en dehors du terrain, condition préalable à une présence sur le terrain. Le calendrier sportif, déjà structuré par les compétitions, se précise au quotidien, en même temps qu’ils se banalise : entraînements qui précèdent les matches, matches de préparation pour les rencontres de championnat essentielles, participation aux tournois de Pâques qui se multiplient au lendemain de la guerre et dont le calendrier met désormais en évidence une extension du panorama géographique des clubs qui s’affrontent. Les matchs opposant clubs nordistes à leurs voisins belges et anglais se perpétuent : le 9 avril 1921, l’édition de la coupe de Calais met en présence le Club Sportif de Calais à l’Union Sportive de Tournai, champion du Hainaut). Le renom de clubs des ligues du sud de la France oblige rapidement les grands clubs du Nord à rencontrer de nouveaux adversaires, hors de ses horizons géographiques traditionnels, jusqu’à présent limités aux clubs du quart Nord-Ouest du territoire. Le FC Cette et le SC Nîmois (ainsi que le SC Selestat, plus proche) effectuent ainsi une tournée dans le Nord en 1922 et rencontrent quelques clubs locaux, formule qui leur permet de disposer de recettes originales et de mieux équilibrer un budget de plus en plus difficile à boucler.

40A partir de 1922, le format de Calais Sport est multiplié par deux et comporte des rubriques régulières, ainsi que des reproductions des affiches du match du dimanche. Avis aux secrétaires des clubs, courrier des lecteurs, classement des championnats du Nord et de la Coupe de France, calendriers des compétitions et matches amicaux. Viennent désormais s’ajouter aux nombreux comptes-rendus des matches de l’équipe première, ceux des rencontres des équipes III, IV, V et VI du Racing. Strictement informatifs, ils donnent le résultat et la tonalité générale de la rencontre. L’organisation d’un concours de pronostics destiné aux « lecteurs supporters » témoigne du succès grandissant des rencontres. Il indique que le déroulement de celles-ci s’inscrit dans un temps désormais mesuré et chronométré, qui peut faire l’objet de paris. Seul le nombre éventuel de prolongations n’est pas encore déterminé de manière précise, puisqu’il est demandé aux pronostiqueurs d’en deviner le nombre exact :

Les concurrents auront à indiquer pour chaque match :
1. Le nom du club vainqueur
2. le nombre de buts pour et contre
3. la durée de la partie (temps réglementaire ou nombre de prolongations, chacune étant de 30 minutes)
Le classement se fera par addition de points. Chaque concurrent comptera par match :
a) 3 points si les deux premières réponses sont exactes
b) 2 points si la première est juste et l’écart de but exact
c) 1 point pour la désignation exacte de la durée de match
Il ne sera tenu compte de la 3e question qu’en cas d’égalité. Les concurrents ajoutant 1 point pour la désignation exacte de la durée du match.
Envoyer les réponses avant le 13 mars à midi enjoignant 4 bons du concours, à détacher du journal :
1er prix : 20 francs en espèces
2e prix : un abonnement d’un an à Calais Sport
3e prix : un abonnement de six mois
4e prix : 5 francs en espèces

  • 20 Situés au 10-12 rue d’Orléans, les établissements Morieux « possèdent toujours 20 modèles de ballon (...)

41En 1923, le football calaisien semble arriver à un premier tournant de son histoire : les éditoriaux de Calais Sport s’interrogent en effet sur les récentes évolutions des pratiques. Alfred Wahl évoque justement cette « croissance trop rapide », tant sur le plan des effectifs que du nombre de spectateurs, qui incite les clubs à adopter une politique plus en phase avec de nouvelles exigences qui garantissent leur pérennité sur le plan budgétaire : coût des équipements des joueurs (les établissements Morieux de Calais proposent en 1923 de nouveaux tarifs)20, coût des déplacements, avantages consentis aux joueurs et entraîneurs, frais d’impression des affiches et programmes... Autant d’éléments qui vont constituer le socle d’un semi professionnalisme ou d’un amateurisme marron pendant un temps dénoncé. La période traduit le passage progressif de la sphère d’un amateurisme coubertinien (dont les jeux olympiques eux-mêmes s’éloignent), vers la sphère de l’économique. Dépenses et recettes doivent s’équilibrer, à un moment où le football association semble avoir atteint dans certaines régions sa vitesse de croisière, suscitant un moindre intérêt de la part du public.

  • 21 In Calais Sport, ibid., E 74.

Je sais bien que les sportifs purs, les vrais sportifs ont à l’égard du sport spectacle un dédain bien compréhensible. Pour eux, le sport se suffit à lui même. On le pratique de gaieté de cœur, et non pour la galerie, cette flatteuse et mauvaise galerie qui créée les cabotins et détourne l’esprit des joies simples de la victoire. Combien de champions ont été gangrenés par la faveur populaire. Ils ne songeaient plus à réaliser des performances toujours meilleures, à s’entraîner dans le calme et l’austérité nécessaires. Ils s’efforçaient de briller, de paraître, sans négliger les mille plaisirs de la gloire, et leur forme bientôt, leur précieuse forme, s’affaiblissait...
Le sport spectacle a son utilité. Il constitue la propagande la plus efficace et la plus séduisante pour le sport. Il constitue aussi un spectacle d’une harmonie incomparable, même lorsqu’elle est animée par la violence.
On ne sait pas assez que les grands matchs de football, fresques splendides à l’honneur du geste athlétique, les grandes réunions de course de vitesse et de fond, les concours d’athlétisme, les matches de boxe, développent, dans le cœur ardent et neuf de la jeunesse populaire, une généreuse passion, le goût de l’effort, de la lutte, de l’adresse, de l’art, l’éveil en quelque sorte de son intellectualité.
Trop souvent, d’un mot cinglant, certains artistes jugent la foule sportive. Elle est incapable de s’intéresser à autre chose qu’à la brutalité des combats. Quelle erreur ! Les tournois de la balle ronde ou de la balle ovale, les chevauchées à travers bois, les instincts dressés des pugilistes, les folles équipées des cyclistes, sur les routes de France ou sur l’anneau des vélodromes, toutes les formes de sport contribuent à orner et embellir les mentalités de ceux qui sont voués, sans le sport, à l’atmosphère embuée des bouis-bouis et des bastringues21.

42Ce document marque la fracture qui s’opère entre des pratiques sportives aux intentions délibérément compétitives, parce que réclamées à la fois par l’institution sportive et le public, et des rencontres encore animées par un esprit ludique, où la dimension éducative demeure privilégiée, et dont le football association n’est pas le dépositaire exclusif.

43La volonté de maintenir au football amateur ses vertus éducatives n’empêche pas l’affinement et la technicité des pratiques, accentuant ainsi leur caractère spectaculaire. Sévèrement battus lors du match aller sur le score de 4/0, les joueurs du Racing-Club de Calais affrontent leurs homologues de l’Olympique Lillois à l’occasion d’un match retour et d’une ultime rencontre devant départager le champion du groupe terrien et le vainqueur du groupe maritime, pour l’obtention du titre de champion de Ligue 1924. Ces deux rencontres, brièvement relatées par la presse calaisienne, montrent l’adoption de choix tactiques différents de la part des entraîneurs. Le jeu possède désormais une dimension « esthétique », qui accentue la dramaturgie des rencontres. L’analyse des articles de la presse sportive locale avant 1914 et après-guerre montre également une évolution du contenu qui prend en compte la transformation des rencontres, la modification du jeu et des schémas tactiques traditionnels : si les brutalités continuent à être vilipendées, les rencontres deviennent plus fluides sur le plan du jeu. Plus agréables à regarder, elles obligent les journalistes à passer d’articles strictement descriptifs (composition des équipes, nom des buteurs, récit des principales phases de jeu et des incidents, chronométrage qui s’impose progressivement) à des comptes-rendus plus analytiques, plus étoffes : ils prennent désormais en compte le style de jeu, les qualités personnelles des joueurs, les schémas tactiques adoptés par les entraîneurs, sans oublier l’ambiance du match, sa couleur, son rythme. Autant d’éléments participant à l’avènement d’un spectacle sportif de plus en plus populaire.

44La dimension chevaleresque du match de football, parfois assimilé à un « tournoi des temps modernes », est sans doute excessive. On peut attribuer le lyrisme des articles au style journalistique de l’époque, qui abandonne effectivement les principes d’une simple retranscription chronologique et aseptisée des rencontres, pour privilégier une approche parfois plus littéraire, mais également plus polémique, dont il conviendra de mesurer la subjectivité. La presse sportive adopte désormais un discours engagé et partisan : chaque feuille locale soutient de manière explicite telle ou telle équipe, à l’image du Nord Sportif, organe officiel de l’Olympique Lillois (Henri Jooris, président du club et de la Ligue, est membre du comité directeur du journal). Calais Revue n’échappe pas à la règle, et s’impose rapidement comme l’hagiographe du Racing, de ses spectateurs et supporters. Il n’hésite pas à fustiger équipes adverses, arbitres et journaux concurrents forcément partisans, comme en témoigne par exemple un article relatant la défaite du club face au Stade Roubaisien en février 1925, sur le score de 2 à 4 pour le club visiteur.

3. Les rivalités sportives des clubs boulonnais : USB et OSCB

45La parution du premier numéro de l’OSCB Journal (journal bimensuel gratuit édité pendant toute la saison de football) le 16 septembre 1923 offre de précieux renseignements sur l’évolution du football association dans une cité Boulonnaise où les pratiques sportives se sont fortement développées au lendemain de la première guerre mondiale, à l’image de ce qui se produit à Calais. La presse sportive locale se fait désormais l’écho d’autres disciplines, telles le tennis, l’aviron, l’athlétisme et bien évidemment le cyclisme. Le football demeure toutefois, par la régularité et la durée de sa saison sportive, le sport de prédilection des boulonnais, qui vont suivre avec intérêt les rencontres qui opposent les deux principaux clubs de la cité : l’Union Sportive Boulonnaise et l’Olympique Sporting Club Boulonnais, club omnisports pratiquant l’athlétisme et le football. Dans son éditorial, le président de l’OSCB rappelle aux membres de la société un certain nombre de principes devant les animer, principes qui mettent l’accent sur la dimension éducative d’un jeu, dont on a pu observer qu’il se popularisait plus rapidement dans le bassin minier ou dans l’agglomération lilloise : il serait donc possible d’esquisser une autre géographie des clubs, différente de celle de leur implantation. Elle pourrait prendre en compte, lorsque ceux-ci peuvent être recueillis, les fondements éducatifs déterminant l’objet social de la société, fondement éducatifs qui transcenderaient alors la stricte logique sportive :

Le football est une grande Ecole de discipline, soyez discipliné, écoutez les conseils de vos aînés, obéissez à votre chef de file, au capitaine dont les ordres ne sont que le reflet du travail de la Commission Sportive, efforcez-vous de pratiquer un jeu toujours meilleur, jouez avec vos collègues pour le meilleur rendement de l’Equipe, présentez-vous sur le terrain onze camarades, ne critiquez pas vos partenaires, lesquels peuvent en d’autres circonstances vous retourner vos observations, soyez polis, soyez corrects, donnez à vos adversaires, aux visiteurs, à vos amphitryons l’expression d’une Equipe animée des meilleurs sentiments sportifs, et c’est là un des éléments de succès.
Ne prenez pas par exemple certaines équipes dont les rencontres se terminent souvent par des pugilats ou de sorties bruyantes de terrain. Le public est las de ces façons de faire et il faut lui redonner la confiance qu’il commence à perdre.
L’Education « totale » du public est plus facile à espérer qu’à réaliser. Celle qui est indispensable, c’est celle des joueurs. L’arbitre est là pour ça. N’obligez pas ce dévoué à prendre des sanctions contre vous. Facilitez-lui son travail, n’entachez pas votre réputation d’équipe disciplinée, conservez intact l’héritage que vous ont laissé vos prédécesseurs.

46Le texte continue de privilégier la dimension éducative des pratiques sportives, en insistant sur la valeur d’exemplarité des comportements, qui ne sont pas le seul apanage des joueurs. Il importe que la réputation du club puisse reposer autant sur les dirigeants et les joueurs que les spectateurs, dont la neutralité et la bienveillance à l’égard des adversaires et des arbitres parait pourtant peu compatible avec leur état de « supporter ». Le comité sportif réaffirme cependant un certain nombre de principes fondateurs qui semblent hérités de la fin du XIXe siècle, selon le modèle coubertinien déjà évoqué. Ces principes de correction doivent constituer un élément de l’identité sportive de l’OSCB, pour des motifs également stratégiques : ils visent à démarquer le club de son rival boulonnais. La réputation de brutalité des joueurs de l’USB au début des années vingt est attestée dans de nombreux compte-rendus de matches. Il importe donc que son voisin sportif, engagé dans des compétitions de niveau inférieur, puisse dépasser son rival sur le plan éducatif, à défaut de l’égaler au niveau des résultats. L’affrontement « hors champ » sportif entre clubs rivaux aura pour effet de dramatiser les derbies entre les deux clubs, dont les résultats remettent cependant rarement en cause la hiérarchie sportive.

47Ce souci de distinction à partir de critères plus éducatifs que strictement sportifs peut être observé à la lecture des articles de l’OSCB journal : ils insistent sur les vertus hygiénistes de la pratique du football, sur les nécessités d’un entretien et entraînement physiques, traduction visible et appliquée au football des principes de l’hébertisme, qui connaissent alors un réel succès. A l’image de cette « Education Physique utile » promue par Georges Hébert et appliquée dans les établissements scolaires, il s’agit de développer chez les jeunes footballeurs de l’OSCB les vertus d’un entraînement rigoureux, basé sur le travail foncier. Les séances proposent d’ailleurs des exercices précis, calqués sur la leçon d’éducation physique, et seuls susceptibles de transformer l’honnête joueur en « bon joueur » :

  • 22 Cité par OSCB Journal, ibid. E 35.

Le jeune footballeur sortant des équipes minimes ou des équipes inférieures possède déjà les notions élémentaires du jeu. Quelques-uns sont déjà doués d’une science presque parfaite : les coups de pied de volée, les passes, les coups de tête commencent à être connus.
Jusqu’alors, ce jeune joueur n’avait pas senti le souffle lui manquer, mais placé dans une équipe supérieure, au jeu rapide et un peu sec, il s’aperçoit de la supériorité de ses camarades dans l’adresse de la balle, dans le souffle et la résistance surtout ; il manque d’entraînement.
Pour devenir un bon joueur, il faut s’entraîner en tous temps pour perfectionner les qualités physiques et tactiques que l’on aura à mettre en action pendant un match. Le joueur profitera de la bonne saison pour perfectionner son souffle, sa vitesse, sa souplesse en faisant de l’athlétisme et de la culture physique :
1. Le souffle : il travaillera son souffle en faisant quelques centaines de mètres en longues foulées. 1000 mètres, puis 1500, sans pousser toutefois, lui seront d’une grande utilité. Il cultivera la foulée qui lui permettra en match de se replier avec aisance quand il ne sera pas trop pressé par le danger.
2. La vitesse : sans pratiquer à fond la course de 100 mètres, le joueur doit surtout cultiver des départs rapides, en poussant sur 30 mètres et en démarrant dans toutes les positions. Il s’agit là d’acquérir « la vitesse sur la balle » si appréciable pour les demis surtout, leur permettant d’arriver avant l’adversaire.
3. La souplesse et la détente s’acquerront par la pratique du saut, saut en hauteur ou en largeur avec ou sans élan. Voici les trois facteurs principaux qui doivent transformer (naturellement avec le temps) la galette en bon joueur. Mais hélas !, à l’heure actuelle, trop de joueurs se croient déshonorés en pratiquant les sports athlétiques et la culture physique surtout dans nos régions. Jeunes joueurs, ne suivez pas les mauvais exemples, travaillez avec la volonté d’arriver au but de votre idée en passant par toutes les gammes de sport citées plus haut. L’éclosion du débutant à l’excellent joueur se fera peut-être plus vite que vous ne le pensez22.

  • 23 Se reporter à la communication du Professeur Alfred Wahl (Université de Metz), aux entretiens de l’ (...)

48Document révélateur sur l’histoire des techniques et tactiques utilisées par le football association dans les années vingt. Alfred Wahl a montré le caractère confidentiel de cet aspect de l’histoire du football, pour des raisons essentiellement méthodologiques. Les rares historiens du football ont emprunté les entrées classiques de l’histoire économique et sociale, sans se préoccuper de l’histoire du jeu lui-même. De plus, l’introduction « régressive » du football association en France avant guerre n’autorise pas une grande lisibilité des techniques employées. Quant à l’idée de styles de jeu différenciés selon les régions, elle semble plus s’inscrire dans l’imaginaire collectif et les lieux communs de la presse sportive que dans des pratiques avérées23.

49Un certain nombre de gestes techniques sont désormais identifiés : ils deviennent autant de notions élémentaires que tout joueur se doit de posséder, en plus de prédispositions naturelles qui cependant ne suffisent plus à faire un bon joueur. L’on peut être surpris de l’étonnante modernité du propos, qui vise, en plus du talent personnel, à faire fructifier, à développer d’indispensables qualités physiques et athlétiques, à partir d’un programme d’entraînement précis.

50Au temps sportif déjà décrit, vient s’ajouter le temps de l’entraînement, avant les matches au cours de la semaine et également au cours de la belle saison. Ces séances sont l’occasion de développer par un travail foncier le potentiel physique des jeunes joueurs, s’ils souhaitent toutefois progresser dans une hiérarchie interne au club et disputer des rencontres où les défis physiques paraissent plus « relevés » : rythme plus intense des rencontres, engagement physique plus prononcé, jeu plus rapide avec des phases tactiques identifiées imposent un entraînement rigoureux, scientifisé, qui prend en compte les principes des leçons d’éducation physique du moment.

51Il est possible de percevoir à travers ce programme d’entraînement les évolutions d’un jeu plus technique, plus physique et qui impose des organisations spatiales plus rigoureuses : les joueurs doivent ainsi pouvoir se replacer rapidement en défense (ce qui laisse supposer une plus grande solidarité défensive et un repli tactique des demis). Leur rôle (ils doivent travailler leur vitesse de course, d’accélération et de démarrage) apparaît plus déterminant alors qu’auparavant, le style du « kick and rush » (sorte de « hourra football » contemporain, basé sur de longs dégagements des lignes arrières à destination des 5 attaquants) réduisait leur rôle à la portion congrue. Ils semblent désormais avoir un rôle de récupération et de distribution du jeu plus affirmé.

52Ces nouvelles modalités d’un entraînement visant à accroître les qualités athlétiques des joueurs semblent rencontrer quelque résistance, de type culturel : nombre de joueurs pensent que leurs qualités naturelles suffisent et qu’un entraînement intensif pourrait finalement être interprété comme une remédiation à des carences physiques repérées : le culte du muscle, longtemps affirmé à la fin du siècle dernier, semble perdurer dans une région fortement marquée par la révolution industrielle, ayant érigé en valeurs la force physique, les qualités de robustesse et de résistance à l’effort. Il ne peut être question, pour une partie des joueurs, de les cultiver, de les entretenir, par des pratiques « athlétiques » suspectes, et pourtant indispensables.

53Cette entrée visible dans l’ère de la technicité (pour reprendre la formule d’Alfred Wahl) et les modifications qu’elle suppose au niveau d’un style de jeu désormais plus élaboré n’est pas l’exclusivité des clubs boulonnais et à fortiori des clubs de la Ligue du Nord. Capitaine fameux d’une équipe de France pourtant peu brillante dans les années vingt, Gabriel Hanot rappelle un certain nombre de principes tant éducatifs que sportifs, repris par la presse sportive locale, traduction de ces évolutions que l’on qualifierait aujourd’hui de technico-tactiques :

  1. On ne naît pas footballeur, on le devient.

  2. Le football est une longue patience

  3. Le football n’est pas un jeu individuel, mais un jeu d’équipe

  4. Trop de joueurs ne songent à leur coéquipiers qu’au moment où la balle va leur être prise.

  5. On passe la balle, on ne s’en débarrasse pas.

  6. On ne dribble pas pour dribbler, on dribble pour se donner de l’air.

  7. On n’attend pas la balle, on va la chercher.

  8. Dans les 18 mètres, la règle est de shooter

  9. Deux joueurs ne courent jamais en même temps sur un adversaire en possession de la balle

  10. Pour beaucoup de footballeurs, le but n’est pas l’endroit où il faut mener la balle, le but est de bien jouer

  11. Ce n’est pas tel ou tel joueur qui marque un but, c’est l’équipe, c’est le club. A un degré plus élevé, c’est la région, c’est la nation.

    • 24 Propos de Gabriel Hanot, cités dans OSCB Journal, ibid. E 35.

    Pratiquer un jeu académique, c’est bien marquer des buts et gagner c’est mieux24.

54Ce document souligne les profondes mutations du football de l’après guerre. Les « dix commandements » qu’il propose sont fidèles aux origines la notion de jeu et de plaisir l’emportent sur la victoire, il est essentiel de privilégier l’esprit d’équipe et de respecter l’adversaire, un duel d’homme à homme est préférable en toutes circonstances, des notions comme celles de la solidarité et de l’altruisme entre joueurs d’une même équipe constituent des fondamentaux intangibles. En même temps, ils développent un minimum de paramètres techniques à maîtriser pour celui qui prétend s’adonner au jeu de football : importance de la conquête du ballon, d’une passe au partenaire qui ne le mette pas en échec, mise du talent individuel au service du collectif, tir dans les 18 mètres privilégié, etc. Le gentleman-footballeur doit également être un apprenti footballeur, la valeur sportive du joueur étant désormais calculée sur le croisement de ces deux principes : les qualités humaines, reprenant la thématique distinctive et éducative, en partie fondées sur le « fair-play », doivent désormais trouver leur prolongement dans un jeu plus épuré, moins rugueux et plus clairvoyant sur le plan tactique.

55Ces évolutions perceptibles sont d’autant plus importantes qu’elles réaffirment une vision conventionnelle du sport moderne en général et du football en particulier, au moment où celui-ci connaît des mutations structurelles particulièrement importantes. Elles provoqueront à terme la césure entre l’amateurisme « pur » et un amateurisme « marron » qui, s’il est condamné au nom de la morale et des principes sportifs cités plus haut, n’en devient pas moins une réalité imposée par les transformations des compétitions, des équipes et des clubs. L’attitude des dirigeants de l’OSCB peut être qualifiée de schizophrénique, dans la mesure où la volonté de promotion de leur club, par une meilleure productivité de joueurs mieux aguerris, mieux formés et surtout mieux entraînés (pour peu qu’ils acceptent les sacrifices que cela suppose), repose précisément sur des principes qui récusent toute forme d’évolution économique :

  • 25 In OSCB Journal, 30 septembre 1923, ibid. E 35.

Le sportif est celui qui n’attend de l’exercice physique que le plaisir d’atteindre à la perfection corporelle et n’envisage aucune récompense de son long effort individuel, de même que la haute fierté de faire triompher les couleurs du club doit être l’unique joie et le noble stimulant des efforts collectifs25.

56Au cœur de cette ambiguïté (qui consiste à défendre les fondements initiaux du sport moderne tout en l’adaptant aux réalités de la période), la notion d’identité du club, d’image, de réputation à entretenir et à défendre constitue la nouvelle priorité des dirigeants de l’OSCB. Comme le souligne d’ailleurs Gabriel Hanot, le joueur n’est plus seul : il devient le compagnon et le partenaire de ses équipiers, de ses dirigeants et d’un public de supporters désormais nommé, identifié, qui soutient non plus un club mais le club. Ce public suit les péripéties de l’équipe première le dimanche après midi, ainsi que dans les bulletins du club désormais diffusés. Si le mouvement associationniste se prolonge au lendemain de la première guerre mondiale, l’associationnisme sportif, déjà constitué pour les sociétés de gymnastique, s’étend très rapidement au monde du football. Il accentue les phénomènes de régionalisation, de localisation et d’enracinement d’antagonismes sportifs locaux, qui mettent aux prises le Racing-Club de Calais et le Sporting-Club de Calais, le Stade Béthunois et le Racing Club de Lens, l’Union Sportive Boulonnaise et l’Olympique Sporting-Club Boulonnais...

57En 1924, la constitution du premier club officiel de supporters de l’USB souligne la popularisation d’une pratique dont les origines bourgeoises ont été mentionnées. Il s’agit en effet de développer une structure achevant de pérenniser un club vieux d’un quart de siècle déjà, en lui assurant une assise financière solide. Elle est constituée par le recueil de fonds privés destinés à financer les déplacements des joueurs et l’achat de matériel. 25 ans après la fondation du club, les préoccupations demeurent identiques, à une échelle cependant radicalement différente : elles laissent penser que l’amateurisme strict, au niveau de l’équipe première, constitue sans doute une vue de l’esprit. Le marché des transferts, particulièrement actif en fin de saison, montrera d’ailleurs que les joueurs de l’USB sont particulièrement convoités et que le club lui-même attire des joueurs en provenance de clubs régionaux prestigieux.

58Le milieu des années vingt est une période de derbies disputés entre les deux clubs boulonnais, qui s’affrontent désormais sur des terrains adaptés à la pratique du football, après la période héroïque de la place de Capécure et du terrain du Moulin Wibert. Fidèles à leurs préoccupations hygiénistes, les dirigeants de l’OSCB accueillent avec plus que de simples réticences le projet municipal d’équipements sportifs en 1923 sur les rives de la Liane, à proximité des installations industrielles et portuaires ! Ils souhaiteraient que le terrain de l’OSCB, situé à la lisière de la ville, sur la route de Wimereux, à l’emplacement dit de « la Légion d’Honneur » (c’est à cet endroit que fut effectuée la deuxième remise de décorations par Napoléon Ier en 1804, à l’occasion du Blocus Continental), soit mieux aménagé pour répondre aux exigences de la Ligue du Nord, plutôt que de voir transférer les rencontres de leurs équipes en d’autres lieux, moins salubres, moins hospitaliers et éminemment moins symboliques :

Leur idée de stade est saine. Mais ce qui ne serait pas sain, ce serait précisément l’emplacement de cette institution physique, morale au besoin [...]. Quoi, Messieurs, vous voulez éduquer physiquement les jeunes et leur procurer la santé dans les marécages de la Liane et sur les déblais de la voirie ?

59Conséquence du triomphe des « mythologies pastoriennes », (pour reprendre l’expression d’Alain Corbin), l’implantation de terrains de sports et salles de pratiques d’exercices physiques ne peut être envisagée sur des lieux « grouillant de miasmes délétères ».

60Les pratiques sportives, régénératrices sur le plan physiologique, doivent disposer pour leur déroulement d’installations spécifiques ; les clubs boulonnais n’auront de cesse de réclamer aux édiles locaux l’aménagement d’un stade digne de ce nom. Le stade de la Libération, inauguré au lendemain de la guerre, deviendra le lieu de cristallisation des passions sportives boulonnaises, autour des Rouge et Noir.

61Quant aux dirigeants de l’OSCB, ils souhaitent voir transformées et améliorées les installations de la Légion d’Honneur, bénéficiant dans cette entreprise du soutien de Roger Farjon, sénateur-maire de la ville. Cette volonté de disposer d’installations spécifiques, différentes de celles du club rival de l’USB, souligne le phénomène de territorialisation sportive qui s’opère à l’échelle locale : il renforce l’antagonisme entre l’USB, club de la haute-Ville, jouant à la Libération, face au monument aux morts (et le symbole sera lui aussi largement exploité par les supporters de l’USB), et l’OSCB, plus populaire, situé à la lisière de quartiers ouvriers et de pêcheurs, au palmarès sportif moins éloquent, qui utilise lui aussi dans ses bulletins l’Histoire de France à des fins de propagande sportive... Cette volonté d’enraciner le club dans l’histoire et la géographie de la cité est tout à fait caractéristique du souci de pérennité qui anime les clubs de football de la région dans les années vingt, également visible dans la création de journaux et bulletins de liaison destinés aux amateurs de football, et de clubs de supporters, qui défendent désormais, comme les joueurs, les couleurs de leur club. L’analyse de la presse sportive locale et régionale à d’ailleurs montré que les équipes sont le plus souvent désignées par les couleurs des maillots, sorte de « panache sportif » autour duquel il convient de se rallier afin de le défendre et l’ honorer, sur et autour du terrain... Autant de signes qui attestent du passage du football d’une sphère exclusivement ludique à une dimension sociale plus prononcée et plus complexe, perceptible à travers ses premières formes d’identification sportive :

  • 26 Sur la dimension emblématique et symbolique des « couleurs du stade », se reporter à : Pastoureau ( (...)

L’USB a 26 ans ! c’est une belle jeunesse saine, vigoureuse, au cœur solide. Sied-il de rappeler ici son passé lourd de gloire et tous les fervents de la balle ronde n’ont-ils pas présentes à l’esprit tant de luttes homériques dont sortirent victorieuses les couleurs « rouge et noir ». Combien de champions maritimes inscrits sur son Livre d’Or et, à trois reprises, il ne lui a manqué qu’un peu de chance pour conquérir le Championnat de France.
Peu de sociétés sont fondées à se prévaloir de titres pareils, peu de clubs ont droit à une semblable gratitude de la part de leurs supporters et c’est pourquoi nous avons créé ce journal. C’est afin que nos jeunes joueurs sentent autour d’eux une atmosphère de sympathie et d’encouragement, c’est afin de défendre les intérêts vitaux de notre vieille société locale. Groupé autour du monument de nos morts, près duquel flotte le drapeau de l’USB, ce drapeau qui symbolise en ses couleurs le sang répandu et le deuil du sacrifice, nous évoquions le souvenir de ceux qui sont tombés pour la France. Et notre pensée s’envole aussi vers tous ceux qui ont aimé notre club, vers ceux qui se sont dévoués, qui furent de bons bergers. C’est à nous de suivre les traces et de continuer la bonne tradition. Aux amis de l’USB, nous adressons ici un fraternel appel, pour qu’ils nous aident de toutes leurs forces, pour qu’au jour des grandes batailles sportives prochaines, retentisse autour des touches ce cri, cent fois répété, cri de confiance et d’espoir : « Allez l’Union ! »26

  • 27 C’est précisément la vision de Pierre de Coubertin, développée dans L’âme du football : « Nul ne m’ (...)

62Si l’on ne peut douter de la sincérité commémorative des membres du comité de l’USB (également observée pour le Racing-Club Etaplois au lendemain de la guerre), l’interprétation liée aux couleurs du club constitue bel et bien une forme de transgression et de récupération sportive à posteriori d’un choix opéré 25 années auparavant, sur la seule consultation d’un catalogue parisien... Episode qui renforce cette dimension patriotique déjà soulignée pour quelques clubs du Pas-de-Calais, résultat des réalités de la guerre et de l’occupation d’une partie de la région. En inscrivant l’histoire du club dans un contexte historique plus large (la rencontre évoquée ci-après entre les deux clubs rivaux est sur ce point tout à fait caractéristique), les dirigeants de l’USB transcendent une histoire strictement sportive, qui n’intéressait alors que les quelques aficionados de football. Ils se situent dans un courant plus traditionnel (constituée par la résurgence au lendemain de 1918 du courant « préparationniste » de l’éducation physique), qui renforce cette vision d’un sport et d’un football « utiles », sur les plans physique, moral et social27.

63Accueillant le Président Henri Jooris à l’occasion d’une visite à l’USB au mois de novembre 1923, les dirigeants de l’OSCB ne manquent pas de lui faire visiter les installations de la Légion d’Honneur, afin d’obtenir une nécessaire homologation du terrain par les instances de la Ligue. Elle est la condition préalable d’une participation aux compétitions officielles, notamment en Coupe de France. La venue du Président Jooris en personne, la promesse d’une reconnaissance institutionnelle d’un terrain, considéré par le Comité de l’OSCB comme l’un des meilleurs de la région, parce qu’étant praticable en toute saison, participent là encore de cette volonté d’enracinement du club dans la vie sportive locale, et d’une lutte affirmée contre l’hégémonie du club rival. Ce dernier serait d’ailleurs responsable du refus de la Ligue d’homologuer le terrain de la Légion d’Honneur, craignant de voir remise en cause sa situation de « monopole ». Cette homologation introduirait entre les deux clubs boulonnais une réelle situation de concurrence, dans la mesure où les spectateurs (à différencier des supporters qui ont opéré un choix sportif) pourraient fréquenter l’un ou l’autre des terrains de la cité, habilités tous deux à recevoir des compétitions internationales, Challenges ou matches de Coupe de France, avec les incidences financières que cela représente pour le club mettant son terrain à disposition. Les dirigeants de l’OSCB souhaitent ainsi mettre un terme à une situation d’ostracisme dont ils se sentent victimes.

64On comprend mieux que les derbies qui opposent l’OSCB à l’USB reflètent cette situation de « concurrence », dont les enjeux dépassent la simple comptabilité régulière des résultats. Evoluant dans des championnats différents, la rivalité entre les deux clubs boulonnais s’incarne à l’occasion d’un challenge local, dont l’organisation reproduit un rituel déjà éprouvé : remise d’un trophée au vainqueur remis en jeu chaque année (coupe Guillaume Delpierre), principe de rencontres aller-retour, permettant à chacune des deux équipes de jouer au moins une fois « à domicile », disposant ainsi du soutien de ses supporters sur son propre terrain. Le 9 mars 1924, la première manche du derby se soldera par un score nul (1/1).

65Si nous ne disposons pas du compte-rendu « sténographique » du match, son récit, certes teinté de subjectivité, est toutefois riche d’enseignements : au delà du résultat, très rapidement évacué, ce sont plus les signes de « fair-play » et l’attitude de chacune des deux équipes et des clubs qui sont analysés, avec un avantage sensible aux joueurs de l’OSCB. Moins forts sur le plan du jeu, ils auraient manifesté tout au long de la rencontre un comportement « exemplaire ». Cette exemplarité sportive constitue bel et bien l’enjeu de ce derby, tant sur le terrain que dans les tribunes (il y a fort à parier que les supporters les plus agités soient ceux de l’USB...). Le dépôt d’une gerbe par les dirigeants de l’USB au monument aux morts de l’OSCB témoigne d’une « politesse commémorative » tout à fait légitime et souligne la participation des sociétés sportives à ce genre de manifestation. Il peut également, sur le plan symbolique, sceller une réconciliation entre les deux clubs rivaux et les deux clans évoqués. Marque d’une sociabilité plutôt exclusive, qui se construit sur des critères de différenciation : club moins prestigieux sur le plan du palmarès et de la renommée sportive, l’OSCB met un point d’honneur à être irréprochable sur le terrain et dans les tribunes, construisant et affirmant son identité sur des critères différents de ceux de l’USB.

66Le match retour du 23 mars donne est aussi l’occasion d’une rencontre animée. La retranscription du match (tout aussi subjective que celle qui précède), met l’accent sur la conduite inconvenante, non des joueurs de l’USB, mais de leurs supporters :

  • 28 In OSCB Journal, n° 11, ibid. E 35.

Il y eut des contestations le long des touches, on entendit les cris les plus houleux excitant les joueurs à la méchanceté et à la brutalité. Seul le sang-froid des joueurs des deux teams qui ne se laissèrent pas influencer par les vociférations des énergumènes, évita les incidents et permis à la bataille sportive de se dérouler correctement28.

67Cet extrait du bulletin de l’OSCB met en évidence une réduction des écarts entre les deux clubs rivaux, sur le plan du jeu et des scores des rencontres. La suprématie sportive de l’USB est une fois encore contestée : visiblement supérieurs, les joueurs de l’USB l’emportent par le plus petit des écarts (un but à zéro) et pratiquent un jeu qualifié de rudimentaire, qui s’apparente au « kick and rush » des premiers temps : de longs coups de pied vers l’avant et des tirs approximatifs en direction du but... Si le jeu de l’OSCB n’est pas décrit avec précision, il ne semble guère plus élaboré, dans la mesure où seule la ligne arrière et le keeper semblent avoir fourni une prestation honorable : inefficacité d’une attaque dépourvue de ballons, maladresses techniques des demis ont empêché l’OSCB, « meilleure sur le papier », d’égaliser, voire de l’emporter...

68Il faut cependant reconsidérer l’analyse de la rencontre, sur les plans technique et tactique en prenant en compte des conditions météorologiques (pluie persistante qui aura rendu le terrain très glissant), que l’USB semble avoir mieux intégrées que ses adversaires : l’équipe procède par de longs coups de pied vers l’avant, à destination des avants, les conditions de jeu empêchant de déployer un jeu plus technique, plus élaboré. Il faut donc penser que l’USB a fait preuve d’intelligence tactique et d’efficacité, dans la mesure où, une seule fois dangereuse, elle réussit à tromper la vigilance du gardien adverse.

69Il est d’ailleurs significatif de constater que l’OSCB souhaite que le match soit rejoué sur terrain sec, dans des conditions de jeu « normales »... Reconnaissance implicite d’une infériorité technique du club face à ses adversaires. La réduction des scores des derbies, observée depuis l’après guerre, traduit effectivement un nivellement des styles de jeu « par le haut » (au plan technico-tactique), conséquence d’une multiplication des compétitions, du transfert de joueurs étrangers, et de rencontres avec des clubs anglais notamment.

  • 29 Dunning (Eric), Elias (Norbert), Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Fayard, 1986, 392 p

70Les comportements des supporters de l’USB sont une fois de plus stigmatisés, sans qu’il soit possible de connaître avec précision la nature des débordements évoqués : cris le long de la touche, incitation des joueurs à la brutalité laissent penser qu’il s’agit essentiellement d’une violence verbale, qui a pour effet d’exciter les joueurs de l’USB tout en déstabilisant l’adversaire. La violence, visible sur les terrains au lendemain de la guerre, semble se déplacer vers les tribunes : elle ne concerne cependant qu’une « poignée d’énergumènes » qui souhaiteraient transformer la « bataille sportive » en véritable bataille rangée. Cette dénonciation récurrente de la violence du peuple des tribunes montre que les résistances culturelles à une popularisation du public des stades demeurent. Il n’est pas envisageable ni même concevable que l’atténuation de la violence et de la brutalité sur le terrain conduise à sa possible transposition dans les tribunes : sport de gentleman, le football peut contribuer à cette « civilisation des mœurs » évoquée par Norbert Elias et Eric Dunning29.

Notes

1 Dès le 4 octobre 1919, le FFFA lance son organe officiel, Le Football Association, (avec l’aide du Sporting), qui devient une publication autonome à partir du 24 août 1923 (France Football). De 1929 au 22 mai 1941, France Football est intégré à l’hebdomadaire Football. La presse sportive privée connaît une première phase d’expansion au lendemain de la première guerre mondiale : Le Sporting (hebdomadaire paraissant de 1910 à 1939), Le Miroir des Sports, dirigé par l’ancien international Gabriel Hanot (hebdomadaire qui paraîtra de 1920 à 1939 et de 1941 à 1944), Très Sport (mensuel, de 1922 à 1926), Match (hebdomadaire, de 1926 à 1938), Football (hebdomadaire, de 1929 à 1945).

2 Consulter : Clément (Jean Paul), « Sport et identités régionales », dans : Sagnes (Jean), Dir., Le sport dans la France contemporaine, Presses Universitaires de Perpignan, 1996, 119 p.

3 Sur les caractéristiques de l’immigration dans les années vingt, consulter : Le Maner (Yves), Histoire du Pas-de-Calais (1815/1945), Mémoires de la Commission Départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, Tome XXX, 1993, pp. 194-198. En 1924, la population de Méricourt comprend 1662 Français pour 15 000 étrangers, dont 7 712 Polonais, 6 750 Tchécoslovaques, ainsi que des Belges et des Italiens. Sur les manifestations de la polonité, se reporter à : Ponty (Janine), Les Polonais du Nord ou la mémoire des corons, Coll. Autrement, 1995, 123 p. Malheureusement, une seule référence à des parties de football des rues, pratiquées par les enfants polonais dans les années trente (p. 95).

4 Beaud (Stéphane), Noiriel (Gérard), « L’immigration dans le football », In. Vingtième Siècle, n° 26, avril/Juin 1990, pp. 83-96. Se reporter également à : Braun (Didier), « Football et immigration », In l’Equipe, 28-31 janvier 1986.

5 Dremière (Laurent), La saga des Sang et Or, Editions La Voix du Nord, 1997, p. 10

6 Compte-rendu de la rencontre par L’Avenir de l’Artois. In Racing-Club de Lens. 1906/56, plaquette souvenir du cinquantenaire du Racing-Club de Lens, Imprimerie de la Lys, Vendin-le-Vieil, 1956.

7 Compte-rendu de la rencontre par L’Avenir de l’Artois. In Racing-Club de Lens. 1906/56, op. cit.

8 Mignon (Patrick), La passion du football, Editions Odile Jacob, 1998, p. 100.

9 Korr (Charles P.), « Angleterre : le foot, l’ouvrier et le bourgeois », In L’Histoire, n° 38, octobre 1981, pp. 44-51.

10 L’échec du développement du football ouvrier s’explique en partie par l’impossible greffe idéologique tentée par la Fédération Sportive du Travail vis-à-vis des travailleurs pratiquant le football au sein de clubs bourgeois, qui ne perçoivent pas la reproduction des antagonismes de classe sur les terrains de sport. Se reporter à : Wahl (Alfred), Les archives du football, ibid., pp. 193-94.

11 Sur les représentations et manifestations des peurs engendrées par les phénomènes de foules observés à la fin du XIXe, se reporter à : Barrows (Susanna), Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Aubier, Coll. Histoire, 1990, 226 p. Les souvenirs des manifestations et révolutions populaires du XIXe peuvent expliquer la résurgence de cette « agoraphobie bourgeoise » du début du XXe siècle, visible chez les dirigeants des clubs de football de la région Nord – Pas-de-Calais et au sein des instances du football nordiste.

12 « Les distractions se limitent au cabaret le dimanche, à la pêche ou la chasse à la belle saison et pour certains à la fréquentation des associations dans lesquelles on se retrouve « entre soi ». Chez les mineurs du Nord, celles-ci sont très nombreuses et témoignent de la vigueur du « patriotisme » de clocher et de métier. On peut citer comme pratique collective, la colombophilie qui rassemble, dans le Nord, 45 000 adeptes et 900 000 pigeons, soit les neuf dixièmes du total français ». Cité par : Noiriel (Gérard), Les ouvriers dans la société française (XIXe/XXe), Seuil, Coll. Points Histoire, 1986, p. 152. A ces loisirs traditionnels constitutifs de la culture populaire nordiste, vient désormais s’ajouter la fréquentation des stades, puis la pratique du football.

13 Si le cas de Pierre Chayrigues est resté célèbre avant guerre (dès 1913, le gardien de but international du Red Star refusera d’être transféré au club anglais de Tottenham, qui offrait pourtant la somme de 25 000 francs), l’argent circule parmi les grands clubs français et ceux constituant l’élite régionale au seuil des années vingt : le président du Sporting club de Nîmes, Henri Monnier, propose au joueur sétois René Dedieu le remboursement de ses frais de déplacement et une indemnité forfaitaire de 50 francs par match. En 1925, Maurice Gallay (FC Sète) et Jules Dewaquez (Red Star) signent à l’Olympique de Marseille contre un salaire mensuel de 1500 francs. En ce qui concerne les clubs de la Ligue du Nord, la pratique du « racolage » et de l’indemnisation des joueurs est institutionnalisée par le président de l’Olympique Lillois Henri Jooris : pour la saison 1924/25, près de 8000 francs sont consacrés chaque mois au paiement des joueurs. Cité par Lanfranchi (Pierre), Wahl (Alfred), Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Hachette, Coll. La Vie Quotidienne, 1995, pp. 39-40.

14 Les couleurs du club ont effectivement évolué depuis sa création en 1906 : vert et noir à l’origine, puis noir et rouge (sur le modèle des maillots à damiers anglais), noir orné du sigle RCL avant 1914, blanc au moment de l’USFFA (1919), puis blanc à parement bleu et finalement bleu ciel... avant que les couleurs rouge et jaune ne soient définitivement adoptés par le Président Moglia. La légende veut qu’en 1924, ce dernier soit passé devant l’église Saint Léger et, apercevant les couleurs rouge et jaune d’un vestige de l’occupation espagnole, décide d’adopter ces mêmes couleurs pour le club. Rapportée par le quotidien L’Equipe, la vision plus lyrique de Gervais Martel, Président du RCL en 1998 qui voit dans les couleurs du Racing la vision symbolique du travail des mineurs : le sang signifiant « la souffrance des mineurs qui arrachent dans les entrailles de la terre « l’or » économique que représentait alors le charbon... » (sic). Pour Dominique Maillard, IPR-IA d’EPS, les couleurs du Racing pourraient correspondre aux jetons de trois couleurs (blanc, rouge et noir) attribués aux mineurs lors de leur travail en postes. C’est bien évidemment dans les traces de l’occupation espagnole au XVIe siècle que résident les explications. Au temps de la Marche d’Espagne Carolingienne, Wilfried portait sur son oriflamme quatre barres rouges sur fond jaune, signe de ralliement des armées chrétiennes lors de la Reconquista. Couleurs reprises au XVIe et flottant sur les Flandres et l’Artois. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en 1998, le RCL, champion de France des clubs de football professionnels de 1ère division et l’USA Perpignan, finaliste du Championnat de France de rugby, portaient les mêmes couleurs. Sur la symbolique des couleurs, se reporter à l’incontournable article de : Pastoureau (Michel), « Les couleurs du stade », In Vingtième Siècle, n° 26, avril/juin 1986, pp. 11-19.

15 Cette « frénésie statistique », observée pour la première fois dans les années vingt, connaît de nos jours une formidable résurgence. Les Championnats de France professionnels, Coupe de France, Coupes européennes, rencontres de l’équipe de France font désormais l’objet d’austères compilations (score des rencontres, buteurs, composition des équipes, classements, etc.). Yves Vargas attribue cette obsession à la vacuité du football, qui, incapable de parler de lui en tant qu’objet, en est réduit à se mettre en fiches, parce qu’il n’a rien à dire... Sévérité du philosophe. Pour l’historien du sport, ces ouvrages permettent au moins de reconstituer les itinéraires sportifs des clubs et des joueurs, depuis la naissance du professionnalisme.

16 Le Comité du Racing pour la saison 1925/26 : Président d’honneur : M.P. Pierron, Président actif : M. Moglia, Vice-président : M. Van den Weghen Secrétaire-trésorier : M. Dournel, Membres : MM. JB. Hache, Bultez, Queniart, Honnet, Marchand, Léandre, Lefebvre, Ferrand. In Racing-Club de Lens. 1906/56, ibid.

17 A partir de 1992, Calais Sport accorde davantage de place aux autres disciplines sportives et rend compte des principales manifestations organisées dans le Calaisis : hippisme, courses automobiles (meeting de Calais organisé par l’Automobile Club du Pas-de-Calais), boxe, cyclisme, aviron (le terme de rowing disparaît, au profit des Régates de l’Union Nautique), gymnastique, tir à la cible, motocyclisme et athlétisme. In Calais Sport, octobre 1922, ADPC, E 74.

18 In Calais Sport, ibid., E 74.

19 In Calais Sport, ibid., E 74.

20 Situés au 10-12 rue d’Orléans, les établissements Morieux « possèdent toujours 20 modèles de ballons, à partir de 18 francs et 15 modèles de chaussures, à partir de 35 francs ». Les nouveaux tarifs pour la saison 1923 sont ainsi fixés : chaussures de football : 35 francs, ballon de cuir : 18 francs, maillot aux couleurs des clubs : 13,50 francs, bas aux couleurs des clubs : 7,95 francs, gants de gardien de but : 22,50 francs. Le magasin propose également « quantité d’articles et d’accessoires pour le football, tennis, natation, boxe, etc. Une réduction de 5 % est accordée aux membres des sociétés sportives sur présentation de leur carte ». In Calais Sport, ibid., E 74.

21 In Calais Sport, ibid., E 74.

22 Cité par OSCB Journal, ibid. E 35.

23 Se reporter à la communication du Professeur Alfred Wahl (Université de Metz), aux entretiens de l’INSEP sur le thème Football : Jeu et Société, Paris, INSEP, 11/13 mai 1998. L’évolution des styles de jeu se fait dans les années vingt à partir de deux facteurs principaux : introduction et modification de règles (notamment celle du hors-jeu en 1925, qui contribue au développement d’offensives véritablement construites) d’une part, autonomie et prise d’initiative renforcées chez les joueurs, notamment les attaquants, d’autre part.

24 Propos de Gabriel Hanot, cités dans OSCB Journal, ibid. E 35.

25 In OSCB Journal, 30 septembre 1923, ibid. E 35.

26 Sur la dimension emblématique et symbolique des « couleurs du stade », se reporter à : Pastoureau (Michel), « Les couleurs du stade », In Vingtième Siècle, n° 26, avril/juin 1990, pp. 11-18. Les premières tenues portées par les joueurs de football à la fin du XIXe adoptent les principes de l’éthique protestante, qui veut que le blanc (la pureté) représente ce qui touche au corps (RC-Arras), et le noir corresponde à ce qui doit être montré (couleur initiale du RCL et de l’USB). L’adoption de couleurs plus vives, unies ou associées, est perceptible dans les années vingt. Si la majorité des clubs nordistes épouse fidèlement cette logique, le RC Calais, qui adopte dès l’origine la couleur jaune (certes associée au noir), fait figure d’exception, en apparaissant plus tardivement.

27 C’est précisément la vision de Pierre de Coubertin, développée dans L’âme du football : « Nul ne m’ôtera de l’idée que le jeune homme qui a passé par là ne soit mieux préparé qu’un autre au football de la vie. On y retrouve en effet toutes les péripéties, toutes les émotions, toutes les obligations qui caractérisent le vrai football [...]. Telle est la vie ; il n’y a que deux choses à faire : ou bien pénétrer sur le terrain et se mêler hardiment aux joueurs, ou bien demeurer sur la lisière avec les spectateurs qui regardent immobiles, et applaudissent. Les Français ont assez regardé : il est temps qu’ils jouent ». Cité par Delbourg (Patrice), Heimermann (Benoît), Football et littérature, Stock, 1998, p. 40.

28 In OSCB Journal, n° 11, ibid. E 35.

29 Dunning (Eric), Elias (Norbert), Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Fayard, 1986, 392 p.

© Artois Presses Université, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.