Desktop versionMobile version

50 ans de football dans le Pas-de-Calais

 | 
Olivier Chovaux

Le temps de l’enracinement (1914/1932)

Un nouveau « temps sportif »

Full text

1. La régionalisation des compétitions et des instances sportives

1La structuration des championnats et compétitions constitue l’œuvre majeure de la Ligue du Nord de football au lendemain de sa création. Cette action répond à l’augmentation numérique des clubs et de leurs licenciés. Les associations sportives souhaitent en effet rapidement participer à des compétitions officielles, afin d’intégrer au plus vite l’élite régionale. De fait, elles veulent voir la totalité de leurs équipes engagées dans des championnats. Ce qui permet de dégager une hiérarchie sportive qui vient s’adapter au processus de verticalisation des instances déjà souligné.

2En 1920/21, la division d’Honneur de la Ligue est composée de 9 clubs, organisée en 3 groupes de trois clubs. Les clubs du littoral constituent une entité à part entière (USB, Racing-Club de Calais et US Dunkerque-Malo), qui préfigure la constitution du district maritime. La saison est organisée selon la formule de matches « Aller » de septembre à octobre et « Retour » de novembre à janvier. A partir de Janvier, les deux premiers de chaque groupe disputent le Championnat du Nord, selon une formule identique (matches aller de janvier à mars, et retour de mars à mai) qui concerne 6 équipes, tandis que les 5e et 6e de chaque groupe descendent en division inférieure pour disputer le championnat de Promotion. Le reste de la saison étant consacré à des tournois, challenges et matches amicaux. Dès la saison suivante, l’augmentation du nombre des clubs rend la formule caduque et impose une division d’honneur à 16 clubs, organisés en trois groupes : le groupe « A » étant le groupe le plus relevé, sur le plan du palmarès des clubs engagés. Les critères géographiques ne sont pas encore déterminants dans la composition respective des groupes, même si le groupe « C » regroupe les clubs du Littoral, de la mer du Nord à la baie de la Somme :

  • 1 Consulter la carte : Organisation des championnats de division d’honneur sur le territoire de la Li (...)

A. Olympique Lillois, US Tourcoing, AS Tourquennoise, Sporting Club Fivois, Stade Roubaisien
B. RC Roubaix, Sporting Club Tourquennois, Amicale Club des Arts de Roubaix, RC Arras, Athlétic Club de Calais.
C. US Boulonnaise, Racing Club de Calais, Olympique Sporting
Club Boulonnais, Union Sportive de Dunkerque Malo, Sporting Club Abbeville, Sporting Club de Calais1.

3La publication du classement des championnats du district Artois à l’issue de la saison 1922 met en évidence l’émergence d’une hiérarchie sportive minière, en dépit d’un nombre de clubs encore limité. Ceux-ci engagent cependant deux ou trois équipes dans différents niveaux de compétitions sectorisées autour des pôles de Lens et de Béthune.

4L’assemblée générale de la Ligue du Nord se tient à Lille le 30 juillet 1922, à la Taverne de Strasbourg. Présidée par Henri Jooris, elle réunit 70 clubs, disposant de 168 voix délibératives, pour un total de 230 clubs affiliés. Le compte-rendu in extenso de cette réunion statutaire semble indiquer que la phase de structuration pacifique évoquée plus haut est révolue. Les clubs deviennent plus critiques et plus contestataires vis-à-vis des instances régionales. Le principe de la proportionnalité (le nombre de voix délibératives est fonction du nombre de licenciés au club) assure une représentativité réelle des clubs présents, dont certains présidents n’hésitent pas à remettre en cause les choix politiques du bureau de la Ligue. Le nombre de clubs (la Ligue du Nord est la plus importante ligue de province) oblige le président Jooris à proposer des modifications des calendriers des championnats :

  • 2 In Calais Sport, avril 1922. ADPC, E 74.

Le Président souligne la prospérité de la Ligue du Nord, qui est la plus importante de province, elle accuse 6818 licenciés, alors que la Ligue suivante, celle de Normandie, n’en compte que 5278. La Ligue du Nord n’est devancée que par celle de Paris qui a 9463 licenciés, mais proportionnellement à sa population, c’est elle qui compte le plus de footballeurs. Il ajoute qu’au point de vue financier, la Ligue du Nord peut se glorifier d’avoir une situation saine, en n’exigeant de ses clubs que le minimum d’efforts2.

5Ce championnat « nouvelle formule » constitue un point important des débats, où deux réalités sportives viennent se télescoper : la multiplication des rencontres internationales et la préparation olympique en vue des J.O. de Paris de 1924 modifient en effet le calendrier des rencontres. Les clubs se voient interdire toute compétition aux dates imposées par le Comité Olympique Français et la Ligue du Nord. Les petits clubs vont donc refuser cette spectacularisation des rencontres, préjudiciable aux compétitions locales, dont les recettes constituent parfois l’unique source de revenus des clubs. Un âpre débat entre les membres du comité directeur de la Ligue et les représentants des clubs débouche sur un statu-quo où seuls les noms des compétitions changent : une poule de numérotation permet d’accéder en division d’Honneur, une poule d’accession autorise l’accès à la poule de numérotation. En l’absence de tout championnat national, (exception faite de la Coupe de France dont la formule devient également plus complexe), l’organisation des championnats régionaux doit encore se soumettre aux impératifs de la FFFA, ce qui visiblement accentue le décalage entre clubs des catégories inférieures et clubs des grandes villes, dont les équilibres budgétaires demeurent assurés, quelque soit le calendrier instauré :

  • 3 In Calais Sport, 22 décembre 1921, ADPC, E 74.

Pendant deux heures, dans toute son ampleur, c’est la discussion. Le ton de la discussion s’élève et Monsieur Delique du SC Abbeville se lève et adjure les clubs, dit grands, de ne pas devenir des « entrepreneurs de spectacle ». On devine le tumulte qui s’ensuivit. De virulentes protestations s’élevèrent contre cette parole malheureuse. Le projet de statu-quo est adopté par 84 voix3.

6La suite du compte-rendu de l’assemblée générale souligne l’opposition de ces deux conceptions du football régional. D’un côté, l’exécutif de la Ligue (et notamment le Président Jooris) militent pour que les joueurs de la sélection de la LNFA évoluant en division d’Honneur (et souvent membres de l’Olympique Lillois) bénéficient d’un championnat allégé, afin de mieux se consacrer aux matches de sélection : ces derniers constituant pour la LNFA une source de revenus conséquente. De l’autre, les représentants des clubs n’entendent pas se voir imposer un diktat administratif, qui, à leur yeux, risque encore d’accentuer le décalage entre « petits » et « grands ». L’équilibre financier de la Ligue étant subordonné à cette modification, le bureau fait aux représentants des clubs présents la proposition suivante : Le bureau ne peut assurer la bonne gestion de la Ligue, de ses résultats sportifs, moraux et financiers que si l’Assemblée Générale accepte l’étude, la discussion et le vote d’une formule de championnat division d’Honneur, dont les épreuves ne comporteront pas plus de 14 dimanches.

7La lecture des différents points du rapport d’activité met en évidence les préoccupations du moment de la Ligue, qui reprennent celles de la FFFA : questions relatives à un racolage de plus en plus difficile à contrôler, perméabilité des transferts qu’il parait urgent de mieux contrôler et réglementer, valorisation et promotion du football association, meilleure organisation des instances sportives et homogénéisation des règles pour les clubs affiliés à la LNFA. La mécanique administrative de la Ligue est visible dans les différentes commissions, dont une récente commission des transferts : en fin de saison, elle tente de définir des règles qui soient communes à tous les clubs, et qui permettent également de traiter le cas de joueurs de nationalité étrangère, de plus en plus nombreux. Ils vont d’ailleurs véritablement irriguer le football nordiste et favoriser le passage au « professionnalisme » des clubs d’envergure (encore qu’il convienne de s’interroger sur la notion de « professionnel » dans les années vingt, formule générique qui recouvre une multitude de statuts et de situations selon les joueurs et les clubs). La LNFA « réglemente, censure, homologue et étudie » et se dote également des moyens de sa propagande sportive, à destination des clubs de division II et III, par la création d’une commission adaptée.

8Sur le plan des finalités liées à la pratique du football association, le comité directeur de la LNFA relaie les thèses hygiénistes et modernistes, caractéristiques des pratiques sportives de l’époque. Elles complètent la dimension ludique et éducative d’un football alors en pleine ascension, qui constitue pour les dirigeants de la Ligue non seulement un remède aux malheurs du temps, mais qui peut aussi contribuer au redressement d’une France sinistrée sur le plan démographique.

9L’analyse des interventions et réclamations des représentants de clubs lors de l’assemblée générale, avant que ne soit abordée la modification du calendrier et des championnats, pose la question de l’autorité des instances régionales. Parfois remise en cause par de petits clubs (contractant des matches amicaux avec d’autres clubs non affiliés) ou des sociétés plus importantes (considérant les décisions de la Ligue comme autant de décisions arbitraires limitant leur autonomie), cette autorité semble s’imposer de manière progressive. La Ligue étend lentement mais sûrement sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire. Les potentats locaux s’estompent et l’image médiévale d’une Ligue enfin suzeraine « en son royaume », imposant par la règle des liens de vassalité intangibles vis-à-vis de clubs jusque là plutôt contestataires parce que soucieux de leur indépendance, reflète assez bien la réalité de l’époque. L’assemblée générale de 1922 est importante sur le plan politique : en moins de trois années, le Comité Directeur de la LNFA réussit à imposer sa volonté aux clubs et renforce davantage le processus de verticalisation des instances déjà décrit.

10L’ensemble des propositions des représentants des clubs tend en effet à homogénéiser des pratiques et des fonctionnements, selon des règles d’équité : les joueurs faisant l’objet de sanctions à l’issue d’incidents lors des rencontres devraient tous passer par les commissions de District compétentes. Il s’agit d’interdire tout traitement différentiel en amont, qui peut apparaître aux yeux des dirigeants des clubs et des joueurs eux-mêmes comme la manifestation d’une « justice sportive à deux vitesses » : en réclamant la systématisation et l’homogénéité des procédures, les clubs se soumettent à l’autorité de la Ligue et de ses émanations au sein des districts. Par ailleurs, la volonté d’appliquer de sévères sanctions aux clubs déclarant forfait atteste là encore du souci des clubs de la Ligue de « mettre hors jeu » ceux qui ne respectent pas leurs engagements sportifs et perturbent ainsi le déroulement des championnats. La proposition d’un barème raisonnable, basé sur les dépenses réelles qu’occasionnent les déplacements, vise également à harmoniser des pratiques, en limitant les abus de clubs forcément « parisiens » (ce sont en effet les clubs recevant qui procèdent au remboursement des frais de déplacements des clubs visiteurs).

11Défendu par le Président Henri Jooris et le Comité de la Ligue, le principe d’étalement des compétitions officielles sur 14 dimanches, en application des décision du Comité National Olympique, réunissant 16 clubs en Division d’Honneur, est finalement adopté par 81 voix contre 52 après une discussion houleuse : le dépôt de différentes motions ou propositions émanant des grands clubs de la Ligue, aboutit à la rédaction de trois projets différents. Celui du CS de Calais aurait pour effet, s’il était appliqué, de modifier de manière sensible la géographie du football nordiste. L’adoption du projet n° 1 avec une majorité confortable (81 voix pour, 52 voix au projet n° 2, 3 bulletins nuis), met fin à la fronde des clubs emmenés par le Club Sportif de Calais, qui souhaitait pourtant augmenter et décentraliser davantage des compétitions que de longs trajets imposés aux équipes faussent forcément : la formule proposée, certes complexe (24 clubs, divisés en 6 poules de 4 groupes : deux groupes « terriens », un groupe « Artois/Picard », un groupe « Maritime »), accordait davantage de place aux petits clubs du Littoral et tenait mieux compte des réalités géographiques d’une Ligue étendue à trois départements. Il faudra attendre 1923 pour que la formule soit en partie reprise, selon un schéma hiérarchisant trois niveaux de compétition : division d’Honneur, promotion Honneur et championnat de séries, doublés de poules d’accession, sur le principe des « montées » et « descentes ». Cette organisation tient alors mieux compte des réalités géographiques et de l’implantation des clubs : elle contribue ainsi à un meilleur enracinement local de ces derniers, elle rend les déplacements moins aléatoires et surtout moins onéreux.

12C’est donc la solution légaliste qui est retenue, avec le soutien tacite et tactique des grands clubs de la Ligue, qui craignent sans doute une remise en cause de la pyramide sportive régionale. Il paraissait d’ailleurs surprenant que le projet allant à l’encontre de la proposition du Président Jooris puisse être adopté, tant son influence et son poids politique, au sein de la LNFA et de la 3FA, sont conséquents. La suite du compte-rendu de l’assemblée générale, avant que ne soient abordées les questions financières, est un modèle d’hagiographie sportive : elle met également en avant la vitalité d’un football nordiste, qui doit encore gagner en exemplarité sur le plan du comportement des joueurs et dirigeants. Cette volonté d’éradication d’une violence largement présente sur et autour des terrains constitue une autre priorité de la Ligue et des instances du football français, qui accentue jusqu’à l’exacerbation des passions et rivalités locales, cristallisées au sein d’espaces sportifs aménagés :

  • 4 In Nord Sportif, ibid. Henri Jooris est élevé au grade de chevalier de la Légion d’Honneur en avril (...)

Il passe en revue la formule des championnats qui fut désastreuse pour le football nordiste, puis les rappels à l’ordre aux clubs relatifs à la conclusion de matches avec des sociétés non affiliées. Il fait appel aux joueurs pour qu’ils disputent loyalement et correctement leurs chances pour obtenir la victoire et pour qu’ils restent camarades et qu’ils s’inclinent devant la supériorité sportive de leurs adversaires ou simplement devant la fatalité ou la malchance qui, quelquefois, empêche de gagner un match. Il signale que le public lui-même rend trop souvent difficile la tâche des dirigeants, car les écarts des spectateurs sont toujours préjudiciables à la cause du sport.
Il insiste près de tous les assistants de l’assemblée et de tous les dirigeants des clubs pour qu’en toutes circonstances, ils montrent le bon exemple et qu’ils protègent les arbitres et les officiels plutôt que de les critiquer et d’exciter le public contre eux. Il ajoute que la force d’inertie qu’il a trop souvent rencontrée sur la route l’a empêché de faire de la Ligue du Nord la mieux organisée des Ligues de France et pourtant, la chose eût été simple et relativement facile, si chacun avait apporté une collaboration normale. [..]4

13A en croire Charles Flenniau, trésorier de la Ligue, c’est bien l’inertie et la résistance des clubs qui auraient empêché le conseil de la Ligue d’atteindre les objectifs sportifs qu’il s’était fixés... La réalité est sans doute plus complexe, mais un tel discours témoigne de relations sans doute tendues entre des clubs soucieux de leur autonomie et d’une relative indépendance vis-à-vis d’une Ligue qui entend justement leur imposer dès règles communes.

14La présentation des comptes pour l’exercice 1921/22 montre une Ligue en bonne santé, en dépit des propos alarmistes de son trésorier. Elle indique le volume conséquent des sommes engagées et le poids des recettes provenant des rencontres dans les produits de l’exercice (53 %) . Le total des litiges, amendes et procédures administratives, en dehors des frais d’arbitrage (qui représentent 34 % des dépenses totales et qui ne sont pas toujours remboursés par les clubs) est finalement peu significatif. Au 31 juillet 1921, l’avoir de la Ligue du Nord se montait à 14 098,45 francs, pour un bénéfice net de 10 274,50 francs pour le présent exercice. La totalité des sommes cumulées (24 372,05 francs) étant placée en banque, exception faite de 30,50 francs déposés aux Chèques Postaux.

15Pour le district terrien, la moyenne des frais de déplacements des arbitres est de 3,30 francs par match, pour un total de 1 120,70 francs : sur les 419 arbitres désignés pour diriger les rencontres, 319 ont officié, 56 se sont excusés et l’on ne compte que 23 absences.

  • 5 Les dix membres sortants du conseil sont rééligibles et se représentent tous. Le nombre de membres (...)

16La fin de l’Assemblée Générale (avant que l’on ne procède à l’élection du nouveau Conseil) est l’occasion pour le Président Jooris de remettre les coupes aux clubs vainqueurs des différents challenges, organisés sur le territoire de la Ligue, notamment la Coupe Henri Jooris, désormais propriété de l’Olympique Lillois qui la remporte pour la seconde fois consécutive5. Ces cérémonies, en se ritualisant, deviennent des moments importants de célébration commémorative des titres glanés : elles vont bientôt permettre aux clubs, petits et grands, de tenir scrupuleusement le palmarès de leurs exploits sportifs. La Ligue va multiplier ces manifestations, qui renforcent un sentiment d’appartenance et d’identité sportive régionale, en même temps qu’elles constituent une excellente vitrine pour la promotion du football association : au milieu des années vingt, en plus des championnats régionaux et de la Coupe de France, chaque district verra ainsi se dérouler par catégorie (minimes, juniors et seniors) une ou plusieurs compétitions sur le modèle de la Coupe de France (Coupe Porisse pour le district Artois), qui viendront compléter un calendrier réduit à 14 dimanches.

17Une Assemblée Générale Extraordinaire permet ensuite de modifier les Statuts de la Ligue, afin que celle-ci bénéficie de l’agrément du ministère de la Guerre. Dès 1920, celui-ci réactualise la trilogie le militaire, le gymnaste et le soldat par la création d’un Haut Commissariat à l’Education Physique, aux Sports et à la Préparation Militaire, tandis que la ministère de l’Instruction Publique se dote en 1922 d’un Service Provisoire de l’Education Physique et des Sports. Il est donc indispensable que la Ligue du Nord procède à un toilettage de ses statuts, en affirmant de manière très explicite les rapports devant exister entre la pratique du football association et la régénérescence de la race.

  • 6 In Nord Sportif, septembre 1922, ADPC, G 95.
  • 7 In Nord Sportif, ibid.

Article 2 : La Ligue du Nord du FA regroupe les sociétés sportives de la région du Nord afin d’organiser le sport et plus particulièrement le football. Son but est de développer chez tous les jeunes Français l’esprit d’initiative et de discipline, les qualités de souplesse, d’énergie et d’endurance indispensables pour former des hommes robustes et de bons soldats6 7.

18Autres modifications techniques apportées aux statuts, la procédure de désignation et la composition du conseil et du bureau de la Ligue, adoptées à l’unanimité. Elles renforcent la participation des représentants des districts, qui deviennent de droit membres du Conseil et vont constituer autant de précieux relais de la LNFA dans les régions. Elle installe également le Conseil dans la durée : ses membres sont maintenant désignés pour une période de trois années, renouvelables par tiers chaque année, ce qui aura pour effet de stabiliser l’exécutif, quitte à favoriser une forme de « népotisme bureaucratique ». Ces modifications ne rencontrent aucune opposition de la part des clubs. Par contre, la proposition de l’Olympique Lillois visant à introduire un principe complexe de proportionnalité dans la représentation (chaque club disposera d’autant de voix qu’il possède d’équipes engagées dans le championnat, à conditions qu’il n’ait enregistré aucun forfait) est âprement discutée et finalement repoussée à une large majorité (44 voix pour l’adoption, 86 voix contre l’adoption, 3 bulletins nuis). L’introduction d’une telle proposition, émanant du club du Président Jooris, risque en effet de favoriser les mieux structurés, disposant de budgets assurant un engagement maximum de leurs équipes, et limitant les risques de forfait. A l’inverse, les petits clubs, disposant de ressources plus aléatoires, préfèrent le statu quo et l’attribution d’un nombre de voix en fonction du nombre de licenciés.

La Ligue est administrée par un Conseil composé de 12 membres élus pour trois ans par l’Assemblée Générale et renouvelables par tiers chaque année.
Le sort désignera la première année les candidats qui seront soumis au renouvellement, la seconde et la troisième année.
Font partie de droit du Conseil de La Ligue avec une voix délibérative : un délégué par district de la Ligue du Nord. En cas d’absence de ce délégué, un autre délégué du district le remplacera aux réunions du Conseil, mais avec une voix consultative seulement.
A l’issue de l’assemblée générale annuelle, le Conseil et les Présidents de districts procéderont à l’élection du bureau, qui sera donc soumis à réélection chaque année .
Ce bureau comprendra : un Président, deux Vice-Présidents, un Secrétaire Général-Adjoint, un Trésorier, un Trésorier-Adjoint, un archiviste et 4 membres.
Cette modification est adoptée sans discussion.

19« La vitalité des associations est un bon indice de la sociabilité générale d’une collectivité humaine ». Cette phrase de Maurice Agulhon peut s’appliquer aux débats de l’Assemblée Générale de la LNFA en 1922. En dépit d’une modification des statuts qui se révélera conjoncturelle, les objectifs de la Ligue et ses rapports avec les clubs affiliés se précisent : il s’agit d’abord, sur le modèle unitaire de la FFFA, de fédérer les clubs à travers une organisation régionale structurée et des compétitions hiérarchisées. L’objet sportif de la Ligue, qui correspond finalement à la légitimité de sa fonction officielle depuis 1919, est désormais étroitement lié à des principes d’organisation mieux affirmés. Sa fonction moralisatrice et disciplinaire, souvent contestée par les clubs, semble mieux acceptée, et même revendiquée au nom du principe d’équité entre les clubs : les différentes commissions de la Ligue voient leur légitimité reconnue, par une bureaucratisation et une formalisation de leurs rapports avec les clubs. Le rapport de force entre les clubs, leurs représentants et les instances de la Ligue penche désormais de façon inéluctable en faveur de cette dernière, qui devient le dépositaire exclusif de l’exécutif du football régional. Autre paradoxe, la déshumanisation visible des rapports entre les clubs et la LNFA, ou en tout cas leur fonctionnarisation : processus qui rend la fonction de sociabilité de l’association beaucoup plus diffuse, pour reprendre l’adjectif pertinent de Pierre Arnaud. Cette sociabilité va finalement se développer au sein des sociétés sportives elles-mêmes, plutôt qu’au sein d’une Ligue dont les orientations technocratiques vont rapidement l’emporter sur de pures logiques associatives. Le nombre des clubs et licenciés, le volume des rencontres et l’extension géographique de la Ligue imposent cette orientation bureaucratique, également visible au niveau des instances nationales.

  • 8 Les instructions de juin 1923 reprennent en grande partie celles de 1887 : « Abstraction faite de l (...)

20La viabilité financière et l’autonomie de gestion des clubs sont des thèmes déjà sensibles en 1922. Un projet de taxation des associations sportives vise à assurer une redistribution plus équitable des recettes et permettre ainsi l’aménagement d’infrastructures sportives. Sa dénonciation par la presse sportive locale montre la méfiance des clubs vis-à-vis de tout contrôle de la part de l’Etat. Ils affirment la nécessaire indépendance et autonomie du sport civil, précisément au moment où les pouvoirs publics manifestent leur volonté d’organiser et de structurer l’enseignement de l’éducation physique, à défaut de contrôler les associations sportives. Comme l’indique Ronald Hubscher, la lente marche de l’Etat accompagne l’homogénéisation des structures sportives et la naissance de fédérations unisports. En 1920, la création d’un Haut Commissariat à l’Education Physique, aux Sports et à la Préparation Militaire, rattaché au Ministère de la Guerre semble effectivement indiquer que les pratiques physiques demeurent sous l’emprise des militaires. Perpétuation de l’Ecole de Joinville, triomphe de l’Hébertisme (Georges Hébert publie en 1925 Le Sport contre l’Education Physique) et de la « méthode naturelle », montrent la primauté d’une éducation physique scientifisée, médicalisée et virilisée au détriment de pratiques sportives encore cantonnées dans les clubs et associations, et encore absentes du sport scolaire. Les instructions officielles de 1923 confirmeront ce choix délibéré par l’éducation physique scolaire, aux dépens des pratiques encore considérées comme de simples « jeux scolaires ». Situation d’autant plus paradoxale que les années vingt correspondent à une première vague de démocratisation et de popularisation de ces pratiques8.

21Si le rédacteur en chef de Calais Sport s’émeut de ces propositions fiscales pouvant toucher les associations sportives locales (la loi du 29 juin 1918 qui exemptait les associations de taxes sur les spectacles est remise en cause), c’est finalement plus en raison d’un réflexe de corporatisme sportif qui considère que le développement du sport civil doit se faire de manière tout à fait autonome. Il revient aux fédérations d’assurer le développement des petits clubs. L’écart entre « petits » et « gros » clubs de football, déjà manifeste sur le plan des calendriers et des résultats, est désormais visible au plan économique. Le refus d’un projet considéré comme dangereux pour les sociétés sportives nous indique, par les seuils indiqués, l’état des budgets des clubs locaux, que l’on peut rapprocher du coût de l’équipement : en 1923, un équipement revient en effet à près de 54 francs par joueur, soit environ de 600 francs pour une équipe complète. Lorsque l’on sait que le Racing-Club de Calais possède à cette époque plus de dix équipes engagées dans les championnats régionaux, on voit que le seuil minima déterminé par l’Etat est largement dépassé.

2. Évolutions du jeu et vitalité du football nordiste

22En 1923, l’Assemblée Générale de la Ligue réunira près de 200 délégués des clubs affiliés, qui représentent 9614 licenciés (contre 6818 en 1922). Sur proposition du Stade Béthunois, les clubs de promotion Honneur peuvent constituer des équipes « réserve », tandis que tous les clubs engagés dans les championnats posséderont désormais un arbitre officiel. Cette dernière disposition, applicable dès le début de la saison 1924/25, montre que le processus d’éradication de la violence sur les terrains se poursuit et qu’il s’étend désormais aux compétitions inférieures, où les rencontres sont effectivement plus que « physiques » : le 15 octobre 1922, le match opposant le Stade Béthunois au Racing-Club de Lens est le reflet de cette agressivité, attisée par une rivalité de « clochers » caractéristique des derbies fréquents qui opposent les clubs du bassin minier. L’article de l’Avenir de l’Artois, journal de Béthune, montre une évolution sensible des pratiques encore marquées par une influence anglaise, tant sur le plan tactique que dans les termes utilisés pour désigner position des joueurs, phases de jeu et gestes techniques. L’analyse de la presse sportive régionale montre effectivement la volonté des clubs de la Ligue de s’inspirer du modèle anglais, justement qualifié par Alfred Wahl de modèle de référence : goal keeper, goal posts, sportsmen, shooter, shot, off-side, draw, corner, referee... autant de termes qui jalonnent les comptes-rendus des matches, sans compter l’utilisation systématique du terme de « Racingmen » pour désigner les joueurs du RCL. Le phénomène de francisation progressive des termes sportifs est visible pour la première fois en octobre 1922 dans le journal Calais Sport, avec l’apparition curieuse du terme « footballer ».

23Dans le même temps, le jeu devient plus tactique. Les années d’après-guerre marquent le passage à un « jeu collectif très fortement individualisé » : sorte de paradoxe d’un dispositif tactique dominé par les avants qui doivent franchir au prix d’exploits individuels un solide rideau défensif composé de joueurs plus âgés, qui n’ont souvent d’autre expédient que d’arrêter physiquement les joueurs adverses et de dégager le ballon. En dépit de cette évolution du jeu, la brutalité persiste : Picard, chargé par deux Lensois, quitte le terrain avec une blessure sérieuse qui compromet sa saison, un autre joueur du stade Béthunois est expulsé pour avoir giflé un adversaire l’ayant proprement « séché »... Mais des stratégies s’élaborent et présentent un jeu plus varié : tirs aux buts, débordements sur les ailes et centres devant le but, arrêts déterminants du gardien, solidité de la ligne de défense arrière, mobilité des joueurs qui appliquent les consignes de leur capitaine... Comme le souligne Gabriel Hanot dans un article du Sporting daté du 4 mars 1914, le football association cesse progressivement d’être un jeu barbare pour devenir un jeu intelligent.

24La proximité géographique attise et exacerbe les enjeux sportifs entre des clubs qui deviennent les porte-drapeau et symboles de leurs cités. Le public qui assiste aux rencontres est rapidement passé de la curiosité (voire d’une méfiance affichée pendant les premières années à l’égard d’une discipline peu commune), à un intérêt manifeste. Celui-ci se concrétise par une affluence nombreuse, qui dépasse généralement la centaine de spectateurs pour les rencontres de championnat et certaines rencontres amicales, pouvant atteindre plus d’un millier à l’occasion de derbies particulièrement disputés. C’est au cours de ces parties que les phénomènes de partialité et de chauvinisme local, que redoutent et dénoncent les autorités du football, sont les plus manifestes. L’analyse du match Béthune/Lens par l’Avenir de Lens offre une analyse radicalement différente du match précité : l’article rend précisément responsable le public des débordements observés et des erreurs d’interprétation d’un arbitre, dont les Béthunois admettent qu’il a peut-être été énervé par une galerie trop bruyante.... La partialité compréhensible des supporters est ici relayée par une presse sportive désormais « localement engagée », dont l’objectivité ne constitue pas nécessairement le fondement. Les comptes-rendus des matches sont à l’époque toujours organisés de la même façon : le descriptif de la partie, qui relate les principaux faits du match dans une temporalité plutôt souple, précède des considérations sur les comportements de chacun des joueurs du club préféré et d’un arbitre peu souvent épargné :

  • 9 In Plaquette souvenir du Racing-Club de Lens, ibid.

La victoire certes est une belle chose, mais est-il nécessaire pour l’arracher de gifler son adversaire, de le reconduire avec des sarcasmes et d’insulter comme les derniers des derniers, de parfaits honnêtes hommes qui se sont défendus correctement, loyalement. Se peut-il vraiment que les hommes d’une parfaite éducation se ravalent à ce niveau, je ne puis le croire.
Le football et le sport en général n’ont rien à y gagner et le temps est proche où les parents sportifs ne laisseront plus jouer leurs enfants de peur qu’ils ne reviennent l’œil poché ! Ceci est profondément regrettable9.

  • 10 Le président du Stade Béthunois, M. Bouy, adresse au directeur de l’Avenir de Lens, M. Delatouche, (...)

25Au-delà de la joute oratoire opposant les deux journalistes, le commentaire du directeur de L’Avenir de Lens traduit l’inexorable évolution qui touche le football au début des années vingt et qui ne peut que surprendre et inquiéter ceux qui le considèrent encore comme une discipline éducative, tout autant qu’une pratique sportive. Le jeu devient de plus en plus élaboré et offre une plus grande diversité tactique (qui sera bientôt l’objet de commentaires et d’analyses scientifiques), mais les phénomènes de violence et de brutalité, présents lors de la scission football-rugby/football-association, semblent renaître, au grand dam des admirateurs d’un jeu devenu intelligent. Ce qui souligne bien le désarroi des amoureux d’un football où le fair-play et la correction constituaient les fondements du jeu, et son glissement progressif vers la recherche de l’efficacité : il ne s’agit plus simplement de jouer, encore faut-il s’efforcer de ne pas perdre et à fortiori de gagner, dans la mesure où la popularité du jeu (même si les affluences sont extrêmement variables selon les clubs et les compétitions) attise les passions et les rivalités. Les joueurs ne sont plus les simples membres d’une équipe, ils deviennent les représentants d’un club, d’un quartier, d’une cité, voire d’une région (l’opposition entre terriens et maritimes, la formation d’une équipe de la Ligue peuvent en constituer des illustrations). Le renforcement de ce sentiment d’appartenance constitue le phénomène marquant de années vingt. De pratique affinitaire, le football association devient identitaire : les divisions et rivalités locales se multiplient précisément au moment où, sur le plan des instances, le football réalise son unité et homogénéise ses règlements et pratiques10.

26Les éditions successives de la Coupe de France et les évolutions de sa formule constituent tout autant un précieux instrument quantitatif et qualitatif de la vitalité du football nordiste. A partir de 1920, le nombre croissant d’engagés (202 clubs recensés en France) oblige la commission de la Coupe de France à procéder à la mise en place de tours préliminaires, organisés dans des Ligues en cours de structuration. La Coupe s’organise ainsi en une première compétition « intra-clubs régionaux », avant que les 1/32e de finale ne donnent lieu à des rencontres Interligues. Cette même commission procède au tirage au sort des rencontres et du choix des terrains, selon des critères géographiques : les lieux des matches opposant des clubs de Ligues différentes se situent souvent à égale distance (ou presque) de chacune des deux équipes, sur un terrain neutre, le plus souvent accessible par le réseau ferré. Pour l’édition 1920/21, les phases éliminatoires voient l’engagement de 21 clubs affiliés et donnent lieu à des derbies animés (le RC Calais affronte son voisin du CS Calais devant près de 3 000 personnes) :

Phase éliminatoire : Sporting Club Lourchois / Stade Roubaisien (0/3), RC Arras / FC Valenciennes (2/1), Olympique Sporting Club Boulonnais / CS Calais II (4/1), SC Douai / Club Athlétique Amiénois (3/0), US Dunkerque Malo / Union Sportive de Bruay (3/0), ACA Roubaix / Star Club Caudry (6/1), SC Fivois / SC Abbeville (3/1).
1/32e de finale (7 novembre 1920) : OSC Boulonnais / Club des X (6/1), RC Calais / AS Amicale Abbevilloise (3/1), AF de la Garenne Colombes / RC Roubaix (2/0), US Suisse / Olympique Lillois (2/1), JA Saint Ouen / SC Tourquennois (3/1), US Tourcoing / SC Choisy le Roi (5/0)
1/16e de finale (5 décembre 1920) : RC Calais / FEC Levallois (2/1), US Tourquennoise / Stade Français (1/0)
1/8e de finale (9 janvier 1921) : RC Calais / CA des sports généraux (3/2), UST / AS Française (2/1).

27Après avoir accompli un véritable exploit en éliminant en 1/8e de finale le vainqueur de l’édition 1919/1920 (l’équipe parisienne du CA des Sports Généraux), les joueurs du Racing-Club de Calais affrontent en quart de finale, sur leur terrain, l’équipe de l’US Tourcoing, le 13 mars 1921, lors d’une rencontre restée célèbre dans les annales de la presse sportive calaisienne, qui n’hésite pas à publier deux résultats : le résultat officiel, qui voit les joueurs tourquennois l’emporter sur le score sans appel de 2/0 et un résultat qualifié de régulier, qui aurait dû voir la victoire du RCC par deux buts à un... Une fois encore, c’est l’arbitrage (confié à un referee parisien) qui est la cible de commentaires acerbes, qui sous entendent que le RC-Calais paie à cette occasion son exploit des 1/8e de finale. Nouvelle preuve de ce chauvinisme sportif, désormais teinté d’anti-parisianisme : ce ne sont pas les champions du Nord de l’UST qui font l’objet de la vindicte populaire, mais un arbitrage irrégulier, accusé d’avoir délibérément faussé le déroulement du jeu !

  • 11 L’amateurisme marron (ou le professionnalisme déguisé) apparaît au sein des clubs les plus réputés (...)

28La lettre de protestation transmise par le Comité Directeur du RC-Calais au Président de la Coupe de France, invoquant un préjudice moral subi par le club, n’aura aucune suite. Elle souligne sans doute l’importance d’une désillusion sportive largement attisée par la presse, mais montre aussi le succès grandissant de la Coupe de France. Celle-ci devient rapidement la compétition la plus importante du football français, dans la mesure où elle permet d’établir au plan national une hiérarchie sportive des clubs, en dépit du caractère aléatoire de sa formule (élimination directe sur un seul match). Il faudra attendre 1924 pour que ce soit un club de province, l’Olympique de Marseille, qui remporte la 6e édition d’une coupe jusque-là détenue par des clubs parisiens. Le nombre croissant d’équipes engagées, la régionalisation de l’épreuve avant les 1/32e de finale, la médiatisation des rencontres qui opposent des clubs aux structures que l’on peut parfois qualifier de « préprofessionnelles », renforcent l’engouement du public pour la seule compétition nationale disputée dans l’hexagone11.

29A partir de 1921/22, cette hiérarchisation des clubs se traduit dans l’organisation même de la compétition : les clubs qualifiés pour les 1/16e de finale de l’année précédente sont dispensés des tours préliminaires, et se retrouvent directement en 1/32e de finale. 259 clubs sont engagés une édition où l’on retrouve les principaux clubs nordistes, selon un calendrier modifié par le nombre de rencontres devant être disputées lors des tours préliminaires. L’étude de la répartition des 42 clubs nordistes engagés montre une disparité selon des districts plus ou moins délimités de manière précise, les clubs de l’Escaut et de Picardie étant peu nombreux, tandis que les plus fortes concentrations regroupent des foyers désormais identifiés :

  • 12 Consulter la carte en annexe : Recensement des clubs engagés sur le territoire de la ligue du Nord (...)
  • 13 Consulter la carte en annexe : Recensement des clubs engagés sur le territoire de la ligue du Nord (...)

Clubs « terriens » : US Tourcoing, Sporting Club Fivois, RC Roubaix, Olympique Lillois, SC Tourcoing, CA Delezenne de Roubaix, AS Tourcoing, Amicale des Arts de Roubaix, Stade Roubaisien, Excelsior Club de Tourcoing, US Roubaisienne, FC Sports de Roubaix. (12 clubs)
Clubs de la zone « maritime » : RC Calais, US Boulonnaise, US Dunkerque Malo, CS Watten, JS Desvroise, CS Calais, OSC Boulogne, SC Saint Polois, US Saint Omer. (9 clubs)
Clubs de la zone « Cambrai Valenciennes » : AC Cambrai, SC Douai, IC Somain, SC Fourches, Denain Athlétique, Star Club de Caudry, US Berlaimont, US Avesnes. (8 clubs)
Clubs de l’Artois : RC Arras, US Bruay, Stade Béthunois, Stade Héninois, ES Bully, RC Lens, US Auchel. (7 clubs)
Clubs de Picardie : Amiens AC, SC Abbevillois, US Cheminots Roye, ES Amiens, Stade Amiénois, CA Péronne. (6 clubs)12.
1/32e de finale (4 décembre 1921) : Amiens AC / AS Française (2/1), US Boulonnaise / La Garenne Colombes (6/1), RC Calais / Beauvoisienne FC (2/1), FC Dieppois, US Dunkerque Malo (1/0), HAC / SC Tourquennois (2/0), Olympique Lillois / Club Français (5/1), RC Roubaix / Stade Bavrais (4/0), US Tourquennoise / US Quevilaise (1/0).
1/16e de finale (8 janvier 1922) : US Boulonnaise / US Suisse (1/0), RC Calais / AS Strasbourg (5/0), Olympique Lillois / CA Messin (8/0), FEC Levallois / RC Roubaix (4/3, 1/1, 4/0) (*), UST / SC Red Star de Strasbourg (2/1)
1/8e de finale (5 février 1922) : Olympique Lillois / USB (1/0), VGA du Médoc / RC Calais (2/0), Olympique de Paris / RC Roubaix (2/0), Red Star Club / Amiens AC (4/0), UST / Racing-Club de France (1/0). 1/4 de finale (5 mars 1922) : Stade Rennais / Olympique Lillois (1/1, 1/0) (**), Red Star Club / UST (2/1)
(*) Le RC Roubaix ayant contesté la validité d’un but et obtenu gain de cause, le match sera rejoué une première (match nul) puis une seconde fois le 22 janvier 1922.
(**) le match est rejoué le 18 mars après s’être soldé par un premier match nul13.

30En 1923/24, le nombre de clubs engagés continue à augmenter (321), même s’il est sans doute inférieur aux demandes enregistrées. La Commission de la Coupe de France impose désormais aux clubs d’être propriétaires d’un terrain clos. Assez loin derrière la Ligue de Paris, la Ligue du Nord peut être considérée comme un dauphin légitime, tant par le nombre des clubs engagés (47 clubs contre 71 pour la Ligue de Paris, la seconde ligue régionale, celle de L’Ouest n’engageant que 24 équipes) que le palmarès de ces derniers.

31Le calendrier des rencontres montre que la hiérarchie sportive observée dans l’organisation des championnats régionaux, est fidèlement reproduite par le calendrier de la Coupe de France. Celui-ci accentue le décalage déjà observé au sommet du football régional entre les trois grands clubs de la métropole (Olympique Lillois, RC Roubaix et US Tourcoing) et ses concurrents maritimes (RC Calais, US Boulonnaise et US Dunkerque-Malo). Les clubs engagés dans les championnats de promotion et de seconde série, beaucoup plus nombreux, entrent massivement en lice lors du premier tour éliminatoire :

1er Tour éliminatoire (14 octobre 1923) : CS Watten, SC Fivois, Stade Béthunois, Union Sportive Avesnoise, SC Lourchois, Cercle Athlétique Delezenne de Roubaix, US Roubaisienne, Denain Athlétic Club, SC Saint Pol, SC Abbevillois, Excelsior de Tourcoing, US Berlaimont, Racing-Club de Lens, ES Beauvoisienne, Stade Atniénoise, Etoile Sportive d’Amiens, Amicale des Arts de Roubaix, Club Athlétique des Sports Généraux de Lille, US Pérenchies, Carabiniers de Billy Montigny, US Bruaysienne, SC Douai, Stade Héninois, US Auchel, CS Calais, AS Hautmont, FC Roubaix, Jeunesse Athlétique Armentièroise, US Noeux, Arras Olympique, Cercle Athlétique de Péronne, Montdidier Athlétic Club, Union Sportive de Ham, Olympique Sporting-Club Boulonnais, Athlétic-Club Cambrésien.
2e tour éliminatoire (4 novembre 1923). Entrée en lice des clubs du groupe « C » : Amiens Athlétic-Club, RC Arras, Stade Roubaisien, JS Desvroise. (*)
Tour de classement (25 novembre 1923). Entrée en lice des clubs du groupe « B » : RC Calais, US Boulonnaise, US Dunkerque Malo. Clubs exemptés (groupe « A »), qui disputent les 1/32e de finale : RC Roubaix, US Tourcoing, Olympique Lillois.
(*) A l’issue de ces deux premiers tours, les clubs qui restent qualifiés disputent un « tour de classement », sous forme d’un match aller-retour, permettant d’accéder aux 1/32e de la coupe de France.

32Avant que ne soit mise en place une compétition d’envergure nationale, qui préfigure le futur Championnat de France des équipes professionnelles, le parcours de clubs nordistes en Coupe de France constitue un précieux indicateur : avant 1926, la formule de tours préliminaires intra-Ligues a pour effet de renforcer ce football à deux vitesses, constitué d’une part par les clubs de la métropole et du Littoral évoluant en Division d’Honneur, et d’autre part, par des clubs limitant leurs ambitions aux championnats régionaux. Pour ces derniers, un parcours honorable en Coupe de France (au delà des 1/32e de finale, qui deviennent pour les clubs amateurs une barrière symbolique) représente désormais une aventure originale. Elle peut parfois devenir une épopée, constitutive de l’Histoire du club, à mesure que celui-ci se rapprochera de la mythique finale...

33L’ouvrage de Jean Michel Cazal et Michel Oreggia montre que les itinéraires des clubs nordistes en Coupe de France dans les années vingt reproduisent un phénomène déjà visible dans l’organisation des championnats régionaux : mieux aguerris sur le plan physique, bénéficiant de meilleures infrastructures et de moyens financiers plus importants (qui rendent les déplacements moins aléatoires), les clubs néo-professionnels réalisent les meilleures performances, d’autant qu’ils sont exemptés dès 1923 des tours préliminaires, par ailleurs aisément franchis avant cette date. Quant aux exploits de ceux que l’on finira par nommer les « cendrillons de la Coupe », ils sont déjà visibles à travers les parcours du Stade Roubaisien (l/8e de finale en 1926), de la JS Desvroise (1/32e en 1923) ou du Racing-Club d’Arras (1/16e en 1925).

34La dizaine de clubs régionaux atteignant le stade des 1/32e de finale confirme la hiérarchisation en cours du football nordiste : les meilleurs parcours étant réalisés par l’Olympique Lillois (quart de finaliste en 1920 et 1922), l’US Tourcoing (1/2 finaliste en 1921, 1/4 de finaliste en 1922 et 1926), le Racing-Club de Roubaix (1/4 de finaliste en 1923) et l’Amiens Athletic-Club qui en 1925 atteint également le niveau des 1/4 de finale.

  • 14 Entraînée par l’anglais Griffiths, l’équipe de l’Olympique Lillois compte au lendemain de la guerre (...)

35A l’image de l’Olympique Lillois qui pratique un racolage précoce encouragé par le Président Jooris, les joueurs des clubs précités bénéficient d’un statut privilégié, bien avant que la FFFA ne mette tardivement en place un cadre réglementaire. Ils peuvent généralement combiner entraînements, pratique sportive et activité professionnelle (lorsqu’ils en exercent une). Cette alliance est beaucoup plus difficile à négocier pour les équipes de clubs résolument amateurs, qui ne peuvent se payer les services des mercenaires déjà évoqués14.

36Les clubs du Pas-de-Calais procèdent de cette logique d’une élite régionale désormais identifiée : ils font plutôt bonne figure en Coupe de France, à l’image de l’USB et du Racing-Club de Calais, dont les participations régulières dépassent exceptionnellement le stade des 1/4 de finale (RC Calais en 1921). Traduction des écarts qui se creusent dans les années vingt entre les clubs de la métropole et ceux du littoral, auxquels il est légitime d’associer l’USDM, crée en 1919.

37La réalité de ce football nordiste à deux vitesses, visible dans la seule compétition d’envergure nationale avant 1926, peut sans doute s’appliquer à d’autres ligues. Elle permet de consacrer la présence au sein du football français de grands clubs régionaux, tels l’Olympique de Marseille, le Stade Rennais, le FC Cette ou le FC Rouen... La situation de monopole sportif des clubs parisiens, réelle avant 1914, s’estompe nettement avec les nouvelles figures de proue que sont ces grands clubs de province, promoteurs d’une identité sportive locale et régionale. Leurs palmarès en Coupe de France accentue le phénomène de décentralisation ou de déconcentration du football hexagonal, caractéristique des années vingt.

38Le succès populaire de la Coupe de France dans les années vingt accompagne le phénomène de démocratisation du football français. Celui-ci se décline en effet sur des échelles différentes, selon le principe de cercles concentriques. Les compétitions régionales et rencontres locales constituent le premier cercle du football français : elles réunissent bientôt une majorité de clubs, avant que ne s’en dégage une élite professionnelle dans les années trente. La Coupe de France représente un deuxième cercle alors essentiel : elle permet à la fois d’expérimenter une pratique « hexagonale » du football français et renforce la dimension pyramidale de la hiérarchie des clubs. Elle constitue, malgré les disparités géographiques observées, une manifestation de masse, qui attire dès les tours préliminaires un public nombreux, assurant ainsi la promotion d’une discipline dont la dimension populaire précède la dimension sociale. Le dernier cercle peut être représenté par l’équipe de France de football et les matches qu’elle dispute à l’occasion de rencontres amicales ou de compétitions officielles (Jeux Olympiques), avant l’organisation de la première Coupe du Monde de 1930. Là encore, malgré des résultats souvent médiocres, le nombre de spectateurs qui afflue au Stade de Colombes, au Parc des Princes ou sur les terrains des grandes villes de province est la preuve manifeste de la popularité croissante du football. Il faut dire que sa pratique se trouve désormais facilitée par le développement d’infrastructures adaptées, à la différence d’autres disciplines sportives, moins « médiatisées », plus confidentielles et qui souffrent d’un réel déficit d’équipements.

39Perceptible au plan national, cet engouement se vérifie aussi dans le département du Pas-de-Calais. L’éditorial de Calais Revue, en juin 1924, semble indiquer une pratique hégémonique du football association. Elle est la conséquence de la densité de son tissu associatif et de la structuration de ses instances (près de 300 clubs pour 10 000 joueurs en 1924). Règne sans partage qui peut inquiéter, dans la mesure où l’effet de synergie qui devait être initié par la pratique du football association, semble pour le moment marquer le pas. Les autres disciplines et rencontres sportives, si elles sont identifiées et ont su s’implanter à Calais, ne semblent pas encore bénéficier de la ferveur populaire. Si les rencontres de football attirent un public fidèle, l’affluence au regard de la population totale de la cité maritime demeure plutôt faible, traduction de la complexité du phénomène de popularisation des pratiques sportives, observé dans les années vingt :

  • 15 In Calais Revue, Sports et Théâtres, n° 1, hebdomadaire, 3 mai/5 juin 1924, ADPC, E 79.

En effet, lorsqu’on dénombre une foule de 2000 personnes au plus important match de football de la région, une quarantaine de vrais sportifs au championnat du Calais de Poids et Haltères, quelques dizaines d’amateurs à une réunion d’escrime, un millier de fervents à une soirée de boxe, ou deux à trois milliers de personnes lors des régates ou arrivées de courses cyclistes, alors que la population de notre ville est de 80 000 habitants, on peut considérer que les événements sportifs sont loin d’avoir la faveur du grand public15.

40Les équipes du Racing-Club de Calais disposent désormais d’un stade réaménagé et en meilleur état, qui n’a rien de commun avec celui des années 1920/1921. Cette rénovation des installations sportives ainsi que leur entretien au cours de la période de trêve de l’été montre que les principes fondamentalement amateurs sont complètement dépassés au milieu des années vingt : un club ambitieux comme le Racing doit disposer d’installations aux normes. Le règlement de la Coupe de France impose en effet à partir de 1923 aux clubs souhaitant s’engager dans la compétition la propriété d’un terrain offrant un minimum d’installations adaptées. L’inauguration des nouvelles installations sera d’ailleurs l’occasion d’un match amical opposant le Racing au FC Dieppe (0/1).

41A partir de 1924, le rythme des rencontres et le chevauchement de compétitions pose effectivement la question d’un changement de statut des principaux clubs de la région. S’ils souhaitent continuer à participer aux différents challenges, compétitions, rencontres amicales et autre Coupe de France, il leur faut désormais avoir les « moyens de leur politique sportive », quitte à transgresser le principe d’un strict amateurisme, difficilement conciliable avec un calendrier sportif de plus en plus dense. C’est donc la fréquence des rencontres et les conséquences qu’elle induit sur la santé et l’état physiologique des joueurs des équipes de haut niveau qui vont se trouver rapidement dénoncées, parce que provoquant une inégalité entre les clubs, qui curieusement n’est pas celle que l’on pourrait croire : les sollicitations dont sont victimes les équipes « leader » au plan régional finissent par altérer les joueurs eux-mêmes, dont le statut encore amateur, forcément amateur, ne permet pas de concilier au mieux impératifs sportifs et professionnels. Le point de rupture semble être atteint au milieu des années vingt, dans la mesure où il risque de remettre en cause une hiérarchie sportive patiemment dessinée au plan régional : la crainte d’une multiplication des contre-performances, de la part des équipes généralement en tête de classement, indique ce lent glissement vers le professionnalisme, que la morale sportive peut toujours réprouver, mais que les calendriers finiront par imposer.

42Les interrogations des dirigeants du Racing-Club de Calais, relatées par la presse sportive locale, sont sans doute celles des autres grands clubs de la Ligue du Nord (exception faite de l’Olympique Lillois qui a précocement opté pour un professionnalisme réel, mal dissimulé par un amateurisme de façade). A ce moment, certains dirigeants (dont Georges Bayrou) remettent en cause la formule de la Coupe de France, à savoir celle de l’élimination directe : les grands clubs sont ainsi à la merci de clubs d’envergure plus modeste. Si cette logique répond au principe de « l’incertitude sportive », elle devient vite incompatible avec la charge financière que la Coupe représente désormais pour des clubs qui ne peuvent se permettre le moindre faux pas. La glorieuse incertitude du sport, valeur fondatrice de la Coupe de France, ainsi que sa « brutalité » (non pas au sens de la violence des rencontres, mais de son caractère aléatoire), sont remises en cause par des clubs, des équipes et des joueurs de plus en plus sollicités par ce temps sportif rapproché. Les principaux clubs nordistes craignent d’être moins affûtés pour affronter des « cendrillons de la Coupe », dont les exploits demeurent finalement assez rares. La presse sportive calaisienne souhaite cependant que l’on maintienne la compétition en l’état, en raison de son extrême popularité et de la possibilité qu’elle offre à des clubs modestes d’accomplir un parcours exceptionnel :

  • 16 In Calais Revue, ibid., 3/9 octobre 1924.

Jamais encore en France une compétition sportive n’a remporté le succès de la Coupe de France, qui a véritablement imposé le football dans la presse, par le nombre même des clubs qu’elle intéresse, et par l’attrait constant qu’elle motive jusqu’au dernier jour [...].
Evidemment, le mode d’organisation est brutal. C’est du reste ce qui fournit l’attrait de cette épreuve qui permet au plus petit club comme du reste au plus grand de briguer la victoire jusqu’au titre.
Au point de vue du spectateur, la formule de la Coupe constitue en France comme du reste à l’étranger, la compétition idéale [...]. Abolir la Coupe de France serait, croyons-nous, une folie qui du reste ne se réalisera pas, car le nombre sans cesse croissant des engagés dans cette épreuve démontre puissamment l’intérêt que portent les sociétés à cette Coupe et la nécessité dans laquelle se trouvera la Fédération d’en maintenir l’organisation16.

Notes

1 Consulter la carte : Organisation des championnats de division d’honneur sur le territoire de la Ligue. Saison 1921/1922.

2 In Calais Sport, avril 1922. ADPC, E 74.

3 In Calais Sport, 22 décembre 1921, ADPC, E 74.

4 In Nord Sportif, ibid. Henri Jooris est élevé au grade de chevalier de la Légion d’Honneur en avril 1922 : « vice-président de la FFFA, président de l’Olympique Lillois, fondateur du Comité Sportif des Régions, membre du comité directeur de Nord Sportif... Si le football était une religion, il en serait le pape. C’est en tout cas un apôtre, un apôtre tenace, énergique, passionné pour ce qui touche à la ronde sphère (de cuir) [...]. Si le football a pu reprendre après guerre, l’essor foudroyant qu’il a repris, si nous avons pu en un clin d’œil nous remettre au niveau des profiteurs de guerre, de ceux qui n’étaient pas envahis, ni par les armées ennemies, ni par les armées amies ; c’est à Henri Jooris que nous le devons. Au fait, son mérite est connu. Il est vice président de la FFFA et y exerce une autorité qui « gèle » ceux qui ne sont pas de province et prétendent tout diriger. Il dépense son zèle sportif au Comité des Régions Libérées. Il est président de la Ligue du Nord et personne ne se sent de taille à lui ravir la place, tant sa raison est nette, ses intuitions clairvoyantes, ses arguments décisifs, sa connaissance du football remarquable, sa psychologie des hommes et des clubs justement lucide. Et puis, il est impartial, il n’a pas de préférence pour les grands et les petits ». Modèle d’hagiographie dont on peut douter de l’objectivité, puisque tiré de Nord Sportif dont le président Jooris est l’un des actionnaires.

5 Les dix membres sortants du conseil sont rééligibles et se représentent tous. Le nombre de membres étant désormais de 12 membres, il est procédé à un appel de candidatures pour les deux postes supplémentaires : MM. Léon Stoops, Gustave Delalleau, Jean Lesur, le Dr Diffre, Maurice Bia et Marcel Brunet sont candidats. Sont déclarés élus : Président : Henri Jooris (133 voix pour 168 votants), Vice Président : F. Jenicot (139 voix), A. Lemaire (136 voix), Secrétaire Général : A. Carin (154 voix), Trésorier Général : Charles Flenniau (164 voix), Membres : Verhaeghe (139 voix), R. Lesur (132 voix), Henri Fonteilles (141 voix), Brabant (142 voix), A. Lefebvre Hoffman (140 voix), G. Delalleau (92 voix), J. Lesur (94 voix). In Calais Sport, août 1922, ADPC, E74.

6 In Nord Sportif, septembre 1922, ADPC, G 95.

7 In Nord Sportif, ibid.

8 Les instructions de juin 1923 reprennent en grande partie celles de 1887 : « Abstraction faite de l’influence qu’elle exerce sur l’éducation intellectuelle en rafraîchissant l’attention, et sur l’éducation morale en disciplinant la volonté, l’éducation physique se propose, à l’école primaire, un double but : corriger les attitudes défectueuses qu’impose souvent au corps de l’enfant le travail scolaire, développer ses qualités physiques, sa force, son adresse, son agilité. » Il faut attendre 1925 pour qu’à partir de 16 ans, 45 minutes d’initiation sportive (sous la forme d’une ou deux séances hebdomadaires) soient pratiquées. A partir de 18 ans, une séance de sports collectifs et une séance de sport individuel sont programmées. Consulter Hubscher (Ronald), Dir., L’histoire en mouvements (Le sport dans la société française. XIXe/XXe), Armand Colin, 1992, pp. 180-183.

9 In Plaquette souvenir du Racing-Club de Lens, ibid.

10 Le président du Stade Béthunois, M. Bouy, adresse au directeur de l’Avenir de Lens, M. Delatouche, une lettre ouverte qui prouve que le contentieux entre les deux clubs est loin d’être réglé et qu’il se prolongera lors du match retour : « Je lis dans les numéro de L’Avenir de Lens d’aujourd’hui que le Stade Béthunois avait convié dimanche dernier les sportifs à une partie de bourre. Cet écho émane de Monsieur Delatouche qui digère mal la pilule, car Lens voulait gagner... Que ce Monsieur interroge donc le centre-avant Maquer qui a avoué avoir envoyé ses deux pieds dans le ventre de Poillon (sic). Qui a commencé à être brutal ? Les Lensois annoncent une galerie correcte. Et pour cause, on comptait environ dix-huit spectateurs autour de leur terrain lors des grands matches ! Avec les 1500 qui fréquentent le terrain du Stade, cela fait une différence. Du reste nous aurons l’occasion de nous en apercevoir lors du match retour à Lens. Je suis persuadé qu’il y aura plus de Béthunois que de Lensois. En attendant, je souhaite que Lens continue de tout prendre avec le sourire, mais je ne garantirais pas que ce sourire n’est pas jaune ! » In Plaquette souvenir du Racing-Club de Lens, ibid.

11 L’amateurisme marron (ou le professionnalisme déguisé) apparaît au sein des clubs les plus réputés de l’Hexagone à partir de 1922, notamment en ce qui concerne le FC Cette, à travers deux épisodes restés célèbres : à l’occasion de la Coupe de France 1921/22, le club est suspendu du 7 décembre 1921 au 31 janvier 1922, l’un de ses joueurs, Stephenson, étant soupçonné de professionnalisme, ce qui a pour effet de qualifier d’office pour le tour suivant l’Amiens Athletic-Club. La saison suivante, à l’occasion des 1/8e de finale et suite aux réclamations de son adversaire, l’AS Française, le FC Cette est déclassé, dans la mesure où l’un de ses joueurs, le suisse Georges Kramer, ne justifie pas de six mois de résidence en France, comme l’exigent les règlements de la Coupe de France... Le président du club, Georges Bayrou, se lance alors dans une véritable campagne de réhabilitation du club méridional, et obtient, après une longue bataille juridique, la requalification de son club par le Conseil Fédéral, le 15 avril 1923. Le match qui opposait le Stade Rennais à l’AS Française est annulé et les Bretons affrontent le FC Cette le 22 avril (0/2). Le club de Georges Bayrou échouera en finale contre le Red Star Club (4/2). Sur le déroulement de la coupe de France de 1921 à 1925, consulter : Delaunay (Pierre), Cent ans de football en France, ibid., pp. 97-101

12 Consulter la carte en annexe : Recensement des clubs engagés sur le territoire de la ligue du Nord lors de l’édition 1921/22 de la Coupe de France.

13 Consulter la carte en annexe : Recensement des clubs engagés sur le territoire de la ligue du Nord lors de l’édition 1921/22 de la Coupe de France.

14 Entraînée par l’anglais Griffiths, l’équipe de l’Olympique Lillois compte au lendemain de la guerre des joueurs étrangers, « racolés » par le président Jooris. En 1920/21, l’équipe lilloise est composée de Vandeputte, Besson, Carpin, Denglos, Lecat, le suisse Von Au, Duval, Théry, Cheuva, Meuris, Wickelmans, Vandoren, Delannoy, Beaucourt, le hongrois Varga et le britannique Barrett. En 1923/24, elle comprend Duponchelle, Buzza, Vandeputte, Pechar, Gravelines, Courquin, Bourdin, Frizot, Ryssen, Fenez et Jankosky. Voir Hurseau (Paul), Mémoire du football : Olympique Lillois, Sporting Club Fivois, LOSC, Alan Sutton éditeur, 1997, pp. 13-15.

15 In Calais Revue, Sports et Théâtres, n° 1, hebdomadaire, 3 mai/5 juin 1924, ADPC, E 79.

16 In Calais Revue, ibid., 3/9 octobre 1924.

© Artois Presses Université, 2001

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search