Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans de football dans le Pas-de-Calais

 | 
Olivier Chovaux

Le temps des origines (fin XIXe siècle/1914)

Une structuration progressive des rencontres

Texte intégral

1. Le rôle majeur de l’USFSA

1La « Belle Epoque du sport » précède le déclenchement de la première guerre mondiale. Avant 1914, une logique d’essaimage diffus et des modèles d’implantation et d’organisation souvent aléatoires président à la création des premiers clubs. Les associations d’étudiants ou d’anciens élèves des établissements secondaires de la région jouent un rôle souvent déterminant dans la création de sociétés sportives en adoptant un modèle anglais qui s’impose difficilement sur le Littoral, malgré une proximité géographique et culturelle, avant 1900. Les pratiques demeurent limitées à quelques matches amicaux, généralement conclus sous l’égide de l’USFSA. A partir de 1901, l’évolution du football nordiste est plus tangible : elle reproduit un phénomène observé à la même époque sur l’ensemble du territoire. Clubs sportifs et associations se multiplient et les premiers championnats s’organisent autour de calendriers réguliers, qui autorisent l’enregistrement des premiers résultats, l’établissement des premières formes de classement, la constitution de palmarès régionaux et d’identification des premiers talents locaux .

  • 1 Voir Géo Duhamel dans : Thibert (Jacques), La fabuleuse histoire du Football, ibid., p. 19. En 1894 (...)

2Au plan national, la fin du siècle correspond à l’organisation des instances du football français, sur un modèle de type concurrentiel : la vitalité du mouvement associatif et l’inflation des pratiques sportives provoquent une conjonction favorable au développement de clubs de football, et accentue le fossé qui séparant l’USFSA des autres structures. Cette « guerre des fédérations » aboutira à la création de la Fédération Française de Football Association (FFFA) le 7 avril 1919. Jusqu’en 1906, date de la mise en place du CFI (Comité Français Interfédéral), l’hétérogénéité des compétitions demeure la règle : l’USFSA organise dès 1894 un premier championnat. Il réunit exclusivement des équipes parisiennes : sa formule s’apparente plus à une Coupe, dans la mesure où les clubs défaits sont éliminés. Il faudra attendre 1896 pour que l’on puisse véritablement parler d’un Championnat de France, regroupant une trentaine de clubs, tant à Paris qu’en province1. Parallèlement au développement de matches officiels, les rencontres amicales se multiplient dans les régions, à mesure que le football association gagne du terrain, notamment au Nord de la France. L’enthousiasme du bulletin de l’USFSA (en province, c ’est une véritable fièvre, les équipes naissent comme des champignons dans les bois au lendemain d’un orage. Ce ne sont partout que matches, défis, championnats, challenges, rencontres internationales) mérite toutefois être tempéré : dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, le nombre d’équipes pratiquant le football association demeure extrêmement limité et l’organisation des rencontres est pour le moins empirique. Le Challenge International du Nord déjà évoqué réunit des équipes de l’agglomération lilloise et belges et la compétition inter universitaire qui en 1902 oppose 7 équipes d’associations scolaires de lycées de la région (dont Arras et Béthune) constituent les seules formes de pratiques organisées et identifiées. Le football association est surtout diffusé par l’USFSA, dont les structures se régionalisent par la création du Comité Régional de Lille en 1899. Il prolonge l’organisation d’un premier championnat régional, initialement circonscrit aux clubs de Lille, Roubaix, et Tourcoing, et remporté en 1898 par l’Iris-Club Lillois.

  • 2 Sur la répartition des clubs avant 1914 dans les départements du Nord – Pas-de-Calais, se reporter (...)

3Avant 1900, les clubs pratiquant le football association dans la région Nord – Pas-de-Calais restent finalement en marge de compétitions parisiennes. A la veille de la première guerre mondiale, le paysage footballistique nordiste a considérablement évolué, tant sur le plan numérique (plus d’une vingtaine de clubs identifiés) que qualitatif2 : les équipes, en majorité affiliées à l’USFSA, disputent des challenges locaux qui viennent s’ajouter aux compétitions nationales : le Racing-Club de Roubaix, PUS Tourcoing puis l’Olympique Lillois deviennent des concurrents sérieux pour les équipes parisiennes et des grandes villes de province. Le Racing-Club de Roubaix affiche un palmarès déjà conséquent : 5 titres de Champion de France USFSA de 1902 à 1909. La finale de l’édition 1902, face au Racing-Club de France est remportée à l’issue de l’issue de deux heures et demie d’un match, augmenté par 3 prolongations de vingt minutes, sur le score de 4 buts à 3.

4Ces premiers succès accentuent la notoriété sportive des clubs et favorisent une implantation qui avant 1900 relevait majoritairement de l’initiative privée. Cette deuxième vague d’essaimage s’accompagne d’une première structuration administrative : les rencontres s’inscrivent désormais dans un cadre régional mieux agencé : groupes terrien et maritime, championnat de Ligue d’Artois dans le bassin minier... Ce processus de régionalisation accompagne la poursuite de rencontres transfrontalières avec les voisins belges et anglais, l’organisation de matches internationaux à Lille, et les premières sélections nationales de joueurs nordistes.

  • 3 Hurseau (Paul), Histoire du football nordiste, Ligue du Nord de Football, Imprimerie Narodowiec, Le (...)
  • 4 Pour des raisons pratiques, les cartes réalisées reprennent la délimitation actuelle des différents (...)

5La création de clubs obéit à de multiples motivations, ce qui empêche toute analyse systémique, et milite en faveur d’une étude originale et individualisée de chacun des clubs crées avant 1914 : leur premier recensement réalisé par Paul Hurseau3 permet d’identifier quatre foyers d’implantation qui préfigurent l’organisation géographique des futures compétitions (Championnat de Ligue d’Artois, Districts terrien et maritime, championnat FCAF et championnat USFSA de Picardie)4 :

Région de Lille/Roubaix/Tourcoing (7 clubs mentionnés) : après la création des clubs pionniers de la métropole avant 1900 (RC Roubaix (1895), Stade Roubaisien (1896), US Tourcoing (1898), Iris-Club Lillois (1898)), d’autres clubs se créent rapidement : le Sporting-Club Fivois, qui ne connaîtra une véritable notoriété que par l’introduction du professionnalisme, nait en 1901, une année avant l’Olympique Lillois (1902), qui deviendra le club phare de la métropole et de la région à partir de 1911, sous la présidence d’Henri Jooris, et ce jusque 1944, date de sa fusion avec le Sporting-Club Fivois. L’Institut Industriel du Nord, dispute également les compétitions du District terrien.
  Littoral (5 clubs) : US Boulogne (1898), Racing-Club de Calais, fondé le 4 janvier 1902 et issu de la fusion entre le Sporting-Club de Calais et le Football-Club de Calais, jouant sous les couleurs noir et or. Ces clubs vont disputer le championnat du district maritime, en compagnie de PUS Calais et de FUS Malo-les-bains.
Bassin Minier (10 clubs) : c’est dans cette zone que la multiplication des clubs de football est particulièrement importante de 1900 à 1914. Inexistant avant le début du siècle, ce qui constituera le district Artois compte près d’une dizaine de clubs à la veille de la première guerre mondiale : le Racing-Club d’Arras est le premier club de l’Artois, fondé en juillet 1901, à l’initiative de lycéens. Le Stade Bethunois, fondé en 1902, est également issu de la pratique du football association dans le cadre des sociétés scolaires (rencontres organisées entre les collèges de Béthune, Foumes, Lille et Arras), l’Union Sportive de Bruay (1902), le Racing-Club de Lens (1906), le Stade Hénin Liétard et l’US Nœux-les-Mines (1909) disputeront le championnat de Ligue d’Artois en compagnie des équipes de Bully, Grenay et Douai. Le Stade Hénin-Liétard et l’US Nœux étant deux sociétés omnisports fondées par les Houillères (Stade Héninois et « La patriote de Nœux », société de gymnastique).
Le bassin de la Sambre (3 clubs) : US Maubeuge (1902), le Star-Club de Caudry (1903) à l’histoire originale : le club fut fondé à l’initiative de jeunes passionnés par les exercices physiques utilise une pâture prêtée par un boucher caudrésien et dispute le championnat FCAF. Avant 1914, le club multiplia les titres FCAF, dont celui de champion « Honneur » du groupe B du Nord en 1914 (15 victoires sur 16 matches disputés, 55 buts marqués, 5 encaissés...). L’AS Hautmont, fondée en 1911, est issue de la société des Sports Athlétiques Hautmontois.

6Si l’enracinement du football constitue une réalité visible dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, il convient d’en relativiser l’importance : la vingtaine de clubs identifiés pèse peu face aux plus fortes densités parisiennes et la répartition géographique des clubs nordistes se calque sur les concentrations urbaines, développées autour des principaux foyers d’activité économique.

7A partir de ces données, l’hégémonie de l’USFSA est réelle au plan régional (22 clubs affiliés sur les 25 identifiés), et correspond à l’installation progressive d’une pyramide et d’une hiérarchie sportives entre les clubs. A la veille de 1914, la comparaison des premiers palmarès permet de distinguer des « clubs phares » aux ambitions nationales (RC Roubaix et Olympique Lillois) et les aspirations sportives plus prosaïques de clubs d’envergure régionale, qui disputent compétitions et rencontres amicales selon des critères strictement liés aux contraintes géographiques locales.

  • 5 Les délégués USFSA du Nord et de Lorraine remettront en cause, lors de l’assemblée générale ordinai (...)

8La guerre de religions observée entre les fédérations et associations omnisports (en 1913, l’USFSA finira par rejoindre le Comité Français Interfédéral crée en 1906) est peu visible dans la région du Nord, où la forte représentativité de l’USFSA et les revendications des dirigeants des clubs nordistes débouchent sur une rapide décentralisation administrative et sportive. Au niveau national, elle s’observe dans la création d’un championnat de France USFSA, qui pour la saison 1903/1904, est organisé en six groupes rassemblant quatorze régions5. Le succès de l’implantation de l’USFSA dans la région du Nord est attesté par la lecture de la presse sportive locale : Le 26 octobre 1911, l’éditorial du Rush, (journal de tous les sports du Boulonnais) met en évidence la solidité des liens qui unissent l’Union et les sociétés sportives locales, par la promotion de la démocratie représentative, à laquelle les dirigeants des principaux clubs de la région semblent attachés, et comme l’analyse des statuts de l’USB l’a montré. En adhérant à l’USFSA, les clubs de football du Nord et du Pas-de- Calais se voient légitimés et reconnus par une instance nationale, certes soumise à la concurrence, mais qui a su fédérer d’autres sociétés sportives. L’USFSA accorde aux comités régionaux une autonomie réelle, tout en assurant par ses règlements généraux une représentation de ces mêmes comités au sein du Conseil de l’USFSA. Plus rapidement que ses fédérations rivales, l’Union aura su développer avec les fédérations étrangères des formes de partenariat et de reconnaissance mutuelles, qui autorisent l’organisation de premières rencontres internationales amicales, à l’exception des matches de « sélection ». Véritable interface sportive, le Nord – Pas-de-Calais permet la multiplication de ces rencontres, légitimées par l’adhésion à l’USFSA. De plus, l’agrément de l’Union par les ministères de la Marine et de la Guerre justifie l’inflation des rencontres entre équipes régimentaires de garnisons implantées dans la région.

  • 6 In Le Rush, Journal de tous les sports du Boulonnais, 19 octobre 1911. Archives Départementales du (...)

9L’USFSA aura finalement réussi son implantation dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais pour de multiples raisons : une importance numérique reconnue en dépit des écarts constatés (plus de 1200 sociétés pour Le Rush6, contre 350 selon R. Hubscher), une capacité à promouvoir le développement de manifestations sportives, et surtout le mimétisme observé dans le fonctionnement des insttances régionales et nationales. La nécessité démocratique et ce souci de la représentation élective, que les statuts de l’USFSA garantissent, peuvent expliquer cette inclination prononcée des dirigeants nordistes pour l’Union.

  • 7 Le 26 avril 1903, une sélection anglaise écrase une sélection parisienne, renforcée par trois « rég (...)

10En dépit des difficultés liées aux déplacements, s’ajoutent des rencontres amicales organisées en fonction des opportunités géographiques et des relations nouées entre les dirigeants des clubs. Celles-ci s’inscrivent dans un calendrier en cours de constitution, calqué sur l’année scolaire (de septembre à juin). Le premier championnat inter-universitaire déjà mentionné, réunissait en fait les clubs des associations sportives scolaires des lycées de la région pour quelques rencontres ponctuelles. Le challenge international du Nord (1899/1901) disparaîtra avec l’ouverture du championnat USFSA aux clubs régionaux, au moment où sa formule accueille des clubs européens lors de sa dernière édition (les Grasshoppers de Zurich et le Servette de Genève). Dès lors, les rencontres amicales avec les clubs frontaliers belges (ou anglais, pour l’USB et les clubs calaisiens), bien que ne s’inscrivant dans aucun cadre précis, deviennent plus régulières et contribuent à l’émergence d’une nouvelle hiérarchie sportive, entre clubs européens et clubs français, dont l’effectif est parfois renforcé par des mercenaires consentants, issus de clubs parisiens ou régionaux, et recrutés pour leur valeur technique7.

  • 8 Voir L’Echo de Boulogne et du Littoral de la Manche, organe sportif, littéraire et humoristique, 2  (...)

11Au lendemain de sa création, l’Olympique Lillois effectue ainsi ses premiers déplacements à l’étranger (rencontres contre le Slavia de Prague, l’équipe de Francfort, les équipes belges de Gand, Bruges et Bruxelles et le club anglais de Tunbridge Wells). Les contraintes de calendrier et les problèmes de déplacement contrarient cependant l’organisation des rencontres. Ils suscitent, de la part des dirigeants des clubs du Littoral, un sentiment de mécontentement renforcé par l’idée d’une injustice sportive, pénalisante pour des clubs dont les joueurs, soumis à de longs trajets en train, ne peuvent exprimer toutes leurs qualités physiques. En juillet 1910, F. Destrée, secrétaire de l’USB, propose que l’ensemble des clubs engagés dans les compétitions officielles soient soumis aux mêmes règles8. Le comité USFSA du Nord établit alors, sous l’autorité des autorités arbitrales, un calendrier sous la forme de matches « aller/retour », qui tient moins compte de la géographie régionale que d’un principe d’équité sportive supposée. L’alternance désormais classique entre matches à domicile et rencontres à l’extérieur est instituée. En voulant mettre en place le calendrier le plus juste possible, le Comité du Nord accentue paradoxalement le décalage entre « terriens » et « maritimes », ces derniers considérant leur marginalité littorale comme un handicap.

  • 9 « Le comité a conclu de nombreux matches avec les sociétés suivantes : USB, RCC, Football d’Ailly-s (...)

12Dans le bassin minier, la constitution d’un Championnat d’Artois constitue une première réponse de l’USFSA à la difficulté d’organisation des rencontres. Il vise à fédérer les clubs du bassin minier et de la région arrageoise : le Racing-Club de Lens y participe dès l’année de sa création, tout comme le Racing-Club d’Arras, où les origines de la pratique du football association sont plus proches du modèle anglais originel. Fondé en 1901, le club apparaît pour la première fois dans les colonnes de La Vie Arrageoise le 12 février 1911. Ses fondements, à la fois scolaires et régimentaires, peuvent s’expliquer par la situation géographique de la cité. Relativement isolés des foyers terriens et maritimes qui dominent le football régional avant guerre, quelques clubs arrageois intègrent le championnat d’Artois et lient leur développement au football minier, alors que leurs origines diffèrent : football scolaire à Arras, aux visées plutôt éducatives, face à un football minier dont il ne faut pas excessivement privilégier le caractère populaire, mais qui repose surtout sur la formation de clubs civils. Les clubs arrageois concluent nombre de matches amicaux sous l’égide de l’USFSA, réservant aux deux équipes premières de la cité artésienne la participation aux compétitions officielles du championnat d’Artois, et l’organisation de rencontres amicales contre des équipes beaucoup plus aguerries sur le plan sportif. Il s’agit là encore d’augmenter la qualité technique du football arrageois par une « saine émulation »9.

  • 10 Voir Nord Sportif, 30 septembre 1922, ADPC, G 95.
  • 11 Le 7 janvier 1906, la sélection de Paris l’emporte 3/0 sur celle du Nord. En dépit des défaites enr (...)

13La constitution de l’équipe des « Lions des Flandres », qui réunit à partir de 1912 les meilleurs joueurs des clubs de l’Olympique Lillois, du Racing-Stade de Roubaix et de l’US Tourcoing, est un autre signe manifeste de la vitalité du football nordiste. Cette création est une idée du Président Jooris, ardent défenseur d’un football régional susceptible d’attirer les foules. Elle peut aussi montrer que la notion d’équipe identifiée, qui défend les couleurs d’un club, d’une ville, voire d’un quartier, ne s’est pas encore totalement imposée, même si les derbies se développent. Le choix d’une échelle régionale est une réponse face à l’hégémonie des équipes et instances parisiennes. Cette équipe des « Lions des Flandres » est autant un enjeu sportif (l’émulation permet d’augmenter la qualité technique) que « politique », dans la mesure où elle atteste d’un chauvinisme régional déjà perceptible. L’équipe perpétue une tradition sportive initiée dès 1906 : André Billy, président de l’Olympique Lillois organise les rencontres « Paris/Nord », qui se déroulent alternativement dans la capitale ou dans une ville du Nord10. En 1910, l’USFSA invite d’ailleurs ses comités régionaux à organiser entre eux des matches de sélection, afin de constituer la meilleure des équipes possibles. L’équipe des « Lions des Flandres » victorieuse de la Ligue de Paris en 1914 (Ligue de Football Association) devient ainsi l’un des premiers symboles tangibles (sur le plan des résultats et du jeu) de la qualité du football nordiste, conséquence du succès de son enracinement. La fin du processus d’implantation, qui succède à la phase d’essaimage, annonce la première vague de démocratisation, visible après 191811.

14En dépit de leur nombre limité, les clubs du Nord et dans une moindre mesure du Pas-de-Calais ont su participer et s’intégrer aux compétitions organisées par les instances du football français, dépassant les divergences idéologiques qui affectent l’organisation de ces rencontres. L’hégémonie de l’USFSA dans la région constitue une originalité remarquable, qui ne sera pas remise en cause par la création d’un CFI « placé sous les bannières confessionnelles » dès 1906, année de sa constitution. Exception faite du Star-Club de Caudry qui participera au championnat FCAF (Fédération Cycliste et Athlétique de France), l’adhésion à l’USFSA ne semble pas déclencher, au sein des comités fondateurs des clubs et lors des assemblées générales, de querelles idéologiques. Des facteurs internes et externes constituent de possibles explications : dès 1899, l’Iris-Club Lillois participe au championnat USFSA et se trouve opposé au HAC lors des finales opposant les meilleurs clubs des régions affiliées ; le 5 avril 1904, la finale du championnat USFSA oppose le Racing Club de France au Racing-Club de Roubaix et se solde sur un score de parité (2/2), malgré trente minutes de prolongations. La finale sera rejouée à Lille et verra la victoire du Racing, autorisé à disputer le challenge international du Nord déjà mentionné... Le choix de l’USFSA par les clubs nordistes a semble-t-il été autant imposé par ce souci démocratique déjà évoqué, que par la reconnaissance et la notoriété sportive qu’il pouvait apporter.

15L’hégémonie nordiste de l’USFSA s’appuie sur les relais que constituent les clubs et leurs dirigeants. L’adoption du modèle anglais, visible à Roubaix, (et dans une moindre mesure sur le Littoral), amplifiée par la multiplication de rencontres amicales, permet à l’USFSA et au football association de se trouver au plan régional en situation de monopole, et d’accélérer ainsi deux phénomènes : l’homogénéisation de compétitions qui adoptent plus rapidement qu’ailleurs les règles d’un football association qui peine parfois à s’imposer (y compris dans la capitale) et la hiérarchisation progressive des compétitions, selon deux niveaux d’échelle : un championnat régional où les clubs du Pas-de-Calais dominent, (le siège de la Ligue d’Artois s’installe à Béthune en 1906), et un championnat national où le Racing-Çlub de Roubaix et l’Olympique Lillois jouent très vite les premiers rôles en raison des qualités individuelles de leurs joueurs, bientôt récompensés par des sélections nationales.

  • 12 Sur les questions religieuses dans la région pendant la Belle Epoque, se reporter à : Hilaire (Yves (...)

16Au plan des explications externes, il est légitime de penser que l’acuité de la question scolaire dans notre région, attisée par la question religieuse, a contribué à renforcer un associationnisme laïc et républicain, dont l’USFSA serait l’une des incarnations sportives. Plus tournées vers le catholicisme social, les associations confessionnelles n’ont pas toujours considéré dans la région les enjeux sportifs comme essentiels, privilégiant l’organisation de réseaux d’un autre type, notamment les mouvements de jeunesse. Par ailleurs, la vitalité du Sillon de Marc Sangnier et ses options républicaines peuvent expliquer le succès de l’USFSA au détriment de la FSGPF jugée trop peu progressiste et soupçonnée d’utiliser les associations sportives à des fins de propagande12.

  • 13 André Billy, Président de la commission centrale de l’USFSA, souhaite se rapprocher de l’Amateur Fo (...)

17Dernier indicateur de la vitalité du football nordiste à la veille de 1914, la prise en compte du nombre de joueurs issus des clubs de la région sélectionnés en équipe nationale, même si la notion d’équipe de France doit être précisée et contextualisée. L’intégrisme absolu de l’USFSA vis-à-vis de l’amateurisme, son alignement politique sur les positions de l’Amateur Football Association (AFA) en rupture de ban avec la Football Association anglaise, amènent en effet l’USFSA à quitter la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) lors du congrès de Vienne en 1908. La place vacante étant rapidement comblée par le CFI, animé par Charles Simon. La composition des équipes de France témoigne d’une scission qui aura des conséquences sur la titularisation des joueurs nordistes : appartenant quasi exclusivement à des clubs affiliés à l’USFSA, ils sont privés de rencontres internationales de 1909 à 1913. L’analyse de la composition des équipes met en évidence la forte représentation de joueurs issus des clubs du Nord et dans une moindre mesure du Pas-de-Calais, et le caractère progressif des sélections13.

18Avant que le CFI ne bénéficie de son affiliation provisoire auprès de la FIFA (1909) et que l’USFSA ne finisse par le rejoindre (1912), le nombre de joueurs nordistes sélectionnés en Equipe de France atteste de la qualité des principaux clubs régionaux : le caractère progressif et quasi-arithmétique d’un pourcentage de sélection de joueurs issus de clubs du Nord et du Pas-de-Calais (1 sur 11 en 1904, 8 sur 11 en 1908. Autant dire que la sélection qui affronte l’Angleterre en 1908 est une sélection régionale...) fournit d’autres données : les joueurs issus des clubs du Nord sont en moyenne quatre fois plus nombreux que ceux des clubs du Pas-de-Calais au palmarès sportif moins éloquent, puisque évoluant au niveau régional (Championnat du Nord groupe maritime pour l’USB et le RC Calais, ce dernier voyant ses joueurs retenus de manière très épisodique...).

19L’US Tourquennoise et le Racing-Club de Roubaix détiennent en effet la majorité des sélections, majorité qui évolue dans le temps et finit par s’inverser en faveur du club roubaisien : disputant le championnat de France USFSA, il devient rapidement un club incontournable pour les sélectionneurs nationaux. Il s’agit déjà de recruter les meilleures individualités, si possible issues d’un même club ou d’équipes qui dominent les compétitions nationales. Cette ossature peut donner à l’équipe de France un jeu plus homogène, par la reproduction des automatismes et choix tactiques réalisés en clubs. L’analyse des scores et le faible nombre de victoires enregistrées nuancent cependant cette stratégie. Elle met en lumière la hiérarchisation qui s’opère au sein des nations européennes, pour le moment incapables de rivaliser avec un football anglais qui domine ses voisins de la tête et des épaules. Lorsqu’elle rencontre un « onze » anglais, forcément « amateur » (USFSA oblige), l’équipe de France fait bien pâle figure...

20La réintégration de l’USFSA au sein du CFI le 5 janvier 1913 marque le temps de la réconciliation entre fédérations rivales et constitue un pas décisif dans un processus d’unité achevé en 1919. Absents des sélections nationales de 1908 à 1913, les joueurs nordistes sont de retour pour une période d’avant-guerre plus riche en résultats. Cette période est marquée par une logique de compromis au niveau des sélections, qui devient la règle préalable à la composition de l’équipe de France. Il convient de rechercher un équilibre permanent entre joueurs « unionistes » et joueurs issus du CFI : peu nombreux en 1913, les joueurs des clubs USFSA retrouvent une place légitime lors du match France/Belgique se disputant à Lille, sur le terrain de l’Olympique Lillois (50 % de l’équipe est composée de joueurs des trois clubs de la métropole).

  • 14 La rencontre Suisse/France du 9 mars 1913 est l’un des symboles sportifs de la vitalité des clubs d (...)

21Les constats déjà soulignés pour la période 1904/1908 se reproduisent à partir de 1913 : des sélections conformes à la logique de la hiérarchie sportive régionale, reconduction du décalage entre Nord et Pas-de-Calais. La majorité des joueurs sélectionnés provient principalement de l’US Tourcoing, du RC Roubaix et surtout de l’Olympique Lillois, notamment lors de la rencontre Suisse/France du 9 mars 191314. La notoriété toute relative des trois clubs du Pas-de-Calais compromet toute sélection durable de joueurs de l’USB, du RC Calais et du Racing-Club d’Arras. A la veille de la première guerre mondiale, c’est un joueur de l’Olympique Lillois, Jean Ducret, qui compte le plus de sélections en équipe nationale (20 sélections), suivi par Gabriel Hanot de l’UST (10 sélections) et Raymond Dubly, du RC Roubaix (7 sélections). Peu nombreux, les clubs régionaux représentent néanmoins avant 1914 un indispensable vivier, où les responsables nationaux vont pouvoir puiser. Exception faite de la période 1908/1913, qui constitue une parenthèse pour les joueurs nordistes, précisément au moment où le football régional acquiert, par les résultats sportifs des clubs de l’agglomération, une dimension nationale par ses résultats sportifs.

  • 15 Personnalité incontournable, Henri Jooris (1879/1940) anime le football nordiste, pendant plus d’un (...)

22Le visage présenté par le football nordiste avant la guerre de 1914/18 montre certaines similitudes avec la situation observée sur l’ensemble du territoire : après le temps des pionniers, qui confinait la discipline au rang d’une pratique réellement confidentielle, le football nordiste a su se développer en prenant appui sur les couches supérieures de la population. Il devient d’abord un passe-temps aristocratique, mondain et distinctif, qui fait de la bourgeoisie urbaine, industrielle ou commerciale le véritable propriétaire du football association15. Sa démocratisation avant 1914 est donc toute relative. Sa dimension populaire ne sera manifeste qu’au lendemain de 1918, même si certaines rencontres d’avant-guerre, en particulier les rencontres internationales, dépassent le millier de spectateurs. Le football offre cependant l’image d’une discipline organisée et fortement hiérarchisée : la multiplication des rencontres, tournois et confrontations amicales entre clubs nordistes et voisins étrangers, le palmarès plus qu’honorable des clubs engagés dans le championnat USFSA, l’hégémonie successive de l’UST, du RC Roubaix et enfin de l’Olympique Lillois dans la hiérarchie régionale, puis nationale (l’OL remporte en 1914 le championnat USFSA et le « Trophée de France », dernier avatar des divisions du football français, avant la création de la coupe Charles Simon), viennent en quelque sorte compenser la faiblesse numérique d’une implantation très largement urbaine.

23Le 5 avril 1914, la finale du championnat de France USFSA oppose sur le terrain d’honneur de l’Association, rue Olivier de Serres à Paris, l’Olympique de Cette à l’Olympique Lillois, qualifié par la presse sportive régionale de champion des clubs du Nord, de l’Est, de l’Ouest et de la région de Paris.... Titre flatteur mais qui ne correspond pas à grand-chose et accrédite l’idée d’une organisation encore confuse des championnats et compétitions. Plus modestement, le club sétois est champion des clubs du Sud et du Midi de la France... Le programme distribué donne aux supporters lillois un certain nombre de recommandations, afin que leur conduite soit exemplaire :

  • 16 Cité par Hurseau (Paul), Verhaeghe (Jacques), Mémoire du football..., op. cit., pp. 10-11. Au bas d (...)

Plus de mille supporters lillois assisteront dimanche, au match final du championnat de France entre l’Olympique de Cette et l’Olympique Lillois. Ils applaudiront nos vaillants équipiers à leur entrée sur le terrain, ils les encourageront durant leur match, de notre cri : « Allez l’OL ».
Mais là doivent se borner nos manifestations. En aucun cas, nos partisans ne devront s’en prendre à un joueur, blâmer à haute voix son joueur, souligner un shoot raté, même d’une simple exclamation.
  En aucun cas surtout, ils ne devront siffler l’arbitre, conspuer les adversaires d’un jour, avec qui, d’ailleurs, nous entretenons depuis plusieurs années, de cordiales relations et qui, il y a deux ans, firent à notre équipe première, une réception inoubliable à Cette.
Nos joueurs, dans leur intérêt même, ont le mot d’ordre de pratiquer un jeu vif, scientifique, décidé devant les buts mais courtois. Nous sommes convaincus que nos adversaires ont reçu la même ligne de conduite. A l’arbitre de pénaliser les équipes en faute.
Si vous écoutez ces conseils, l’Olympique Lillois, même vaincu, sortira grandi de cette ultime bataille aux yeux des sportsmen parisiens qui assisteront, en spectateurs impartiaux, au match mémorable du 5 avril 191416.

24Le contenu de ce programme donne une idée plus précise de l’attitude qui devait être celle de spectateurs nordistes, au demeurant nombreux, qui auront effectué le déplacement à Paris. A l’image des joueurs sur le terrain, il convient que les supporters sachent adopter une stricte neutralité qui peut surprendre, tant elle paraît incompatible avec l’image généralement attribuée à ceux qui encouragent leur équipe. Ces recommandations, vis-à-vis de l’arbitre, de l’équipe adverse et des joueurs de l’OL (l’indulgence à leur égard doit se traduire par l’absence de toute exclamation dans les tribunes...) visent en fait à limiter et contrôler ce « chauvinisme montant » (évoqué par Alfred Wahl), qu’une méconnaissance des règles ne peut qu’alimenter.

25En 1914, le football cesse en effet d’être un simple divertissement. Il devient un sport moderne, plus complexe, qui intègre progressivement la sphère économique, à mesure que sa dimension sociale se précise. Il n’est donc pas surprenant que ces principes originels de correction soient ici rappelés, devant la montée des enjeux dont la discipline devient l’objet. Le respect des règles, de l’arbitre et des adversaires, l’adoption systématique sur le terrain et dans les tribunes de l’attitude du sportsman et du gentleman constituent des « fondamentaux » qui vont progressivement s’estomper à mesure que les compétitions se hiérarchisent et que le jeu se scientifise : il devient plus technique et gagne en efficacité. Ce « rappel au règlement » et aux convenances peuvent aussi être interprétés comme la preuve du décalage existant entre joueurs, généralement membres de la bourgeoisie locale, et spectateurs, d’extraction plus populaire et plus enclins à manifester bruyamment leur enthousiasme ou leur mécontentement, au mépris (ou plus vraisemblablement par méconnaissance) des principes fondateurs du football association. Comme le souligne Alfred Wahl, l’amateurisme strict et les valeurs qu’il transmettait, semblent relégués aux oubliettes sportives à la veille de 1914. La fixation d’un droit d’entrée (5 francs pour les tribunes couvertes, 3 francs pour les tribunes réservées, 1 franc pour les populaires, pour la finale OL/Olympique de Cette) préfigure les transformations radicales dont le football fera l’objet dans l’entre deux guerres.

2. Le « croissant fertile » du football littoral

26Le Racing-Club de Calais, l’Union Sportive Boulonnaise et l’Union Sportive de Dunkerque-Malo sont avant 1914 les principaux représentants du Littoral sur la scène du football nordiste. Implantés dès le début du siècle, ils ont obtenu la constitution d’un championnat spécifique les regroupant, distinct des clubs terriens. La création de cette zone maritime, de la frontière belge à la baie de la Somme, représente avant 1914 le deuxième pôle de croissance du football régional, loin derrière une agglomération lilloise qui concentre les clubs de renom (Olympique Lillois, US Tourcoing et RC de Roubaix), mais devant un football minier, qui peine à obtenir une relative autonomie. Il n’est donc pas étonnant qu’une animosité sportive entre « terriens » et « maritimes » se développe rapidement. Ce phénomène de rivalité sportive étant également visible au sein du district maritime entre l’USB, le RC Calais et dans une moindre mesure l’US Dunkerque-Malo. Cette émulation relayée par la presse locale, va contribuer à dynamiser le football maritime. Elle peut s’observer par la création de clubs périphériques, évoluant dans des divisions inférieures, sur un modèle qui suit la pyramide régionale mise en place par le Comité du Nord USFSA.

27Pour l’année 1908/1909, le championnat maritime dit de « première série » oppose 4 équipes (USB, RC Calais, Union Sportive de Calais et Union Sportive de Dunkerque Malo), tandis que les séries inférieures sont principalement constituées par les équipes secondes et troisièmes des clubs précités.

28Outre la présence de l’Eclair-Club de Neufchâtel, il semble que Marquise, Berck et Le Touquet-Paris-Plage aient aussi disposé d’équipes de football avant 1914, sur ce principe d’essaimage qui s’étend désormais aux villes moyennes. Pour la cité balnéaire du Touquet-Paris-Plage, il s’agit plus d’un phénomène de mode (la cité dispose en effet de nombreux clubs sportifs et associations) : le football association, délicieusement britannique, apparaît très tôt comme le sport en vogue.

  • 17 Le Racing joue sur le terrain de Civry, situé dans le quartier populaire du Petit Courghain, relié (...)

29Le dynamisme de la ville de Calais mérite également d’être souligné. Le Racing-Club et l’Union Sportive de Calais alignent trois équipes, contre deux pour l’AS Calais et une pour l’Association omnisports du Sport Ouvrier Calaisien, qui compte une section football : soit près de 90 joueurs, même si la composition des équipes, lorsqu’elle est indiquée dans le compte-rendu des rencontres, montre que quelques joueurs de l’équipe II viennent parfois compléter une équipe III ne réussissant pas à aligner un effectif complet. Un calendrier des rencontres est publié, avec le nom de l’arbitre désigné, le lieu du terrain et l’horaire de la rencontre (les matches ont généralement lieu le dimanche, entre 14 h 30 et 15 h, afin de permettre à chacun, joueurs et spectateurs, de « pouvoir déjeuner tranquillement »...) : chaque club calaisien dispose ainsi de son terrain17, qui même aménagé de manière sommaire, mais qui va contribuer à la constitution d’une identité propre à chaque club. Cette territorialité sportive est un élément décisif dans l’organisation de derbiès locaux. Ils se traduisent par de farouches rivalités au lendemain de la guerre, les clivages sportifs se calquent sur les clivages sociaux : le club « bourgeois » du Racing s’opposant à un Sporting plus populaire, et constitué en majorité par des ouvriers du textile. En tout cas, si certains articles reprennent à leur compte les thématiques de l’universalité des pratiques sportives et ses principes fondateurs d’égalité, les rencontres entre RCC et Sport Ouvrier Calaisien semblent plus heurtées que d’autres. Le spectacle proposé semble en deçà des rencontres habituelles, le style de jeu plus viril... Cette rencontre est l’un des rares exemples pour l’époque d’une sorte de transposition sportive d’une lutte des classes localisée :

  • 18 In Calais Sport, octobre 1922, ADPC, E 74.

S’il y avait dans l’assistance des pères et mères de famille attirés par l’annonce de ce match sensationnel, qui assistaient pour la première fois à une exhibition de football, quelle a dû être leur impression en voyant ce jeu brutal, heurté et déplaisant au lieu des beautés annoncées à l’extérieur ? Croit-on que cela les encouragera à confier leurs enfants à nos sociétés sportives pour qu’elles les initient à ce jeu de brutes ? Est-ce au moment où l’on intensifie la propagande sportive qu’il convient d’attirer le public à de pareils spectacles ? [...].
L’erreur est de la part de certains d’avoir complètement perdu le point de vue du sport pour se placer sur un terrain tout à fait différent et combien plus dangereux. A tort ou à raison, pour que le Racing se débrouille, on le considère dans certains milieux comme une société de « riches », et suivant un propos qui nous a été rapporté, « la victoire du Racing devait être celle du bourgeois sur l’ouvrier ». Comme si, en matière sportive, on devait établir de pareilles distinctions : est-ce que le sport ne devait pas, au contraire, être le creuset où se fondent toutes les classes de la société pour le plus grand bien de la race ? Pourquoi alors employer de pareils arguments pour transformer en haine ce qui ne devrait être que de la saine moralité sportive ?18

30Rivalité lorsqu’ils s’affrontent tous deux, mais solidarité maritime retrouvée face à un adversaire commun caractérisent également les rencontres qui opposent le Racing-Club ie Calais et l’US Boulogne. Lorsqu’ils se trouvent engagés dans d’autres compétitions ou rencontres amicales précédant le début du championnat (notamment contre des équipes parisiennes), ils deviennent les défenseurs et promoteurs d’un football maritime et nordiste, dont la presse locale vante les qualités, en dépit de résultats parfois médiocres.

31Si une solidarité des clubs nordistes semble ainsi s’exprimer contre les clubs parisiens, elle disparaît de fait lorsque les matches opposent clubs terriens et maritimes et se transforme en une réelle rivalité lorsque les deux clubs « phares » du Littoral s’affrontent. La presse locale tente d’établir une hiérarchie sportive qui permet aux clubs nordistes de se situer les uns par rapport aux autres : en 1908, le leader du football régional est le Racing-Club de Roubaix, talonné par l’Olympique Lillois. Quant à la supériorité technique des clubs terriens sur les clubs maritimes, elle est sans doute réelle. Les commentaires des journaux calaisiens mettent en évidence une tactique et un style moins élaborés, où le jeu collectif ne s’est pas véritablement imposé, et où les commentaires du public semblent peu amènes :

  • 19 In Calais Mondain, 8 novembre 1908, ibid. L’article précise également, en guise de conclusion : « J (...)

J’apprends que le Comité du Racing vient de pendre des mesures pour supprimer la valetaille qui se trouve dans les terrains entourant son champ de jeu, les jours de matches. Les spectateurs n’auront plus l’occasion d’entendre les aboiements de ces sales individus que le football ne devrait pas intéresser19.

32En dépit d’une assez large victoire, les joueurs de Calais se voient reprocher leur manque de clairvoyance sur le plan du jeu, en dépit de la spécialisation des places remarquée : si le dispositif initial 2/3/5 continue à être privilégié, le jeu manque encore de liant. Les joueurs qui possèdent sur le plan individuel des qualités athlétiques, doivent encore progresser sur le plan technique, car ils commettent encore « gaffes et maladresses ». Par ailleurs, le jeu dans l’axe central est encore privilégié : héritage du football des pionniers et des longues chevauchées souvent inefficaces des avants, il se développe au détriment d’un jeu plus aéré, passant par les ailes (le mot « ailier » semble indiquer une spécialisation du joueur : il a pour tache de déborder et centrer davantage dans les 18 mètres). Quant à l’incorrection du public, elle est violemment dénoncée, traduction de l’écart qui sépare joueurs et spectateurs : ces derniers ignorant les lois du jeu et ne manquent pas de critiquer vertement les maladresses des équipes, comportements inadmissibles et incompatibles avec les valeurs éducatives et les attitudes « convenables » auxquelles chaque joueur doit se référer.

33En novembre 1908, l’équipe première du Racing affronte l’US Boulogne, à l’occasion de l’un de ces derbies qui vont alimenter les conversations et parfois les polémiques : le compte rendu intégral de la rencontre par le journaliste de Calais Mondain donne lieu à un récit étonnant, minute par minute, qui décrit les principales phases de jeu. La retranscription de la feuille de match nous fournit de précieux renseignements : initialement programmé à 14 h 30 sur le terrain du Moulin Wibert à Boulogne, la partie débute à 14 h 40 et la première mi-temps intervient après 40 minutes et 30 secondes de jeu. Le jeu reprend à 15 h 26 pour se terminer à 16 h 06, soit 40 minutes après le coup d’envoi. Souci du chronométrage et présence de quatre arbitres (le président de l’Académie Maritime, M. Pauchet, dirige la rencontre, assisté de MM. Sirène (Calais) et E. Courden (Boulogne) et d’A. Lemaire) sont les gages d’un déroulement équitable de la partie, remportée par les Boulonnais sur le score de 3/1. La composition des équipes indique également que certains joueurs ont déjà été retenus pour participer aux sélections nationales et internationales.

34Une semaine plus tard, le match « retour » se solde par une victoire plus que nette du Racing (9/0) : « Composée de joueurs d’avenir et de vieilles gloires », l’équipe de l’USB bénéficie d’un commentaire plutôt indulgent, sans doute en raison de son caractère « composite » :

Les avants eurent le tort de n’employer que la tactique insuffisante de grands coups de pied en avant, suivis de courses folles pour rattraper le ballon. Ils ont bien fait des descentes, mais des descentes non couronnées de succès. Les demis ont été meilleurs et se sont défendus avec beaucoup de courage et d’énergie. Quant aux arrières, ils ont été franchement bons (sic) et se sont multipliés pour résister aux attaques réitérées des avants.

35Si ces deux rencontres se déroulent dans un bon esprit, certains derbies sont beaucoup plus tendus, à l’image de la rencontre opposant à nouveau les deux clubs en janvier 1909. La France du Nord évoque une séance de lutte et de Jiu Jitsu plutôt que de football, tandis que les journaux boulonnais écrivent : peu habitués à un jeu aussi brutal, les boulonnais ont eu tort de ne pas répliquer du tac au tac... Ils reprochent également aux joueurs calaisiens de s’être trop bien préparés à la rencontre, faussant ainsi le résultat. Calais Mondain attribue la responsabilité des faits (le terrain a également été envahi par le public au cours de la rencontre) aux seuls Boulonnais : il est du dernier comique de voir les Boulonnais, dont la brutalité est légendaire, reprocher aux autres de jouer dur..., l’hebdomadaire rappelant que les joueurs du Racing ne disposent pas de conditions idéales pour s’entraîner, et que leur préparation se limite à un match ou une partie d’entraînement par semaine le dimanche... Au delà de ces règlements de compte par journaux interposés, l’épisode révèle que le jeu continue parfois à être plutôt rugueux. La simplicité des tactiques peut s’expliquer par l’absence d’une pratique régulière, finalement limitée à une rencontre hebdomadaire.

36L’année 1909 débute également par un match de sélection opposant les joueurs du groupe terrien à ceux du groupe maritime, afin de constituer la sélection de l’équipe du Nord qui doit affronter la sélection du Comité USFSA de Paris. La rencontre se déroule sur le terrain du Stade roubaisien, devant une commission de sélection en majorité composée de joueurs et dirigeants du groupe « terrien », ce qui déclenche les vives protestations de la presse maritime : elle dénonce ces conditions de partialité qui faussent la sélection, au terme d’une procédure ambiguë, nouvelle preuve de la rivalité qui oppose les deux foyers du football nordiste.

37L’analyse de la composition de la sélection montre la sévérité du jugement de la presse calaisienne, dans la mesure où 8 joueurs sur les 16 retenus sont finalement issus du groupe maritime, dont 5 titulaires. Sans doute faut-il y voir la présence d’un ressentiment sportif vis-à-vis du Racing-Club de Roubaix qui fournit à la sélection cinq joueurs (dont les deux tiers de la ligne d’avants, postes qui requiert des qualités athlétiques indéniables). La concurrence qui s’établit entre maritimes et terriens représente une spécificité de l’histoire du football nordiste. Elle se transposera rapidement dans la sphère des dirigeants : les représentants et présidents des clubs maritimes supportent de moins en moins les décisions des instances régionales terriennes, accusées de ne pas suffisamment prendre en compte les particularismes d’un football maritime, incapable de fonctionner de manière complètement autonome.

38A la veille de la première guerre mondiale, il n’est donc plus possible de parler de pratiques confidentielles, voire anecdotiques. Sous l’égide de l’USFSA et d’un Comité du Nord particulièrement actif, le football nordiste conjugue de manière plutôt heureuse le développement des championnats et compétitions, la multiplication des clubs et la structuration de ses instances.

39Les pratiques civiles, scolaires et le football régimentaire cohabitent et se superposent parfois, dans la mesure où ces catégories ne sont nullement cloisonnées : il n’est pas rare d’assister à des rencontres amicales opposant les équipes USFSA aux équipes militaires cantonnées dans la région. Phénomène qui témoigne d’une originale perméabilité des régiments aux pratiques sportives, au moment où l’armée demeure pourtant le dépositaire exclusif d’une éducation physique dont la gymnastique constitue encore le fondement. Le 9 novembre 1911, l’équipe réserve de l’USB remporte un match amical l’opposant à l’équipe du 73e Régiment d’infanterie en Garnison à Hesdin (7/3). L’importance du score est la conséquence de conditions météorologiques difficiles (un vent violent contrarie la partie), et d’une nette différence de niveau séparant les deux équipes. Le fair-play n’est pas absent de la rencontre, puisque les Boulonnais, qui mènent déjà 4/0 ont l’élégance de tirer délibérément à côté un penalty peut-être généreusement accordé (à la différence de leurs adversaires, largement menés au score, qui voient leur tir repoussé par le gardien). II s’agit certes d’une rencontre amicale, aux conséquences sportives milles (elle constitue pour les juniors de l’USB une bonne partie d’entraînement), mais l’état d’esprit de la rencontre témoigne encore de la permanence de cette influence anglaise, qui place principes moraux et éducatifs au delà de tout enjeu strictement sportif.

40Le 26 décembre 1912, l’équipe I du Racing-Club Etaplois affronte l’Etoile Sportive des aciéries de Paris-Outreau I et l’emporte sur le score de 5/3. C’est la première mention d’un club ouvrier à Boulogne-sur-Mer. Sur son terrain de Trépied, la deuxième équipe du Racing Etaplois écrase l’Association Sportive Berckoise II 7 à zéro : l’analyse du compte-rendu de la rencontre dans la presse locale montre les difficultés d’application de la règle du hors-jeu, que le directeur de la partie ne semble pas convenablement maîtriser. Quant au jeu proprement dit, il demeure encore fondé sur de vastes mouvements d’attaque auxquels on oppose une rigueur défensive toute militaire, même s’il est fait mention d’un « jeu de passes » entre les quatre avants (évoluant à dix, les Etaplois ont adopté un dispositif du type 2/3/4) qui se conclut d’ailleurs par un but. Le jeu collectif ou du moins l’esprit d’un « collectif » qui met les potentialités individuelles au service de l’équipe toute entière apparaît également : si les exploits de chacun des équipiers du Racing sont mentionnés, ils visent désormais à acquérir ou conserver un avantage numérique. La pratique évolue, les stratégies s’élaborent au nom du « beau jeu », mais aussi de l’efficacité.

41Au-delà des rencontres amicales évoquées par de brefs articles, les parties disputées pour le compte du Championnat du Nord sont l’objet de chroniques régulières : elles sont scrupuleusement analysées par les différents quotidiens ou hebdomadaires sportifs régionaux, qui donnent non seulement un compte-rendu assez fidèle du déroulement de la partie, mais portent des jugements souvent peu complaisants sur les comportements des joueurs et arbitres. A partir de 1911, les hebdomadaires indiquent après chaque rencontre le classement des différents championnats, permettant ainsi un suivi hebdomadaire des performances des équipes au cours de la saison, selon un barème aujourd’hui classique (une victoire : trois points, un match nul : deux points, une défaite : un point). Les tableaux en annexe et les classements qu’ils proposent en cours de saison et en fin de championnat donnent une image plus précise de la hiérarchie du football nordiste, et en soulignent la verticalisation progressive.

42Le championnat 1912/1913 obéit aux les mêmes principes, avec une comptabilité des rencontres désormais plus précise (au nombre de points obtenus s’ajoute le nombre de matches « gagnés », « perdus » ou se soldant par un match nul). Toutes les rencontres du Championnat du Nord groupe « A » ont été jouées. A l’inverse, les calendriers des rencontres de première et de seconde série montrent la difficulté de certains clubs à disputer l’intégralité des rencontres programmées : en deuxième série « B » du groupe maritime, l’UA de Saint-Omer renonce ainsi à participer à la compétition. Les problèmes de déplacement continuent à se poser pour les divisions inférieures. Les équipes « fanions » possèdent effectivement trois ou quatre équipes qui disputent les compétitions inférieures. En revanche, les petites équipes éprouvent les pires difficultés à pérenniser leurs pratiques au-delà de rencontres amicales. Les coûts des déplacements et des équipements peuvent constituer un élément d’explication. Si les compétitions se multiplient à mesure que les clubs voient leur nombre d’équipes augmenter, la presse sportive analyse surtout les résultats des équipes premières des principaux clubs. Ce sont eux qui fixent la hiérarchie régionale et qui entretiennent cette culture de l’élite caractéristique de l’avant-guerre.

43L’organisation des compétitions avant 1914 est inscrite dans un temps sportif en cours de constitution, régi par la Commission du Nord. Celle-ci est désormais responsable du calendrier des rencontres, de leur bon déroulement, de l’arbitrage des litiges et contestations entre les clubs. Ceci témoigne non seulement d’une autorité progressivement admise par les clubs, d’une quête de légitimité, mais également de la montée des enjeux sportifs. Ils obligent la Commission à trancher selon une jurisprudence parfois empruntée à des fédérations voisines (ce qui relativise l’autorité de ladite commission, mais montre que les contestations d’après match sont finalement peu nombreuses). Mais cette autorité n’est pas encore synonyme de neutralité, au yeux de la presse « littorale » : cette dernière ne manque pas d’égratigner, dès que l’occasion s’en présente, certaines décisions de la Commission, toujours favorables aux clubs « terriens »... La collusion supposée entre les clubs terriens et le Comité USFSA du Nord, (qui ne peut être vérifiée), montre que la rivalité opposant « terriens » et « maritimes » est autant institutionnelle que sportive.

3. Le Racing-Club de Lens, « club bourgeois » en pays minier

44La fondation du Racing-Club de Lens en janvier 1906 contribue à structurer une pratique du football encore embryonnaire dans le bassin minier. Le championnat du Nord universitaire, déjà mentionné, était la seule trace visible de la pratique du football association dans cette région. Ce football scolaire est relativement structuré : participation de sept équipes, calendrier de rencontres au cours de l’année scolaire (les jeudis), obtention d’un titre remis en jeu chaque année... L’organisation de rencontres informelles à l’occasion des vacances scolaires dans la cité minière va constituer un véritable détonateur et un premier facteur de développement de ce football des corons, tel qu’il sera ensuite désigné : aux collégiens et lycéens se joignent parfois les galibots (apprentis de la mine) et jeunes gens de retour du travail qui vont jouer au football sur les places publiques, dans les pâtures ou autres terrains vagues. Les pratiques se multiplient, elles opposent bientôt des équipes de quartiers de la cité minière, et ce nouveau jeu de balle au pied cohabite vite avec des manifestations plus traditionnelles (jeux et fêtes).

  • 20 Se reporter à la carte Localisation des sociétés et clubs sportifs dans le département du Pas-de-Ca (...)

45Les témoignages oraux de ceux qui constituent aujourd’hui la mémoire du club citent tous la même anecdote à l’origine de la fondation du Racing-Club de Lens : réunis chez Carlos Douterlingue, patron d’un café du boulevard des Ecoles un jour de septembre 1905, les jeunes Lensois pratiquant le football sur la place Verte (l’actuelle Place de la République) se désespèrent de devoir bientôt reprendre les cours, signe de dispersion forcée des membres de l’équipe. Carlos Douterlingue propose alors de constituer un club, sur le modèle de ceux qui existent déjà dans le bassin houiller où dans sa périphérie (le Racing-Club d’Arras date de 1901, le Stade Béthunois et l’US Bruay de 1902). Il se fait fort d’obtenir l’accord des parents des joueurs ainsi que leur participation au premier comité directeur du club. Il était alors, avec Jules Van den Weghe membre fondateur du Club Cyclo Pédestre Lensois en 1903 qui témoigne du succès croissant de la bicyclette dans le bassin minier. Après avoir songé à faire de cette société une société omnisports à laquelle se rattacherait une section football, l’on décide finalement de constituer une association indépendante : le Racing-Club de Lens. Le terme de Racing-Club est choisi en référence au palmarès sportif du Racing-Club de France. Un premier comité, constitué en majorité par les parents des joueurs, est élu en janvier 1906 et préside aux destinées du nouveau club20.

  • 21 Le maillot Noir orné des lettres RCL est arboré sur la première photographie officielle du Racing, (...)

46A la différence des statuts de l’USB (rédigés avant le vote de la loi de 1901), les premiers statuts du RCL sont extrêmement précis. Déposés à la sous-préfecture de Lens le 18 octobre 1907, ils sont rédigés afin de permettre au club de participer au championnat officiel organisé par la Ligue d’Artois, et ce conformément à la Loi de 1906 relative aux sociétés reconnues d’utilité publique, ils se déclinent en 32 articles, qui comportent un classement thématique définissant les priorités et orientations du club. En premier lieu, l’objet associatif, le fonctionnement du club et la définition des fonctions des membres du comité sont précisés : le Racing-Club Lensois se définit dans son titre prmeier comme un groupe d’amis, dont le but est le développement et l’organisation de fêtes pour ce genre de sport. Approuvés lors de l’assemblée générale extraordinaire d’octobre 1907, les statuts du club laissent apparaître une volonté très nette de structuration et d’application des principes de démocratie associative, déjà évoqués lors de l’analyse des statuts de l’USB. Fonctions associatives et sportives sont étroitement mêlées : elles ne peuvent être dissociées, dans la mesure où le premier comité réunit membres fondateurs et joueurs. Le Racing-Club de Lens compte au moment de sa fondation trente membres, parmi lesquels quinze joueurs sont sélectionnés (les finances du club ne permettant pas d’équiper la totalité de l’effectif). Les premières couleurs du RCL seront « Vert et Noir » pour le maillot (en référence à la place Verte, lieu de pratique privilégié du club), noire pour la culotte (en référence au « pays noir »). Elles évolueront ensuite pour devenir « Rouge et Noir » (maillot à damiers sur le modèle du HAC) et Noir, orné du sigle « RCL »21.

  • 22 Voir par Dremière (Laurent), ibid., p. 6.

47La première équipe du Racing, composée de quinze joueurs, rencontre des équipes de quartiers (places Saint-Pierre et Saint-Edouard) et des environs (notamment l’équipe de Grenay, dirigée par M. Fleury, instituteur à l’école Carnot de Lens) : il s’agit de parties informelles qui indisposent toutefois les riverains. Les aires de jeu, situées à proximité des habitations, causent de nombreux désagréments et obligent l’équipe du RCL à disputer ses rencontres sur la pâture Mercier, à la limite de Loison, près de la fosse 2. Exil sportif tout à fait temporaire dans la mesure où ce sont les mineurs, utilisateurs des jardins ouvriers, qui se plaignent rapidement des dégâts causés par les footballeurs : ils obligent la Société des Mines de Lens à accorder au RCL un terrain plus vaste, situé sur la route de Béthune, derrière la gendarmerie. Si le club dispose désormais d’une aire de jeu, son aménagement demeurent Spartiate : les joueurs sont obligés de tracer les lignes, installer les buts, s’habiller et se laver après le match dans un café situé à 200 mètres du terrain22.

48La difficulté à obtenir puis entretenir un terrain pour la pratique du jeu représente pour les clubs une difficulté majeure. Cette situation de précarité matérielle (terrain, installations et équipements) retarde non seulement le développement du jeu mais contrarie également la constitution d’une identité sportive, faute de lieu approprié.

49Comme l’indiquent les statuts du Racing, il s’agit au départ de développer une pratique sportive nouvelle (l’article premier évoque un genre de sport, le terme de football n’étant pas employé, ce qui peut témoigner de l’aspect expérimental d’une pratique dont les finalités ludiques et non compétitives sont soulignées), réunissant un groupe d’amis... La notion de loisir sportif et la volonté de constituer autour de cette pratique une « société » sont donc privilégiées. La dimension ludique précède la participation officielle du Racing au Championnat de la Ligue d’Artois, pour la saison 1907/1908. Prolongement du Championnat du Nord universitaire, il met également en présence les équipes de Béthune, Arras, Bully, Grenay, Henin-Liétard et Douai. Autre spécificité du Racing, sa forte bureaucratisation et le caractère extrêmement procédurier des séances du comité offrant l’image d’un fonctionnement associatif qui affirme d’abord un certain nombre de qualités morales et de principes, constituant autant d’éléments de distinction. Ces principes moraux, fondés sur le respect de règles intangibles, doivent garantir entre les sociétaires les principes d’équité et d’égalité, tout en fixant le fonctionnement d’une indispensable hiérarchie associative. Principes qui ne font en fait que refléter les comportements sociaux de membres issus des classes moyennes, appartenant à la bourgeoisie locale (Justin Guilbert, premier trésorier du RCL est fils du juge de paix, MM. Van den Weghe et Douterlingue sont d’honorables commerçants). Le mouvement associationniste devient le lieu d’expression et de concrétisation de valeurs morales et éducatives, fondées sur le respect des fonctions et d’une hiérarchie librement consentie, parce que reposant sur les principes de la démocratie participative.

50L’analyse de ces articles met aussi en lumière les principes d’un fonctionnement associatif qui n’est pas spécifique aux sociétés sportives, mais que ces dernières reprennent finalement à leur compte : le Président du club, véritable gardien du Temple est indéniablement détenteur d’une autorité morale lui conférant une fonction de représentation. Il est dépositaire de l’estampille du club et décide seul de son usage, à l’image de l’apposition des sceaux. La vision est ici tout à fait symbolique et montre que le sigle « RCL » ne peut être galvaudé. Son autorité « naturelle » lui permet de présider et d’arbitrer les débats internes, dont le déroulement plutôt rigide peut surprendre. En fait, c’est un souci d’exemplarité qui doit présider aux réunions du Racing. Les procédures sont tout aussi importantes que l’objet même des débats. Ce souci démocratique (égalité de parole entre les différents sociétaires par exemple) aboutit à la description d’une procédure rigoureuse : elle oblige le président à se faire remplacer par le vice-président lorsqu’il souhaite prendre la parole pendant les débats, afin d’éviter toute confusion des genres, pouvant être interprétée comme une forme d’abus de pouvoir. La même discipline est exigée pour les membres de la société qui souhaitent s’exprimer. Là encore, les écarts de conduite sont sévèrement sanctionnés. Il est possible d’observer un phénomène de transposition et de reproduction des règles sportives dans le fonctionnement de l’association : l’exemplarité de mise sur le terrain doit s’accompagner d’un comportement et d’un engagement associatif dépositaires des mêmes valeurs.

51Il n’est donc pas étonnant que les fonctions du secrétaire-trésorier (fonctions disjointes à partir de la saison 1907/1908) fassent l’objet de commentaires précis : tenue de cahiers, strict contrôle des dépenses par des membres accordant un « quitus » avant l’heure, transparence de la comptabilité et fréquence des vérifications, impossibilité pour le trésorier de disposer sans autorisation d’une somme supérieure à 5 francs... Autant de procédés qui attestent là encore d’une exemplarité revendiquée dans le domaine de la gestion : souci de probité, respect de l’argent confié (valeur éminemment bourgeoise), transparence des comptes, clarté des mouvements de fonds... La définition des fonctions et responsabilités sportives des joueurs est également l’objet d’articles particuliers. Là encore, leur analyse démontre que la défense et l’affirmation de valeurs morales, tout autant que le respect des règles sportives, constituent une priorité pour le club. Elle donne un certain nombres d’indicateurs qui assurent une meilleure lisibilité de la pratique du football en pays minier. L’adoption des termes de capitaine et de lieutenant, la désignation d’un arbitre membre du club, ne constituent pas des situations exceptionnelles et reprennent le modèle anglais de distinction largement évoqué. Le paiement d’une amende (dont le montant est plus symbolique que destiné à alimenter les finances du club) parachève cette recherche d’exemplarité.

52L’engagement du RCL dans une compétition officielle à compter de 1907 transforme de manière radicale les pratiques des joueurs et augmente la technicité du jeu : les entraînements deviennent des moments aussi importants que les matches, et la défection des joueurs est punie dans l’un ou l’autre cas. Un principe d’assiduité sportive est clairement affirmé, qui se traduit par l’adoption d’une discipline plutôt militarisée. Ce caractère « rigide » des pratiques sportives (symboles de liberté, d’autonomie, de prise de responsabilité) constitue une originalité que l’on peut expliquer par les courants et méthodes présents au sein de l’éducation physique. La gymnastique amorosienne, prolongée par les méthodes d’Hébert et de Demeny, va donner aux pratiques physiques une dimension rigide, statique et disciplinée. Les séances d’éducation physique sont le plus souvent assurées dans les établissements scolaires par d’anciens militaires, issus de l’Ecole de Joinville. Certaines équipes de football, comme celles d’Arras, Béthune et Douai, sont parfois renforcées par des jeunes gens accomplissant leur service militaire, dans des casernes où l’on pratique le jeu de football. Il est donc possible que les caractères de cette éducation physique se soient au départ imposés au sein des pratiques sportives.

53Le choix de l’arbitre est aussi une réponse à l’augmentation numérique de rencontres dont il faut assurer le bon déroulement : tâche d’autant plus ingrate que les lois du jeu sont mal connues, leur uniformité géographique n’étant pas encore réalisée. Par ailleurs, l’arbitre doit veiller à ce que les joueurs de son club se conduisent en « sportsmen » et « gentlemen ». Il doit promouvoir une stricte autodiscipline et régulation des comportements sur le terrain. Là encore, tout excès est passible de sanctions.

54L’image du Racing doit être irréprochable, et cela peut conduire le capitaine du RCL à utiliser les services de joueurs provenant d’autres clubs, et ce afin de compléter l’équipe, évitant ainsi l’humiliation d’un forfait. Cette utilisation de joueurs mercenaires est une pratique fréquente avant 1914. L’évolution rapide des effectifs du RCL laisse cependant supposer que ce moyen fut peu utilisé. En effet, malgré l’érosion constatée au niveau des effectifs en 1910, le club comptera au moins deux équipes à la veille de la guerre.

55Il semble que les joueurs du RCL aient rapidement adopté les règles du Football Association, par leur participation au championnat de la Ligue d’Artois, sous l’égide de l’USFSA. Un doute subsiste cependant, si l’on observe la composition de la première équipe connue du Racing : composée de 15 joueurs, elle adopte un dispositif tactique qui rappelle celui du football rugby. Les rares témoignages qui subsistent des parties disputées en 1906 font d’ailleurs état de joueurs ayant écopé quelques horions, signe de rencontre plutôt « viriles »... L’année suivante, le nombre de joueurs est ramené à onze, selon un schéma tactique curieux, qui rappelle cependant le dispositif en « triangle » alors en vigueur (un gardien de but, deux arrières, trois demis et cinq avants). Le Racing compte en effet dans ses rangs deux titulaires au poste de gardien de but et seulement trois avants. A partir de 1908, la composition de l’équipe évolue en fonction de paramètres sportifs et extra sportifs : la loi du service militaire de trois ans prive l’équipe de ses meilleurs joueurs, réduisant à dix, puis neuf l’effectif du club, tandis que l’on enregistre les premiers transferts pour pallier ces défections : Dumont et Despagne, originaires de Liévin, rejoignent le Racing, tandis que Raymond Couvreur débauche un certain nombre de joueurs qui continuent à pratiquer le football place Verte, afin de pouvoir aligner une équipe complète dans les rencontres. En 1912, les premiers transferts, (concrétisés par la signature de contrats) indiquent la montée en puissance du club lensois dans le bassin minier. En 1912, seuls trois joueurs faisaient partie de l’équipe originelle de 1908 (Jules Van den Weghe au poste d’arrière, Vilcot au poste de demi et Malaquin à l’avant). L’équipe du Racing d’avant guerre subit donc de profonds remaniements : départs et arrivés s’inscrivent dans un processus de hiérarchisation des clubs, qui fait du club lensois un vivier pour les recruteurs de clubs au palmarès plus éloquent. Dans le même temps, le RCL devient également un club attractif, conjuguant ainsi de manière plutôt heureuse critères géographiques (proximité relative des transferts qui se situent sur le territoire de la Ligue d’Artois, qui s’étend jusqu’à la Picardie) et sportifs. En 1912, le Racing-Club de Lens perd définitivement sa dimension familiale (d’ailleurs réduite aux frères Coviaux, Couvreur et aux Van den Weghe père et fils) pour prendre une envergure sportive pour le moment limitée aux contours du bassin minier.

56L’année 1912 entraîne une nouvelle migration des joueurs du Racing : ils doivent quitter le terrain de la Gendarmerie, que les Houillères destinent à la construction de cités minières. Afin de disposer d’installations fixes, le comité du Racing accepte de fusionner avec la Société d’athlétisme de Lens, disposant ainsi du terrain de la Glissoire situé entre Lens et Avion, près de la fosse 5, où se déroulera le premier championnat d’athlétisme du Pas-de-Calais.

57A la veille de la guerre, Le Racing dispose désormais d’un terrain, de trois équipes dont l’effectif permet de constituer l’équipe première engagée dans le championnat officiel, mais dont l’équipement pose problème : trop chers et trop difficiles à trouver (il faut en effet se fournir à Paris, chez les frères Tunmer), les maillots à damier rouge et noir sont abandonnés au profit d’un maillot noir orné du sigle « RCL ».

58Au-delà de l’aspect strictement sportif et d’un Racing qui accompagne finalement ce mouvement d’ensemble d’organisation du football nordiste, l’analyse des statuts nous a donne l’occasion de porter un regard sur la constitution d’une société sportive. Les différents articles extraits des statuts du RCL mettent en avant des caractéristiques propres aux associations sportives : en premier lieu, une volonté affirmée de structurer et d’organiser la société sportive, par la mise en application du principe de « sociabilité horizontale » définie par Maurice Agulhon. Principe cependant animé d’un souci démocratique, sans que cela soit d’ailleurs contradictoire : le choix de la cooptation comme procédure de recrutement constitue un élément particulièrement intéressant : on pourrait en effet supposer que les critères d’adhésion au club soient exclusivement sportifs, et liés avant toute chose à la constitution de l’équipe. Au moment de sa constitution, ces critères existent sans doute, mais ne sont pas explicitement mentionnés : l’adhésion au Racing est d’abord le fait de relations familiales, sociales (liées au travail et aux loisirs pratiqués ensemble) et géographiques (non seulement on habite le même quartier ou la même commune, mais l’on fréquente les mêmes lieux de sociabilité, notamment les cafés. D’où les recommandations strictes formulées par le Comité en matière d’intempérance...). Cette nouvelle forme de sociabilité vient donc renforcer d’autres liens tacites et plus anciens. Elle s’incarne désormais dans la participation aux activités d’une société sportive. Le facteur de distinction accompagne un sentiment d’appartenance associative, qui suppose l’acceptation de règles, traduction d’un rapport intégré à la loi, caractéristique de la bourgeoisie de l’époque. Si la cooptation est plus un facteur d’intégration sportive que d’intégration sociale en ce qui concerne les membres du Racing, (l’intégration sociale étant réalisée), elle suppose a priori l’adoption de règles communes propres au modèle associatif de l’époque : c’est bien le principe d’exemplarité sportive qui est ici mis en exergue, dans la mesure où celle-ci (à priori visible sur le terrain) doit se reproduire au sein de l’association. Elle est la garantie de la valeur de l’exemplarité sociale recherchée et revendiquée par les classes moyennes. Ce souci d’un comportement irréprochable se manifeste dans le respect d’un contrat moral, non écrit, mais qui transparaît à la lecture thématique des statuts : exemplarité des comportements et attitudes, (tant à l’intérieur de la société qu’à l’extérieur) qui montre là encore de ce souci du « paraître » face au regard de l’autre. Assiduité dans la participation aux manifestations de l’association, mais surtout lors de ses instances statutaires : tout manquement aux règles est sanctionné par des amendes, dont le montant témoigne de l’aisance relative des membres du Racing (« qui peuvent payer »...). Si ces pénalités de retard sont infligées pour des raisons techniques, l’exclusion de la société peut intervenir dans des cas plus graves, qui mettraient en jeu l’honneur de la société et la respectabilité de ses membres. Il est tout à fait significatif de noter que le comité du Racing se juge responsable de ses membres et de leurs éventuels écarts de conduite, notamment sur le plan de la probité. Là encore, la représentation sociale du corps et l’exemplarité physiologique soulignent les vertus de « ce corps sain dans un esprit éclairé ».

59Exemplarité du comportement et affirmation d’une identité associative sont étroitement liées. Les constats appliqués aux associations rurales au lendemain de la deuxième guerre mondiale (volonté d’affirmer une différence et de constituer au village une entité sociale individualisée, dans un ensemble micro-régional), peuvent s’appliquer de manière rétroactive au Racing-Club de Lens. Le port de l’insigne du club, élément de distinction et d’identification s’il en est, ne peut être frappé d’indignité à l’occasion de comportements ou conduites déviants. Preuve manifeste d’un souci de probité, qui accompagne et transcende le simple cadre de la pratique sportive. Ces principes éducatifs qui constituent également le socle sur lequel reposent les articles relatifs au fonctionnement interne du club : l’organisation, la périodicité, les modalités des réunions sont scrupuleusement précisées (rien ne nous indique que ces principes furent appliqués avec une telle rigueur). Il s’agit finalement d’enraciner par des procédures associatives plutôt complexes une réalité sportive qui a du mal à s’imposer et à trouver sa propre légitimité. Le souci d’une démocratie participative ancrée dans les statuts, la fréquence de réunions où chacun des membres présents peut s’exprimer, disposer des informations sur la comptabilité de l’association, faire des propositions selon des conditions plutôt procédurières, visent à structurer et organiser cet apprentissage de la démocratie sportive, en l’inscrivant dans une temporalité nouvelle, celle du calendrier sportif : entraînements, rencontres officielles, recrutement en début de saison, fréquence des assemblées générales, participation aux fêtes et manifestations locales (l’ancrage dans le temps festif est essentiel, lorsque l’on connaît la fréquence des manifestations et fêtes locales dans le bassin minier)...

60La reconnaissance de l’identité et de la spécificité sportive du club, intégré dans une société omnisports en 1912, doit assurer le développement d’une sociabilité horizontale, assurant le passage d’une sociabilité quelque peu ségrégative (principe de la cooptation, coût de l’adhésion mensuelle, droit d’entrée, pénalités et amendes diverses...) à une sociabilité plus ouverte. La mythologie sportive développée autour du Racing-Club de Lens (qui fait de celui-ci l’archétype du club ouvrier, forcément populaire, en même temps qu’un puissant instrument d’intégration et de promotion sociale) ne repose pas sur une analyse objective des faits : ceux-ci montrent que le club se constitue autour de principes et finalités fondamentalement bourgeois, selon des procédés de type clanique.

61Les questions de gestion témoignent tout autant de cette rigueur morale. La participation à toute activité du club est avant tout subordonnée au paiement d’une cotisation, qui ne peut souffrir d’ailleurs d’aucun retard, le club allant même jusqu’à promettre d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des mauvais payeurs... Nous ne disposons plus de traces des premiers exercices du club et des sommes d’argent alors engagées : un simple calcul à minima, sur la base de 15 membres en 1906 et 30 cotisants en 1912 permet d’estimer les recettes du club autour de 900 à 1000 francs, après paiement des cotisations diverses (adhésions et droits d’entrée) et sans que puissent être comptabilisées les diverses amendes et pénalités. En dépit du caractère aléatoire du mode de calcul, on peut supposer que le fonds de roulement du club, volontairement limité à 2000 francs, est utilisé pour financer les déplacements, acheter équipements et matériels coûteux, puisque tous les joueurs membres du club en 1912 ne peuvent en être équipés, le Racing abandonnant à cette occasion le maillot à damiers. Quant aux excédents, ils sont systématiquement placés à la Caisse d’Epargne, ultime traduction des comportements spéculatifs des classes moyennes au cours de la Belle Epoque. Il s’agit d’assurer, également sur le plan financier la pérennité du club, en ne limitant pas l’héritage au simple patrimoine sportif, généralement constitué par le palmarès du club.

Notes

1 Voir Géo Duhamel dans : Thibert (Jacques), La fabuleuse histoire du Football, ibid., p. 19. En 1894, la première compétition placée sous l’égide de l’USFSA compte six clubs parisiens (White Rovers, Standard Athletic Club, Club Français, Cercle Athlétique de Neuilly, Cercle Pédestre d’Asnières et International Athletic Club), qui s’affrontent sur un principe de Coupe avec élimination directe. Huit équipes participent à la compétition l’année suivante au stade vélodrome de Levallois, le vainqueur se voyant attribuer un trophée offert par le directeur du New York Herald, James Gordon Bennett. Chaque équipe doit payer un droit d’engagement de 5 francs, les rencontres sont déterminées par un tirage au sort et l’arbitrage des matches est confié à des joueurs en activité. La finale jouée le 24 mars 1895 au vélodrome de la Seine voit la victoire, pour la deuxième année consécutive, du Standard Athletic-Club. Le championnat 1896 s’ouvre sur une nouvelle formule qui reprend celle de la Football League (attribution de 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul, 0 point pour une défaite) et qui voit s’affronter neuf clubs parisiens, tandis qu’une deuxième division, formée par les équipes réserves des équipes précitées et d’autres clubs de banlieue, dispute son propre championnat. Consulter : Thibert (Jacques), ibid., pp. 19-30.

2 Sur la répartition des clubs avant 1914 dans les départements du Nord – Pas-de-Calais, se reporter à la carte Implantation des premiers clubs de football dans la région Nord – Pas-de-Calais (1895/1914), jointe en annexe.

3 Hurseau (Paul), Histoire du football nordiste, Ligue du Nord de Football, Imprimerie Narodowiec, Lens, 1977, 277 p.

4 Pour des raisons pratiques, les cartes réalisées reprennent la délimitation actuelle des différents districts qui composent l’actuelle Ligue du Nord – Pas-de-Calais, et ne prendront pas toujours en compte la région de Picardie, longtemps rattaché à la Ligue. Avant 1914, seuls l’Amiens AC et le SC Abbeville, fondé en 1902 dominent le football picard. Le SC Abbeville est issu du FBA (Football Abbevillois), constitué en 1901 par des lycéens, arborant un maillot noir à parements avec une étoile rouge. Le premier président du club, Claude Neuilles, engage le SC Abbeville dans le championnat USFSA, sous les couleurs rouge et bleu. Il disputera le titre de champion de Picardie au AC Amiens, et finit par le lui ravir en 1907. Cité par Hurseau (Paul), ibid., p. 136.

5 Les délégués USFSA du Nord et de Lorraine remettront en cause, lors de l’assemblée générale ordinaire de l’USFSA de 1908, la sous représentation des provinces d’une association nationale essentiellement gérée par les responsables parisiens des sociétés de sports athlétiques : « c’est une transformation complète de l’organisation actuelle qui s’impose, transformation qui devra tenir compte avant tout, de l’idée très nette, de décentralisation administrative et sportive, délaissant complètement les bases croulantes de notre vieil édifice ». Le congrès de 1908 sera ainsi organisé à Lille, puis à Nancy une année plus tard. Rapporté par Arnaud (Pierre), Dir. Les athlètes de la république. Gymnastique, sport et idéologie républicaine (1870/1914), L’Harmattan, Coll. Espaces et temps du sport, 1997, p. 308. (Rééd.)

6 In Le Rush, Journal de tous les sports du Boulonnais, 19 octobre 1911. Archives Départementales du Pas-de-Calais, G 134.

7 Le 26 avril 1903, une sélection anglaise écrase une sélection parisienne, renforcée par trois « régionaux » (Wilkes du HAC et Jules et Raymond Dubly, du RC de Roubaix), sur le score sans appel de 11/0, devant près de 1000 spectateurs, preuve irrécusable de la supériorité technique britannique et du jeu anglais sur le football association pratiqué sur notre territoire. Le 12 mars 1904, la sélection USFSA affronte au Parc des Princes une équipe anglaise et s’incline sur le score de 6/1. Le 16 avril 1904, l’équipe universitaire britannique des Corinthians l’emporte sur le score de 11/4. Il faut attendre le 1er mai 1904 pour que l’équipe de France dispute à Bruxelles son premier match international officiel contre la Belgique (3/3). A l’exception d’Adrien Filez, de PUS Tourcoing, tous les joueurs de l’équipe sont issus de clubs parisiens. Voir Delaunay (Pierre), ibid., p. 38.

8 Voir L’Echo de Boulogne et du Littoral de la Manche, organe sportif, littéraire et humoristique, 2 juillet 1910. ADPC, G42.

9 « Le comité a conclu de nombreux matches avec les sociétés suivantes : USB, RCC, Football d’Ailly-sur-Noye, Institut de Lille, ainsi qu’une équipe parisienne et une équipe anglaise. Notre club doyen est plus actif que jamais et doit continuer à faire œuvre de vulgarisation sportive, œuvre entreprise depuis plus de dix ans ». In La Vie Arrageoise, 19 février 1911, ibid.

10 Voir Nord Sportif, 30 septembre 1922, ADPC, G 95.

11 Le 7 janvier 1906, la sélection de Paris l’emporte 3/0 sur celle du Nord. En dépit des défaites enregistrées par l’équipe nordiste, ces rencontres ont le mérite de révéler des talents régionaux, bientôt appelés en sélection nationale. C’est le cas du gardien de but de l’Olympique Lillois Zacharie Baton, international de 1905 à 1908, et repéré par le comité de sélection lors des matches. Les Lions des Flandres affronteront à trois reprises l’équipe parisienne représentant la Ligue de Football Association : victorieux sur le score 3/0 en 1914, ils s’inclineront sur le score de 4/3 en 1918, malgré la présence de joueurs belges qui complètent un effectif décimé par la guerre. La dernière rencontre, en 1919 à Saint-Ouen, se termine sur un score d’équité (4/4).

12 Sur les questions religieuses dans la région pendant la Belle Epoque, se reporter à : Hilaire (Yves Marie), Histoire du Nord – Pas-de-Calais de 1900 à nos Jours (« Une chrétienté menacée : religion et incroyance ». Chapitre V), Privat, 1982, pp. 135-157.

13 André Billy, Président de la commission centrale de l’USFSA, souhaite se rapprocher de l’Amateur Football Association, dissidente de la Football Association, et forte de 900 clubs et près de 80 000 joueurs (mais qui ne représentent que 10 % des effectifs qui pratiquent le football en Angleterre : 15 000 clubs et un million de joueurs). Sa proposition, lors du congrès de Vienne de la FIFA en 1908, d’imposer une seule fédération par nation membre de la FIFA (sur le principe d’un remplacement de la FA par l’AFA) fut repoussée et aboutit au retrait de l’USFSA de la FIFA, privant ainsi les joueurs des clubs affiliés de toute compétition internationale. Consulter : Delaunay (Pierre), Dir., ibid., pp. 47-54.

14 La rencontre Suisse/France du 9 mars 1913 est l’un des symboles sportifs de la vitalité des clubs de a métropole lilloise. Devant faire face à de nombreux forfaits de joueurs des clubs du CFI, la sélection française est constituée in extremis de 8 joueurs nordistes, dont 4 joueurs de l’Olympique Lillois, sous la pression d’Henri Jooris, président de l’OL. Leur apport sera décisif et aboutira à la victoire de l’Equipe de France. Cité par Delaunay (Pierre), Dir., ibid., p. 63.

15 Personnalité incontournable, Henri Jooris (1879/1940) anime le football nordiste, pendant plus d’un quart de siècle : président de l’Olympique Lillois (de 1911 à 1932), à l’origine de la constitution de l’équipe des « Lions des Flandres », président fondateur de la Ligue du Nord de football (1919/1940). Issu de la grande bourgeoisie d’affaires lilloise, à la tête de la Grande Brasserie (« l’Excelsior ») et de l’Indépendante (entreprise de boulangerie), il contribue à faire de l’OL l’un des clubs majeurs du championnat de France USFSA dans l’entre deux guerres, récompensé par l’obtention du premier titre de Champion de France professionnel en 1933. Vice-président de la FFF, président de la commission pré-olympique, président de la commission olympique du Championnat du Monde en 1924, créateur de l’Union des’Ligues en 1936, il abandonnera toute fonction officielle en 1939, après la finale de la Coupe de France, perdue par l’OL, face au RC Paris au stade de Colombes. D’après. Hurseau (Paul), Verhaeghe (Jacques), Mémoire du football. Olympique Lillois, Sporting-Club Fivois, Lille OSC, Editions Alan Sutton, 1997, p. 12.

16 Cité par Hurseau (Paul), Verhaeghe (Jacques), Mémoire du football..., op. cit., pp. 10-11. Au bas du document, figure l’annonce d’un tournoi international organisé les dimanche et lundi de Pâques des 12 et 13 avril 1914, qui réunit le Croydon FC de Londres, le Zeste de Breda (Hollande), le Sporting-Club Courtraisien et l’Olympique Lillois.

17 Le Racing joue sur le terrain de Civry, situé dans le quartier populaire du Petit Courghain, relié jusqu’au cimetière par un service de tramway (le terrain se trouve ensuite à 800 mètres), le Sport Ouvrier Calaisien sur le terrain Capon, l’AS Calais sur le terrain Joan, PUS Calais sur le terrain Denis.

18 In Calais Sport, octobre 1922, ADPC, E 74.

19 In Calais Mondain, 8 novembre 1908, ibid. L’article précise également, en guise de conclusion : « J’avais déjà souligné la transformation du jeu du Racing, les résultats sont satisfaisants, la perfection est encore loin !! Ne vous grisez pas par le succès, pensez que le Stade Roubaisien n’est pas le rêve et qu’il vous faudra encore beaucoup apprendre pour être à la hauteur de votre grand frère le Racing de Roubaix ».

20 Se reporter à la carte Localisation des sociétés et clubs sportifs dans le département du Pas-de-Calais avant 1914. Elle souligne la forte concentration des sociétés cyclistes et de vélocipédie dans le bassin minier. L’implantation de ces sociétés est effectivement un phénomène urbain et industriel, la bicyclette devenant avant 1914 un instrument de travail et de locomotion pour les couches ouvrières de la population, en même temps qu’elle véhicule des valeurs auxquelles la classe ouvrière peut facilement s’identifier : culte d’un effort physique mesurable, qualités d’endurance exaltées, lien étroit entre l’homme et la machine, reproduction sportive des réalités industrielles, à la différence que, dans le cas de la bicyclette, c’est bien l’homme qui dompte sa machine. La géographie des sociétés cyclistes épouse d’ailleurs celle des sociétés de jeux traditionnels. En 1905 , à Bully-les-Mines, on compte un marchand de cycles pour 4270 habitants, ils seront 6 en 1913 pour 6670 habitants. Sur les usages de la vélocipédie, consulter : Hubscher (Ronald) Dir., ibid., pp. 80-91.

21 Le maillot Noir orné des lettres RCL est arboré sur la première photographie officielle du Racing, datant de la saison 1907/1908.

22 Voir par Dremière (Laurent), ibid., p. 6.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/10438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Artois Presses Université, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.