Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans de football dans le Pas-de-Calais

 | 
Olivier Chovaux

Préface

Alain Lottin

Texte intégral

1Olivier Chovaux publie aujourd’hui un livre qui repose pour l’essentiel sur le gros travail qu’il avait accompli pour sa thèse de doctorat. En consacrant celle-ci à l’histoire du football dans le Pas-de-Calais, il prenait quelques risques. Il n’y avait certes aucune inquiétude à nourrir sur l’intérêt qu’il trouverait personnellement à mener cette recherche ou qu’y porteraient ses étudiants, ses collègues et les futurs lecteurs. Enseignant-chercheur à la jeune Faculté des Sports de Liévin, à quelques kilomètres du mythique stade Bollaert, au cœur de ce bassin minier où le football est l’objet d’un véritable culte entouré d’une ferveur intense, il était sûr de trouver un climat de sympathie et d’entraide pour mener à bien son entreprise. Mais il n’était pas certain de découvrir les sources documentaires pour mener à bien cette recherche. Sport essentiellement amateur, reposant sur des associations et un travail bénévole, le football est loin d’avoir laissé autant d’archives qu’on pourrait le croire à priori. Au gré des aléas de la vie associative et des guerres, beaucoup de documents ont hélas été détruits, dispersés ou jetés. Heureusement, le dépouillement de la presse a permis à l’auteur de combler partiellement cette carence. Mais il y avait un risque réel sur le plan universitaire stricto-sensu, et il devait en tenir compte. L’histoire du sport universitaire, malgré de belles réussites pionnières, n’était pas encore totalement reconnue comme une partie indiscutable de la discipline historique, au même titre que certains domaines culturels, considérés comme plus nobles. L’histoire du football en particulier apparaissait comme peu probante, peut-être parce que l’aspect hagiographique domine la production courante, essentiellement d’origine journalistique.

2Et pourtant le football est un fait de civilisation, sa pratique et ses manifestations sont un creuset où se révèle, se forge une identité. J’ai parfois conseillé à ceux qui se montraient sceptiques sur les chances de réussite d’une nouvelle Université en Artois d’aller au moins une fois dans les tribunes du stade Bollaert assister à un match du Racing-Club de Lens. Ils comprendraient mieux ensuite la formidable volonté d’existence, de reconnaissance et de fierté de tout un peuple qui aime relever les grands défis et les gagner.

3Dans ce livre, consacré à la première moitié du XXe siècle, Olivier Chovaux éclaire les débuts et le premier développement du football dans le Pas-de-Calais. L’historien ne peut que rappeler les origines assez fermées socialement de ce sport même s’il a changé de nature assez rapidement. Il suffit de se reporter aux statuts et comptes-rendus des réunions de l’Union Sportive de Boulogne, le premier club fondé dans le Pas-de-Calais en 1898, pour s’en convaincre. Le mot même de club est révélateur. Mais la pratique par les Tommies, si nombreux dans notre région pour assurer sa défense en 1914/1918, contribua à mieux le populariser. La paix venue, vint le temps de la recomposition et de la fondation de la Ligue du Nord. L’auteur ressuscite pour nous certains « derbies » fameux (Béthune-Lens, Boulogne-Calais) à l’atmosphère si spécifique où se manifestent tout à la fois un sens de l’identité communale et les antagonismes de beffrois ou de clochers. Avec la naissance du professionnalisme en 1932/1933, apparaît une nouvelle dimension du football ; le transfert de François Bourbotte de Bully-les-Mines à Fives est un des premiers épisodes d’une histoire promise à un bel avenir. Le Racing-Club de Lens pour sa part franchit le pas du professionnalisme en 1934.

4Nul doute qu’Olivier Chovaux ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Au sein du Laboratoire d’Analyse Multidisciplinaire des Pratiques Sportives, solidement installé à la Faculté de Liévin, il mènera avec ses étudiants et ses collègues, et en partenariat avec les centres d’Arras et de Lille, les recherches nécessaires pour éclairer la deuxième moitié du XXe siècle, en utilisant les méthodes exigeantes de l’historien. L’histoire universitaire des pratiques sportives, et celle du football en particulier, est promise dans cette région à un bel avenir. Elle a les plus belles lettres de noblesse qui soient puisqu’elle s’attache à un élément constitutif de la culture populaire et aucun historien ne peut l’ignorer.

© Artois Presses Université, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.