Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures franco-allemandes de la Grande Guerre

 | 
Jean-Jacques Pollet
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Première partie. La guerre des esprits

Les intellectuels allemands modérés face à la grande guerre le cas de Die neue rundschau

Michel Grunewald

Texte intégral

  • 1 Fondée en 1890 sous le nom Freie Bühne für modernes Leben, la revue portera ce titre en 1890 et 189 (...)
  • 2 Cf. à ce sujet Michel Grunewald : Gegen ’nationale Voreingenommenheit’und ’patriotische Hysterie’.  (...)
  • 3 Cf. Michel Grunewald : L’année 1923 et le débat sur les relations franco-allemandes dans Die neue R (...)

1Si j’ai choisi de m’intéresser à l’’’écriture de la Grande guerre" dans les contributions non littéraires de Die neue Rundschau, c’est pour trois raisons indissociables l’une de l’autre. La première est que la revue du S. Fischer Verlag est non seulement l’organe des écrivains qui comptent depuis le tournant du siècle, mais qu’elle donne aussi la parole à des philosophes, des sociologues, des historiens, des hommes politiques qui marquent de l’empreinte de leurs idées l’Allemagne du début du XXe siècle. Et grâce au réseau qui se constitue autour d’elle, elle devient l’une des tribunes de l’opposition modérée à un régime monarchique qui n’arrive pas à se moderniser. Le second intérêt du cas de la Neue Rundschau entre 1914 et 1918 réside dans l’histoire même de ce périodique fondé en 18901. Avant le conflit, tout en faisant quelques concessions à l’esprit du temps, la revue mettait en garde contre les excès du nationalisme, pratiquait la coopération culturelle franco-allemande, ouvrait ses colonnes à Eduard Bernstein, Friedrich Naumann, marquait une nette sympathie pour Aristide Briand et Jean Jaurès et voyait dans la démocratie parlementaire britannique un modèle politique2. Après la fin de la guerre, la Neue Rundschau sera l’un des premiers et des plus ardents avocats de l’entente entre les pays européens et deviendra à partir de 1925 l’un des défenseurs les plus actifs de l’esprit de Locarno3. Si l’on ajoute à ces deux raisons la constatation que le réseau des collaborateurs de Die neue Rundschau est avant, pendant et après le conflit en grande partie le même, on a une raison supplémentaire de s’interroger sur la manière dont cette revue s’est comportée pendant la guerre.

2La ligne adoptée par Die neue Rundschau de 1914 à 1918 reflète bien toute l’ambiguïté (voire le côté contradictoire) de la situation dans laquelle se sont trouvés pendant plus de quatre ans des intellectuels qui, dans leur majorité, étaient critiques envers le régime wilhelmien, sympathisaient avec la gauche modérée et n’avaient pas désiré la guerre, des intellectuels qui refusaient tout impérialisme et tout nationalisme forcenés, mais estimaient aussi qu’il était impossible de rester en marge de l’évolution d’une époque marquée par l’impérialisme et le nationalisme.

3Pour rendre compte des aspects majeurs du dilemme auquel s’est trouvée affrontée Die neue Rundschau, j’examinerai tout d’abord la manière dont elle explique les causes du conflit mondial, puis je m’intéresserai à sa contribution au débat sur les "idées de 1914". Ensuite, j’évoquerai à grands traits le programme développé par la revue autour de l’idée d’un "nationalisme purifié" et, pour terminer, je centrerai mon attention sur les prises de position qui furent les siennes à partir du printemps de 1917.

I

  • 4 Cf. notamment Gedanken im Kriege. In : NR (= Die neue Rundschau), 25 (= tome 25) (1914) 11 (= novem (...)
  • 5 Cf. Reims. In : NR, 25 (1914) 12, p. 1717 sq.
  • 6 Cf. Drei Kriegsgedichte. In : NR, 25 (1914) 9, p. 1224 sq.
  • 7 Sur la carrière de Samuel Saenger (1864-1944) cf. notamment : (anonyme) : Samuel Saenger. – Ein Nac (...)
  • 8 Cf. Moritz Heimann : Krieg. In : NR, 25 (1914) 8, p. 1188 : "Für immer sind die Romantiker des Krie (...)

4Comme tous les périodiques de l’époque, Die neue Rundschau a publié pendant la guerre des textes dont les auteurs – Thomas Mann4, Alfred Döblin5, Richard Dehmel6 etc... – cédèrent à l’exaltation du moment et à l’aveuglement. Mais si on veut décrire la position du groupe dont la revue est l’émanation, ce sont les contributions qui émanent de ses collaborateurs permanents ou réguliers tels Ernst Troeltsch, Friedrich Meinecke ou bien celles de Samuel Saenger7, son rédacteur politique, qu’il convient de considérer en priorité. Et dans ces pages, on chercherait en vain la tentation de s’abandonner à une sorte d’exaltation collective. Tous les auteurs en question expriment certes leur adhésion à l’"union sacrée" et participent, par leurs commentaires, à l’expression du nouveau climat qui règne en Allemagne. Mais quand il s’agit pour eux de parler des Allemands en guerre, c’est un ton empreint de beaucoup de gravité qu’ils choisissent comme Moritz Heimann, lecteur au S. Fischer Verlag, qui, dès septembre 1914, s’attachait à apporter un "démenti définitif’ aux "romantiques de la guerre8".

  • 9 Samuel Saenger : Zwischen den Schlachten. In : NR, 25 (1914) 10, p. 1435 : "Der Krieg war unvermeid (...)
  • 10 On notera également que, jusqu’à l’été 1915, NR publie des textes relatifs à la guerre qui renvoien (...)

5L’idée que "la guerre était inévitable9" est celle à laquelle – comme toute la presse allemande de l’époque – Die neue Rundschau souscrit d’emblée. Et l’explication des causes politiques10 du conflit que fournissent ses collaborateurs renvoie aux remarques critiques que leur inspirait déjà avant 1914 le climat politique international. Mais maintenant, plus que de l’impérialisme en général, c’est de celui de la Grande-Bretagne qu’ils font avant tout le procès. Car pour eux la cause est entendue : si on assiste à un affrontement armé, c’est aux Anglais qu’en incombe pour l’essentiel la responsabilité. Cela sous-entend naturellement à présent de leur part à l’égard de la variante allemande de l’impérialisme un jugement qui n’est pas forcément négatif.

  • 11 Les auteurs de la NR étaient unanimes à considérer la France comme un pays affaibli, une puissance (...)

6Cette explication des origines de la guerre entraîne une conséquence importante dans la ligne éditoriale de Die neue Rundschau : jusqu’en 1917 au moins, c’est en priorité à une mise en accusation de la politique britannique que procèdent Saenger et ses amis – et cela les amène à considérer presque comme quantités négligeables d’autres puissances telles la France11.

  • 12 Cf. Samuel Saenger : Feststellungen. In : NR, 25 (1914) 9, p. 1260 : "England führt einen Präventiv (...)
  • 13 Cf. Junius (i.e. Samuel Saenger) : Politische Chronik. In : NR, 25 (1914) 11, p. 1609 : "Sein [= En (...)

7Pour dénoncer la Grande-Bretagne comme le véritable coupable de la guerre, Die neue Rundschau ne procède pas autrement que la presse alliée à la même époque à l’égard de l’Allemagne : elle use très volontiers d’arguments de nature morale, tel celui qui lui sert à accréditer la thèse très répandue à l’époque en Allemagne selon laquelle le conflit qui a éclaté pendant l’été 1914 serait une "guerre préventive12" provoquée par un pays de "flibustiers13".

  • 14 Cf. Junius : Politische Chronik. – Das englische Mirakel. In : NR, 25 (1915) 7, p. 993 : "Seht dari (...)
  • 15 Cf. Samuel Saenger : Logik im Chaos. In : NR, 26 (1915) 6, p. 731 : "Imperialismus bedeutet also Ma (...)
  • 16 Cf. Junius : Geburt der nationalen Demokratie ? In : NR, 27 (1916) 5, p. 713 : "Ich berufe mich auf (...)

8Mais Die neue Rundschau ne veut pas seulement ancrer dans l’esprit de ses lecteurs l’idée que l’impérialisme de la Grande-Bretagne dépasse tous les autres par la perversion de ses méthodes. Elle s’attache aussi à montrer que l’objectif de la politique suivie par Londres ne laissait à l’Allemagne d’autre choix que d’accepter la guerre. Car la partie qui se joue en Europe depuis que les armes ont remplacé la diplomatie ne serait que la phase ultime d’un plan conçu à partir du moment où le Reich est apparu comme le concurrent de la Grande-Bretagne et visant tout simplement à "écraser" l’Allemagne et à la ramener au "stade d’impuissance qui était le sien avant Bismarck14". En agissant de la sorte, déclare Saenger, Londres opte pour un comportement qui ne devrait étonner aucun observateur disposant d’une culture historique. Car c’est en réalité depuis le XVIIe siècle que l’Angleterre est dans le monde le pays impérialiste par excellence15. Son combat pour faire triompher au XIXe siècle le libre-échange n’aurait en fait été qu’un "fouet utilisé contre tout pays industriellement plus faible16" qu’elle afin d’affaiblir encore davantage ceux en qui elle voyait de potentiels adversaires. Et finalement, toute la politique anglaise depuis 1870 peut se résumer ainsi :

  • 17 Samuel Saenger : Logik im Chaos II. In : NR, 26 (1915) 7, p. 882 : "Groβbritannien übernahm die Rol (...)

La Grande-Bretagne a repris le rôle qui avait été celui de la France avant 1870, elle voulut [...] ralentir l’apparition des conséquences économiques de 1870, tout comme la France voulut ralentir l’unification de l’Allemagne sous la conduite de la Prusse, elle pensa venir à bout de nous grâce à la pression cyclopéenne propre à son puissant égoïsme national17.

  • 18 Cf. notamment à ce sujet les éditoriaux de guerre de Theodor Wolff, dont certains sont repris dans (...)
  • 19 Cf. Junius : Politische Chronik. In : N R, 26 (1915) 2, p. 281 : "Drauβen stehen Millionen Krieger (...)

L’analyse de la genèse du conflit à laquelle procèdent les auteurs de Die neue Rundschau ne diffère pas, en fin de compte, de celle de l’immense majorité de la presse allemande de l’époque, et elle correspond également à l’attitude qui était alors celle des journaux modérés18. Cette analyse a pour finalité ultime, conformément à l’état d’esprit qui régnait à ce moment en Allemagne, d’accréditer la thèse selon laquelle la Grande-Bretagne aurait depuis des années tiré les ficelles d’une sorte de conspiration internationale contre l’Allemagne. Car pour aucun des collaborateurs de la revue, il ne fait de doute qu’à l’été de 1914 le Reich était en état de légitime défense, car il se trouvait en quelque sorte encerclé par des ennemis contre lesquels c’était le "droit [même] des Allemands à l’autodétermination" qu’il convenait de "défendre pied à pied19".

Il

  • 20 Cf. Ernst Troeltsch : Die deutsche Idee von der Freiheit. In : NR, 27 (1916) 1, p. 52 : "[...] die (...)
  • 21 Les textes publiés par Troeltsch ainsi que par Meinecke dans la NR pendant la Première Guerre mondi (...)
  • 22 Cf. Friedrich Meinecke : Der Weltkrieg. In : NR, 25 (1914) 12, p. 1627 : " [...] der deutsche Begri (...)

9Dans l’esprit des auteurs de Die neue Rundschau, le conflit armé qui avait débuté en août 1914 n’était pas qu’une guerre d’encerclement dirigée contre l’Allemagne. La propagande alliée qu’ils s’efforçaient eux aussi de combattre démontrait selon eux qu’était en train de déferler une véritable vague d’"agitation mondiale" destinée à imposer à l’échelle de l’Europe et de la planète un modèle unique de civilisation, celui qui trouvait son expression dans les "idées occidentalo-démocratiques20". Face à cette coalition, jusqu’en 1917, Die neue Rundschau apporte sa contribution à l’effort de guerre allemand de contre-propagande en défendant l’idée héritée de Fichte21 et utilisée au XIXe siècle en priorité contre la France selon laquelle "ce n’est pas l’uniformité, mais la pluralité des forces, la diversité [et] l’individualité22" qui doit s’imposer comme base de la future charte d’un monde débarrassé de l’impérialisme. C’est autour de cette revendication du droit pour les Allemands à la différence que va s’articuler la contribution de la revue au débat sur les "idées de 1914".

  • 23 Cf. Gedanken im Kriege (note 4) ; Brief an die Zeitung ’Svenska Dagbladet ’. In : NR, 26 (1915) 6, (...)
  • 24 Cf. notamment Wir – und die Andern. In : NR, 26 (1915) 12, p. 1585 sq.
  • 25 Cf. Der Genius des Krieges (note 10).
  • 26 Cf. notamment Gedanken über die deutsche Sendung. In : NR, 26 (1915) 11, p. 1441 sq.
  • 27 Cf. notamment Der Weltkrieg (note 22) et Probleme des Weltkrieges. In : NR, 27 (1916) 6, p. 721 sq.

10Beaucoup des collaborateurs de Die neue Rundschau – Thomas Mann23, Franz Oppenheimer24, Max Scheler25, Alfred Weber26, Friedrich Meinecke27, pour ne mentionner que les plus importants – ont participé à la discussion sur les "idées de 1914". Mais c’est incontestablement le texte de Ernst Troeltsch publié en janvier 1916 sous le titre Die deutsche Idee von der Freiheit qui rend le mieux compte de la position de la revue ainsi que de l’inconfort et de l’ambiguïté de la situation dans laquelle le débat en cours avait placé la majorité des intellectuels modérés dont elle constituait la tribune. Car on perçoit dans tout ce texte à la fois le désir de renforcer l’’’union sacrée" des Allemands – donc de marquer ce qui les distingue de leurs ennemis et de faire oeuvre patriotique –, mais aussi la volonté de ne pas renier l’attitude ouverte que la revue avait eue avant 1914 – donc de ne pas rompre malgré tous les ponts avec le reste de l’Europe.

  • 28 Cf. Ernst Troelsch : Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 54 : "Deutschland ist dem Wes (...)
  • 29 Sur Ernst Troeltsch (1865-1923) cf. Hans Georg Drescher : Ernst Troeltsch. – Leben und JVerk. Götti (...)
  • 30 Cf. Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 55-56.
  • 31 Sur les idées des historiens borussophiles cf. notamment Wolfgang Hardtwig : Von Preuβens Aufgabe i (...)
  • 32 Cf. Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 55.
  • 33 Cf. ibid.
  • 34 Cf. ibid., "Drittens aber und vor allem liegt in dem deutschen Wesen der Trieb, die moderne Freihei (...)

11A la base de l’argumentation développée par Troeltsch, il y a la reconnaissance du fait que les ennemis du Reich ont réussi parfaitement à accréditer aux yeux de l’opinion internationale l’idée selon laquelle l’Allemagne constituerait l’obstacle principal à l’évolution du monde dans le sens de la liberté parce que les idées occidentales de liberté y auraient fait l’objet de "restrictions28". Le protestant libéral qu’est Troeltsch29 concède d’entrée de jeu que les adversaires de l’Allemagne ont certainement raison quand ils critiquent les institutions allemandes pour ce qu’elles ont d’autoritaire30 et admet que le Reich devra rattraper le retard qu’il a à cet égard sur les autres pays d’Europe. Cependant, l’objectif prioritaire qu’il se fixe n’est pas de plaider pour des réformes dans son pays. Sur ce plan, son propos s’inscrit plutôt dans la ligne du libéralisme borussophile dont les historiens nationaux-libéraux du XIXe siècle tels Droysen et ses disciples avaient été les tenants31. C’est pourquoi il s’attache, d’entrée de jeu, à expliquer que l’idée moderne de la liberté s’est développée dans tous les peuples d’une façon particulière32. Car à son avis, ce que certains perçoivent comme un "retard" des Allemands envers les Européens de l’Ouest s’explique par des raisons historiques – la réalisation tardive de l’unité allemande – et géographiques – les périls résultant de frontières difficiles à défendre33. Mais ces deux raisons ne sont pas celles que Troeltsch privilégie dans son essai d’explication et de justification de la revendication des Allemands à voir reconnue leur originalité. En disciple de Herder et Fichte, il adhère à l’idée que chaque peuple a un caractère national irréductible à celui de ses voisins et souligne que c’est dans l’"esprit" et le "tempérament" allemands qu’il faut rechercher la raison pour laquelle "l’idée moderne de liberté" a été "perçue et ressentie autrement" en Allemagne qu’en Occident34. Et le développement de ce troisième argument lui permet de rattacher directement la thèse qu’il développe à la lutte contre l’impérialisme dont Die neue Rundschau fait l’enjeu majeur de la guerre :

  • 35 Ibid., "Die moderne Freiheitsidee ist kein eindeutiges Vemunftdogma, sondern das Ergebnis der moder (...)

L’idée moderne de liberté n’est pas un dogme rationnel clairement défini, mais le résultat de l’évolution politique, sociale et intellectuelle du monde moderne et, de ce fait, elle prend dans tous les grands peuples modernes une forme spécifique. Sous sa forme occidentale, elle n ’a pas de contours aussi nets qu’elle n’affecte d’en avoir aujourd’hui à des fins de combat et de propagande, mais laisse apparaître, sous ses formes française, anglaise et américaine des différences profondes35.

  • 36 Cf. ibid., p. 65 : "Dem allen gegenüber zeigt nun aber die deutsche Freiheistidee ihre durchaus eig (...)
  • 37 Cf. ibid., p. 67 : "Wie der alte deutsche Sinn für Systematik und Konstruktion (...) so hat der Ged (...)
  • 38 Cf. ibid., p. 68 : "Diese [=die deutsche Freiheit, M.G.] brachte es mit sich, daβ inmitten der klei (...)

12Telle qu’elle est organisée, l’argumentation de Troeltsch revient à dire que l’universalisme au sens rationaliste du terme n’existe pas et que l’enjeu véritable de la guerre est de démasquer l’intolérance de ceux qui, comme les Britanniques et leurs alliés français, se font les tenants d’un système qui voudrait couler toute l’humanité dans un même moule. Cette critique ne signifie cependant pas que Troeltsch désire convaincre ses lecteurs de rejeter dans l’absolu les principes dont se réclament les adversaires de l’Allemagne. Au contraire, il rappelle également la dette que les Allemands ont envers les idées française et britannique de liberté, mais en même temps – et là on perçoit aussi l’ambiguïté de sa position – il souligne qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, les dites idées ont été soumises par les Allemands à une "transformation fondamentale" avant de donner naissance à l’’’idée allemande de liberté36", dont il fournit une définition qui situe ses propos dans le droit fil du libéralisme borussophile évoqué plus haut. Car, nous dit-il, l’’’idée allemande de liberté" s’appuie sur une conception "organique" de la liberté qui conduit à concevoir celle-ci comme "une discipline voulue et comme l’épanouissement de son propre moi au sein d’un tout et pour un tout37". Et cette définition, ajoute Troeltsch, est inséparable d’une conception de l’autonomie de l’individu qui, elle aussi, est typiquement allemande. Car la situation spécifique de l’Allemagne du XVIIIe siècle a eu pour conséquence que "l’émancipation de l’esprit ne s’est pas concentrée sur les affaires publiques, mais essentiellement sur l’intérieur de l’âme, sur la liberté personnelle, l’intensité et la profondeur de la pensée, sur l’imagination et la poésie38".

  • 39 Cf. À ce sujet les perspectives que Troeltsch brosse à la fin de Die deutsche Idee von der Freiheit(...)

13L’argumentation développée par Troeltsch ne saurait être assimilée à un simple plaidoyer pour la reconnaissance au profit des Allemands d’une sorte de droit à la différence. En disciple de Fichte, il ne pouvait que se fixer un objectif plus vaste et revendiquer par-là même pour le modèle allemand également une valeur universelle, ce qui revient en fait à dire que son discours, lui non plus, n’était pas finalement exempt de tendances "impérialistes" et prouve, à nouveau, toute l’ambiguïté de sa position. Car sa visée ultime est de démontrer que seule l’’’idée allemande de la liberté" peut éviter au monde l’intolérance propre selon lui à l’’’idée française de liberté" ou à la "pax britannica39".

III

  • 40 Ce "nationalisme purifié" était un élément fondamental du programme du "bloc des gauches" dont la N (...)

14Les contradictions inhérentes à ce qu’écrivait Troeltsch symbolisaient bien la situation de Die neue Rundschau pendant la guerre et les particularités du "nationalisme purifié40" dont elle se réclamait. En optant pour cette ligne, la revue s’efforça d’une part de rester fidèle à l’attitude d’opposition modérée qui avait été la sienne en politique intérieure avant le conflit ; d’autre part, elle tenta ainsi de jouer un rôle dans la définition des buts de guerre que devait se fixer l’Allemagne en joignant sa voix à la discussion sur la Mitteleuropa.

15Comme tribune de l’opposition modérée d’avant-guerre, après les événements d’août 1914, Die neue Rundschau continue à se montrer proche de l’aile droite du SPD et des amis de Friedrich Naumann. Et cela se traduit par de fréquents plaidoyers pour la modernisation de la société allemande qui, notons le toutefois au passage, sont en contradiction avec certaines autres contributions marquées par l’esprit de 1914.

  • 41 Cf. Junius : Chronik. – Zum Geleit – Hoetzsch contra Weber. In : NR, 27 (1916) 1, p. 130-131 : "Es (...)
  • 42 Cf. Ibid., p. 132 : "Der Krieg [...] muB nach innen als Befreier wirken, als Schuttwegräumer und Ve (...)

16C’est le rédacteur politique de Die neue Rundschau, Samuel Saenger, qui est le porte-parole le plus actif de ceux des auteurs de la revue qui marquent leur esprit oppositionnel. Ainsi, en janvier 1916, au moment même où Troeltsch défend [’"idée allemande de liberté", Saenger dit sans détour ce qu’il attend de la guerre pour l’Allemagne : la réalisation d’un nouvel ordre interne de la société propre à mettre fin à la "fracture néfaste qui existe entre le peuple des travailleurs et les intellectuels41", c’est-à-dire la réalisation effective des promesses que renfermait l’’’union sacrée" de 1914. Pour y parvenir, nous dit-il, il faut "se débarrasser des scories d’une évolution qui n’est pas encore achevée42".

  • 43 Cf. notamment Junius : Chronik. – Parlamentarisierung der Diplomatie. In : NR, 27 (1916) 11, p. 158 (...)
  • 44 Cf. à ce sujet notamment Junius : Vertrauen. In : NR, 28 (1917) 8, p. 1146 sq. ; Junius : Herr von (...)

17En s’exprimant de la sorte, c’est tout simplement l’introduction du parlementarisme que réclame Saenger comme il l’avait déjà fait avant 1914. Et il n’est pas étonnant que dès que la discussion sur la démocratisation du système électoral prussien et l’extension des compétences du Reichstag fut revenue à l’ordre du jour, Die neue Rundschau y ait pris à nouveau une part active. Il ne peut pas être question ici d’entrer dans les détails de ce débat. Mais on signalera que Samuel Saenger insiste dès novembre 1916, donc plusieurs mois avant le message de Pâques 1917 de Guillaume II, sur la nécessité de l’adoption d’un parlementarisme à l’allemande qui amène les politiciens et les hommes de partis à prendre véritablement leurs responsabilités quand ils s’expriment, sans pour autant que le gouvernement se transforme comme en Grande-Bretagne en une simple commission chargée d’exécuter les décisions du parlement43. Notons également que pour Saenger le passage à un régime parlementaire est inséparable d’une autre réforme de structure : le démembrement de la Prusse afin de transformer l’Allemagne en un véritable Etat unitaire44.

  • 45 Cf. Junius : Politische Chronik. In : NR, 25 (1914) 11, p. 1608-1609.
  • 46 Cf. à ce sujet notamment : Junius : Politische Chronik. – Am Scheideweg (note 40) ; Junius : Vergeβ(...)

18La modernisation de la société pour laquelle Die neue Rundschau continue de plaider pendant la guerre ne doit pas concerner seulement les institutions de l’Etat. Elle doit s’étendre également à l’idéologie des forces politiques, en particulier de la social-démocratie. A l’adresse de celle-ci, le discours de Die neue Rundschau est simple : elle est d’avis que ce qui s’est passé pendant l’été 1914 a sonné définitivement le glas de tout internationalisme45 et qu’il est urgent pour le SPD de tirer toutes les conséquences de ce bouleversement de l’échiquier politique mondial afin de concentrer tous ses efforts pour travailler enfin à la constitution d’un "bloc des gauches46" qui seul sera à même d’assurer à l’Allemagne un avenir digne d’elle dans une Europe réorganisée.

  • 47 Cf. Junius : Chronik. – Tschandalapolitik. In : NR, 27 (1916) 4, p. 567 : "Er [= Kautzky, M.G.] spr (...)
  • 48 Cf. ibid., p. 571-572.
  • 49 Saenger avait accueilli très favorablement en 1915 la parution du livre du social-démocrate badois, (...)
  • 50 Paul Lensch (1873-1926) était, pendant la guerre, député social-démocrate au Reichstag et rédateur (...)
  • 51 Le futur père de la première République autrichienne (1870-1950) était l’un des hommes politiques q (...)
  • 52 Cf. Engelbert Pemerstorfer : Vom modernen Nationalismus. In : NR, 26 (1915) 5, p. 703 : "Er [=Jean (...)
  • 53 Cf. ibid., p. 703 : "So predigt Jaurès geradezu den Nationalismus, der sich freilich von dem Chauvi (...)

19Afin de servir cette cause – que Samuel Saenger considère comme une véritable affaire personnelle ! –, Die neue Rundschau ne perd pas une occasion de prendre pour cible de ses critiques la gauche du SPD et ceux qui, comme Kautsky, continuent à agir comme si "la guerre européenne [était] une affaire de la bourgeoisie capitaliste et n’affect[ait] en rien la solidarité internationale des travailleurs47". Selon Saenger, en persistant dans de telles analyses, Kautsky fait non seulement preuve d’aveuglement, mais montre également qu’il ne comprend même pas Marx et Engels et mérite qu’on le taxe d’être réactionnaire48. Pour contrer les positions de Kautsky et de ses amis, la NR fait une très large publicité à des socialistes qui s’efforcent de dépasser la perspective internationaliste comme Wilhelm Kolb49, Paul Lensch50 ou des sociaux-démocrates autrichiens tels Renner51 ou Pernerstorfer52. C’est à ce dernier que la revue laisse le soin en mai 1915 d’expliquer que même une personnalité emblématique du socialisme comme Jean Jaurès considérait "la nation [comme] une unité" et "soulig[nait] [dans ses écrits] avec force l’idée selon laquelle les nations sont des individualités dont la disparition appauvrirait l’humanité". Mais, pour autant, ajoute Pernerstorfer, il ne faut pas que l’affirmation du "nationalisme" conduise à adopter une attitude réactionnaire. Et pour éviter ce danger, il invite à nouveau les lecteurs à méditer l’exemple de Jaurès qui "prêche [...] tout simplement le nationalisme aux travailleurs, mais un nationalisme qui s’éloigne autant du chauvinisme des patriotes forcenés que du vieil internationalisme déconnecté de la réalité et naïf53".

  • 54 L’un des textes les plus caractéristiques de ce soutien critique est certainement la chronique publ (...)
  • 55 Cf. Ernst Troeltsch : Imperialismus. In : NR, 26 (1915) 1, p. 9 : "Es soll schlechterdings nichts w (...)
  • 56 Cf. ibid. : "Aber nun ist doch nach aller politischen Erfahrung und Theorie eine Weltherrschaft des (...)

20A côté des internationalistes, les milieux chauvinistes sont la seconde cible de Die neue Rundschau quand elle défend l’idée d’un "nationalisme purifié". Dès les premiers mois de la guerre, en dehors de quelques prises de position qui, a posteriori, ressemblent à des concessions au climat ambiant, en fait, Die neue Rundschau adopte une attitude réservée à l’égard de tous ceux qui voudraient profiter du conflit pour étendre les assises territoriales de l’Allemagne ou imposer à l’Europe ou au monde, une fois la paix rétablie, le modèle culturel allemand. Cette attitude, elle l’exprime en manifestant un soutien critique à Bethmann-Hollweg54. Mais ces témoignages de soutien apparaissent en même temps comme des attaques à l’égard des plus belliqueux des hommes politiques allemands et un moyen de souligner que le plus grave péril consisterait pour l’Allemagne à devenir – tels sont les propos de Troeltsch – une "seconde Angleterre55". En s’exprimant ainsi, l’universitaire tient à se démarquer à la fois de tous les plans dont le but est d’établir une domination territoriale allemande ainsi que des visées de ceux qui, à l’instar de Paul Rohrbach, se font les militants d’une domination culturelle de l’Allemagne. À ceux-là, il rétorque que leur projet est tout aussi impérialiste que la politique britannique qu’ils disent réprouver car "d’après toutes les expériences et théories politiques" qu’on connaît, "une domination par l’esprit et le travail à l’échelle du monde n’est possible que sur la base d’une domination politique56".

  • 57 Cf. ibid., p. 8-9 : "Es kann also aus realpolitischen Gründen überhaupt nur an Erhaltung und Festig (...)
  • 58 Friedrich Meinecke : Der Weltkrieg (note 22), p. 1627 : "Das deutsche Volk will kein Eroberervolk, (...)
  • 59 On notera cependant que même les collaborateurs les plus modérés de la revue n’étaient pas défavora (...)
  • 60 Cf. Junius : Politische Chronik. – Am Scheideweg (note 40), p. 1147 : "Mit den Elementen. die auf d (...)
  • 61 Cf. Junius : Politische Chronik. -Die Fronde. In : NR, 26 (1915) 9. p. 1289.

21Le seul but de guerre que doit se fixer l’Allemagne si on en croit Troeltsch est le "maintien ou la consolidation" de sa position sur le plan mondial afin de "stabiliser définitivement la fondation du Reich57". De tels propos vont dans le même sens que ceux de Meinecke qui soulignait en décembre 1914 que le peuple allemand aspirait à être reconnu comme un "peuple de rayonnement mondial" et non à devenir un "peuple conquérant58" : leur but à usage interne est de mettre en garde contre les visées annexionnistes de certains milieux. Car c’est bien pour une paix qui garantisse des relations équilibrées entre les nations que plaide la revue, même à l’époque où elle dit sa foi en une victoire allemande59. Sur ce plan, Samuel Saenger est on ne peut plus net : en août 1915, par exemple, il souligne que l’une des missions du "bloc des gauches" socio-libéral pour lequel il milite comme Naumann devrait être d’"aider le gouvernement du Reich à formuler des conditions de paix sages et modérées60". En septembre il précise cette position en marquant ses distances à l’égard de Bassermann, le responsable national-libéral, en raison de ses déclarations annexionnistes61.

  • 62 Samuel Saenger avait consacré un compte rendu très positif au livre en décembre 1915 (cf. Junius : (...)

22Le "nationalisme purifié" dont Die neue Rundschau se réclame ne se traduit pas simplement par le refus du chauvinisme annexionniste. Son aspect le plus marquant est l’adhésion à l’idée selon laquelle l’aire géographique d’action de l’Allemagne doit être la Mitteleuropa. Ici, soulignons-le, la revue se révèle très proche des thèses développées par Naumann dans son livre de 191562. Et la manière dont ses collaborateurs expriment leurs idées sur l’organisation de la Mitteleuropa révèle à un autre niveau les contradictions propres à leur position ou tout au moins l’ambiguïté de celle-ci : car, tout compte fait, leur discours apparaît impérialiste et contredit finalement en partie leur réquisitoire contre la Grande-Bretagne !

  • 63 Cf. à ce sujet notamment Samuel Saenger : Österreichische Visionen. In : NR, 26 (1915) 5, p. 707 ; (...)
  • 64 Cf. Samuel Saenger : Logik im Chaos II. In : NR, 26 (1915) 6, p. 883-884 ; Alfred Weber : Gedanken (...)
  • 65 Cf. notamment Friedrich Meinecke : Probleme des Weltkrieges. In : NR, 27 (1916) 6, p. 728 : "Wie au (...)
  • 66 Cf. Samuel Saenger : Geburt der nationalen Demokratie ? (note 16), p. 712 : "Sie [= die Mehrheitsso (...)
  • 67 Cf. ibid., p. 712-713 : "[das mitteleuropäische Föderativprinzip, das] zunächst das leistet, was de (...)
  • 68 Cf. à ce sujet Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 2, p. 279 : "Wir nennen diese neue O (...)

23Si Friedrich Meinecke, Ernst Troeltsch, Hermann Bahr, Alfred Weber ou Samuel Saenger sont favorables à une structuration de la Mitteleuropa, c’est parce qu’ils sont tous d’accord sur un point : la survie en tant que grande puissance de l’Allemagne dépendra de sa capacité de dépasser avec l’Autriche la déchirure de 186663 et d’assumer une mission politique au centre et au sud-est de l’Europe64. Sur les problèmes qui concernent l’organisation de l’ensemble mitte[européen qui englobe les empires allemand et austro-hongrois, il existe aussi entre eux un consensus. Comme Naumann, ils plaident pour que s’impose dans cet espace un "sentiment national fédératif et tolérant65" propre à assurer la coexistence des nationalités. Sur la manière dont les nationalités devraient assurer leurs relations, Samuel Saenger est tout à fait explicite : il s’agit de dépasser grâce à cette nouvelle forme d’organisation la "conception de la nationalité du siècle dernier66", donc le nationalisme sous sa forme étroite, et de réaliser "ce que l’idée de libre-échange dans son ancienne version humaniste héritée de Cobden promettait comme perspectives67". Ce que dit Saenger revient à suggérer la création d’une sorte de fédération ou de confédération qui reconnaîtrait les principes du "fédéralisme démocratique68" propre à garantir aux diverses nations de cet ensemble une large part d’autonomie qui ne serait pas entravée par l’action d’une puissance impériale.

  • 69 Cf. Junius : Mitteleuropäisches (note 62), p. 1718.
  • 70 Cf. Junius : Chronik. – Geburt der nationalen Demokratie ? (note 16), p. 712.

24La question majeure que posait évidemment l’idée de Mitteleuropa était celle du statut de l’Allemagne au sein de cet ensemble. Quand ils plaidaient pour le démembrement de la Prusse et la réforme des institutions de l’Allemagne69, les auteurs de Die neue Rundschau essayaient d’apporter à la question une réponse partielle ; de même, lorsqu’ils se défendaient de toute visée pangermaniste70, ils réitéraient leur refus d’un impérialisme semblable à celui des Britanniques. Si on examine attentivement les déclarations de Troeltsch ou Saenger on a cependant les plus grandes difficultés à assimiler celles-ci à un programme exempt d’intentions impérialistes.

  • 71 Cf. Ernst Troeltsch : Die Ideen von 1914. In : NR, 27 (1916) 5, p. 621 : "[...] keine Weltherrschaf (...)

25Ainsi, Troeltsch insistait certes sur le fait que le bloc mitteleuropéen à l’édification duquel il convenait de travailler reposerait sur l’idéal fichtéen "d’esprits nationaux qui se complètent mutuellement de façon libre tout en s’épanouissant chacun de manière autonome71". Mais il formulait ensuite des propos qui introduisaient nettement l’idée qu’une position culturelle dominante reviendrait à l’Allemagne au sein de la Mitteleuropa et contredisait ainsi – notons-le au passage – les critiques qu’ils avaient adressées à Paul Rohrbach un an plus tôt :

  • 72 Ibid., p. 622 : "Ein solcher Block bedeutet dann natürlich in gewissem Sinne eine deutsche Führung, (...)

Un tel bloc implique naturellement dans un certain sens un leadership allemand, mais non pas une domination allemande, et ce leadership quant à lui devra avant tout s’appuyer sur les oeuvres de l’esprit et la force politique et morale dont ce que nous accomplissons pendant la guerre peut nous donner la conviction d’être capables, et cette force trouve ses racines les plus profondes, ses racines suprêmes [...] dans notre grande époque de I’idéalisme72.

26Si Troeltsch est déjà net quant à la position dominante envisagée pour l’Allemagne au sein de la future Mitteleuropa, la manière dont Saenger s’exprime sur les perspectives géopolitiques ouvertes par la constitution de cet ensemble revient purement et simplement à dire qu’il convient de voir là la solution qui permettra à l’Allemagne sur la base du nouvel équilibre issu de la guerre de poursuivre les plans expansionnistes qui avaient été les siens avant 1914 en direction de l’Europe du sud-est et de l’Asie mineure. Arrêtons-nous par exemple à ce qu’il déclare à ce sujet en février 1916 :

  • 73 Junius : Politische Chronik. In : NR, 27 (1916) 2, p. 275 : "Da es gelingen wird (oder gelungen ist (...)

Du fait que l’on parviendra (ou que l’on est parvenu) à maintenir l’Autriche-Hongrie et la Turquie [...] nous assisterons à une extraordinaire croissance en forces productives qui apportera le complément le plus précieux à ce qui constitue notre pauvreté d’Européens du Nord : dans les montagnes de la Turquie, il y a de grandes richesses en cuivre et autres métaux, le long du cours moyen du Tigre et de l’Euphrate il y d’importants gisements pétroliers, [...] dans les antiques foyers de civilisation de la Mésopotamie et de la Babylonie on peut produire [...] autant de coton et de blé que les deux puissances centrales ensemble sont capables d’en consommer [, ..]73

IV

27Les articles à tendance politique de Die neue Rundschau révèlent bien l’inconfort propre à la situation des intellectuels allemands modérés pendant la guerre ainsi que son corollaire : le caractère équivoque de leurs prises de position. Ces intellectuels désiraient profiter de l’esprit de l’’’union sacrée" pour contribuer à démocratiser une Allemagne qu’ils souhaitaient forte (à la fois sur le plan intérieur et au niveau international) et, sans vouloir porter tort à l’effort de guerre du Reich, ils espéraient qu’une paix de compromis serait possible. Une telle position reposait sur le postulat qu’en Allemagne les forces modérées arriveraient à faire entendre leur voix avec succès et à devenir majoritaires. Et tant que Bethmann-Hollweg était au pouvoir et que les éléments les plus durs de l’armée n’avaient pas complètement imposé leurs vues, cet espoir n’était pas tout à fait insensé.

  • 74 C’est ce que révèlent notamment toutes les chroniques mensuelles de Samuel Saenger.
  • 75 Cf. Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 5, p. 710 : "Immer wieder stoBen wir auf Wilson (...)
  • 76 Cf. ibid., p. 714 : "[...] die universelle demokratische Welle, die aus allen Weltrichtungen an die (...)
  • 77 Cf. ibid., p. 709 : "Der Präsident proklamiert einen Bund der Demokraten ; einen Bund von Völkern m (...)

28Pour tous ceux qui pensaient ainsi, l’entrée en guerre des USA prit la forme d’un grave échec. Pendant toute l’année 1916, la revue avait fait preuve de modération envers Wilson, dans le but évident de contrer la campagne hostile au président américain qui se développait en Allemagne74. Au printemps de 1917, malgré quelques concessions à la nouvelle donne internationale, elle ne modifie pas fondamentalement son attitude envers l’Amérique. C’est ce que démontre l’éditorial publié en mai par Saenger et consacré en grande partie aux plans du chef de la Maison blanche visant à constituer, une fois la paix revenue, une fédération des démocraties. Comme l’offre de Wilson s’adresse aux démocraties parlementaires, Saenger la critique dans une première phase en soulignant que le chef de l’Etat américain fait preuve d’une "outrecuidance naïve" et d’une "méconnaissance historique de l’Allemagne75". Mais ce commentaire inspiré par l’"esprit de 1914" ne constitue pas la vraie réponse de Saenger à Wilson. Celle-ci se trouve dans la seconde partie de son éditorial, consacrée au message de Pâques 1917 par lequel Guillaume II annonçait des réformes qui devaient conduire à l’instauration du régime parlementaire en Allemagne. Car si on lit attentivement les propos de Saenger quand il souligne que la "vague universelle de la démocratie [frappe] de toutes les directions de l’univers aux portes de la forteresse allemande76", on constate qu’en fait il plaide pour que l’Allemagne rejoigne le plus vite possible les "peuples qui ont le droit à l’autodétermination" et qui, selon Wilson, devront s’allier une fois la paix revenue77.

  • 78 Cf. notamment à ce sujet Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 10, p. 1434.
  • 79 Cf. notamment Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 9, p. 1288.
  • 80 Cf. Junius : Herr von Hertling und Herr von Kühlmann. In : NR, 29 (1918) 1, p. 130 sq.

29Face aux événements qui se produisent en Allemagne et dans le monde au début de 1917, Die neue Rundschau choisit clairement son camp et on peut dire qu’à présent elle surmonte pour l’essentiel les contradictions inhérentes à sa position pendant la première partie du conflit : elle appuie toutes les démarches propres à transformer l’Allemagne en une monarchie parlementaire et soutient sans réserves la résolution de paix votée par le Reichstag le 19 juillet 191778. Saenger ne fonde toutefois pas d’espoir dans les capacités du successeur de Bethmann-Hollweg, Michaelis79, à faire avancer la cause de la paix. En revanche, la nomination de Hertling à la chancellerie lui paraît aller dans le bon sens : le fait que le nouveau chancelier soit catholique et issu des rangs du Zentrum constitue à ses yeux une chance et il espère que sous l’égide de l’ancien premier ministre bavarois se poursuivra la parlementarisation de l’Allemagne qui, tel est son espoir, pourrait accélérer l’ouverture de pourparlers de paix80.

30Les réactions que les événements de la fin de 1916 et du premier trimestre de 1917 entraînèrent de la part de Die neue Rundschau correspondent aussi à une remise en cause prudente du "nationalisme purifié" dont son rédacteur politique se faisait le défenseur.

  • 81 Cf. Einkehr (note 23).

31La démarche de la revue en la matière n’est certes pas monolithique : au moment où Saenger plaidait vigoureusement pour l’instauration du parlementarisme, Die neue Rundschau publiait un texte de Thomas Mann qui se réclamait d’une façon européenne d’être allemand, tout en refusant le démocratisme incarné à ses yeux par tout ceux qui pensaient comme son frère Heinrich81. De même, l’organe du S. Fischer Verlag continuait, en février 1917, à dénoncer l’impérialisme britannique et, jusqu’en 1918, il envisageait toujours pour l’Allemagne un rôle dirigeant dans le futur ensemble mitteleuropéen.

  • 82 H[ouston] Sfteward] Chamberlain als Interpret der -westlichen Zivilisation. Ein Protest von F[riedr (...)
  • 83 Cf. ibid., p. 685 : "Es ist, als habe England uns unter der Maske des unbedingten Lobredners einen (...)
  • 84 Cf. ibid., p. 689-690 : "Der Kampf um die voile bürgerliche Freiheit ist das groBe Thema der englis (...)
  • 85 Cf. ibid., p. 692 : "Nur diejenige Organisationsmethode wird siegreich sein, die den gröBten Respek (...)
  • 86 Cf. ibid., p. 695 : "[...] zweifellos aber bedürfen gerade wir neudeutschen Organisationsmenschen z (...)

32Mais cette persistance de déclarations marquées par l’esprit du début des années de guerre ne doit pas masquer l’autre aspect – plus important – de la position adoptée par la revue à cette époque : elle s’éloigne des "idées de 1914". Le premier texte qui aille dans ce sens est la longue mise au point inspirée à Friedrich Wilhelm Foerster, le futur chef de file du mouvement allemand pour la paix, par les "articles de guerre" de Houston Steward Chamberlain82. Cet article publié en mai 1917 est inspiré entièrement par l’idée que si les Allemands oublient "ce qu’ils [ont] à apprendre de positif de l’Occident", ils en subiront "un lourd dommage culturel83". Afin de montrer encore mieux l’erreur de ceux qui se feraient les partisans d’un nationalisme étroit, tout en reconnaissant lui ausssi qu’il y a des différences entre les conceptions allemande, britannique et française de la liberté, Foerster souligne la dette que les Allemands ont envers l’acquis culturel de la Grande-Bretagne, dont la civilisation est plus proche, estime-t-il dans la ligne de la tradition libérale, du "vieil esprit allemand" que de l’esprit prussien84. Et cela l’amène à plaider pour un système qui serait fondé sur un universalisme pluraliste et à souligner pour finir que, afin de corriger ce qui est "trop étroit" chez eux85, les Allemands ont besoin un vital de "contact culturel avec les idées et les institutions de l’Occident libéral86".

  • 87 Cf. Samuel Saenger : Sdrwarzgelb. In : NR, 28 (1917) 7, p. 986-987 : "Haben denn wirklich die Ideen (...)
  • 88 Cf. ibid., p. 990 : "Vielleicht wird sich gar zeigen, daB die Ideen von 1914 in Zukunft nicht ohne (...)
  • 89 Cf. ibid., Statt des Kartells des Hasses und der Rache leuchtet der Föderalismus der Nationen auf, (...)

33Le texte de Foerster ne représente pas une rupture avec ce que Troeltsch écrivait en 1916, mais il se distingue de l’article précédent sur un point important : alors que Troeltsch faisait passer à l’arrière-plan ce qui unissait les cultures anglaise, allemande et française pour affirmer la spécificité de ce qui est allemand, Foerster relègue cette spécificité au second plan pour mettre en évidence les liens entre les différentes composantes du système pluraliste auquel il est attaché. C’est dans le même sens qu’il convient de comprendre le compte rendu d’un livre de Hermann Bahr dont Samuel Saenger saisit l’occasion en juillet 1917 pour poser la question de savoir si l"’esprit de 1914" constitue vraiment la remise en cause des idées de 1789. Dans ce texte, Saenger abonde dans le sens de Bahr quand celui-ci affirme que 1789 ne doit pas seulement être compris comme la revendication de l’individu à réaliser son autonomie, mais également comme la naissance de la notion d’"unité nationale", c’est-à-dire "des liens qui existent entre tous les membres de la communauté de langue et de culture qui s’est développée et soudée au cours de l’histoire et qui a nom nation"87. S’appuyant sur ce point de vue, Saenger émet l’hypothèse qu’”à l’avenir les idées de 1914 ne seront pas possibles sans un très important emprunt auprès des idées de 178988", puis il conclut par des remarques qui indiquent son adhésion à la conception wilsonnienne d’une "société des nations" organisée sur la base d’un "fédéralisme" qui unirait des "États nationaux89".

  • 90 L’étude de Max Weber, qui reposait sur des articles parus en 1917 dans la Frankfurter Zeitung, avai (...)
  • 91 Cf. Samuel Saenger : Parlament und Regierung. In : NR, 29 (1918) 10, p. 1356 : "In jeder Tätigkeits (...)

34Les deux textes qui viennent d’être évoqués ne doivent pas faire passer à l’arrière-plan le fait que la position de Die neue Rundschau comportait à l’époque encore beaucoup de nuances et d’hésitations. Mais, pour la majorité des auteurs que la revue publiait, une certitude ne faisait pas de doute : c’est seulement en devenant une démocratie parlementaire que l’Allemagne pourrait assurer son avenir. Et à mesure que l’issue du conflit se précise, Saenger se voit confirmé dans son opinion sur la nécessité d’une adaptation des structures politiques de l’Allemagne aux exigences de la démocratie parlementaire. Ses éditoriaux des derniers mois de la guerre sont autant de critiques adressées aux hommes politiques allemands pour leur manque de courage, de compétence et de vues à long terme. En septembre 1918, dans un long article inspiré par l’étude de Max Weber, Parlament und Regierung im neugeordneten Deutschland90, Saenger met un point final à la discussion sur les différences entre l’esprit de 1914 et celui de 1789 en soulignant qu’il ne conçoit pas qu’une nation vive sans s’appuyer sur les "conquêtes de l’époque des Droits de l’homme" ; et il ajoute que c’est précisément pour "protéger [ces conquêtes] contre leur viol par la bureaucratie" qu’il convient de lutter pour arriver à la "parlementarisation de la volonté gouvernementale91".

  • 92 Cf. Junius : Politische Chronik. – Der Liquidation entgegen. In : NR, 29 (1918) 11, p. 1499 : "15. (...)
  • 93 Cf. Junius : Politische Chronik. – Der Bankrott und die Bankrotteure. In : NR, 29 (1918) 12, p. 162 (...)

35Si Die neue Rundschau s’est montrée aussi active pendant la dernière année de la guerre dans le débat sur l’instauration du parlementarisme et pour le dépassement du nationalisme, c’était dans le secret espoir que la situation intérieure pourrait évoluer de façon positive en Allemagne et permettre ainsi la conclusion de la paix la moins défavorable possible. Mais ces espoirs ne se réalisèrent pas et la revue ressentit comme un véritable choc les conditions de paix imposées par Wilson92. Ce choc fut pour Die neue Rundschau l’occasion à la fois de reconnaître les contradictions de son attitude avant 1917 et une raison supplémentaire de demander aux Allemands – en particulier aux intellectuels – de prendre conscience qu’ils avaient tous une part de responsabilité dans la catastrophe de 1918, car, tels sont les termes utilisés par Samuel Saenger dans son éditorial de décembre 1918, "par manque d’esprit critique, par lâcheté et par égoïsme", ils s’"étaient [tous] laissés atteler devant le char du capitalisme et de l’impérialisme93".

Notes

1 Fondée en 1890 sous le nom Freie Bühne für modernes Leben, la revue portera ce titre en 1890 et 1891. Ensuite elle deviendra la Freie Bühne für den Entwicklungskampf der Zeit (1892-1893), puis la Neue deutsche Rundschau (1894- 1903). C’est en 1904 qu’elle prendra le nom de Die neue Rundschau. Son tirage atteignait en 1911 7000 exemplaires mensuels (cf. Fritz Schlawe : Literarische Zeitschriften. – Teil 1 : 1885-1910. Stuttgart : Metzler 1961, P- 27). Sur l’histoire de la Neue Rundschau cf. l’étude (peu fiable pour certains de ses aspects ; l’auteur confond notamment Samuel Saenger, journaliste libéral, futur ambassadeur en Tchécolovaquie, avec le député social-démocrate Alwin Saenger !) de Wolfgang Grothe : Die ’Neue Runschau ’ des S. Fischer Verlags. Ein Beitrag zur Publizistik und Literaturgeschichte der Jahre 1890 bis 1925. In : Archiv für Geschichte des Buchwesens. Band 4. 1963.

2 Cf. à ce sujet Michel Grunewald : Gegen ’nationale Voreingenommenheit’und ’patriotische Hysterie’. – Europäisches Denken in der Freien Bühne /Neuen Rundschau (1890-1914). À paraître début 1996.

3 Cf. Michel Grunewald : L’année 1923 et le débat sur les relations franco-allemandes dans Die neue Rundschau. In : J.M. Valentin, J. Bariéty, A. Guth (éd.) : La France et l’Allemagne entre les deux guerres mondiales. Nancy : Presses Universitaires 1987, p. 159-175 ; Deutsche Intellektuelle als Vorläufer des ’Geistes von Locarno’. – Die neue Rundschau und Frankreich zwischen 1919 und 1925. In : Recherches Germaniques, N° 18 / 1988, p. 66-88.

4 Cf. notamment Gedanken im Kriege. In : NR (= Die neue Rundschau), 25 (= tome 25) (1914) 11 (= novembre 1914 / 1 = janvier etc...), p. 1471 sq.

5 Cf. Reims. In : NR, 25 (1914) 12, p. 1717 sq.

6 Cf. Drei Kriegsgedichte. In : NR, 25 (1914) 9, p. 1224 sq.

7 Sur la carrière de Samuel Saenger (1864-1944) cf. notamment : (anonyme) : Samuel Saenger. – Ein Nachwort zum sechzigsten Geburtstag. In : Vossische Zeitung, 18.02.1924.

8 Cf. Moritz Heimann : Krieg. In : NR, 25 (1914) 8, p. 1188 : "Für immer sind die Romantiker des Krieges widerlegt."

9 Samuel Saenger : Zwischen den Schlachten. In : NR, 25 (1914) 10, p. 1435 : "Der Krieg war unvermeidlich."

10 On notera également que, jusqu’à l’été 1915, NR publie des textes relatifs à la guerre qui renvoient très nettement à une vision irrationnelle de l’histoire qui, parfois même, se teinte de vitalisme ou de social-darwinisme. Moritz Heimann assimile par exemple la guerre à une "musique venue des profondeurs" (Urmusik) (cf. Der Krieg III. In : NR, 25 (1914) 11, p. 1566), alors que Jakob Wassermann rappelle que toute vie sur terre est un affrontement de forces et que tout changement est avide de sang (cf. Nationales Gefühl. In : NR, 26 (1915) 6, p. 770). En plus de la vision irrationnelle de l’histoire qu’ils révèlent, ces textes reflètent une tendance à esthétiser l’irrationnel, qui est nette également chez Thomas Mann (cf. Gedanken im Kriege, note 4). Max Scheler, quant à lui, estimait notamment que la guerre offrait à la tendance à se surpasser propre à toute forme de vie l’occasion de s’exprimer grâce au "triomphe des peuples nobles" dont les événements de 1914 laissaient entrevoir la perspective (cf. Der Genius des Krieges. In : NR, 25 (1914) 10, p. 1327 sq.).

11 Les auteurs de la NR étaient unanimes à considérer la France comme un pays affaibli, une puissance de second ordre, représentative du passé. Samuel Saenger jugeait en septembre 1914 que la France ne disposait plus d’un idéal qui prédispose son peuple à la lutte : "die gesteigerte nationale Reizbarkeit der Franzosen, mit der wir zu rechnen haben, ersetzt nicht jene in treuer Friedensarbeit gesammelte Kraft, die wir als unbesiegbaren moralischen Faktor in unsere militârischen Berechnungen einstellen dürfen." (Feststellungen. In : NR, 25 (1914) 9, p. 1260).
L’historien Friedrich Meinecke, pour sa part, estimait en décembre 1914 que la France n’était plus en mesure de poursuivre de visées politiques autonomes : "Von Frankreich gilt es jetzt, daB wer Wind säet, Sturm ernten wird. Es verknüpfte seine Revancheidee, die es als inneres Bindemittel für die auseinanderstrebenden Elemente seines Staatslebens vielleicht nötig hatte, mit den Machtbedürfnissen RuBlands und Englands und verlor dadurch die Selbstbestimmung über seine eigene Macht."
(Der Weltkrieg. In : NR, 25 (1914) 12, p. 1617). Sur Meinecke (1863-1954) cf. Ernst Schulin : Friedrich Meinecke. In : Hans-Ulrich Wehler (éd.) : Deutsche Historiker I. Göttingen : Vandenhoeck und Ruprecht 1971, p. 39 sq.

12 Cf. Samuel Saenger : Feststellungen. In : NR, 25 (1914) 9, p. 1260 : "England führt einen Präventivkrieg gegen Deutschland."

13 Cf. Junius (i.e. Samuel Saenger) : Politische Chronik. In : NR, 25 (1914) 11, p. 1609 : "Sein [= Englands, M.G.] Weltreich wuchs und rundete sich automatisch nach der alten Flibustiermethode."

14 Cf. Junius : Politische Chronik. – Das englische Mirakel. In : NR, 25 (1915) 7, p. 993 : "Seht darin [= in der Bildung von Lloyd Georges neuem Koalitionsministerium, M.G.] den Willen zu letzter Entschlossenheit, euch und eure Brut zu zertreten und in vorbismarckische Unkraft zurückzuversetzen."

15 Cf. Samuel Saenger : Logik im Chaos. In : NR, 26 (1915) 6, p. 731 : "Imperialismus bedeutet also Machtsteigerung auf weltwirtschaftlicher Basis. Die Stufen seiner Entwicklung, bis zu dem Punkte, wo er die Existenz der zivilisierten Völker an ’kapitalistischen Raubbau’ bindet, prägt die englische Geschichte vorbildlich aus. Wie mit den Augen der Vorsehung wird in den merkantilischen Pamphleten des 17. und 18. Jahrhunderts die seitherige Geschichte GroBbritanniens vorverkündet und der machtpolitische Endzweck der Navigationsakte, der Seegeltung und der anderen Mittel des Geschäftsnationalismus klargelegt."

16 Cf. Junius : Geburt der nationalen Demokratie ? In : NR, 27 (1916) 5, p. 713 : "Ich berufe mich auf List : er war der erste, im Freihandel den englischen Wolf im humanitären Schaftspelz zu erkennen, als Peitsche gegen den industriel ! Schwächeren, der von den Meeren abgesperrt ist."

17 Samuel Saenger : Logik im Chaos II. In : NR, 26 (1915) 7, p. 882 : "Groβbritannien übernahm die Rolle Frankreichs vor ’70, es wollte [...] die wirtschaftlichen Folgen von ’70 aufhalten, wie Frankreich die Einigung Deutschlands unter Preuβen aufhalten wollte, es gedachte uns durch den Zyklopendruck seines gewaltigen nationalen Egoismus zu zermürben."

18 Cf. notamment à ce sujet les éditoriaux de guerre de Theodor Wolff, dont certains sont repris dans le recueil édité par Bernd Sësemann : Theodor Wolff. Der Journalist. Berichte und Leitartikel. Düsseldorf, Wien, New York und Moskau : Econ 1993.

19 Cf. Junius : Politische Chronik. In : N R, 26 (1915) 2, p. 281 : "Drauβen stehen Millionen Krieger [...] Die da bluten und leiden, um deutschen Boden, deutsche Gesittung und das Recht auf deutsche Selbstbestimmung gegen eine Übermacht von Feinden, Neidern und MiBgönnem Schritt um Schritt zu verteidigen."

20 Cf. Ernst Troeltsch : Die deutsche Idee von der Freiheit. In : NR, 27 (1916) 1, p. 52 : "[...] die Weltagitation der westlich-demokratischen Ideen gegen Deutschland [...]"

21 Les textes publiés par Troeltsch ainsi que par Meinecke dans la NR pendant la Première Guerre mondiale laissent apparaître l’influence des discours N° 5, 6, 7, 8 et surtout N° 13 et 14 destinés par Fichte à la nation allemande (Cf. Johann Gottlieb Fichte : Reden an die deutsche Nation. Hamburg : Félix Meiner Verlag 1978, p. 75- 143 et 206-246).

22 Cf. Friedrich Meinecke : Der Weltkrieg. In : NR, 25 (1914) 12, p. 1627 : " [...] der deutsche Begriff vom Weltvolke besagt, daB nicht Einförmigkeit, sondern Vielheit der Kräfte, Mannigfaltigkeit, Individualität die Welt erfüllen soll."

23 Cf. Gedanken im Kriege (note 4) ; Brief an die Zeitung ’Svenska Dagbladet ’. In : NR, 26 (1915) 6, p. 830 sq. ; Einkehr (texte repris dans Betrachtungen eines Unpolitischen). In : NR, 28 (1917) 3, p. 341 sq.

24 Cf. notamment Wir – und die Andern. In : NR, 26 (1915) 12, p. 1585 sq.

25 Cf. Der Genius des Krieges (note 10).

26 Cf. notamment Gedanken über die deutsche Sendung. In : NR, 26 (1915) 11, p. 1441 sq.

27 Cf. notamment Der Weltkrieg (note 22) et Probleme des Weltkrieges. In : NR, 27 (1916) 6, p. 721 sq.

28 Cf. Ernst Troelsch : Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 54 : "Deutschland ist dem Westen nachgefolgt ; aber, wie jedermann weiβ, geschah dies mit groβen, bis heute wirksamen Einschrânkungen."
Parmi les autres textes de Troeltsch qui traitent le même problème, mentionnons également : Die Ideen von 1914. In : NR. 27 (1916) 5, p. 605 sq. ; Über einige Eigentümlichkeiten der angelsächsischen Zivilisation. In : NR, 28 (1917) 2, p. 230 sq.

29 Sur Ernst Troeltsch (1865-1923) cf. Hans Georg Drescher : Ernst Troeltsch. – Leben und JVerk. Göttingen : Vandenhoeck und Ruprecht 1991.

30 Cf. Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 55-56.

31 Sur les idées des historiens borussophiles cf. notamment Wolfgang Hardtwig : Von Preuβens Aufgabe in Deutschland zu Deutschlands Aufgabe in der Welt. Liberalismus und borussianisches Geschichtsbild zwischen Revolution und Imperialismus. In : Hardtwig : Geschichtskultur und Wissenschaft. München : Deutscher Taschenbuch Verlag 1990, p. 103-160.

32 Cf. Die deutsche Idee von der Freiheit (note 20), p. 55.

33 Cf. ibid.

34 Cf. ibid., "Drittens aber und vor allem liegt in dem deutschen Wesen der Trieb, die moderne Freiheitsidee, die auch Deutschland naturgemäB teils aufgenommen, teils aus sich entwickelt hat, anders zu empfinden und zu fühlen, sie in der Wurzel anders zu begründen und in ihrem Wachstum anders auszurichten, als das im Westen geschehen ist."

35 Ibid., "Die moderne Freiheitsidee ist kein eindeutiges Vemunftdogma, sondern das Ergebnis der modernen politisch-sozialen und geistigen Entwicklung und eben darum in allen groBen modernen Völkern eine eigentümliche. Sie ist auch als westliche nicht so eindeutig, wie sie sich heute zu Kampf- und Propagandazwecken gibt, sondern als französische, englische und amerikanische gründlich verschieden."

36 Cf. ibid., p. 65 : "Dem allen gegenüber zeigt nun aber die deutsche Freiheistidee ihre durchaus eigentümlichen deutschen Züge. Sie ist unzweifelhaft durch die französischen und englischen Freiheitsideen stark angeregt. [...] Aber in dem eigentlichen Grundstock der deutschen Entwicklung [...] haben diese Ideen doch eine gründliche Umwandlung erfahren."

37 Cf. ibid., p. 67 : "Wie der alte deutsche Sinn für Systematik und Konstruktion (...) so hat der Gedanke der organischen Freiheit sich in das harmonische und abgestufte Zusammenwirken der groBen und kleinen, staatlichen und privaten Untemehmungen ergossen, die gleich unmöglich wären ohne den disziplinierenden Sinn fur das Ganze [...] Der Deutsche ist zum ’Denker der Arbeit’ geworden, und seine Freiheit ist gewollte Disziplin, Förderung und Entfaltung des eigenen Selbst in einem Ganzen und für ein Ganzes."

38 Cf. ibid., p. 68 : "Diese [=die deutsche Freiheit, M.G.] brachte es mit sich, daβ inmitten der kleinstaatlichen Enge und Untertänigkeit die Befreiung des Geistes sich nicht auf die öffentlichen Angelegenheiten, sondem wesentlich auf das Innere der Seele, auf die persönliche Freiheit, Lebendigkeit und Tiefe des Gedankens. auf Phantasie und Poesie warf."

39 Cf. À ce sujet les perspectives que Troeltsch brosse à la fin de Die deutsche Idee von der Freiheit pour l’époque qui verra se constituer la Mitteleuropa. De ses propos, il ressort clairement qu’il a en vue un "modèle" allemand appelé à faire école et à surclasser les modèles britannique et français : "Gelingt es von hier aus, einen groβen mitteleuropäischen Block zu bilden, so wächst damit auch die ideale Hoffnung, daβ dieser mit der deutschen Freiheitsidee gegebene Völkergedanke auch darüber hinauswirke und auch andere Staaten an sich ziehe. Dann wäre die Freiheit auch der Friede, wenigstens für absehbare Zeit. Damit das möglich werde, muB freilich in Geist und Gesinnung der Völker sich manches ändern, und die Änderung wird darin bestehen müssen, daβ neben und über der englischen und französischen Freiheitsidee die deutsche zu ihrem groBen WelteinfluB komme." (p. 74)

40 Ce "nationalisme purifié" était un élément fondamental du programme du "bloc des gauches" dont la NR se réclamait comme Friedrich Naumann. Cf. à ce sujet : Junius : Politische Chronik. – Am Scheideweg. In : NR, 26 (1915) 8, p. 1146 : "Wurde das Vaterland ins Programm aufgenommen, der Wille zu einem geläuterten Nationalismus, der, in diesen Händen und unter der Zucht solcher Gesinnungen, gerade vor sinnlosem und herausfordemdem Überschwang behütete : dann war die Bahn frei für die groβe Linke ; und die Fahne, die Naumann als erster aufgepflanzt hatte, durfte endlich dem neu-deutschen Wirtschaftsvolk vorangetragen werden."

41 Cf. Junius : Chronik. – Zum Geleit – Hoetzsch contra Weber. In : NR, 27 (1916) 1, p. 130-131 : "Es ist tausendmal gesagt worden, daB nun endlich die Zeit reif ist, um alle Kräfte zusammenzufassen, [...] so daB der unheilvolle Bruch zwischen Arbeitsvolk und Intelligenz geheilt, die zehrende Spannung zwischen Regierenden und Regierten gemildert [...] werden können."

42 Cf. Ibid., p. 132 : "Der Krieg [...] muB nach innen als Befreier wirken, als Schuttwegräumer und Verjünger, auf den Bahnen, die das neudeutsche Wirtschaftsvolk fähig macht (sic !), die Schlacken einer noch nicht abgeschlossenen Entwicklung rasch abzustoBen [...]"

43 Cf. notamment Junius : Chronik. – Parlamentarisierung der Diplomatie. In : NR, 27 (1916) 11, p. 1580 sq.

44 Cf. à ce sujet notamment Junius : Vertrauen. In : NR, 28 (1917) 8, p. 1146 sq. ; Junius : Herr von Hertling und Herr von Kühlmann. In : NR, 29 (1918) 1, p. 134-135.

45 Cf. Junius : Politische Chronik. In : NR, 25 (1914) 11, p. 1608-1609.

46 Cf. à ce sujet notamment : Junius : Politische Chronik. – Am Scheideweg (note 40) ; Junius : Vergeβt nicht. In : NR, 27 (1916) 8, p. 1146.

47 Cf. Junius : Chronik. – Tschandalapolitik. In : NR, 27 (1916) 4, p. 567 : "Er [= Kautzky, M.G.] spricht im Namen des proletarischen Klasseninteresses und vom intemationalistischen Standpunkt, als ob der europäische Krieg eine kapitalistische Angelegenheit sei und die übemationale Arbeiter-Solidarität nicht berühre." (les commentaires critiques de Saenger sont inspirés par la brochure Die Vereinigten Staaten Mitteleuropas que Karl Kautsky (1854-1938) avait publiée en 1916)

48 Cf. ibid., p. 571-572.

49 Saenger avait accueilli très favorablement en 1915 la parution du livre du social-démocrate badois, paru sous le titre Die Sozialdemokratie am Scheideweg (cf. Politische Chronik. – Am Scheideweg, p. 1146, [note 40]).

50 Paul Lensch (1873-1926) était, pendant la guerre, député social-démocrate au Reichstag et rédateur en chef de la Leipziger Volkszeitung. Auteur publié par le S. Fischer Verlag, il était convaincu qu’on assistait à une mondialisation du capitalisme. Dans ce cadre, il estimait qu’après le recul de la France consécutif à la guerre de 1870-1871, la partie essentielle se jouait entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Favorable à la constitution de la Mitteleuropa, il ne doutait pas que, comme à la fin de l’Antiquité les Germains avaient mis fin à la domination romaine, les Allemands étaient en passe de mettre un terme à l’influence prépondérante de la Grande-Bretagne dans le monde (cf. notamment Die Internationale. In : NR, 28 (1917) 3, p. 289 sq. ; Drei Jahre Weltrevolution. In : NR, 28 (1917) 8, p. 1048 sq. et 28 (1917) 9, p. 1153 sq. [extraits du livre paru sous la même titre en 1917] ; Neuer Kapitalismus, neuer Sozialismus. In : NR, 29 (1918) 1, p. 1 sq. Après la guerre. Lensch, devenu nationaliste, sera rédacteur en chef de la Deutsche Allgemeine Zeitung.

51 Le futur père de la première République autrichienne (1870-1950) était l’un des hommes politiques que Saenger jugeait le plus favorablement. En avril 1916, le rédacteur politique de la NR portait sur lui le jugement suivant : "Er zählt zu den feinsten, kenntnisreichsten, phantasievollsten politischen Schriftstellern Österreichs." (cf. Junius : Chronik. – Tschandalapolitik [note 47], p. 570)

52 Cf. Engelbert Pemerstorfer : Vom modernen Nationalismus. In : NR, 26 (1915) 5, p. 703 : "Er [=Jean Jaurès, M.G.]weist nach, daB Klassenkampf und Nationalismus keine durchgängigen Gegensatze seien. daB die Nation eine Einheit ist [...] Den Gedanken, daβ die Nationen Individualitäten sind, deren Verschwinden die Menschheit ärmer machen würde, daB sie besondere Abspiegelungen des menschlichen Geisteslebens sind, hebt er mit Nachdruck hervor."

53 Cf. ibid., p. 703 : "So predigt Jaurès geradezu den Nationalismus, der sich freilich von dem Chauvinismus der Hurrapatrioten ebenso weit entfernt, wie von dem wirklichkeistfremden, himmelblauen alten Internationalismus."
Engelbert Pemerstorfer (1850-1918), membre du Reichsrat autrichien, fut. à partir de la fin du XIXe siècle, aux côtés de Wilhelm Adler l’un des chefs de file de la socialdémocratie autrichienne ; il était également, comme Jean Jaurès, l’un des collaborateurs réguliers de la revue März.

54 L’un des textes les plus caractéristiques de ce soutien critique est certainement la chronique publiée par Saenger en janvier 1917 (cf. Junius : Chronik. – Die starken Männer. In : RR, 29 (1917) 1. p. 133 sq.)

55 Cf. Ernst Troeltsch : Imperialismus. In : NR, 26 (1915) 1, p. 9 : "Es soll schlechterdings nichts wie ein zweites England gewollt werden."

56 Cf. ibid. : "Aber nun ist doch nach aller politischen Erfahrung und Theorie eine Weltherrschaft des Geistes und der Arbeit nur möglich auf der Grundlage einer politischen Weltherrschaft [...]" Paul Rohrbach (1869-1956), que Troeltsch critique ici, s’était rendu célèbre en 1912 par la publication du livre intitulé Der deutsche Gedanke in der Welt.

57 Cf. ibid., p. 8-9 : "Es kann also aus realpolitischen Gründen überhaupt nur an Erhaltung und Festigung, wirtschatfliche und koloniale Ausbreitung, militarische Garantien, aber nicht an eine wesentlich veränderte Gesamtstellung gedacht werden. Was dann aus dieser endgültig gesicherten Reichsgründung und im Falle solchen Sieges mächtig gesteigerten inneren und äuBeren Kräften sich weiter entwicklen kann, müssen wir den Zukunft überlassen."

58 Friedrich Meinecke : Der Weltkrieg (note 22), p. 1627 : "Das deutsche Volk will kein Eroberervolk, aber ein Weltvolk werden.”

59 On notera cependant que même les collaborateurs les plus modérés de la revue n’étaient pas défavorables à l’idée d’annexions limitées. En janvier 1915, Troeltsch écrivait par exemple, au sujet des projets que l’Allemagne devait avoir selon lui à l’égard de la France : "Frankreich wird geschont werden müssen und kann uns in Europa territorial so gut wie nichts liefern auBer militärisch wichtigen Positionen." (Imperialismus [note 55], p. 8)

60 Cf. Junius : Politische Chronik. – Am Scheideweg (note 40), p. 1147 : "Mit den Elementen. die auf diesen Weg drangen, ist eine Zusammenarbeit in alle Ewigkeit unvereinbar, denn sie verbauen den Weg zur groBen deutschen Linken, die jetzt schon, und meines Bedünkens jetzt zum ersten und fur die Zukunft entscheidenden Male, ihr Existenzrecht erweisen könnte, indem die der Reichsregierung bei der Formulierung kluger und gemäBigter Freidensbedingungen hülfe." (Les "éléments" auxquels Saenger s’attaque ici sont ceux qui mettent péril l’’’union sacrée".)

61 Cf. Junius : Politische Chronik. -Die Fronde. In : NR, 26 (1915) 9. p. 1289.

62 Samuel Saenger avait consacré un compte rendu très positif au livre en décembre 1915 (cf. Junius : Chronik. – Mitteleuropäisches. In : NR, 26 (1915) 12, p. 1716 sq.)

63 Cf. à ce sujet notamment Samuel Saenger : Österreichische Visionen. In : NR, 26 (1915) 5, p. 707 ; Junius : Vergeβt nicht. In : NR, 27 (1916) 8, p. 1145.

64 Cf. Samuel Saenger : Logik im Chaos II. In : NR, 26 (1915) 6, p. 883-884 ; Alfred Weber : Gedanken über die deutsche Sendung. In : NR, 26 (1915) 5, p. 708.

65 Cf. notamment Friedrich Meinecke : Probleme des Weltkrieges. In : NR, 27 (1916) 6, p. 728 : "Wie aus Haβ und Mord der Religionskriege schlieBlich [...] die Idee der Toleranz emporblühte, so kônnte aus den Erschütterungen dieses Weltkrieges vielleicht auch ein föderatives und tolerantes Nationalgefühl in Mitteleuropa sich emporringen, das sich männlich bescheidet und die Notwendigkeiten der Lage anerkennt."

66 Cf. Samuel Saenger : Geburt der nationalen Demokratie ? (note 16), p. 712 : "Sie [= die Mehrheitssozialisten, M.G.] glauben an den Sieg des mitteleuropäischen Föderativprinzips, der über den Nationalitätsgedanken des vergangenen Jahrhunderts hinausgeht [...]"

67 Cf. ibid., p. 712-713 : "[das mitteleuropäische Föderativprinzip, das] zunächst das leistet, was der Freihandelsgedanke in der alten humanitären Cobdenschen Fassung zu leisten versprach [...]"

68 Cf. à ce sujet Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 2, p. 279 : "Wir nennen diese neue Ordnung [= les structures fédérales dont doit se doter, de l’avis de Saenger, l’Autriche-Hongrie et, plus tard, la Mittelkeuropa, M.G.] demokratischen Föderalismus, er allein ist der Kristallisationskem für den Staatenstaat an der Donau."

69 Cf. Junius : Mitteleuropäisches (note 62), p. 1718.

70 Cf. Junius : Chronik. – Geburt der nationalen Demokratie ? (note 16), p. 712.

71 Cf. Ernst Troeltsch : Die Ideen von 1914. In : NR, 27 (1916) 5, p. 621 : "[...] keine Weltherrschaft und keine Gewalt- und Monopolpolitik, sondern freie gegenseitige Ergänzung nationaler Geister bei gleichzeitiger selbständiger Entfaltung jedes einzelnen. So hatte Fichte das Ideal einst sehr abstrakt für Welt und Menschheit formuliert gegenüber dem Napoleonischen Casarismus."

72 Ibid., p. 622 : "Ein solcher Block bedeutet dann natürlich in gewissem Sinne eine deutsche Führung, aber keine deutsche Herrschaft, und die Führung wiederum muβ vor allem auf die geistige Leistung und politisch-sittliche Kraft begründet werden, zu der uns unsere Leistung im Kriege selbst das Vertrauen geben mag und die ihre tiefsten und letzten Wurzeln [...] in unserem groBen idealistischen Zeitalter hat."

73 Junius : Politische Chronik. In : NR, 27 (1916) 2, p. 275 : "Da es gelingen wird (oder gelungen ist), Österreich-Ungarn und die Türkei zu erhalten [...], so haben wir einen auβerordentlichen Zuwachs an Produktivkräften gewonnen, der unsere nordische Dürftigkeit auf das wertvollste ergänzt : da liegen in den türkichen Bergen groβe Reichtümer an Kupfer und anderem Metall, da dehnen sich am mittleren Tigris und Euphrat mächtige Petroleumlager aus, da können [...] in den alten Kulturlandern von Mesopotamien und Babylonien soviel Baumwolle und Weizen erzeugt werden, wie die beiden Zentralmächte zusammen nur irgend zu verbrauchen imstande sind."

74 C’est ce que révèlent notamment toutes les chroniques mensuelles de Samuel Saenger.

75 Cf. Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 5, p. 710 : "Immer wieder stoBen wir auf Wilsons naive AnmaBung und historische Unkenntnis Deutschlands, das wirklich zu den unbekanntesten oder, besser, meist verkannten Ländern des Planeten gehört..."

76 Cf. ibid., p. 714 : "[...] die universelle demokratische Welle, die aus allen Weltrichtungen an die deutsche Festung hämmert, drängt zur Parlamentarisierung des gesamten politischen Apparats."

77 Cf. ibid., p. 709 : "Der Präsident proklamiert einen Bund der Demokraten ; einen Bund von Völkern mit Selbstbestimmungsrecht."

78 Cf. notamment à ce sujet Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 10, p. 1434.

79 Cf. notamment Junius : Politische Chronik. In : NR, 28 (1917) 9, p. 1288.

80 Cf. Junius : Herr von Hertling und Herr von Kühlmann. In : NR, 29 (1918) 1, p. 130 sq.

81 Cf. Einkehr (note 23).

82 H[ouston] Sfteward] Chamberlain als Interpret der -westlichen Zivilisation. Ein Protest von F[riedrich] W[ilhelm] Foerster. In : NR, 28 (1917) 5, p. 685 sq. F.W. Foerster (1869-1966) était, depuis 1895, un collaborateur occasionnel de NR.

83 Cf. ibid., p. 685 : "Es ist, als habe England uns unter der Maske des unbedingten Lobredners einen Versucher gesandt, Um [...] uns gegen das, was wir vom Westen Gutes zu lernen haben, so blind zu machen, daB wir dadurch schweren kulturellen Schaden erleiden."

84 Cf. ibid., p. 689-690 : "Der Kampf um die voile bürgerliche Freiheit ist das groBe Thema der englischen Geschichte ; hier hat England für die ganze Menschheit Unvergleichliches geleistet, und diese Leistung ist weit germanischer, entspricht dem ältesten deutschen Geiste jedenfalls weit mehr, als eine gewisse verschlossene und ängstliche Seite des preuβischen Staatsgeistes."

85 Cf. ibid., p. 692 : "Nur diejenige Organisationsmethode wird siegreich sein, die den gröBten Respekt vor der Mannigfaltigekeit des Lebens mit der höchsten einigenden Kraft zu verbinden weiβ."

86 Cf. ibid., p. 695 : "[...] zweifellos aber bedürfen gerade wir neudeutschen Organisationsmenschen zur Korrektur unserer Einseitigkeiten durchaus die kulturelle Berührung mit den Ideen und Institutionen des freiheitlichen Westens [...]"

87 Cf. Samuel Saenger : Sdrwarzgelb. In : NR, 28 (1917) 7, p. 986-987 : "Haben denn wirklich die Ideen von 1789 den Sinn gehabt, zu verhüten, das einzelne Ich möchte sich als selbständiges Willensatom gegen alle andern Teil-Ichs absondern und die gesellschaftlichen Verbände sich nur auf Laune, Willkür, ungeregelte Freiwilligkeit, kurz auf die tausendfach gestäupten Formen der Anarchie einstellen ? [...] Geboren wurde 1789 auch der ganz scharfe kontinentale Begriff nationaler Einheit, der Verbundenseins also jedes Gliedes mit jedem Gliede der historisch entwickelten und zusammengeschweiBten Sprach- und Kulturgemeinschaft, die man Nation nennt."

88 Cf. ibid., p. 990 : "Vielleicht wird sich gar zeigen, daB die Ideen von 1914 in Zukunft nicht ohne eine sehr starke Anleihe bei den Ideen von 1789 möglich sein werden."

89 Cf. ibid., Statt des Kartells des Hasses und der Rache leuchtet der Föderalismus der Nationen auf, das Nebeneinander von Nationalstaaten, die sich ebenso in das System eines Völkerbundes werden eingliedem lernen, wie sich das Individuum in die Gemeinschaft eingliedem lemte, in die es hineingeboren wurde."

90 L’étude de Max Weber, qui reposait sur des articles parus en 1917 dans la Frankfurter Zeitung, avait été publiée au cours de l’été 1918 (cf. Max Weber : Gesammelte politische Schriften. Herausgegeben von Johannes Winckelmann. Tübingen : J.C.B. Mohr (Paul Siebeck) 1988, p. 306 sq.)

91 Cf. Samuel Saenger : Parlament und Regierung. In : NR, 29 (1918) 10, p. 1356 : "In jeder Tätigkeitsrichtung wird sich also die Bürokratisierung, die das Stichwort der Zeit Sozialisierung nennt, steigem. Ich beklage und bezetere sie nicht : sie ist nun einmal die Wirklichkeit [...] aber sie erträglich zu machen, gibt es tatsächlich kein Mittel als dieses : die Reste einer in irgendeinem Sinn individualistischen Bewegungsfreiheit zu retten !’ Diese Reste sind die Errungenschaften aus der Zeit der ’Menschenrechte’, die zu verkleinern die Modenarrheit oder Gedankenlosigkeit unserer Lehrer war [...] Aus jener Zeit stammen die politischen Einrichtungen, die geschaffen oder zur Reife gebracht wurden, um sie vor bürokratischer Vergewaltigung zu schützen, vor allem die Parlamentarisierung des Regierungswillens."

92 Cf. Junius : Politische Chronik. – Der Liquidation entgegen. In : NR, 29 (1918) 11, p. 1499 : "15. Oktober 1918 [...] Die militarischen Sicherheiten, die er [= Wilson, M.G.] verlangt [...] scheinen den Bedingungen zum Verwechseln ähnlich zu sein, die man an einen Besiegten stellt, der zur bedingungslosen Kapitulation gezwungen ist."

93 Cf. Junius : Politische Chronik. – Der Bankrott und die Bankrotteure. In : NR, 29 (1918) 12, p. 1629 : "Aber darum ist die Schuld, die wir ihm [= Guillaume II, M. G.] aufbürden, ja nicht weniger die aller übrigen Träger der deutschen Geistigkeit und der deutschen Gesellschaft, die sich unkritisch, aus Feigheit und aus Selbstsucht, vor den Wagen des Kapitalismus hat spannen lassen. Mit einem Fluch auf den Lippen nehmen wir Abschied, und zugleich mit dem Gelöbnis, nach dem MaB unsrer Kräfte und Einsichten an den Werken des Neubaus teilzunehmen."

© Artois Presses Université, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.