Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

Annexe. L’évolution de l’environnement

Thierry Odiot, Pierre Poupet et Patrice Brenac

Texte intégral

Les études pédologiques

  • 125 Je tiens à remercier P. Violet, L. Vincent, Cl. Raynaud de m’avoir invité à découvrir avec eux le p (...)

1Il nous a paru intéressant de réunir une série d’études portant sur l’environnement (pédologie et palynologie) des sites, dont certains ont été décrits dans le cours du volume, afin de proposer une synthèse provisoire sur l’occupation des sols. Une tendance actuelle de l’archéologie est à l’histoire des paysages, à l’étude des relations entre sites habités et environnement. Cette tendance se nourrit bien sûr des données fournies par le paysage rural actuel dont certains caractères datent d’époques extrêmement lointaines (Bloch 1934). Cependant, malgré tous les efforts développés depuis une dizaine d’années, la recherche n’est pas toujours conduite en ayant conscience de la nécessité de mettre en œuvre des méthodes d’approche interdisciplinaires (Casanova 1975, p. 7-10). C’est pourquoi une expérience comme celle des recherches menées sur Saint-Paul-Trois-Châteaux est un exemple supplémentaire de l’impérieuse nécessité de dépasser le cadre strict de la seule prise en compte des objets habituels de l’archéologie pour aborder les matériaux constitutifs du sédiment et l’exploitation du sol. Deux fouilles en milieu urbain (sites de la rue des Ecoles et des Sablières)125 et deux sites en périphérie de la ville (Saint-Vincent et le Valladas) ont donc été accompagnés d’observations pédologiques. Ces recherches visent à comprendre l’évolution de la ville et du terroir de Saint-Paul-Trois-Châteaux, mais s’inscrivent aussi dans une démarche plus vaste d’archéologie rurale dans le domaine méditerranéen.

Le site des sablières

2En 1990, un stage de pédologie réunissait une dizaine de participants dans le cadre des activités du programme H11. Ceci afin de permettre à l’archéologue de raisonner en termes de sols enfouis, d’apports et de provenances de matériaux, d’actions naturelles et anthropiques. L’opération s’est déroulée sur le site des Sablières, à l’intérieur des remparts de la cité d’Augusta Tricastinorum. Elle a révélé une série de paléosols et de champs fossiles (traces de labours) qui ont donc permis d’aborder des problèmes tels que ceux des implantations de sites, des recouvrements ou des processus de pédogénétisation, etc...

Présentation du site

  • 126 Sondages réalisés en avril 1989, par T. Odiot, P. Sarazin et F. Vaireaux.

3Le site des Sablières se trouve dans la partie sud de l’enceinte augustéenne d’Augusta Tricastinorum (fig. 25). Ce secteur de l’agglomération antique n’avait, jusqu’à présent, jamais fait l’objet de recherches. C’est dans le cadre de l’implantation future d’une maison de retraite que le Service Régional de l’Archéologie a été amené à effectuer une première série de sondages126 qui ont montré l’enfouissement des niveaux antiques (plus de 1,50 m) et permis de repérer une série d’horizons interprétés comme des paléosols.

Le contexte pédologique

4Le site des Sablières est implanté sur un sol régosolique sur sables et argiles versicolores. Il s’agit plus précisément d’un sol sableux à sablo-argileux, profond, faiblement calcaire de bas de pente. Ces sols sont issus, d’après la carte pédologique (Bouzigue 1971, p. 86) de

« matériaux colluviaux, arrachés aux formations sableuses et argileuses de pente. Leur profil de type AC, sans cesse perturbé par des apports successifs, offre une très faible évolution. Les horizons sont peu différenciés à l’exception de l’horizon cultural peu humifère. Les horizons C se développent jusqu’à 1-1,60 m ; ils sont très peu tassés et profondément exploités par les racines. Ces sols sont diversement colorés.Ils présentent une texture grossière :

  • sables : 75 à 80 % dont 50 à 60 % de sables grossiers

  • limons : 2 à 10 %

  • argiles : 5 à 15 %

et sont mal pourvus en matière organique (...) ; leur pH est voisin de 7 en surface pour devenir basique en profondeur. La teneur en calcaire total ne dépasse jamais 10 %. » 

Le couvert végétal actuel

5Sur le sol actuel s’est développée une couverture végétale herbacée relativement pauvre : chiendent, armoise, prêle, bouillon blanc etc. Il s’agit d’une friche caractéristique d’une végétation de reconquête d’un sol nu. Les dernières cultures connues sur le terrain remontent à 1988. Il faut envisager le sol actuel comme un sol sain, grossier, profond. Sa productivité reste cependant limitée en raison de sa faible réserve en eau et de ses faibles réserves minérales.

Les sondages : implantation et description des stratigraphies

6Le terrain des Sablières se présente sous la forme d’un quadrilatère de 121 m de large sur 180 m de long. Sa pente naturelle (1,8 %) est du sud-est (93,50 m) vers le nord-ouest (89,85 m). Les sondages 1, 2 et 3 ont été implantés selon un axe médiant orienté nord-sud. Le sondage 4 a, quant à lui, été implanté dans l’angle sud-ouest du terrain.

Le sondage 1

7Ce sondage, d’une superficie de 60 m2, a été implanté dans la partie sud du terrain étudié (fig. 121). C’est à partir de la stratigraphie et de l’analyse fine des sédiments rencontrés ici que l’ensemble des coupes relevées a été ensuite interprété. Nous décrirons donc la stratigraphie complète de ce sondage (fig. 122) et nous nous bornerons à donner, pour les autres, les données complémentaires recueillies. En effet, l’uniformité des dépôts posterieurs à l’époque antique permet de proposer une interprétation globale de l’histoire du terrain étudié.

8Ce sondage a permis d’observer deux fosses et un sol correspondant à un niveau de construction gallo-romain.

9- Couche n° 1 :

10Elle correspond à la partie supérieure du sol actuel ; son épaisseur est inférieure à une dizaine de centimètres. Il s’agit d’une couche sablo-argileuse de structure homogène et particulaire, de couleur brun sombre, très riche en matières organiques. Elle comporte quelques graviers et cailloux (calcaires : pierre du Midi, calcaire turronien ; quartzite, galets et éclats de silex ; tous ces matériaux étant fragmentés et roulés) et divers éléments anthropiques d’époques diverses (fragments de bâche plastique, céramique vernissée et faïence, tuiles). Diffuse, la limite entre la couche 1 et la couche 2 est induite par le système racinaire.

121 – Plan du site des Sablières

121 – Plan du site des Sablières

122 - Coupe du sondage 1 du site des Sablières

122 - Coupe du sondage 1 du site des Sablières

11- Couche n° 2 :

12Son épaisseur varie de 0,30 à 0,40 m. Elle présente un certain nombre de caractéristiques communes avec la couche précédente. De couleur brune, plus claire, elle présente la même composition sablo-argileuse enrichie d’éléments organiques et une même structure homogène et particulaire, mais pour laquelle on peut noter un début de structuration en agrégats prismatiques. Les mêmes inclusions que dans la couche 1 sont présentes.

13Sa limite inférieure est nette mais présente un aspect très caractéristique :

  • dans les coupes orientées nord-sud : une série d’ondulations irrégulières avec des lentilles d’inclusion du matériau de la couche supérieure ;

  • dans les coupes orientées est-ouest : une série de « virgules inversées » espacées d’une quarantaine de centimètres, correspondant à des traces de labours ;

14On peut noter une pénétration verticale du système racinaire.

15- Couche n° 3 :

16Son épaisseur varie de 0,10 à 0,40 m selon les sondages. Plus claire et de couleur brun-rouge, elle se distingue très nettement de la couche précédente. C’est une couche sablo-argileuse à inclusions de graviers et blocs. Elle est plus riche en argile et par contre moins riche en matériaux organiques. Elle a livré une série d’inclusions anthropiques (charbon, brique et céramique) non datables. On notera toutefois l’absence de tessons de céramique contemporaine et de débris de plastique. Sa limite inférieure est nette, que ce soit avec la couche 4 ou avec la couche 5.

17- Couche n° 4 :

18Il s’agit d’une lentille de couleur jaune visible dans le sondage 1 (longeur : 2,50 m ; épaisseur : environ 0,20 m). Cette lentille a surcreusé la couche inférieure. Elle est composée de sables grossiers et de graviers (pierre du Midi, calcaire turronien quatzite, quartz, silex) stratifiés en couches irrégulières. Cette couche ne contient pas de matière organique. Ses limites sont nettes.

19- Couche n° 5 :

20D’une épaisseur inférieure à 0,10 m et de couleur brun rouge foncé, elle est composée d’un mélange homogène et compact de sable fin, de limons et d’argiles, avec quelques inclusions : nodules de mortier, graviers, blocs, fragments de céramique, d’os et de charbon de bois. Elle présente une structure en agrégats prismatiques. Elle est plus riche en matières organiques que la couche 3. Sa limite inférieure est floue.

21- Couche n° 6 :

22Il s’agit d’une couche irrégulière dont l’épaisseur moyenne est de 0,30 m. De couleur brun-rouge, elle est formée d’un mélange sablo-argileux (inclusions de graviers et de blocs) à tendance plus argileuse à la base. Sa limite avec la couche sous-jacente est difficile à définir.

23-Couche n° 7 :

24Plus compacte que la précédente, mais d’aspect similaire à la base, son épaisseur moyenne ne dépasse pas 0,10 m. Elle ne se distingue des couches supérieures et inférieures que par l’abondance de gros éléments : blocs et graviers de pierre du Midi, calcaire turonnien, etc.

25-Couche n 8 :

26Elle est très proche, par sa couleur et sa composition, de la couche n° 6, avec toutefois une abondance relativement plus grande de la fraction sableuse. Son épaisseur est comprise entre 0,10 à 0,20 m. La transition avec la couche inférieure est graduelle.

27-Couche n° 9 :

28Cette couche, d’une épaisseur moyenne de 0,20 m, est de couleur ocre-rouge claire ; elle est de nature argilo-sableuse et semble composée d’éléments plus fins que ceux des couches supérieures, avec toutefois quelques blocs de pierre du Midi, calcaire turonien (etc.), répartis à la base. La transition avec la couche inférieure est nette. Il faut noter que dans le sondage n° 1, elle entame nettement la couche n° 10 et forme une sorte de dépôt en cuvette composé d’éléments particulièrement fins.

29-Couche n° 10 :

30Cette couche peut être divisée de façon théorique en deux niveaux (10 a et 10 b) qui correspondent à la fois à une légère différence de coloration et de texture, et à l’interprétation générale présentée plus loin.

31- 10 a : il s’agit d’un niveau de couleur brun-gris-vert sombre, argilo-sablo-limoneux, sub-horizontal ; son épaisseur moyenne est de 0,20 m. Cet horizon est très riche en matières organiques et présente des traces de pseudo-mycélium ainsi que de nombreuses galeries d’animaux fouisseurs. Sa structure en agrégats polyédriques la distingue nettement de l’horizon sous-jacent (10 b), mais la transition de l’un à l’autre est néanmoins graduelle. Elle comporte de nombreuses inclusions : blocs et graviers calcaires, nodules de pyrite de fer, etc., fragments de mortier, enduit peint, fragments de céramique, charbon de bois, coquilles de petits escargots terrestres etc.

32- 10 b : ce niveau d’une épaisseur moyenne de 0,50 m présente les mêmes caratéristiques que le précédent, si ce n’est une moindre abondance de matière organique et l’absence d’agrégats, de traces d’animaux fouisseurs et de pseudomycélium. On notera, parmi les inclusions, la présence d’amas d’argile verte plus claire qui peuvent évoquer des débris de matériaux de construction en terre et de nombreux éléments anthropiques (charbon de bois, mortier, enduit peint, fragments de céramique).

33- Couche n° 11 :

34Cette couche n’a été observée que dans le sondage n° 1. Il s’agit d’un apport de blocs de pierre du Midi et de fragments de mortier provenant manifestement d’une démolition de maçonnerie(s), parfois mélangé à de l’argile pure.

35Un échantillonnage des blocs provenant de la couche montre un calibrage relativement homogène des matériaux. Il s’agit majoritairement de moellons de pierre du Midi taillés et calibrés (en moyenne : L = 0,152 m x l = 0,155 m x h = 0,088 m) provenant probablement d’une maçonnerie en opus vittatum et de quelques fragments de blocs de grand appareil aux faces soigneusement dressées.

36Cette couche d’une épaisseur maximum de 0,70 m était visible en coupe ; seule sa limite a été dégagée. Il s’agit d’un apport lenticulaire qui semble avoir été déversé depuis un point situé à l’ouest du sondage.

37-Couche n° 12 :

38Proche de la couche 10 par sa coloration et sa structure, elle en est séparée par la couche 11, quand celle-ci existe, et par quelques blocs de pierre du Midi. Le profil de la couche épouse celui du terrain géologique et sa limite est nette. Dans la partie nord du sondage 1, cette couche recouvre un sol matérialisé par un épandage de chaux et creusé de deux fosses.

39-Couche n° 13 :

40Comblement de la fosse 14. Ce remplissage est constitué d’un mélange sablo-argileux de couleur brun-sombre contenant de nombreux fragments de céramiques gallo-romaines, tegulae, briques, mortier, fragments d’enduit peint monochrome rouge, et quelques gros blocs de pierre du Midi.

41Mobilier associé : 1 col de cruche de type Desbat 81 en sigillée claire Β ; 1 fr. d’anse en céramique à parois fines ; 1 fr. de lampe à volutes à pâte siliceuse rouge de facture grossière et traces d’engobe rouge ; 17 fr. de céramique commune à pâte kaolinitique dont deux cols de cruches à bec treflé ; 3 fr. de commune sombre ; 1 fr. de dolium.

42- Creusement n° 14 :

43Il s’agit d’une fosse creusée dans le substrat de 1,15 m de diamètre et de 0,80 m de profondeur. Ses limites sont nettes et ses bords émoussés.

44- Couche n° 15 :

45Il s’agit d’un épandage sub-horizontal de chaux légèrement terreuse, au voisinage de la fosse 14. Son épaisseur est de l’ordre de quelques millimètres. Il repose directement sur le substrat.

46- Couche n° 16 :

47Il s’agit du substrat géologique. Ce niveau est cartographié, sur la carte géologique, comme alluvions récentes ; ce sont des sables et graviers roussâtres légèrement argilo-limoneux, vierges de toute trace anthropique et pédogénétique. Dans le sondage 2, ce substrat présente, sous et à proximité du mur 17, une série de précipitations de sels ferriques, probablement provoquées par des phénomènes de percolation.

Le sondage 2

48Ce sondage présente la même stratigraphie que le sondage 1. Il n’en diffère que par la présence d’un mur.

49-Mur 17 :

50Ce mur situé sous la couche n° 10 n’a été vu que dans le sondage 2. Sa fondation, orientée est-ouest et large de 1 m, est conservée sur 5 assises (0,70 m). Elle est construite en moellons de pierre du Midi liés au mortier de chaux de couleur roussâtre. La tranchée de fondation est creusée dans la couche 12 et descend jusqu’au substrat géologique.

51-Creusement n° 18 :

52Il correspond à la tranchée de fondation du mur 17.

Sondage 3

53Ce sondage présente une stratigraphie plus complexe, caractérisée par la présence des couches 19, 20 et 21 qui s’intercalent entre la séquence des couches 9 et 10.

54- Couche n° 19 :

55De couleur ocre-clair cette couche est épaisse de 0,15 m en moyenne. Elle est de nature sablo-argileuse (sables grossiers) et relativement compacte. Aucun élément anthropique n’a été observé.

56- Couche n° 20 :

57Très proche de la précédente et de même épaisseur, elle s’en distingue par une fraction sableuse plus fine.

58- Couche n° 21 :

59De couleur gris-beige, cette couche est composée de matériaux détritiques — sables fins mêlés d’argile — qui ont été colluvionnés sur la pente.

Le sondage 4

60Ce sondage réalisé dans l’angle sud-ouest de la parcelle étudiée n’a donné lieu qu’à un relevé rapide de la stratigraphie, les conditions météorologiques rendant dangereuse notre intervention (risques vérifiés d’éboulement). Le niveau géologique n’a pas été atteint. Il livre une stratigraphie complexe où la correspondance avec les autres sondages est parfois difficile. Comme dans le sondage 2, un mur, orienté nord-sud, a été repéré à la base du sondage. Nous présentons ici les couches qui ne trouvent pas de correspondance avec celles des autres sondages.

61- Couche n° 22 :

62Directement située sous la couche 3, cette couche argilo-sableuse, ocre-rouge, contient quelques graviers. Son épaisseur est de 0,10 m et sa limite inférieure est irrégulière.

63- Couche n° 23 :

64Cette couche est composée de sable grossier jaune ; son épaisseur est de 0,10 m et sa limite inférieure est irrégulière.

65- Couche n° 24 :

66Elle est composée de sable jaune, avec inclusions de graviers de pierre du Midi et de calcaire turronien. Elle présente des petites inclusions terreuses, riches en matière organique. Epaisseur : 0,20 m.

67- Couche n° 25 :

68Fine couche d’argile (0,05 m) ocre brune, avec quelques inclusions sableuses.

69- Couche n° 26 :

70Sable grossier jaune, gravier abondant. Epaisseur : 0,10 m.

71- Couche n° 27 :

72Sable ocre-brun, avec quelques inclusions : blocs et argile. Epaisseur : 0,10 m.

73- Couche n° 28 :

74Sable brun, comprenant des lentilles argileuses vertes ; épaisseur 0,15 m.

75- Couche n° 29 :

76Couche sablo-argileuse de couleur ocre-brune, d’une épaisseur de 0,20 m.

77- Couche n° 30 :

78Couche jaune sableuse avec petits graviers roulés de pierre du Midi, d’une épaisseur de 0,20 m. Limite inférieure irrégulière.

79- Couche n° 31 :

80Couche sablo-argileuse de couleur ocre-brun d’une épaisseur de 0,10 m. Cette couche repose sur la couche 10 a.

81- Couche n° 32 :

82Remblai hétérogène sableux, brun-sombre. riche en matériaux de démolition : moellons de calcaire du Midi, tuiles, etc. Cette couche présente un très fort pendage sudnord.

83- Couche n° 33 :

84Remblai de couleur brune, formé d’apports sablo-argileux avec inclusions d’éléments anthropiques très roulés. Cette couche présente un fort pendage sud-nord.

85-Couche n° 34 :

86Remblai hétérogène de sables argileux gris-vert et brun, avec des lentilles plus brunes ou plus vertes. Cette couche présente un pendage sud-nord.

87Les couches 32,33,34, appartiennent à une même phase de remblaiement formée par des apports successifs, déposés depuis le sud sur une épaisseur moyenne de 0,5 m. Ces remblais reposent sur la couche 10 b.

88-Couche n° 35 :

89Fine couche (0,08 m) de sable argileux fin moyen de couleur gris-brun vert. Couche de démolition correspondant à l’arasement du mur 36.

90-Mur 36 :

91Maçonnerie composée de gros moellons de molasse grise (environ 0,60 m de long, sur 0,30 m de large et 0,20 m d’épaisseur). Le sondage s’étant arrêté à cette profondeur, il n’est pas possible de déterminer s’il s’agit d’une élévation ou d’une fondation.

Interprétation

92Les caractéristiques morphologiques de certaines couches ont permis d’assurer la correspondance entre les séquences stratigraphiques des différents sondages.

93Parmi les éléments permettant la corrélation, on notera plus particulièrement les sols et paléosols et les apports détritiques.

Phase I : l’occupation antique

94Des traces de cette occupation ont été relevées dans tous les sondages. Celle-ci est établie directement sur le substrat géologique, sans qu’apparaisse le paléosol originel. L’aménagement du terrain a donc été précédé d’un décapage et peut-être d’un nivellement qui ont provoqué la disparition de la terre arable.

95Dans le sondage 1 ont été observées des traces qui pourraient correspondre à une phase de construction. Il s’agit d’un sol chaulé (couche 15) et d’une fosse d’extraction de matériaux (fosse 14). Ces structures n’ont toutefois pas pu être mises en relation avec une construction. Le comblement de cette fosse (couche 13), manifestement un remblai, a livré un lot de céramique dont l’élément le plus caractéristique est un col de cruche en sigillée claire Β de type Desbat 81 (Desbat 1988), production de la fin du IIe et du début du IIIe s. dont on trouve des exemplaires dans un contexte daté du début du IIIe s. à Orange (Bellet 1988, p. 45, fig. 5, n° 21).

96Deux murs, quoique de facture différente, mais dont l’orientation correspond à celle du cadastre Β d’Orange, ont été vus dans les sondages 2 et 4. Sans qu’il soit possible, bien entendu, d’être assuré de leur contemporanéité, il ne fait cependant aucun doute, de par leur position stratigraphique. qu’ils appartiennent à la phase d’occupation antique du site.

97Leur fonction n’a pu être déterminée. On observe toutefois que le mur 17 (sondage 2) n’était en relation avec aucun sol construit et qu’aucun sol construit n’est apparu dans les autres sondages. Ces sondages se sont poursuivis en 1992 et un décapage général, lors de la construction, a montré l’existence d’une domus très endommagée, implantée dans un secteur ou le tissu urbain paraît peu dense.

Phase II : restructuration du secteur

98À une période qui reste à déterminer, une importante série de remblais est apportée sur les niveaux gallo-romains. Sur ces remblais se développe un paléosol important. Il pourrait correspondre à un changement d’affectation d’une partie de la ville. L’apport de ces remblais sur l’intégralité de la parcelle sondée a nécessité une importante main-d’œuvre. Le mobilier céramique (résiduel ?) n’est jamais postérieur au début du IIIe siècle.

Phase III : abandon et colluvionnement

99Une succession d’apports colluviaux provenant de la colline proche de Sainte-Juste, recouvre le paléosol de la phase II. Il s’agit de la résultante d’une série de crises érosives très fortes. Ces crises sont postérieures à la destruction (au moins partielle) du rempart gallo-romain. Celui-ci ne fait plus obstacle aux apports naturels. Il n’est pas possible de dater plus précisément cette phase pour l’instant.

Phase IV : stabilisation du processus d’érosion et constitution d’un paléosol

100À une période non déterminée, le processus érosif se stabilise. Un important paléosol se constitue. Les sondages de 1989 ont mis en évidence des traces de labours montrant ainsi que ce sol a fait l’objet d’une exploitation agricole.

Phases V et VI : reprise des processus érosifs et constitution du sol actuel.

101Le paléosol de la phase IV est recouvert par une série de colluvions provenant, comme précédemment, de la colline de Sainte-Juste. Cette phase se stabilise et le sol actuel se constitue.

Perspectives

102Cette opération a mis en évidence certains des aspects essentiels de l’histoire des relations de la ville avec son environnement. Aux phases de déforestation de la colline de Sainte-Juste correspondent d’importants apports de colluvions. Ces moments de crise écologique sont autant de témoins des rapports entre la population et le milieu et ils décrivent aussi les périodes de déséquilibre économique. De nouveaux sondages, dans le secteur des Sablières et d’une façon générale à proximité du rempart, permettraient de préciser son rôle dans l’évolution du paysage intra muros, et la date de sa destruction.

103P. Poupet, T. Odiot

Le site de la rue des écoles

104Le site de la rue des Ecoles est implanté sur le flanc sud-est de la colline de Saint-Paul-Trois-Châteaux (voir plus haut dans ce volume).

Le sous-sol géologique

105La fouille a permis l’observation de la formation rocheuse qui constitue le sous-sol de Saint-Paul-Trois-Châteaux, notamment à la faveur d’une tranchée parallèle à la rue des Ecoles, réalisée à la fin du temps imparti pour les travaux de terrain, et plus particulièrement grâce à la fouille du puits au cuvelage de bois mis au jour dans ce secteur.

106Si la carte géologique au 1/50 000e de Valréas fournit des indications précieuses concernant le pointement de calcaire gréseux du Cénomanien (c2C) visible dans la ville, elle est d’utilisation plus réduite quant au matériel sédimentaire de la plaine, codifié sous l’appellation d’alluvions récentes (Fz). Il s’agit en fait d’une puissante formation continentale, d’origine vraisemblablement fluviolacustre, reprise en partie par colluvionnement ; ces sables, parfois associés à des argiles kaolinitiques, aux couleurs vives (blanc, jaune, vert), ont été arrachés aux versants des collines entourant la dépression de Saint-Paul-Trois-Châteaux, formés de roches tendres très sensibles à l’érosion, comme les sables et argiles de l’Eocène et les sables et grès de l’Albien, du Vraconien et du Cénomanien. La présence de blocs et de moellons de grès-quartzites très durs, de couleur verte, est donc naturelle dans ce sous-sol sableux. La teneur en carbonates de ces colluvions est généralement faible, mais les phénomènes d’hydromorphie dus aux variations de la nappe phréatique favorisent la concentration de ces carbonates ; le sable meuble, de texture moyenne à grossière, verdâtre, présente donc, en profondeur, un faciès induré de couleur jaune pâle.

107C’est sur cette roche meuble, essentiellement sableuse, avec quelques argiles et carbonates, que s’est développé un sol pédologique, lui-même recouvert par l’occupation humaine de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Le paléosol

108Il n’est pas fréquent de rencontrer dans un contexte urbain actuel — dont on sait par ailleurs qu’il s’enracine dans le Moyen Âge, et la période romaine — un paléosol conservé, et par là-même daté par ses rapports d’antériorité-postériorité ou sa contemporanéité avec des couches archéologiques, rapports démontrés par l’analyse stratigraphique. Cette rareté, peut-être accentuée par le fait que les archéologues sont encore peu formés à la manipulation des outils conceptuels d’une approche pédologique en l’absence d’un grand développement des collaborations interdisciplinaires, fait du document de Saint-Paul-Trois-Châteaux un cas assez exceptionnel, d’autant plus que, malgré l’importante surface accessible pour la fouille archéologique, il ne subsiste qu’en deux points proches, sur à peine plus d’un mètre carré.

  • 127 La description du profil pédologique du paléosol de la rue des écoles utilise la nomenclature et la (...)

109Le paléosol épargné par les décapages et creusements gallo-romains, médiévaux et modernes appartient à la catégorie des sols bruns, faiblement acides, sableux à sablo-argileux, faiblement calcaires, développés sur les colluvions. Trois horizons se différencient nettement127 :

  • Horizon A1 : épais de 20 à 30 cm, homogène, brun-noir, très riche en matières organiques évoluées ; la structure est grumeleuse avec de petits graviers carbonatés. décomposés, pulvérulents ; la porosité est bonne et l’ensemble de l’horizon porte des traces d’activité biologique (racines et animaux fouisseurs). La couleur est légèrement plus claire vers le bas de l’horizon qui passe, sans transition brutale, mais rapidement, à l’horizon sous-jacent.

  • Horizon Β : épais de 30 cm lui aussi, de couleur brun-jaune à orangé ; traces de bioturbation dues à une parfaite exploitation racinaire ; texture sablo-limono-argileuse avec quelques lits discontinus de graviers plus clairs. La structure est à tendance prismatique. Cet horizon bénéficie d’un début d’accumulation par entraînement des minéraux fins et des oxydes — notamment de fer — à partir de l’horizon organique supérieur. La limite inférieure de cet horizon est nette, horizontale, avec des indentations pénétrant dans l’horizon sous-jacent dues aux racines pivotantes.

  • Horizon Cca : épais de 40 à 80 cm, jaune pâle, à texture sablo-argileuse ; la structure est massive, un feuilletage étant visible vers le bas de l’horizon. Il est affecté par une accumulation carbonatée encroûtante qui blanchit après une exposition à l’air.

110Ce paléosol est profond, l’horizon C se développant jusqu’à 100 à 140 cm. C’est, dans l’ensemble, un sol sain, à texture moyenne à grossière, possédant des réserves minérales non négligeables malgré de faibles possibilités de réserve en eau.

Les rapports entre l’occupation humaine et le paléosol

111La taille réduite du lambeau conservé est le résultat de l’occupation humaine sur cette pente de la colline. En effet, il apparaît nettement que, dès la période gallo-romaine, une compétition se fait sentir entre le sol naturel et les espaces habités : aucune couche, aucun remblai daté de cette époque ne viennent recouvrir un quelconque horizon pédologique. Avant l’établissement de remblais exclusivement minéraux et principalement sableux, un décapage du sol a donc été entrepris. Les raisons de cet aménagement peuvent être recherchées soit dans un souci d’aplanir une topographie par trop pentue, soit pour asseoir des bâtiments sur un matériau sain, très perméable. Quel sort a été réservé aux matériaux pédologiques évacués ? La fouille n’a pu apporter de réponse puisque aucun remblai ne provient d’un paléosol remanié.

112La compétition entre l’habitat, les aménagements agricoles associés, et le paléosol s’amplifie à la période médiévale. Sans doute pour assurer la solidité des étroites ouvertures des nombreux silos médiévaux mis au jour, tout l’horizon pédologique organique, meuble, a été évacué. Par contre, lors du creusement des structures de stockage, on a cherché à atteindre un niveau particulier du sol : il s’agit de l’encroûtement de profondeur dû aux phénomènes d’oxydo-réduction et de lessivage des carbonates. Le fond des silos exploite ce niveau durci sans toutefois pénétrer dans ces matériaux devenus imperméables.

113Un autre point sur lequel il est important d’insister concerne la qualité agrologique du paléosol. Proche d’un habitat depuis la période gallo-romaine, il a pu bénéficier d’apports organiques important (rejets domestiques, excréments d’animaux) ; c’est sans aucun doute ce qui explique le considérable développement de son horizon organique. Cela en a fait un sol fertile qui n’a pas manqué d’être exploité à des fins agricoles, comme le prouve l’extrême homogénéisation des 15 cm supérieurs de l’horizon A, provoquée par les pratiques aratoires. Cette découverte du paléosol prend là toute son importance. D’une part, la mise en évidence, dans un contexte urbain actuel, de terres cultivées en rapport étroit avec une aire d’ensilage médiévale n’est pas si fréquente, mais, d’autre part, elle met en valeur le labeur de la communauté soucieuse de maintenir l’équilibre entre la potentialité du terroir et ses besoins, par la bonification pédologique en rapport avec le progrès des forces productives. Bonification par l’apport de matières organiques, mais on ne peut exclure que les graviers calcaires pulvérulents présents dans l’horizon A ne soient la révélation de la pratique du marnage pour corriger l’acidité de ce sol brun trop sableux (Parain 1979, p. 75-77).

  • 128 C’est notamment le cas à Donzère (Drôme) où un puissant alluvio-colluvionnement vient recouvrir le (...)

114Pendant longtemps, c’est donc sur ces sols fertiles que la communauté agricole de Saint-Paul-Trois-Châteaux a pu assurer la production d’une partie de sa nourriture, sans compter ce qu’elle pouvait — devait — placer en d’autres mains, dans le cadre du marché ou celui de rapports sociaux d’exploitation. Les profondes mutations des temps modernes ne nous aident pas à prendre la mesure de l’évolution qui a assuré la genèse des paysages ruraux, « avant les effets de la mécanisation et de la remise en cause du fonctionnement traditionnel des communautés paysannes »(Favory 1983, p. 53). En effet, la cartographie pédologique effectuée dans le secteur (Bouzigues 1971) ne donne pas du tout la même image puisque les sols de cette région, développés sur les colluvions arrachées aux formations sableuses et argileuses de pente, entrent dans la catégorie des sols régosoliques sableux, profonds, à productivité limitée, car peu humifères et aux horizons peu différenciés. Le risque est donc grand — et déjà rencontré dans d’autres régions et sur d’autres sites128 — de situer une production agricole du passé, par récurrence, à partir de l’image pédologique du paysage contemporain.

115P. Poupet

Les analyses palynologiques

116Ces analyses ont été réalisées sur des échantillons prélevés lors de la fouille du site de l’Esplan (voir plus haut). Celle-ci a notamment permis de retrouver les traces d’une occupation du premier âge du Fer et un tronçon du rempart gallo-romain. Les prélèvements proviennent d’une part, d’une coupe stratigraphique (échantillons de la colonne 1) et d’autre part du liant extrait en différents endroits de la maçonnerie du rempart (fig. 33, murs n° 0 et 56, site n° 2 et 4 de la fig. 25) et d’un mur antérieur (fig. 33, n° 25).

117Tous les échantillons ont été traités par une méthode physicochimique faisant appel à une liqueur lourde, la solution de Thoulet. Les échantillons sont relativement pauvres en pollens. Le seuil de représentativité a été choisi à partir de 80 pollens dans la construction du diagramme pollinique. L’identification des pollens et des spores a été difficile en raison de leur mauvais état de conservation.

Analyse de la colonne 1

118Il s’agit d’une colonne de 20 échantillons numérotés de 0 à 165 ; la phase chronologique à laquelle se rapporte l’échantillon est notée entre parenthèses (fig. 33).

  • Echantillons 165, 155, 145 (phase I) : très peu de pollens d’arbre ; les Cichoriées, Graminées et Anthémidées dominent. Ces plantes, caractéristiques de terrains vagues et de zones piétinées, correspondent à la végétation locale. Quelques grains de céréales indiquent des zones de culture proches.

  • Echantillon 140 (phase II) : mêmes constatations que les précédentes, à l’exception d’une légère augmentation des Cypéracées, indicatrices de milieux humides, et d’une diminution concomitante des Cichoriées.

  • Echantillons 135 (phase II). 130 (limite phases II et III), 125 (phase III) : quelques pollens d’arbre ; l’olivier (Olea), arbre cultivé, est présent, ainsi que l’aulne, indicateur de milieux humides. Peu de changements dans la végétation herbacée : les Cichoriées et les Graminées dominent ; on note une diminution des Cypéracées et une augmentation sensible des Crucifères, en général typiques de milieux plus secs.

  • Echantillon 115 (phase III) : les pollens sont trop abîmés pour être identifiables ; seuls des pollens de Cichoriées ont pu être déterminés.

  • Echantillon 105 (phase IV) : Alnus est toujours présent ; Pinus apparaît en pourcentage significatif. Ces pollens, facilement véhiculés par les airs, peuvent aussi provenir de zones éloignées du site. Les Cichoriées sont largement dominantes parmi les Herbacées.

  • Echantillons 100, 95 (phase IV), 90 (limite des phases IV et V) : peu de pollens ; le chêne vert (Quercus ilex) apparaît en très faible nombre. On observe une augmentation relative de la plupart des Herbacées et une forte diminution des Cichoriées.

  • Echantillons 85,75 (phase V) : l’aulne et le bouleau sont présents ; Pinus est en forte augmentation : il passe de moins de 10 % à 30 %. Les Herbacées ne varient pas de façon significative, à l’exception des Cypéracées qui augmentent, remplaçant probablement en partie les Cichoriées ; les Graminées restent abondantes ; Potamogeton, plante aquatique, suit relativement bien l’évolution des Cypéracées.

  • Echantillons 65, 50, 35 (phase V) : pas de variations importantes dans la végétation arborée et herbacée. Ces spectres polliniques se distinguent des précédents par une légère diminution du pins, une nouvelle augmentation des Cichoriées et une diminution sensible des Cypéracées.

  • Echantillons 25 (phase VI), 15, 0 (phase VII-VIII) : très peu de pollens ; le pin est présent. La rareté des pollens dans les couches du sommet de cette coupe est un fait déjà observé dans plusieurs autres chantiers archéologiques. Cette pauvreté semble due aux oxydations répétées qui affectent les couches superficielles au-dessus de la nappe phréatique.

Analyse des échantillons de mortier

119- Mortier du mur 25 (mortier A) : rappelons que le mur 25 est antérieur à la construction de l’enceinte et correspond aux plus anciennes traces d’urbanisme actuellement repérées à Saint-Paul. L’échantillon est pauvre en pollens. L’aulne, le chêne vert et le pin sont présents. Graminées, Cichoriées, Plantago (plantain) et Urticacées sont les Herbacées les plus représentées. Ce spectre pollinique ressemblerait éventuellement aux spectres polliniques 105, 100 et 95 en raison de la présence du chêne vert (Quercus ilex). Notons que ces niveaux sont contemporains de la récupération (couche 24) du mur 25 et ont donc pu être contaminés.

120- Mortier du mur Ο (mortier C) : le mur Ο désigne, dans la coupe, la fondation du rempart. Les pollens de cet échantillon sont relativement abondants. L’aulne et le chêne vert sont les arbres les plus fréquents. Des indices de cultures sont observés : présence de Jugions (noyer), Vitis (vigne) et Olea (olivier). Les Graminées et les Rosacées sont assez fréquentes. Ce spectre pollinique, beaucoup plus riche, se rapproche du précédent : Quercus ilex et Alnus dominent, Pinus est rare.

121- Mortier du mur Ο (mortier D) : cet échantillon a été prélevé dans la maçonnerie du rempart en élévation. Son interprétation est impossible du fait du nombre insuffisant de pollens.

122- Mortier du mur 56 (mortier B) : le mur 56 a été interprété comme une reprise de l’élévation du rempart ; aucun pollen n’a été observé.

123- Mortier de l’élévation du rempart, gisement n° 2 (fig. 25) : mortier « Place ». Les arbres sont représentés surtout par Pinus (environ 30 %) et Alnus. Les Herbacées les plus fréquentes sont les Urticacées, les Graminées et les Chénopodiacées. Les Urticacées ont été observées par paquets de 20 à 50 pollens. Elles sont donc surreprésentées dans ce spectre pollinique. Ces plantes poussent aux abords des habitations, sur des gravats, des terres en friches.

124- Mortier de l’élévation du rempart, gisement n° 4 (fig. 25) : mortier « Stade ». Les principaux arbres sont Pinus (30 %), Alnus et Jugions (noyer). Les Urticacées sont absentes de ce spectre. Par contre, les Graminées, les Chénopodiacées et Plantago sont bien représentés.

Interprétation des résultats

125Dans les échantillons de la colonne 1, l’essentiel de la végétation herbacée comprend des Cichoriées, des Graminées et des Cypéracées. Ces dernières s’opposent aux deux premières dans des cycles relativement courts : succession de milieux plus secs et plus humides. On remarque particulièrement deux pics dans la courbe de Cypéracées, caractéristiques de milieux humides (éch. 140, phase II et éch. 85-75, phase V) : le premier coïncide avec une longue période d’abandon du site ; le second avec le dépôt d’un remblai (couche 4). Dans les deux cas, les signes d’une reprise de l’activité humaine (respectivement la construction du mur 25, phase III, et celle du mur 23, phase VI), correspondent à des phases d’assèchement (éch. 125, 115 et 25). Ce phénomène révèle l’impact des aménagements anthropiques dans un contexte local naturellement humide.

126Les arbres sont très peu fréquents jusqu’au niveau de l’échantillon 90. Une brusque augmentation de Pinus marque un changement important à partir de l’échantillon 85, au-dessus du niveau probable de circulation gallo-romain postérieur à la construction de l’enceinte (éch. 90, couche 60). Les spectres polliniques 65, 50 et 35 sont très semblables. Ils pourraient correspondre à une phase de remblaiement qui aurait entraîné une certaine homogénéisation du contenu pollinique.

127Les spectres polliniques des mortiers « Place »et « Stade »sont très proches, à condition de ne pas considérer les Urticacées qui sont sur-représentées dans le spectre du mortier « Place ». Ce phénomène a déjà été constaté dans des études préalables : il peut s’interpréter comme un stockage des matériaux de construction à proximité de buissons d’orties. Il convient donc de ne pas prendre en compte ce facteur d’influence très locale et de considérer le fond floristique général, qui est à peu près constant. À cette réserve près, ces spectres polliniques ressemblent à ceux de la partie supérieure de la colonne 1, au-dessus de l’échantillon 85 (niveaux postérieurs à la construction de l’enceinte).

128Le contenu pollinique des mortiers Β et D (respectivement reprise et élévation du rempart) est très ténu ; leur pauvreté en pollens est analogue à celle des couches les plus récentes de cette coupe. Les mortiers C (fondation du rempart) et A (mur 25 antérieur au rempart) se différencient des mortiers « Place »et « Stade »par la présence de Quercus ilex et de très faibles pourcentages de Pinus. Ces mortiers seraient plus proches des niveaux de la partie inférieure de la coupe et, plus précisément, des niveaux ayant livré des pollens de Quercus ilex, contemporains de la construction de l’enceinte.

129P. Brenac (Archéolobs)

Essai de synthèse sur l’environnement

130Les recherches conduites à Saint-Paul-Trois-Châteaux font appel à une pluralité de formes d’investigation, utilisées de manière complémentaire. L’analyse du substrat naturel (roche et sol) en est une qui, non seulement s’articule à l’étude archéologique visant à comprendre ce quartier de la ville dans une vision diachronique, mais s’inscrit aussi dans une démarche plus vaste d’archéologie rurale dans le domaine méditerranéen. D’un point de vue pédologique, les sites de la rue des Ecoles et des Sablières sont complémentaires, dans le sens où le premier a permis de mettre en évidence un paléosol qui n’a pas été retrouvé aux Sablières. En revanche, le site des Sablières permet de suivre l’évolution du système pédogénétique dans une chronologie relative alors que les constructions modernes de la rue des Ecoles (qui ont fossilisé le paléosol) ont interdit toute évolution. Il n’est pas aberrant de discuter d’histoire agraire à propos de fouilles en milieu urbain, car si la plus grande prudence est de mise dans les extrapolations des qualités des sols en milieu rural à partir des terroirs actuels, la ville moderne recèle parfois sous ces niveaux récents la mémoire « fossilisée »des champs permanents, les plus proches de l’habitat, à des époques où le tissu urbain était plus lâche ou moins étendu. Quand la chance est donnée à l’archéologue de trouver un paléosol, rare expression vicariante des hypothèses relatives aux potentialités de la production agricole, il est donc important de franchir le pas entre la description de matériaux et la synthèse, en proposant une interprétation quant aux activités de production.

131La fouille du site des Sablières permet de décrire certains aspects du paysage urbain. D’une part, il révèle la présence, à l’intérieur de l’enceinte, d’un espace non clos, d’une superficie relativement importante, qui fait plutôt penser à une zone non bâtie. La qualité du paléosol rencontré (taux de charge en matières organiques et épaisseur, présence de rares murs) peut indiquer l’existence d’une zone cultivée (jardins ?) qui ne semble pas connaître d’occupation après le second siècle. Cette datation ne peut être considérée comme certaine compte tenu du peu de céramique retrouvé.

132Après cette date, le rempart romain qui empêche l’arrivée des colluvions provenant de la colline Sainte-Juste, et sans doute le système de drainage mis en place grâce aux fossés du cadastre B, sont détruits. En effet, seul le comblement des fossés du huitième decumanus qui longe le rempart, ou une brèche dans l’enceinte, peuvent expliquer cette arrivée massive de sédiments.

133Une phase intermédiaire a été mise en évidence lors des travaux préparatoires à la construction du bâtiment des Sablières : recoupant directement le paléosol antique, une série de rigoles (d’une largeur moyenne de 1 m et de 0,80 m de profondeur), au cours « en tresse », marque la première étape de l’abandon réel du quartier. C’est sur cet espace, déjà en prise avec l’érosion, qu’arrivent les vagues brusques des colluvions de la colline.

134On manque cependant d’observations extra muros, et il serait nécessaire d’effectuer d’autres sondages pour répondre aux questions posées (datation des différentes phases érosives, impact éventuel de l’exploitation antique des carrières de Saint-Restitut sur le paysage).

135Des analyses palynologiques du site de l’Esplan, il ressort que le paysage était fortement et très anciennement déboisé. La rupture marquée par le début d’une urbanisation sur le site ne semble pas avoir accentué ce caractère. Les échantillons provenant du remblai gallo-romain de la phase V semblent indiquer une augmentation sensible de la présence du pin, mais celui-ci est un grand producteur de pollens.

136Ces résultats sont tout à fait comparables aux spectres polliniques obtenus à partir d’échantillons prélevés dans les vases et les urnes de la nécropole du Valladas, contemporaine de la phase V de l’Esplan : ils révélaient un paysage ouvert dominé par les champs cultivés, les prairies et les friches ; les arbres étaient faiblement représentés et le pin (Pinus) était également dominant (Bui Thi Mai 1983). Des données complémentaires sont fournies par les études anthracologiques effectuées sur les charbons de bois trouvés dans les tombes gallo-romaines (Heinz 1989) : elles montrent que la dégradation de la chênaie caducifoliée et sa transformation en brousse à chêne vert sous l’action de l’homme — déjà sensible dans les fosses chasséennes du site des Moulins — s’affirme à la période romaine. À cette époque cependant persistent des espèces aujourd’hui caractéristiques de l’étage montagnard, comme le hêtre et le sapin qui ont disparu au Moyen Âge.

137L’olivier (Olea) est présent de manière discrète dans les spectres polliniques de l’Esplan : dans le mortier du rempart (mortier C) et dans les échantillons de la coupe 1 à partir de la phase d’abandon antérieure aux constructions augustéennes (phase II, éch. 135), jusqu’à la phase V (éch. 75), datable du Ier s. ap. J.-C. Il apparaît en outre dans quelques tombes du premier siècle de la nécropole du Valladas, sous forme de restes de bois (T 262, détermination Chr. Heinz) et de noyaux de fruit calcinés (T 184, 252, 280, détermination Ph. Marinval). Signalons, dans cet ordre d’idée, la découverte, dans un jardin sur la colline du château (gisement n° 14, fig. 25), d’un bloc d’assise de jumelles pouvant appartenir à un pressoir de type C2 (variante C20) de la typologie de J.-P. Brun (1986a, p. 92). Ce type de pressoir peut être utilisé pour l’huile. La vigne (Vitis vinifera) est attestée par les analyses palynologiques de l’Esplan (mortier du rempart gallo-romain) et sous forme de pépins de raisin trouvés dans deux tombes de la fin du Ier s. ou du début du IIe s. ap. J.-C. (T 247 et 270 du site du Valladas ; détermination Ph. Marinval). Par ailleurs, des indices de culture de la vigne sont donnés par la présence d’une serpette en fer dans une tombe de la deuxième moitié du IIe s. (T 105, site du Valladas ; détermination M. Feugère).

138T. Odiot, P. Poupet

Notes

125 Je tiens à remercier P. Violet, L. Vincent, Cl. Raynaud de m’avoir invité à découvrir avec eux le paléosol de Saint-PaulTrois-Châteaux pour le site de la rue des Ecoles. Les sondages des Sablières ont été réalisés dans le cadre d’un stage de pédologie appliqué à l’archéologie. Ces travaux fourniront des données supplémentaires aux recherches menées en matière d’archéologie rurale : en pays tricastin, avec T. Odiot (paléosol de la villa du Molard à Donzère, Drôme) ; en Languedoc, avec Cl. Raynaud (paléosol et fossés de Lunel-Viel, Hérault) ; avec J.-L. Fiches (paléosol d’Ambrussum à Villetelle, Hérault) et les travaux plus personnels conduits dans la plaine de la Vaunage à Saint-Dionisy, Gard.

126 Sondages réalisés en avril 1989, par T. Odiot, P. Sarazin et F. Vaireaux.

127 La description du profil pédologique du paléosol de la rue des écoles utilise la nomenclature et la désignation internationale des horizons (Duchaufour 1984, p. 135). Toutefois, les différents horizons naturels entretenant des rapports stratigraphiques avec des unités totalement anthropiques, il a été nécessaire de leur affecter un numéro d’unité stratigraphique comme n’importe quel volume individualisable à la fouille. Les égalités entre les deux enregistrements sont donc les suivantes : Al = 2126 ; Β = 2127 ; Cca = 2128.

128 C’est notamment le cas à Donzère (Drôme) où un puissant alluvio-colluvionnement vient recouvrir le nappage de cailloux et graviers qui marque la surface du sol cultivé par la grande villa viticole du Molard (travaux de Th. Odiot ; analyse pédologique réalisée par P. Poupet) ; c’est encore le même processus alluvial qui enrichit la plaine du Dardaillon depuis l’époque romaine à Lunel-Viel (travaux de Cl. Raynaud ; pédologie P. Poupet) ; c’est, enfin, tout récemment, aux Hautes Palus à Suze-la-Rousse (Drôme), un sol antique, en liaison avec la réification au sol par un fossé et un chemin empierré d’un limes théorique du cadastre Β d’Orange, recouvert par un épais apport latéral limono-sableux (travaux de D. Hote, Th. Odiot et P. Poupet).

Table des illustrations

Titre 121 – Plan du site des Sablières
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 122 - Coupe du sondage 1 du site des Sablières
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access